Partagez|

La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D]

InvitéInvité
MessageSujet: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Mer 16 Nov - 17:29

Levé du jour.
Un nouvel espace se profile à l'horizon, à travers les nuages qui s'en vont faire leur ronde ailleurs.
Elloy, ne pouvant réveiller ses camarades, se sentant seul et désarmé, décide d'aller faire un tour près de cette petite fermette. Lorsqu'il est obligé de rester seul chose presque impossible d'ailleurs, on ne tarde pas à le voir courir vers ce lieu.
Les animaux sont ses sauveurs.
Sans eux, la folie ne manquerais pas de venir le torturer, comme à son habitude lorsque la soleil se couche.
Ce jeune homme s'était préparé, comme tous les matins, à venir rejoindre ses amis. Il aimait leur compagnie, parce-qu'il n'était pas seul, il s'occupait de tout sauf de lui.
Lorsqu'il arriva devant la barrière qui le séparait de "ses" animaux (il était très attaché à eux, il les considérait comme étant les siens), les poules, les oies et les canards se précipitèrent sur lui. Ces volatiles n'étaient pas très intelligent, mais savaient reconnaître l'heure de manger et d'être soigné par Elloy.
« Alors mes jolies, heureuses de me voir ? Moi aussi, vous, vous ne me laisser jamais seul n'est-ce pas ? Vous avez besoin de moi, comme moi de vous...»
un sourire se dessina sur ses lèvres. Mais on ne sait si ce fut un sourire de bonheur ou de mélancolie. En tout cas, il avait quand même l'air heureux. Et cette joie d'être entouré et aimé s’amplifiât avec l'arrivée des moutons qui débarquèrent, leur laine blanche et grise volant au grès du vent.
De quoi satisfaire les besoins d'Elloy.
Pour leur donner à manger, il ramassa un peu d'herbe, en fit un petit tas qu'il déposa à côté d'eux.
«Je serais toujours là pour vous, et vous pour moi. Je ne suis pas seul, vous êtes là, vous ne partirez pas»
Après les avoirs nourris, il se dirigea vers les vaches, puis se fut au tour des cochons, mais là, il ne s'aventura pas trop, pour ne pas se salir. Bien qu'il n'est pas entouré d' "humains", il ne pouvait décidément consentir à ne pas rester propre. Quoiqu'il en soit, il ne les aimaient pas, moins, juste à distance.
Il alla voir ainsi tous les animaux, en prenant soin de terminer par les chevaux.
Ces animaux fabuleux lui procurait une immense liberté, tout en étant avec quelqu'un.
Celui qu'il préférait était un cheval à la robe noire, parsemée de tâches brunes et blanches. Il s'occupait de lui avec beaucoup de précaution, s'était comme son petit "bébé".
Le jour était bien entamé.
Allait-il retourner auprès de ses semblables ou bien allait-il rester encore un peu avec ses sauveurs ?
Cette petite pensée quotidienne, à chaque fois qu'il venait à l'enclos, lui trottait dans la tête, mais cette fois il fut interrompu, quelqu'un venait...
InvitéInvité
MessageSujet: Rencontre inattendue Lun 21 Nov - 13:39

C'était une journée magnifique qui s'annonçait sur Espérance. Le ciel bleu azur, le soleil gratifiant les habitants terriens de ses chaleureux rayons, le piaillement joyeux des oiseaux..Tous ces élèments étaient un appel au bonheur, une ode à la joie...

Il ne fallut donc pas plus de quelques minutes pour que notre irlandais réponde à cet irrésistible appel, sautant sur ses pieds et quittant son lit douillet pour aller sautiller au dehors, adorant ces journées qui semblaient faire couler dans ses veines un feu de joie. Oui, il avait de l'énergie à revendre, notre rouquin...

C'est donc accompagné de son fidel compagnon, je parles biensur de son katana, soigneusement rangé dans son fourreau pourpre et accroché dans son dos, que Curdy marchait tranquillement dans le village, se veste noir tranchant avec la pâleur de sa peau.



L'astre solaire était maintenant à son zénith et le jeune homme s'ennuyait à mourir.

L'ombre malfaisante tapit dans un recoin de son esprit, ne semblait pas vouloir se réveillée et laissait en paix l'âme tourmentée du garçon.

Bien qu'il soit d'un naturel enjoué et sociable, il se trouvait bien seul sur la place du village, assis sur le rebord de la fontaine. Que pouvait-il faire...Soudain, une pointe de curiosité s'était élevée dans son esprit: il n'avait jusque là jamais quitter le village, et il avait entendu parler d'une fermette, appartenant au directeur... Curdberthus avait toujours adoré les animaux... Et puis, ça le changera un peu de ce décor rurale! Oui, il avait vraiment besoin de changer d'air, et quoi de plus divertissant que de passer une journée à la ferme, avec ses habitants à quattres ou deux pattes, poils ou plumes?

Ce fut donc un irlandais joyeux et chantonnant qui laissa le village derrière lui pour se rendre à la fermette en chantonnant. Sa chanson était sombre et sonnait lugubrement aux oreilles de quiconque l'entendait, mais il s'en fichait bien. Il aimait bien les chansons noires...Surtout que celle-ci le déifinissait bien...Du sang...Sur ses mains...

Il était maintenant en vu de la fermette, et continuait de chanter sans se soucier de déranger les éventuelles personnes présentes, sa voix douce résonant et vibrant dans l'air comme une sorte d'avertissement, ou de lithanie satanique...Tout en gardant un aspect fascinant...

" I can see blood all over my hands...The longer you lay next to me, the further I ran...What's it all worth?...How much can you stand?...The longer you stay close to me, the further I ran...There's blood on my hands..."

Et plus l'adolescent se rapprochait de la fermette, plus il croyait distinguer une forme humaine dans son champ de vision.



Ses étranges yeux mauves restaient fixés un long moment sur l'inconnu, une fois qu'il put le distinguer clairement. Il le détailla tranquillement, s'étant arrêté dans sa marche, même s'il continuait de chanter, l'intensité de sa voix n'ayant pas baisser d'un chouia.

Ses fines mains plongées dans les poches de son pantalon en toile indigo, et déchiré de part et d'autre, il adoptait une posture nonchalante et décontracté, même si son coeur cognait dans sa poitrine. Même s'il n'en avait pas l'air, c'était quelqu'un de timide, et il fut assez surpris de trouver un être humain dans ce lieu.

Non pas qu'il détestait la compagnie des autres humains, car comme dit plus haut, il était assez sociable, voir trés. Non... Il aurait juste voulut rester seul...Seul avec "elle", seul avec les animaux...

Aprés son inspection, cherchant à savoir si l'homme qu'il voyait était de bonne compagnie, il reprit sa route. Du moins, essaya...Car voyez-vous, ses pieds semblaient figés dans le sol...Comme si ses jambes s'étaient enracinées.

Pourquoi craignait-il de faire connaissance avec cet individu? De toute évidence, il aimait lui aussi les animaux, vu comme il s'en occupait...Alors quoi? Serait-il soudainement devenu allergique à ses semblables, à leur présence? Il pouffa de rire sous cette hypothèse ridicule, un doux sourire s'étirant sur sa petite bouche et enfin il se décida à faire signe à l'homme.

"Bonjour! Excusez-moi si je vous déranges!"
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Lun 21 Nov - 16:05

« Sont-ils enfin réveillés ? »

Il décida de refaire un dernier tour auprès des animaux.
Lorsqu’il eu fini son petit tour, il se dirigea vers l’entrée de l’enclos. Une voix parvient à ses oreilles « blood all over my hands […] I ran… ». Qu’était-ce ? Qui était-ce ?
Bien que les paroles de soient pas très rassurantes, la seule idée qu’un de ses semblables venait le réjouissait.

Elloy s’avança encore un peu pour pouvoir distinguer ladite personne qui chantonnait.
La musique, était une chose assez importante pour ce jeune garçon, il aimait la convivialité autour des notes qui s’élèvent dans le ciel, et qui nous imprègnent de tous leurs sens. La musique rapproche les hommes. Oui. L’envie lui prit de chanter à son tour, d’accompagner cette forme humaine qui se dessinait peu à peu. Mais elle se stoppa. Pourquoi n’avançait-il pas ? « Je ne vais pas le mordre »

Elly s’approcha encore un peu plus, jusqu'à s’adosser à la barrière qui gardait prisonnier ces bêtes dans cette cage dorée. Un peu à l’image de l’Eden.
L’ombre devient plus claire. Maintenant une silhouette. Une démarche nonchalante. Un sourire.
« Oh, c’est un homme. Bah, pourquoi pas, ça serait peut-être lui. Il a l’air joyeux… »
Souris, souris, montre ta joie.
Ce jeune homme aux yeux captivants lui fit signe.
« Bonjour ! Excusez-moi si je vous déranges ! »
Non non, tu ne me dérange pas, reste.
« Yo ! J’m’appelle Elloy, mais Elly c’est plus sympa ! »
Un léger sourire au coin des lèvres se profila. Enfin, le premier contacte humain de la journée. Cette fois, la solitude ne viendra pas le chercher. Il ne sera pas seul. Entouré. Entouré. Oui.
Elloy lui fit un grand signe de la main qui l’invitait à venir le rejoindre près de lui. Un rayon de joie se dégageait de son être en entier.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Lun 21 Nov - 18:52

Curdberthus était finalement arrivé à la fermette mais il s'était arrêté en voyant un homme au loin, comme paralysé...Puis il lui avait adressé un signe de la main, souriant, ne voulant nullement déranger le jeune homme.

"Bonjour, excusez-moi si je vous dérange!"

Il avait alors attendu que l'autre lui réponde, étant angoissé...Pourquoi cette peur, ce noeud au ventre...? Ca l'agaçait vraiment de ne pas savoir la raison des battements saccadés de son coeur, comme si celui-ci voulait sortir...

Enfin il lui répondit, cet inconnu, un discret sourire naissant sur ses lèvres mais n'échappant pas à l'oeil aiguisé du roux...
« Yo ! J’m’appelle Elloy, mais Elly c’est plus sympa ! »

De petites étoiles scintillèrent alors dans les yeux violets de l'irlandais, son corps entier étant en proie à une joie innomable, le même feu de ce matin irradiant tout son être...Décidément, il ne comprenait pas ce qui se passait dans sa tête, ce qui lui arrivait...Mais l'avait-il jamais comprit avant?

Quelques minutes plus tard, la paralysie ayant disparue, Curdy s'avança tranquillement vers sa nouvelle rencontre, ses pas étant silencieux et sa démarche aérienne. Il se trouvait maintenant en face de cet autre être humain, les mains dans les poches. Le vent jouant doucement dans ses cheveux cuivrés, il plongeat son regard perçant dans les yeux de celui qui se tenait face à lui comme s'il voulait y lire les secrets de son âme, tendant avec timidité sa main aux longs doigts fins comme ceux des pianiste, sans se départir de son éternel sourire joyeux.

Le contact verbal était établit entre les deux hommes, ne restait plus que le physique, signal final que l'autre accepterait sa présence, qu'il ne le rejetterait pas, qu'il l'invitait à entrer dans son monde...

"Enchanté de vous rencontrer, Elly!"

Le sourire du rouquin, bien que charmant, semblait un peu fier...Oui, il était fier...De se lier d'amitié avec quelqu'un...Il n'avait pas vraiment d'amis ici..."Elle" ne voyait pas ça d'un bon oeil, considérant ses semblables comme ses pires ennemis...Donc lorsque cet inconnu lui permit de briser la bulle dans laquelle il était enfermé, ce fut comme une libération pour lui...Il murmura son prénom, comme captivé par celui-ci, détournant pendant un moment les yeux avant de les reposés de nouveau sur Ellyot, détaillant chaque traits, chaque aspect de son visage comme pour le garder à jamais en mémoire...Il examina sa tenue, ses vêtements...

Il était visiblement intrigué, et ne cachait pas sa curiosité grandissante, adorant satisfaire cette dernière.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Lun 21 Nov - 20:26

Une main tendue. Un sourire. Apaisement. Enfin quelqu’un.

Elloy était ravi. Non, plus que ravi, une joie immense était à présent installée dans tout son être.

Elly était de plus en plus intrigué par les yeux du jeune homme. Captivé, ils étaient magnifiques, francs, à la fois doux et apaisant. Mais aussi effrayé. Il semblait qu’ils pouvaient pénétrer votre âme sans la moindre difficulté. Elloy remonta ses lunettes, pour se rassurer lui-même qu’il ne pourrait pas lire à travers ses yeux. Non, pour l'instant, ne lui montre pas qui tu es réellement. Il se moquerait peut-être de toi si tu lui disais la vérité. Fais comme d'habitude. Reste aux yeux de tous, le "bon ami". Oui, fais ainsi, ce n'est pas difficile. Souris. Tu le fais très bien.
Le cuivré tendit une main frêle, hésitante mais touchante par la simplicité et la pureté du geste.
« Enchanté de vous rencontrer, Elly ! »

« Aller, ne me vouvoies pas, pas de chichis ! »
Il empoignait sa main avec entrain, et finit par lui passer son bras autour du coup. Un sourire malicieux apparût.
« Désolé, tu es peut-être un peu moins tactile ? »

Elloy retira son bras, mais garda toujours ce sourire. Il l’entraîna vers l’entrée de l’enclos, pour l’inviter à venir partager son petit coin de paradis.
« Je ne t’ai jamais vu ici, c’est la première fois que tu viens dans cette petite fermette ? Viens, je vais te présenter les animaux»

Et il l’entraîna à travers la fermette, lui montrant tour à tour les bêtes inoffensives et passives.

Depuis longtemps, Elly n’avait pas ressenti cette sensation. Il était entouré. Par les animaux, et par un être qui, il l’espérait, deviendrait son ami. Cet ami dont il a tant besoin.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Lun 21 Nov - 21:32

L'irlandais avait tendu une main fine et timide à l'autre jeune homme, un doux sourire hésitant aux lèvres.



"Enchanté de vous rencontrer, Elly!"

Aussi quelle ne fut pas sa joie lorsque l'autre lui répondit en retour, scellant ainsi la promesse d'un lien qui venait de se former entre deux âmes seules et en peine... Curdberthus serra doucement la main d'Elly dans la sienne, une sorte de lueur éclairant son visage.

« Aller, ne me vouvoies pas, pas de chichis ! »

Le rouquin fut légèrement surpris, étant donné que personne ne lui avait jamais fait remarquer qu'il vouvoyait les gens. C'était une simple formule de politesse pour lui, voulant paraître agréable à ceux qui l'entourent.

Le contact physique entre ces deux êtres si semblables se prolongea quelques minutes lorsque l'autre garçon passa un bras autour de son cou, colorant légèrement les joues de Curdy, gêné, n'ayant pas vraiment l'habitude d'être pris en affection ainsi. Sans doute son futur ami dut-il le remarquer car il sembla s'excuser, souriant d'un air malicieux...Sourire qui lui plût de suite: non, il n'allait pas s'ennuyer avec lui...

« Désolé, tu es peut-être un peu moins tactile ? »

Oh non, notre jeune homme à lunettes connaissait mal Curdberthus... En effet, il adorait serrer affectueusement les gens dans ses bras, maitrisant tout de même sa force pour ne pas leur faire mal. Mais là, il se demandait s'il pouvait le faire, vu que c'était juste un début d'amitié...Il ne voulait surtout pas la gâchée...

« Je ne t’ai jamais vu ici, c’est la première fois que tu viens dans cette petite fermette ? Viens, je vais te présenter les animaux»

Le garçon n'eut pas le temps de répondre et fut entrainé par son joyeux compagnon, plein d'entrain, lui faisant tour à tour faire connaissance avec les vaches, les poules, les cochons et tout les habitants de la fermette. Ce lieu était vraiment jolit, et Curdy était rassuré de voir que l'autre personne lui faisait confiance, l'invitant à entrer dans ce qui semblait être son jardin secret...

Plus il l'observait, plus il le trouvait intéréssant et intriguant. Un étrange sentiment naquit dans le coeur de l'adolescent, une sorte d'impression, un message dans son cerveau: Il semble cacher quelquechose derrière ce masque du joyeux compagnon de route...Une angoisse...Peut être une peur...?

Fronçant les sourcils en entendant la petite voix maligne chuchoter dans son esprit, le jeune homme n'arrêtait pas de fixer l'autre, ses yeux violet ne se détachant jamais de sa silhouette, de son visage...Comme il aurait aimer savoir ce qui dérangeait Elly, comme il aurait aimer l'aider...Il espérait que son inquiétude et son anxiété ne se lisaient pas sur son visage.

Puis, sans prévenir, il éclata de rire. D'un rire franc et cristallin. Un de ces rires qui vous réchauffe le coeur, qui vous donne le sourire quand vous l'avez perdu...

"Je t'aime bien! Je n'ai jamais eu de personnes aussi proches de moi! Tu es...Mon premier Ami..."

InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Mar 22 Nov - 16:39

Un sourire. Les yeux pétillants. Un bien être tout entier.
C'est bon, il m'a accepté.
Quel soulagement il eut lorsqu'il vit ce garçon aussi gentil avec lui. Il est vrai que sa manière d'aborder les gens est un peu plus difficile à accepter et à comprendre. Elloy aime le contacte avec les gens, les prendre, les entraîner dans sa joie et son bonheur. C'est une personne directe qui n'aime pas "tourner autour du pot". Quoiqu'il en soit, son compagnon semblait l'accepter malgré une petite gêne qu'Elly ressenti, c'est pourquoi il retira son bras.
Ces yeux, qu'ont-ils à me fixer ? Non en fait, continue, regarde moi, si tu peux me voir c'est que je suis là avec toi et pas avec... Souris.
Un échange de regard à suffit à ce jeune homme pour rire, un rire jeune, frais et rassurant. Oui rassurant parce-qu'il était vrai et sincère.
Cet éclatement de voix surpris d'abord Elloy, qui ne se doutait de rien, et puis, trouvant son nouveau camarade de plus en plus intéressant et charmant, il rit à son tour.
« Je t'aime bien ! Je n'ai jamais eu de personnes aussi proches de moi ! Tu es...Mon premier Ami... »
Son attitude timide s'est évaporée en un rire. Il voulait le connaître.
C'est vrai ? Tu veux bien être mon ami ? C'est fantastique ! Plus seul ! Plus seul, plus seul.
« A vrai dire, moi non plus, les garçons sont un peu effrayés par mon attitude désinvolte, j'essaie surtout de rester avec les filles. Elles sont plus gentilles qu'eux... En fait, je pense qu'ils sont jaloux de moi »
Tais-toi, tu vas le faire fuir. Ne lui dis pas ça ! Ne parle pas de filles, mais de lui. Pose lui des questions.
« … Au fait, j'ai totalement oublié de te demander ton nom ! Haha, c'est idiot non ? »

Après avoir dit cette question, il l'emmena vers une sorte de banc en pierre et bois. Sur le chemin qui les séparait de cet endroit de repos, le vent caressait leur visage. Une brise légère et chaleureuse était là, comme pour annoncer les prémices d'une amitié. Cette amitié, il l'espérait sincèrement, deviendra réelle et solide, comme deux branches d'un arbres, où les feuilles seraient les souvenirs.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Mar 22 Nov - 22:23

L'irlandais avait éclaté d'un rire cristallin qui avait résonné dans toute la fermette vide, brisant le silence de ce lieu tranquil, hors du temps,et sonnant aux oreilles de son ami comme l'accent de la sincérité...Le plus bel accent du monde...

Il marchait maintenant à ses côtés, le vent jouant dans ses cheveux de cuivre aux mèches dorés, un petit souire sur ses lèvres et regardant l'être à côté de lui avec affection...Son ami...Son premier ami...Il avait le sentiment que leur amitié serait riche et durable...Il le souhaitait et ferait tout pour la conservée... Il se promit à partir d'aujourd'hui qu'il lui serait fidel, qu'il serait toujours là pour lui... Il voulait le protéger contre les agressions extérieures diverses, quitte à mettre en péril sa vie. Oui, il avait besoin de lui, et il savait qu'Elly aussi.

Il releva la tête vers l'homme pour l'écouter attentivement, ses yeux étant perdus dans le vague et fixaient un point invisible dans l'horizon lointain, son esprit semblant voyagés à des lieues d'ici.

« A vrai dire, moi non plus, les garçons sont un peu effrayés par mon attitude désinvolte, j'essaie surtout de rester avec les filles. Elles sont plus gentilles qu'eux... En fait, je pense qu'ils sont jaloux de moi »

Tiens? Les garçons ont peur de son attitude? Lui, il l'adorait...Il ne devait pas être normal alors...Il ne l'a jamais vraiment été...

Il laissa échapper un petit rire en l'entendant parler. Décidément, il était touchant... Mais lorsqu'il voulut lui répondre, son ami changea de sujet, l'irlandais notant de la gêne dans son attitude, comme s'il craignait de gâcher cette amitié toute neuve,si fragile... Il en fut émut au point d'avoir quelques larmes aux yeux... Il était vraiment trop sentimentale parfois.

« … Au fait, j'ai totalement oublié de te demander ton nom ! Haha, c'est idiot non ? »

La voix du garçon retentit dans la tête de Curdberthus, qui était alors plongé dans ses pensées, méditant sur la personnalité de son ami. Il sursauta donc légèrement et posa son regard sur son visage, transcendant le verre de ses lunettes qui semblaient servir de protection à leur propriétaire.

"Je m'appelle Curdberthus..."Cheveux de feu" en ancien irlandais...Mais appelles-moi Curdy...Elly"

Une lueur d'amusement s'alluma dans ses yeux mauves qui prenaitent des reflets bleu nuit avec la décadence du soleil. Il venait de remarquer que leurs diminutifs rimaient...Etait-ce un signe du destin? Sans doute, étaient-ils faient pour se rencontrés...

Et il suivit Elly jusqu'au banc en regardant rêveusement le ciel bleu et dégagé, sortant ses mains qu'il avait remises dans ses poches, fâcheuse tendance qu'il adorait.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Mer 23 Nov - 15:56

Curdberthus, Curdy. C'est original «En  ancien Irlandais ?». Donc c'est un irlandais. Moi, que suis-je ? Ah oui, un britannique, enfin, je crois. « You're a mistake, my Lord »
Qu'est-ce ?... Passons, je ne veux pas me souvenir. Non.


Et la présentation fut.

Elloy était ravi. Un échange de mots lui permit de comprendre que leur début d'amitié était scellée. Il en était sûr.
Curdy lui paraissait attachant, non, il l'était. Il avait un air innocent, enfantin sur le visage. Un air de jeunesse.
Le soleil a finit son travail. Il s'en va, les laissant sur le banc, à leurs rêves.
Il vit le cuivré qui était dans ses pensées. Il ne voulait pas le déranger. Rêver c'est beau, seulement quand ces rêves ne sont pas imposés la nuit, pas ceux-là. Les rêves de liberté, de bonheur entier, où tout peux arriver mais qu'en bien.
Ils regardaient le ciel.
« Dis, tu fais quoi ? Enfin, ici à Espérance, que fais-tu là ? »

Est-ce qu'il aurait dû attendre un peu avant de poser cette question ? Elle est assez personnelle, mais tant pis. Il y a bien une raison. Et puis, ça pourra peut-être nous rapprocher.
Après avoir posé cette question, il fixa Curdberthus qui regardait le coucher du soleil, comme pour lui dire au revoir. Puis il se mit à contempler le spectacle qui s'offrit à lui.
Une chanson lui vient à l'esprit. Elle devenait de plus en plus persistante, et le ne put s'empêcher de la chanter, à voix basse:
«♪ Wish I could say to you, that I'll always stay with you. I don't wanna dream of you... ♫»
Il ne savait pas d'où venait cette chanson. De l' « Avant » peut-être. Mais cette mélodie lui pinçait le cœur. Il s'arrêta et se mit à regarder son nouvel ami, comme s'il pouvait panser ses douleurs rien qu'en faisant cela. Il oublia vite la chanson, une autre douleur de propagea au niveau de son estomac. Il avait faim...
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Mer 23 Nov - 16:39

Curdy était désormais assit sur le banc où son ami l'avait emmené, un petit espace entre eux. Observant le magnifique spectacle des couleurs du ciel lors du coucher de l'astre solaire,il frissona. La Nature était si belle...Si forte et si fragile à la fois...Comme lui...Dur comme un roc mais fragile comme une petite fleur...Une fleur dont la beauté fascinait et attirait...Mais dont les pétales étaient empoisonnées...Mortelles...



« Dis, tu fais quoi ? Enfin, ici à Espérance, que fais-tu là ? »

La question fut comme une giffle. Violente. Sur le coup, l'irlandais sursauta et, s'arrêtant dans la contemplation du coucher de soleil, jetta un regard paniqué au britannique. Il redoutait cette question...Il avait enfouit profondément le souvenir qui l'avait conduit à Espérance...

Il hésitait, se mordillant la lèvre inférieure. Lui répondre...Ou pas. Mais en amitié, on doit faire confiance, non? Alors pourquoi avait-il peur de sa réaction? Il tenait à lui et ne voulait pas le perdre. Pas déjà...

Ses yeux mauves fuyant le regard d'Elly, il laissa échapper un petit rire nerveux d'entre ses lèvres entrouvertes, avant de tourner la tête de l'autre côté. Commençant à parler d'une voix tremblante, mal assurée.

"Je...Je ne sais pas vraiment...Mais...Mais le seul souvenir que j'ai, avant que j'arrive ici...C'est un meurtre...Une femme qui me ressemblait, en sang...Et du sang...Sur mon katana...Je crois que c'est moi qui l'ait tuée...Je suis...Un monstre. Malgré ce sourire."

L'adolescent baissa piteusement la tête suite à sa révélation et s'éloigna un peu d'Elly, restant sur le banc. Il lui tournait presque le dos, maintenant. Et "Elle", sentant son angoisse et sa honte, se réveillat doucement, venant chuchoter perfidement à ses oreilles: Tu as peur, mon tout petit...Tu as honte...Oui, tu es un monstre...Tu n'es qu'une abomination, une erreur de la nature...Et en tant qu'erreur, tu détruiras ceux que tu aimes...Elly...Tu le détruiras...Tu le...

Assez! Il ne voulait pas en entendre plus! Il ne voulait pas perdre son seul ami...Il ne voulait pas se retrouver les mains pleines de son sang...

Il se tenait courbé sur le banc, ses mains tremblantes sur ses oreilles et quelques larmes de rages et de douleur roulant sur ses joues, en silence. Il avait mal...Au fond de lui même, il avait le sentiment qu'il serait le salut et la fin du britannique.

«♪ Wish I could say to you, that I'll always stay with you. I don't wanna dream of you... ♫»

Une mélodie parvint au travers du mur de souffrance dans lequel "Elle" l'avait attiré. Cette voix...Il la connaissait...C'était Elly qui chantait. Il se redressa légèrement et fermit les yeux, écoutant attentivement sa petite chanson, se sentant étrangement apaisé. Lorsque l'autre arrêta de chanter, Curdy se retourna face à lui, les yeux un peu rouges à cause des larmes dont les traces étaient encore présentes sur ses joues, et lui sourit doucement.

"Tu chantes bien... Tu as une belle voix alto..."

Son estomac se mit à gargouiller, signe qu'il avait besoin de se nourrir. Posant sa main sur son ventre, il décida de se lever.


Dernière édition par Curdberthus le Ven 25 Nov - 19:44, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Pardon me, Curdy Ven 25 Nov - 11:14

Après avoir posé sa question, Elly s’en voulu. Il le vit le fuir du regard. Un rire nerveux venait sonner à ses oreilles comme une petite voix qui venait lui dire qu’il l’avait blessé.
Tu n’aurais pas dû. Tu n’aurais pas dû idiot, il aurait fallu que tu te taise.
Rien que de savoir qu’avec ces mots, il avait pu lui faire du mal, lui fit comprendre qu’il était de plus en plus impoli et curieux.
Je suis désolée Curdy, vraiment, je n’aurais pas dû, désolé, ne m’en veux pas !
Elloy voulait s’excuser, mais Curdberthus prit la parole :
« Je...Je ne sais pas vraiment...Mais...Mais le seul souvenir que j'ai, avant que j'arrive ici...C'est un meurtre...Une femme qui me ressemblait, en sang...Et du sang...Sur mon katana...Je crois que c'est moi qui l'ait tuée...Je suis...Un monstre. Malgré ce sourire. »


Ne t’en fais pas, je sais, je le sens, tu n’es pas méchant.
« Je suis désolé… ».

Il avait mal à la gorge, une boule le serrait.
Il le voyait se tourner, il était de dos à présent.

«♪ Wish I could say to you, that I'll always stay with you. I don't wanna dream of you... ♫»
Il chantait, comme pour essayer de faire oublier à son ami ce qui venait de se passer, ou du moins, l’apaiser.
« Tu chantes bien... Tu as une belle voix alto... »
Elloy lui sourit. Il vit que le cuivré allait un peu mieux. Que sa souffrance s’était calmée, pour ce qu’il pu en voir : il avait relevé sa tête, ses yeux mauves avaient pris une teinte de rouge, les yeux encore mouillées par les larmes. Il lui apparaissait touchant. Elloy lui tendit un mouchoir, et posa la main sur son épaule. Il lui sourit. Un sourire qui vous dit que tout vas bien et qu’il n’y a plus rien à craindre. Je suis là avec toi. On n’est pas seul. On est deux, tout vas bien aller.
Leur ventre se mirent à gargouiller. Il était temps pour eux de satisfaire les caprices vitaux de leur estomac.
« Tu veux aller manger ? ».
Le soleil se couchait. L’air devenait plus frais, mais le sourire d’Elloy était là pour réchauffer l’atmosphère. Il le regardait, attendrit par l’adolescent qui, au début, lui semblait fort quoiqu’un peu timide, mais plus il le regardait, plus il s’apercevait qu’il était fragile. Je vais prendre soin de lui. Je le promet.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Ven 25 Nov - 20:30

Malgré la chanson de son ami, Curdberthus sentait un grand vide en lui...La douleur était revenue et elle criait en lui. Il avait besoin de la faire sortir, de la calmée...Et pour ça il n'a qu'un moyen: la musique. Mais il n'allait pas se mettre à chanter maintenant, surtout en présence d'Elloy. Il avait l'habitude de chanter seul, il ne voulait pas se sentir ridicule.

Et son coeur en larmes sentit un beaume de réconfort autour de lui. Et son coeur en larmes fut réchauffé...Par ce sourire...Le sourire qui vous rassure...Le sourire d'un ami qui semble vous dire: "je serais toujours là pour toi.". Et il le regardait, un sourire heureux s'étirant sur ses lèvres qui tremblotaient juste avant, prenant le mouchoir que le britannique lui tendait et essuyait ses larmes maintenant séchées. Ce sourire, cette main posée sur son épaule...Merci Elloy...Merci beaucoup...Je te rendrais la pareil, promis.

Mais cet instant complice entre les deux hommes fut brisé par une sorte de grondement...Un coup de tonerre? Le rouquin leva la tête vers le ciel, un sourcil arcqué: il n'y avait pas d'orage...





« Tu veux aller manger ? ».



Le jeune homme tourna la tête vers son compagnon, restant un moment fixé sur lui, son regard mauve, dont la couleur avait légèrement foncée, planté dans le sien, avant de finalement hocher la tête, se levant du banc.

"Bonne idée! Je meurs de faim!"

Il rit aprés ses mots. Mourir de faim? C'était stupide...Il ne pouvait mourir de faim ici...Mais bon, cette erreur de vocabulaire était répandue...Aprés tout, les mots ont tous plusieurs sens...Comme lui possède deux faces différentes...Son regard s'assombrit un peu plus à cette pensée, mais il décida de ne pas se laisser abattre, puis releva la tête vers Elly, l'attendant.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Lun 28 Nov - 16:12

« Bonne idée ! Je meurs de faim ! »

Un rire, le mal était parti, du moins pour l’instant.
Comment en être réellement sûr ? On sourit, on a l’air joyeux, on chante, on danse, on virevolte, on s’amuse, on entraîne les autres… Vers la douleur. La vie est un jeu d’apparence. Qui ne le sait pas ? En tout cas, Elloy ne le sait que trop. Même si son nouvel ami riait de sa phrase, la douleur était quand même présente, malgré lui.
Je meurs de faim. Tu meurs réellement ? Est-ce un message codé ? Non, tu divague Elly. Il a juste faim. Il n’est pas comme toi. Toi "tu meurs d’amitié." T’en as besoin tout le temps, c’est presque maladif… Une boulimie d’ami ? Non, c’est trop gros. C’est trop idiot, c’est trop.
Elloy secoua la tête. Divaguer dans ses pensées devenait une sale habitude. Il mit un peu de temps avant de remarquer que Curdy l’attendait.

Il se leva. Revêtit son masque quotidien : le masque de la joie.
Il s’élança vers son ami, le sourire aux lèvres.

« Aller, viens, on y va. Tu veux manger en ville ? C’est moi qui invite ! »
Oui, la petite brasserie serait le lieu idéal. Simple et cosy. Naturel et chaleureux, comme leur nouvelle amitié grandissante.
Une chose était à fêter, leur rencontre. Et puis, cela faisait longtemps qu’Elloy n’était pas parti au bourg. Il n’aimait pas trop y aller, car quand il le voulait, personne ne pouvait (voulait ?) l’accompagner. Seul, tu étais seul. Je ne le suis plus.
Il regarda son ami avec un air de soulagement.

Ils avançaient tous deux, côte à côte, dans la nuit qui se rapprochait. En plus, si je mange avec lui, je retarderais l’arrivée du Rêve. J’espère qu’il n’est pas de nature à dormir beaucoup et tôt.

On ne distinguait plus vraiment le soleil, le froid devenait plus rude. Elly se rapprochait de lui, pour se réchauffer et se rassurer.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Lun 28 Nov - 19:02

Curdberthus attendait patiemment son ami, les bras croisés derrière la tête, et un grand sourire s'affichant sur son visage aux traits enfantin.



Elly semblait perdut dans ses pensées, avec cet air ailleurs...Et le rouquin essaya donc de déchiffré son expression: il avait l'air soucieux...Même qu'est-ce qui pouvait donc le tracasser à ce point? Si seulement Curdy le savait, peut-être qu'il pourrait l'aider...

Mais le britannique secoua la tête, sortant ainsi de son état de transe temporaire, puis vient prés de l'adolescent, son visage redevenant souriant. Hélas, il n'était pas dupe, et il voyait bien qu'Elloy essayait de cacher quelquechose...

Tôt ou tard, il le saurait. Mais pas maintenant. Il ne voulait pas gêner son ami, et en plus il avait faim.

« Aller, viens, on y va. Tu veux manger en ville ? C’est moi qui invite ! »

A ses mots, l'estomac de Curdberthus se manifesta une seconde fois, comme pour approuver l'idée géniale de son ami.

"Oh bien sur! Mais tu sais, je peux payer aussi..."

C'est vrai que leur rencontre devait être fêtée mais de là à ce que ce soit l'autre jeune homme qui paye...Le rouquin n'était plus d'accord.

Il secoua négativement la tête avant de poser son regard sur Elly, ses yeux devenant bleu nuit avec le coucher du soleil, et constata que celui-ci semblait avoir froid, ou peur, vu comme il se rapprochait de lui.

"Tiens."

Retirant sa veste noir et doublée, il la mit sur les épaules de l'autre garçon en souriant gentimment, le froid venant réveiller son corps endormit, et faisant battre le sang dans ses tempes à un rythme saccadé. Il n'avait pas peur d'être torse nu dans le froid, au contraire...Alors avec un t-shirt, il n'était pas plus gêné que ça.

Sur la route sinueuse qui les ramenaient au bourg, il contemplait parfois les étoiles, son naturel rêveur ayant repris le dessus.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D] Aujourd'hui à 9:55


La solitude appelle la multitude... [PV libre 8D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Je m'présente, je m'appelle Gouniaf...
» Ville Libre de Mévry
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?
» salut je m'appelle david

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-