Partagez|

[Théodore] The Apple & The Pie

June
Messages : 23
Date d'inscription : 18/05/2014
Age : 17

Feuille de personnage
Âge: 16 notes
Entrave: Fuit la lumière
Métier: Chanteuse, veilleuse de nuit
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Théodore] The Apple & The Pie Sam 24 Mai - 8:20


The Apple & The Pie

Look at the stars, look how they shine for you and everything you do. Yeah, they were all yellow. I came along, I wrote a song for you and all the things you do. And it was called "Yellow."
Theodore & June

Elle fixa la fenêtre hermétiquement fermée, plissant les yeux pour distinguer une éventuelle source de lumière. Se détendit. La nuit était bel et bien tombée. Elle se glissa lestement hors de ses couvertures et déverrouilla la lucarne, humant l’air frais qui s’engouffrait dans le grenier. Les étoiles scintillaient doucement dans le ciel, éclairant le foyer de leurs rayons cristallins. June enfila une tunique crème par-dessus ses sous-vêtements, trop excitée à l’idée de sortir enfin pour s’habiller correctement. Elle attrapa son casque et descendit à toute vitesse les escaliers, pieds nus. Par chance, aucune écharde ne vint se planter dans sa peau délicate, et c’est tout joyeuse qu’elle courut jusqu’au lac, saluant de la main les quelques habitants encore présents dans les rues.

Une fois arrivée, elle prit une grande inspiration, s’imprégnant des senteurs familières qui composaient l’atmosphère sereine du petit océan. L’eau tout d’abord, fraîche et vivante, dont l’odeur éthérée était portée par la brise ; l’herbe également, encore mouillée par la brume, qui faisait ressortir les parfums de la terre ; les bois, non loin, qui amenaient des fragrances de pins et de bouleaux ; les quelques fleurs qui ne s’éveillaient qu’à la nuit tombée, tels le jasmin ou la fleur de lune, exhalant des doux arômes apaisants. La jeune fille s’assit doucement sur le tapis de verdure, plongeant ses jambes frêles dans l’onde. Les quelques remous ainsi créés frappèrent les bords du lac, imprégnant encore davantage l’humus de bruine, accentuant les effluves de terre mouillée qui lui plaisaient tant.

Elle se laissa tomber en arrière, le casque posé sur les oreilles. La lune semblait lui faire de l’œil, et elle ne put s’empêcher de sourire. Il était rare que le supplice de la journée soit aussi difficile à supporter. En règle générale, elle dormait jusqu’à trois heures de l’après-midi, et finissait par jouer du piano ou de la guitare. Mais cette fois-ci, elle s’était décidée à vagabonder dans le Reflet. Elle avait, par habitude, enlevé ses vêtements trop brillants, quitte à se retrouver en culotte. Mais enfin, une enfant de dix ans n’a de toute façon aucune forme gênante, et les rares rondeurs présentes se concentrent davantage sur les joues qu’autre part. C’est donc fort peu vêtue qu’elle s’était promenée dans cette dimension parallèle, fort curieuse de ce qu’elle pourrait y trouver. Elle n’avait pas pensé qu’elle y découvrirait des souvenirs. Pas son morceau de miroir, non, juste une vision de son passé, fugace, mais terriblement réelle.

Elle riait. Elle riait avec un garçon dont elle ne voyait pas le visage, mais cela importait peu. Elle était heureuse, vraiment heureuse, pour la première fois depuis longtemps. Ils s’étaient enfermés dans un placard, serrés l’un contre l’autre, cherchant à arrêter ce fou rire, sans vraiment réussir. Soudain, la porte s’ouvrit brutalement. Il y eut des cris, quelqu’un l’attrapa brutalement par le bras, la tirant en arrière. Elle avait peur, mais elle ne pouvait rien faire. Et puis, il disparut. Le garçon disparut de sa vie, sans qu’elle n’eut compris pourquoi. Il n’était plus, voilà tout. Et c’était de sa faute. A elle.

June ferma les yeux. Ce souvenir la perturbait. Elle n’en comprenait pas le sens, n’était pas certaine de le vouloir. Voilà pourquoi elle ne cherchait pas ce fichu bout de miroir. La vie était bien plus simple maintenant, elle le savait. Ces choses qui constituaient ce qu’elle était n’avaient plus lieu d’être, elles n’avaient aucune importance, aucun impact sur sa vie à Espérance. Elle était, c’est tout. Elle respirait, elle chantait, elle dansait au clair de lune, elle existait. Et c’était amplement suffisant. Lentement, elle retira ses pieds des eaux, serrant ses jambes contre elle, recroquevillée sur le côté tel un fœtus. Elle traça machinalement des cercles dans l’herbe, le regard perdu au loin. Seule, comme toujours. Depuis toujours.

© Grey WIND.

Theodore
Messages : 15
Date d'inscription : 17/04/2014

Feuille de personnage
Âge: Dix-huit ans
Entrave: La jalousie
Métier: Serveur pour tous et toutes ♪
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Théodore] The Apple & The Pie Mar 27 Mai - 23:01

Les minutes avançaient lentement. Le temps posait ses pieds, un après l'autre, dans un rythme mou et sans vie. Ce qui semblait être une simple seconde était comme une longue heure à ne rien faire.

C'était comme ça dans le Café quand il n'y avait plus aucun client. Et ça devenait encore plus pénible lorsque l'heure de fermeture arrivait. Pour fermer la section café et ouvrir le côté brasserie, le propriétaire, Noah, devait venir en personne. Et quand on n'avait rien de mieux à faire qu'attendre que le boss arrive, le temps était péniiible ~ !

Alors, pour essayer de faire passer quelques minutes, Theodore nettoyait et re-nettoyait tout ce qui était lavable. Chaque table, patte de chaise, tabouret,
comptoir, lavabo, four, plancher et coin quasiment inatteignable. Ils y avaient tous passé ! Un peu plus et c'était la prochaine victime allait être le plafond… Heureusement, Noah arriva lorsque son employé termina de récurer la carafe à café.

Les deux garçons discutaient quelques instants, et malgré le besoin insoutenable de contact social de l'anglais, le boss dû couper leur conversation tôt. Il s'occupait de la brasserie ce soir et n'avait pas le temps de s'occuper de lui. Chassé de son lieu de travail avec un restant de shortcake aux fraises et une bouteille isotherme remplie de thé vert chaud, Theo avait maintenant deux choix ; retourner chez lui et terminez sa soirée avec sa personne et un gâteau ou faire une escapade et trouver un peu de chaleur humaine. Sa décision fût rapide, évidemment. Il avait été seul presque toute la journée, et pour quelqu'un comme Theo, c'était dur à vivre, surtout quand les seuls clients furent des hommes. Il avait besoin de la délicatesse d'une jolie fleur, d'un tout petit peu de contact physique, d'entendre une voix douce rire et parlée.

Il commença à vagabonder, en se rappelant du peu de souvenirs qu'il avait, ces souvenirs qui tournaient autour de cette femme… Qui était-elle ? Comment pouvait-il oublier un détail si important ? Pourquoi n'arrivait-il pas à se remémorer d'elle ? Son visage était flou, comme tout le reste de son corps. Les images qu'il se créait venaient des mots qu'il utilisait pour la décrire : « Une démarche amenant les regards vers ses yeux qui démontraient cette confiance et cette arrogance. Ce long sourire qui sait embrasser ce qu'elle désire. Ces mains délicates qui touchent ce qu'elle veut. Ce corps qui en fait rêver plus d'un. Elle est belle, elle aime qu'on se met à ses pieds et qu'on la supplie de simplement nous lancer un coup d'oeil. Quand elle désire quelque chose, elle fera tout pour l'avoir. Qui était donc ce diamant que peu de gens avaient vu ? »
Il récitait ces phrases dans sa tête, les yeux tournés vers les étoiles qui brillaient. Ce soir, le ciel était particulièrement beau. Complètement noir, il n'y avait aucun nuage. La température était douce, mais une légère brise venait quand même refroidir un peu les choses. Ceci dit, c'était un soir merveilleusement beau et paisible…

Le temps passait et Theo n'avait aucunement porté attention où il allait. Il avait marché, buvant tranquillement son thé. Il venait à peine de remarqué qu'il avait voyagé jusqu'au bord du lac. Le lac où il avait fait sa première entrée à Espérance. Et c'était au bord de ce lac qu'il vit une petite chose intéressante. Une petite silhouette qui s'était mit en forme comme un chaton qui dormait.
Il marcha vers cette petite âme silencieusement. Comme elle ne semblait pas avoir remarqué sa présence, il mit un genou sur le sol tout en se penchant vers cette jolie. «Lady ~ ?» dit-il d'une voix délicate.
June
Messages : 23
Date d'inscription : 18/05/2014
Age : 17

Feuille de personnage
Âge: 16 notes
Entrave: Fuit la lumière
Métier: Chanteuse, veilleuse de nuit
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Théodore] The Apple & The Pie Dim 1 Juin - 5:40


The Apple & The Pie

Look at the stars, look how they shine for you and everything you do. Yeah, they were all yellow. I came along, I wrote a song for you and all the things you do. And it was called "Yellow."
Theodore & June

Elle sursauta, manquant de se cogner la tête contre celle de jeune homme. Paniquée, elle recula vivement, fixant avec des yeux craintifs l’inconnu qui l’avait abordée. Plaquant sa tunique contre ses jambes, elle le détailla. Des cheveux hésitant entre un brun tendre et un roux mordant, des yeux hypnotisants, lumineux, mais aussi verts que les siens, qui, curieusement, la poussèrent à se relever, époussetant ses genoux d’un geste leste. Le reste de sa personne était très séduisante, et June sentit que si elle avait été capable d’éprouver un quelconque sentiment, il l’aurait fait frémir. Aussi eut-elle un sourire incertain face à l’attitude qu’elle devait adopter.

Elle eut vaguement conscience qu’il avait dit quelque chose, mais son esprit s’était focalisé sur sa voix veloutée, chaude et tendre, une voix qui mettait en confiance, qui donnait envie d’en savoir plus. Peut-être que discuter un peu avec lui effacerait ce souvenir perturbant. En tout cas, ça valait la peine d’essayer. Intimidée, elle s’approcha de lui. « Bonsoir. Je… Je m’appelle June. » Que fais-tu ici ? Pourquoi es-tu venu me parler ? Que me veux-tu ? Tu es bizarre. Ton sourire me fait peur. Tu me fais peur. Un peu. Pas trop. Je ne sais pas. Les pensées se bousculaient dans l’esprit de l’adolescente, incapable de dire si ces quelques mots suffisaient, si elle devait parler davantage, ou si, au contraire, elle aurait dû se taire. Nerveuse, elle tordit machinalement ses mains, posant son regard sur le lac, décidée à ne plus le lâcher.

La lune s’y reflétait, petit croissant lumineux dans l’obscurité morbide de la nuit, accompagnée d’une multitude d’étoiles scintillantes, telles des diamants perdus dans la toison sombre qu’avait revêtue le ciel. La vue de ces astres la rassura un peu, créant un cocon de bien-être dans lequel elle souhaitait ne jamais sortir. Mais enfin, il le faudrait bien, elle le savait, rien qu’en se basant sur l’arrivée imminente du soleil, qu’elle évaluait à… Oh, cinq ou six heures en vérité. Les ténèbres n’en étaient qu’au commencement. Et le pire résultait des soirs sans lune. Alors, on avait l’impression que les Enfers prenaient possession de la Terre, décidés à la noyer dans la noirceur la plus profonde, et que seules les étoiles les empêchaient d’accomplir leur funeste destin.

Un brin mélancolique, le regard perdu dans le vague, elle en vint néanmoins à croiser celui de l’inconnu, qui ne l’était peut-être pas tant que ça. Elle aimait l’idée de lui ressembler, rien qu’un peu, mais elle sentait en lui une passion dévorante, quelque chose d’effrayant et d’insondable, ravageur. Et pourtant, ses yeux d’émeraude avaient capté son attention, et sans s’en rendre compte, elle bascula, décidant que les réactions chimiques provoquées par son cerveau étaient en lien direct avec le sourire charmant du jeune homme, la laissant hors de contrôle, instable émotionnellement, tiraillée entre la peur et la curiosité, sachant pertinemment que l’un n’allait pas sans l’autre.

Sans se soucier de ses désordres intérieurs, June sourit.
© Grey WIND.



Dernière édition par June le Mar 17 Juin - 3:07, édité 1 fois
Theodore
Messages : 15
Date d'inscription : 17/04/2014

Feuille de personnage
Âge: Dix-huit ans
Entrave: La jalousie
Métier: Serveur pour tous et toutes ♪
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Théodore] The Apple & The Pie Lun 9 Juin - 1:08

Aww, face-à-face raté…

Eh bien, en voilà une adorable petite chose ! Un joli être aux airs mignons et délicats. Des grands yeux d'enfant innocente et de longs cheveux aux couleurs d'une mode excentrique, séparés en deux queues de cheval. Une très belle fille.
Pour le peu qu'il avait aperçu, Theo pouvait cependant confirmer que ce petit corps était maigrichon et manquait de viande, de chair, de graisse. Hmm, ce n'était pas son type d'anatomie préféré. Il préférait une demoiselle avec de plus grosses rondeurs. Selon lui, rien au monde ne pouvait battre une poitrine généreuse venant d'une femme que l'on peut jouer avec sans risquer de la briser. Sentir des hanches bien remplies entre ses doigts étaient un sentiment imbattable. Enfin bref.

L'Anglais regardait la dites June. Ses doigts s'enlaçaient entres eux-mêmes, elle ne savait pas ou ne savait plus quoi dire. Vu qu'elle s'était présentée, la politesse voulait que le garçon se présente à son tour. C'était ce qu'il allait faire, après ces quelques instants de silence accompagnés de ce petit sourire qu'il avait tout le temps Il la voyait détourner le regard vers l'étant d'eau. Sa présentation dû alors se cacher derrière la beauté de la lune qui reflétait sur l'eau. Aussi apaisante qu'une berceuse et belle comme une peinture.
« Such a thing… it's beautiful… » il murmura, ces mots dictés plutôt pour lui-même que pour être partagés. Il avait d'ailleurs garder une certaine habitude de parler en anglais lorsqu'il s'adressait à sa personne, pour une expression ou pour quelques mots généralement connus de tout le monde. Même cela lui donnait un certain charme vu son accent londonien, cela n'avait pas été pratique pour apprendre l'espéranto. Malgré tout, il réussissait relativement bien à se débrouiller avec les bases. L'apprentissage et Theo ne s'entendaient pas toujours !
Ceci dit, ses yeux retournèrent vers June, qui avait fait aussi la même chose. Theodore souriait encore, ce léger sourire qui disait tout. Il sentait un certain intérêt de la demoiselle, mais il avait surtout l'impression qu'elle avait une étrange… peur envers lui ? Un sentiment, une impression inexplicable. Peut-être n'aimait-elle tout simplement pas les inconnus, ou le temps allait l'aider à être moins timide avec lui ? Personne ne connait la formule magique pour effacer ces "fausses impressions", mais Theo connait bien un petit tour pour faire descendre la tension chez les dames…

Il gardait son mystérieux sourire et avança de deux pas. Son dos s'était plié de manière à ce que ses yeux soit à la même hauteur que ceux de June. Il s'approcha avec un autre pas, même s'il voyait parfaitement le nouveau malaise de la jeune fille. Puis, sans avertissements, sans rien, quelque chose se plaça entre les visages des deux gens.
Un shortcake. Ce shortcake qui venait du Café que Theo n'avait toujours pas mangé. Sur le bout de ses doigts et le dos maintenant droit, comme un serveur professionnel, il tenait le morceau devant les yeux de la demoiselle. Il recula un peu, laissant plus d'espace entre eux, et entre June et Gâteau-Kun.
«Tiens. Tu me sembles un peu triste. Je l'ai fait ce matin au Café, alors il est encore frais et délicieux.
Ahh, mais je me ne suis toujours pas présenté. Pardonne moi ! Je suis Theodore, mais tu peux m'appeler Theo si tu préfères ~ ♪»
Il termina sa phrase par un petit clin d'oeil. ♥


June
Messages : 23
Date d'inscription : 18/05/2014
Age : 17

Feuille de personnage
Âge: 16 notes
Entrave: Fuit la lumière
Métier: Chanteuse, veilleuse de nuit
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Théodore] The Apple & The Pie Lun 30 Juin - 21:02


The Apple & The Pie

Look at the stars, look how they shine for you and everything you do. Yeah, they were all yellow. I came along, I wrote a song for you and all the things you do. And it was called "Yellow."
Theodore & June

Sourire charmeur, sourire trompeur. Il avance de quelques pas, ses yeux face aux siens. Duel d’émeraude, de jade et d’étoiles, ces éclats qui pétillent dans leur iris tourmentés, qui volent d’un vert à l’autre, comme pour signifier qu’ils se connaissent. Elles semblent crier leur parité, brillent par leur similarité, mais à cet instant, plus rien n’a d’importance. Si elle sait bien une chose, c’est que ces artefacts qui retroussent les lèvres ne sont que mensonges et calomnies. Mais au jeu des faux-semblants, qui gagnera, dis-moi ? Pas elle, sûrement pas, elle ne perdra pas. Elle préfère s’engager dans le chemin étroit des relations compliquées, des liens inexistants créés par deux marionnettes ne s’étant jamais aimé.

Elle ne songe pas un seul instant que ce sourire fut vrai. Elle les connaît, elle les distribue à longueur de journée. Ces lèvres qui s’étirent aussi facilement ne sont que le fruit d’une mécanique bien rôdée. Plus aucun sentiment ne les anime, ils sont vides de sens. Elle le vit s’approcher de nouveau, retint une grimace. Ainsi jouait-il à ces jeux malsains, ces choses qui impliquaient les sentiments ? Qu’à cela ne tienne, elle n’en avait plus depuis longtemps ! Il glissa un gâteau entre leurs deux visages, délicatement posé sur le bout de ses doigts. June haussa un sourcil perplexe. S’agissait-il d’une nouvelle méthode de damnation ? Il se recula, laissant l’air s’engouffrer entre la pâtisserie et elle. Qu’elle fixa, dubitative. Il tentait de l’amadouer, c’était certain. Mais ma foi, n’avait-elle pas décidé de participer à cette gigantesque farce ? Elle esquissa une révérence, ignorant la fausse bienveillance du serveur.

Theo-chan… C’est joli. Elle lui sourit de nouveau, ces sourires sans consistances ni valeur aucune, art dans lequel elle était passée maître. Bien qu’elle ne se sentit pas triste, elle accepta la friandise, consciente qu’il s’agissait là tout autant d’un acte de sympathie qu’un rabaissement à l’état d’animal. Sans oublier que son expérience personnelle lui rappelait, à ses heures perdues, que seuls les vils personnages appâtaient les enfants de telle sorte. Mais elle n’était plus une de ces choses puériles, elle se savait apte à lui tenir tête. Ou tout du moins le croyait-elle. Elle commença sa lente marche autour du lac, comptant sur le dénommé Théo pour la suivre. Sans doute un peu de curiosité pour ses paroles était-elle nécessaire. Croquant dans le shortcake, elle ferma un instant les paupières, savourant les délicates saveurs qui s’emparaient de son palais, priant pour qu’aucune chose malveillante n’y sois glissée.

Theo-chan, ça fait longtemps que tu travailles au café ? Tu aimes bien ? Elle s’était retournée vers lui, faussement lumineuse, le reste du gâteau entre les mains. Et ce sourire perpétuel collé sur ses traits délicats. Ces iris pétillants qui entamaient un duel muet avec ceux du roux, ce détachement d’elle-même et des émotions, de la vie en général, toutes ces petites choses qui la constituaient, la fabriquaient et la remodelaient au fil des jours et des saisons, ces choses qui faisaient d’elle ce qu’elle était, ces choses qui étaient une part entière de sa personnalité, qui étaient elle, tout simplement, toutes ces choses s’étaient concentrées en un seul et unique point.

© Grey WIND.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Théodore] The Apple & The Pie Aujourd'hui à 9:48


[Théodore] The Apple & The Pie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» setup using apple airport
» Hey Apple !
» Apple TV
» Ma collection Apple II et consoles
» [Console] @world Pippin (Bandaï / Apple) 1997

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Périphérie :: Extérieur :: Bord de Mer-