Partagez|

[abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre]

InvitéInvité
MessageSujet: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Sam 17 Déc - 20:36

Sombre tableau.
Cours et survis.
Avance, cours. Ne t’arrête plus. Il faut que j’avance. Il faut que je trouve quelqu’un.
Tout tourne autour de moi. Personne ne me… Regarde.


Elloy affolé court. Il ne connaît pas la destination. Tout ce qu’il sait c’est qu’il court pour trouver quelqu’un. Mais qui ?

Le soleil était levé depuis longtemps déjà. Ses rayons éclairaient les visages heureux des villageois excepté celui d’un seul.
La sueur commençait à couler le long de sa nuque, malgré l'air froid de l'hiver, l'effort de la course l'essouflait. J’ai chaud… Mon Dieu, j’en peux plus. Regardez-moi ! Je suis là ! Ne détournez pas le regard… Je vous en pris… Ne me laissez pas seul avec ça… Avec moi
__________________________________

Il s’était levé tôt ce jour là, pour aller voir ses « sauveurs » comme il aimait à les appeler, les animaux de la fermette de Bird. Il était d’humeur joyeuse, il n’avait pas dormit la nuit dernière. Ce qui voulait signifier qu’il n’avait pas rêvé. Rêver de son pire cauchemar. De cette forme humaine à son image. De cette « chose » qu’il ne voulait plus jamais voir ni entendre.
Après être allé voir les animaux, il avait décidé de leur offrir des petites douceurs, surtout pour Espure, ce magnifique cheval qu'il aimait tant.
Pour la première fois, il avait décidé d'aller au bourg seul, sans l'aide de personne. Il voulait se prouver à lui-même qu'il était fort et qu'il pouvait se gérer lui-même sans dépendre des autres. Elloy n'aimant pas rester seul, pour ne pas rester avec cette chose qui lui ressemble, arrivait en général à se faire accompagner par des membres du foyer. Il amenait la conversation avec un sourire. "On fait une sortie aujourd'hui ? Tiens pourquoi ne pas aller au bourg et repérer deux trois jolies filles, hein ?" disait-ils aux hommes ou aux garçons de l'habitat.
Mais cette fois-ci, finit les excuses ! Il y arriverait seul !
Il avait préparé un sac, qu'il avait mit en bandoulière. Le col de sa chemise relevé, es lunettes sur le nez, il était prêt à partir.
Il avait commencé dans pas sûr, mais ce pas, au fur et à mesure qu'il s'éloignait de sa cage dorée se faisait hésitant.

Son pouls s’accélérait. Tout tourne. Les pensées qu'il avait enfouit dans son coeur rejaillissaient. Le sang lui montait jusqu'aux tempes. Son cerveau allait être inondé de sang et de choses négatives, de souvenirs, de douleurs, de souffrance, de Lui. Pourquoi maintenant ?! Pourquoi moi ! Que veux-tu ? Sors de ma tête ! Barre toi !
Il était là, devant ses yeux. Elloy était là, celui à l'oeil rouge.
Le véritable Elly s'arrêta net. En pleine rue. Tout tourne. Les gens partent. Qu'ont-ils ?
«Revenez ! Ne partez pas !»
criait-il aux passants qui, sûrement par peur s'écartaient. Le cercle vicieux avait recommencé. Son autre gagnait toujours. Elloy était perdu. Il était de nouveau face à cette "chose", seul sans aucune personne.
Mais les rues sont emplies de gens, malgré la folie du jeune homme. La foule était là, mais loin de lui, comme s'il était un obstacle à éviter. Les passants le voyaient.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Mer 21 Déc - 13:23

Le chemin jusqu’aux ruelles commerçantes se fit en silence. Ekaterina aimait ce silence particulier qui suivait toujours la tombée de la neige. C’était comme si cette douceur blanche recouvrait les bruits et les atténuaient. Comme si elle apaisait tout ce sur quoi elle se posait. Même les enfants qui passaient étaient sereins ; les plus rêveurs regardaient vers le ciel en levant les mains, pour essayer d’attraper les petites étoiles blanches.
Ekaterina s’arrêta un instant, pour faire de même. Elle écarta ses bras, et tournoya autour d’elle-même. Plus elle tournait, et plus elle riait. Quand elle s’arrêta, elle respira un grand coup, puis reprit sa marche, revigorée.

Il neigeait souvent là-bas…

Un sourire timide s’étira ses lèvres. Oui, si elle avait un souvenir agréable du pays où elle venait, c’était bien cette jolie neige qu’elle observait durant de longues heures, derrière une fenêtre.

Tu te rappelles ? Il neigeait aussi, ce jour-là.

Ses pas commencèrent à se faire hésitants, suivant le rythme de ses pensées. Ekaterina secoua la tête, pour les chasser. Ce n’était pas le moment, c’était une bonne journée qui commençait, il ne fallait pas la gâcher.
« Allez, Katya ! N’oublie pas que tu es venue pour acheter des cadeaux, c’est le genre de choses qui redonnent le sourire, non ? »
Elle s’imagina les sourires des enfants de l’Internat en découvrant les chocolats, pains d’épices et autres gourmandises qu’elle achèterait spécialement pour eux. Oui, ils seraient ravis. Cette pensée redonna à Ekaterina son enthousiasme, et sa marche se fit plus vive.

« Katya, Katya ! Allons faire une bataille de boules de neige ! »


Le sourire de la jeune fille s’envola instantanément. Des frissons la secouèrent, malgré les couches importantes de vêtements qu’elle portait. Ekaterina accéléra, dans l’espoir de faire fuir cette voix suraigüe qui criait joyeusement dans sa tête. Qui était-ce ? Qui était cet enfant qui riait ?

Elle ne remarqua pas tout de suite qu’elle était arrivée à destination. Elle continua de courir, bouscula un passant sans le voir : elle avait fermé les yeux, et plaqué ses mains contre ses oreilles.

« Tais-toi, tais-toi ! »

«Revenez ! Ne partez pas !»

Ce cri la sortit de son combat intérieur, mais elle rouvrit les yeux trop tard : elle percuta de nouveau un jeune homme, en plein torse. Déstabilisée, elle faillit tomber à la renverse. Prête à se confondre en excuses, elle releva la tête, mais ce qu’elle vit étrangla les paroles qui se bousculaient dans sa gorge. Ce jeune homme… Elle lisait la même détresse dans ce regard, si ce n’était pire. Leurs regards, qui ne se lâchaient plus, demandaient la même chose. A l’aide.

Ekaterina prit subitement conscience du froid qui coulait sur ses joues. Depuis combien de temps pleurait-elle ?
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Mer 21 Déc - 22:07

Je suis ailleurs... Dans un Avant qui m'est familier... Pourtant, je ne connais pas cet endroit. J'effleure le contour des meubles. Suis-je dans une maison ?
Suis-je dans ma maison ?
La poussière reste sur ma main... Ma maison est ailleurs, dans l'espoir. Dans l'Espérance. Je ferme lentement les yeux, j'échappe au monde de poussière et de meublé. Mais je ne peux... Alors je marche sur le fil. Le fil de ma vie... Les meubles sont blancs, les murs sont blancs Blancs sont les murs... Et la poussière. Je souffle dessus, tourbillon gris.
Les images qui dansent, quel est cet endroit ?
Une porte. Je tend la main...
Désespérément.
Je tend la main. Mais la porte s'éloigne.
Je tend la main...


Paf !
Réveil brutal.
Sortie des limbes du sommeil.
Une second avant d'ouvrir mes yeux, je parie. Où me suis-je donc endormie ?
Je parie avec moi même... Disons...dans mon couloir ?
J'ouvre les yeux. Loupé, je me dois... Un gâteau ! Adjugé vendu !
Je me lève et m'étire de tout mon long, repoussant au passage quelques mèches importunes. Une douleur au dos a tôt fait de me renvoyé au sol. Quand on dort dans une baignoire, rien de plus normal que d'avoir des mauvaises surprises au réveil !
D'ailleurs, maintenant que j'y pense... Ce n'est pas ma baignoire ça ...
Mystère et boule de houx.
Autant chercher à comprendre un fou !

Je souris.
Je grimace.
J'ai encore un peu mal en fait... Mais je me relève et je sort de la salle de bain. Je reconnais rapidement cet endroit, c'est l'appartement inhabité qui se trouve être mitoyen au mien. Tant mieux... Je ne dérange personne. Personne.
Je me sens un peu triste. Mélancolique. Grise.
C'est comme ça depuis quelques jours. DEpuis quelques nuits.
Miséricorde ne doit pas y être étranger... Ou étrangère... Je vais trouver qui c'est. C'est une certitude.
Mais je n'ai pas le cœur à réfléchir maintenant, j'ai faim.
Comme pour appuyer ma pensée, mon ventre émet une sorte de grognement approbateur. Bien. Je sors de l'appart. Entre dans le mien. Je pense qu'il va falloir que je range km peu avant que Vish' n'emmenage. Puis je secoué la, on verra plus lard.
J'entre dans la salle de bains, la bonne cette fois. L'eau qui coule efface la douleur. Efface la peine pour un instant. Un instant seulement...
Je sors, en manquant de tomber sur le carrelage mouillé de la salle de bains... Mes cheveux sont entremêlés, tant pis pour la coiffure... J'enfiler un pantalon, un col-en-V et une veste bien chaude, pour me protéger du froid.
J'ai une pensée pour Sujin, où est-elle en ce moment ?
UNe pensée pour Moi, je me dois un gâteau...

En cas des marches, je souffle, je soupire.
La tristesse me colle à la peau.
La tristesse de quelqu'un d'autre...
La tristesse.
Je secoué la tête, chassamt les idées noires, vaine tentative de m'empêcher de penser.
Et ce gâteau ?
Je sors, marche lentement... Peut être neigera-t-il aujourd'hui... Qui sait ?
Les gens sont au ralenti ce matin... Comme moi, à vrai dire. Je salué une fille qui me rappelle vaguement quelqu'un. Mais je suis encore trop ailleurs pour me souvenir... Je sifflote une air de musique. Un air de violon. Et je tourne à l'angle, me rapprochant fatidiquement de la boulangerie-pâtisserie...

Macarons ou Milles-feuilles ?

Le choix est simple mais je n'ai pas le temps de le prendre.
Juste devant moi, une jeune homne et une fille que je n'ai, à vrai dire, jamais vu, entre tout bonnement en collision !
Mise en route.
La valse des portraits jamais ne sera terminé.
À leurs visages, je sais qui ils sont.
Peur. Phobie. Solitude. Tristesse. Courir. S'échapper.
Facile. Simple.
Je parie à nouveau avec moi: Combien tu paris, chère moi, que le jeune homme a peur de lui et que la jeune s'enfui de soi ?

Je suis cassée, je ne peux m'aider. Alors ce sont les autres que j'aide.
Allons voir si j'ai gagné mon auto-pari...
Il faut que j'arrêté de penser comme ça.

Je m'accroupis.
Je souris doucement.
"Ce n'est pas en courant que l'on s'échappe..-sourire malicieux- J'espère que vous ne vous êtes pas fait mal... Si vous êtes d'accord, je vous offre un gâteau ! J'ai perdu un pari ce matin et j'allais en manger un pour me consoler."

Gagné ?
Perdu ?
La tristesse en a profité pour me laisser tranquille ...

Voilà voilà... S'il y a des fautes de frappes, ne m'en voulez pas... J'écris avec un téléphone x_X
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Ven 23 Déc - 18:59

Flou. Tout tourne.


Elloy fermait les yeux. Il ne voulait pas les ouvrir, de peur qu'Il ne réapparaisse.
Boum. Tout simplement, un choc.
J'ai mal à la tête. Et à la poitrine.
Sa main touchait le sol, comme le reste de son corps, son dos, ses jambes, sa tête. Il avait ouvert ses paupières non sans appréhension.
Il regardait la personne à l'origine de ce choc -qu'il ne comprit que quelques minutes plus tard- dans les yeux. Il cru d'abord que c'était encore Lui. Le même regard, les mêmes émotions. Troublant n'est-ce pas ?
Son regard dévia, plus bas. Un autre nez, une autre bouche que la sienne, un autre squelette. Tout était différent en fait. Il secoua la tête.
C'était une jeune fille. Elle se tenait debout, prête à tomber en arrière. Des larmes, ces fameuses larmes qu'Elly redoutait, coulaient le long de ses joues rosées par le froid environnant. L'hiver était là, installé dans les vies quotidiennes des Espéranciens, bouleversant les comportements.
Elle était jolie, mais Elloy n'avait pas la tête à ça. Il était encore bouleversé par la collision. Il regardait autour. Tout est flou. Tout tourne. J'ai mal. Les gens passaient devant ses yeux comme des flocons de neige, il ne se rendait même plus compte qu'il était par terre, au plein milieu de le rue. Qu'on le remarque ou pas, là n'était pas la question. Il releva son regard perdu dans le vide jusqu'aux joues de la petites. Il revit le liquide transparent sur sa figure.
Il avança la main vers son front, comme pour se remettre de ses émotions. La scène aurait pu se terminer là. Le cauchemar éveillé aurait pu s'envoler avec la buée que produisaient les bouches des passants. Mais une jeune femme les interrompit. Une humiliation de plus pour Elloy, qui déjà avec Lucy perdait toute sa "virilité".
« Ce n'est pas en courant que l'on s 'échappe... J'espère que vous ne vous êtes pas fait mal.. [...]»
Bien sûr que si....Et puis, que veut-elle ? M'humilier encore plus ? Qu'elle passe son chemin comme tous les autres. Personne ne fait attention à moi. Il suffit de voir l'autre fille pour comprendre que personne ne me remarque, ne me voit. Hmph, il faudrait que je me lève.
Il se leva tant bien que peine, chancelant presque vers l'arrière.
« […] Si vous êtes d'accord, je vous offre un gâteau [...] »

A quoi joue-t-elle ? Son sourire m'énerve. Je ne suis plus un enfant. Pourquoi veut-elle nous en offrir un ? Surtout à moi ? Elle n'a qu'à en donner à l'autre.
Après avoir vu son « soi », Elloy était d'une humeur exécrable. Il était rare de le voir dans cet état. Mais aujourd'hui, il L'avait revu. Et c'est pourquoi il était d'aussi mauvaise humeur.
Pourtant, lorsqu'Il apparaît hors du Reflet, comme une vision, une prémonition plutôt, qui lui annonce que de toute façon, il ne lui échappera pas, surtout la nuit, Elloy arrive à ne pas montrer son changement d'humeur. Il faut dire que cette fois-ci, Il avait tout gâché. Vraiment tout. Une belle journée avec ses amis les animaux, une rencontre... Non deux, mais la dernière, avec tout ce qui venait de se passer, lui tapait un peu sur les nerfs. Mais il ne faut pas lui en vouloir, après tout, ce n'est pas vraiment de sa faute.
Je savais que je n'aurais pas dû venir seul. Pfff, à quoi je pense vraiment. Il était enfin debout, il avait ramassé ses affaires éparpillées.
« J'ai perdu un pari ce matin et j'allais en manger un pour me consoler »

Mouais...J'en veux pas. Je veux retourner à la fermette... Mais pour faire quoi ? Pour me reposer ? Non ! Non, je n'irais pas me reposer. Je ne veux pas le revoir... Je devrais peut-être accepter finalement. Ce sont deux filles... Bien que le dernière n'est pas trop mon type, elle a juste l'air d'avoir mon âge... Plus que la petite en tout cas...

Instinct de séducteur ? Ou lâche ?
Qui sait, Elloy se décida enfin.
« Un pari ? Je veux bien, mais faut-il que se soit toi qui achète, j'aimerais vous en offrir un, après tout, tout est de ma faute et j'en suis désolé. »

Il avança sa main en direction de la première jeune fille, un bonjour pas trop direct, et de quoi permettre à Elloy de s'excuser.
Les passant continuaient de marcher dans leur direction, comme un torrent qui coule, laissant soin au rocher de séparer les courants.


[Ne t'en fais pas ! On te pardonne *3*]
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Mar 27 Déc - 14:25

Jolie.

Ce fut le premier mot qui lui vint à l’esprit quand elle croisa ces deux yeux bleus pleins de lumière. Elle resta un instant silencieuse, observant du coin de l’œil cette jeune femme qu’elle ne connaissait pas. Oui, elle était jolie, et aimable en plus de cela... Enfin, elle en avait l’air, en tout cas.

Essuie tes larmes.

Honteuse, Ekaterina s’empressa de frotter ses joues, si vite qu’elle espéra un instant que personne ne les avait vues. Quelque part, au fond d’elle, elle ressentit un soulagement. Cette chose en elle s’était apaisée… Elle n’y penserait plus, au moins le temps qu’elle passerait avec ses deux nouvelles rencontres.

Pathétique.

Pourquoi ? Etait-ce mal d’avoir besoin des autres ? En soi, non, mais elle savait qu’elle détournait le problème. La vérité était qu’elle attendait toujours que quelqu’un vienne la protéger, au lieu de se prendre en main, seule. Mais c’était plus facile, comme ça. Choisir la facilité, quoi qu’on en dise, tous le faisaient, personne ne pouvait lui en vouloir…

Tu t’en veux toi-même.

« Ce n'est pas en courant que l'on s'échappe »

Non, c’est chez les autres que je m’échappe.


Ekaterina suivit du regard celui qu’elle avait bousculé se lever, tout en écoutant d’une oreille distraite ce que la jeune femme leur proposait. Un gâteau ? D’accord. Pourquoi pas. Elle ne disait jamais non aux sucreries. Ce qui retint son attention, ce fut que l’homme ne semblait pas de son avis… Il avait l’air… Comment dire… En colère ? Mais son expression changea si vite qu’Ekaterina crut avoir rêvé cette lueur de dédain dans son regard. Elle haussa les sourcils de surprise, lorsqu’elle l’entendit proposer de payer lui-même.
« Ah bon, je me suis trompée… »

« Tout est de ma faute et j'en suis désolé. »

Ekaterina serra sans hésiter la main que son interlocuteur lui tendait. Néanmoins, elle se permit de le corriger :

« Non ce n’est pas de ta… de votre faute, c’est moi qui vous ai bousculé… Pardon. »

Un frisson lui secoua les épaules, tandis qu’elle sentait ses petits pieds répondre de plus en plus difficilement. Rester debout et immobile par un temps de neige, voilà de quoi regretter un bon feu de cheminée. Elle jeta un regard aux boutiques qui les entouraient, qui lui parurent encore plus accueillantes et chaleureuses que d’habitude. Elle ajouta alors, avec un petit rire, comme amusée de ce qui se déroulait :

« Du coup, ce serait plutôt à moi de vous inviter, tous les deux ! Je comptais acheter des pâtisseries à offrir de toute façon, donc… Enfin… Vous tombez bien. »

Elle avait murmuré son dernier bout de phrase, et il laissa derrière son passage un nuage de vapeur, qui monta dans les airs avant de totalement disparaître. Silencieux.

______

Pardon pour ce truc tout rikiki et pour mon retard T_T
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Jeu 29 Déc - 15:55

Gagné

Mon humeur est merveilleusement radieuse tout à coup. Ce qui est normal, après tout. Les gens m'apportent le bonheur, le bonheur de savoir. Comprendre. Connaître. Deviner.
Je suis une insatiable éponge à sentiments. Lire les gens. Tellement fascinant. J'avais la tête grise et vide depuis quelques jours...
Plus un seul nouveaux portraits. Pas de problèmes. Pas de casse-tête.
Vide. J'étais vide.
C'est ça !
Ça qui me rendais si triste... si triste.
C'est de la que venait la tristesse. Le gris sur mon rêve. Le plomb sur mes épaules.

Je secouai la tête. La solution à un problème est parfois si simple. Il ne fallait juste remplir ma tête. Quelqu'un d'autre à résoudre. Et la ! J'avais gagné deux nouveaux esprits à analyser. En cette instant, un sourire radieux s'étira sur mes lèvres. Je connaissais la sensation étrange qui se répandait petit à petit en moi. Comme de l'eau s'insinuant dans la terre.
Il fallait qui je sache. Tout et bien plus encore. Savoir. C'est insupportable.

Et voilà... J'étais encore partie... Ailleurs. J'et un petit rire. J'en avais presque oublié mes deux voisins. Quelle étourdie ! Ils se faisaient face. Ils ne faisaient face. Je connais des gens ici qui sont de vrais puzzles...
Mais ceux-la ne font pas partie des casse-têtes insupportables.
Ni un compliment. Ni un reproche. Une constatation.
La rapidité de mes idées me faisaient un peu peur... C'est comme si je voyais les gens comme une suite de nous.
Un coup d'oeil sur le garçon. Un sourire. Ses sentiments s'impriment sur son visage. Colère. Frustration. Échec... et une infime touche de peur, d'horreur, encore présente. Il fuyait quelqu'un. Lui-même. Facile. Limpide. Mais ce n'était pas ses traits de caractères dominants. Hum...
Il me manquait des mots. Et son prénom.
Ce fut après quelques instants que je me rendis réellement compte de ce que j'avais en face de moi. Un jeune homme. Et cela faisait au moins deux minutes que je le fixai sans ciller.
Humpf. Je tournai la tête, m'attardamt sur la jeune fille.
Qui semblait assez fasciné par mes yeux. Je la laissait finis tranquillement son analyse de la situation. À voir le rouge sur ses joues, il était facile de deviner qu'elle se sentait assez mal. Idiote. Pathétique peut être. Le jeune homme radtagt relevé, nous dominant maintenant. Il avait pris sur lui et fini par me dire qu'il paierait les gâteaux...
Je ne lui répondis pas tout de suite. La jeune fille était encore un peu sonné et elle me semblait la plus affectée par la situation. Le garçon finit par la relever. Changeant du même coup le regard de la jeune fille.
Je fermaip les yeux, faisant ralentir les mots dans ma tête. Je ne relevai doucement.
La jeune fille était visiblement troublée. Elle offrit de payer les gâteaux à son tour. Tant de politesse... Inutile !
Je ramenai mes cheveux en arrière. Je prenais la main de la jeune fille. Comme une enfant.
C'était ma manière de la rassurer. Sujin aurait été terriblement jalouse si elle m'avait vu.

"Gardez votre argent et votre politesse. Je vous offre des gâteaux. Dites simplement "merci"... Et venez. "

Joignant le geste à la parole, j'emmenai avec moi la jeune fille. J'espérai que le ronchon suivrait.
J'avais très peu de doute à ce sujet. Il ne resterait pas seul. Ça non...


voilà voilà... je m'excuse encore si il y a des fautes de frappes. ^^
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Sam 31 Déc - 17:27

J'suis pas un gentleman, et j'm'en fou pas.

Elle a quoi cette fille aux cheveux roses à refuser mon offre comme ça. La p'tite j'comprend, mais elle. J'suis vexé pour le coup. On ne m'avait encore rien refuser. Mais s'il faut que je les suive pour ne pas rester seul, j'irais. Pas le choix en fait... j'ai jamais le choix avec Lui. Qu'il se casse une bonne fois pour toute, que je puisse dormir tranquillement au moins une fois ! Et... faire ce que je veux... ne plus dépendre des autres... pouvoir rester seul.


Elloy passa une main dans ses cheveux, certainement pour reprendre ses esprits. Il soupira mais esquissa quand même un sourire en direction des deux filles. Il s'arrêta sur la grande, qui avait l'air de le fixer. Il lui sourit encore plus, essayant cette fois, d'être charmeur. Après tout, ça doit être facile à séduire dans son genre, mais la petite on y touche pas, trop petite. La pauvre, j'lui aurais fait connaître le septième ciel. Il secoua la tête. En manque d'amour ? Visiblement oui. Non non, la petite c'est... trop mal.
Il mit les mains dans ses poches, se courbant un peu, pour montrer quand même qu'il était... non pas gêné mais vexé par le fait que les deux filles refusent.
J'fais tout pour être gentil et voilà comment on me remercie ? On me refuse Il tira dans un caillou qui se trouvait là. Il roula, encore et encore jusqu'à buter contre un muret. Il aurait bien aimé être comme lui en fait. Une chose à qui, il ne se passe jamais rien. Qui n'en a rien à faire si on le tape, parce-qu'il ne sent rien, ne voit rien. Mais, notre petit Elloy n'a pas des tendances suicidaires, au contraire. Il espérait qu'au fond de lui, ces deux filles lui redonneraient la joie qu'il venait de perdre. L'espoir oui. Parce-qu'avec Lui, c'est impossible. Tout espoir s'envole. Elly se demandait d'ailleurs comment il avait fait pour qu'il arrive jusqu'ici, le voir. Ah oui, l'hiver. Il y avait de la neige et du verglas qui ressemblait à une sorte de miroir. Il n'était pas dur de s'y refléter. Il éviterait les plaques de verglas. Et les vitrines, et tout ce qui pourrait le faire revenir.
Elloy fronça les sourcils et prit une grande inspiration. Elle regarda la grande prendre la main de la jeune fille. On aurait presque dit une scène entre sœurs. Touchant ? Mouais.
C'est parti. Allons manger un gâteau, génial ! Quel ton cynique...

Un « merci » ?

Elle veut vraiment que je la remercie ? Vaut mieux pas.
Il les suivit, sans dire un mot. Les mains toujours dans ses poches, il regardait la neige au sol, celle qui est opaque. Celle qui fait du bruit quand on marche dessus. Celle qui fond quand le printemps revient.
Il se contenta d'un « Hmph ». Puis s'arrêta.

« Vous êtes vraiment trop polies, ça aurait pu m'amuser mais... Ça m'agace. Ce n'est que des gâteaux après tout, pas des tasses en porcelaines. »

La phrase sortit d'un coup. Il ne voulait pas vraiment la dire, juste la penser. Mais elle avait franchi le seuil de ses lèvres pour glacer encore plus l'atmosphère. Mais c'est d'sa faute aussi, à vouloir payer.
Il tourna la tête de l'autre côté.
On ne lui a jamais rien refuser.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Sam 7 Jan - 22:06

« Dites simplement "merci" »


C’est vrai. C’était tout simple. Innocent. Juste un « merci ».

Ekaterina ne remarqua pas immédiatement qu’on lui avait pris la main. Les pieds ancrés dans la neige, la tête flottant dans les nuages, elle se laissait juste guider.

Tellement agréable.

Rien à penser. Pas de complications. Sa main était chaude et douce. Ekaterina leva les yeux vers la jeune femme, avec la pensée naïve qu’une camisole invisible l’entourait peut-être, pour la protéger du froid de façon si remarquable.
« Elle me protège moi aussi, du coup. »
Oui, merci.

Elle entendit les pas lents de l’autre inconnu, derrière elle. Elle sourit. Il les suivait ! Lui qui lui avait semblé ronchon et peu enclin à leurs propositions, il les suivait finalement ! Son sourire s’agrandit en pensant aux délicieuses pâtisseries qu’ils allaient bientôt déguster ensemble, autour d’une petite table toute mignonne comme il s’en trouvait souvent ici, dans l’ambiance insouciante et chaleureuse qui s’installait naturellement dans cette période de fêtes… Ils feraient connaissance, bien sûr. Qui sait, peut-être qu’ils se plairont et voudront faire une nouvelle sortie ensemble ? Peut-être qu’ils deviendront… amis ? C’était comme ça que ça se passait dans les livres. Ekaterina en avait lu des tonnes où le héros se trouvait des amis grâce à un coup du destin. Un pur fruit du hasard. Une rencontre inattendue et inespérée. C’était son tour aujourd’hui !

« Vous êtes vraiment trop polies, ça aurait pu m'amuser mais... Ça m'agace. Ce n'est que des gâteaux après tout, pas des tasses en porcelaine»


Crrr… Une fissure dans sa jolie bulle dorée. Elle la ressentit si c’était sa peau que l’on avait entaillée. Elle se figea, sa main serra plus fort celle de sa protectrice, inconsciemment.

Sur le moment, Ekaterina lui en voulut énormément.

« Pour qui se prend-t-il ? Bon sang, ça se passait tellement bien… Il a tout gâché. Je ne m’étais pas trompée tout à l’heure. »

Quel… hypocrite.

Elle ferma les yeux, inspira un grand coup. C’était mauvais. Ce sentiment, qu’elle sentait venir à grands pas… La colère. Elle ne devait pas la laisser exploser devant ces gens qu’elle connaissait à peine. Ni devant personne d’autre, d’ailleurs. Jamais.

« Ce n’est rien, Katya. Il est peut-être juste de mauvaise humeur. Il ne le pense pas vraiment, non, je suis sûre qu’il est gentil au fond. Pas la peine de réagir au quart de tour. Les gâteaux lui redonneront le sourire, tu verras ! »

Le sucre redonnait le sourire, bien sûr. C’est doux, agréable, réconfortant. Il n’y avait rien de mieux pour les humeurs noires passagères.

« Montre l’exemple, montre l’exemple… Dis quelque chose, ne le laisse pas partir… »

Ne le laisse pas te blesser.

Ekaterina se retourna vers lui, le vit arrêté, mains dans les poches, un air renfrogné collé sur le visage. Il détournait le regard. Il fuyait. Se sentait-il coupable ? Ou alors… Il boudait ?

La surprise fit entrouvrir les lèvres de la jeune fille. C’était ça ! Il était vexé ! Comme un enfant à qui l’on reprocherait de faire l’intéressant... Elles l’avaient tout simplement empêché de briller, avec leur "politesse" étouffante.
Avoir compris ce qui se travaillait dans sa tête lui fit un grand bien, et la phrase qu’elle lança sortit toute seule, néanmoins d’une voix timide :

«Dans ce cas… Laisse-toi juste inviter. Ce n’est pas plus compliqué. »
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre] Aujourd'hui à 14:13


[abandonné]Une course "pourvivre " [Eka + libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ville Libre de Mévry
» Le vieux village et son temple abandonné
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?
» Houston ? Nous avons un problème (pv libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-