Partagez|

La maison des mots.

Onyme
Messages : 20
Date d'inscription : 13/02/2014
Localisation : Je ne suis pas sdf, je vis sous ta chaise.

Feuille de personnage
Âge: 1+7-2+10
Entrave: L'indécision
Métier: Cordonnier conteur
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/Abecedarian
MessageSujet: La maison des mots. Mer 5 Mar - 22:26

Ici nous somme dans le hall, je suis l'histoire au dessus de la plinthe, celle qui se cache derrière le porte manteau, délimitée par un miroir, bonjour, bonjour, voici la première histoire. Elle sera peut-être décevante. C'est l'entrée, pas la chambre.


Partie 1: La Robe (et accessoirement la princesse qui la porte)



  • Il faut une robe pour cela, non ?
  • Je veux une robe.
  • Allons bon, ce serait ridicule, se moque ma voix, je joue avec le briquet.
  • Achète-moi une robe, O'.


.Et ça a peut-être à voir avec ce qui suit, mais ce n'est pas sûr, manque trop de fragments.

La robe est très ouvragée, il avait fallu quatre jours pour la concevoir, à sa demande à elle, A. Nous l'avions faite dans des rideaux, deux cousins aux motifs orientaux, un peu dorés, sur la base d'une vieille jupe, bien trop courte pour pouvoir faire l'affaire. Alors qu'elle la mettait enfin, on en voyait tous les défauts, c'était du sur-mesure, mais par cinq adolescents, ça conviendrait quand même, au pire elle prendrait le châle, issu d'un tapis au motif écossais, cela ferait l'affaire. Elle sourit et tourne sur elle-même, cela fait effet. Avec la vogue fichée à la commissure des lèvres elle aurait presque d'une grande dame. En même temps, c'est A, et aujourd'hui elle chausse même les hauts talons. Attends, il faut un peu que je présente A, ce sera mieux, pour la suite.


Il était une fois, une ferme. Une jolie petite ferme, sur le déclin, en bordure d'un certain village lui même en périphérie d'une grande ville. Dans la ferme, un homme, une femme, une poule, celle qui veut pas dormir avec les autres, une poule capricieuse en somme. Enfin, on s'en moque de la poule, en plus elle a fini avec des frites cramées, et c'est un peu triste. La reine, elle a juste oublié la pilule, elle avait pas forcément envie, sans se sentir comblée elle gérait la situation, Le roi, lui, il s'en foutait, tant qu'il pouvait aller à la chasse et ramener le gibier à la baraque, puis ensuite se distraire avec ses livres joliment ouvragés, plutôt vieux mais si bien illustrés. C'est un catalogue d'autres reines. Mais passons, on connaît la chanson, tout d'abord, la fée des qualités offre à la princesse tendresse et agilité, ensuite la fée talent arrive et lui octroie l'hyperlaxie, ça ne lui servira jamais, mais le mot est joli. La fée défaut lui inculque un mépris pour tout ce qui n'est pas beau et merveilleux. Et la fée entrave, elle, elle garde son secret, elle tapote le ventre de ses doigts noueux. Viennent enfin les dernières, retardataires, la fée des comptes et celle des faits, la première sent que le petit couple va casquer, et la seconde prédit l'accouchement dans l'escalier. Mais n'ayons crainte il n'arrivera rien au bébé.


C'est A, avec ces jolis cheveux blonds et ondulés, avec ses yeux noirs d'encre et ses cils longs et recourbés. Elle a même la peau parsemée de grains de beauté. A, c'est la fille parfaite. Herm... Évidemment le conte ne pouvait ainsi se dérouler, le père et la mère se transformèrent en dragons d'autorité, on ne sut vraiment comment, mais le duo ne fonctionnait que grâce à leur sévérité, et bien vite elle se rebella, pour rejoindre ses amis, de la cité. Elle y allait en stop, guère effrayée à l'idée de monter dans le carrosse d'étrangers. Et elle nous rejoignait, elle venait chez moi, brossant ses cheveux d'or qui tombaient dans mes draps, on riait beaucoup, enfants, et bientôt la princesse voulu nous motiver à aller de l'avant. Elle était gâtée, on lui offrait tout, places de ciné, livres, et elle s'invitait pour manger. Avec elle on voulait tous sortir le cristal, la porcelaine, vraiment la traiter comme une reine. On ne savait pas vraiment ce qu'il se passait, à cette époque, parfois elle nous confiait qu'un des dragons l'avais brûlée en crachant son feu trop près, à d'autres instants l'autre la griffait, mais c'était juste emporté par son élan, elle les défendait. Et puis, ce n'est pas comme si elle finissait le visage tuméfiée ou avec les pommes de terre, comme les poulets. Le foyer était en train de se briser en réalité, elle n'en subissait pas tant, en comparaison des deux qui jouaient à se détrôner, s'incendiant constamment. Puis, le roi vint en ville, la princesse suivit, juste histoire de rester avec ses amis, et c'est ainsi qu'elle fit un premier pas vers ce qu'elle persisterait à appeler sa vie.


Il y a donc la robe, un sifflement admiratif de Y, réprimandé par E alors que D s'en amuse. Moi, j'observe, j'écoute, je prends en note. Je lève le pouce en guise d'approbation, on se sépare en deux, A et moi au supermarché, Y et D au parc, E... je sais plus, c'était E aussi, toujours dans l'ombre, à jeter des regards pleins de dédain. En se déplaçant A se fait aborder deux fois, je savais que cela ferait effet, je montrerais bien les dents, mais j'aurais l'impression d'être le caniche de la princesse, inutile de préciser ce que j'en pense. Elle a un peut de mal à marcher, on croise son père, qui se rend à un Pub, rendez-vous d'affaires, se sent-il obligé de préciser, alors qu'il pue déjà l'alcool. Tant pis, A ignore l'odeur de vodka, fait la bise, accompagné d'un : prend soin de toi, papa. C'est A, la fille parfaite... Elle redresse imperceptiblement la tête, direction les portes automatiques, même pas d'arrêt à un fast food. Elle sait qu'on va prendre soin à passer par chaque rayon. Elle regarde attentivement, son choix s'arrête sur les chamallows, les roses et blancs, elle en prend trois paquets. Et trois quarts d'heure plus tard on arrive aux caisses, elle sort quelques pièces, gardez la monnaie précise-t-elle en prenant le ticket, et je ne peux m'empêcher de sourire à mon tour. La caissière en semble satisfaite, de plus. On ouvre le premier paquet, en ressortant triomphants, ça n'aurait pu que marcher de toutes façons, non ? Ah, la caissière se précipite à notre suite, je me retourne, raide, et tente un regard dissuasif, elle repart penaude avec quelques bons de réduction à la main. Tant pis, mieux vaut se méfier.

A rit, d'un rire moqueur et doux à la fois, parano ajoute-t-elle dans un chuchotement faussement angoissé, regardant autour d'elle. Nous sommes presque à l'endroit prévu, c'est un parking d'école, à dix-huit heures il n'y a plus personne. Je relève la robe, et l'aide à récupérer les articles un à un. Elle était un peut déçue de ne pas avoir pu caser une paire d'escarpins qu'elle avait vu, une prochaine fois. Faudrait qu'ils fassent une armature solide à la robe, ce serait autrement plus pratique, c'est ce qu'elle pense, je rétorque que si elle veut des casiers on peut aussi essayer de voler à ikéa. Ça n'amuse que moi. Elle veut faire les choses bien, comme une vraie princesse. Alors quand Y et D reviennent (probablement accompagnés par E) elle échange les sachets de chamallows contre un plus attrayant, et plus petit, et plus cher. On s'installe sur un banc. Je sors ma pochette de carton, pleine de cours, et la pose sur mes genoux. Elle fait un bâton et un six en poudre magique, à l'aide d'une carte d'une boutique de cosmétique, elle fait sa princesse. Elle veut qu'on le fasse tous ensemble, je désapprouve, je ne prendrai pas ça. Pas alors que ma mère sait détecter sous quelles substances quelqu'un est dès qu'il passe le portail du jardin. Elle a ce côté « hyper observateur » qu'on voit dans les séries, c'est Patrick Jane, en vrai. Mais bon, elle n'est pas une princesse, plutôt une sorcière.



Partie 2 : Les onze coups de la sorcière.
(elle se situe au dessus de la cuisinière)

La maison des mots.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fiche technique pour débutants: Présentation de la maison Baratheon
» Mots clé spécifique et symbole de maison.
» Logiciel dessin maison
» Baliste faite maison
» Guide d'achat Maison Martell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Les mémoires-