Partagez|

Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~

InvitéInvité
MessageSujet: Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~ Jeu 19 Jan - 0:12

Encore la nuit. Satané Apollon et son char. Quand est-ce que tu finiras par arrêter de faire mourir le jour ?
Douce nuit ~
Je me couche. Comme tous les soirs. Avec cette même peur au ventre. Mes camarades dorment à côté, et pourtant j'ai l'impression d'être seul. Toujours seul sans personne à qui parler, à qui me confier. Quelle vie de merde. Être obligé de dépendre des autres comme ça. J'me dégoûterais presque. Je me dégoûte en fait. J'devrais pas, je sais, mais... nan. Je suis impardonnable. Il reviendra. Lui, celui que je ne veux pas revoir. Pas encore. Plus jamais. Je n'en veux pas. Je ne veux me... Le voir.

Elloy soupira et se passa une main dans les cheveux. Il savait que dès l'instant où il fermerait ses paupières, il allait passer de l'autre côté. Dans ce monde si effrayant. Dans cet univers où seules les apparences comptent et se jouent de vous. Vous perdez le contrôle de vous, de l'environnement, de tout. Même votre volonté de parvint pas à rétablir l'ordre.

Pourquoi était-il tombé ici, à Espérance ? Pourquoi devait-il subir ce calvaire chaque nuit ?
Il secoua la tête et puis serra ses poings. Peut-être pour se donner du courage. Peut-être pour se dire qu'il était fort. Peut-être pour se dire qu'il se tenait à quelque chose, même d'invisible. Mais peu lui importait à ce moment là. Il était obligé. Obligé d'affronter son Rêve. De L'affronter. Lui, son pire cauchemar. Celui qu'il détestait -et qu'il déteste encore- par dessus tout.

Pourquoi Lui. J'aurais dû... Pas nous. Elloy grimaçait. C'était l'heure. On venait le prendre. Pour dormir. Pour partir loin. Pour souffrir. Il fermait les yeux, doucement, en serrant son oreiller. C'était le seul contre lequel il pouvait s'appuyer.

________________

Il avait découvert le miroir et il était entré.Le passage s'ouvrit. Il attérit dans cet autre Univers qui promettait d'être peur et abandon. La nuit a fait son apparition. Il avait prit son courage à deux mains.

Elloy vérifia s'il avait bien son morceau avec lui. Cela étant fait, il le remit dans sa poche et regardait autour de lui. Depuis quelques temps, il en avait marre de dépendre des autres. Il avait essyé pourtant. D'être plus autonome. Quand il était parti au bourg, plein de bonnes intentions. Il L'avait vu quand même. Il avait perdu tous ses moyens et dû se faire aider par deux filles. Quelle honte. Il s'en souviendra toute sa vie. Peut-être même au delà, si cela peut exister. Une vie après la mort. Est-ce possible ? Réellement, ça serait tellement bien. Un petit suicide et... Non. C'est trop simple et trop lâche.
Resaisis-toi bon sang ! Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu préférais te tuer pour t'échapper de cet Autre qui t'effraie tant ?
Il avait voulu y entrer. C'était de son plein grès cette fois. Il allait montrer à tous qu'il...serait plus courageux.


L'atmosphère changea. Tout se figea. Noir. Rien que du noir. Aucunes lumières. Si. En fait si. Une faible lumière, au loin. À l'autre bout du couloir. Oui, là-bas. Derrière ces colonnes qui portaint le toit vouté de ce long, très long passage. Elloy ne voyait rien d'autre que cette sortie -ou entrée, qui sait, pour l'instant- Il marchait vers elle. Doucement. Puis en accélérant. Et enfin en courant. Le couloir s'allongeait. Vous le voyez aussi ? Il n'y arrivera jamais, hein ? Non, il n'atteindra jamais la la lumière. Le salut. La fin. Le début. Voulez-vous connaître le début ? Le commencement ? La genèse de sa vie ? Venez. Entrez, vous verrez. Suivez-le, il vous guidera peut-être. Où ? Vers sa folie ~

Elloy s'arrêta. Au milieu de ce couloir. Enfin, ce qui semblait être le milieu de l'infini. -Est-ce possible d'ailleurs ?- Deux choix s'offraient à lui. Le noir. La lumière. Il se prit le visage entre les mains. Allait-il Le voir encore ? Il le fallait bien. Il n'avait plus vraiment le choix. Il était arrivé jusqu'ici, ce n'était pas pour rien. Il se calma.
Petit à petit, le couloir se rétrécit. Il fit un pas, le couloir restait immobile. Il n'allait plus s'étendre comme un accordéon sadique qui jouait avec les battements de son cœur. Il arriva finalement à destination.
La salle était grande. Enfin, surtout haute de plafond. Blanche et éclairée. Deux grosses colonnes montaient vers le dôme que formait le toit. Un fauteuil se trouvait au milieu recouvert de moitié par un magnifique plaid en fourrure. Rien de tel pour montrer la richesse. Tuer un animal pour avoir sa peau. Quelle bonne idée pour dire que l'on est puissant. Elly contourna le fauteuil en y passant ses doigts. Il ne Le voyait pas encore. Tant mieux.
Pourtant, d'un coup, son pouls s'accéléra. Une présence venait. Lui. Il arrivait à petit pas. Elloy se retourna doucement et vit un miroir. Un grand. Un richement décoré avec des dorures autour, partout. Et la pièce maîtresse se trouvait au milieu. Face à lui. Devant lui, dans le miroir. Ce n'était plus son simple reflet. Il était là. Toujours à l'observer. Il lui sourit narquoisement. Il le défiait. Elloy baissa les yeux. Quant à l'Autre, Il le regardait intensément. Oui. Avec cet œil rouge, qui lui indiquait que ce n'était pas Elloy. Mais que c'était son autre. Celui avec qui, il avait vécu son enfance. Et qui, un jour, est parti. Loin. Trop loin pour le récupérer. Elloy secoua la tête.
« -Tu... tu es là, finalement
-Ça n'a pas l'air de t'étonner. Dommage, moi qui voulais te faire la surprise de ma venue...
-Je crois te connaître assez non ?
-Non. On est pareil à l'extérieur. Mais en ce qui me concerne, je ne suis pas un lâche comme toi. Une poule mouillée, un poltron. Un con. Un salop. Une ordure. Une pourriture. Crève !
-Tais-toi ! Tu ne savais rien ! Rien ! Tu sais pas ce qui c'est passé, rétorqua Elloy.
-Si, je le sais mieux que toi. C'est moi la victime. Toi, t'es qu'une chose insignifiante qui me dégoûte même après la mort.
-Tu n'es pas vraiment mort. T'es là devant moi.
-Je suis un rêve. Un cauchemar. Je suis ton pire cauchemar et je te hanterais toute ta misérable vie, parce-que tu ne vaux rien. Absolument rien. Tu aurais dû crever. »

Elloy avait la tête baissée. Il se demandait s'il avait fait le bon choix. S'il était près à Lui parler. A retrouver sa mémoire.


Dernière édition par Elloy le Sam 28 Jan - 18:17, édité 1 fois
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~ Lun 23 Jan - 19:25




Elmeraud ferma les yeux. Il était face au miroir de sa chambre, le drap dans sa main droite. Il soupira. S'il enlevait le drap, Mickael et Elwing allait encore rouspéter. L'un n'estimait pas avoir besoin d'y aller, l'autre le cachait bien mais en avait indéniablement peur. Restait Time, qui ne dirait rien au jeune homme, comme à son habitude.
Le garçon n'avait pas le souhait profond d'y aller non plus. Il cassait la routine, de temps à autre. Le Rêve était une inspiration comme une autre pour ses croquis et ses chants.
Il reposa le tissus sur le miroir, en équilibre. Puis alla se coucher. Si la masse rouge tombait par terre, ils feraient tous un beau voyage, et demain, il y aurait encore des remarques qui n'affecteraient pas le garçon. Si elle restait sur le miroir, alors tout le monde serait content et il s'écoulera encore une nuit sans images.
Le petit blond s'endormit et le rideau tomba.



♥♦♣♠ Everyone it's showtime! ♥♦♣♠


Un long passage, long, très long. Il vole? Non, il tombe. Il? Plus vraiment. Le drapé était tombé et désormais il devenait un elle. Encore une.
Elle tombait et tombait encore. Dans ce genre de chute où l'arrivée semble tellement incertaine qu'on finit par oublier l'impact immédiat qui ne peut être qu'obligatoire. On oublie peur et soucis jusqu'à ce que la douleur nous ramène inévitablement à la réalité. Sauf si bien sûr, on ne ressent ni peur ni douleur. Après tout, cette chute est un rêve comme un autre. Elmeraud ne craint pas le rêve, il ne l'aime ni ne le déteste. Mais il ne tient pas spécialement à se souvenir. Pourtant ce serait le seul moyen pour lui d'être véritablement humain.

Le sol se rapproche enfin de la petite forme qui volette. Ah non. C'est une erreur. Il s'agit d'un toit en fait. La petite fille ferme les yeux sentant la douleur qui devrait traversait sa chair mais qui ne le fera pas.
*Plouf*
Elle tombe toujours, cette demoiselle aux cheveux longs. Dans le Reflet tout peut se réaliser. Pas étonnant qu'un dôme quelconque ne suffise pas à stopper une chute de plusieurs kilomètres. Le plafond coule. Il fond sous le poids de la demoiselle. Il devient mou et moelleux pour laisser passer la silhouette enfantine.
Elle ré ouvre les yeux. Son paysage s'est transformé. Elle est désormais entouré d'un salon kitch. Ce n'est pas son rêve. Elle est coincé dans celui d'un autre.

Elle fit une jolie petite pirouette et alla s'installer en haut de la seule horloge se trouvant dans la pièce. Une vieille bourgeoise richement décorée. Décidément, tout était bien trop écœurant ici. C'était le sentiment que ressentait la fillette qu'Elmeraud incarnait cette nuit. Son compatriote faisait il un complexe d'infériorité? Souffrait il d'un manque certain de confiance en soi? Bah! Elle ne tarderait pas à le savoir!.
Elle s'installa confortablement et sortit son fragment. Qu'en ferait elle? Elle souhaitait bien récupérer le deuxième, histoire de sortir de cet environnement étouffant, mais Elmeraud ne désirait pas particulièrement se souvenir. Et puis, les sentiments qu'il éprouvait en tentant d'être la fille de ses souvenirs étaient on ne peut plus faux.
Elle se regarda dans le morceau de miroir, se recoiffa tout en s'admirant. Elle avait de long cheveux verts, avec des fleurs ici et là. Elle ressemblait au printemps. La dernière fois elle avait les cheveux courts et bleus, comme l'hiver. Décidément, son apparence ne cessait de changer.
Quand elle eut finit de s'observer en agitant ses petites jambes blanches dans le vide, la question du fragment revint. Qu'allait elle en faire? Le donnerait elle à la prochaine personne qu'elle croiserait? Oui, mais si celle ci ne souhaitait pas non plus se souvenir? Lui prendrait elle le sien? Il fallait bien qu'Elmeraud sorte d'ici un jour ou l'autre. De toute manière, il oubliait très souvent ce que les fragments lui rappelaient.
Une idée lui vint. "Et si je jetais le fragment du haut de cette horloge? Comme ça si quelqu'un le trouve, il n'aura qu'à le prendre, et si personne ne vient, j'irais à sa recherche et je récupèrerait le deuxième. "
Elle pencha la main au dessus du vide, tenant le morceau du bout de ses doigts. C'est alors qu'elle entendit des bruits de courses. Quelqu'un arrivait. Le créateur du rêve, sûrement. Alors? A quoi ressemblait il?
Un jeune homme entra. Châtain, de physique plutôt basique. La fille fut déçue. Elmeraud joua le rôle qu'on lui imposait et fit une mine boudeuse. Il observa l'étranger.
Était ce son physique dans Espérance? Sûrement. Cela devait arriver parfois. Et dire que l'enfant s'attendait à une apparence on ne peut plus extravagante! Elle tombait bien bas.
L'homme se promena dans la pièce, reprenant peu à peu contenance. Quelque chose qui l'effrayait avait dû lui arriver. A moins que ce fut le monde du Reflet en lui même qui l’apeurait? Mais dans ce cas que faisait il là? Et puis, alors que le jeune inconnu semblait se porter mieux, il sursauta. Les yeux écarquillés, la frayeur au ventre, il observa un miroir. Joli miroir. Elmeraud ne l'avait pas remarqué avant. Que faisait il là?
Une silhouette se dessina peu à peu dans la surface miroitante. La scène piqua la jeune fille d'intérêt. Elle s'allongea sur la surface supérieur de l'horloge, puis, cela ne suffisant pas, elle laissa pendre sa tête dans le vide, retenue au vieux bois par les mains.
En tant normal, jamais le garçon n'aurait tenté de tels actes. Mais il n'était pas vraiment lui et il n'était pas dans la réalité.
Le garçon se fixait lui même, blême. La fillette remarqua alors l’œil rouge du reflet. Peut être que cet étranger n'était pas si inutile.
« -Tu... tu es là, finalement.
Il se parlait à lui même? La jeune fille était sceptique. Un cas dérivé de schizophrénie peut être?
-Ça n'a pas l'air de t'étonner. Dommage, moi qui voulais te faire la surprise de ma venue...
Alors là, la fillette n'en revenait pas! il se parle à lui même! Soit c'était un très bon ventriloque, soit il avait un sérieux problème psychologique qui l'emmenait vers des errances sans fin dans le Rêve.
-Je crois te connaître assez non ?
-Non. On est pareil à l'extérieur. Mais en ce qui me concerne, je ne suis pas un lâche comme toi. Une poule mouillée, un poltron. Un con. Un salop. Une ordure. Une pourriture. Crève !
Et bien, que de jolies mots. Elle essaya de se rapprocher un peu, pour mieux entendre.
-Tais-toi ! Tu ne savais rien ! Rien ! Tu sais pas ce qui c'est passé, rétorqua le garçon.
-Si, je le sais mieux que toi. C'est moi la victime. Toi, t'es qu'une chose insignifiante qui me dégoûte même après la mort.
-Tu n'es pas vraiment mort. T'es là devant moi.
-Je suis un rêve. Un cauchemar. Je suis ton pire cauchemar et je te hanterais toute ta misérable vie, parce-que tu ne vaux rien. Absolument rien. Tu aurais dû crever. »

La jeune fille aux cheveux verts glissa. Elle tomba. A force de trop gesticulé, elle avait perdue son équilibre parfait. Elle alla voltiger loin de son horloge pour atterrir entre les deux être qui s'affrontaient. Elle eut juste le temps de voir son fragment quitter sa poche et voler au loin avant de se réceptionner sur les fesses, observée par deux paires d'yeux quasi identiques, mal à l'aise.



Dernière édition par Elmeraud le Sam 28 Jan - 21:00, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~ Sam 28 Jan - 18:02

Une chute, et tout bascula.
UNE ERREUR, C'EST PAS SI FATALE, SI ?.
Alors qu'Elloy essayait tant bien que mal d'affronter celui qui lui faisait terriblement peur, une chose, ou plutôt une fillette atterrit entre le miroir et lui. Ils la regardaient avec étonnement. Aucun des deux n'auraient penser rencontrer quelqu'un dans cet endroit assez glacial en réalité. Les murs blancs, le manque de mobilier, et le tic tac de l'horloge qui chantait pour couvrir le silence qui régnait. Rien d'enchantant. Le véritable Elloy recula de quelques pas, et finit par lui tendre la main.

«-Tu... mais qu'est-ce que tu fais là... T'as tout entendu ? 
-Laisse la donc un peu, rétorqua le reflet, c'est pas bien grave. Dis moi, charmante demoiselle, j'espère qu'on ne t'a pas fait peur... En tout cas, je m'appelle W-
-Il s'appelle comme moi, s'empressa-t-il de dire. Elloy, je m'appelle Elloy, haha...Enchanté.. Oui, enchanté.. Euh, je-on peut faire quelque chose pour toi ? »

Il se passa une main dans les cheveux, gêné de la situation, et surtout gêné par son reflet, qui parlait un peu trop, vraiment trop. Il n'était pas venu dans le Rêve pour rencontrer une petite fille... aux cheveux verts ? Il la regarda avec plus d'attention cette fois. Non pas que la couleur de ses cheveux le dérangeait, Lucy en avait des verts aussi, mais il se demandait si telle était sa vraie apparence, ou si c'était celle que la personne avait prit dans le rêve. Parce-que tout le monde ne peut pas avoir la même image, c'est bien connu. Quoiqu'il en soit il était intrigué, et malgré la situation, il comptait bien découvrir qui était la petite dans Espérance, pour savoir s'il l'avait déjà croisée. Au fait... Ça pourrait très bien être Lucy. Tout y est, les cheveux, la relation... Oui, en tant que nouvelle amie, elle aurait très bien pu venir dans le rêve, peut-être pour le connaître mieux, et/ou l'aider.
Il se pencha vers elle et lui sourit. « T'es Lucy c'est ça ? » dit-il, un grand sourire aux lèvres. Il l'aimait bien.
Quant à l'autre Elloy, celui du Reflet, il ne comprenait pas tout. Un peu paumé même.
« -Désolé d'interrompre vos retrouvailles, mais... Il se passe quoi ?
-Rien, laisse, c'est elle, j'en suis sûre. Elle est venue pour m'aider et me débarrasser de toi, hein ?
-Je devrais te le dire combien de fois, Elloy, on ne sera jamais séparé. Jamais, parce-qu'on ne fait plus qu'un, maintenant...
-Tu mens !
-Non, non, et ni une amie, ni une chose... Il regarda la fillette, ne pourra nous écarter l'un de l'autre. Je suis toi, tu es moi.
-Jamais. »
Il se positionna derrière la jeune fille en qui, il semblait avoir une totale confiance. Cette chose dans le miroir, quand est-ce qu'elle allait enfin le laisser tranquille ? Toujours à le suivre, à l'espionner. Il ne pourra jamais être réellement seul.
Cette visite surprise, de la jeune fille, était peut-être le Salut qu'il attendait depuis longtemps. Il faut dire que cela faisait pas mal de jours, voire de semaines qu'il n'y était pas retourné. Sûrement par pure lâcheté et manque de volonté. Et puis, si c'était pour se faire traiter de tous les noms, pas la peine. En réalité, il plaçait beaucoup d'espoir dans ce petit bout de femme aux cheveux verts. Une sorte de héros. Enfin, il ne l'avouera jamais, mais il savait très bien que pour en finir avec sa peur, il devrait l'affronter sans compter sur les autres. Sans compter sur les autres. Il secoua la tête et recula de la petite. Non, il ne pouvait plus compter sur les autres. Il s'était décidé à venir ici, pour justement ne plus se faire aider. Être fort, pour une fois.
«Revenons en à ce qu'on disait plus tôt...Pourquoi tu es ici. Enfin... Dans mon rêve. Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué... »
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~ Dim 29 Jan - 17:13





Il la regardait. Ils la regardaient tous deux en fait. L'un des deux recula. Celui aux yeux identiques. Sans doute l'autre ne le pouvait il pas. Puis il lui tendit la main, pour l'aider à se relever sans doute.

-Tu... mais qu'est-ce que tu fais là... T'as tout entendu ?

Leur conversation? Bien sûr que oui! Il faut dire qu'ils n'étaient pas vraiment très discret.

-Laisse la donc un peu, rétorqua le reflet, c'est pas bien grave. Dis moi, charmante demoiselle, j'espère qu'on ne t'a pas fait peur... En tout cas, je m'appelle W-
-Il s'appelle comme moi, enchaina l'autre. Elloy, je m'appelle Elloy, haha...Enchanté.. Oui, enchanté.. Euh, je-on peut faire quelque chose pour toi ?

Oui, tu peux faire quelque chose pour moi, se disait elle. Laisser l'autre parler! Non mais vraiment! Sa mère ne lui avait donc jamais appris la politesse? Depuis quand coupe t on la parole aux gens, surtout quand ceux ci se présentent!
Elle avait apprécier qu'il l'aide à se relever mais, sensible à la flatterie, elle avait encore plus aimer le "charmante demoiselle" du reflet.
Et, à priori, quoi qu'en dise l'homme, ils ne portaient pas le même prénoms, de ce qu'elle avait pu en entendre. Ils ne semblaient pas non plus être la même personne. Et puis, son "enchanté" sonnait faux. Cela vexa profondément la demoiselle qui, blessée, fit une mine boudeuse.

Pourtant, le garçon semblant d'abord quelque peu gêné, commença à l'observer. Elle fronça les sourcils. Vraiment, elle ne l'aimait pas. Qu'est ce qu'il lui voulait? Il ressemblait à un pervers, à sa façon de se pencher vers elle en souriant. Rien qu'à cette pensée, elle en eu la chaire de poule. Mais Elmeraud la rappela à l'ordre, lui faisant comprendre qu'à priori, il y avait autre chose.

- T'es Lucy c'est ça?

Elle le regarda alors sans comprendre. Lucy? Elle tourna la tête à droite, puis à gauche, essayant de trouver quelqu'un d'autre qui se cacherait dans cet espace déprimant.
L'inconnu ce serait sûrement rendu compte de son erreur s'il avait continué à l'observer. Mais son reflet, à priori aussi perdu qu'elle, avait de nouveau accaparé son intention.

-Désolé d'interrompre vos retrouvailles, mais... Il se passe quoi ?
-Rien, laisse, c'est elle, j'en suis sûre. Elle est venue pour m'aider et me débarrasser de toi, hein ?

Lucy... La fille ne connaissait aucune Lucy à Espérance, en fait elle ne connaissait que les gens qu'Elmeraud avait déjà côtoyé, puisqu'elle et lui n'était qu'un. Et le garçon non plus, n'avait jamais rencontré de fille dont il se souvint et portant un tel nom.
Mais ce n'était pas grave. Lucy... elle aimait bien ce prénom. Et puis, s'il lui demandait comment elle s'appelait, que lui répondrait elle? Elle ne pouvait décemment pas répondre "Elmeraud." Il n'y en avait qu'un en Espérance et celui ci était bien évidemment un garçon. De plus, il fallait être fou, très confiant ou alors semblable à son apparence réel pour se présenter sous son vrai nom. Ou les trois. A moins qu'il mentait?
Bah! La petite fille aux cheveux verts décida donc de devenir cette Lucy, du moins de prénom. Après tout, cet Elloy semblait déjà s'être persuadé que c'était le cas. Pourquoi casser son vœux?
Elle sourit, forte de son nouveau nom, comme pour appuyer les propos du garçon.

-Je devrais te le dire combien de fois, Elloy, on ne sera jamais séparé. Jamais, parce-qu'on ne fait plus qu'un, maintenant...
-Tu mens !
-Non, non, et ni une amie, ni une chose... Il regarda la fillette. Elle fronça les sourcils. Venait il de la traiter de chose? Elle l'aimait beaucoup moins d'un coup.
... Ne pourra nous écarter l'un de l'autre. Je suis toi, tu es moi.
-Jamais.

Lucy avait la tête qui tournait. Elle avait l'impression d'assister à un match de ping pong. Où se trouvait la balle désormais? Elle ne comprenait rien à leur charabia incessant. Ils n'étaient pas drôles...
Une pensée fugace passa dans son esprit. Son fragment. Elle passa une main dans sa poche et ne le trouva pas. Son cœur commença à s'affoler. Elmeraud essaya de la calmer mais il était prisonnier de ses sentiments. Il devait jouer son rôle, jusqu'à son réveil.
Le garçon qui s'était mis derrière elle et qui désormais s'éloigner de la jeune fille eut pur intérêt de la re concentrer sur autre chose. Elle s'apaisa. Au moins, son dilemme de tout à l'heure concernant son fragment était réglé. Du moins, pour le moment.
Elle se retourna vers lui, dos au reflet.
Il faisait un peu moins pitié que tout à l'heure. Semblait moins lamentable. Il y avait dans ses yeux un soupçon de détermination quasi inexistante quelques instants plus tôt, lorsqu'il se cachait encore derrière les jupes d'une fille.

«Revenons en à ce qu'on disait plus tôt...Pourquoi tu es ici. Enfin... Dans mon rêve. Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué... »

Parce que je ne l'ai pas choisi? Quelle question idiote! Comme si on pouvait choisir où l'on atterrissait.
Elle secoua les épaules.
Elle était curieuse. Lucy aimait les chasses aux trésors. Du moins cette Lucy là. Et puis, même s'il l'avait vexé et qu'elle ne savait pas encore quel parti prendre, elle souhaitait connaitre le prénom de l'autre garçon. Cas de schizophrénie grave, folie passagère ou véritable mystère? Elle en trépignait sur place.
Elle sourit à l'Elloy de la pièce en guise de réponse.

- Moi aussi je suis enchantée Elloy.

Ou pas. Tout était relatif. Cela dépendrait de son comportement. Mais il ne semblait ni courageux, ni intelligent. Bien loin de l'idéale masculin de la demoiselle, encore plus des gentlemen ou des princes dont elle rêvait.

Elle se dirigea vers le miroir.
Elle se rapprocha et lentement, le frôla du bout des doigts. Le caressa, le toucha et posa un doigt sur le torse du Reflet.

- Pour toi aussi, je suis ravie de faire ta connaissance. Et si tu me disais ton nom?


Elle souriait comme n'importe quelle enfant qui aurait gagné au loto et possédait le regard d'une petite fille rancunière, se demandant encore quel genre de vengeance elle allait appliquer et à qui.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~ Ven 3 Fév - 20:00

Et si tu me disais ton nom ?
Le reflet sourit. Un sourire à vous glacer le sang. Le vent tournait. Et c'est elle qui l'avait provoqué.

La pièce changea d'un coup. Envolés les murs blancs, le fauteuil, le plaide, l'horloge. Seul le miroir, comme objet, était resté. Et pas qu'un peu puisqu'il s'était multiplié. Les miroirs recouvraient alors tous les murs. Des Elloy foisonnaient tellement que le vrai, celui aux deux yeux identiques se fondait dans la masse. Personne, même lui, aurait pu se retrouver. Retrouver sa propre image.
Quant à l'autre, le reflet initial. Il était partout. Faisant les même gestes, répétant le même sourire.

Elloy se prit la tête entre les mains et s'agenouilla. Impuissant face à cette chose. Il ne le connaissait pas si bien que cela. Juste assez pour savoir qu'il ne l'aimait pas, qu'il le haïssait de tout son être. Pourquoi ? C'est simple. Il lui ressemblait à l'identique. Le même. C'est impossible d'ailleurs. De ressembler autant à quelqu'un. C'est pourquoi Elloy détestait se voir. Il se détestait, rien que par son physique. Même s'il prenait soin de lui, on ne peut le nier. Enfin il essayait d'être présentable, et dans certains cas attirant. Il faut dire que, ici, dans le rêve...Il s'apparentait plus à un hystérique qu'à un homme charmant comme il l'avait espéré. Mais tant pis. Quand la folie nous prend, on ne pense plus aux apparences. On révèle notre plus pur état. Les règles, les lois, les normes... tout ce que la culture nous a apprit, tout cela s'envole pour ne laisser place qu'à nos penchants animaux et sauvages où seul l'instinct de survie est maître de notre vie.
Quoiqu'il en soit, Elloy ne voulait pas se voir, parce-qu'il avait peur de lui. Oui. Cet cette peur passait d'abord par la physique. Et si on rentre un peu plus dans sa tête. Ça devient du n'importe quoi. Des paroles insensées, des paroles de dégoût. Mais concentrons-nous plutôt sur cette scène.

Il essayait de jeter des petits coup d'œil autour de lui mais son reflet était partout au point qu'il refermait ses paupières aussi rapidement qu'il les avait ouvertes.
Cette paralysie avait permit au Reflet de faire ce qu'il voulait. Maître des lieux, il se jouera de lui plus tard, en attendant, il se concentra sur la petite.
« Je m'appelle William. 
-Tais toi !
-Non, la jeune fille demande, on répond.
-Ne l'écoute pas Lucy...
»
Will se pencha en avant et la regarda dans les yeux.
« Lucy, alors, c'est bien ça ? Joli prénom. Tout aussi joli que ce vert que tu as dans les cheveux. Quoiqu'il en soit, rien qu'en te voyant, je regrette d'être enfermé ici. Vraiment. Dis moi, belle demoiselle, que fais-tu ici ? Cet endroit peut être dangereux, qui sait, ici c'est moi qui règne et seules mes règles comptent. » fit-il toujours accompagné de ce sourire.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~ Mar 21 Fév - 17:29


Un sourire.
Le sien ou celui de son interlocuteur?
Les deux. Sourire malicieux, sourire cruel.

La pièce changea subitement. Le décor si kitch qui l'étouffait précédemment disparaissait pour être désormais rempli de miroirs. L'infini ressemble sûrement à cela.
Réflexion d'Elmeraud ou de Lucy?
Puis sur chaque miroir s'afficha le visage du jeune homme, encore. Des centaines et des milliers de reflets d'Elloy. Des milliards d’œil rouge unique qui la fixait, elle.
Elle étouffait.
Elle se retourna vers Elloy. Le vrai, l'unique. Celui qui arborait deux yeux marrons semblables. Elle se stoppa un instant. Parmi cette masse grouillante d'images semblables, elle peinait à retrouver l'original, portant pathétique et agenouillé par terre, un l'opposé même de l'homme à l'oeil rouge.
Passé l'étouffement de la nouvelle pièce, le regret d'avoir perdu sa vieille horloge, elle commença à trembler. De froid? Non plutôt de peur en fait. Ce changement la terrorisait.
Elle qui plus tôt était si vaillante, persuadée d'avoir toutes les cartes en main, se sentait maintenant démunit et fragile. Elle avait... peur. Mais de qui? Ou de quoi?

- Je m'appelle William.

William. C'est un joli prénom. Il est rond et doux, la personne qui le porte ne peut pas vraiment être méchante si? Et puis, c'était le nom d'un prince non? Lucy aimait les princes. Elle voulait être une princesse.

-Tais toi !
-Non, la jeune fille demande, on répond.
-Ne l'écoute pas Lucy...»


Toujours affalé misérablement, Elloy la regardait. Il lui faisait... pitié. Elle avait presque envie de l'écouter, de l'aider.

Will se pencha en avant et la regarda dans les yeux.

« Lucy, alors, c'est bien ça ? Joli prénom. Tout aussi joli que ce vert que tu as dans les cheveux. Quoiqu'il en soit, rien qu'en te voyant, je regrette d'être enfermé ici. Vraiment.

Elle sentit soudain le rouge lui monter aux joues. Jamais de toute son existence on ne lui avait fait autant de compliments. Envolé la peur idiote des quelques minutes. Message d'alertes d'Elmeraud ou simple illusion de son esprit? Peu importait! Elle était là, et o lui faisait des compliments. Oui, un beau jeune homme se nommant comme un prince se comportait comme un gentleman. Elle s'en voulut de s'en être méfié ne serait ce qu'une fraction de seconde et décida sur le champs d'aider ce beau garçon à sortir de sa cage miroitante. Bien qu'elle n'appréciait pas beaucoup qu'il la fixa de partout.

- Dis moi, belle demoiselle, que fais-tu ici ? Cet endroit peut être dangereux, qui sait, ici c'est moi qui règne et seules mes règles comptent. »

Cette dernière phrase arracha la jeune fille à sa rêverie. Elle était toujours sensible à la flatterie et la question de William n'était pas très compliqué mais... " c'est moi qui règne et seules mes règles comptent. "
S'il s'était adressé à Elloy, cela ne l'aurait pas dérangé. Mais il avait dis cela à elle.
Le frisson du danger revint de nouveau. Un frisson glacé, sentiment désagréable qui s’insinue au cœur de la chaire, grimpant lentement dans une danse macabre le long de l'échine de la demoiselle.
Cette peur cette fois, elle l'identifia pleinement. Elle était terrifiée à l'idée de ne plus avoir le pouvoir. Autant qu'elle aimait les flatteries, elle aimait contrôler. Que tout se passe comme elle le désirait.
Cela avait été le cas pendant quelques instants, mais maintenant, la situation lui échappait.
Sans vraiment s'en rendre compte, elle recula vers l'Elloy, méfiante, effrayée. Lorsqu'elle le frôla, elle se retourna et lui agrippa l'épaule, fortement. Elle faisait preuve d'une puissance assez exceptionnelle pour sa petite carrure.
Ainsi elle reprit un peu contenance et se plaça derrière le jeune homme.
Lui servait il de soutient ou d'abris? Elle devait faire un choix.
William ou Elloy? Elle le sentait comme ça.
Elloy ne méritait pas aux yeux de la jeune fille, une quelconque attention de sa part, mais William, bien que charmant, lui faisait atrocement peur désormais.
"Elmeraud est ce que c'est de ta faute?"
Question idiote, ils ne faisaient qu'un. Elmeraud ne ressentait rien alors cette peur était bien la sienne.
Si elle choisissait El', elle pourrait toujours gardé la situation à son avantage. Faire en sorte que celle ci redevienne plus stable. Et s'enfuir en courant quand ça sera fait.
Mais en même temps, elle voulait... William avait attisé sa curiosité et elle ressentait irrépressible envie de le toucher, de le voir réel lui aussi.
Et si... et si Elmeraud décidait?
Mais Emeraud n'en avait rien à faire, et il ne l'aiderait pas, parce que ça ne le concernait pas vraiment. Il s'en fichait de souffrir, d'avoir peur ou d'être heureux. Il n'était que le spectateur inutile d'une tragédie ou d'une comédie.
Elle se mordilla la lèvre inférieur. Très bien!

- Ce que je fais ici? Je rêve, comme tout le monde.

Ne pas laissé apparaitre sa véritable identité, ne pas révéler d'informations qui pourraient se retourner contre elle.

- Quel genre de danger me guettent? Me ferais tu du mal?

Elle espérait qu'il réponde non. Elle souhaitait l'aider, le libérer, mais malgré sa sympathie pour lui, il lui faisait peur. Si seulement cet Elloy se bougeait enfin pour l'aider à se décider!

[ voilà j'espère que ça ira! Désolé pour le temps, j'ai eu des petites semaines bien chargées. ]
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~ Aujourd'hui à 11:33


Quand le rêve n'est pas un rêve, mais un cauchemar sans fin. ||Elmy + autre, si veut ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [RESOLU]quand c'est qu'on recontre la cha-cha
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» Quand on s'evade en Azeroth...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-