Partagez|

♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Sam 17 Déc - 15:00


La pluie coulait paisible en fines gouttelettes argentées sur les fenêtres de l’internat, accompagnée du chant claire d’un vent d'hiver.
Nous étions à l’aube d’un nouveau jour, les nuages cotonneux s’étendant paresseusement sur la surface grisâtre, percés seulement par un ou deux rayons dorés, qui tentaient timidement d’imposer leurs présences.
Alors que tout le bâtiment dormait encore, Elmeraud s’éveilla puis, à pas de velours pour ne pas réveiller Mickael, se dirigea lentement vers la fenêtre qu’il ouvrit.
La pluie l’aspergea instantanément, caressant sa peau d’ivoire, roulant sur ses joues rosies par le vent frai du matin.
Elmeraud se sentait étrange, pas que l’humidité de sa chemise ou la froideur du vent sur sa peau lui faisait un quelconque effet, cela lui était impossible, mais il était comme… différent de d’habitude, presque calme, et il avait l’impression d’avoir déjà vécu ça… Oui, c’était un peu comme la fois où il était arrivé à Espérance, il avait une impression de… nostalgie ? Impossible.
Le jeune homme ferma les yeux puis, mu par une violente impulsion de fuite, se précipita hors de l’internat.
Il ne ressentait pas la douleur de ses pieds nus frappant le sol, il ne ressentait pas le besoin de se changer, ni même ce besoin qu’il avait parfois de paraître normal auprès des autres. Tout cela il s’en fichait. Il ne savait pas où il allait. Il courait, la tête vide et pourtant plus vivant que jamais.
Pour lui, son monde s’arrêtait à l’école. Il n’avait jamais ressentit le besoin depuis 2 semaines de sortir, de parcourir le village. Il n’en ressentait toujours pas le besoin et pourtant, ses jambes refusaient de s’arrêter. Et au fur et à mesure de sa course, le paysage se modifiait, l’air devenait plus épais, étouffant et humide. Une odeur différente de celle de la pluie, plus forte aussi.
Et puis Elmeraud s’arrêta et il la vit, cette grande étendue d’eau poissonneuse.
Il s’avança et ses pieds s’enfonçaient généreusement dans le sable humide, rendu mou par les intempéries de la nuit.
Il entra dans l’eau claire jusqu’aux genoux, puis se pencha pour observer son reflet.
Il se regardait lui, ses yeux verts émeraudes en croisaient d’autres rendus bleus par l’étendue aqueuse où s’étendait son reflet. Son regard était vide, inexpressif. Une personne normale aurait sûrement eu peur d’un tel visage, possédant si peu d’humanité. Mais il était seul avec lui-même et il ne connaissait pas la peur.
Une lueur de vie s’alluma dans l’eau, au niveau de ses iris océans. Son visage peu à peu se modifia pour devenir celui d’une petite fille souriante et innocente, encore une autre. Cette fois ci elle était rousse, virant sur le châtain.
Elle semblait aussi fade que les autres.
« Tu n’es pas elle. » pensa Elmeraud, sans vraiment savoir s’il s’adressait plus au mirage qu’à lui-même. Nous n’étions plus la nuit. Le Reflet existe seulement la nuit pour Elmeraud car le jour il doit vivre comme les autres. Alors il l’ignora.
Il retourna s’asseoir sur la plage, les pieds dans l’eau et commença à chanter l'un de ces chants qu'il entendait la nuit, dans le fin fond de son esprit, et pour lesquels il ignorait d'où ils venaient. C'était d'autant plus étrange que bien que n'étant pas de l'Espérento, il les comprenait sans le moindre problème.
Il y a longtemps, un fabricant de jouets,
créa pour lui une magnifique poupée.
« Elle est si belle, douce et élégante.
Quel dommage qu’elle ne soit pas vivante ! »
Alors la nuit la poupée s’anima
mais elle souffrait d’un mal que l’homme ne connaissait pas.
Elle souffrait d’un cœur vide de passions
et dans son corps coulait un terrible poison.
So die Puppe müde von des Leidens und der Angst nicht zu wissen,
entschloss sich seine Krankheit durch das Töten von seinem Schöpfer zu behandeln.

Elmeraud ne connaissait pas la suite, alors il s‘arrêta là. Mais il cru que plus tard la poupée se noyait.
Il regardait la « mer » et pensait que c’était beau. Malheureusement, pour lui la laideur et la beauté n’avait aucune importance. L’un n’était pas mieux que l’autre.
Il lui sembla néanmoins que la mer lui parlait. C’était stupide évidemment.
Maintenant qu’il avait retrouvé la pleine possession de son corps, le garçon se mit en tête de dessiner ses rêves, comme il le faisait toujours. Puisqu’il le faisait toujours, il devait aussi le faire aujourd’hui.
Il n’avait pris ni crayon, ni feuille mais il avait cette grande étendue sableuse pour lui tout seul.
Il ôta ses pieds de l’eau fraiche et mit à quatre pattes sur le sable tendre qu’il creusa de ses petites mains blanches. Et il dessina en grand.
Il dessinait une ville sous marine où les mensonges se reflétaient à la surface. Il dessinait des arbres blancs, des ombres colorées et toujours, sur chacun des ses dessins, cette présence indéterminé, cette ambiance malsaine qui persistait et ne va guerre aux dessins innocents d’un adolescent.
Et toujours il chantait :

Dans les sillons où se reflète le mensonge,
tu continues de chanter et danser.
Vis et souris tant que tu le peux encore,
car lentement la haine du vilain petit canard te dévore.

Spoiler:
 


_________________________________________________________________________

Bon voilà Sujin j'ai fais comme ça, dis moi si ça te convient (il y a sûrement des fautes et des enchainements un peu bizarres vu l'heure à laquelle je l'ai écris...). Je t'ai pas introduit dans la fin de mon RP comme ça tu le fais comme tu les sens.



_________________________________________________________________________
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Dim 18 Déc - 12:44

Forgotten - Avril Lavigne

La chambre est étroite, sombre, sèche. Sujin ne l'aime pas. Son lit est collé au mur rêche, et il lui est arrivé plusieurs fois de s'y râper le coude. Sa chambre. Si terne, si grinçante, à l'odeur entêtante du vieux bois.
Non. Décidément, la petite Coréenne ne l'aime pas. Mais le foyer reste son quotidien, et sa chambre celle qui abrite ses frêles heures de sommeil...

Il est tôt, sans doute. La mouche qui avait élu domicile sur les bords sa couette a cessé de bourdonner, le silence paisible d'Espérance flotte dans l'air humide de la pièce. Les yeux ouverts, Sujin fixe le plafond. Désormais, les matinées sont sombres, et la lumière de l'aube est bien faible... Respirations.

Bien sur. Il y a ces deux stupides apparitions à ses côtés! Deux filles dont elle ne sait même pas les noms. A quoi bon? Elles sont inutiles, inférieures, agaçantes. De même que leur respiration! L'une a le nez bouchée, et Sujin se mord la lèvre pour ne pas crier de rage. Qu'elles sont agaçantes!

Elle aimerait pouvoir se concentrer pour ne pas les entendre, mais impossible. La haine, la colère commencent petit à petit à engourdir ses membres.

Tac. Tac. Tac.

Son talon donne des coups secs au bois de son lit. De plus en plus fort. Elle serre les poings.

Bzz... La mouche, réveillée par ses coups incessants, s'est remise à virevolter dans la pièce, et à se cogner aux murs.

Mon Dieu. Qu'est-ce que ça peut être stupide, une mouche! La rage possède Sujin, qui a tendance à se laisser emporter par ses émotions, et elle tape de plus en plus fort, de plus en plus dur sur le bas son lit.
Elle saigne. Elle le sent, elle le sait. Mais Sujin ne craint pas la douleur physique, au contraire.

Et les deux pauvres apparitions qui dorment, ronflent, dorment, ronflent. Ne pourraient-elles pas cesser de respirer?! N'est-ce pas Sujin qui décide?!

Et cette mouche!

Tac. Tac. Tac.

Son talon s'enfonce dans le bois, qui craque sous son poids en un bruit sec. Allez! C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, et la petite Coréenne se relève d'un coup, réveillant ses deux camarades, et sort de la chambre en courant, puis claquant la porte bruyamment.
Elle réveillera tout le foyer, tiens! Toutes ces apparitions, encombrantes plus qu'autre chose... Qu'elles disparaissent!!!

Sujin gagne vite la sortie, et enfonce la porte brutalement. C'est que sa petite carrure frêle a de la force!

Bada ; la mer. Voilà ce qu'il lui faut... Son éternel lieu de repos, de recueil. Son endroit préféré, celui où elle a rencontré Maman. Sa Cali. L'évocation de ce prénom si aimé parvient à ralentir le rythme de son petit coeur d'enfant colérique.

Elle connait le chemin par coeur, elle l'a fait tant de fois! Sa mer. Et Cali, sa mère. Tiens! Deux mots au sens si proche, si beau... Et à la même douce prononciation.
Le sable sous ses pieds, à la caresse si douce, et la si belle mélopée de la mer... Ce chant marin qu'elle seule a l'impression de comprendre.

"So die Puppe müde von des Leidens und der Angst nicht zu wissen,
entschloss sich seine Krankheit durch das Töten von seinem Schöpfer zu behandeln."

Des mots chuchotés par...par une tête blonde. Par une tête blonde? Dans une langue qui lui est inconnue, mais jolie. Oui, la voix est belle.
Que fait ce fils de l'océan sur sa plage? Elle ne l'a jamais vu, non...
Penché, il semble tracer des formes dans le sable, mais Sujin est trop loin pour pouvoir les distinguer. La colère de la fillette s'est évanouie aussi instantanément qu'elle a mit longtemps à la ronger... Émotions, changement, déroutement...
De loin, l'on pourrait prendre l'enfant pour un petit tas de sable, tant ses cheveux en ont la couleur, mais la voix - entre celle d'un enfant et d'un adolescent - ne trompe personne. Si humaine, jolie et touchante...mais à laquelle il manque quelque chose.
Sujin ne sait pas quoi, elle reste juste absorbée dans ce tableau si saugrenu. En général, à cette heure-ci de l'aube, elle est la seule sur la plage... Seulement une fois elle y avait rencontré une personne : Cali. Mais dans la tête de la petite Coréenne, elle l'a toujours connu...
Il y a Cali, et les apparitions. Alors cet enfant-là, qui est-il? Une stupide apparition, où un fils de l'océan, unique comme Sujin et Cali?

Alors la Coréenne s'approche doucement de lui, tout doucement pour qu'il ne s'arrête pas de chanter, et elle reste derrière lui, debout tandis qu'il est accroupi, à chanter et à dessiner. La précipitation commence à s'emparer d'elle. Elle veut voir le dessin!

- Pousse toi! Lui ordonne-t-elle de sa petite voix capricieuse.

Elle veut voir le dessin!



[voili voilou, je me demande ce que ça va donner, entre Elmeraud qui ne connait pas les émotions & Sujin qui est dans l'excès ^^, ça fait deux parfaits opposés!]
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Mar 27 Déc - 19:14



Elmeraud continuait de chanter. Il chantait, en français d'après Bird. Oui Bird l'avait entendu chanter une fois, la même chanson. Il l'avait écouté, comprise et dis: "Si tu comprenais, tu arrêterais. De tels chants n'ont pas leurs places en Espérance."

Il lui avait ensuite expliqué que les paroles étaient en français, mais qu'il y avait aussi une autre langue, qu'il ne connaissait pas.

Elmeraud avait compris, et avait cessé de chanter devant les gens. Mais il aimait cet air alors il le chantait, quand il était seul. Il ne comprenait pas pourquoi les paroles dérangeaient Bird. Il ne voulait pas vraiment savoir.

Pourtant, alors qu'il dessinait en chantant, il sentit une présence sur la plage. Il n'était plus seul.

La présence se rapprocha, essayant d'être discrète à priori. Elmeraud aurait dû s'arrêter et regarder le nouvel arrivant, mais il était trop absorber par ce qu'il faisait.
Puis elle s'arrêta derrière lui, elle l'observait. Elmeraud s'en fichait.

-Pousse toi!

Irritation, impatience. Elmeraud entendait pour la première fois une voix capricieuse lui donnant un ordre. On ne lui parlait jamais comme ça à l'internat, il était "le pauvre petit qui avait tant souffert" après tout. Ce n'est pas pour autant que ça le dérangea.

L'inconnu voulait voir ce qu'il faisait, pas de problème, le garçon se décala sur le côté et vit pour la première fois celui qui l'avait interrompu dans son travail. Ou plutôt celle.

Alors qu'il aurait dû se vexer du ton qu'elle avait pris avec lui, il se contenta de l'observer calmement.

Une fille donc. Du même âge à un ou deux ans près. Elle était brune et habillée de noir, sa couleur de peau était différente de celle du jeune homme. Ses traits aussi, plus marqués, Elmeraud avait vu des visages semblables dans un livre sur l'Asie. En son intérieur, elle semblait bouillonner. C'est ce qui attira le blondinet.

Le garçon ne l'avait jamais vu à l'internat. C'était une étrangère. On lui avait déjà expliqué, sortit du territoire de l'école, Espérance compte aussi un bourg et un foyer où les gens logent. Elmeraud la regardait toujours, essayant de la comprendre, à quel habitat appartenait elle alors? Sûrement au foyer, elle ne devait pas avoir plus de 15 ans donc elle ne pouvait pas encore travailler.

Le plus étrange était que cette fille semblait son exact opposé, aussi bien physiquement que moralement. Les sentiments, elle en ressentait. Plein. Différents, changeants.
Elle en ressentait tant à la fois, en si peu de temps, que le garçon eut l'impression qu'à son contact, lui aussi les connaitrait.

Elmeraud l'observait encore et encore. Elle était différente des gens qu'il côtoyait habituellement. Il essayait de comprendre comment elle marchait, sa façon d'agir, de réfléchir, comme on décortique une machine dont on aurait perdu le mode d’emploi.

Il se fichait bien que ça la mette mal à l'aise comme cela l'aurait fait pour la plupart des gens. N'importe laquelle de ses réactions aurait été un autre moyen de l'étudier, d'en apprendre plus sur la nature humaine, sur comment ressentir des émotions, devenir humain à son tour. Et, étrangement, il n'avait pas besoin de cacher sa véritable nature non plus. "Trop différente des gens de l'école" se dit il. "Elle est déjà trop anormale elle même pour se soucier de ma propre bizarrerie en y voyant là quelque chose de mal."

Et puis il ferma les yeux. Décidant qu'il était temps de parler. Mais de quoi? Il avait lu que lorsque l'on rencontrait quelqu'un, on saluait cette personne et lui demandait son nom. Mais Elmeraud trouvait que de tels actes n'allait pas à la situation actuelle.

"Pas maintenant" se dit il.

Il fixa la fille droit dans les yeux.

-Tu aimes?

Oui c'est ça. Tu aimes. Une question, deux mots. C'était plus que suffisant. Elmeraud ne savait déjà pas réellement le sens de sa question. Est-ce que tu aimes ce que je chantais? le dessin? la mer? ou tout simplement, est ce que tu aimes? Toi, la fille qui me fais face, as tu déjà connu ce sentiment que je ne peux même pas effleurer? Oui, sûrement.




________________________________________________________

Voilà, désolé pour le temps que j'ai mis, j'espère que ça te convient! hâte de voir ce que tu vas faire.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Sam 31 Déc - 15:07

Just Tonight - The Pretty Reckless

Les émotions coulent en Sujin comme les saumons dans une rivière, dérivant parfois, laissant place à d'autres, aux eaux plus calmes ou plus troubles. Et pourtant, la fillette ne saurait les identifier. Ne pas chercher à se comprendre soi-même... Si elle est en colère, alors elle est en colère.
Pourquoi? Elle ne le sait pas. Si elle est joyeuse, alors elle l'a toujours été. Ni passé ni futur... Elle ne connait que l'instant présent.
Triste chose, mais n'y-a-t-il pas comme seule comparaison un animal? En effet, un petit animal doté de la parole...

Mais revenons-en à cette plage.

L'enfant, saugrenue apparition aux cheveux de sable et aux yeux marins, ressemble à un chérubin sortit d'un coquillage, poupée aux joues rosies et aux iris sans fin. Il est beau, se dit Sujin. Elle est d'un coup piquée de jalousie. Elle aimerait bien avoir des yeux si profonds! Une moue dubitative se dessine sur les lèvres de la fillette.
En fait non, il n'est pas beau. Ses yeux sont bien trop bleus! Et ses cheveux trop blonds. Tout-à-fait. Sujin est bien plus jolie.
En tout cas, il semble bien avoir son âge, peut-être un peu plus vieux d'une année à peine.

Il la regarde. Sujin le regarde. Étrangement, il est calme. Il semble serein, alors que n'importe quelle apparition aurait été piquée par le ton que la Coréenne avait employé. Ce calme met d'ailleurs la fillette mal-à-l'aise, et elle détourne les yeux sans s'en rendre compte.
Qui est-il pour la fixer ainsi? Avec un air...tellement vide, las? Trop calme. Oui, il semble vieux en son intérieur. Aucun enfant normal ne peut se comporter ainsi!

Il continue à l'observer de ce regard sans émotion, et Sujin essaye de ne pas lui prêter attention. Pourquoi est-elle venue le voir, d'ailleurs?
Elle a déjà oublié. C'est qu'il est agaçant à la fixer ainsi! Elle tourne la tête vivement et lui jette un regard noir empli de sa haine la plus profonde.
Sujin n'a pas peur de haïr, ce n'est qu'un sentiment comme un autre, après tout. Tiens...dans son regard vide séjourne une infime étincelle de curiosité. Il n'est pas si éteint que cela, finalement...

Le silence règne, mais Sujin ne le trouve pas gênant. Elle continue à le fixer durement, jusqu'à ce que, finalement, l'apparition décide de parler.

<< Tu aimes? >>

Aimer? Quoi?
Oui, Sujin aime Cali. Mais là n'est pas la question... Tu aimes? Deux simples mots qui peuvent tant signifier...

La fillette s'est apaisée, sans doute est-ce le calme de l'apparition qui a déteint sur elle.
Mais que peut-elle répondre à cette question plus que déroutante?

Tu aimes? Tu aimes?

Sujin fixe la mer.

- J'aime, dit-elle.

Sa réponse est aussi brève que la question, mais la fillette n'a pas terminé. L'apparition veut parler? Elle répondra. Après tout, qu'a-t-elle à y perdre?

- J'aime Bada. La mer, précisa-t-elle. J'aime tes yeux. Cali. Coudre. J'aime...ce que tu as chanté.

Elle s'arrête, et remarque enfin le dessin au côté du jeune homme. Le dessin qui l'intriguait et qu'elle avait finalement oublié.
Un bien étrange dessin... Elle le fixe longuement, attentive au moindre détail. Enfin, elle relève la tête.

- Je ne l'aime pas. Il est laid, déclare-t-elle sèchement.

Par laid, elle veut sans doute dire qu'il lui fait peur. En effet...les contours mystérieux la font frissonner.

- Efface ça, lui ordonne-t-elle.

Sujin n'est pas en colère, elle n'aime simplement pas son dessin, et la politesse n'est guère une notion qu'elle connait.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Dim 8 Jan - 10:59





Elmeraud ne se souvient plus vraiment du comment et du pourquoi. C'est arrivé, c'est tout.

Il passait la moindre de ses pauses à la bibliothèque, le moindre gramme de temps libres. Et puis un jour, ses jambes l'ont porté, ailleurs. C'est ainsi qu'il l'a trouvé, la salle d'art. Il était là, alors il a décidé de faire quelque chose. Il a pris une feuille et des crayons et a commencé à dessiner.
Depuis lors, sans qu'il ne sache réellement la raison de cela, il le fait tous les jours. Il a l'impression qu'il se perdrait définitivement s'il ne le faisait pas.

Et chaque jour un peu plus, il éparpille celui qu'il est.


___________________________________________________________________________


Lorsque le garçon eut posé sa question, la fille le regarda sans comprendre, interloquée, surprise. Puis elle commença à se détendre et à réfléchir intensément.

Elle se tourna vers la mer.

- J'aime, répondit elle.

"Je m'en doutais."

A l'entente de sa réponse, Elmeraud sourit. Sourire qui disparut aussitôt lorsque le garçon s'en rendit compte et essaya de comprendre pourquoi cela était arrivé.

Mais la fille n'en avait, de toute façon, pas terminé avec sa question.

- J'aime Bada. La mer, précisa-t-elle. J'aime tes yeux. Cali. Coudre. J'aime...ce que tu as chanté.

Elmeraud eut un instant de pause. Les connexions ne se faisaient plus dans son cerveau. Il était là, complètement amorphe.

Puis son esprit redémarra et il commença à analyser chacune des réponses de la jeune demoiselle.

Elle aimait la mer, il avait donc deviné juste. Elle aimait aussi ses yeux, elle n'était pas la première à le lui dire. Le garçon ne connaissait pas de Cali, sûrement un ou une autre inconnue, vivant dans le bourg ou le foyer. La fille aimait coudre, ça aussi Elmeraud l'avait remarqué. Ça se voyait tout de suite grâce à ses robes.

Mais ce qui avait créé un blocage dans l'esprit d'Elmeraud était sa dernière réponse. Elle aimait ce qu'il avait chanté. Il s'en doutait et pourtant, si Bird lui avait interdit de les chanter en publique, c'était parce que les Contes Funèbres ne sied pas à l'utopie d'Espérance.

Oui mais voilà, Bird comprenait les paroles, pas l'étrangère qui lui faisait face. Enfin de compte, si la jeune asiatique aimait ses chants c'est parce qu'elle ne pouvait pas en saisir toute la gravité.

"L'amour est décidément un sentiment bien vaste et fragile."

La jeune fille regarda le dessin d'Elmeraud. Au final depuis que le garçon c'était poussé pour qu'elle le vit, elle ne lui avait encore jeté aucun regarde. Elle avait passé son temps à observer le jeune garçon.

Après un long moment d'observation, attentive au moindre détail, elle releva la tête et fixa de nouveau Elmeraud.

- Je ne l'aime pas. Il est laid, déclare-t-elle sèchement.

Elmeraud ne s'attendait pas à cette réponse. Ça ne le vexa pas particulièrement qu'on qualifia son travail de laid, mais il n'avait pas pu prévoir sa réponse, c'est tout. Il ne comprenait pas encore suffisamment la nature humaine pour qu'il ne fasse plus de tels erreurs. Il la regarda. Pourquoi avait elle trouvé sa création laide alors qu'elle souhaitait tant la voir précédemment?

Laid? Qu'est ce qu'elle trouvait laid dans son œuvre? La fille frissonna. Plus que de la laideur, elle semblait avoir peur de son dessin. Elmeraud l'observa, puis regarda les formes dans le sable. Non vraiment, il ne comprenait pas.

Il ne pouvait pas. Car pour lui la beauté et la laideur avait autant d'intérêt l'une que l'autre.

La jeune demoiselle perdit son calme.

- Efface ça, lui ordonna-t-elle.

Elle avait utiliser le même ton que lorsqu'elle lui avait demandé de se pousser. Elmeraud ne se vexa pas.

- Je refuse.

Les mots avaient jaillis de sa bouche. Il ne savait même pas pourquoi il avait dit ça. Mais c'était vrai, le corps d'Elmeraud refusait de bouger.

Il aurait dû l'effacer, parce qu'on le lui avait demandé et qu'il s'en fichait. Il n'était pas vexer, pas en colère, et pourtant...
S'il effaçait ce dessin, il avait l'impression qu'il perdrait quelque chose de précieux, car chaque dessin d'Elmeraud est unique.

Elmeraud était toujours calme, sa voix était douce mais son ton avait été implacable.


__________________________________________________________________________

désolé pour le temps que j'ai mis à répondre.



InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Ven 20 Jan - 18:43

Hold On - Angus & Julia Stone

Les gens pourraient dire de Sujin qu'elle est caractérielle. D'humeur changeante.
Mais au final. Être instable de reviendrait-il pas à ne pas avoir de caractère du tout? Quelle identité se choisir, quelle humeur? Mais qui est-elle?
Et si le petit enfant de la mer et la petite asiatique avaient plus en commun qu'il n'y paraît? Et si être vide d'émotion et rempli à rebord d'humeurs ne se rejoignaient pour n'être au final qu'une seule et même forme de vie?
Et si?

"Efface ça"

Et s'il l'effaçait? Que se passerait-il? Les deux enfants finiraient-ils par s'avouer leurs noms, par se perdre dans les méandres saugrenus de l'amitié? L'amitié.
Sujin ne la connaît pas. Et l'enfant de la mer sans doute encore moins. Ainsi, tous les deux finissent sur le bas-côté de la route. La route de la vie, que eux regardent, passifs, n'y entrant jamais.
Mais deux perdus peuvent-ils s'aider à reprendre chemin?

"Efface ça"

Il pourrait l'effacer. Et, satisfaite, Sujin s'en irait.
Ils oublieraient cette rencontre, la coréenne ne saurait le reconnaître. Tout aurait disparu, et tout resterait pareil. Les deux enfants resteraient statiques sur le bas-côté de la route, l'une changeante, l'autre vide.

"Efface ça"
Mais il pourrait aussi ne pas effacer le dessin.

Tant que l'on n'a pas choisi, tout reste possible.

- Je refuse.

Ça y est. La page suivante venait de se tourner. Un choix de fait, une succession de mots. Un geyser, une voix calme, forte.
Il refuse.

L'enfant de la mer n'effacera pas son dessin. Trop. Tout. Tellement.
Tant de sentiments! Ouragan.
Choix à faire. Quelle émotion choisir?

Colère. Étonnement. Calme. Violence. Surprise. Entêtement. Ignorance. Sentiments. Sentiments. Sentiments.

Parler? Tant que l'on n'a pas choisit, tout reste possible. Sauf que ce n'est pas à Sujin de choisir son émotion. Un va-et-vient incessant de sentiments, à lui en donner le vertige.

- Pourquoi?

Sa voix est éraillée, torturée. Elle a mal, elle aimerait réfléchir, penser.
Elle jette un regard vide à l'enfant.

- S'il te plait...

Non, elle ne le supplie pas d'effacer ce dessin. Ça, elle l'a oublié. Elle veut que ça cesse. Cette cascade d'émotions, qui conduit finalement à une non-vie.
C'est elle qui est sensée commander le monde! Alors....pourquoi ne peut-elle s'imposer à elle-même, prendre des décisions....?

- Chante.... le supplie-t-elle. Chante.

Oui, voilà ce qu'elle veut tout de suite maintenant. Son chant, sa voix...
Elle se prend la tête entre les mains. J'ai mal à la tête!



_____________________________
Nyuuuh, désolée pour tout le retard :3 et pour ce post un peu bizarre ^^
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Ven 20 Jan - 22:45


"Je refuse". Une simple phrase qui avait franchi le mur des lèvres du garçon. Des mots si simples peuvent ils faire autant d'effet à un seule personne? Elmeraud ne le croyait pas. Du moins il ne l'aurait pas cru. Mais à peine le son était il arrivait aux oreilles de la jeune fille que des milliers d'expressions passèrent en une fraction de seconde sur son visage.

Colère. Étonnement. Calme. Violence. Surprise. Entêtement. Ignorance.

Il y en avait tant. Tant que le jeune homme ne connaissait pas! Tant qu'il s'y perdait lui même dans cet ouragan. Comment faisait elle? Comment réussissait elle à se trouver, bloquer dans cette tempête?

Elle n'y arrivait pas.

A peine sa demande sortit, sa plainte, son "Pourquoi?" que le blondinet le compris. Elle semblait souffrir. Elle avait la voix la plus horrible du monde. Jamais Elmeraud n'avait encore entendu une telle intonation. Détresse. Oui, c'était peut être ça. Jamais il n'en avait encore effleuré de si violentes.

- S'il te plait.

Une supplication. Effacer le dessin était il donc si important pour elle? Non. Elle ne parlait pas du dessin. Il était loin dans son esprit. Elle l'avait déjà oublié. Des yeux affolés, un regard paniqué. Elle se perdait.

- Chante...


Elle le regardait à peine.

- Chante, supplia t elle.

Elle se prit la tête entre les mains. Elle semblait tant souffrir... Ressentir des émotions peut il faire si mal?

Elmeraud se rapprocha de la jeune fille, lentement. Il posa délicatement ses bras sur ses épaules et la serra contre elle.
Elle parut surprise, et se calma un bref instant.
Elmeraud ferma les yeux, et tranquillement, observa la mer. Il ouvrit la bouche et un son clair en sortit. Pas de paroles cette fois ci. Juste un son. Un chant. Rien que la voix du garçon se mélangeant au vent, rythmé par la frénésie des vagues.
Puis après une longue introduction, après que l'homme et la nature se soit scinder en un seul être, il murmura des mots.
Qui déjà, dans son Avant, s'était comporté ainsi? L'esprit oublie toujours là où le corps se souvient encore.

"♣ Loin des ténèbres de ton cœur ♣
Sur la mer, glisse tout en douceur.
Les larmes de la peine ne t'entendent plus
Car déjà peu à peu tu oublies.




Laisse tes soupirs.
Loin des mots du passé.
Dans cette tempête qui t'essouffle.

Laisse ton chagrin.
Loin de ce mal qui te ronge.
Elle nous lie peu à peu.


Da nur der Tod vereint alle Menschen. ♣"


Une chanson un peu différente de celle qu'il avait chanté peu de temps avant. Les paroles venaient en flot continu. Elmeraud était la voix qui portait ce flot au loin pour qu'il rejoignit la mer.
Il chantait, tout en caressant les longs cheveux soyeux de l'étrangère. Une situation bien étrange et une grande première pour ce petit être vide.

_________________________________________________________________________

Ne t'en fais pas Sujin, moi aussi je mets du temps parfois. Et ton RP quoi qu'un peu étrange, me convient parfaitement. Il prend une tournure intéressante. Sujin est ton personnage alors si tu choisis de le faire évoluer ainsi je n'ai pas mon mot à dire =3

InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Sam 21 Jan - 18:35

Lost In Hollywood - System of a Down

Elle est perdue, torturée dans les vastes méandres d'un esprit trop émotionnel, d'un coeur trop rempli. Et elle l'entraîne dans ce tourbillon d'émotions, il l'analyse, il la guette, il ne comprend pas.
Il ne connait pas les émotions, mais il la sait. Lui, souffre-t-il du vide? Elle ne s'en est pas rendue compte, mais lorsqu'elle pense à lui, elle ne pense plus à une vulgaire apparition... Il n'est pas une création de son esprit.
Non! Non! Elle veut qu'il soit réel. L'enfant de la mer, ce garçon aux cheveux de soleil et aux yeux océan, il ne peut pas être un mirage...

Une profonde détresse envahit la petite Coréenne. Il ne peut pas ne pas exister... Il est forcément un être à part entière. Paniquée, Sujin le scrute, en quête d'un élément qui prouverait que cet enfant ai un coeur, une âme, une vie sans Sujin.
Va-t-elle pleurer? Mais pourquoi donc?

Je suis perdue.

Elle était venue sur la plage calmer sa colère, et à la place a fait cette rencontre saugrenue. Et si l'enfant n'était que vision, qu'irréalité? Pourquoi cela affecterait-il Sujin? N'est-elle pas heureuse de maîtriser ce monde qui l'entoure, de créer et moduler les apparitions?
Pourquoi, pour une fois, voudrait-elle ne pas être celle qu'elle est? Elle aimerait juste...qu'il existe.

Une preuve! Elle veut un signe, une parole, un mot. Qu'il chante! Chante ton existence, ta liberté, chante pour moi...
Elle ne souhaite pas son obéissance, alors que veut-elle? Qu'il soit réel, simplement...

Juste ça.

Alors doucement, lentement, le bel enfant-océan s'approche de la petite fille de noire vêtue, et pose ses bras pour l'enserrer, complétant le tableau le plus étrange qu'il soit. Un garçon, lumineux, blond comme le sable, comme le soleil, dans les bras d'une fillette à la robe de ténèbres et à l'interminable chevelure d'ébène...
Sujin, si surprise soit-elle, semble mettre de l'ordre dans son esprit, réconfortée dans la chaleur de deux bras, deux rochers auxquels s'accrocher. Elle tremble, mais se sent mieux. Elle ferme les paupières, la tête posée sur l'épaule du jeune garçon.

ça y est. Son pouls a ralentit. Elle n'entend plus que le doux bruit des vagues, et le son qui sort de la bouche de celui qui l'a sauvée de la tempête.
Une mélodie, mélancolique, douce et puissante, si forte et émouvante, faisant vibrer d'émotions Sujin, mais cette fois-ci des émotions ordonnées, une mélodie belle à en mourir, sans paroles mais si juste, sortant de la bouche de l'enfant-océan.
La fillette ravale des sanglots, bouleversée, et inspire profondément l'odeur du chanteur. Il se met alors à prononcer des mots, dans cette langue que Sujin ne connait, mais qui ne l'empêche pas d'être émue. Sa voix est la plus belle chose qu'elle ai entendue, le plus beau trésor de ce monde.
Lui-même est un trésor de l'océan, un véritable joyaux.
Mais telle est la question: est-il vraiment réel? Ne serait-ce pas encore qu'une vaste farce de son esprit?
Non... Sujin ne peut pas le croire. Les battements de son coeur s’accélèrent pendant que le garçon poursuit son chant, et la tête lui tourne sourdement. Il lui caresse doucement ses longs cheveux de jais, mais cela ne suffit pas à calmer son mal. Tant d'incertitude!
Elle a peur... Ce n'est pas comme Cali. Cali est sa mère, et une mère est un point d'encrage sur.

Lui... Cet enfant sortit d'un conte, sortit d'un chant, de l'océan... Est-il né d'une illusion? Va-t-il disparaître? Va-t-il l'abandonner, la laisser sur cette plage?

Sujin se détache subitement de ses bras, et recule de plusieurs pas, apeurée. Une partie d'elle veut rester dans ses bras, mais elle est effrayée.

Il n'est pas réel...

- Je ne veux pas souffrir! Crit-elle, sa voix se perdant dans le bruit des vagues qui lui paraissent déjà plus menaçantes.

Ce n'est qu'une apparition qui va disparaître, s'évanouir dans l'océan... Et la laisser. La jeune fille s'enfuit en courant, alors que de longues larmes brûlantes coulent sur son visage... Elle hait son esprit, qui ne fait que créer des apparitions, de belles choses pour ensuite lui retirer.

Tournant le dos à l'être chantant, elle s'enfuit, ses pieds nus frôlant les grains de sable, qui ne font qu'à lui rappeler ses cheveux. Tout n'est qu'une immense dérision... Elle ne veut pas se retourner. Car elle sait que si elle se retourne, il aura disparu. Déjà.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Dim 22 Jan - 21:41



Tant que le mirage existait, tout allait bien. Mais il suffit d'un rien pour que le sort soit brisé, et une fois la magie partie, que reste-t-il?

La jeune fille dans ses bras semblait se calmer. Lentement, très lentement, elle s'apaisait. Et puis, sans crier garde, la situation empira. Elle s'agita, Elmeraud ne la retint pas. Incompréhension, envies, peur. Doutes. Elle semblait dérivé. Elle observait le blondinet comme si sa vie en dépendait. Tristesse. Tant d'émotions dans ses petits yeux. Tant de contradictions.

- Je ne veux pas souffrir! Cria-t-elle tout en se dégageant définitivement des bras du jeune homme. Cri de désespoir. Encore un.

Elle s'enfuit en courant. Loin du garçon. Très loin. Elle semble le fuir. C'est bien la première fois que quelqu'un fuit cet enfant. Pourquoi? Le hait-elle? Éprouve-t-elle du dégoût à son égard? Non. Quelque soit les hypothèses logiques du jeune homme, aucune ne collaient à la situation. Elle avait peur. Peur de lui? Pas vraiment. Elle était triste.

Elmeraud soupira. Décidément, il ne la comprenait vraiment pas. Il passa une main dans ses cheveux sables puis se leva. Rapidement, il remplit la distance qui le séparait de la jeune demoiselle. Il se déplaçait avec aisance sur ce tapis moelleux. Avec un geste d'une grande fluidité, il agrippa son bras, la forçant à s'arrêter. Un petit gémissement où se mêlait surprise et peur sortit de ses lèvres.

Mais toujours elle refusait de se retourner.

Pourquoi? Cela ne dérangeait pas Elmeraud qu'une personne en ce monde refusa son existence, refusa de le regarder mais... pour quelle raison? Comprendre. C'était la seule chose qui commandait ses actes.

Il la força à se retourner, elle résista. Lorsqu'enfin ils se firent de nouveaux face, la petite brune roulait des yeux exorbités. Elle semblait sur le point de pleurer.

Il la regardait. Lentement il posa ses deux paumes sur les joues de l'asiatique, l’empêchant de détourner le regard. Il les pinça et tira.

Elle protesta de douleur, d'indignation et de surprise et propulsa le garçon par terre. Celui ci explosa de rire face à la réaction courroucée de la jeune fille. Elle le traitait de fou, elle était hors d'elle. Il comprenait sa réaction. Enfin!

- Là, c'est mieux non? Ça te vas mieux d'être en colère ou souriante que triste et seule.

Elle se stoppa surprise, le regardant sans comprendre. Il se rassit confortablement dans le sable et tapota le sol à ses côtés.

- Bien, et si tu me racontais ce qui te tracasses?

C'était sans aucun doute le plus long échange qu'ils avaient depuis le début, excepté les chants d'Elmeraud.



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 19:12, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Lun 23 Jan - 17:40

Il a disparu. Il a disparu. Il a disparu.
Ce songe si éphémère s'est sans doute envolé. Et pourtant, Sujin aimerait tourner la tête, jeter un coup d'oeil derrière elle, voir si l'enfant-océan est toujours là. Une partie d'elle l'espère...
Car il ne chante plus, car sa voix s'est tue, et que son chant mélancolique n'est déjà plus qu'un souvenir.
Et pourtant. Des pas, derrière elle, d'une agilité déconcertante, des pas qui la rattrapent peu à peu, rapidement, et une main qui l'attrape, voulant la forcer à se retourner.
Non! Elle ne veut pas, elle n'obéira pas.

L'enfant-océan a néanmoins de la force, et parvient sans peine à la regarder dans les yeux. Elle se sent intimidée, inférieure, il la dépasse déjà d'une bonne tête. Non, elle ne pleurera pas! Seulement pour montrer qu'elle est forte, seulement pour dominer ses émotions, une fois pour toute. Un peu comme un acte de rébellion contre soi-même... Il pose ses deux paumes tiède, d'une chaleur agréable, sur les joues de la petite Coréenne, et, sans qu'elle ne s'y attende, lui tire les joues!
Réaction déconcertante... Sujin a quelques secondes de surprise puis, violemment, le projette au sable, en colère. Bouillonnante, la gamine lui hurle des mots en Coréen, le traitant de tous les noms. Pour qui la prend-t-il?

Et, encore plus déconcertant, le jeune homme entre dans un fou rire. Sujin le regarde sans comprendre ; se moque-t-il d'elle? Quel étrange garçon! Elle qui le croyait dénudé de sentiments, il lui montre finalement qu'il ne l'est pas totalement...
Veut-il la rendre folle?

- Là, c'est mieux non? fait-il. Ça te vas mieux d'être en colère ou souriante que triste et seule.

Triste et seule... Se préoccupe-t-il de ses sentiments? Triste? Oui, elle l'était... Mais tout cela, c'est à cause de lui. Il n'a qu'à exister! Seule? Elle l'est toujours. Sauf lorsqu'elle est avec Cali. Mais sinon...la solitude est son amie. En est-elle triste?
Je ne sais pas.

Sa calmant enfin, le garçon s’assoit sur le sable, ses cheveux se perdant dans les tons de la plage, et Sujin se dit que sa place est ici, qu'il est bel et bien le fils de l'océan.

- Bien, et si tu me racontais ce qui te tracasses?

Il tapote le sol à côté de lui, souhaitant sans doute qu'elle s'y assoit. Sujin hésite, le regarde, regarde l'océan, la place à côté de lui, le sable, sa robe noire.
Longtemps, elle hésite. Encore un choix à faire.

Elle s'assoit. A la bonne distance, pas trop près, pas trop loin. Elle n'est plus en colère... Les genoux en tailleurs, elle fait machinalement des petits monticules avec le sable. Qu'est-ce qui la tracasse? Elle s'immobilise, cherche ses mots.
Lui jette un regard en coin. Il a vraiment l'air de s'en préoccuper. Il est beau, avec le soleil jouant dans ses cheveux. Elle souffle sur sa longue frange en pensant qu'elle devrait la couper. En même temps, ses yeux sont tellement sombres et effrayants qu'il ferait même fuir l'enfant-océan!

Elle ouvre la bouche. Aplatit le sable. Qu'est-ce qui la tracasse? Alors, tout simplement, comme si c'était une évidence, l'équation de maths la plus simple et la plus logique:

- Tu n'existes pas.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Mar 24 Jan - 20:47


Elle paraissait hésiter. Il attendait. Elle regardait sa robe, la mer, la place que le garçon désignait, la plage puis encore sa tenue, qu'elle froissa avec ses mains. Il la regardait, attendant son verdict. Elle hésite encore, puis s'assied. Pas trop près, pas trop loin. La colère s'est envolé de son être. Elle l'observe, assise en tailleurs, caressant vaguement le sable, créant des petits tas dorés.
Le jeune homme la regarde, de son regard en coin. Il attend une réponse. Il sait qu'elle la lui donnera. Il sent qu'elle la cherche en elle même. Mais maintenant, quelle sera-t-elle?
Elle souffle sur sa longue frange. A quoi peut elle bien penser?
Elle ouvre la bouche. Aplatit le sable. Elle le regarde. La réponse fuse, comme la conclusion logique d'une addition quelconque.

- Tu n'existes pas.

Instant de pause. Instant de silence. Tout deux se regardent. La demoiselle tient bon. Le garçon la fixe, neutre, sans expression. Réponse étrange. Il croit toucher un peu plus l'essence de l'inconnue. Percevoir mieux son problème, son véritable problème.
Et puis, hilarité.
Rire frais, rire vrai. Étrangement, Elmeraud s'interroge. Il rit. Il n'est pas heureux, il ne ressent rien, mais il ne peux s'en empêcher. Néanmoins ce n'est pas comme d'habitude. Ce n'est pas un sentiment, mais c'est différent de tous les jours. C'est "mieux". Se rapproche t il de son bute? Il s'en fiche. Il devrait répondre à la petite brune qui le regarde. Croit elle qu'il se moque? Il n'en ait rien pourtant. C'est juste qu'il n'arrive pas à s'empêcher de rigoler. Son corps se modifie. Un changement se produit en son ventre et ses joues. Il est dit que rire beaucoup rallonge la vie, mais que cela fait mal au bout d'un certain temps. Il ne ressent pourtant pas cette douleur.
Il s'écrase, ses cheveux se perdent dans le sable. Si les anges existaient, certainement porteraient ils son visage. Un visage souriant, un visage d'enfant en cette unique instant.
Il ferme les yeux. Les bruits cristallins cessent de se mêler au vent, aux gouttes qui recommencent à tomber. L'enfant est allongé là, par terre, dans ce territoire qu'il a fait sien rien que pour ce bref moment. Pour une heure, un jour. Quelque minutes peut être? Nul être ne mettrait en doute que c'est sa place naturel. Il semble fait pour cet endroit, né ici, près de la mer, et ne jamais en avoir bougé.

Il regarda l'asiatique, toujours couché dans le sable. Pourquoi bouger? Son nom. Cela lui semble plus important désormais que ça ne l'était avant. Mais il doit d'abord comprendre et guérir. C'était lui l'investigateur de la question, elle lui avait répondu, il se devait de réagir.
Il se met sur un coude. Ses cheveux son parsemés de paillettes étincelantes, sa peau recouverte de perles de verre. Il n'arrive pas à se défaire de son sourire.

- Bien sûr, commença t il le plus sérieusement du monde.

Rien ne servait de nier l'évidence même. Il n'avait pas d’existence en ce monde. Du moins aucune qui vaille le peine d'être vécue.
Il s'assied enfin, sur les genoux. Lui fait face, se rapproche. Il lui prend la main. La regarde.

- Je n'existe pas, tout comme toi. Il pointe un doigt vers elle. Qu'est ce qui fait que nous sommes réels? Qu'est ce qui fait que nous ne le sommes pas? Rien n'est réel tant que l'on ne choisit pas que ça l'est. N'es tu pas toi même rien d'autre qu'une illusion?

Des questions, c'est la seule chose qu'il savait faire en plus de jouer la comédie.
Il ferma les yeux et sourit. Il avait dans la voix les intonations d'un adulte las qui en a déjà bien trop vu, largement plus que ce qu'il ne pouvait supporter.

- Tu as raison, je n'existe pas en tant qu'être humain, lança t il dans un sourire, j'existe en tant qu'émeraude. Et toi?



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 20:30, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Dim 29 Jan - 20:33

Bien sur qu'il n'existe pas! Voyons, Sujin, c'est l'évidence même! Elle le fixe. Suite à sa réponse, va-t-il enfin disparaître? S'évanouir pour ne plus jamais la voir?
Sans doute... Comme toutes les apparitions, comme est dicté le rythme de la vie selon Sujin.
Lui aussi la fixe. Vide vide vide. Si vide! Réagis, bon sang... La jeune fille veut une réaction, elle veut qu'il lui parle, qu'il la frappe, qu'il pleure, qu'il chante...

Il rit. Aussi étonnant et saugrenu cela soit-il, il rit. Il existe plusieurs sortes de rire. Le rire moqueur, le petit rire nerveux, le rire d'hystérie, le rire franc et joyeux, ou encore le fou rire. Mais celui-ci n'appartient à aucun de ses groupes...
Non, c'est un rire on ne peut plus étonnant, propre à lui-même. Toujours pris de ce rire aux accents enfantins, il tombe en arrière dans le sable, soulevant un milliard de petites particules sableuses, qui ne se voient même pas dans les tons estivales de sa chevelure... Angélique, jeune et vieux en même temps, le temps se perd dans son visage rieur, où une note de gravité semble s'être évanouie.
Enfin calmé, il se redresse sur un coude, toujours souriant, ces yeux francs et curieux, plus magnifique que jamais. Sujin est comme suspendue à ses lèvres : quelles paroles va-t-il prononcer? Quels mots sortiront de sa bouche, rompant ce doux silence rythmé du flot des vagues?

- Bien sur.

Tels sont ses premiers mots ; sérieux et tout sourire. Cela est donc vrai... Bien sur. Il n'existe pas, et la jeune Coréenne se sent plus seule que jamais, fatiguée et lasse.
Mais le jeune garçon ne semble pas avoir terminé... Il se rapproche un peu, se met à genoux et attrape sa main.
Un instant, Sujin pense à la retirer ; à quoi bon rester avec l'illusion? Mais la chaleur qui se dégage de sa main paraît si humaine, si vivante! Elle ressent même les pulsations dans ses veines, le sang projeté dans ses doigts ... ou alors n'est-ce encore que le fruit de son imaginaire.

Bien sur.

- Je n'existe pas, tout comme toi.

Il pointe le doigt de sa main libre vers elle... Elle? Ne pas exister? C'est la première fois que quelqu'un lui dit ça... Il ment. Il ment. Elle ne peut pas ne pas exister. Tout son monde s'écroulerait. Sans elle, il n'y aurait rien. Ce ne serait plus qu'un vide immense, le néant.
Sujin existe, c'est obligé!

- Qu'est ce qui fait que nous sommes réels? Qu'est ce qui fait que nous ne le sommes pas? Rien n'est réel tant que l'on ne choisit pas que ça l'est. N'es tu pas toi même rien d'autre qu'une illusion? poursuit-il.

Des questions...tant de questions... TROP de questions! "N'es tu pas toi même rien d'autre qu'une illusion?" NON!! Sujin, effarée, roule des yeux, et retire vivement sa main. Elle se bouche les oreilles, non...non...

"J'existe!!!" veut-elle hurler.

- Tu as raison, je n'existe pas en tant qu'être humain, reprend-t-il en souriant. J'existe en tant qu'émeraude. Et toi?

Ce simple: "et toi?" comme si elle était comme lui. Comme si elle n'était qu'une vulgaire apparition. Instantanément, elle oublie ses yeux, elle ne le voit plus comme l'enfant-océan.
Il n'est...qu'une illusion parmi tant d'autres... Mais pas comme elle!

- J'existe! Crie-t-elle sourdement, en lui lançant une poignée de sable à la figure violemment.

Elle se relève, comme pour appuyer ses propos.

- Je suis Sujin, et sans moi tu n'es rien! Rien! Tu comprends?! Lui hurle-t-elle comme si elle voulait qu'il imprime ces paroles au plus profond de lui. C'est moi qui fait que tu existe, que tu sois là! Je décide de tout, tout! Tu n'es...qu'une apparition...

Elle lui jette un regard triste et haineux, embrouillé par les larmes.

- Disparais! Fait-elle en mimant du dégoût.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Mar 31 Jan - 21:27


Elle ne parut pas aimer sa remarque. Jusqu'ici, elle avait suivi, même lorsqu'elle ne comprenait pas vraiment les questions du jeune homme. Du moins c'est ce qu'il lui avait semblé.
Oui mais voilà, l'incompréhension entraine la colère. Colère violente, comme bien d'autre l'ayant déjà précédé. Elmeraud commençait à s'habituer. Saute d'humeur.
Joie, curiosité, désespoir, surprise, incompréhension, colère.
L'enfant avait rarement vu un tel défilé de visages en si peu de temps.
Colère buté.
Persuadée d'une chose, se voilant la face, n'en comprenant pas une autre, c'est ainsi qu'elle lui répondait. Il en était sûre. Elle ne comprenait pas ses interrogations. Elle ne pouvait pas les comprendre. Peut être parce qu'elle ne comprenait pas le mal qui la ronge? Il parait que tout le monde en a un au village.

- J'existe! hurle t elle.

Explosion de paillettes. Un nuage doré cache la vision du jeune blond pendant un court instant. Sable doux jeté cruellement au visage par une main furibonde. Main d'enfant.
Il ferme les yeux.
Le soleil pâle se reflète dans chaque fragment de terre. Sol tendre qui l'avait si aimablement accueillit. Leur pureté l'éblouit mais il se sait seul à la contempler. Perdu dans ce spectacle grotesque il n'entend plus les mots de l'asiatique.
Il est seul, sur cette étendu d'or, les yeux clos, la respiration régulière.
Il le sent. Elle continue à déverser sa colère.

- Disparais!

Une phrase qui le ramène à la réalité.
Pendant un instant, il a eu l'impression de voguer. Peut être s'endormait il qui sait? Serait il allé dans le reflet dans ce cas?

Il rouvre les yeux. Elle est debout, devant lui, furibonde. Il la regarde. Elle semble le haïr et pourtant sur le point de pleurer. Si ce n'est pas déjà réellement le cas.
Disparais.
C'est une chose qui dans le Rêve serait faisable. Pas dans la réalité. Que faire? Même s'il le voulait - et ce n'était pas vraiment le cas - il ne pourrait pas accéder à sa requête.
S'il avait pu, il aurait presque eu pitié de la demoiselle.
Mélanger peine et colère. Désir et crainte. Voilà quelque chose de bien étrange et de dur à vivre, semble t il.

Elle pleure, sur son visage, dans son cœur. Est elle toujours perdue?

L'enfant se lève, il se positionne droit, en face d'elle. Elle l'observe dédaigneusement. Comment pourrait il s'en offusquer? Le devait il seulement?
Il s'approche, elle semble se raidir. Que ressent elle? Il pose une main sur sa joue. Cette fois il ne les tirerait pas. Du bout du doigt il essuie une larme désirant échapper à sa prison de chair. Sur cette joue humide où les sentiments laissent des traces que le temps n'a pas encore effacé, sur cette peau rosie et humide, il y dépose un baiser.
Une fleur de printemps annonçant la fin de l'hiver et le commencement du renouveau.
Il plonge ses yeux océan dans les yeux gris du ciel. C'est la première fois qu'il les voit vraiment. Ils sont beaux. C'est ce qu'il se dit. Il reste un long moment à les contempler puis sourit.

- Je ne peux pas.

Sur ces mots il se retourne vers son dessin, situé désormais à plusieurs mètres des enfants. Il s'y dirige pour le finaliser. Il s'assied dans le sable, en face de sa création.
Il semble ne jamais avoir quitté cette place. Peut être était il né ici qui sait? Cette pensée le fit sourire, pas qu'elle fut drôle, mais tout simplement parce qu'elle était stupide. Et pourtant, s'il avait pu aimer une chose en ce monde, ça aurait été cette pensée incohérente, non, ce lieu, cette journée même, différente de toutes les autres dans l'univers.

En face de la jeune fille, seul reste un lapin blanc à la fleur fanée, tombé lors de l'hilarité du jeune garçon. Le trésor des souvenirs d'Elmeraud.

Comment a t il pu l'oublier, cette chose si précieuse?



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 20:36, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Dim 5 Fév - 16:24

Et il se noie dans sa colère, et il se perd dans les méandres de son esprit, il semble se fondre dans l'éclat des grains de sable. L'écoute-t-il? Entent-il sa rage? Ses paroles furibondes qui veulent transpercer cette coquille?
Non, Sujin en doute... Il n'est plus là. Enfin si, mais il l'a oubliée... Non. Il rouvre les yeux. Ses yeux si beaux, purs et éclatants qu'ils font flancher la Coréenne, déstabilisant jusqu'à sa colère elle-même. Sujin pleure désormais sans gêne, le coeur remué et secoué, prit dans une interminable tempête.
Elle aussi, elle veut fermer les yeux. Elle aussi, elle veut s'écrouler dans le sable et s'oublier. Mais les émotions maîtrisent son corps, quand elle n'a plus même la place d'exister.
L'Enfant-Océan se lève, plein de grâce et de sérénité. Un instant, Sujin en est presque fascinée, presque entièrement calmée, mais la larme qui coule sur sa joue humide la ramène à cette étrange situation, à cet ouragan, à cet enfant qui lui a dit qu'elle n'existait pas, qui a remué son monde ordonné.
Il est droit, si calme, si calme! Ses cheveux forment comme une auréole autour de sa tête, ondulant au rythme de la légère brise matinale.
Il est là, toujours là. L'enfant-océan ne partira-t-il donc jamais? Sujin en est étrangement réconfortée. Les apparitions sont si étranges... Elles dépendent de son esprit, et pourtant... Pourquoi sont-elles si imprévisibles?

Oui, si imprévisibles... Le jeune garçon essuie délicatement une larme, comme on retirerait une fleur fanée, si délicatement que la petite Coréenne ne peut s'empêcher de sourire pauvrement, attendrie par ce geste plein de douceur.

Si imprévisible... Il se penche alors toujours aussi délicatement sur sa joue humide comme la rosée, encore trempée de larmes, et y dépose le plus doux des baisers.
Il sonne comme une lame enfoncée dans la poitrine de Sujin, une lame finement cisaillée, petit coup au coeur, étrangement exquis.

Elle est si petite, et le monde si grand.

L'Enfant-Océan regarde le ciel comme on regarde son père, avec plein de fierté et d'admiration, un peu de crainte aussi. Il regarde le ciel avec tendresse, on dirait qu'il communique même avec lui.

- Je ne peux pas, dit-il de sa voix qui parait si mature et âgée.

Il ne peut pas. Disparaître?
Alors... est-il réellement vivant. ? Est-il cet Enfant-Océan qu'elle imagine. ? Elle a juste besoin d'une certitude.
En a-t-elle? Il ne disparaîtra pas. Oui, c'en est une, de certitude. Il est juste...plus qu'une apparition. Oui. Oui!
Sujin a cette folle envie de passer la tête à travers la fenêtre d'une voiture, de sentir le vent lui fouettant le visage, de se sentir en vie.

Le jeune homme, lui, se dirige toujours aussi gracieusement vers son dessin, son oeuvre insensée qui fut plus tôt le début d'une ribambelle de sentiments.
Oui, ce dessin qui est à l'origine de tout. Ce dessin a fait rire, fait pleurer Sujin. Ce dessin est la clé de cette rencontre.
Ce dessin... Peut-être a-t-il plus de signification qu'elle ne le pense? Peut-être n'est-il pas aussi laid?

Elle veut s'avancer, elle veut admirer ces tracés dans le sable qui sont venus la remuer jusqu'aux tréfonds de son âme! Mais il y a au sol quelque chose, que Sujin récupère en se penchant. Curieuse, elle le tient entre ses doigts, toujours accroupie. C'est un lapin auquel est attachée une fleur fanée. Quel drôle d'objet!
La fillette ne cherche pas à savoir si c'est beau ou laid. Elle sait juste qu'il appartient à l'Enfant-Océan, elle sait juste qu'elle doit lui donner.

Alors, tentant d'imiter la grâce du jeune homme, elle s'avance vers lui, le lapin dans la main, et s'accroupit à ses côtés tout doucement.
Comme un signe de paix, comme un "merci" silencieux - mais pourquoi le remercie-t-elle? elle ne le sait même pas - , elle lui tend l'objet, un petit sourire aux lèvres.

Alors, aussi imprévisible que le baiser du garçon, un mot franchit les lèvres de la Coréenne:

- Désolée.

C'est la seule chose qu'elle aie envie de dire, le mot qui lui est venu spontanément. Mais aussi, et surtout... la première fois qu'elle le prononce.
Non, jamais auparavant elle ne s'était excusée pour quelque chose...
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Lun 6 Fév - 20:02



Dans les sillons où se reflète le mensonge,
tu continues de chanter et danser.
Vis et souris tant que tu le peux encore,
car lentement la haine du vilain petit canard te dévore.

Lentement, il finissait ses tracés dans le sable. Formes indistinctes de Rêves égarés, de souvenirs sombres et entremêlés qui lentement s'effaçaient de la mémoire du jeune homme. Oublier.
Seules des bribes de chants étrangers s'impriment dans sa mémoire.
Il avait déjà chanté tout ce qu'il connaissait, tout ce dont il se souvenait. Alors il reprenait en boucle et murmurait parfois.
De ses petits doigts frêles et pâles, il caressait le sable comme un homme son amante, faisant glisser les grains dorés au rythme de ses lèvres et du son clair et brumeux qui en sortait.

Il entend un vague bruissement à ses côtés.
Une odeur familière, autre que celle de la mer. Une odeur nouvelle mais qu'il a déjà retenue. La petite fille, l'asiatique. Il sait qu'elle est à ses côtés, de nouveaux.
Il continue de dessiner. Il a presque fini.
Regarde t elle son dessin ou attend elle? Que veut elle?
Dans une dernier froissement de tissu et de sable, elle lui tend la main et il finit son mirage.
Lentement, il tourne son visage. Il la regarde. Elle lui tend un objet. Il le regarde.
La forme lui est commune. Un lapin avec une fleur fanée. Sale. Son lapin. Celui qu'il avait en arrivant à Espérance. Son seul souvenir et le seul qu'il accepte. Le seul qu'il n'oublie pas.
Il le prend et le met dans sa poche. Il ne se souvenait même pas l'avoir perdu.
Le jeune fille sourit. Il l'observe de nouveau. A t elle déjà souri ainsi devant lui?

- Désolée.


Le jeune garçon la regarde sans comprendre. Pourquoi s'excuse t elle? A t elle fait quelque chose de mal?
En tout cas, elle semble allé mieux. Quelque part, cela rassure le garçon. Il ne comprend pas vraiment mais il le sent, ces petites variations dans son être.
Des sentiments? Pas tout à fait. Mais ce n'est plus rien non plus. Peut être devrait il la remercier? Il sent grâce à elle, une petite évolution. C'est sans doute la première fois qu'il n'est pas "à part."
Alors il sourit comme elle lui sourit. Un sourire discret, un remerciement muet.
Et s'il lui demandait son nom maintenant? C'est peut être le moment?
Mais il n'ose pas. Depuis le début de leur rencontre, il y a cette ambiance étrange qui règne entre ces deux enfants. S'il parlait, s'il demandait, est ce que la magie se briserait?
Il y a tant de questions qui s'agitent dans sa tête. Il ne peut en dire aucune sans choisir la bonne.
Il ne sait plus comment définir la fille qui lui fait face. "Amis". Peut être que ça y ressemble. Qu'en sait il? Et s'il lui demandait ça?

- Veux tu... ?

Non. Que veut elle?

Finalement, il détourne le regard. Il réfléchit mais ne trouve rien.
Il se lève. Il n'a toujours pas vu son dessin. Il prend de la hauteur et le contemple en intégralité.
Il y a des mystères en ce monde que jamais l'enfant ne comprendra. Ses propres créations en font partis. Cette fille aussi.
Tout cela n'était il pas une clé?
Il le sait. Ces formes qu'il ne comprend pas, elles reflètent son cœur, ses souvenirs, sans doute. Son passé.
"Laid", c'est ainsi que la fille l'avait décrit. Mais quelle que soit son étrangeté, sa lumière, ses ténèbres, ou la signification de tout cela, pour Elmeraud, ce n'était ni beau ni laid. Juste neutre. C'était lui.
Il sourit face au dessin fini.

Alors il tend la main vers la demoiselle toujours accroupie dans l'étendue d'ambre, comme pour lui dire: "Viens, regarde toi aussi." Elle l'avait trouvé laid. Serait ce toujours le cas? Il voulait qu'elle le voit, de nouveau, lui, fini.

Maintenant Elmeraud savait, tout comme ses souvenirs, tout comme ses dessins, la jeune fille était importante. Car elle avait aidé Elmeraud. Il se sentait plus humain depuis qu'il l'avait vu, qu'elle l'avait interrompu. Et il le voyait. L'ambiance du sable qui accueillait ses tracés n'était plus tout à fait la même.

- Je commence à comprendre.


Murmure secret que l'on prononce au vent.



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 20:43, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Ven 10 Fév - 18:11

Et il dessine, il trace, les grains de sable s'écartent pour laisser place aux finitions que le garçon apporte, totalement prit dans son oeuvre.
Elle? La petite asiatique? Elle observe, fascinée.
Que fixe-t-elle avec autant d'insistance? L'oeuvre, où la main qui dessine? Étrangement, ces doigts qui glissent sur le sable lui font penser à une danse gracile et souple, qu'elle est venue briser.

"Désolée". Oui, elle a juste envie de s'excuser, que le monde lui pardonne, plus particulièrement cet étrange garçon, qu'on excuse son égoïsme, qu'on excuse son existence... Son existence? STOP!!!
Le vide se fait dans son esprit, et, le souffle coupé, Sujin observe la main du garçon qui range le lapin à fleur dans sa poche.
Le silence. ça y est. Pour la première fois, Sujin vient de mettre de l'ordre dans son esprit, d'être totalement maître de ses émotions.
L'Enfant-Océan lui adresse alors un discret sourire, il lui pardonne. La fillette n'a alors qu'une envie: danser, chanter, rire. Elle est juste...heureuse.

Il commence une phrase, d'une voix hésitante qui sans doute réfléchit:

- Veux tu... ?

Mais il détourne la tête. Il ne termine pas sa phrase. Frustrée, Sujin s'apprête à lui crier de finir sa phrase, elle veut savoir ce qu'il voulait dire!
Mais elle se tait. Elle maintient son calme, elle serre les poings - pas de colère, pour résister - , oui...résister à ces vagues d'émotion soudaines.
Il y a une première fois à tout.
La Coréenne se tait juste, écoute le bruit de la respiration du jeune homme, écoute ses tracés dans le sable, écoute le flux des vagues. Elle écoute la vie ; le murmure de l'existence.

Alors se redresse le jeune homme, observant son dessin comme un père regarde son fils. Puis il fait un signe à Sujin: veut-il qu'elle le regarde à nouveau?
Intérieurement, la fillette sourit. L'Enfant-Océan s’intéresse à elle, il a envie de connaître son avis... Oui, cela fait plaisir à Sujin.
Alors elle se lève et se tient à ses côtés, observant son dessin. Il y a toujours cette ambiance étrange, ambigüe... mais, étrangement, elle paraît embellie. Oui, le malsain s'est changé en beauté farouche... comme quoi ; tout peut changer.

Oui, ce dessin est la parfaite représentation de cette saugrenue rencontre : d'abord de la hargne, de la colère, puis soudainement ce flot amical...
Sujin jette un regard au ciel qui est de plus en plus ensoleillé: cette matinée est passée drôlement vite, sans doute déjà est-il aux alentours de midi... L'Enfant-Océan scrute lui aussi le ciel, et murmure comme pour lui-même:

- Je commence à comprendre.

Sujin lui jette un regard en coin: que comprend-t-il? Où en est-il dans son esprit? Elle regarde alors une ultime fois son dessin, et lui dit gentiment:

- C'est beau.

Ce n'est pas comme un compliment que l'on dit machinalement... c'est une certitude. Alors Sujin lui prend la main, instinctivement.

- Je crois... commence-t-elle.

Elle adresse alors un large sourire à l'océan devant elle, qui en même temps est tout dédié au jeune homme, et termine sa phrase:

- Je crois que tu es mon ami.

Le souffle court, elle balaye sa frange d'un coup de tête... cette journée n'est décidément pas comme les autres.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Lun 12 Mar - 20:13




♥ Prends ma main sous la pluie tendre.


- C'est beau.

La fille regarde de nouveau son dessin. Elle a changé, son jugement est différent. Elle l'avait dit laid, elle le disait beau.
Qu'il fut laid ou beau, bien dessiné ou simple gribouillage enfantin, cela n'avait pas d'importance. Mais cette affirmation, c'était pourtant ce dont le garçon avait besoin. Il ne demandait rien de plus, il ne lui fallait que cela, et la jeune fille le lui donnait.

Elle lui prit la main.
Elmeraud l'avait touché, plusieurs fois, mais la jeune fille en avait rarement fait de même à son égard.
Cette action dégagea une frêle sensation de surprise dans le corps du jeune homme. Signaux pâles et indistincts qui faisait pourtant vibrer le cœur morne du garçon sans vie.
La chaleur et la douceur de la demoiselle, contenus dans sa paume, se rependaient peu à peu dans la chair du blondinet.
"C'est sans doute ça être vivant."
Il en était sûr désormais, il ne s'était pas tromper. Son jugement n'avait pas été précoce, amené par la folie d'un espoir vaguement effleuré.
Elle était différente.
Elle était importante.
Un homme a dit une fois, - ou peut être étais ce écrit, encré entre deux larges bords de cuirs? Ou une simple et vague réminiscence de son esprit embrouillé? - que peu à peu, ainsi, en se touchant mutuellement, en apprenant à se comprendre par le contact, on se rapprochait d'autrui sans même s'en rendre compte.
Cette pensée le fit sourire.
Il n'y avait jamais vraiment cru, mais les livres n'avaient jamais réellement tord non plus. Y croirait il désormais?

- Je crois...


Que croit elle?
Elle semble si calme.
Bien plus calme qu'elle ne le fut jamais depuis qu'il la connaissait. Il la connaissait si peu et pourtant...
Elle sourit à l'océan. L'océan? Quel étrange sourire. Elle sourit à l'océan et pourtant le garçon le perçoit comme une offrande à son être plus qu'à aucune autre entité.

- Je crois que tu es mon ami.


Une simple phrase qui le laisse vide. Mais un vide différent. Pas un vide, unique vestige d'un corps fuit par les sentiments, mais un vide qui se créait lorsqu'on ne sait comment réagir.
Une pause.
Une respiration dans ce vaste monde qui ne cesse sa course avec le temps.
Elmeraud fixe ses yeux gris.

Ami.
Il ignore ce que c'est.
Il ignore ce qu'est la vrai amitié. Pourra t elle lui apprendre? En aura t elle la patience?
Petit à petit, malicieusement, un sourire enfantin se dessine à nouveau sur son visage. Il retrouve son âge. Celui de ses 15 ans qu'il oublie trop souvent.
Une autre pensée se superpose à son problème.
Il se souvient des élans d'émotions de la jeune fille et cela le fait sourire.
" Alors j'existe finalement?"
Ses yeux scintillent rien qu'à l'idée de cette phrase.
Quelle tête ferait l'asiatique si le jeune européen ramenait sur le tapis les quelques évènements d'avant.
Cette idée l'amuse. Une pointe d'ironie, une pincée d'insolence, une cuillère de malice, un soupçon de fraicheur et d'enfance retrouvé.
Mais là aussi il se tait.
Non, bien au dessus encore que ces tracas inutiles et sans saveur ou que ces subits élans de vie, ébauche de sentiments, une autre phrase brûle de nouveau les lèvres du garçon.
Il ferme les yeux.
"Oui, c'est le moment, je pense.
Si je me tais maintenant il n'y en aura pas d'autre.
"
Il rouvre les yeux, combien de fois a t il agis ainsi aujourd'hui?

- Dis moi ton nom.

Puis se rendant compte que sa demande ressemblait quelque peu à un ordre, il lève un sourcille hésitant, et avec un sourire en coin s'empresse d'ajouter:

-s'il te plait?

________________________________________________________________________________

[voili voilou! Gome nasai pour le temps que j'ai mis à répondre. J'espère que ça te vas. Tu auras exceptionnellement le droit de me taper si tu veux >.< (mais pas trop fort hein? 8D )]



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 20:52, édité 3 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Sam 24 Mar - 20:00

Sujin n'ose le regarder dans les yeux. Cette phrase qui a franchit ses lèvres, sera-t-elle bien accueillie par les oreilles du garçon? Cet Enfant-Océan, elle le veut comme ami. Elle ne sait pas exactement ce que c'est, n'en a jamais eu à Espérance ; et pourtant... L'amitié fait partie de ces chose innées, de ces instincts primitifs. Dès lors, elle sait que le garçon est bien plus qu'une simple apparition.

Et qu'elle ne veut pas qu'il disparaisse. Elle veut juste... que ce moment dure à tout jamais. Elle est heureuse.

Il pense. Beaucoup. Longuement, calmement, mais Sujin attend. Elle ne veut pas se presser, tout est une question d'éternité. Enfin, il parle. Il lui demande quelque chose, d'une voix douce, attentive, mais pas timide. De la voix d'un ami.

- Dis moi ton nom.

Il fait une pause, puis rajoute une formule de politesse. Sujin sourit en coin ; voudrait-il ne pas la vexer? Ferait-il attention à ne pas la froisser? Il ne lui a pas dit qu'elle était aussi son amie, mais ce n'est pas grave, c'est un non-dit qui dit tout. Il veut son prénom, il veut mettre un mot, une suite de lettres sur son visage, il veut la détacher des autres, en faire un être à part entière.

- Sujin, dit-elle. Je m'appelle Sujin. Et toi, comment t'appelles-tu, Enfant-Océan, mon ami?

Elle aussi, elle veut son prénom. Une fois qu'elle le saura, alors ils seront vraiment amis. Pour l'éternité. Parce que l'éternité, pour Sujin, s'est simplement le présent, le passé et le futur mélangés en un moment unique. C'est un ensemble insensé dans sa tête, qui ne sépare ni l'avant ni l'après. C'est juste maintenant. Mais pourquoi tout devrait-il avoir un sens?

Elle lâche délicatement sa main, et court vers le bord de la mer, - là où les vagues viennent chatouiller ses pieds - et arbore un sourire de joie immense, un sourire qui lui déformerait même le visage. Elle regarde derrière elle, attendant que son ami la rejoigne. Oui, l'éternité s'offre à elle... La mer est légèrement froide, mais Sujin n'a jamais réellement souffert physiquement, c'est une petite douleur qu'elle apprécie, qui la fait vraiment se sentir "en vie". Elle fixe l'infini bleu, cet horizon qui ne s'arrête jamais vraiment, et qui, pourtant, se limite à la vue de l'enfant. Alors, pour la première fois, Sujin se sent petite.
Vraiment petite, par rapport à l'immensité de ce paysage.

- Que penses-tu qu'il y a, là-bas, derrière la fin de la mer? Demande-t-elle à voix haute à son ami, intriguée.

Après tout, il est l'Enfant-Océan, ne devrait-il pas savoir? Y-a-t-il un autre monde? Où est-ce que cela rejoint un autre bout d'Espérance?
Stop! Silence. Sujin en a assez des questions. Elle veut juste la réponse de son ami.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Jeu 29 Mar - 16:34


Elle sourit. Et elle a sur son visage le plus joli des sourires. Il n'est qu'un reflet exacte de celui qu’arbore Elmeraud. Un sourire en coin. Mais il est beau, et chaud, plus encore, c'est celui d'une amie.
Elle semble si heureuse. Qu'est ce qui la rend donc si joyeuse? Le garçon voudrait lui aussi, un peu de son bonheur. Mais il ne fait aucun doute que sa joie est contagieuse. Il le sait déjà, qu'il est différent.
Différent des autres enfants certes, mais elle aussi l'est. Surtout différent des jours précédent sa rencontre avec cette étrange demoiselle.

- Sujin. Je m'appelle Sujin.

Sujin.
Un prénom à consonance asiatique. Il le savait. Sortit de sa bouche cela sonne comme un merveilleux prénom. Le blondinet l'aime bien, ce prénom. Il sonne différent des autres. Peut être est ce sa nature exotique?

- Et toi, comment t'appelles-tu, Enfant-Océan, mon ami?

Pour sûr, il fut un peu pris de cours. L'enfant océan? Qu'étais ce donc que cela? Le nom était bien sympathique mais... ce mot le désignait il?
Ainsi c'était ce que la jeune fille voyait en lui? Un enfant de la mer.
Son sourire si timide s'élargit à cette idée. Elle n'avait pas tord. Elmeraud semblait être né ici, même si c'est impossible.
De bonne humeur il demanda alors:

- Quel nom devrait porter un enfant des eaux?

Il tourna un peu sur lui même, dessinant une danse étrange dans les airs. Puis il se retourne vers elle:

- Je m'appelle Elmeraud, enchanté Su' !

Même si ce n'était probablement pas son véritable prénom. Il se rendit compte en suite du diminutif qu'il avait utilisé pour s'adresser à elle. Le prendrait elle mal?
La fille se précipite pourtant, folle de joie dans l'eau. Elle a vraiment un beau sourire. Même pour le jeune homme qui n'attache aucune importance à la laideur ou la beauté, il le pense. Un sourire énorme, un sourire d'enfant. Ceux qui peuvent déformer un visage pour simplement le rendre plus rayonnant encore.
Car c'est ce qu'ils sont au font, de simples enfants. Deux êtres immatures qui viennent de se lier, et qui ensemble essaient d'apprendre et d'évoluer. Parce que l'on aura beau fuir, nous ne sommes rien sans les autres.
Elle le regarde, veut elle qu'il la rejoigne? " Je ne vais pas m'envoler tu sais! " C'est ce qu'il a envie de lui dire. C'est vrai après tout, quelque soit sa naissance il ne peut pas plus vivre sous l'eau qu'il ne possède d'ailes. Ce n'est pas un ange après tout, loin de là. Ses mains blanches de l'oubli sont souillées de péchés.

- Que penses-tu qu'il y a, là-bas, derrière la fin de la mer? lui demande t elle soudain, à quelques pas devant lui.

Je l'ignore.
Elle regarde l'horizon.
Il la rejoint alors dans l'eau glacé, qu'il n'avait jamais vraiment quitté. Ces pieds s'enfoncent dans le sol instable et ces pas ne cessent d'être ralentis par les vagues. Mais il s'en fiche. Il n'est pas pressé après tout.
Arrivé à auteur de son amie, il regarde à ses côtés cette ligne bleue, limite dressée par la vue mal habile des hommes. Alors il réfléchit à sa question, sans vraiment s'attarder dessus non plus.
Tant pis si sa réponse n'est pas celle de l'enfant de mythe que Sujin s'imagine. Elle reste avant tout celle du garçon, et ne sont ils pas amis désormais? Attend elle seulement une réponse précise de sa part?

- L'infini. L'éternité peut être? C'est là bas que se trouve tous nos rêves et nos espoirs, et c'est pour cela même que jamais cette ligne ne disparaitra, lui murmura t il à l'oreille en souriant.

C'est ce qu'il croyait. Après tout, on aura beau se diriger vers elle, elle ne cessera de se reculer, jusqu'à disparaitre et se trouver de l'autre côté. Elmeraud n'était pas idiot, il savait que c'était faux. Mais il trouvait cette image plaisante et bien plus adapté qu'un simple "Rien. Ce que tu vois n'est que l'autre côté de la mer. Ce n'est qu'un autre bout de Terre d'Espérance. " Et ainsi brisait on le mythe et les plaisirs des rêveurs.

Puis le jeune homme avança un peut plus dans l'eau, toujours plus. Il ne sentait pas sa fraicheur, il ne voyait pas ses lèvres déjà bien pâles et blanches de bleuir à vue d’œil.
Entrainé par cette joie fausse, cette euphorie dû au bonheur de sa partenaire, ce vague sentiment éphémère, il se retourna alors vers elle, son sourire charmeur vissé au visage. Il lui tendit ensuite une main magistrale, c'est ainsi que l'on escorte une demoiselle, et de l'eau jusqu'à la taille il lui lança rieur:

- Veux tu aller voir?



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 20:55, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Mer 11 Avr - 18:50


- Quel nom devrait porter un enfant des eaux?

La petite Coréenne sourit encore - c'est décidément devenu une habitude! . Un joli nom, ça elle en est sure. Le petit enfant-océan ne peut qu'être nommé d'un joli mot aux consonances aquatiques! Il tournoie sur lui-même, avec cette grâce qui accompagne régulièrement ses mouvements, et lance d'une voix rieuse et emplie de gaité:

- Je m'appelle Elmeraud, enchanté Su' !

Elmeraud ! Ce nom lui va tellement bien ! Il est si joli, c’est un nom qui a du être créé à son image même. Elmeraud. Celui qui l’a ainsi nommé n’aurait pu choisir mieux. Sujin rougit à l’évocation de ce surnom, elle est si heureuse que son cœur pourrait même déborder de bonheur, tant il en est rempli. Autre joie qui l’accompagne : la certitude qu’elle a réussi à rendre son ami heureux. Ce sourire qu’il arbore, c’est elle qui l’a dessiné sur ses lèvres, elle en est persuadée. Alors c’est ça, que ressent Cali ? Le bonheur de rendre heureux une personne ? C’est une bien jolie émotion, toute nouvelle chez la jeune fille. Serait-ce son premier élan empathique ? Elle ne peut voir ce lien qui s’est créé entre les deux jeunes gens, mais elle peut le sentir de tout son être, il est si fraîs, si nouveau, et pourtant si fort ; et durable. Oui, Elmeraud ne disparaîtra pas. C’est son ami.

Il la rejoint au bord de l’eau, et scrute lui-aussi cette ligne appelée horizon. Si proche et pourtant si lointaine. Sujin pourrait presque lever la main pour tenter de la toucher. Ce point de fuite d’où semblent venir les vagues, le vent, et où semble se coucher le soleil au crépuscule. Tant de grandeur ! L’infini a toujours été une notion qui mettait Sujin mal-à-l’aise – la Coréenne n’aime guère se sentir minuscule. Et puis…tant de questions sans réponses parcourant son petit esprit, c’est trop pour elle. Le dénit, voilà qui lui convient mieux. Et pourtant, là, en compagnie de son nouvel ami, elle n’a pas peur des points d’interrogation, ni de la grandeur de cet océan. Non, toute peur, toute panique s’est enfuie de son esprit. Parce qu’elle n’est pas toute seule… A deux, l’impossible semble devenir possible.

- L'infini. L'éternité peut être? C'est là bas que se trouve tous nos rêves et nos espoirs, et c'est pour cela même que jamais cette ligne ne disparaitra, lui murmure son ami à l’oreille.

Sujin ne s’attendait pas à cette réponse, qui n’en est pas tellement une, au final. Peut-être s’imaginait-elle que l’Enfant-Océan était déjà allé de l’autre côté ? Mais cette réponse la satisfait, d’un autre côté. Il est comme elle, un petit enfant scrutant l’océan, plein d’incertitudes dans la tête… Et de rêves. Un esprit rempli d’imaginaire.

Elmeraud s’avance dans l’eau, l’éclaboussant un petit peu au passage, puis se retourne vers elle, son magnifique sourire jusqu’aux oreilles, et lui lance d’un ton rieur :

- Veux tu aller voir?

Au début, un peu décontenancée, Sujin fronce les sourcils. Est-il sérieux ? Mais sa joie est contagieuse, et la fillette éclate d’un rire franc – qu’il est bon de rire ! - , et le rejoint en courant, mouillant sa robe jusqu’aux hanches. Elle attrape sa main et fixe encore une fois cette ligne interminable, trop grande pour leurs petits yeux d’enfants entrant dans l’adolescence. Après tout, pourquoi pas ? Elle ne pense pas alors que cette ligne est à des kilomètres. Elle sait juste que sa main est dans celle de son ami, qu’ils sont deux…et que tout est possible. Et que le froid glaçant de la mer, la légère brise du nord et la marée montante ne pourront rien faire contre leur amitié, contre leurs rêves fous et indomptables.

- Allons-y ! Crie-t-elle pour que l’infini lui-même l’entende.

Elle se tourne vers lui et lui sourit en riant, puis l’éclabousse d’un peu d’eau.

- Nous serons les premiers à voir ce qu’il y a derrière ! S’exclame-t-elle en chantonnant.

Elle se sent si légère qu’elle pourrait presque s’envoler, mais si c’était le cas, elle aurait quelqu’un pour la rattraper, de toute façon.

- Tu es mon premier ami, Elmy, lui dit-elle d’un ton sérieux. Merci.

Elle le remercie comme elle n’a jamais remercié quelqu’un, pour tout, d’être cet ami si précieux, dont elle avait finalement si besoin. D’être simplement là, à se glacer les membres dans une flaque d’eau salée, lui tenant la main.

Alors elle avance encore, jusqu’à ne plus avoir pied, et patauge en riant, prise d’un fou rire incontrolable. Histoire de rattraper tous les rires qu’elle a manqué… Riant à n’en plus finir, à deux doigts de boire la tasse, elle remercie en silence le ciel, l’océan, les esprits, les jours et le temps, la vie, d’avoir mit sur son chemin cet Enfant-Océan.


Finalement j’aime bien rester à la mer xD . Je change tout le temps d’avis ^^ . Peut-être qu’après on ira dans le Reflet si tu veux, mais là en fait ça me plait bien de nager x) !
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Lun 7 Mai - 21:12


Deux adolescents, deux enfants, deux gamins.
Ils jouent dans l'eau, ils rient. Le monde peut bien disparaitre, ils sont seuls dans leur bulle. Ils s'observent, ils cherchent, ils apprennent et s'apprivoisent. Deux enfants qui découvrent le concept d'amitié. Deux entités perdues et flous qui se rapprochent de l'humanité.
Et plus encore que de l'humanité, ils apprennent à aimer. L'un a oublier la manière même de ressentir tandis que l'autre se perd dans un tourbillon de sentiments.
Et pourtant, là, en cet unique instant, ils sont calmes et tranquilles, ils aiment et sont joyeux, et peut importe qu'il s'agisse d'un rêve ou de la réalité. Et plus encore que cette joie éphémère, ils courent vers cette illusion qui se répand sur l'horizon.
Où est le sens dans tout ça? Il n'y en a pas. Ils sourient, ils vivent. Ils sont là, ils sont deux, liés, et c'est tout. C'était plus que suffisant pour Elmeraud.

- Allons y! Nous serons les premiers à voir ce qu'il y a derrière.

Elle lui saisit la main et l'entraine à sa suite dans sa folle expédition. C'était pourtant bien lui qui l'avait proposé! Une légère crainte effraie soudain le garçon, car jamais ils ne seront les premiers à atteindre cette terre de mystère et de mythes tant désirée. Au fond, sur la rive opposée ne s'étend qu'un autre lopin de terre de plus. Tant de gens l'ont déjà foulé.
Mais il oublie vite cette pensée, comme tout le reste, pour se laisser entrainer par l'adrénaline du moment qui déjà depuis plusieurs instants lui donne cette impression d'être "plus vivant". Il le sait pourtant, que c'est mal. Ce n'est qu'un poison addictif qui coule dans ses veines pour le laisser plus vide encore à la fin de cette journée, après la séparation.
Mais soudain, atteindre l'autre bout représente tellement pour les deux jeunes gens que ça en deviendrait presque ridicule si ce n'était pas aussi attendrissant.
Ils jouent et s'éclaboussent. Deux poissons qui essaient de voler.

- Tu es mon premier ami Elmy, Merci.

Ce surnom mainte fois prononcé à l'adresse du garçon possède un goût étrangement différent dans la bouche de la jeune fille.
Ces mots sonnent si vrai et si sensibles. Ils raisonnent dans tout le corps du jeune homme, trouvant un écho dans le plus profond de son cœur morne, y rallumant sans doute une lueur que déjà la jeune fille avait ravivé précédemment.
"Elle est précieuse, si précieuse ... elle est... ma précieuse unique amie ?"

Alors il lui saisit les mains, vite, brusquement, il la regarde, la fixe. Il sourit. Il la remercie. Et sans un mot, sans même une pensée, il espère. Dans ses yeux verts qui depuis peu étaient bleus, Elmeraud veut y transmettre la demande muette de son cœur aveugle. " Apprend moi."" Apprend moi l'amitié, comprenons la ensemble."

- Je sent qu'à tes côtés je peux savoir.

Puis il lâche sa main et rit fort et haut. Il tourne et elle bouge. Elle avance, l'éclabousse, puis s'étale et nage. Ses cheveux se mêlent gracieusement à l'étendue aqueuse. Qui est donc vraiment l'enfant Océan ? Elle ou lui ? Bien qu'ici soit sa place, c'est à y douter quand on la voit ainsi. Sujin.
Ce prénom il le sait, il ne l'oublieras jamais.

Il avance, il la rejoint, il la dépasse. Elle a depuis peu lâché sa main. Le vide commence de nouveau à paralyser son esprit. Il avance toujours plus loin, ignorant cette vérité si précieuse pourtant: chaque pas qu'il fait lui coûte un peu plus la vie.
Elmeraud ne sait pas nager.
Il ne se souvenait pas de son prénom, avait presque oublier comment marcher, alors comment pourrait il se rappeler la manière de nager? Il ne l'avait peut être même jamais apprise.
Il perd pied et coule. Il le sait, bien que rien ne l'effraie et que l'air se raréfiant ne l'affole guerre, s'il continu ainsi, il va mourir.
Mais plutôt que de faire marche arrière, il préfère se fondre dans l'océan, sombrer au cœur même de cette eau si limpide. Il est étrange de se sentir si calme à quelque secondes de la fin de son monde. Il s'étouffe.
Attend il que quelqu'un l'aide ou se sent il seulement bien ?
Ce n'est pas un suicide, ça n'a rien à voir. Il est ici parce qu'il doit l'être, parce qu'il l'a toujours été. L'eau c'est lui. Il ne meurt pas. Il vit plus qu'à n'importe quel moment.
Il vit autant que depuis qu'il la connait.



pas grave x) moi ça me va. Bon la fin est un peu bizarre, j'espère que ça ira. Si tu veux que je modifie un truc, MP .



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 20:57, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Dim 3 Juin - 10:29

désolée de répondre qu'aujourd'hui, je suis une pauvre limace-feignasse uu'



Nous sommes tous fous.

Le mouvement continu des vagues ondulant sur ses jambes, la douce caresse du soleil sur ses bras nus, le bruit de l'eau tout autour d'elle, un rêve, un ami, un rêve partagé. Des sourires, des sourires. Au loin, un endroit où aller. A deux. Parce qu'à deux, c'est toujours mieux. Il y a des personnes qui marquent, qui changent une vie. Juste avec un regard, des paroles. Des personnes qu'on ne peut pas oublier, qui font que nous ne sommes plus exactement les même. Le temps n'a pas d'importance mais certains moments en ont pour toujours.

A quoi bon se lever chaque matin pour aller accomplir la dérisoire tâche d'une journée? Puis se coucher pour remettre au lendemain ce même quotidien? Pourquoi ne pas viser plus grand? Pourquoi ne pas être mélomane, pour une fois?
Cette ligne, au loin, c'est ce que se sont fixés les deux enfants. Fous, fous d'amitié, fous d'ambition aussi. Et quel regard, dans les yeux de la petite Coréenne! Si résolue à franchir cette ligne de fuite, avec son ami. Elle le sent, elle le sait à ses côtés. Pour toujours?
Et elle sait qu'elle a ravivé quelque chose en lui. Elle se sent importante. Si importante, mais pour lui.
Pas importante pour elle, importante pour son ami.
Il lui prend la main, et Sujin se voit dans la pupille de ses yeux. Elle voit son reflet joyeux, le reflet d'une autre petite fille. La Sujin qui a découvert un des plus précieux trésors de ce monde: l'amitié.
Une Sujin embellie, et par l'émotion pure et intense qui flotte en elle, et par la couleur incroyable des yeux d'Elmeraud. Qu'ils sont beaux, ces yeux qu'elle n'oubliera jamais!

- Je sent qu'à tes côtés je peux savoir.

Sujin ne comprend pas sa phrase. Qu'est-ce que son ami ne sait pas, mais qu'il peut apprendre avec elle?
Mais peu importe. La jeune Coréenne s'amuse comme une folle dans cette étendue aqueuse, puis se jette dans l'eau et prend la position d'une étoile, ses longs cheveux noirs s'étendant autour d'elle comme une couronne de velours sombre. Elle est bien, elle pourrait s'endormir, comme ça. Avec Elmeraud à ses côtés, dans son lit de bleu profond.

Elle sent sa présence qui se meut dans l'eau, s'avance, la dépasse. Mais Sujin n'a aucun doute. Il ne partira pas, ne disparaîtra pas. Même les yeux fermés, elle sait qu'il sera là. Indéfiniment. Car Elmy est son ami. La chaleur du soleil réchauffe ses membres glacés, et elle flotte. Elle plane dans un océan de paix. Elle se sent légère, calme, détendue, paisible. Comme si l'eau épousait ses formes. Comme si les vagues prenaient soin d'elle et la caressait. Comme si le monde entier débordait d'amour pour elle. Elle n'a plus peur de la nature, car son meilleur ami est le fils de cette étendue aquatique. Et qu'il la protégera. N'est-ce pas?
Mais où le courant la mènera-t-elle? Il est si délicieusement exquis de se laisser porter par les vagues.
De ne pas savoir où le vent nous déposera. De l'autre côté de la mer? Où qu'elle soit, peu importe.

Sa main droite semble chercher quelque chose... ou quelqu'un. Caresser la mer à la recherche d'une autre main. Soudain, le silence de la mer et de son souffle lui paraissent terriblement effrayants. Sujin ouvre les yeux et retourne à la verticale, effarée.
Elle est seule. Mais où est son ami? Tout autour d'elle, du bleu. Que du bleu. A l'infini. Et rien, rien d'autre. Le courant l'a portée loin, depuis combien de temps est-elle comme ça, à méditer? Depuis combien de temps se laisse-t-elle porter, et, surtout, depuis combien de temps Elmeraud n'est-il plus à ses côtés?
La petite Coréenne sent son pouls s’accélérer. Elle n'a pas peur de s'être éloignée du rivage, elle saura regagner la terre ferme, mais elle a peur pour Elmy. Elle pousse un petit cri et tourne sur elle-même, inquiète.

- ELMY !!! Hurle-t-elle.

Mais seuls résonnent ses paroles esseulées. Et l'écho dramatique. Sans réponse aucune. Sujin bat des pieds, tourne comme un tigre en cage: que faire?

Elle se sent infiniment désespérée, gagnée par les émotions. Elle va être submergée. Tout le calme qui s'était emparé d'elle va la quitter. Et cette cascade de sentiments va revenir la faire chavirer.
Elle hurle nom de son ami, mais sa voix lui paraît si faible et si étranglée. Alors une seule solution lui vient à l'esprit: s'il n'est pas porté par les vagues, alors c'est qu'il est dans les profondeurs sous-marines.

Instantanément, sans plus réfléchir, la fillette plonge la tête sous l'eau et écarte le tissu aquatique de ses mains, en se rapprochant du fond. Ces abysses lui paraissent maintenant si profondes, si froides et si menaçantes! Loin de la gaieté de l'instant précédent. Quelques poissons la contournent, mais ce n'est pas eux qui l'intéressent. Elmy serait-il en train de se noyer? Il ne peut pas l'avoir abandonné! Pas comme l'a fait Cali!
Tout est si bleu, si sombre autour d'elle. Elle n'a bientôt plus de souffle, et remonte vite à la surface, inspire profondément. Est-ce des larmes, ou simplement de l'eau salée qui mouillent ses pupilles? Se laissant à peine le temps de respirer, elle replonge.

Combien de temps peut tenir un être vivant sans respirer?

Elle remonte, elle replonge. A chaque fois, elle se sent plus désespérée. Mais elle tient plus longtemps, aussi. Et l'eau lui paraît à chaque fois plus glacée.

Là-bas. Une forme! Brumeuse, sombre dans l'eau, mais une forme qui sombre, sombre, encore et toujours plus profondément. Sujin nage le plus rapidement possible, les poumons sur le point d'exploser, la tête bouillonnante, pour se rapprocher de cette ombre. La distance lui paraît énorme, mais enfin, elle attrape la forme dans ses petites mains. C'est bien d'Elmeraud qu'il s'agit! Elle voit à travers le sombre filet d'eau ses cheveux dorés, et le tire de toute ses forces. Elle n'en peut plus, elle sent que sa cage thoracique va exploser d'une seconde à l'autre, elle ouvre la bouche par réflexe et avale de l'eau. Elle est sur le point de lâcher son Elmy, mais une soudaine force lui permet de remonter à la surface, les yeux horrifiés.

Mais elle ne peut pas mourir, voyons. Elle est invincible. Elle ne peut pas mourir. Ne peut pas mourir. Non. Ne peut pas mourir.

Et pourtant, là, à deux doigts de s'étouffer, elle sent ses forces la quitter, et commence à douter.
Et si elle était mortelle? Si elle était comme les autres apparitions?

Un cri. Elle a atteint la surface. De l'air. De l'air. Elle maintient la tête d'Elmeraud à l'extérieur de l'eau, et respire d'un souffle saccadé. Elle veut remplir ses poumons d'oxygène. Elle tremble, elle a la tête qui tourne. Comment pouvait-elle imaginer qu'un tel cauchemar aurait lieu?
Mais elle se sent plus que tout déroutée, perdue. Les questions qui lui ont traversé la tête la rendent terriblement inquiète.

Aurait-elle pu mourir? Y aurait-il pu avoir la fin de Sujin? Est-ce possible, qu'elle meurt?
Parviendra-t-elle à s’ôter ces doutes de la tête? Mais elle y repensera plus tard. Le principal est de sauver Elmeraud. Il a les yeux fermés, il est livide, a les lèvres bleutées. Sujin a peur pour lui. Il faut à tout prit qu'elle atteigne le rivage.
Elle l'attrape par la taille, ses mouvements sont gauches, et le corps de son ami lui paraît tout menu. Elle parvient tant bien que mal à maintenir sa tête à la surface, et avance lentement, péniblement, dans l'eau. La plage lui paraît si loin... Mais elle y arrive.
Avec ardeur.

- Je vais te sortir de là, Elmy, chuchote-t-elle, le souffle saccadé. Pardonne-moi...

Elle se sent infiniment coupable. D'avoir fermé les yeux, alors qu'il sombrait dans les abîmes.
Sa main gauche balaye l'eau avec une force qu'elle ne se connaissait pas, et, enfin, son pied cogne une pierre au sol. Elle se redresse, et agrippe les bras d'Elmeraud autour de son cou, puis le transporte jusqu'au sable. Elle ne sent pas sa poitrine bouger contre son dos, mais ne peut pas imaginer le pire.

- C'est presque fini, Elmy!

Elle pleure, et le transporte rapidement sur la plage, puis l'étend au sol. Il paraît si fragile, les paupières fermés et les cheveux mouillés. Sujin ne sait pas quoi faire. Elle n'a jamais su quoi faire.
Elle est perdue, inutile, et attrape le visage de son ami entre ses mains, éloigne les bouclettes blondes de ses joues humides et blanches.

- Qu'est-ce que je dois faire...?

Elle récite des prières en coréen, la seule chose qui lui vienne à l'esprit.

- Chiyuui yeonghon-i i ai ga bada leul dolbwa hago al-aseo ! Geuneun saengmyeong-eul bad-eul gwonliga...

Elle sanglote, et penche son oreille contre les lèvres de son ami. Elle perçoit un souffle, un mince filet de vie. Est-ce une illusion de son esprit, ou la réalité?
La fillette se rend bien compte qu'elle est inutile, et, désespérée, hurle autour d'elle:

- Au secours! Est-ce qu'il y a quelqu'un? J'ai besoin d'aide!

Elle embrasse le front d'Elmeraud, sanglotante, attendant que quelqu'un vienne l'aider.

- Excuse-moi, Elmy... bredouille-t-elle en berçant le corps frêle de l'Enfant-Océan.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Lun 11 Juin - 13:03


Eternity


Bleu.


Le monde est bleu et vert, comme les yeux du garçon. Le monde, il tient dans ses pupilles. Il observe la mer assis sur le sable. Il est seul, sa peau blanche n'est éclairé que par un rayon de nuit, un trait de lune. Il est pareil à un fantôme, une âme perdue sur une étendue infinie. Où est il, qui est il? Rêve ou souvenir? L'enfant ne sait pas. Il oublie. Il se fiche de tout. Est ce le jour ? Est ce la nuit? La lune disparait pour laisser place au soleil. Puis c'est le noir. Alors il se lève et plonge dans les profondeurs, laissant le froid le saisir jusqu'à son cœur.

Un bleu tendre, un bleu foncé. Des abysse azurées. Il entrouvre les yeux. Là est la réalité. Des algues vertes lui lèche le visage. Il est bien, bercé par les vagues comme un enfant, un bébé, encore coincé dans le ventre de sa mère, à l'abri de toute chose, de tout danger. Il est Elmeraud, et il est sur le point de mourir.
Il ferme les yeux, enfin il le sent, cet air qui se raréfie. Son cœur s'agite, réagissant là où son cerveau déficient à cesser d'assurer. Mais même cela ne peut engendrer la peur, l'affolement ou tout autre sentiment qu'il lui a déjà été donné de voir, dans un mirage.
L'océan est si beau, pourquoi l'homme le craint il ? Sans doute que l'imbécile est plus heureux que quiconque car il lui est donné de voir ce que personne d'autres ne peut entrapercevoir. Combien d'êtres dans le monde ont pu apercevoir de tels trésors sous marins en se sentant si vibrant ? Personne, probablement.
Puis je mourir ? Suis je seulement humain ? Un humain détraqué, voilà ce qu'il est.
Et alors que des points noirs minent la vison de l'enfant qui s'endort les yeux ouverts, celui ci sourit de ses réflexions sans sens. ¨Puis la tête tombe, rejoignant ses cheveux blonds dans leur liberté de mouvement. Il s'éloigne dans un dernier rêve... jusqu'à ce que des mains le saisisse.
" Ne fais pas ça. Tu n'es pas tout seul ! " Des voix qui raisonnent dans sa tête. Toutes il les connait. Toutes il les a porté. Celle d'une petite fille, celle d'une femme adulte, toutes féminines, toutes des illusions d'une nuit.
Elles se rassemblent enfin pour former un tout loin du Rêve où elles ont vécu, elles forment une voix qu'il connait bien. Celle d'une petite fille qui chantait dans sa tête. Une petite fille blonde qui harcèle chacun de ses actes et de ses souvenirs, chaque rêve qu'il fait est pour elle. La fille au lapin. Mais étrangement cette voix est aussi sa voix.
" Réveille toi." " RÉVEILLE TOI !"
- ELMY !

Aux cris d'affolements se mêlent des larmes. A qui appartient elle, toute cette eau ? Elle se déverse, elle coule sur son visage. Le garçon oublie la notion du temps, pourtant cela fait un moment que de fins bras tremblants l'ont extirpés de l'eau. Alors d'où viennent ces gouttes ?

- Pardonne moi, Au secours! Excuse moi.

Des mots tremblants, des mots d'excuses, des mots de détresse. Qui est cette personne qui prononce son prénom avec tant d'amour et de peine ? Pourquoi s'excuse t elle ?

Sujin.

Là, dans ses bras, il est si bien. Il y a sa place aussi bien que dans l'océan, peut être même plus. C'est agréable d'être aimé non ? Il voudrait rester là, ne plus avoir à bouger mais.. ce ne serait pas bien de la faire souffrir encore plus non ? C'est égoïste. Mais Elmeraud est égoïste. Car il ne connait rien et n'a rien. Il ne peut qu'agir comme bon lui semble. Le temps, le monde n'a pas d'emprise sur lui, mais quand est il de la mort ? Il est humain. Il reste soumis aux mêmes règles, il a les mêmes droits, il a le droit au bonheur, lui aussi, tout comme au malheur.
Des mots incompréhensibles, des lèvres sur sa peau humide, des baisers mouillés de chagrin. On le berce comme un petit enfant.
C'est suffisant tu ne crois pas ? Combien de temps vas tu encore jouer la comédie ?
Il entrouvre les yeux, à peine, et affronte de nouveau le monde.
La lumière est trop vive, la peau de Sujin trop pâle, ses lèvres trop bleues, ses cheveux trop noirs et ébouriffés, ses joues trop roses et son nez trop rouge. Ses yeux sont bouffis et son nez coule un peu. Elle a de ses expressions qui donne envie de réconforter les pauvres orphelins que Dieu a abandonné. Son visage en cet instant est loin d'être beau et pourtant.. elle est sans conteste la plus adorable des filles qu'il est été donné au garçon de rencontrer.
D'une main blanche et fragile, il pose ses doigts fins sur la joue rosie de l'asiatique tandis que d'une voix faible il essaie de sortir quelques mots.

- Pourquoi tu t'excuse ?

Se réchauffant à la chaleur des bras de son amie, il tente de se redresser un peu, puis maladroitement il saisit le visage de la fille entre ses deux mains et, des ses pouces, essuie au mieux le torrent de larmes qui se déverse de son regard en amande.

- Tu es bête, dit il avec un sourire pas très convaincu, je ne peux pas mourir ! Tu le sais, non ?

Puis la saisissant dans ses bras tel une poupée fragile, il lui murmure à l'oreille.

- Là, là. Je suis désolé. Pardon. Arrête de pleurer, je t'en supplie. Tout va bien maintenant. Je voulais te montrer la beauté des abysses mais...

Il lui caresse calmement les cheveux avant de la prendre par les épaules et de la positionner bien en face de lui, à fin de la regarder droit dans les yeux. Puis il essuie les quelques larmes restantes de sa manche trempée. Mouais. Pas très efficace tout ça. Elle ne va pas forcément apprécier de se prendre un torchon humide sur la figure. Il arrête alors son geste et lui prend les mains tout en fermant les yeux.

- Je ne le referais plus c'est promis.

Il recommence alors à chanter, pour calmer sa peine. Ses mots avaient réussit une fois, ne pouvaient ils pas le refaire ?
Et tout en remplissant sa voix de notes variées, il caresse les mains de la demoiselle et s’assied dans le sable essayant discrètement de se remettre de sa mésaventure, toujours fatigué, sans que Sujin ne s'en aperçoive trop. La tristesse de la jeune file lui faisait plaisir et le mettait mal à l'aise.
Il ne restait plus qu'à espérer que ses pleures cessent.



Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 21:03, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Jeu 5 Juil - 16:39

Et les longues mèches noires de Sujin gouttent sur le visage angélique de son ami. Plic ploc. Elle n'entend que ça, ses sanglots et les perles d'eau qui viennent s'écraser sur le corps déjà mouillé d'Elmeraud. A travers ses yeux embrumés, elle fixe le visage, la poitrine d'Elmy. En quête d'un clignement d'oeil, ou d'une respiration haletante. Quelque chose, un signe, un mouvement, quelque chose qui apaiserait sa peur si palpable de le perdre.
Un, deux, ouvre les yeux. Elle le supplie, elle hurle, elle crie mentalement. Son coeur la malmène, bat trop vite à travers sa poitrine haletante, alors que celui d'Elmy semble si calme...
Et là, alors que la fillette est aux portes du désespoir, elle voit ses yeux s'entrouvrirent. Ses yeux si bleus et si profonds afficher la lueur de la vie. C'en est trop pour le coeur au rythme effréné de la coréenne, elle pousse un petit cri de soulagement, et redouble de larmes, versent une cascade de sanglots. Son soulagement et sa joie ne sauraient même pas la calmer.

Elmeraud se redresse, parle, prend son visage entre ses mains, tente maladroitement d'effacer ses larmes. Mais elle n'entend pas ce qu'il dit, elle est submergée. Comme tantôt, comme souvent, les sentiments ont prit le dessus. Elle ressent son étreinte, elle sait qu'il chuchote à ses lèvres, mais semble assister à la scène sans y interagir. Elle aimerait entendre ce qu'il dit, mais c'est comme si elle ne parlait plus un mot d’espéranto... Tout lui échappe, elle se sent glisser. Est-ce qu'un jour, les émotions prendront définitivement le dessus? Est-ce que c'est ce qui va se passer? Ne plus pouvoir reprendre ses esprits, être à jamais prisonnière d'elle-même? La peur vient se rajouter à son quota d'émotion. Elle doit tenir, ne pas sombrer. Se battre. Mais elle n'y parvient pas, se sent toute petite dans son esprit, cesse presque de penser...

Jusqu'à ce qu'il chante. Sa voix si douce, si belle, a cette emprise magique sur elle. Le flux des émotions semble se ralentir, et l'esprit de Sujin revenir prendre possession d'elle-même. Ne t'arrête pas de chanter.
Surtout pas. Peu à peu, elle se sent revivre. Être elle-même. A-t-elle déjà ressenti cela avant? L'impression de se perdre? Sujin n'ose pas imaginer ce qu'il serait advenu s'il n'avait pas chanter...

- Je crois que j'aurais pu devenir folle, murmure-t-elle d'une voix enrouée.

Elle en tremble encore, mais à mesure qu'il chante et caresse ses mains, son souffle redevient presque normal. Elle se blottit contre le corps humide de son ami, reniflant un peu et séchant ses larmes.
Est-ce ce qui l'attend, avec Elmy? Est-ce que c'est ça...être ami? Ressentir d'intenses joies euphoriques, de certitudes, puis, l'instant d'après, être complètement perdu et désespéré? L'amitié peut-elle avoir des aspects aussi sombres et terrifiants? Jusqu'au point de la rendre démentielle?
Prise de doutes, elle se recule un peu. Elle ne sait pas si elle est prête à prendre le risque de ressentir encore cela... D'être à deux doigts du point de non retour. Et devenir folle, jusqu'au restant de ses jours.
Tellement de doutes. Elle est loin maintenant de ses certitudes de tantôt...

- Je ne sais pas si c'est une bonne idée, finit-elle par dire quand il a cessé de chanter.

Elle regarde ses orteils entourés de sable, n'osant pas affronter le regard de son ami.

- D'être amis... précise-t-elle. Et si c'était dangereux?
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Mar 4 Sep - 6:42


Une, deux, trois. Si tu fermes très fort les yeux et que tu les rouvre ensuite, tu te rendras compte que tout ceci n'était qu'un rêve ... ou peut être un cauchemar ?

Qui s'y frotte s'y pique, et tandis que la jeune fille pleure, celle ci vient se blottir contre l'enfant pour n'écouter plus que sa voix sans parole. Juste des sons. Elle semble peu à peu revenir à la normale mais quelque chose ne peut empêcher le garçon de ressentir un certain malaise.
Perdue dans ses bras, elle murmure une phrase qu'il n'entend pas bien. Elle parle de folie. Mais de quelle folie ?
Sa respiration se fait plus régulière, tandis qu'il lui caresse lentement la tête. l'asiatique est son trésor. Son précieux trésor qu'il doit à tout prix protéger. Elle est si fragile qu'elle semble pouvoir se briser entre ses mains à chaque instant.
Tu la tueras sous le malheur pour ton propre plaisir.
A peine cette pensée l'effleure t elle que la jeune fille se décale. Rejet.
Elle le fixe à peine, juste assez pour qu'il est pu voir dans ses yeux ce qu'il craignait le plus: de la peur.
Peur de lui ? Peur de ce qu'il vient de se passer ? Peur .. de se perdre soi même ? Elmeraud n'a pas ce soucis. Il s'est déjà perdu lui même il y a bien longtemps. Et, au fond, même si on cherche toujours le chemin de la maison, on ne fait pas vraiment d'effort pour trouver comment y retourner

- Je ne sais pas si c'est une bonne idée.

Quoi donc ? Il la regarde calmement, sa phrase n'est pas finit. Il le sait. Pourtant, loin d'être impassible, un picotement sous sa cage thoracique se fait ressentir. Il a le cœur qui le gratte mais ne peut savoir pourquoi. S'il te plait Sujin, ne continues pas. S'il t'as déjà brisé, toi aussi tu le briseras.
Cet enfant n'est que destruction, il faut qu'elle soit plus forte maintenant qu'elle s'en est approché trop près.

Elle regarde alors le sable, ignorant le garçon ou n'osant le voir, préférant rester dans un monde moins amer.

- D'être amis ... Et si c'était dangereux ?

C'est trop tard, le mal est fait.

Une violente douleur dans la poitrine le fait revenir sur terre, accroché par des chaines au plus profond du sable, son cœur ne cesse de battre à ses tempes, tambourinant dans sa tête comme une violente fanfare. Il n'est pas habitué, voilà tout.
Il pose une main à terre sous le coup de la surprise et de la violence de ces sentiments tandis que l'autre, posé sur son côté gauche, essaye tant bien que mal de contenir les agitations de son corps. Il semble sur le point de pleurer mais pourquoi ? Lui aussi regarde le sable, en équilibre instable, pareil à un dément malade, il ne peut regarder rien d'autre. Son teint est trop pâle, vraiment trop. Lui aussi semble se casser sous le poids de la vie et des événements.
Il respire fort, beaucoup trop fort. Et alors il ferme les yeux et repasse cette petite voix en boucle.
" Ferme les yeux, compte jusqu'à trois, chantes et quand tu auras fini, le monde autour de toi disparaitra."
Il ferme les yeux, et chante dans sa tête. Ou peut être dans la réalité. Il se perd une fois de plus, puis revient. Il se calme, se réveille. Rien ne peut le toucher vraiment après tout, l'Enfant-Océan. Une appellation bien trop belle pour un gamin si tordu.
Il rouvre les yeux mais ne voit plus l'asiatique. Il ne voit que le sable sous ses pieds et les vagues droit devant. Il a besoin d'eau, non pas pour boire pour vivre, mais sur sa peau.
Il se lève, ses jambes tremblent un peu sous la fatigue. Il est un cadavre ambulant après tout. Deux pas suffisent. Alors il s'allonge dans un grand bruit de corps qui tombe et s'étend sur le sable comme si c'était de la neige. Il détend ses jambes, étire ses bras et remue légèrement la tête pour sentir l'eau salée sur ses joues fraiches. Ressentir l'ondulation de ses cheveux pris dans un torrent de forces naturelles.
Elmeraud est là, de nouveau. Sujin rentre à son tour dans ce monde. Elle n'est pas très loin de lui, elle ne tremble plus, ne pleure plus. C'est suffisant. Il pourrait la toucher rien qu'en tendant le bras. Et c'est ce qu'il fait. Lentement, dans un geste tout mesuré, il prend sa main et la regarde d'un regard emplit de compassion et d'affection.

- Ne dis pas ça s'il te plait. J'ai besoin de toi.

La vérité c'est que tout peut être dangereux selon l'utilisation qu'on en fait. Il ne faut pas s'arrêter à ça. N'est ce pas la preuve d'être humain et vivant ? Est ce tellement mieux de ne jamais souffrir mais de n'être qu'un cadavre ambulant ? Elmeraud ne croit pas. Sinon à quoi se résumerait sa vie ? Lui, la poupée vide.
Il se rassied alors dans le sable et pose la main de la jeune fille sur sa joue tout en ne cessant pas de la regarder. Il sait, lui, il le vit actuellement. Il ne peut pas la laisser prendre le même chemin, se priver de tout par peur. Elle s'y perdrait aussi sûrement que lui sans la moindre chance de retour. Un cœur trop plein peut toujours être contenue, un cœur vide peut être rempli, mais pas quand celui ci rejette le monde autour de lui.

- Je serais là pour te protéger, souffle t il au vent.

Ma voix te calmera et je prendrais ces sentiments dont tu ne veux pas.

_________________________________________________________________________

Voilà répondu =3 Désolée pour tout le temps que tu as dû attendre, ça ne devrait plus recommencer x') O/




Dernière édition par Elmeraud le Ven 9 Nov - 21:02, édité 1 fois
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫ Aujourd'hui à 4:27


♫♪ When I forget why I'm, I look the ocean ♪♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» To forget or not to forget that is the question
» Minos09 : Never forgive, Never forget
» Début d'un rêve
» [Baronnie RR] Véretz
» [Seigneurie d'Amboise] Avisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-