Partagez|

[TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali]

InvitéInvité
MessageSujet: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Sam 15 Oct - 19:49

Couting the days - Good Charlotte

Sujin n'aime pas se doucher au foyer. Pas que l'eau tiède voir glacée ne la dérange, au contraire, elle est du genre à s’accommoder des petits détails désagréables du quotidien. Non, si Sujin n'aime pas se laver au foyer, c'est qu'elle supporte mal les autres enfants frappant à la porte à coups secs, criant de se dépêcher. Ça, Sujin ne le supporte pas. Et puis, l'eau de cet infini bleu est tellement plus agréable ! La petite Coréenne ne se rappelle plus à quand remonte la première fois qu'elle est allée au bord de mer, elle sait juste qu'elle aime s'y trouver. Oui, au petit matin, quand les autres dorment encore, la jeune fille emporte avec elle le savon rugueux à la couleur étrange qu'elle a un jour volé, avec sur son dos un bout de torchon qu'elle a cousu – en guise de serviette. Et c'est à ce moment là que la journée débute réellement, à l'aube du doux matin, quand une douce brise glacée vient titiller la petite Coréenne, et que le flot des vagues se fait abri pour Sujin.
Oui, Sujin sait qu'elle aime s'y rendre. Peut-être même autant que coudre. Et puis, à cette heure-là, il n'y a personne.
Petit rituel de début de journée, la jeune fille avance pieds-nus dans le mélange sable-terre-végétation, qui pique agréablement la plante de ses pieds. Elle sourit de plaisir, lâche son torchon d'un noir d'encre au sol, et, son bout de savon à la main, s'élance vers l'étendue bleue. Sujin a beau ne pas aimer la couleur, elle trouve la mer belle. Oui, magnifique. Et elle se dit que c'est une des plus belles créations de ce monde qui lui appartient.
Les cheveux glissant dans le vent, la petite rit aux éclats quand les vagues viennent se briser à ses pieds, et se lance dans une danse de joie, tournant sur elle-même, arrosant au passage sa robe blanche de gouttelettes. C'est seulement à ces moments-là qu'elle se permet tant d'euphorie, d'allégresse et de liberté. Oui, Sujin sourit, elle est heureuse.
Le bonheur est chose étrange, mais Sujin aime cette sensation. En ce début d'automne, il fait encore doux, malgré une pointe de fraîcheur, et la Coréenne se déshabille avant de plonger brusquement dans l'eau. La mer est glacée, mais, bon sang que ça fait du bien ! La morsure du froid rend son nez tout rouge et ses lèvres toutes bleutées, tranchant avec la pâleur de sa peau, et elle plonge et replonge, se laissant ballotter au gré des vagues. En Coréen, mer se prononce « Bada ».
Bada. Qu'elle aime ce mot ! Puis elle se frictionne avec son savon qui a une odeur entêtante de valériane et de dahlia, un peu estompée par le temps, et Sujin frotte chaque parcelle de son corps jusqu'à devenir rouge comme une écrevisse. C'est tellement agréable ! Et alors qu'elle fredonne une chansonnette, elle entend comme des pas plus loin. Sujin, très pudique, plonge rapidement la tête sous l'eau. Elle sait retenir sa respiration très longtemps, et a réussi à compter jusqu'à 62 la dernière fois ! Mais peut-être qu'elle s'inquiète pour rien, c'est sans doute un chien errant. Il y a rarement des gens à cette heure-ci...

J'espère que ça va :3


Dernière édition par Sujin le Sam 12 Nov - 18:57, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Lun 17 Oct - 9:42



Une nuit passé sous le ciel. Encore. Encore seule. Mais...
Les étoiles étaient là, elles aussi. Elles ne me laissent jamais vraiment seule, elles sont toujours là, dans l'immobilité la plus totale. Scintillantes dans le firmament, illuminant mes pas dans le noir, racontant leurs histoires passées.
Je les aime, elles sont les seules à garder leurs secrets face à moi, les seules que je ne pourrais jamais comprendre, jamais modeler.
Ma constellation préférée est celle du dragon, cet animal si grand, si extraordinaire, figé à jamais dans le ciel en plein vol...

Les étoiles sont parties maintenant.
Je me suis encore endormie dans un lieu improbable. En l'occurrence, dans un arbre. Pourquoi suis-je dans un arbre ?!
*BAM*
Mauvaise idée de se réveiller en sursaut lorsque que l'on se retrouve en haut d'un arbre. Il faut que je le retienne. J'éviterais ainsi de tomber une nouvelle fois et d'avoir mal...
J'enlève les feuilles restées sur mes habits. Je jette un coup d'œil pour vérifier s'ils ne sont pas trop abimés. Mon sweat et mon jean commencent à être un peu usés à force, il va falloir que je m'en trouve de nouveaux... Et que je me lave ! Je commence à sentir comme le bois...
Mal à la tête. J'inspire une bouffée d'air, pas encore tout à fait réveillée.
D'après l'odeur d'iode et le bruit des vagues, je dois me trouver assez près du bord de mer. Les arbres qui m'entourent sont penchés à force de subir les assauts répétés du vent venu de la mer. Le jour commence à peine à sortir le bout de son nez... Je vais aller voir le soleil se lever sur la plage, et en profiter pour me mouiller un peu.

Une chose attire mon regard tandis que je commence à descendre vers la mer. Une plume. J'aime les plumes. Je la ramasse, elle est tellement belle... Bleue. Elle trouve sa place dans mes cheveux emmêlés tandis que je me dirige vers la plage. Je marche le nez en l'air, observant les nuages, cherchant des réponses là-haut. Des réponses que je n'obtiendrais pas. Je le sais. Mais je cherche quand même.. J'arrive enfin à la plage, au bout d'une douzaines de minutes de marche. La mer est toujours aussi belle, toujours aussi bleue, toujours aussi incompréhensible, capricieuse. C'est la mer.
J'aime l'odeur des embruns, la valse lente des vagues en ce matin. Le sable est doux sous mes pieds... Ou sont mes chaussures ?! Ah oui... Je n'en avais pas lorsque je suis partie hier.
Une chose sur le sable attire mon attention. Une robe, je crois. Et un genre de serviette rapiécée. Je m'accroupis juste à coté. Ces bouts de tissus doivent bien appartenir à quelqu'un.
Une fille, petite, quatorze ans au plus. Aucunes couleurs. Seule. Dans l'eau. En apnée. Mon cerveau réagit trop vite, parfois.. J'en ai mal à la tête. Elle ne restera pas longtemps sous l'eau.. J'aimerais voir son visage. Savoir qui se baigne à une heure ou je suis seule d'ordinaire. Je repousse d'une main les cheveux qui me viennent devant les yeux. Elle doit aimer tisser, d'après les coutures de sa robe... Si elle ne sort pas bientôt, je crois que je vais me rendormir dans cette position...
Trop tard.



voilà ! Cali est un peu spéciale... J'espère que Sujin n'auras pas trop peur... x)
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Mer 19 Oct - 9:57

You - The Pretty Reckless

[Oh, Sujin n'est pas très nette non plus xD]

58...59...60...

Sujin a les poumons en feu, elle sait qu'elle ne va pas résister encore bien longtemps. Mais pourquoi reste-t-elle encore sous l'eau ? Au pire, la personne la saluera, puis passera son chemin. C'est peut-être simplement un pêcheur.
Sujin pourrait très bien sortir de l'eau, inspirer une grande bouffée d'air, au lieu de s'infliger cette brûlure dans la cage thoracique. Mais cette envie de battre son record, d'aller jusqu'au point de non-retour... Sujin ne pense pas, elle compte. Elle veut rester le plus longtemps possible, à la limite où sa gorge se nouera, et où son esprit sombrera dans les abîmes. La petite Coréenne ne songe pas que c'est dangereux, qu'elle pourrait en mourir. Ceux sont les autres qui meurent, pas elle.

61...62...63...

ça y est, Sujin a battu son record. Mais elle veut continuer, aller plus loin. Pourquoi ne peut-on pas respirer sous l'eau, tel un poisson ? C'est tellement frustrant !

64...65...66...

La tête lui tourne affreusement, des coups battent à ses tempes, mais elle sert le poing, s'empêche de remonter à la surface.

67... 67 et demi...


Mais l'instinct de survie est trop fort. Sujin se propulse avec les pieds jusqu'à ce que sa tête émerge de l'eau. Elle est rouge comme une pivoine, elle grelotte, et inspire bruyamment, en sifflant. Elle a mal aux yeux, la tête lui tourne, et se précipite pour sortir de l'eau. Elle a oublié que quelqu'un était là, et la Coréenne éprouve du soulagement quand ses pieds entrent en contact avec du sable sec. Sujin se rend compte qu'elle a eu peur, et elle se traite d'idiote. Pas parce qu'elle a faillit mourir étouffée, mais parce qu'elle s'est arrêtée à 67 et demi. Elle aurait pu atteindre 68 tout rend ! 68, ça fait une minute huit. Fière, Sujin sourit, et ouvre enfin les yeux.

Quelqu'un s'est endormi sur la plage, près de sa serviette et de sa robe. Sujin panique, et, d'un geste instinctif, se protège de ses bras. Heureusement, la personne dort. De là, la fillette n'arrive pas à voir qui c'est, mais on dirait une grande personne. Mais la petite a froid. Elle veut se sécher, enfiler sa belle robe blanche. Elle est discrète, peut-être qu'elle ne la réveillera pas...
A pas de loup, les lèvres bleues et claquant des dents, Sujin se dirige vers la personne, ses pieds s'enduisant de sable à chaque pas. En tant général, elle se serait fâchée qu'une personne la dérange ainsi, mais aujourd'hui elle n'a pas la force de crier. La haine dévore trop souvent son âme, épuise trop souvent ses forces...
Respirant à peine, la petite se penche, vers sa robe blanche, au sol, et la tire lentement... Ouf, elle fait le tout sans bruit ! Et très précipitamment, elle enfile le tissu en s'éloignant un peu, histoire de ne pas goutter sur la personne. Sa robe se colle à sa peau humide, et les longs cheveux noirs de Sujin lui donnent des frissons dans le cou.
Elle devrait s'en aller, prendre son torchon noir et retourner au foyer, et tant pis pour le savon qu'elle a laissé tomber dans le mer, elle en volera un autre. Mais l'apparition intrigue la petite Coréenne, qui s'approche un peu plus, fixant la jeune fille – car oui, c'est bien une fille- de ses grands yeux sombres.

« Elle est jolie, se dit-elle. C'est une jolie apparition. »

Elle a de longs cheveux, à la teinte châtain clair et aux reflets roux, bien plus longs même que ceux de Sujin, et elle a l'air paisible dans son sommeil. Elle est vieille, mais jolie. Sujin a des notions plutôt vagues de l'âge : plus vieux que Sujin, c'est vieux. Plus jeune, c'est petit. Elle est le juste milieu.
Et la petite fixe la jeune fille, immobile au-dessus d'elle.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Mer 19 Oct - 12:46



Il fait nuit. Je suis le Dragon. Celui qui vole, celui qui brûle.
Celui qui détruit.
Mais je suis le Sage. Le Dragon d'étoiles. Le Gardien du ciel infini. Je vais par delà les montagnes chaque nuits, inlassablement, je surveille la marche du monde. Je vois les humains s'agiter, s'aimer, se battre et se détruire, chaque jour un peu plus. Ainsi va le monde ! J'en verrais certainement d'autres, après les humains, comme j'ai vu les précédents. Perdu dans le ciel, je vois la mer qui se profile à l'horizon.... La mer ?


La mer... la plage ! Je me suis encore endormie ! Quel beau rêve... Pas d'Ombre. Juste la lumière.
Pourquoi est ce que je dormais déjà ? Ah oui ! La robe. La jeune fille. L'apnée. Je voulais voir qui était-ce, cette petite qui se promène si tôt, mais je me suis assoupie en attendant qu'elle sorte de l'eau. Je suis incorrigible. Il faudrait que j'arrete de m'endormir si facilement dès que je m'ennuie ou que j'attends... C'est pas normal. Comme si mon cerveau se mettait en pause parce qu'il n'avait plus rien à faire ! En plus, il ne me demande même pas mon avis ! Le saligaud ! Bon. Voyons voir...

J'ouvre un œil... La lumière est un peu plus forte que tout à l'heure mais je n'ai pas du m'endormir longtemps, d'après ce que je peux voir du soleil. Un quart d'heure, au plus. J'ai mal aux genoux à force d'être accroupie. Je me suis endormie accroupie ?!
J'ouvre mon autre œil. Personne en face. Je relève légèrement la tête et regarde à droite... Je le savais ! Elle est sortie de l'eau. C'est une petite fille, je ne m'étais pas trompée... Je sors peu à peu de ma torpeur, et considère l'enfant en face de moi. Asiatique. D'après la forme du visage et des yeux, elle n'est pas japonaise.
Chinoise ou Coréenne. Des yeux noirs, cachée par une épaisse frange. Associale. OU plutôt antisociale... Cicatrices sur ses bras. Automutilations répétées. Colères et...
Stop ! J'en ai assez ! Il faut que j'arrête d'analyser les gens comme ça... J'ai mal à la tête maintenant. Et aux genoux ! Pfiou...

Je soupire et m'assieds sur le sable. J'allonge mes jambes, et me tourne une nouvelle fois vers la jeune fille. Elle est toute mignonne quand même. Et un peu flippante aussi...
Et c'est moi qui dit ça ! Moi qui suis incapable de ne pas analyser chaque personne que je croise. Moi aussi, je dois faire flipper pas mal de monde. Je suis une chose étrange, un esprit et un corps qui ne vont pas ensemble. Une association de paramètres incohérents...
Je soupire une nouvelle fois. Il ne faut pas que je pense à ces choses la, je risque une crise. Et je n'en ai réellement pas envie !
En y réfléchissant, cette fille... Elle me plaît bien. Elle a l'air d'être encore plus bizarre que moi ! D'une autre façon, certes...
La petite asiatique m'observe toujours d'une façon assez étrange. J'ai envie de rire mais j'ai peur qu'elle prenne ça pour une moquerie. Elle n'a pas l'air de quelqu'un qui apprécie les moqueries. Elle est encore trempée de son bain matinal. Elle me regarde sans vraiment me voir en fait, j'ai l'impression de n'être qu'un morceau du paysage pour elle. Hin !
Si je veux savoir... Il faut que je parle.

" Hmm..."

Qu'est ce que je peux dire, qui me permettrais de finir son portrait... Comment la faire réagir pour qu'elle me donne ce qu'il me manque. Mes yeux s'arrête un instant infime sur sa robe...

" Ta robe... Elle est fait-main n'est ce pas ? Tu couds ?"

Mon nom ne l'intéresse pas pour le moment. Je le sais. Elle me considère encore comme un "truc". Aucune considération du monde extérieur. Quel beau défi !

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Ven 21 Oct - 17:50

Whataya Want From Me - Adam Lambert

La jolie apparition ouvre lentement un œil, puis l'autre. Elle a de beaux yeux, remarque Sujin. Ils sont d'un bleu ciel limpide, et pourtant pas glacial. Oui, c'est décidément une jolie apparition. Seul le bruit des vagues trouble le silence de la situation, mais l'absence de bruit ne dérange pas Sujin. Elle observe l'apparition, et celle-ci la regarde à son tour. D'un air franc, direct, elle la sonde, elle la fixe. Ses yeux font un peu peur à Sujin qui recule de quelques pas, et pourtant l'intriguent. Cette fille semble tout comprendre d'elle. Bien sur, c'est normal. Tout le monde connaît Sujin, c'est leur créatrice. Mais cette jeune fille, elle semble voir bien plus. Comme si l'âme de la Coréenne n'était formée que de mots, des mots que l'apparition pouvait lire si facilement...mais pas tant. Elle arrête de sonder ainsi Sujin, comme si un million de pensées se bousculaient dans sa tête, et elle étant ses longues jambes dans le sable.

Sujin n'a pas envie de partir. Ni de parler. En fait si, elle aimerait bien savoir qui est cette apparition. Elle n'est pas comme les autres... Elle regarde vraiment Sujin. Et ça réchauffe un peu le cœur de la petite Coréenne. Enfin elle croit. Elle n'est pas malheureuse. Ni heureuse, elle est juste bien, jusqu'à en oublier le froid.

Elle marmonne, et lui demande soudain :

- Ta robe... Elle est fait-main n'est ce pas ? Tu couds ?

Elle est observatrice, pour une apparition. Et puis elle lui adresse la parole. C'est vraiment une personne étrange...mais Sujin l'aime bien. Elle le décide comme ça. Généralement elle se fiche des apparitions, où alors elles la mettent en colère, mais elle, cette jeune fille, elle lui plaît bien. Sujin hoche la tête lentement, toujours en fixant la fille. La Coréenne parle peu, c'est vrai. Mais...elle ne veut pas s'en aller d'ici. Non, elle aime bien la jeune fille. Vraiment. Elle a une présence...à la fois troublante et agréable.

Que faire ? Partir ? Rester ?

Mais elle se sent un peu bête, debout qu'elle est. Alors, lentement, elle s’assoit sur le sable blanc. Sa robe sera pleine de sable, mais ce n'est pas grave. L'apparition va-t-elle parler ? Sujin veut réentendre sa voix !

- Tu l'aimes bien ? Demande finalement la petite fille, au bout de quelques secondes.

Elle espère que oui. Sujin aimerait bien que sa robe plaise à la fille. C'est un de ses plus beaux vêtements !
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Sam 22 Oct - 13:04




Échec et Mat.

À peine avais-je prononcé ma phrase, que son corps me donnait la réponse. Avant même le son d'une parole.
Elle s'est détendue... De façon presque imperceptible. Un léger relâchement sur son visage. Une décision prise. Elle avait déjà un avis sur moi. Changement de regard. Cela se voyait. Elle me détachait du paysage, à présent. Elle avait fait une mise au point, détachant ma silhouette du paysage.
Comme un truc intéressant, Un détail à fixer. Pas encore tout à fait comme un truc important. Égocentrique. J'étais ravie, et un léger sourire vint pour illustrer ma pensée.
J'aime les défis. Savoir. Comprendre.
Pourquoi est ce que je fais ça ? C'est si... étrange... Il faut que j'arrête. Que j'arrête de penser. Que j'arrête de détourner mon attention comme ça ! Quelle mal élevée je fais ! La petite me regarde toujours. Puis elle aquiesce, en hochant la tête. Quelle question ai-je posée déjà ? Ah oui ! La robe...

Elle réfléchit encore. Comment ? Pourquoi ? Qui ? Rester ? Partir ?
Rester. Elle s'assied. Fixée sur mes yeux. Comme hypnotisée.
Cette petite, elle n'est pas faite comme les autres. Elle est "sauvage", comme un petit animal. Elle ne pense pas aux autres, elle est seule. Cette réflexion me rend un peu triste. Elle ne voit pas les autres.
Pourtant... Elle peut s'apprivoiser... J'en suis certaine ! Il faut que je trouve toutes les bonnes ficelles. Celles qui mènent au cœur de sa personne.
Un sourire. Un sentiment.
C'est ça, le but du défi. L'animer.
Quelques minutes passent... Elle se décide alors à briser le silence.

" Tu l'aimes bien ? "

Mon avis...
Elle m'aime bien. Je souris. Pour elle. Pour la petite ouverture au monde. Pour la minuscule brèche dans son armure. Et parce qu'elle m'est destinée.
Je souris.... Sa robe. Les coutures. Précision. Finesse. Tout l'amour qu'elle porte à son travail transpire de chacun des trous que son aiguille a percé dans le tissus.
Oui. Cette robe est belle.

" Oui, elle est très belle. On t'y retrouve un peu... Elle est très belle."

J'avais presque fini. Complété son identité. Il me manquait peu de chose... Un sentiment. Pas un substitut. Un vrai sentiment. Pour illuminer. Pour terminer mon puzzle. Il faut que j'arrête.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Sam 22 Oct - 14:02

Everybody Hurts - Avril Lavigne

L'apparition a sourit. Oui, un sourire s'est étiré sur son visage. C'est une émotion qui lui va bien, la joie. Oui, Sujin ne peut pas imaginer que de la tristesse envahisse son visage. De toute façon, elle est heureuse, tout de suite. Alors Sujin est heureuse.
Et pourtant, cette apparition ne lui appartient pas. La fillette n'a jamais autant réfléchi. Mais c'est vrai, la jeune fille est un peu un être à part. Une apparition qui est plus qu'une simple création de Sujin. Soudain, Sujin se sent désemparée. Elle n'a pas l'habitude de penser comme ça, ça lui fait tourner la tête. Et elle a un peu peur, aussi. Tant de choses nouvelles... S'asseoir à côté d'une apparition ? En le décidant ? La trouver jolie ? C'est si étrange...

- Oui, elle est très belle. On t'y retrouve un peu... Elle est très belle, répond la jeune fille.

Alors la Coréenne sourit franchement. Peut-être même qu'elle n'a jamais autant sourit ! C'est tellement nouveau, tellement bizarre. Comme si la jeune fille faisait ressortir le bon côté de Sujin. Et la petite coréenne apprécie cela. Elle a beau se considérer comme la seule personne de réellement vivante, elle n'est pas considérée, aimée. Aimée ? Sujin ne sait pas ce que ça veut dire. Mais elle se laisse bercer au rythme de la respiration de la jeune fille...

Elle n'entend plus le bruit des vagues. Le vent dans les feuillages. Elle n'entend plus que la respiration, lente et agréable, à côté d'elle. Alors Sujin aimerait s'endormir, mais elle a trop peur de fermer les yeux. Et si l'apparition s'en allait ? Mais pourquoi s'en irait-elle ? Tellement de questions. Sujin a peur. Pourquoi a-t-elle peur qu'elle s'en aille ? Ce n'est qu'une apparition...non ? Mais pas comme les autres. Ce n'est pas une création de Sujin, puisque cette dernière y accorde de l'importance.

Qui est-elle ? Alors Sujin pose la question qui vient de lui frôler l'esprit. La question aux milles réponses, la question qu'elle n'a jamais posé, à laquelle elle n'a jamais pensé. Mais tout est tellement soudain, nouveau...

- Qui es-tu ? Souffle-t-elle entre deux battements de cils.

Que va-t-elle répondre ? La Coréenne ne sait pas à quoi s'attendre. Mais ce dont elle est sure, c'est que la jeune fille ne répondra pas : « une apparition ».

Au même moment, un bruit sourd semble provenir du ciel, et Sujin remarque que de gros cumulus les survolent. Un éclair zèbre le ciel au-dessus de leurs têtes. Comme un petit chien apeuré, Sujin commence à s'agiter, et soulève sa main pour prendre celle de l'apparition, sans réfléchir. Mais en plein mouvement, elle s'arrête. Et si le contact gâchait toute la magie du moment ? La petite coréenne repose sa main sur sa cuisse, et le tonnerre se met à gronder, la faisant trembler comme une feuille. Elle voudrait courir et s'en aller, mais elle n'a pas eu sa réponse.

Et ce qu'elle veut à tout prix, c'est savoir qui est réellement cette jeune fille.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Sam 22 Oct - 19:32




J'aime les gens. J'aime les sentiments. J'aime la lumière dans leurs yeux. J'aime comprendre, toucher, savoir... Il me manque quelque chose. À l'intérieur. Un morceau cassé. Alors je cherche. Toujours. Je cherche ce morceau brisé.

Un sourire. Si beau. Pour illuminer son visage. C'était ça que je cherchais chez cette enfant.
Son âme. L'intérieur, la face cachée du cœur. Tout le monde en a une, j'en suis convaincue. Mais elle ne s'exprime pas exactement de la même façon chez tout le monde...
Moi ? Je cherche... Dans les étoiles, dans la forme des nuages. Je me cherche. En vain. Je le sais au fond de moi. Jamais je ne trouverais ma réponse là-haut. Elle est autre part. Et j'ai peur. Parce que pour trouver, il faudra que je retourne... Là-bas. Dans cet endroit au-delà du monde réel. Là où je me perd, là où l'ombre reprend le dessus.
Il n'y a que dans cet endroit que je pourrais trouver le morceau de moi, le morceau d'Avant. Ce morceau noir.

Et voilà ! Je me suis encore perdue dans mes pensées ! Quelle gourde ! Il faudrait que je trouve un bouton pour mettre mon cerveau sur off ! Éteint toi, petit cerveau ! Ha !
Le sourire est encore là. Il lui va bien ! Il donne un autre angle à son visage. Une autre lumière. Je peux voir ses yeux correctement maintenant. Ils sont beaux...
Je l'ai trouvé. Ce si beau sourire. Son vrai sentiment. J'ai quasiment fini son portrait. Atypique. Dérangée. Sincère. Brut.
Elle a l'air si paisible maintenant. Il s'est envolé, l'air farouche de tout à l'heure. Elle me regarde, semble en proie à une foule de questions. Qui l'effraie. Quelque chose s'est ouvert. Ses yeux.
Soudain, un arrêt. Une pensée qui s'agite, puis qui balaye toute les autres. Une question se forme sur ses lèvres.

" Qui es tu ? "

Ça y est. Elle m'a complètement détachée du paysage. Elle sait que j'existe. Que je ne suis pas qu'une... apparition... Je suis contente. Contente de ce que j'ai obtenu. De ce que j'ai appris d'elle. Je suis un monstre, n'est ce pas ? Je passe mon temps à manipuler les gens...
Hmpf ! Comme un coup dans ma poitrine. Pas de crise. Pas maintenant.
Je respire. L'ombre se dissipe. Je balaye une mèche de cheveux.
La petite fille attend...
La question !
Qui suis-je ?

Le ciel se couvre. Le tonnerre fait entendre un son rauque. Il prévient. Qu'il va frapper. Un éclair raye le ciel. La petite asiatique a peur. Les poils de sa peau se hérissent. La pupille de son œil devient folle. Elle fait un geste vers moi... mais se rétracte au dernier moment. Elle tremble. La peur est une émotion puissante. Mais elle reste. Elle attend sa réponse. Je suis plus importante, ce que je suis est plus important que sa peur ! J'ai envie de pleurer. Et en même temps, je suis si heureuse.
Alors... Je lui prend la main. Et je serre. Pour la rassurer. Puis je me lève, en tenant sa main.

" Je suis un être vivant pluricellulaire, scientifiquement parlant. Humainement, je suis une exception. Comme toi. Je m'appelle Cali. "

Il ne faut jamais confondre ce que l'on est avec qui on est. C'est une règle essentielle.
Toujours en tenant sa main, je me met à marcher. Calmement. Pour qu'elle ait moins peur. Pour qu'elle continue de me voir.
Lorsque nous sommes enfin à l'abri, je prend ce qu'il me manque... Pour savoir qui elle est.

" Et toi ? Qui es tu ? "



InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Lun 31 Oct - 19:39

Nobody's Home - Avril Lavigne

Sujin tremble, quelques gouttes de sueur perlent aux coins de sa frange noire. Et puis le voilà, le contact humain. La jeune fille lui prend la main. Sa paume est grande, comparée à celle de Sujin. Elle lui a prit la main, elle a anticipé les peurs de ce petit animal, elle a cherché à la comprendre, elle a creusé au plus profond de son âme, pour en extraire un petit bout d'humanité.
Elle lui serre fort la main, et Sujin tourne la tête vers elle, puis les deux filles se relèvent, les doigts toujours croisés. Le cœur de la petite Coréenne bat dans sa paume, et elle sait qu'elle a trouvé refuge. Tout-à-coup, elle n'a plus peur. Parce que la fille qui la tient, elle est là. Elle existe, elle n'est pas n'importe qui. Et elle regarde Sujin, et elle y fait attention.
La fillette vient de trouver une ancre. Un roc, une île. Mais quelque chose la frustre là-dedans. Elle ne sait pas quoi, mais un fragment, tranchant, bourdonne dans sa poitrine, l'agace, la titille.

- Je suis un être vivant pluricellulaire, scientifiquement parlant. Humainement, je suis une exception. Comme toi. Je m'appelle Cali.

C'est ce qu'elle a dit. Sujin la regarde, boit ses paroles comme un louveteau à la source. Elle se noie dans son regard bleu vif, bleu clair. Non, le regard glacé ne lui fait plus peur, elle est tellement rassurée... Elle inscrit ces pupilles dans sa mémoire, et contemple la jeune fille comme un foyer qu'on rejoint après mille années de solitude.

Elle l'entraîne quelque part, toujours la main dans la main. A cet instant, c'est ce qui importe le plus à Sujin.

« Je suis un être vivant pluricellulaire, scientifiquement parlant. »

Sujin ne comprend pas cette phrase, mais ce n'est pas grave. C'est un joli mot, pluricellulaire. Joli comme la mer, joli comme elle. Cette apparition qui n'en est pas une. Elle utilise de grands mots savants, intelligents. Et Sujin aimerait l'impressionner, qu'elle puisse être fière d'elle.

« Humainement, je suis une exception. »

Une exception. Oui, c'est bien une exception. Sujin l'a sentit dès le début, qu'elle n'était pas comme les autres. Elles avancent dans le sable, le tonnerre gronde au-dessus d'elles. Elles semblent intouchables, belles à la clarté des éclairs... J'irais où tu iras. Loin, aussi loin que tu le voudras. Mais j'irais avec toi...

« Comme toi. »

Jamais phrase n'a fait aussi plaisir à Sujin. Elle est comme moi. Je suis comme elle. Comme, elle. Comme, moi. Quelque belle phrase nominale ! Comme toi. Comme toi. Elle veut le crier à la lune ! Semblables... Rien ne pourrait atteindre le halo lumineux qu'imagine Sujin autour de la tête de son amie. Comme un ange tombé du ciel, comme celle qu'elle a attendu toute sa vie. Elle marche si calmement, que la peur de Sujin tombe, parce que elle, elle est là.

« Je m'appelle Cali. »

Cali... Oui, elle a un nom. C'est si évident. Cali. C'est beau. Court, simple, rayonnant. Tout transpire de beauté à travers ce simple prénom. Cali. Ce prénom s'inscrit dans la mémoire de Sujin, et elle ne l'oubliera pas. Car cette journée, c'est la seule à ne pas ressembler à une autre. Comment oublier Cali ? C'est impossible. Alors Sujin ne vit plus qu'à cet instant. Elle n'a pas de passé sur Espérance avant ce jour-là ; cet instant présent.

Mais ; a-t-elle jamais eu un passé ? Une histoire ? Non. Il y avait les jours, il y avait le temps, sa consistance, sa magie à n'être qu'en dehors de lui, lui-même. Le temps et le jour et la nuit. Et puis Cali. Il n'y a plus rien avant Cali. Et il n'y aura plus jamais que Cali.

Alors elles se mettent à l'abri, encore sur la plage, mais là où le sable se mélange à la terre. Quelques gouttes de pluie commencent à s'abattre sur elle, mais il y a Cali. L'ouragan, la tempête, le tsunami, rien n'arriverait à ébranler Cali.

Avant, il y avait Sujin. La créatrice du monde. Maintenant il y a Cali. Ce n'est pas sa Cali. C'est Sujin qui vient de lui donner son âme. Elle l'aime tellement. Il n'y a plus qu'elle sur terre. Toutes les apparitions ont disparues, pour ne laisse place qu'à Cali. Cali.

- Et toi ? Qui es tu ? Demande-t-elle.

Parce qu'elle se soucie de Sujin. Oui, Cali se soucie de Sujin. Sujin a quelqu'un...enfin...

- Je suis un être vivant pluricellulaire, scientifiquement parlant. Humainement, je suis une exception. Comme toi. Je m'appelle Sujin.

Telle est sa réponse. Forte, implacable, directe, comme affrontant le vent et le tonnerre. Sans hésiter, elle la récite, comme un poème apprit. Cette phrase, elle la connaîtra toujours, elle le sait. Alors elle s’assoit, sans lâcher Cali, et, de sa main libre, elle forme des lettres dans le sable.

CALI
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Jeu 3 Nov - 8:20

Il pleut... Mais dans mon coeur, le soleil rayonne...

Je parle, elle écoute. Le regard d'une enfant. PLus celui d'un petit être farouche.
Dans ses yeux, quelque chose s'était transformé..
Comme si le monde autour n'était plus. Comme si tout s'était envolé en volutes de fumée. Comme si la Terre s'arrêtait soudain de tourner...
Pour nous. Pour nous laisser le temps de l'instant.
Pour garder en elle cet état, la lumière d'une reconnaissance. Tant de gens se perdent parce qu'il n'ont jamais pu trouver en qui que ce soit, une quelconque reconnaissance. La reconnaissance d'une existence.

J'avais l'impression que c'était ce qu'elle me disait, derrière sa frange, derrière cette non-reconnaissance des autres...
Peut être faisait-elle ça, parce que persoone, jamais, ne l'avais reconnu. Elle me regardait avec une tellle douceur, un tel désir de ma présence..
Qu'une larme coula du coin de mon oeil droit. Tout ces sentiments mêlés faisait naître en moi une euphorie merveilleuse, un sentiment d'existence plus fort qu'il n'avait jamais été !

J'avais la sensation, face à cette enfant, d'exister pour autre chose que pour moi. Maman...
Était-ce ce sentiment ? Exister pour quelqu'un... Elle était face à moi et je savais qu'elle irais n'importe où avec moi. Pas d'analyses idiotes. Pas de maux de crâne et de colère contre moi même...
Je le savais. C'étai tout. Comme un lien indéfectible qui faisait transparaître chacune des ses pensées et es mienne. Maman...
Pour cette enfant, c'est ce que je serais désormais. Un point d'encrage. Pour qu'elle continue à progresser vers l'ouverture au monde qui l'entoure. Vers les gens...

À l'abri de tout, elle me répond:

" Je suis un être vivant pluricellulaire, scientifiquement parlant. Humainement, je suis une exception. Comme toi. Je m'appelle Sujin. "


Cette réponse.. Si assurée. Elle répète mes mots, se les approprie.. Comme une enfant ferait, recopiant ce que sa mère a réalisé avant elle.
Je ris.
Pour cette extraordinaire journée.
Pour cette rencontre.
Pour Sujin.
Pour moi...

Je souris, Je LUI souris. Sa petite main dans la mienne, elle se baisse. Mon nom apparaît dans le sable... C'est comme une déclaration. Pour moi, c'est comme un serment, une promesse faîtes au monde..
Alors, lentement, je m'assied à côté d'elle.. Ma protégée.
Je récupère le baton et scelle la promesse:

CALI et SUJIN

Puis.. J'entoure nos noms. La promesse est scellée.

" Toujours... Je serais toujours là quand tu auras besoin de moi, Sujin. Toujours..."

Voilà ma promesse. Peu de mots pour des millions de choses et de sentiments mêlés.
Une trace dans le sable, qui s'imprime dans mon coeur, dans le sien.
Désormais, j'existe. Parce qu'elle me fait vivre.
Cette petite que je voyais comme un nouveau portrait...
C'est comme si elle avait retrouvé un morceau du creux béant dans ma poitrine, pour le remettre à sa place... Comme si elle avait effacé un trait de l'ombre qui me ronge. Ce sentiment. C'était un souvenir retrouvé. Grâce à elle. Un bout de mon humanité remit à sa place initiale.
Dans ma tête, une vision s'impose. J'avais quelqu'un, dans l'Avant, que je protégeais de cette façon...

Alors, les yeux face à la mer, je fais une seconde promesse: "Squelqu'un d'autre, un jour, a besoin de moi, comme Sujin a basoin... Je serais là. Pour cet enfant, je serais là."
Je me tourne vers Sujin Et je lui souris, puis, doucement, Parce que tout cela est nouveau pour elle, je la prend dans mes bras... Pour qu'elle soit bien.
Jusqu'à la fin de ce monde, je lui en serais reconnaissante. Jusqu'à la fin.


"Un calin pour toi !"
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Dim 6 Nov - 17:19

Luena Nueva - India Martinez

Cali a un beau rire cristallin, et Sujin sourit, sa main resserrée sur la sienne. Un joli rire carillonnant qui chasse la pluie, les mauvais esprits et le tonnerre. Cali s’assoit à côté de la fillette, et forme des lettres, un prénom. Cali et Sujin. La petite coréenne suit des yeux le poignet de Cali qui entoure les deux prénoms, comme une alliance qui vaincra les péripéties de la vie.

Sujin est tellement heureuse, son cœur paraît sur le point d'exploser, et elle ancre son regard dans celui de la jeune fille, sa Cali. Cali et Sujin.

- Toujours... Je serais toujours là quand tu auras besoin de moi, Sujin. Toujours... lui promet-elle.

Des mots magiques, si beaux, si doux, éveillant en Sujin un million de sentiments plus forts que tout, lui redonnant cette impression d'exister réellement, ivresse folle et inespérée. Inespérée... Espérance. Sujin vient d'y trouver sa place, son nid douillé.

Dans la main de Cali.

- Merci, chuchote-t-elle en fixant celle qui a su éveiller son cœur.

Un simple merci, mais vibrant d'émotion.

Alors Cali la prend doucement dans ses bras, avec tellement d'affection que la fillette a envie d'exploser en de longs sanglots de joie, brûlants d'amour.

Elle pose sa tête sur son épaule, et ferme les yeux de bien-être, comme le petit chiot égaré qui vient de se trouver une famille. Elle est si bien, dans les bras de Cali, et elle sait que c'est là que se trouve sa place, son foyer. Les gouttes de pluie tombent sur elles, mais elles parviennent à les oublier, car après tout, lorsque l'on est deux...même le temps ne peut nous séparer.

L'instant présent. Sujin oublie tout, tout. Et s'abandonne au rythme régulier de la respiration de Cali. Un mot lui vient à l'esprit, un mot qui éclipse tous les autres, un mot si familier, d'où s'échappe le bonheur le plus parfait, le cocon le plus douillet. Un mot merveilleux, brûlant, qui traverse sa gorge, l'enflamme, et qui se forme sur ses lèvres roses.

- Eoma, murmure-t-elle.

D'une voix si petite et chevrotante qu'elle ne sait pas si Cali la entendu. Eoma. Maman, dans sa langue maternelle.
Car ce mot-là, le mot « maman », n'est-il pas magnifique quand il est dit dans sa propre langue ?
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Mer 9 Nov - 22:35

Alors que vous vous croyez seul...
Alors que le monde paraissait vide...
Que vos pas n'avaient personne vers qui aller...

Le monde vous sourit. Et il vous montre...
Il vous montre qu'il y a toujours quelqu'un, quelqu'un qui vous attend, qui vous espère sans savoir...
Cette personne, ces personnes, ce sont elles, elles que vers qui vous devez vous diriger.
Elles qui combleront votre solitude.
Elles qui empliront le vide. Pour que vous deveniez enfin complet...


Touts ces mots... C'est comme des paillettes, des paillettes débordant de mon âme, de mon cœur. Des bouts de moi. Qui jaillissaient du plus profond de mon être.
Une sensation étrange s'était emparée de moi. La sensation d'être enfin à ma place. D'avoir trouver... Une raison d'avancer... Comme dans l'Avant. Ce souvenir, cette présence qui s'était rallumée dans le fond de mon esprit.

Toute ma vie, tout le temps qui s'écoulera à partir de maintenant... Je lui en serais reconnaissante.
Cette enfant... Elle m'a permis de gagner une raison de plus. Une raison de plus de marcher tous les jours, de laisser encore mes empreintes dans le sable. Sujin...

"Merci.."

Sa petite voix. Ce petit mot.
Comment aurais-je pu imaginer qu'il représente tant à mes yeux.
Cette petite personne, si fragile dans mes bras. Elle pleure.
Comme si tout le poids de sa solitude s'échappait par ses yeux, ne laissant que la petite fille.

Les bras sont fait pour enlacer.

Le mauvais temps... La pluie... Tout c'était effacé. Comme si... Comme si le monde s'était arrêté de tourner. Pour laisser cet instant être une éternité.
Un jour, je serais mère. Une mère. De celle qui voit leur ventre s'arrondir. Mais en attendant, je serais une mère pour tout ce qui en auront besoin. Ce sentiment d'être quelqu'un dans les yeux de l'autre. C'est ça que je chercherais jusqu'à la fin. Jusqu'à ma fin... Alors je sers plus fort l'enfant dans mes bras. Sa petite voix... "Eoma..".
Ce mot. Je ne connais pas sa définition. Pourtant il m'est familié.
Je ne le comprend pas. Pourtant je le ressens dans mon cœur.
C'est un mot universel. Maman.
Je ne l'avais jamais entendu mais je sais... Au plus profond de moi, je sais... Qu'il veux dire "Maman".

Cette rencontre est la plus merveilleuse que j'ai faite jusqu'à cet instant. Elle restera à jamais gravée dans mon cœur, dans ma mémoire. Je ferme les yeux un instant....

Une rencontre masque toujours un début... Jamais une fin...
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali] Aujourd'hui à 14:09


[TERMINE] "Bada, cette immense étendue sans fin..." [Cali]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mais qu'est-ce que c'est que cette musique ?! : Réinitialiser terrain
» "La lutte du pouvoir dans un couple est sans pitié" [ Rabastan ♥ ] TERMINE
» Le tueur Sans-Visage - Le retour
» Une rumeur, un murmure sans nom...
» [FAQ] Posez vos questions sans créer un nouveau sujet ici !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-