Partagez|

La pomme ne tombe jamais loin du pommier [pv :Virgile]

Dante
Messages : 4
Date d'inscription : 04/03/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La pomme ne tombe jamais loin du pommier [pv :Virgile] Ven 28 Mar - 16:39


L’air s’engouffrait à pleines brassées dans les poumons de la princesse des va-nu pieds. Ses longs cheveux ondulaient dans le vent tiède d’un printemps encore timide. Elle était assise au pied d’un pommier. Au pied d’un homme également. Cela n’avait rien d’étonnant qu’elle fut dans cette posture de soumission devant Virgile. A cet instant, l’homme faisait ce qu’il aimait le plus en dehors de se l’approprier, il s’écoutait parler. On ressentait jaillir par tous les pores de sa peau sa suffisance affichée. La femme le contemplait de cet air si naïf et ingénu qu’elle savait prendre devant lui par moments. La danseuse ne possédait pourtant pas ces qualificatifs de manière significative mais elle avait appris à développer un langage corporel qui exprimait la soumission et l’admiration.

C’était évident pour elle que l’homme achetait ce discours sans chercher plus loin. Les gens sont souvent prompts à constater dans des regards et des attitudes les comportements qui leur plairaient. Malgré sa sagesse, le précepteur de la demoiselle ne faisait par particulièrement exception. Dante le voyait comme un homme. Rien de plus, rien de moins. Juste un autre homme  dont elle pouvait vampiriser le savoir et s’approprier les compétences avant de le laisser sans vie sur le bord de la route. Elle ne doutait néanmoins pas un seul instant du fait que l’homme ne ressentait pas pour elle plus que l’affection d’un maitre pour son ouaille. Une affection teintée également de la douceur dont font preuve les hommes dès qu’ils couchent avec vous. Jamais vous ne verrez plus tendres qu’un homme encore nu d’un rapprochement charnel. Tout était possible dans ce laps de temps après l’acte en lui-même. C’était le moment d’annoncer des vérités déplaisantes ou de tenter de faire germer une idée. En général, les hommes appréciaient de penser qu’ils menaient la danse, aussi fallait-il leur donner l’impression que l’idée venait d’eux et pas qu’elle avait été insufflée discrètement par un murmure incertain.

Son esprit vagabondait un peu, elle venait de perdre sa concentration. Son attention n’était plus vissée sur le jeune homme qui continuait de s’amuser du ton de sa propre voix. Cette attitude pouvait lui causer du tort mais à cet instant, ça lui était égal. Ce pays bien que familier lui semblait toujours aussi inconnu. Beaucoup de secrets reposaient au sous-sol et elle s’était mise en tête de découvrir les petits défauts et travers des gens, notamment ceux qui comptaient, afin de pouvoir tenir le monde sous sa coupe. Cela faisait partie de sa nouvelle attribution pour devenir la reine que son être tout entier rêvait de devenir.

« Virgile, ne trouvez-vous pas que plus une chose est belle à l’extérieur et plus la probabilité qu’elle soit viciée à l’intérieur est grande ? »

Spoiler:
 
Virgile
Messages : 21
Date d'inscription : 27/01/2014

Feuille de personnage
Âge: 23 piges (esper'ancien)
Entrave: Quête déraisonnable du savoir
Métier: prof/antiquaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La pomme ne tombe jamais loin du pommier [pv :Virgile] Sam 29 Mar - 10:47

Virgile prenait l'écorce de l'arbre entre ses doigts. Il glissait la pulpe de son index dans les sillons du bois et plantait ses ongles sur les bords saillants, afin d'en arracher des morceaux qu'il laissait tomber au sol. Ce geste machinal occupait la part de lui qui n'était pas mobilisée dans la production de langage. Il s'était lancé dans une explication détaillée de la pigmentation des végétaux et récitait avec enthousiasme ce qu'il savait, dénombrant l'effet des anthocyanes, des chlorophylles, des caroténoïdes et leur répercussion sur les animaux qui s'en nourrissaient. Son discours était ponctué de grands gestes enveloppants. Posant ses yeux sur son élève, il vit dans la langueur de son regard que celle-ci ne l'écoutait plus. Il ne s'en effraya pas et continua son exposé de la même voix cajoleuse et émerveillée bien que sa fierté en ait pris un coup. Il tenta d'émouvoir son amie en lui parlant des fleurs qui la ravissaient tant lorsqu'il lui en ramassait sur les bords des chemins. Cela fit germer en elle une question qui le toucha. Virgile descendit de ses grands chevaux et de la hauteur de ses jambes par une flexion de celles-ci qui lui permis de s'accroupir à côté de son aimée.

Cette manie qu'elle avait de le vouvoyer avait finit par lui plaire. Surtout lorsqu'ils n'étaient que tous les deux, dans l'intimité de leur jeu et que personne ne pouvait les entendre. Il tenait à son image d'anarchiste échevelé et cette relation de pouvoir qu'il entretenait avec Dante aurait bien pu la ternir. Dante le savait bien et en prenait parfois parti en le criant tout haut aux oreilles des progressistes dont il et elle se moquaient. Virgile en rougissait bien qu'il se sente hautement subversif des normes bourgeoises. Il prêtait au jeu d'amour qu'il entretenait avec Dante la possibilité d'une réalisation avant-garde de la critique de la domination, éminemment perdu entre son désir de soumettre et son désir de libérer. Le consentement mutuel justifiait l'équilibre de cette relation.

Les lunettes rondes avaient glissées le long du nez droit, laissant apparaître deux yeux dardant le masque. Virgile posa un doigt sur la lèvre inférieure de Dante pour la caresser. Il ne pouvait s'empêcher d'associer l'énigme qu'elle lui posait à l'énigmatique qui venait de la prononcer. La métonymie valait toutes les fleurs d'Espérance. Virgile passa sa main derrière l'oreille ronde dont il connaissait les contours et empoigna affectueusement une mèche de cheveux qu'il relâcha aussitôt pour remonter ses lunettes.

« Mais tu es la chose la plus belle, Dante : sous tous les rapports, tu es la plus délicate des manifestations terrestres de la beauté. Si je te suis, alors il y a de grandes chances pour que ta peau somptueuse enveloppe une vicieuse, n'est-ce pas ? Alors ce que tu dis est vrai ? Tu es bien la plus belle... La plus vicieuse de mes amoureuses... ? »

La dernière phrase, Virgile l'avait presque chantonnée, bouleversé qu'il était par un désir polymorphe . Il se pencha lentement pour offrir ses lèvres.
Dante
Messages : 4
Date d'inscription : 04/03/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La pomme ne tombe jamais loin du pommier [pv :Virgile] Ven 23 Mai - 15:42


Dante esquissa un sourire presque timide, presque tendre. Les petits gestes d’affection qu’avaient Virgile possédaient toujours une connotation inattendue pleine d’amour, assez ironiquement puisqu’octroyé par un être qui semblait s’aimer plus que tout. Jouaient-ils à être amoureux ? C’était possible, Dante n’avait jamais ressenti ce besoin alors parfois elle se demandait si c’était si important que ça. Ça n’était qu’une interrogation de plus dans les fragments qu’étaient devenus son existence. Elle bougea silencieusement la bouche pour baiser le doigt qui passait devant elle.

« Suis-je donc la plus belle chose sur terre Virgile ? Suis-je donc la plus vicieuse ? Il me semble que vous voulez me contrariez Virgile en parlant ainsi de vos amoureuses comme si je n’étais que la plus belle parmi une ribambelle. Si j’étais la chose la plus belle sur terre pour vous Virgile, vous baiseriez le sol que je foule et vous embrasseriez chacun de mes mots plutôt que de tenter d’obtenir mes faveurs après avoir été si cruel. »

La bouche s’étira en un rictus moqueur révélant la jeune fille derrière le masque de l’innocence. Sa tête s’inclina laissant ses boucles soyeuses glisser pour se perdre le long de son cou.

« N’êtes-vous pas l’incarnation du vice vous-mêmes Virgile vous qui vous amusez à me torturer pour éprouver mon affection. Vous qui ne ménagez pas mes sentiments en évoquant d’autres femmes en ma présence comme si je ne vous étais pas suffisante. »  proférant cette semi- accusation son visage s’était rapproché alors que son expression redevenait plus douce et plus taquine à la fois. « Il faudrait que vous vous fassiez pardonner un tel affront. Vous ne voudriez pas perdre la plus belle des choses que vous ayez jamais touchées, n’est-il pas ? » Curieuse réflexion de la part d’une personne qui voulait qu’on la considère toujours comme inaliénable mais qui se laisse traiter malgré tout de chose. Toute cette conversation, cette mascarade, ça n’était rien de plus que l’ébauche d’un jeu entre eux.

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La pomme ne tombe jamais loin du pommier [pv :Virgile] Aujourd'hui à 9:55


La pomme ne tombe jamais loin du pommier [pv :Virgile]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (svanhild) - L'Homme sage n'est jamais loin de ses armes.
» La Foudre ne tombe JAMAIS deux fois au même endroit
» Construction de ma table de Mordheim
» Le Pied de Cochon tombe dans les pommes!
» Énigme assez difficile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Périphérie :: Potager & Verger-