Partagez|

[abandonné]A l'aube des flammes

InvitéInvité
MessageSujet: [abandonné]A l'aube des flammes Mer 21 Sep - 19:53

Le soleil se levait à l'horizon, éclairant d'une lueur rouge vif le bourg, encore plongé dans la pénombre. Le jour envahissait petit à petit les rues et les ruelles, les commerçants ouvrèrent leur magasin un à un. Une légère odeur de pain tout juste sortit du four et autres mets matinaux s'élevait dans l'air éveillant l'appétit des premiers levés. L'apprenti boulanger venait fournir quelques unes de ces alléchantes gourmandises au café en bas de la rue. Ce fut un jeune homme vêtu d'un tablier noir qui l’accueilli. Le "paiement" avait été effectué la veille, ainsi l'apprenti reparti pour sa prochaine livraison. Quant au jeune homme, il rentra dans le café et disposa la livraison sur les présentoirs pendant que deux ou trois collègues s'affairaient aux dernières tâches ménagères avant d'ouvrir.

Le café ouvrit. La clochette tinta. La première cliente entra.

La première cliente de la journée était une jeune femme qui, disait-on dans l'arrière boutique, venait souvent mais ne se rappelais jamais d'être venue ici la veille. Lully, se prénommait-elle et elle avait quatorze ans. Notre jeune serveur vint à sa rencontre ?


"Bonjour Lully, à quelle table veux-tu t'installer ?"
"Celle-là."

Avait-elle dit en montrant la table près de la grande vitre, là où le soleil amenait une douce chaleur, sans s'en rendre compte la jeune fille choisissait encore la même table. Une fois celle-ci installée, il pris sa commande. Ses cheveux blond prenaient une teinte dorée au soleil, le rouge de ses mèche devenait flamboyant.
Enfin, revenons au p'tit boulot de notre serveur. Lully commanda une tartelette à la fraise et un verre de lait, ce qu'il lui servi de suite. N'ayant pas d'autres clients à servir pour le moment, il s'installa à la table de la demoiselle. Il commença à lui parler, elle lui répondit, elle était charmante. Quelques miettes de pâte brisée étaient restés sur le coin de sa bouche, de son pouce il les essuya.


"Vous mangez comme une enfant." Avait-il répliqué à la rougeur des joues de Lully."
"Mais je suis une enfant. J'ai dix ans !"

Cette remarque déconcerta notre serveur. Cette demoiselle était étrange mais amusante. Il partit dans un fou rire, il en pleurait presque. Oui, très amusante.

"Qu'est-ce qu'il y a de si marrant ?" Disait-elle en boudant à moitié.

Puis elle se mit à regarder par la fenêtre d'un air absent. Et se retourna vers le serveur.

"Que voulez-vous monsieur, pourquoi êtes-vous assis là ? Qui êtes-vous ? Pourquoi je suis ici ?"

Tant de questions étranges qu'il arrêta de rire immédiatement. Les autres l'avait prévenu, elle avait des pertes de mémoire soudaine, d'un coup elle ne se rappelait plus de ce qu'elle venait de faire ou de dire.

"Roar ! Retourne à ton service ! On a des clients !"

Ah l'appel du devoir, sa discussion avec Lully s'arrêtera là pour aujourd'hui. Il se leva de sa chaise et la rangea sous la table.

"Au revoir, mademoiselle Lully. Et à bientôt, je l'espère. Il est agréable de vous tenir compagnie."

Sur ce, il tira sa révérence et retourna à son travail...en se prenant la porte d'entrée. La clochette avait sonné, mais il ne l'avait pas entendu. Et il n'y était pas aller de main morte en se retournant, il se frotta le visage de douleur. Et examina la vitre, rien. Ouf, il n'avait rien cassé, rien du tout. C'était le principal car toute surface réfléchissante pouvait agir comme un miroir et il ne supporterait pas sept ans de malheur.
Oh non ! Au grand jamais il ne pourrait supporter sept ans de malheur, ça serait l'enfer...non pire que l'enfer... Et sept ans, vous vous rendez-compte combien de temps ça fait ? Oui, ça fait beaucoup même si ici nous n'avons pas la notion du temps. C'est à la limite pire...il ne saurait quand ça se terminerai, sans oublier qu'entre temps il pourrait casser d'autres miroirs, il pourrait rencontrer des chats noirs qui lui passerait devant et il pourrait passer sous des échelles. Rien qu'à ces pensées il frémit. Mais c'est avec sourire qu'il aborda les clientes.


"Bonjour mesdemoiselles, quelle table désirez-vous ?"
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]A l'aube des flammes Dim 25 Sep - 16:11

"Tu viens ?"

Lili traversait à grand pas la place d'Espérance, se dirigeant vers le petit café, échoppe agréable et à la bonne ambiance qui était le lieu de rendez-vous de nombreux enfants du village. Derrière la petite fille aux cheveux blonds argentés, flânait Latika, émerveillée comme toujours par tout ce qui l'entourait, en particulier la fontaine au centre du bourg. Les deux jeunes filles avaient été placées dans la même chambre à l'internat, et s'étaient vite bien entendues. En cette matinée dénuée de cours, elles avaient décidés de se rendre à la brasserie, pour prendre quelques gâteaux et bavarder.

"Oui, oui j'arrive …"

Répondit-elle, distraite. Si elle était plus âgée que Lili, il fallait le dire clairement, c'était surement cette dernière la plus sérieuse des deux. Latika, maintenant en train de regarder les pigeons, était beaucoup moins raisonnable, et aussi beaucoup plus naïve, c'était là son plus grand défaut. Elle avait déjà 13 ans, et pourtant croyait toujours tout ce qu’on lui disait, se baladait avec un sourire enfantin aux lèvres, et était curieuse comme un chat. C’était un brin de fillette indienne, que tout amusait.
Les pigeons s'envolèrent, reportant l'attention de notre demoiselle vers sa comparse, la faisant presser le pas pour la rattraper. D'ordinaire, elle sortait peu des murs de l'internat, et chaque promenade en ville était donc pour elle une source d'enchantement, comme les balcons fleuris ou les étalages de fruits colorés. Mais la balade ne fut que de courte durée, car les deux jeunes filles arrivaient déjà à destination, la café était en vue. Poussant la porte avec entrain, et faisant tinter la sonnette, Latika ne vit pas le jeune homme au tablier noir qui passait derrière. Jeune homme, qui apparemment, n'avait pas vu la porte de son coté. S'en suivit un bruit sourd, dans la confusion générale. Le serveur rencontra la porte dans les règles de l'art, et Latika pouffa doucement.
C'est néanmoins avec le sourire – et une marque rouge sur la joue – que le serveur les accueillit, leur demandant quelle table elles voulaient. Il n'y en avait alors qu'une seule d'occupée, par une jolie petite blonde que Latika avait déjà vue plusieurs fois à l'internat. Pour seule réponse, elle haussa les épaules, puis interrogeât son amie du regard, le visage encore empourpré. La disposition de la pièce l'importait peu.

[C'est particulièrement naze et plat, désolée ...]
[Oui, j'avais envie de faire de mon personnage une grosse cruche]
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]A l'aube des flammes Lun 26 Sep - 21:08

Cette sortie pour boire un thé au Café, Lili ne l'avait pas souhaitée. Mais son amie Latika était si enthousiaste à cette idée qu'elle n'avait pas pu refuser.

Elle repoussa son cahier d'exercices sur le bord de son bureau et se leva. Une voix familière l’appelait dans la pièce d'à coté. Il était temps d'y aller.
Avant de quitter leur petite chambre, elle attrapa la mallette blanche frappée d'une croix rouge qui reposait toujours à coté de son bureau.
Pour l’anecdote, la petite valise la quittait rarement. Elle l' avait trouvé dans la grande salle où l'on entreposait tant de choses peu de temps après son arrivée puis poussait pas une envie inconnue ne l'avait plus jamais quitter. Hasard ? Lili s'en doutait. Après tout elle croyais à la fatalité et ses jugements étaient rarement faux.


Elle quitta l'internat, suivant distraitement son amie. Ses pensées n'étaient pourtant pas ailleurs. En fait, elles s'étaient nulle part.
La fillette regardait autour d'elle, mais ne réfléchissait pas au sens de tout ceci. Ici, deux enfants joués, Muguette la petite messagère répandait ses messages de vérités, une odeur de sans caillé émanait de chez le boucher... Et après ? Rien. Tout glissait sur elle.
Quand elle n'était pas mignonne la fillette était trop sérieuse. Elle attendrait d’être arriver au café pour se reconnecter à cet univers.


La cloche sonna, Latika envoya la porte dans la figure du serveur, la jeune fille pouffa discrètement, l'homme ne s'en formalisa pas et les invita à une table. Elle s'assirent et le barman disparut dans l’arrière cuisine.
Une succession d'actions que Lili perçut sans vraiment s'en occuper.
Puis elle se réveilla de son indifférence, afficha son adorable et habituel sourire.

« Latika,... je reviens dans une seconde »


Gardant toujours dans la main sa mallette -qu'elle n'avait à aucun moment lâchée depuis le début-, elle s'écarta de la table, couvée par l'air enfantin de son amie.
Elle pénétra dans la partie réservée aux personnels et en ressortit quelques secondes après tirant le serveur par la manche. Sans lui demander son avis elle le fit assoir sur une chaise que le soleil éclairait.
Sans prendre en compte l'air stupéfié de Latika et de l'homme, elle ouvrit son dispensaire de secours. Dedans se trouvaient différents bandages, quelques outils chirurgicaux basiques comme une pince, un petit scalpel ou encore une bobine de fils. N'oublions pas non plus les quelques produits antiseptiques, baumes ou décoctions en tout genre. Un joli petit bazar qu'elle connaissait bien en soi. Un ensemble de matériel qui, sans savoir pourquoi, la rendait nostalgique, heureuse et à la fois triste d'une époque dont elle n'avait plus de souvenir.

Ses doigts pianotèrent entres le scalpel et la pince avant de s'attarder et de se saisir d'une bande de tissu qu'elle enroula aussi autour de la chevelure blonde du barman.

«... Il ne faut jamais laisser in-soigné... une blessure ou... ça risque bien d'empirer!!! »

La petite voix était malhabile, timide. Elle sourit une énième fois alors que d'autres rougissait ou riait devant la scène.

Ah lili...

Spoiler:
 
un petit dessin (pas terminé car... flemme) fait en perm
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]A l'aube des flammes Sam 29 Oct - 13:36

Ébahit. Stupéfait. Éberlué. Étonné. Abasourdi. Autant de mots qui ont la même signification a des degrés différents, mais autant de mots qui en disent long sur son état présent. Le choc de la porte était passé, il était loin, très loin derrière lui. Enfin pas si loin vu que la petite demoiselle, celle qui était entrée avec l'autre demoiselle qui avait ouvert la porte, le soignait. Il n'avait même pas eu le temps de réagir qu'il s'était trouvé assit sur une chaise à leur table. Ah si le patron voyait ça, il lui passerait un sacré savon. Les clients sont roi et nous sommes que les serveurs, il ne faut laisser montrer aucune faiblesse et les servir. On pourrait qualifier ça de... professionnalisme.
Enfin, cette jeune fille était bien brave d'avoir fait ça, ce n'était pas donné à tout le monde de réagir comme ça. La plupart des personnes seraient restés à leur place en attendant qu'on vienne leur demander leur commande et serait partis sans piper un mot au serveur, ou à la limite un "Ça va ?" et le serveur serait reparti à ses occupation en les rassurant d'un "Ça va." professionnel. Mais non.
Les jeunes filles de nos jours étaient, décidément, amusantes. Après Lully, voici que la petite se "présentait" à lui. Et puis elle était mignonne avec sa petite voix timide et son petit sourire. Un grand sourire se dessina sur le visage de Roar. Un rire enfantin précéda ses paroles.


"J'allais m'en occuper, mais tu est bien courageuse et d'être venu me chercher et de me soigner petite."

De sa grande main il "ébouriffa" les cheveux de la petite, pas du genre méchamment, mais du genre "brave bête", oui c'est un peu comme qu'il voyait la petite, enfin c'est la première impression qu'il a eût d'elle après son action héroïque.

"Je vous offre votre consommation, je vous dois bien ça avec la petite. De plus on a reçu la commande du matin il n'y a pas longtemps, les croissants sont encore tiède."

Il laissa la petite finir de le soigner et se leva en prenant son carnet et son crayon dans sa poche. Il était prêt à noter la commande des deux demoiselles.

C'était une belle journée qui s'annonçait, la matinée avait bien commencée. Il ne s’ennuierait pas aujourd'hui. Quelles rencontres allait-il bien pouvoir faire aujourd'hui ? A quelles sortes de personnes allait-il bien pouvoir parler ?

Enfin, là, tout de suite, maintenant, il était avec la petite et son amie. Et il sentait qu'il n'avait pas fini de voir tout le potentiel de ces jeunes demoiselles. Qu'allaient-elles encore pouvoir faire après lui avoir envoyé la porte dans la figure et l'avoir soigné ?

HRP: Désolé d'avoir été si long et de plus cette réponse n'est pas super super...
Et sympa le dessin Lili Wink
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]A l'aube des flammes Dim 6 Nov - 10:59

Stupéfaite, une certaine petite indienne l'état aussi. La scène avait été rapide et, surtout, surprenante, bien qu'a force de côtoyer Lili, Latika commençait à avoir l'habitude de ses petites lubies.
Laissant la brunette choisir et s'asseoir à une table ou elle ne pourrait rien manquer du spectacle, Lili partit comme une flèche derrière le comptoir. « Latika,... je reviens dans une seconde » Avait-elle dit. Et une seconde plus tard, elle revint en compagnie du sympathique serveur, qu'elle tenait par le bras, avec la ferme intention de le ... soigner ? Il n'avait pourtant pas l'air très amoché, mais, allons bon, mieux vaut être vigilant se dit Latika, surement inspirée par les paroles de son amie.
Le dit serveur semblait tout aussi surpris que Latika, agréablement surpris bien entendu. Il regardait les deux petites demoiselles avec un air bienveillant et amusé. Si il était vrai qu'Espérance n’accueillait que des enfants, on pouvait noter tout de même de grosses différences d'âges. Mais cela n'intimida pas Latika qui décida de se lever pour aller voir de plus près cette scène cocasse en plein milieu de la salle du café.
S’arrêtant pour regarder dans la petite mallette de son amie, qu'elle n'avait jusqu'alors que peu vue ouverte - il fallait dire que Lili y veillait comme à la prunelle de ses yeux - elle y remarqua un petit objet qui titila son regard : un petit miroir. Ne résistant pas à l'envie de se regarder dedans, elle l'attrapa précautionneusement, dos au serveur et a Lili dont il caressait la tête. C'est alors qu'il s'adressa à elles.

"Je vous offre votre consommation, je vous dois bien ça avec la petite. De plus on a reçu la commande du matin il n'y a pas longtemps, les croissants sont encore tiède."

Latika se retourna brusquement, la scène lui avait presque fait oublié l'intention première de leur venue. N'ayant pas pris de petit déjeuné, l'idée des viennoiserie lui amena l'eau a la bouche. Mais son action fut un peu trop impulsive, et en se retournant, le petit miroir échappa entre ses petites mains halées. Il fit un petit vol plané, et arrivait maintenant au niveau des chevilles de Lili. Si elle ou le serveur aux cheveux roux avaient les réflexes assez rapides, ils pourraient peut être l'attraper avant qu'il ne retombe au sol. Aux yeux de Latika, ce mouvement parut néanmoins totalement secondaire, puisqu'elle s'exclama simplement :

"Des croissants ? Chouette ! Je veux bien un chocolat aussi ... S'il vous plait !"


InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]A l'aube des flammes Mar 8 Nov - 18:53

Lili l'avait vu. Même occupée, la petiote avait remarqué l'attention de sa camarade pour son petit miroir, les précautions qu'elle avait employées pour le manipuler puis son désintérêt total quand la notion de nourriture était sortie de la bouche du serveur.
Elle s'était doutée de ce qu'il arriverait, de la réaction vive de Latika et du malheureux sort du miroir.
Elle avait agi et avant que le miroir ne touche sol, l'avait rattrapé. C'était moins une. Heureusement que ses réflexes étaient vifs.

Le miroir réceptionné, elle se redressa et elle aperçut le regard étonné, presque ahuri du serveur. Elle lui répondu par un sourire timide. Le visage de l'homme reprit une expression plus sereine. Il ne s'était rien passé de bien méchant, pas de quoi s'inquiéter du moins

Elle le reposa sur le bord de la table et saisit la carte de commande. Dessus, tous semblait merveilleux.
Chocolat, thé, lait, sirop, jus... Elle ne savait que choisir, couvrant ses joues d'un fard rouge.

« Euh...un chocolat... s'il... s'il te plait »

Le serveur lui demanda si elle préférait sa boisson amère ou sucrée. Elle ne sut que répondre et finit par un « peu importe ». Le jeune homme surement compréhensif et observateur de l'état de gêne de la fillette se détourna vers sa camarade.

Sa peau habituellement blanche avait du devenir rouge pivoine. Elle saisit le petit miroir et l'approcha de son regard. En effet, son teint avait viré au carmin.
Tout le monde l'avait-il ainsi vu rougir.
Sa main commença à trembler dû à un stress surement excessif. Série d'actions à la chaine, ses yeux commencèrent à briller puis de grosses perles aqueuses vinrent se former.
Les gosses à cet âge c'est sensible.
La timidité entraine sa gêne, qui embarque avec elle ses petites angoisses qui débouchent sur des tremblements et des larmes. Le « schéma classique » vous aurez dit un bon pedo-psy.
Ce n'était qu'un cas parmi d'autre. La suite était même terriblement prévisible.

Sa main folle redoubla d'ardeur. Le miroir glissa de la main et...
Vous le savez n'est-ce pas ?

7 ans de malheur.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [abandonné]A l'aube des flammes Aujourd'hui à 5:43


[abandonné]A l'aube des flammes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une aube funeste ...
» La milice, et l'Aube Ecarlate.
» Le vieux village et son temple abandonné
» [Help]Peindre les flammes
» Canon à Flammes ou Canon Orgue?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-