Partagez|

De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé]

InvitéInvité
MessageSujet: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Ven 3 Fév - 20:54

http://je-de-l-ame.rpg-board.net/t313-premier-cours-premier-contact

- Où va t on?

Telle avait été la seule réponse de son élève à son invitation de le suivre au café, pour discuter des impressions de ce dernier sur cette première... performance de Robin. Maintenant, ils étaient bien installés dans ledit café du bourg, attendant d'être servis. Il avait proposé au jeune garçon blond de payer ses consommations vu que c'était lui qui l'invitait. Ce dernier avait accepté. Ils étaient donc sortis de la salle de classe et s'étaient dirigés vers la brasserie où ils avaient pris place.

Robin, mal à l'aise de se retrouver dans cette situation qu'il avait pourtant créée se mit à détailler les gens qui se trouvaient là. Tous de nationalités différentes, tous avec leurs problèmes, leur Entrave, leur défauts, leur qualités. Tous là avec un passé dont ils se rappelaient plus ou moins. Tous si différents, et pourtant réunis, unifiés, ou en train de discuter, échanger, partager. Tout ce monde avec lequel il était peu familiarisé... bon d'accord, avec lequel il ne l'était pas du tout. Il lui semblait étrange, bizarre, mais curieusement attrayant.

Il reconcentra son attention sur son interlocuteur, Elmeraud, et se mit à le détailler. Outre pour la couleur de ses cheveux, blond sable, et celle de sa peau d'ivoir, qu'il avait tout de suite remarqué, il n'avait pas prêté attention au physique du garçon. Notament à sa taille... Environ 1m60 à 1m70. Une taille honorable pour pour son âge que l'on estimait de 13 à 15 ans. Et ses yeux... deux magnifiques yeux, bleus à l'heure actuelle, mais dont la couleur passait parfois au vert émeraude.

Les consomations arrivèrent. Robin se cala un peu mieux dans le fond de sa chaise. Il se mit à songer à sa prestation du matin... Il espérait qu'il avait intéressé les élèves. Il espérait n'avoir pas été trop sévère ni trop cruel de par son côté rancunier. Il avait un peu tendance à appliquer la loi du Talion en tout et pour tout.

Il soupira, une fois de plus. Il avait peur de s'être emporté un peu tropo loin. Il demanda à Elmeraud, avec lequel il avait peu parlé depuis leur arrivée :

"Pensez-vous que j'ai été trop sévère au début de ce cours, lorsque j'ai fait crissé ma craie ? Pensez-vous que je sois allé trop loin ?"

La réponse du garçon le laissa songeur. Puis, il sourit, dévisageant son interlocuteur. Il le trouvait étrangement... inexpressif. Oui. Inexpressif... Quoi qu'il en soit, ils auraient tout le temps de discuter de cela. Pour l'instant, un seul sujet préoccupa Robin. Les questions sortirent de sa bouche sans qu'il laisse le temps à Elmeraud de lui répondre.

"Alors. Comment avez vous trouvé ce premier cours ? Intéressant ? Ennuyant ? Vous a-t-il interessé ? Dites moi tout sincèrement... Et moi, comment m'avez vous trouvé ? Convaincu ? Convaincant ? Je..."

Se rendant compte de ce qu'il était en train de bombarder le jeune homme sans que celui ci puisse répondre, il reprit toute ses questions, une à une, laissant le garçon répondre, pour finir par cette dernière question.

"Tu préfères quoi, alors ? Le passé, ou le futur ?"


Dernière édition par Robin le Dim 1 Avr - 7:44, édité 2 fois
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Sam 4 Fév - 13:14




Le professeur emmena l'élève dans le bourg. Le garçon n'y avait, à vrai dire, jamais mis les pieds. Il sortait peu. Il lui était déjà arrivé d'aller se balader à "l'extérieur", il y avait d'ailleurs fait des rencontres intéressantes, ou près du foyer parfois. Mais pour une raison qu'il ignorait, jamais il n'était encore rentrer dans une boutique.
C'était la première fois qu'il arpentait ces rues. Il se dit qu'il faudrait qu'il y revienne de temps en temps, beaucoup de jeunes, après tout, aimaient y trainer.

Ils entrèrent tous deux dans une brasserie et s’assirent. Monsieur Robin commanda deux boissons et proposa bien évidemment de payer les consommations.
Elmeraud le regardait. Il semblait mal à l'aise dans cet endroit bondé. Pour une raison que le jeune homme ignorait, il observait les gens. Le garçon en fit de même, ne voyant pas vraiment ce qu'il pourrait dire. Il ne comprenait même pas pourquoi l'instituteur lui avait proposé de sortir, alors que pouvait il bien lui raconter?
Il y avait vraiment un monde fous dans ce petit café. Jamais il n'aurait imaginé qu'autant de gens vivent à Espérance! Il reconnaissait certains visages, vaguement, des gens qu'il avait déjà croisé, peut être. Certains qu'il avait copié aussi, c'était possible.
Il y avait là de quoi faire une bien longue étude sociologique sur l'être humain.

On l'observait. Quelqu'un le regardait, le détaillait. Il fixa à nouveau le prof pour voir que celui ci avait de nouveau focaliser son attention sur lui. A quoi pouvait il bien penser? A rien sûrement. On a toujours tendance à observer les gens que l'on rencontre tout juste, histoire de graver leur image dans notre mémoire, même un tout petit peu.
L'esprit se gomme si facilement.

Les commandes arrivèrent. L'homme se cala dans son fauteuil. Elmeraud en fit de même et commença à siroter sa boisson, distrait. L'autre soupira.

"Pensez-vous que j'ai été trop sévère au début de ce cours, lorsque j'ai fait crissé ma craie ? Pensez-vous que je sois allé trop loin ?"

Le jeune garçon savait déjà quoi dire, mais il ne lui laissa pas le temps de répondre. Un procédé qui lui rappela quelque peu sa rencontre avec Beladone. Mais le cas était différent. il s'agissait ici d'un adulte, et on pouvait le ressentir rien qu'en le voyant. Le sens de cet affolement de questions prenait de ce fait, un aspect bien différent.

"Alors. Comment avez vous trouvé ce premier cours ? Intéressant ? Ennuyant ? Vous a-t-il interessé ? Dites moi tout sincèrement... Et moi, comment m'avez vous trouvé ? Convaincu ? Convaincant ? Je..."

Enfin il se rendit compte de son attitude. Il s'arrêta. Elmeraud sourit. L'homme le laissait répondre. Lui savait déjà quoi dire. Il souriait comme si l'autre l'amusait. C'était un peu le cas, au fond, même si ce n'était pas réellement faisable. Un sourire enfantin, parce que c'était ce qu'il était. Juste un élève, un gosse. Et il se devait de porter ce rôle à la perfection.

- Je pense qu'ici, tout le monde connait l'histoire d'Espérance. C'est une entrée en matière classique mais pas forcément passionnante. Après, honnêtement, je me demande ce que vous allez pouvoir nous apprendre, conte tenu des nombreuses nationalités présentent ici. J'attends beaucoup de vos cours. Vous avez l'air de posséder du savoir.

Oui, le savoir, c'est ce dont il avait besoin, lui, le petit bond.
Il s'arrêta un instant pour voir comment l'asiatique réagissait. Il se mordit la joue. Ses réponses faisaient bien trop adulte à son goût. Mais tant pis! Il était lancé!

- Ensuite, un simple cours c'est trop peu pour juger de vos capacités mais un conseil, la craie ça avait l'air d'être une mauvaise idée. On peut ne pas trop apprécier le bruit mais on ne peut pas l’annihiler, c'est ça être vivant. Vous avez fait un mauvais démarrage je pense. La plupart des enfants que vous allez instruire assistent aux cours parce qu'ils n'ont pas le choix. Essayez de vous faire aimer, tout le monde préfère quand ça se passe dans la bonne humeur
, conclue t il avec le sourire.

... du moins de ce que j'ai appris... Enfin, après la longue et interminable réponse du jeune homme, Robin lui posa une dernière question, sans réel rapport avec les précédentes: "Tu préfères quoi alors? Le passé ou le futur?"
Une question assez semblable, en somme à celle qu'il avait lui même posé précédemment dans la salle de classe. Elmeraud ne comprenait pas pourquoi il lui demandait ça. Que répondre? La vérité, pour une fois.

- Ni l'un ni l'autre. Je ne peux pas aimer et encore moins préféré ce que je ne connais pas. Le passé je l'ai oublié, le futur il m'est invisible. Comment faire un choix entre deux entités inconnues? C'est comme vous demander de choisir entre deux personnes que vous n'avez jamais rencontré. Mais à défaut de mon passé peut être pourrez vous m'apprendre à aimer le passé en général?

Un petit silence puis:

- Au fait, pourquoi cette question?

N'oublie pas que tu n'es qu'un enfant.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Sam 4 Fév - 22:06

La réponse du jeune garçon sidéra Robin. Ce n'était pas une réponse d'enfant dont l'âge était situé entre 13 et 15 ans. Il avait limite tendance à croire depuis qu'ils s'étaient mis à parler, que son interlocuteur s'était transformé en adulte... Ça lui aurait presque fait peur. Le jeune garçon blond lui faisait peur... Il en arrivait à se demander si ça avait été une bonne idée de venir ici avec lui. Elmeraud répondit :

"Ni l'un ni l'autre. Je ne peux pas aimer et encore moins préféré ce que je ne connais pas. Le passé je l'ai oublié, le futur il m'est invisible. Comment faire un choix entre deux entités inconnues ? C'est comme vous demander de choisir entre deux personnes que vous n'avez jamais rencontré. Mais à défaut de mon passé peut être pourrez vous m'apprendre à aimer le passé en général ?"


Le jeune... vieil... adolescent ? Adulte ? Il ne savait plus trop, lui posa alors une question à laquelle il ne s'attendait pas du tout.

"Au fait, pourquoi cette question ?"

Robin prit le temps de réfléchir aux deux questions. Puis il répondit les choses suivantes :

"Après tout, n'est-ce pas mon métier de faire en sorte que ma matière t'intéresse, vous intéresse tous ? Tu apprendras à aimer le passé, j'en suis certain. Après tout, il a beau ne pas être fait que de choses bonnes et belles, il n'en résulte pas moins qu'il s'agit là d'une discipline qui est l'une des bases de l'unité entre les gens, et de la culture commune. Si tu n'as pas de passé dont tu te souviennes, il te suffira d'apprendre celle qui est commune à tous les hommes pour te forger un début d'identité."

Puis il marqua une pause, réfléchissant aux raisons qui l'avaient poussé à poser une telle question à son élève.

"Pour savoir ce que ma réponse de tout à l'heure t'a apporté. Pour m'intéresser à toi aussi... En tout cas, je te remercie d'avoir répondu à mes questions. Ce fut fort instructif... Et cela me sera utile pour la suite de ma carrière."

Robin continua à siroter son thé tranquillement, attendant que son élève parle. Il n'était pas à l'aise avec Elmeraud, et, de fait, n'était pas certain de ses réactions, si prévisibles chez les autres. Quand il ne se sentait pas très bien vis à vis de quelqu'un, il avait du mal à étudier sa psychologie... A déterminer sa manière de penser. Et chez le jeune blond qui lui faisait face, c'était particulièrement difficile. Intrigué, il demanda.

"Qu'est-ce que tu ressens à l'heure actuelle. Dis-moi tout. Cela m'intéresse, et pas qu'un peu..."
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Lun 6 Fév - 12:10

"Après tout, n'est-ce pas mon métier de faire en sorte que ma matière t'intéresse, vous intéresse tous ? Tu apprendras à aimer le passé, j'en suis certain. Après tout, il a beau ne pas être fait que de choses bonnes et belles, il n'en résulte pas moins qu'il s'agit là d'une discipline qui est l'une des bases de l'unité entre les gens, et de la culture commune. Si tu n'as pas de passé dont tu te souviennes, il te suffira d'apprendre celle qui est commune à tous les hommes pour te forger un début d'identité."

Oui c'est vrai. Du moins sa réponse était censé. Et le jeune garçon n'en attendait pas moins d'un adulte qui prétend prodiguer le savoir à autrui. Le surestimait il?
La seule erreur qu'il eut faite dans sa réponse fut d'avoir utiliser le verbe aimer en parlant d'Elmeraud. Mais c'était une erreur normale et obligatoire, le garçon s'en serait presque félicité.

La première réponse du professeur passée, il marqua une pause. Sans doute réfléchissait il à la deuxième question du jeune garçon. Enfin, il se décida:

"Pour savoir ce que ma réponse de tout à l'heure t'a apporté. Pour m'intéresser à toi aussi... En tout cas, je te remercie d'avoir répondu à mes questions. Ce fut fort instructif... Et cela me sera utile pour la suite de ma carrière."


Le garçon sourit, par politesse, en un "de rien" discret.
A vrai dire, la première remarque de Robin aurait pu le faire rire. Savoir ce que sa réponse en classe avait d'importance... Rien. Aucune importance. Rien de passionnant. Juste une idée, un choix.
Et la propre réponse d'Elmeraud ne l'aidait sûrement pas à comprendre pourquoi l'enfant lui avait demandé ça plus tôt.

Le professeur s'intéressait à lui? Ça c'était étrange. Plus embêtant aussi. Et là aussi, il ne voyait pas vraiment ce que ses réponses avait pu lui apporter.

Un silence s'installa, lourd, épais. Chose étrange et contradictoire dans un café grouillant de monde.
Mais aucun des deux protagonistes ne parlaient. Tous deux sirotaient leurs boissons.
Le professeur attendait peut être que son élève brise le silence de sa voix, mais qu'aurait il pu dire? Dans le doute, le jeune blond préféra se taire.
Sirotant tranquillement son chocolat, il observait distraitement son interlocuteur. Celui ci semblait un peu mal à l'aise et il lui donnait l'impression de l'épier, de vouloir l'étudier. C'était une chose que le garçon avait aussi coutume de faire.
Enfin, l'homme brisa de nouveau le silence.

"Qu'est-ce que tu ressens à l'heure actuelle. Dis-moi tout. Cela m'intéresse, et pas qu'un peu..."

Pause. Surprise? Nan pas vraiment, mais son expression devait y ressembler.
Pourquoi ce que le garçon ressentait intéressait il l'asiatique?
Et puis surtout, il n'y avait pas de question au monde qui fut plus problématique.
Ce qu'il ressentait? La réponse était simple: rien. Le vide, le néant.
Mais ce n'était pas le genre de dire qu'il pouvait se permettre. Pas avec n'importe qui.
Très peu de gens à Espérance savait. Presque personne en fait.

Il réfléchit un instant.
En général on demande ce que l'on "pense" et non ce que l'on "ressent." Cela aurait était tellement plus simple si ça avait était le cas! Des pensées, l'enfant n'en manquait pas, cela grouillait sous sa tête, en nombre et en désordre. Mais des sentiments...
Qu'était on censé ressentir dans un endroit pareil? Lorsqu'on prend un café avec son professeur?
Il regarda discrètement autour, épiant les réactions des autres habitants présents. Tous souriaient. De la joie donc?

Elmeraud posa son café, toujours souriant il s'adressa à l'homme. Cette fois il lui fallait mentir. C'était une habitude maintenant.

- Ce que je ressent... Rien de spécial en fait.


Là il ne mentait pas.

- Je suppose que c'est une forme discrète de joie, de petit bonheur simple. C'est agréable d'être au chaud, en dégustant une boisson que l'on aime, alors qu'il fait froid dehors, nan?

Oui c'était une phrase qu'il avait souvent pensé. Comme lorsqu'il avait vu les premières neige ou qu'il s'était retrouvé sous un torrent de pluie. Ces petits évènements quelque part... l'apaisait.
Pas une vérité donc, ni un mensonge. C'était le juste milieu pour que son jeu reste plausible.
Mais il aimerait savoir lui, ce qu'un être normale, un humain, ressent dans ce genre de moment. Pour ne plus jamais être pris au piège.
Et donc, braquant ses yeux sur l'adulte, il lui demanda:

- Et vous professeur? Quels sentiments vous habitent?

C'était la première question qui avait à priori un minimum d'importance depuis le début pour l'enfant.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Mer 8 Fév - 19:45

- Ce que je ressens... Rien de spécial en fait. Je suppose que c'est une forme discrète de joie, de petit bonheur simple. C'est agréable d'être au chaud, en dégustant une boisson que l'on aime, alors qu'il fait froid dehors, nan ?

Encore une réponse qui n'avait rien à voir avec celles que l'on attend d'un enfant de l'âge de son interlocuteur. Une réponse d'enfant surdoué et précoce... Robin eut un frisson. Puis, il se dit intérieurement qu'il ne fallait pas qu'il s'inquiète. Après tout la précocité existait... Et il n'y avait pas la moindre raison d'en avoir peur.

Il allait expliquer à Elmeraud le pourquoi de la question, quelque peu déplacée qu'il lui avait posée, quand ce dernier posa la question à laquelle il s'attendait le moins :

- Et vous professeur? Quels sentiments vous habitent ?

Ah... Que répondre à une question pareille, sortant de la bouche d'un enfant... Enfin... Ca n'aurait pas été la première fois qu'il donnait une réponse plus ou moins compliquée au blond. Il opta pour la stricte vérité, la vérité vraie, une vérité qui ne s'embarassait pas de faux semblants, de formes ou de complications. Non. Il allait répondre la vérité dans sa plus grande simplicité. Mais auparavant...

"Avant de te répondre, j'aimerais que tu pardonnes mon impudence. Je t'ai posé une question personnelle. Un peu trop personnelle. Il est vrai que je suis parfois un peu curieux. Mais je te remercie d'avoir répondu, en tout cas."

Robin finit sa boisson, puis, réfléchissant juste le temps d'en commander une deuxième au serveur, ainsi qu'une autre pour Elmeraud, il répondit :

"Ce que je ressens... Mais... Plein de choses. Plein de choses en même temps. Je pense souvent et à plein de choses en même temps tu sais. Alors ce que je ressens... Pour commencer, je suis un peu comme toi. Je ressens une sorte de satisfaction à être ici, dans ce café, avec un bon thé à la main, à parler avec toi, bien au chaud par ce temps neigeux. Ensuite... C'est un fouillis de sentiments diverses. De la reconnaissance envers Bird grâce à qui tout ceci est possible. De la joie d'être ici, à Espérance... Un petit pincement au coeur parce que cet endroit n'est pas assez grand à mon goût... De la curiosité envers toi, parce que je n'arrive pas à te cerner psychologiquement. Mais par-dessus tout, de l'Amour... De l'Amour pour tous ces gens qui ont fini par m'accepter tel que je suis... De l'Amour pour cet endroit charmant... De l'Amour..."

Il médita un bon bout de temps après cette réponse... Complète par ailleurs. Ses pensées dévièrent sur les sentiments profonds qu'il avait à l'égard de certains visages qu'il avait croisés, de certaines personnes qu'il avait rencontrées. Avec lesquelles il avait parlé. Echangé. Discuté. Bref, il ne pensait plus du tout à son interlocuteur. Un silence s'installa de nouveau entre eux. Un silence qui n'était pas pesant sans être léger. Et qui dura longtemps... Très longtemps... Le temps que Robin finisse un thé bouillant. Quoi qu'il en soit, Robin rompit le silence au bout d'un certain temps, sinon d'un temps certain. Une question qui lui était venue subitement :

"Et toi, pardonne encore mon impudence, mais tu m'intéresse beaucoup. Aimes-tu quelqu'un. As-tu rencontré quelque visage pour lequel ton coeur batte à tout rompre. As-tu rencontré une personne vers laquelle tes pensées sont toujours tournées ? Aimes-tu ?"
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Mar 21 Fév - 18:42

Il s'excusa d'abord. Pour son impudence, qu'il disait.
Le jeune garçon n'y avait pourtant rien vu de vraiment gênant ici si ce n'était le compliqué de la question pour quelqu'un d'anormale. Comme lui.
Puis il le remercia pour sa réponse.
Tout ce surplus de mots n'étaient sans doute que de la politesse.

Le professeur finit à son tour sa boisson et en recommanda pour les deux jeunes gens.
Et il lui expliqua. Il lui expliqua qu'Elmeraud avait bien mentit. Que le jeu semblait avoir fonctionné. Il lui expliqua qu'il ressentait la même chose et pleins d'autres sentiments encore.
Elmeraud ignorait que l'on pouvait ressentir plusieurs sentiments à la fois, surtout quand ceux ci n'ont pas de liens directs avec l'instant présent. Il s'en souviendra à l'avenir.
Il lui expliqua enfin qu'il était curieux envers l'enfant car il n'arrivait pas à le cerner. En même temps, qu'y avait il donc à cerner chez ce petit être vide?
M'enfin, toujours était il que le prof essayait bel et bien d'analyser Elmeraud.
Et puis, l'homme insista sur un mot en particulier, un sentiment bien précis: l'Amour.

Plus il s'étendait sur ce sujet et plus le blondinet sentait l'esprit de l'asiatique dériver loin, très loin du café où ils se trouvaient. Sans aucun doute vers les personnes qui étaient elles, chères à son cœur. Elmeraud n'avait pas de telles personnes.

Un nouveau silence s'installa. Pas pesant mais sans être léger non plus. Juste un silence, un vide. N'étais ce tout simplement pas le reflet du cœur du garçon?
Monsieur Robin vida de nouveau sa boisson.
Et, inévitablement, la question arriva.
Cette question que le jeune homme avait deviné dès que la conversation avait ainsi dérivé. Cette question qui était extrêmement simple pour lui et qui sonnait pourtant étrangement sous ses voiles de fatalités.

"Et toi, pardonne encore mon impudence, mais tu m'intéresse beaucoup. Aimes-tu quelqu'un. As-tu rencontré quelque visage pour lequel ton coeur batte à tout rompre. As-tu rencontré une personne vers laquelle tes pensées sont toujours tournées ? Aimes-tu ?"

Sa réponse était aussi courte que la question était longue. Non. C'était aussi simple que ça.
Elmeraud n'aimait personne, il ne pouvait pas aimer. Il n'aimait rien non plus.
Mais il ne pouvait pas le dire.
La réponse était simple, juste un oui suffirait.

Cette question, à la vérité, il l'avait lui même déjà posé.
Perdu dans ses images d'Espérance, il se souvint alors de cette petite asiatique du même âge que lui, aux longs cheveux bruns et au tempérament étrange, opposé même, qui avait changé un bout de son existence sur cette plage déserte.
Il la revit en colère puis pleurer, s'excuser et sourire.
Soyons amis. C'est ce qui avait était décidé.
Des amis, Elmeraud en avait plein, des bouches trous... Il acceptait quiconque lui demandait. Des relations superficielles.
Avec cette fille ça avait été différent. Son cœur n'avait pas battu comme le lui demandait le professeur, mais il ne s'était jamais sentit aussi vivant que ce jour là...

- Je... J'ai des amis...

Soudain le simple fait de confirmer qu'il aimait lui devenait plus difficile.
Le bout de ses doigts frôlèrent un bout de tissus dans sa poche, son lapin.
Il repris contenance, cette question n'était pas difficile!

- Oui, j'aime, comme tout le monde. J'apprécie la présence de certaines personnes plus que d'autres.


Et son sourire s'apaisa en se rappelant son lapin et la jeune fille.

- Mais je n'ai personne pour qui mon cœur s'agite au point de ne pas pouvoir Rêver.

Il parlait évidemment du Reflet. Seul endroit où il pouvait "ressentir."

C'est naturel d'aimer... c'est naturel de ressentir... alors qu'est ce qui cloche chez moi?

Il finit lui aussi sa boisson puis regarda son instituteur droit dans les yeux.

- Qu'est ce que vous cherchez au juste?

Pourquoi toutes ces questions? Qu'y gagnera t il?
InvitéInvité
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Mer 22 Fév - 19:34

"Je... J'ai des amis..."

Telle fut la première réponse d'Elmeraud, après quelques instants de réflexions. Un silence qui avait paru pesant à Robin... Et qui se terminait, nota-t-il, sur une légère note d'hésitation... Cette hésitation en début de phrase. Robin se raidit. Etait-ce annonciateur d'une réponse négative, ou d'un défaut de réponse, qui viendrait à contredir ce que venait juste de dire le garçon.

"Oui, j'aime, comme tout le monde. J'apprécie la présence de certaines personnes plus que d'autres."

De nouveau, une réponse du type de celles qu'on n'attend pas d'un enfant de 13 à 15 ans. De nouveau un ton de certitude. Après tout, peut-être que Robin se faisait des idées... Après avoir tant lu sur la psychologie, il avait développé une légère tendance à voir le mensonge partout. Enfin... Quoi qu'il en soit, il n'était pas déçu par cette réponse. Le garçon blond semblait égal à lui-même par cette réponse, adulte dans un corps d'enfant.

"Mais je n'ai personne pour qui mon cœur s'agite au point de ne pas pouvoir Rêver."

Qu'entendait-il par : "Ne pas pouvoir Rêver" ? C'était... étrange. Il liait subitement l'Amour au rêve et par conséquent au Reflet. Oh, il comprenait le début, c'était très clair. Il n'aimait pas comme Robin pouvait aimer certaines personnes : inconditionnellement. Néanmoins... Lier d'une manière aussi soudaine l'Amour à cet autre monde qu'était le Reflet, c'était... étrange. Et étrangement inquiétant. C'était comme s'il était en train de dire que l'Amour empêchait toute entrée dans le Reflet... Certes cela causait parfois des insomnies. Mais bon... C'était minime, à côté des rêves agréables qu'Il procurait, et des sentiments merveilleux qu'il permettait d'éprouver.
Robin s'en alla une fois de plus dans des considérations qui dépassaient les limites de l'espace où il se trouvait. Il ne prêtait plus qu'une moindre attention à son interlocuteur lorsque ce dernier braqua ses yeux sur lui...

Robin vit qu'Elmeraud avait fini sa boisson, et le regarda à son tour. Il allait lui proposer de le raccompagner à l'Internat lorsqu'il demanda :

"Qu'est-ce que vous cherchez au juste ?"

La Robin eut très peur même s'il n'en laissa rien paraître. Cette réaction n'était pas normale... Ce n'était pas non plus une réaction d'enfant. Une telle formulation laissait transparaître défiance, méfiance, et un soupçon de ras-le-bol quant aux questions de Robin. Il se mit à réfléchir à toute vitesse... La situation était critique. Il devait désamorcer la tension qui semblait culminer en cet instant précis. Il le devait. Il ne voulait pas partir sur de mauvaises bases avec Elmeraud... Avec personne d'ailleurs. Il avait trop souffert de l'isolement.
Il se racla la gorge avant de parler, histoire de ne pas avoir une voix chevrotante lorsqu'il parlerait, puis il dit :

"Tu n'as aucune raison de t'énerver tu sais... Je ne t'ai pas forcé à répondre, et j'aurais parfaitement accepté le fait que tu ne répondes pas. Mes questions étaient personnelles, je le sais et je m'en excuse une fois de plus, mais je voulais simplement m'intéresser à toi. Tu es la première personne avec laquelle j'ai un réel contact, après Bird bien sûr, et je trouvais important que nous fassions bien connaissance, puisque nous allons passer du temps ensemble... Mais comme je te l'ai déjà dit, j'ai du mal à cerner ta psychologie, et tu m'intéresse d'autant plus à cause de cela."

Robin fit une pose dans son discours, histoire de réfléchir quelques instants, puis continua :

"J'espère que tu ne me tiendras pas rigueur de ce que je viens de faire. Je suis conscient de m'être montré trop curieux... Mais oublions cela veut-tu... Surtout que... Tu m'as toi-même posé une question personnelle ne l'oublies pas. Je te propose maintenant de te raccompagner à l'internat. A moins que tu ne préfères y retourner tout seul."
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Mar 13 Mar - 14:54

La question de l'enfant eut des répercutions quelques peu... étrange sur l'adulte.
Elmeraud n'aurait pas su mettre un terme précis sur l'expression de son interlocuteur mais celle ci enclencha automatiquement l'alerte dans le cerveau du jeune garçon. Une alerte que les propos de l'homme confirmèrent de suite.

"Tu n'as aucune raison de t'énerver tu sais... Je ne t'ai pas forcé à répondre, et j'aurais parfaitement accepté le fait que tu ne répondes pas. Mes questions étaient personnelles, je le sais et je m'en excuse une fois de plus, mais je voulais simplement m'intéresser à toi. Tu es la première personne avec laquelle j'ai un réel contact, après Bird bien sûr, et je trouvais important que nous fassions bien connaissance, puisque nous allons passer du temps ensemble... Mais comme je te l'ai déjà dit, j'ai du mal à cerner ta psychologie, et tu m'intéresse d'autant plus à cause de cela."


Il avait fait une erreur. Il avait laissé transparaitre des mots qui ressemblaient à de la colère, ou du moins qui y avait fait songé.
Le blondinet était pourtant bien loin d'émotions aussi fortes.
Monsieur Robin était il énervé lui aussi? Ses quelques mots d'introduction en tout cas, pouvaient y faire penser.
C'était sa deuxième erreur.
Mais celle là, le garçon savait encore comment la réparer. C'était d'ailleurs sans doute l'une des choses qu'il faisait des plus naturels depuis le début de cette conversation.
Un acte soudain, imprévisible et qu'il avait déjà utilisé plusieurs fois. Une action enfantine.
Il se mit à rire.
Longtemps et sans pouvoir s'arrêter, sans vouloir s'arrêter.
Il riait aux éclats pendant que l'asiatique lui proposait de rentrer, encore bloqué sur la question du jeune garçon.
C'était mal élevé. Mais personne ne le gronderait.
Il essuya une larme brillante au coin de l’œil.
Il jeta un bref regard à l'homme de savoir, s'excusant de son action entre deux ricanements, sans cesser pour autant.
Quand il fut enfin calmé, il soupira d'aise et se remit d'aplomb, gardant malgré tout un large sourire sur son visage. Avait il bien joué?

- Je crois qu'il y a erreur
, ricana t il encore un peu, je ne suis pas du tout fâché.

Qui oserait faire la moindre remarque lorsqu'un ange vous sourit?

Elmeraud se leva alors, épousseta soigneusement ses genoux pour faire voltiger des grains de poussière invisible, et s'étira gracieusement, toujours souriant.

Pour réparer sa première erreur, il aurait pu lancer une excuse bateau tel que " vous savez, mon Esperanto laisse un peu à désirer." ou "j'ai tendance à allez droit au but lorsque je pose des questions... ou pas... " mais il estimait à vue d’œil qu'il n'en avait pas besoin.


- Vous avez raison, la curiosité est un bien vilain défaut dont beaucoup se méfient à Espérance. Pourtant c'est stupide, tout le monde en a!

Enfant rieur, enfant joueur.
Sa gestuelle finit, il regarda de nouveau le professeur, plus clairement que lorsqu'il riait, reprenant ainsi son rôle d'enfant mature.
Sa remarque précédente laissait déjà présagé du retour de cette "précocité".

- Votre présence ne me dérange pas, vous faites comme vous voulez. Je connais le chemin, Espérance n'est pas si grand, donc tout dépend de si vous avez d'autres choses à faire dans le coin ou non. Et de votre envie bien sûr, ne vous forcez pas par "responsabilité".


Les adultes ont ces choses là en eux.
Dernier soupçon de rire, sur une fin de phrase en note de musique.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Dim 1 Avr - 7:43

Pendant que Robin parlait, Elmeraud se mit à... rire. Il fut pris d'un fou rire dont il ne réussissait pas à se débarrasser. Robin eut largement le temps de finir de parler avant que le jeune garçon ne réussisse à s'arrêter.
Robin se crispa quelque peu. C'était mal élevé. Il n'aimait pas les gens mal élevés. Mais bon... Après tout, son interlocuteur n'était encore qu'un enfant. Qui savait comment il avait été éduqué dans sas vie antérieure, et si même il avait des restes de cette éducation. Robin avait eu de la chance, lui, de ce point de vue là. Mais ce n'était pas le cas de tout le monde.
Le garçon s'arrêta enfin de rire. Il dit, gloussant encore un peu :

"Je crois qu'il y a erreur, je ne suis pas du tout fâché."

Le garçon se mit à se lever, à s'épousseter, à s'étirer. Il restait souriant. Robin se demandait s'il allait se remettre à rire.
Rire. Une chose que Robin n'avait pas beaucoup faite depuis son arrivée à Espérance. Il paraissait, de fait, assez froid et inexpressif. Et pourtant, il était tellement sensible.

La réponse d'Elmeraud (le cerveau de Robin mettait parfois du temps à réagir) se mit à être analysée par Robin. "Je ne suis pas fâché". Peut-être avait il mal interprété le ton du jeune garçon. C'était possible. Même probable. De toute manière, Robin n'y comprenait rien à cette conversation. Ou plus exactement, à son interlocuteur. C'était déroutant. Et très pénible.

"Vous avez raison, la curiosité est un bien vilain défaut, dont beaucoup se méfient à Espérance. Pourtant, c'est stupide. Tout le monde en a !"

C'était vrai. Beaucoup se méfiaient de la curiosité à Espérance. Etait-ce une manière de dire, implicitement, à Robin, que lui aussi, il s'en méfiait. Robin n'en était pas sur. Il n'était sûr de rien par rapport à cet ado qui n'était jamais tombé amoureux, et qui venait d'éclater de rire, alors qu'il montrait tous les signes de la colère auparavant. Ce garçon qui venait pour la première fois d'avoir une réaction de gosse de son âge. Et qui déjà semblait retourner à son éternelle maturité précoce, brisée le temps d'un fou rire.

"Votre présence ne me dérange pas, vous faites comme vous voulez. Je connais le chemin, Espérance n'est pas si grand, donc tout dépend de si vous avez d'autres choses à faire dans le coin ou non. Et de votre envie bien sûr, ne vous forcez pas par "responsabilité"."


Elmeraud eut un dernier soupçon de rire. Robin ne savait pas ce qu'il devait penser de tout cela. Il était perdu. Il avait l'impression d'avoir épuisé toutes les explications rationnelles pour expliquer le comportement du jeune garçon.
Et puis, il ne comprenait pas le fou rire de toute à l'heure. Pourquoi avoir ri aux larmes ? Il avait souvent tendance à se torturer l'esprit pour des questions diverses et variées, et en trouvait la réponse, mais là, ça lui échappait vraiment.
C'est sur cette note d'incertitude que Robin décida de mettre fin à l'entretient.

"Je crois qu'il vaut mieux qu'on en reste là. Si tu considères que tu es assez grand pour rentrer tout seul, ce dont je ne doute pas, vas-y. Moi je vais payer les consommations et rentrer. Tu m'as donné à réfléchir, sache le. Sur ce je te dis au revoir et à demain, en cours, pour votre premier cours sur l'Avant."

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé] Aujourd'hui à 9:43


De l'Indifférence (Elmeraud) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-