Partagez|

Lucien ou le pauvre horloger [Terminé]

Lucien
Messages : 7
Date d'inscription : 25/04/2014

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Entrave: Obsession du temps
Métier: Horloger/Chercheur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Lucien ou le pauvre horloger [Terminé] Ven 25 Avr - 14:40


avatar
LUCIEN


SEXE : Homme
NATIONALITE : Suisse
ÂGE : 21 ans
LIEU D'HABITATION : Habitation
POSTE : A son plus grand malheur Lucien ne peut pas travailler sur son matériel préféré : les montres, celles-ci ont arrêté de fonctionner à leur entré dans Espérance. Il met donc à profit ses talents pour fabriquer des cadrans solaires et rechercher divers moyens de mesurer le temps dans Espérance. Il est horloger sans l’être, il est également un chercheur et apporte plus ou moins à sa manière son aide à cette communauté.

RELIGION : Athée
Son lieu de travail est sa maison, il vit entouré de toutes ses « babioles » qui ne fonctionnent pas : des montres, des horloges, des inventions inachevées... Bien que le silence y règne on pourrait se croire chez un vieil horloger. On y trouve cette ambiance ou le temps semble figé entre les aiguilles qui n’avancent pas et la concentration du jeune homme qui travaille dans son atelier.
Parquet foncé au sol et peinture rouille aux murs, l’ambiance est sombre, un peu vieillotte mais chaleureuse. Son atelier est situé dans l’arrière-boutique bien qu’il n’y a pas de porte pour séparer les deux pièces.
A l’étage, c’est une véritable « caverne d’Ali Baba », le sol et les meubles sont jonchés de pièces diverses et de plans, son désordre « organisé » – selon ses dires – s’est étendu à son lieu de vie, pour ne pas dire son dortoir quand il daigne aller se coucher.



Il était une fois...

Tic… Tac… Toutes les horloges et les montres sont en rythme. Une mélodie s’élève dans la pièce, sa première montre à mélodie est achevée, il la montre fièrement à son père du haut de ses…

Il ne sait pas quel âge, c’est flou, il est encore un petit garçon mais il est incapable de souvenir quand il a terminé cette montre qui lui tient pourtant à cœur.



Tic… Tac… Il est seul dans sa boutique à travailler sur sa dernière invention, plus qu’une invention c’est une œuvre d’art. Unique. Elle est le début d’une histoire qui s’étendra au-delà des années, qui passera de générations en générations.

Pour qui est cette montre ? Il ne sait plus, il sait qu’il a fabriqué de nombreuses montres, qu’il a des clients de qualité – pas forcément dans le sens « riche » mais dans le sens que ses clients ont un véritable intérêt pour son art.


Ils vécurent heureux et...


Il regarde sa montre, assis sur les pavés d’une rue il essaye de comprendre ce qui ne va pas. Il rassemble ses idées bien qu’elles soient un peu floues. Le nuit est tombée sur cet endroit, il ne sait pas encore s’il peut l’appeler un village ou une ville, endroit inconnu à l’architecture qui lui est pourtant familière, elle ne saurait lui rappeler sa ville natale. Quel ne fût pas son désarroi quand il remarque après quelques minutes que les aiguilles de sa montre ne bougent pas, laissant la mélodie tourner en boucle. Il la regarde sous tous les angles, hésitant à ouvrir la montre pour voir si ce n’est pas un défaut du mécanisme mais il n’a pas les outils adaptés et ne veut pas se risquer à l’abîmer d’avantage.

Quand il y repense maintenant il ne peut se dire qu’une chose : cruel souvenir que de se rappeler de sa passion pour son métier quand celui-ci n’a aucun réel intérêt en ce lieu. Les montres arrêtées s’entassent peu à peu sur son atelier et dans ses tiroirs au fur et à mesure qu’il les récupère auprès des habitants qui n’en n’ont plus l’utilité. Ça lui fend le cœur de voir que les aiguilles ne bougeront plus d’un millimètre. Il regarde sa propre montre à gousset qui n’a plus bougé depuis son arrivée. Seule la mélodie est encore jouée en boucle quand il l’ouvre, source de réconfort dans sa « solitude ».





De son arrivée en ce lieu ce n’est donc pas l’inconnu qui le perturba le plus, bien que la langue parlée lui paressait étrange il en apprit les bases pour communiquer mais il n’est pas rare de le voir encore maladroit avec les mots ou de glisser un mot de sa langue maternelle dans une conversation. L’accueil avait été on ne peut plus correct même s’il ne se souvenait plus de la personne avec qui il avait parlé lors de son arrivé. Il faut l’avouer, il faisait nuit et il était préoccupé par autre chose. Il s’intégra – même si c’était un grand mot pour lui – tranquillement à cette société qu’il a appris à connaître avec le « temps ».

C’est par ailleurs l’absence d’une réelle notion de temps qui le perturba à son arrivée, même la cloche du lieu de culte n’est pas un repère sûr. Il s’est donc mis en tête de redonner une notion de temps à Espérance même si la tâche semblait paraître impossible car les minutes ne sont pas des minutes, les heures ne sont pas des heures, les jours ne sont pas des jours, seul reste un semblant de saisons. Entre plans et petites pièces il y a donc de nombreux papiers contenant le fruit de ses recherches mais ce n’est pas pour autant qu’il a réussi à établir un système de mesure du temps, loin de là mais il ne désespère pas d’en trouver un…un jour. En attendant il fabrique divers cadrans solaires pour se donner un semblant de notion du temps, c’était toujours ça de pris.

Il cherche également la raison du pourquoi du comment les montres ne fonctionnent pas à Espérance, c’est une chose que la notion du temps soit aléatoire, s’en est une autre que les mécanismes ne fonctionnent pas. Il comprend que les montres à pile peuvent ne plus fonctionner au bout d’un certain temps, la pile s’use et il n’y a pas de quoi la remplacer ici mais les montres comme les siennes, les mécaniques, n’ont pas besoin de pile et ont pourtant arrêté de fonctionner malgré le nombre de fois qu’il les « charge ». Et puis ce n’est pas comme si la pile s’use, c’est un arrêt direct, sans préavis, de la montre dès votre entrée dans cet espace hors du temps.

Hors du temps est aussi l’espace dans le Reflet, un autre temps y est en marche, un temps avec une notion tout aussi étrange qu’Espérance mais un temps où les aiguilles tournent alors il se plaît à y aller de temps en temps. C’est un lieu de toutes les possibilités quand il ne se transforme pas en cauchemar, raison pour laquelle il n’y va pas aussi souvent qu’il le voudrait. Le reflet l’attire, le cauchemar le repousse. On lui a dit qu’il pourrait y retrouver des souvenirs mais il ne sait pas s’il a réellement envie de les retrouver. Et après ? Il se passe quoi une fois qu’il a retrouvé la mémoire ? A quoi exactement lui servirait-il de se souvenir alors que le peu de souvenirs qu’il a l’attriste déjà ?


La princesse eut par ce moyen toutes les perfections inimaginables...

Lucien n’est pas quelqu’un de très…imposant, il n’est pas une personne qui veut se faire remarquer étant de nature calme et préférant le silence de sa boutique ou des grands espaces. L’agitation du centre-ville l’attire peu. On pourrait développer tout un livre sur le fait que l’Avant et sa boutique lui manquent, qu'il regrette ce moment de sa vie et qu'il aurait préféré ne pas s'en souvenir, après tout il y avait ses montres, ses clients, ses outils – il n’aime pas beaucoup les outils qu’il a pu récupérer à Espérance et la seule chose matériel qui venait de l’avant qu’il a récupéré est sa montre à gousset où seul le mécanisme de la mélodie fonctionne maintenant, il peut d’ailleurs passer des heures à l’écouter en boucle.

Il est également peu bavard mais le lancer sur le sujet des montres est à vos risques et périls, il devient intarissable sur le sujet, plus qu’une passion c’est une obsession qui découle directement de son obsession pour le temps. Il peut passer des heures – il peut passer des heures sur beaucoup de choses tant que cela touche à la notion du temps – à fabriquer des montres dont les aiguilles ne bougeront pas d’un millimètre bien qu’il le fait également pour exercer son art, les motifs compris dans la fabrication. Ses montres sont de haute qualité et elles font sa fierté.

Toutes ces heures passées à écouter sa musique, à fabriquer des montres et à faire des recherches lui font au final oublier bien d’autres choses fondamentales pour sa propre santé : il ne sera pas rare de le voir endormi à son atelier, à son bureau ou allongé quelque part dehors soit de fatigue, soit de faim.

Pour conclure Lucien est une personne qui peut se montrer amicale mais qui n’ira pas de lui-même vers les autres, il est souvent dans sa bulle avec son propre espace-temps. Il est organisé dans son bazar et peut être un peu tête en l’air. Il peut paraître un peu spécial mais ça n’a pas d’importance ici, non ?


On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie.

Cette entrave était déjà ni plus ni moins présente dans son Avant, il l’a tout naturellement intégré à son quotidien dans ce nouveau cadre de vie : l’obsession du temps. La seule chose qui le dérange vraiment et qu’il n’accepte pas est l’absence de réelle notion du temps à Espérance et le non-fonctionnement des montres ce qui accentue son entrave et le pousse à puiser de plus en plus dans ses ressources, qu’elles soient physiques ou mentales.
Le temps est tout pour lui, la raison pour laquelle il a perfectionné son art, la raison pour laquelle on avait besoin de lui dans l’Avant. Il aurait pu fabriquer des boîtes à musiques avec lesquelles il aurait tout aussi bien appliqué son art mais il avait vécu avec les horloges et les montres, avec le « tic » régulier des aiguilles.
Alors il reste des heures dans son atelier ou dehors à la poursuite d’un but impossible, s’enfermant dans sa bulle, dans son propre temps jusqu’au point de perdre la notion du temps : l’heure de manger, l’heure dormir, l’heure de rentrer,… il peut facilement les oublier et finir par s’écrouler de faim ou de fatigue ou que sait-je encore.



Le Reflet, l’autre temps où les aiguilles tournent. Lieu où il peut s’adonner à son métier. Il n’a pas d’apparence particulière si ce n’est le fait qu’il ressemble à une vitrine ambulante : montre-collier, montre à gousset, montre de poignet, montre sur bague et d’autres modèles plus originaux les uns que les autres en passant par la montre sur boucle d’oreille – avouons qu’elle n’a pas grande utilité à part pour la personne en face de lui si ses cheveux ne la cache pas –, montre sur chaussure, montre sur bracelet de cheville,…
La plus grande part du temps qu’il passe dans le rêve sert à fabriquer d’autres montres qu’il sait qu’il ne retrouvera pas dans Espérance ou plus tard, juste pour le plaisir. La recherche du morceau de miroir ? Il préfère briser son miroir le plus tard possible pour rester dans le Reflet tant que ça ne vire pas au cauchemar, il fuit les conflits autant que possible, il fuit ce qu’il peut tant qu’il peut car il sait qu’il ne peut pas fuir Espérance et son temps détraqué… Même le fait de retrouver ses souvenirs ne garantit pas son départ d’Espérance, alors…à quoi bon essayer de les retrouver et de perdre des heures à chercher un morceau de miroir qu’on n'est pas sûr de trouver ?


Miroir, miroir dis-moi qui est la plus belle ?

Lucien ne se montre pas souvent, de plus s’il se tenait droit et gardait la tête haute il ne serait pas des plus désagréables à regarder. Des talons à la tête, le dos droit, il mesure un mètre soixante-quinze, il a également une corpulence adaptée à sa taille. Dos voûté et assis à son atelier on lui donnerait…peut-être dix centimètres en moins et quelques points de charme…en moins avec sa chevelure d’un blond terne, attachée en une queue de cheval mal faite et des yeux fatigués. Il ne paraît au final pas très vivant quand il a passé des heures dans son atelier entre son apparence débraillée et sa peau pâle. Mais une fois qu’il s’est reposé une bonne nuit, il gagne en charme, on voit qu’il a de beaux yeux couleur noisette, légèrement en amande et pétillants sous les reflets du soleil. Sa chevelure paraît un peu moins terne et mieux coiffée. Tout est une question de repas et de repos pour qu’il paraisse plus vivant aux yeux des autres…il n’y pense juste pas toujours.

Au quotidien et quand il sort il a toujours le même genre de tenue : une chemise ample surmontée d’un boléro aux teintes chaudes qu’il ne ferme presque jamais avec un pantalon quelconque rentré dans des vieilles bottes marron. Il paraît pour autant plus ou moins bien habillé suivant le moment où vous le rencontré.

Question petits détails il a des doigts assez fins et habiles pour manier avec précision ses outils et mener à bien le montage de ses montres. Un lézard est également tatoué sur sa nuque bien qu’il en a oublié la signification mais ça ne l’embête pas plus que ça et ne cherche pas à tout prix la provenance du lézard.


De l'autre côté du miroir...

PRÉNOM/PSEUDO : Gwyrddlas
ÂGE : 19 ans
OÙ AS-TU CONNU JE DE L'ÂME ? En me baladant entre top-sites et partenaires.
COMMENT LE TROUVES-TU ? Contexte intéressant et mystérieux (il faut que je passe ce mur <>_<>) et j'aime beaucoup le thème /o/
EXPÉRIENCE EN RP : Humhum...Un an ou deux au total je dirais.
PRÉSENCE : Le soir en semaine et toute la journée le week-end.

Résine
Messages : 188
Date d'inscription : 21/02/2012
Localisation : Dans un pot d'encre.

Feuille de personnage
Âge: 17 années
Entrave: Se sentir sale
Métier: Fermière ♣
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lucien ou le pauvre horloger [Terminé] Sam 26 Avr - 10:52

Bienvenue, petit Suisse ♫

Comme promis, je bouscule un peu ton capharnaüm à aiguilles pour m'y installer, c'est plus agréable pour corriger quand on est bien assis ~

Ta fiche est toute jolie et les gribouillis sont vraiment charmants, un peu comme une signature sans fin ou une tentative de décrire une chronologie qui file n'importe comment. C'est simple et facile à lire même si, malgré tes corrections, il reste quelques fautes du genre « la langue parlée lui paressait étrange » ou « que sait-je encore ». Rien de grave. Mais merci, merci de mettre des guillemets français et non ces petites apostrophes anglaises ♥
Ton apparence dans le Reflet me plaît aussi, belle trouvaille que la montre-boucle-d'oreille !

Comme le paragraphe de l'arrivée à Espérance n'implique pas de personnages [est-ce voulu ou non ?], je te propose de voir avec Vaelh - peur de l'attente - ou bien Clover - névrosée du temps - ou encore Virgile - antiquaire - s'il n'y a pas des liens intéressants à créer, en rapport avec ton entrave ou ton métier. Mais ce sont juste des éventualités ; nul doute qu'il y a tout plein de membres à l'affût d'un rp avec un talentueux faux-horloger ~

Sur ce, bon Je et du chocolat ♥

_________________
« Supportez courageusement ; c'est par là que vous surpassez Dieu.
Dieu est placé hors de l'atteinte des maux ; vous, au-dessus d'eux. »
Sénèque.
Lucien
Messages : 7
Date d'inscription : 25/04/2014

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Entrave: Obsession du temps
Métier: Horloger/Chercheur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lucien ou le pauvre horloger [Terminé] Sam 26 Avr - 11:31

Merci ♥

Vive Word qui met automatiquement des guillemets françaises ♥ Et puis je les trouve plus jolies dans un texte !

Pour l'arrivée c'était voulu que ça n'implique pas de personnage, il n'avait franchement pas la tête à se rappeler de qui l'a guidé au début. Clover et Virgile m'intéressent pour un lien (je vais de ce pas aller voir leur fiche d'ailleurs~ Après avoir fait le tour de ce qu'il y a à faire).
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lucien ou le pauvre horloger [Terminé] Aujourd'hui à 17:50


Lucien ou le pauvre horloger [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [ Maraudon ] Une aide pour un pauvre nain :p
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» Pauvre Astorta
» le sliders du pauvre !!!
» Lucas le pauvre malheureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Création de personnage :: Présentations Acceptées-