Partagez|

Peter, le soldat mélancolique~ [90%]

InvitéInvité
MessageSujet: Peter, le soldat mélancolique~ [90%] Dim 30 Mar - 17:08


avatar
Peter


SEXE : Masculin
NATIONALITE : Européenne
ÂGE : 25 ans
LIEU D'HABITATION : Habitation
POSTE : Forgeron
RELIGION : Athée [Autrefois catholique pratiquant]
Peter vit dans une charmante maisonnette à l'ancienne située dans un coin de rue de Bourg. La façade extérieure est tapissée de lierre par endroits et des plans de lavandes odorantes ornent une des fenêtres. L'intérieur est assez spacieux, sommairement meublé, mais lumineux lorsque le soleil est à son plus haut point. Ordonnée et bien entretenue, car son propriétaire est un peu maniaque sur les bords, il n'apprécie pas le désordre.  



Il était une fois...


"Des cris. Des larmes. Des supplications et des pleurs. Des hommes hurlant des ordres avec agressivité dans une langue que je ne comprenais pas mais qui ne m'était pourtant pas étrangère. Pourquoi sont-ce ces souvenirs qui me reviennent à l'infini ? N'avais-je pas vécu des instants de bonheur dans l'Avant ? Je ne comprends pas. Je ne sais plus. Qui suis-je ? Tout ce que je sais, c'est que je suis prisonnier d'un passé dont j'ignore presque tout."

~Peter, Espérance, 8ème crépuscule~


Les souvenirs du jeune Peter ne sont pas nombreux et surviennent de temps à autres lorsqu'il se retrouve face à quelque chose de familier ou bien quand il se trouve dans le Reflet. Ce lieu onirique laisse des indices qui ne trompent pas, surtout sur son apparence physique. Chaque nouveau souvenir est comme un coup de poignard dans son coeur, il en souffre tant qu'il craint d'en retrouver un autre à chaque instant. Ses yeux se ternissent, son apparence dans le Reflet s'aggrave. Peter se représente cela comme un puzzle: son passé brisé se reconstitue malgré lui et il veut éviter à tout prix le jour où toutes les pièces seront rassemblées pour ne faire plus qu'une. Du déni et de la peur. Son équilibre mental, bien que de plus en plus instable, repose sur le dénégation de son Avant.

"Peter portait un objet lourd entre ses mains moites. Il baissa les yeux sur son fusil puis les planta dans ceux de l'homme d'âge mûr qui lui faisait face, en état de choc.
-Caporal...
-La guerre, c'est la guerre, jeune homme. Les Hommes sont parfois obligé de faire des choses impitoyables pour sauver leur peau en des temps aussi noirs.Tu es soldat, tu te dois d'obéir aux ordres. Survis.
-Mais je...
Peter inspira un grand coup, passant deux mains dans ses cheveux, perturbé. Ensuite, il expira et continua d'une voix blanche.
-Veuillez m'excuser mais... Je refuse de faire ça. Je ne peux... décemment pas faire ça... Je...
Sa voix se brisa. Le caporal posa une main compatissante sur les épaules tremblantes de son subordonné.
-Tu as deux choix. Mais sache que chacun d'eux comporte sa part de risque et qu'il n'en existe pas de bons.

~Rêve de Peter, 13ème Crépuscule~


Plus il essaie d'oublier, plus les souvenirs affluent, tous aussi brutaux les uns que les autres. C'est un triste paradoxe impossible à stopper. Son esprit vide lorsqu'il exécutait les ordres, tuant tout ceux qui se présentaient sur son passage. Les blessures infligées par ses ennemis. Le froid mordant sa chair. Ses lèvres sèches. A chaque nouveauté du passé, Peter, lorsqu'il en a l'occasion, s'allonge sur son lit, un bras masquant ses yeux humides. Dans ces moments-là, il cache son miroir et tombe dans les bras de Morphée dans un sommeil dans lequel il espérait qu'aucun rêve ne se manifesterait pour le troubler davantage.

"Mon corps était figé. Autour de moi, des cadavres exprimant la terreur jonchaient le sol. L'odeur de la fumée s'ajoutant à celle de la mort rendaient l'air irrespirable. Je me tenais là, tel Thanatos volant la vie des âmes mortelles. Je ressentais une sensation étrange sur la peau de mon visage. Mes doigts tracèrent lentement une ligne droite de haut en bas sur ma joue. La couleur écarlate tâchant ma peau ne faisait aucun doute: du sang. Je me mis à marcher, sans but, pris de nausée. Ce n'était certainement pas le mien."

~Souvenir de Peter~


La guerre fait des ravages. Peter est dévasté. L'amnésie pourrait être son seul espoir, si seulement tout ces sons, tout ces sentiments aux goûts amers et sanglants ne le torturaient pas à longueur de journée. Il serait d'autant plus cruel d'oublier toutes les victimes dont les vies s'étaient éteintes par sa faute et il ne pourrait jamais racheter toutes les choses impardonnables qu'il avait faites, qu'il l'ai voulu ou non. Bird le protège de tout ça sans lui poser de questions. Pour d'obscures raisons, Peter tient particulièrement à lui, l'Oiseau qui l'a prit sous son aile lorsqu'il est arrivé en ces contrées, mais également une sorte de chef doyen pour tous les résidents d'Espérance. Ses attentions ne l'ont pas laissé indifférent: cet homme sait quelque chose sur son Avant ou y a peut-être joué un rôle. Tout cela reste encore un mystère pour le jeune homme, mais il lui est reconnaissant: Bird, s'il connait ses crimes, ne lui a jamais révélé une seule chose par égard envers son traumatisme.


Ils vécurent heureux et...



Sommeil. Confusion. Ce furent les premières sensations qu'il ressentit lorsqu'il avait ouvert ses yeux aveuglés par la lumière d'Espérance, allongé sur le dos dans une drôle de clairière. Le soleil brillait à son zénith ce jour-là, mais Peter se souvient avoir eu froid. Pas physiquement, non -bien qu'il ressentait aussi des douleurs dans tout son corps tuméfié, contusionné, que du sang coulait d'une blessure sur son front et qu'il avait un goût de fer désagréable dans la bouche. Mentalement. Son coeur était dénué de toute émotion humaine positive ou négative. Son esprit était vide, comme s'il avait été victime d'une amnésie soudaine. Quelle pensée absurde était-ce, sur le moment, mais Peter avait dû se faire une raison: rien ne lui revenait. La seule chose dont il était certain, c'était qu'il se nommait Peter et qu'il avait environ vingt-cinq ans. Etrangement, Peter ne parlait pas anglais, contrairement à ce que pouvait laisser penser son prénom. Peter s'était redressé en position assise, observant les horizons silencieusement. Et à ce moment-là, Bird était entré dans cette clairière et lui avait tendu la main pour l'aider à se relever avec une drôle de lueur dans ses yeux. Etait-ce de la tristesse ? De la mélancolie ? Ou peut-être de la surprise ? Sûrement un peu de tout ça. Ils avaient échangé quelques mots. Il lui avait demandé son nom et, réponse donnée, s'était présenté à lui. Distant, Peter l'avait ensuite suivi, partant à la découverte d'Espérance, ce lieu étrange et si pacifique, où chaque personne possédait sa part de ténèbres.

Maintenant qu'il y repensait, Peter vivait à Espérance depuis bien longtemps, au moins quelques années, s'il se fiait à tout ces nombreux couchers de soleil qu'il avait connus ici. Et plus le temps passait, plus il en savait sur son Avant, malgré lui. Moins il voulait en savoir. Si seulement il avait pu rester au même point qu'à son arrivée, complètement amnésique, les choses auraient été bien plus simples. Ce changement était probablement inévitable. Mais malgré ça, Peter, bien que triste, ne déteste pas tout ce qu'il a vécu à Espérance, ce qu'il vit actuellement, et attend patiemment les prochains évènements de son futur. A son arrivée, Bird l'avait emmené à Bourg et sur le chemin, lui avait expliqué tout ce qu'il devait savoir sur cet endroit étrange où les gens ne comprenaient pas tous sa langue natale et vivaient en harmonie. Il l'avait ensuite laissé se débrouiller, et Peter avait débuté sa vie sur Espérance. Peter se souvient avoir eu quelques difficultés à s'adapter à son nouvel environnement, bien que personne ne le rejetait. C'était Peter qui dressait une barrière entre les autres et lui. Il souriait, discutait -il réussit facilement son apprentissage de l'Esperanto-, se sociabilisait, mais ça s'arrêtait là. Son sourire était poli, mais il ne lui apportait rien émotionnellement, il l'avait très vite découvert car ses yeux ne souriaient pas, eux. Apprécié des autres enfants, on lui avait peu à peu construit une image de beau prince parfait, exempté de défauts bien malgré lui. Image qui se briserait si quiconque le croisait dans le Rêve que Peter fuit comme la peste. Il avait assez fait de dégâts comme ça.

Peter mène une vie paisible à Espérance, rythmée par son travail de forgeron, ses petites promenades tranquilles dans Bourg et ses conversations agréables avec les autres enfants. Parfois, il emprunte des recueils de poèmes et autres oeuvres littéraires pour s'occuper. L'ancien soldat apprécie cette routine et donne tout pour que celle-ci ne soit pas bouleversée par quoi que ce soit. Mais contre toute attente, sa vie calme ne dura pas bien longtemps car le doute s'était installé parmi la population espérancienne, causé par les évènements récents. Indéniablement du côté de Bird qui refusait de donner cette vérité, Peter avait affronté ceux qui s'opposaient à lui en tant qu'apôtre mais aussi en tant qu'ami. Sa réputation devait avoir dégringolé auprès de certains enfants, mais c'était sa dernière préoccupation: Bird était bien plus important pour lui que tout ces gens réunis, et il ne voulait pas connaître la vérité. Il était ici. Point final.


Le prince eut par ce moyen toutes les perfections inimaginables...

Description mentale du personnage.

Spoiler:
 


On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie.


Peter et son entrave. L'entrave et le soldat. Oui, car c'est bien à ça qu'il ressemble lorsqu'il entre dans le Reflet. Un soldat de la paix. Quelle insolence il a, de se présenter avec son casque bleu et son uniforme représentant l'armée pacifiste alors qu'il s'acharne sur tout être vivant qui a la malchance de se trouver sur son chemin. Oui, Peter n'est pas celui que vous croyez. Ou du moins, quand il rêve, il n'a pas le choix. C'est un tueur sanguinaire qui pleure, souffre, dont le coeur se déchire lorsqu'il se met à l'oeuvre. Ah, si seulement il pouvait éviter tout contact avec ce monde parallèle... Mais sa vraie nature, sa culpabilité, tout ça ne disparaîtra pas, et la fatalité le contraint à subir ce qu'il considère comme une punition pour tout ce qu'il a pu faire dans son Avant. En avait-il déjà parlé à quelqu'un ? Non, pas vraiment. Du moins, il évitait soigneusement d'aborder ce sujet quand une personne trop curieuse s'y intéressait. Tout ce qu'il faut savoir, c'est que Peter rejette le Mal et ne désire pas retrouver des morceaux brisés, dispercés de son passé. A moins que...


Miroir, miroir dis-moi qui est le plus beau ?


On dit souvent que Peter a un physique avantageux, sans être parfait ou particulièrement beau. La première chose qui vous frappe lorsque vous le rencontrez, c'est sa taille. En effet, Peter est un jeune homme très grand, avoisinant les un mètre quatre-vingt-quinze. Sa carrure est imposante, le travail aux forges ont façonné son corps déjà bien bâti lors de son arrivée à Espérance. Il passe régulièrement une main dans ses cheveux blonds mi longs qu'il tente toujours de coiffer du mieux possible bien que certaines mèches rebelles pointent leurs brins d'un jour à l'autre. Ah... Ses grands yeux. Si clairs, si limpides, où l'on peut percevoir ses émotions tel un miroir de l'âme. Ils rappèlent un ciel radieux, quand la tempête d'émotions négatives ne fait pas rage. On s'y perd presque, car ils expriment une sorte de sagesse tendre lors de ses beaux jours, de la fatigue et de la lassitude lors des mauvais jours. On devine que Peter a beaucoup vécu rien qu'à la lueur de son regard. Son nez n'est ni trop grand, ni trop petit, d'une taille et d'une forme esthétiquement acceptables. Ses lèvres douces esquissent de temps en temps des sourires absents plein de mélancolie. Un petit grain de beauté sur sa joue, souvent caché par ses cheveux marque le contraste de sa peau pâle. Sa voix va de pair avec son caractère pacifiste. Elle est douce et rauque, agréable à l'oreille. Et son attitude... Peter est si gentil, si attachant, bien que distant. Il attire les autres bien malgré lui par ses gestes fluides, sa démarche assurée bien que lente, et ses airs de prince rêveur, bien qu'il ne s'en rende pas compte. De toute manière, rare sont ceux qui peuvent le toucher, car il n'apprécie pas les contacts physiques en général. Qui ne l'a pas vu prendre ses distances discrètement quand il jugeait que la proximité était bien trop grande ? Certains pensent qu'un accoutrement de prince lui irait à merveille, mais Peter n'y prête aucune attention: il aime s'habiller sobrement, une chemise blanche, un pantalon et des chaussures simples ou bien des bottes lui suffisent amplement. Quand il fait un peu frais, il ajoute une veste parka brune ou bien un blazer de la même couleur, accompagnées d'une simple écharpe en tissus blanche ou gris clair.


De l'autre côté du miroir...

PRÉNOM/PSEUDO : Cécy
ÂGE : 18 ans
OÙ AS-TU CONNU JE DE L'ÂME ? Partenariats~
COMMENT LE TROUVES-TU ? Je suis tombée amoureuse dès le premier regard 8D
EXPÉRIENCE EN RP : Heu... Quatre mois de rp, donc récent.
PRÉSENCE : Assez régulière, mais je privilégie mes études, c'est important~*


Peter, le soldat mélancolique~ [90%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» il faut sauver le soldat ryan
» La menace Noire...
» soldat "ghost" (cod6)
» EDH SOLDAT
» Les chemins de la liberté (Peter Weir)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-