Partagez|

Une cité des livres qui rêvent. //Beladone//

InvitéInvité
MessageSujet: Une cité des livres qui rêvent. //Beladone// Mar 14 Fév - 18:22

Un homme, un livre, un cerveau.


Assis en tailleur sur une chaise. Une main posée sur le front, coude sur la table, tu es face à un livre. Ou plutôt tu combats avec acharnement un code à déchiffrer assez ardu. Tu essayes de le mettre à jour, de percer chaque terme, de découvrir le sens réel de ce que tu vois. Tu la fixes étrangement cette feuille de papier qui semble te narguer. Tu es concentré dessus depuis tellement de secondes que tu vois l’encre des caractères même les yeux fermés. Tu ne les fermes pas souvent d’ailleurs. On dirait une statue de marbre, pas une statue grecque, tu es beaucoup trop émacié pour y ressembler. À vrai dire, tu ne sembles pas très vivant de loin à rester immobile comme ça, avec juste un petit battement de cil quand tes pupilles te brûlent un peu trop. Il est vrai que tu bouges de temps en temps quand tu commences à t’engourdir mais ton visage n’exprime rien. Les lèvres légèrement pincées, le regard flou, les dents serrées et les sourcils froncés, tu réfléchis. Et c’est tout.

Tes neurones s’activent, tu perds contact avec le monde. C’est ton soulagement. Parfois cela te pèse juste. Oui, cela te pèse tous ces sons, toutes ces textures, tous ces mots, toutes ces odeurs, toutes ces couleurs, tous ces mouvements qui te parviennent. À force c’est dérangeant, un peu comme une surdose d’informations. Mais quand tu te concentres intensément sur un problème tout se range à sa place. Tu peux passer en revue les solutions que tu trouves, une par une. L’endiguement est régulé. Le cataclysme sous ton crâne se calme. Et pourtant ça tourne à fond.

Tu ne lâches aucun soupir, à peine une goutte de sueur s’il fait chaud. À quoi bon soupirer ? C’est perdre une seconde qui peut se révéler essentiel. Cela ne t’agace pas de rester là. Au contraire, tu es un peu hors du temps et de l’espace. Même le contact du papier s’efface sous ta mémoire des répondes possibles à ta recherche. Le peu de chose que tu tiens de l’Avant, c’est cela. Ta connaissance des énigmes, des déchiffrages en tous genres. Tu aimes ça, tu t’y plonge sans retenue. Pourquoi se retenir alors que cela t’apaise ?

Ton cerveau te sembles éternellement en surchauffe, tu vois trop, tu remarques trop, tu n’agis jamais assez. Il semble en perpétuel ébullition sans s’arrêter. Sauf quand tu dors. Sinon tu penses, tu penses, tu penses, soumis à ce que tu reçois de l’extérieur. Mais là, tu ne penses pas, tu réfléchis. Et pour toi c’est vraiment pas pareil. Tes muscles se relâchent un peu. Tu es près d’obtenir le fruit de ta concentration. Ta main avance rapidement sur une feuille de papier proche. Tu ne regardes pas ce qu’elle écrit, pas besoin. C’est juste des notes au cas où tu oublierais comment tu es venu jusqu’à cette trouvaille, pour untel ou tel symbole. Tu ne vois pas pourquoi cela arriverai, de toute façon tu es presque au bout, mais bon tu le fais plus par réflexe, sans en avoir absolument conscience.

Un choc. Tu perds soudainement le fil. Un choc, un petit contre la table où tu sièges. Mais il suffit pour te ramener à la réalité et te faire perdre le fil. Tu tentes de rembobiner tes pensées pour l’évacuer, trop tard. Ta concentration est déboussolée, tu ne sais plus où tu en étais. Et l’afflux nerveux revient. Trop de bruits et de lumières, de zones de chaleur et de courants d’air. Tes dents se resserrent un peu, tu lèves les yeux. Pourquoi cogner contre cette table ?




InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une cité des livres qui rêvent. //Beladone// Mer 15 Fév - 14:38

- Si tu n'es pas sage la méchante sorciere du nord viendras te manger les doigts de pieds !

Cette phrase hurlée dans le rêve de la jeune fille l'empechait de dormir depuis deux nuits deja . Beladone n'avait pas vraiment peur des monstres ( enfin si mais elle préférait ne pas le dire , les enfants n'ont peur de rien ) mais l'idée de se faire manger les pieds par une sorciére verte n'etait pas vraiment un des plus beau rêve de la petite . Cette gamine croit que les rêves sont toujours réels , si tu meurs là bas tu ne reviens pas non ?

Elle devait donc construire un piège à sorcière . Mais elle ne l'avait jamais fait , il lui fallait donc un plan . Les seules livrent qui parlaient des monstres et autres divinitées enfantines etaient tous à la bibliothèque .
Beladone aimait bien cette endroit , bien que l'idée de devoir restée silencieuse ici la génait , mais les montagnes de nouvelles aventures lui faisaient toujours tellement envie .

La petite enfante rentrat en sautillant dans l'antre aux livres . Elle chercha rapidement le livres des contes et légendes . Elle ne comprenait pas pourquoi appelait on ces livres des légendes ? Ils étaient pourtant bien plus réel que la "vrai vie " non ?

Arrivé au bas du rayon elle partit à la recherche d'un livre pour vaincre ses démons . Et bien sur elle aperçut à environs un mètre au dessus de sa tête le livre qu'elle cherchait . Sautillant en vain pour essayer de l'attraper , s'etirant au maximum le long de l'étagere ne servait à rien . Il lui manquait vingt bon centimétres . Beladone fit le tour de la pièce à la recherche d'un outil pour l'aider . UNE CHAISE !!

Elle attrapa une des chaise à une table . C'est alors qu'elle aperçut une statue qui semblait lire .
Tiens ils sont étranges les gens ici , pourquoi mettre une statue ici ?
La jeune fille rigola et en essayant de se rapprocher de la mystérieuse statue . Elle ne fit pas attention au pied de la chaise qui vint heurter la table . BOUM et le bruit mat du fer contre le bois chaud de la table .

La statue se mit alors à bouger .
Une statue qui bouge ???? pensa la petite fille .
Les yeux ecarquillés elle fixait la construction de marbre .
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une cité des livres qui rêvent. //Beladone// Dim 19 Fév - 14:55

Il était une fois un souffle d'homme...


Douloureux. Les sensations te vrillent le crâne et t’assaillent. Tu aimerais fermer les yeux et repartir dans ton monde de chiffres et de lettres, d’abstraits et de silences. Mais cette fille semble un peu … perdue ? Non elle doit chercher quelque chose. Tes yeux la détaillent en quelques coups vifs. Assez petite, long cheveux aubruns, de grands yeux, assez jeune. Une odeur fine, elle ressemble au patchouli, concorde presque mais pas tout à fait. Face à la lumière, les couleurs de la fille sont plus vives, bleus, verts, bruns. IL s’agirait de quelqu’un de plutôt naturel, un peu gauche, un peu maladroit. Ha oui et c’est une fille.

Tu te décides enfin à commencer à réfléchir sur ce que peut-être la raison possible de son geste. Prendre une chaise n’st pas aussi anodin que cela à tes yeux. Pourquoi prend-t-elle une chaise si ce n’est pour s’asseoir ? Corrélation entre la taille de la fille et celle des rayons de livres. Elle a sûrement besoin d’une chaise pour être à la bonne hauteur et prendre le livre qu’elle convoite. Un bref regard vers les rayonnages voisins. Quel livre veut-elle ? On est dans la zone des livres de sciences ici. Elle est peut-être vraiment perdue en fait.

Ou elle est plus intelligente qu’elle n’y parait. Son regard un peu étonné, une bouche un peu hagarde, des mains qui tremblent un peu et un petit mouvement de recul, tout ne serait que façade ? Un mouvement de recul ? Elle a peur…de toi ? Pourtant tu es souvent ici, pourquoi est-elle surprise ? Tu n’es pas vraiment du genre à ne pas être vu lorsque tu fais tache de tes quasi deux mètres et avec tes vêtements sombres dans cet endroit lumineux. Non, ici, à cette table, elle a du te remarquer bien avant que tu ne le remarques. Pourquoi a-t-elle peur ? Tu as probablement fais un geste un peu trop brusque. Elle doit vraiment être jeune.

Et perdue. Dans ce flot de lumière et de rayons qui partent dans tous les sens - qui a dit que tous les rayons de soleil étaient parallèles lorsqu’ils traversent l’atmosphère ? - tu commences à avoir des difficultés à la repérer. Ça vrille et ça tourne. Tu fronce les sourcils. La table est dure et lisse. Chaude et froide. Un peu comme la neige qu’il y a encore dehors. Ou comme de la glace, un froid qui brûle quand il te saisit la main.

Réaction. Il faut que tu réagisses. Tu es en vie, elle est en vie d’après sa cage thoracique qui se soulève et s’abaisse. Donc la prochaine étape est la communication. Après le retour de la vision, de l’odorat, du toucher, ton ouïe va se réveiller. Douloureusement, au son de ta propre voix. Elle ne te lâchera plus jusqu’au soir, quand tu t’écrouleras pour une nuit vide de tes assaillants.

« Besoin d’aide ? »

Ta voix est légèrement rauque, elle racle tes cordes vocales. Tu restes un minimum avenant. Tu oublies quelque chose. Ha, le sourire. Il faut sourire pour qu’elle n’ait pas peur. C’est utile de sourire pour que les autres t’approchent et de garder le visage fermé pour traverser la foule sans que les autres t’interrompent. Alors tu plaques un sourire sur tes lèvres, un fin sourire qui ne montre pas tes dents. Un sourire de convenance, disons.
Tu réitères ta question.

« Que cherches-tu ? »



InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une cité des livres qui rêvent. //Beladone// Mer 29 Fév - 22:31

( Désolé pour le retard je suis partie en vacances sans etre vraiment preparée )

La poupée de cire bougeait , elle parlait . Sa vois etait étranges , comme le rapement de deux morceaux de pierres . Une voix rauque mais douce . Beladone n'avait pas compris ce que le jeune homme disait , trop concentré sur son visage qui semblait être fait de bougie .

Soudainement le visage sourit . La statue de marbre laissait ses lèvres se retroussées pour esquisser une mimique . La jeune fille trouvait cela magique , elle observait le garçon comme on regarderait un automate merveuilleu faire un pirouette .

- Que cherches-tu ?

La question attend enfin ses oreilles . Mais pour le moment elle ne pensait plus du tout à son livre ni à ses sorcieres vertes . La seule chose qu'elle voyait etait le garçon de pierre en face d'elle . Elle voulait savoir si sa peau serait chaude comme la sienne ou alors froide comme la pierre .

Sa main se leva d'elle même caressant doucement la joue du garçon . Ce n'etait pas froid , la peau etait douce et legerement chaude . Sa main glissa le long de son visage .

- Vous êtes un humain ? Ou alors un automate trés bien imité ?
- Pourquoi vous ressemblez à une statue ?

Les doigts de Beladone trituraient les joues du pauvre garçon , le pinçant pour voir si la peau rougissait . Elle aimait bien son sourire , même si il aisait un peu mecanique .

Elle se rappella alors ce qu'elle etait vraiment venue chercher à la bibliothèque . Ce livre sur les sorcières , le monsieur etait grand il devait l'être assez pour attrapé le livre .

- Monsieur vous voulez bien m'aider à attraper le livre là haut ? Cette bibliothèque est faite pour les adultes , c'est idiot . Tous le monde sait que les adultes ne savent pas lire . Les vrais livres , ceux qui parlent de choses irréelles , sont touours destiné aux enfants . Parce que les adultes ne savent pas lirent les vrais livres .

Beladone pressée de recuperer son livre tirait sur la manche du monsieur , le pressant à se lever .

- C'est un livre avec la couverture bleu . Il doit me donner la solution pour attraper la sorcière verte qui doit venir me manger les orteils . Tiens enfait vous savez peut être comment posez un piège à sorcière ?
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une cité des livres qui rêvent. //Beladone// Aujourd'hui à 7:43


Une cité des livres qui rêvent. //Beladone//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La cité des Voleurs
» [CXL] La mythique cité d'Avalon
» Cité état de Talabheim
» où acheter livres, jeu japonais et jeton pour le riichi ?
» Malhou, se réchauffe auprès vent Lvl.146 MAJ [20/11/10]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-