Partagez|

.Résine ou l'éclat d'Ambre.

Résine
Messages : 188
Date d'inscription : 21/02/2012
Localisation : Dans un pot d'encre.

Feuille de personnage
Âge: 17 années
Entrave: Se sentir sale
Métier: Fermière ♣
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Mar 21 Fév - 21:57

Présentation de
Résine
„Songe à l'ombre souillure d'aller aimer sur l'heure.“



Voici le conte de...

Ivory feat Bluesaga331
» Prénom : Résine
» Sexe : Féminin
» Nationalité : Suisse
» Âge : 17 ans
» Lieu d'habitation : Foyer
» Poste : Aux champs comme fermière !
» Religion : Athée
» Qualités : Serviable - Attentive - Calme - Discrète
» Défauts : Maladroite - Solitaire – Irréaliste - Rancunière
» Activités/Hobbies : Tenter d'apprendre par coeur les poèmes d'auteurs connus ou bien qu'elle a elle-même écrit. Nourrir les oiseaux avec les morceaux de pain qu'elle parvient parfois à chourer lors des « repas en famille ». La couture et le dessin au fusain.
» Particularités : Elle dort toujours en position foetale.

Il était une fois...

« Tu t'appelles Ambre, c'est ça ? Moi, c'est Gustave. Tu viens souvent ici ? C'est joli, hein ? Les adultes ne viennent pas à cet endroit ; forcément, il faut ramper par terre pour déboucher dans cette clairière. C'est pour ça qu'on a toujours les mains sales. Je sais pas comment t'es arrivée là d'ailleurs, c'est ma planque à moi, rien qu'à moi. Mais puisque tu as réussi à entrer, je vais pas te jarcler. Ce sera notre secret à tous les deux, d'accord ? »
Ambre sourit.

« Oh, Ambre, tu as taché ta robe ! Bah, t'es plus jolie comme ça. Ça te va bien, la crinière en bataille et les jupes déchirées. On dirait une sauvageonne, et moi j'aime bien ça, les filles garçonnes. T'es pas comme ma soeur au moins, qui veut jamais sortir si elle n'est pas bien coiffée. On s'en fiche, à treize ans, si on n'est pas bien coiffé ! Est-ce que je m'embête avec ces futilités, moi ? Et toi non plus d'ailleurs. Mais je te le dis, t'es plus jolie comme ça, Ambre. »
Ambre rit.

« Regarde ce que je t'ai apporté, Ambre : c'est toi. Un petit bloc de résine. On dirait un morceau de caramel translucide. Il y a même un insecte à l'intérieur. Tu sais, je crois que ça te résume parfaitement : dès que tu touches à quelque chose, ça devient beau. Il y aura peut-être un truc dégueulasse dedans, ce sera toujours magnifique si tu y prêtes attention. J'ai tendance à penser que ça vaut aussi pour moi. J'suis un sale gamin, mais quand t'es là j'ai l'impression d'être important. T'es la résine autour de moi. Ouais, en un sens, tu gardes quelque chose de sale à l'intérieur, mais on ne le remarque même pas puisque tu es là pour effacer cette laideur. Merci. Je t'aime bien, est-ce que tu le sais, ça ? Je t'aime avec un point à la fin. »

De ces discussions restituées ici au complet, Résine n'en a retenu qu'une histoire de cristallisation de sève dont elle a pris le nom, à défaut de se rappeler le sien ; elle se souvient aussi d'un truc dégueulasse dedans, de quelque chose de sale à l'intérieur. Parce qu'elle ne savait à quoi rapporter ces expressions, elle a pensé qu'elles valaient pour elle. C'est devenu un sentiment poisseux, cette histoire de crasse inhérente à son être même. Et puis, quelqu'un l'aime. Elle ne sait pas qui, où, comment. Elle se demande surtout pourquoi.


Ils vécurent heureux et...

Résine avait marché. Seules ses plantes de pieds seraient à même de se souvenir du trajet, mais que voulez-vous, même les voûtes plantaires peuvent oublier ce qu'elles ont connu. Derrière, il n'y avait rien que quelques mots dans le brouillard et, devant, une sorte de village étrangement paisible. Le choix fut vite fait.

Résine s'était d'abord refusée à se mêler aux autres personnes de cet endroit qui semblait hors du temps. Elle resta dans la forêt les premiers jours, à manger des racines et à dormir dans les buissons. La nourriture était d'ailleurs peu ragoûtante, et les nuits plutôt effrayantes. Résine était arrivée sans rien, pas même une paire de chaussures. Le monde d'à côté, malgré le fait qu'il paraissait tranquille et inoffensif, ne lui disait rien. Elle s'imaginait une communauté sectaire, avec des habitudes de vie inquiétantes auxquelles il ne valait mieux pas se frotter. Pourtant, la vie en anachorète sylvestre n'est possible que pour ceux qui sont, par nature, des anachorètes sylvestres. Ce que n'était pas le cas de Résine. À l'aube du troisième jour, alors que son ventre jouait une cacophonie insupportable, elle se traîna jusqu'à la demeure la plus proche, à la périphérie du village. Elle traversa les champs qui l'entouraient sans se soucier des jeunes pousses qui s'y épanouissaient. Elle les aurait mangées si elle n'avait pas été attirée par la cheminée fumante de cette fermette isolée. Isolée, oui, c'était ce qu'il lui fallait. Un village d'accord, mais rester à l'écart serait préférable dans un premier temps.
Elle frappa. Et tomba d'épuisement.
Cela s'est passé il y a un jour, un mois, un an. L'ignorance est reine ici, et elle jette les souvenirs aux oubliettes.

Depuis qu'elle a été acceptée dans cette ferme aux abords du village, Résine ne s'est jamais trop approchée des autres pensionnaires. Le contact humain, elle n'en veut pas. À moins que ce ne soit l'inverse : ce sont les humains qui ne veulent pas d'elle. Elle ne connaît que quelques personnages, de nom. Le directeur de l'endroit, ce grand héron noir, la terrifie quelque peu. Chaque soir, les repas en commun la dérangent, mais elle s'efforce de ne pas le montrer. Tant de monde autour d'elle, voilà qui change de ses habitudes. En revanche, elle s'échappe dans sa chambre ou dans la campagne dès qu'elle le peut. Elle rechigne à aller en cours, avec des gens propres et concentrés. Elle préfère la terre et la boue, bien qu'elle ne serve pas à grand-chose en raison de sa force ô combien surhumaine, sinon à semer les grains -ou à les cacher dans ses poches pour ensuite les donner aux oiseaux. Le reste du temps, elle s'évade dans la campagne, loin du monde et de sa foule, ou alors dans sa chambre pour griffonner de noir des feuilles. Si le terme « se plaire » n'a pas sa place dans l'esprit de Résine, sa situation lui convient. Elle n'a jamais connu qu'elle, pourquoi s'en défaire ?

Quant au Reflet, elle ne s'y est risquée que quelques fois, souvent par inadvertance. Le drap tombait seul du miroir à cause d'un courant d'air, elle se regardait dans une flaque d'eau après la pluie... Ces expériences ne furent pas traumatisantes, pas au point de ne pas souhaiter y retourner. Cependant, elle ne voyait pas l'avantage de passer de l'autre côté, sachant qu'elle n'avait pas assez de force mentale pour modifier cet autre monde. Il demeurait presque identique au premier puisqu'elle ne s'y était jamais aventurée avec un trouble dans son âme. Peut-être que si elle connaissait les pouvoirs réels de cet endroit, elle s'y rendrait avec plus d'assiduité.


La princesse eût par ce moyen toutes les perfections inimaginables...

Résine, c'est la statue dans un coin du musée, celle qui écoute tout et qui ne parle pas, celle qui scrute le moindre détail et détourne le regard si vous vous intéressez à elle. Plus il y a du monde, et plus elle se fait invisible, ne ressortant de son mutisme que lorsque la populace disparaît petit à petit, lorsqu'il ne reste plus qu'une personne -et encore. En revanche, elle se débrouillera pour aller au bout des services qu'elle a à rendre, s'ils sont demandés gentiment, car elle a horreur de laisser quelqu'un dépourvu et sans aide. Bien sûr, il y a des limites. « Tue-toi, tu me rendras service » n'est pas de ces actions qui risquent d'être accomplies.
Plus qu'une statue, Résine est une tombe. Les paroles chutent sur le marbre, s'y figent, mais jamais ne s'évadent de la sépulture. Immobile, elle semble regarder ailleurs, pourtant elle écoute et retient. Cette solitude dans laquelle elle s'enferme ne correspond pas à son entrave ; il s'agit d'une nature profonde. Cela ne la dérange en rien. Elle apprécie le calme et les personnes qui parlent peu. Les excités l'agacent. Néanmoins, elle est incapable de s'énerver. Si on l'exaspère, elle s'en ira sans un mot. Et comme elle garde en mémoire ce genre d'épisodes, il faudra beaucoup d'excuses pour qu'elle convienne de vous ouvrir l'accès à son espace vital par la suite. Celui-ci se situe d'ailleurs dans un diamètre de dix mètres autour d'elle. Si une relation affective est possible, Résine ne paraîtra pas changer de caractère avec l'énergumène privilégié. Tout au plus pourra-t-il s'approcher d'elle sans qu'elle ne recule à chaque pas supplémentaire.
Cette inadaptation sociale est doublée d'une maladresse presque candide. Résine a du mal à marcher droit car elle a souvent la tête en l'air, pour suivre le vol des oiseaux ou tout simplement pour se remémorer des vers en regardant le ciel, vaste étendue qui s'étale à l'infini. Elle fait parfois tomber les objets qu'elle tient dans ses mains, par inadvertance dira-t-on. Elle ne se rend pas compte de ces menus soucis de coordination, et cela vaut mieux pour elle ; elle en rougirait tellement !
En bref, Résine est cette fille « sans histoire » dont la possible mort aurait toutes les chances de passer inaperçue, adjectif qui lui correspond aussi du temps de vivant.


On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie.

En lien avec ses maigres souvenirs de « l'Avant », l'entrave de Résine se résume en quelques mots ; elle se croit sale. Pas qu'elle se pense sale, mais elle croit l'être. Elle ne prendra pas trois bains par jour pour effacer cette sensation d'impureté ; c'est quelque chose sous sa peau, qui peut sortir par ses pores ou bien qui se voit de l'extérieur. Et là c'est pire. Ce sentiment a amené tout un tas de considérations dans l'esprit de Résine. Si elle est sale, elle ne mérite pas d'approcher ceux qui ne le sont pas. Elle ne doit pas les contaminer. Si jamais on la touche, on sera souillé à son tour, la résine se diluera et collera à l'épiderme. Beurk. Un suc ambré qui vient de se fixer sur vos doigts. C'est peut-être, aussi, parce que les autres connaissent la présence de cette crasse qu'ils ne veulent pas venir plus près de la jeune fille. Un cercle vicieux, en quelque sorte. Elle n'ose aller vers autrui car elle se sait sale, et autrui ne va pas vers elle car il la sait sale. Résine n'a quasiment aucun souvenir avant son arrivée à Espérance, si bien qu'elle part du principe que ce sentiment a toujours été là. Et quand on ne connaît qu'une chose, on ne cherche pas à la quitter. D'autant plus que c'était un bon prétexte pour éviter la population.
Elle traîne ainsi souvent aux champs, les pieds nus dans la terre. Ses pieds sont les plus laids du monde lorsqu'ils sont tout crottés au moment du dîner. Après avoir dessiné au fusain, elle ne se lave pas les mains ; elles restent tachées de noir jusqu'à ce qu'on la réprimande. Ses cheveux sont rarement coiffés correctement. Ou bien juste pour le protocole, et tant pis s'ils font n'importe quoi dès qu'on a le dos tourné. Pour Résine, la saleté extérieure est l'expression de celle intérieure. Elle est un moyen de contrôler celle qu'elle n'est pas en mesure de voir. Et puis, si on lui a dit qu'elle était impure, pourquoi se voiler la face derrière un voile de savon ? Acceptons-nous comme nous sommes.

Dans le Reflet, Résine conserve son apparence réelle. Ses rêves n'ont pas encore été propices à des angoisses qui aurait déformé cet univers parallèle. Néanmoins, ses jambes sont couvertes jusqu'aux genoux d'une espèce de peinture noire, comme de l'encre ou du goudron. Frotter ne sert à rien ; cette seconde peau ne part pas, même à l'eau. En revanche, sa "forme originelle" se trouve être un origami mobile. En fonction du brusque sentiment qui l'a poussé à se trouver, ce pliage change de forme.


Miroir, miroir dis-moi qui est la plus belle ?

Tu seras rousse. Comme les sorcières, comme les parias. Ce sera sublime, un véritable coucher de soleil dans une chevelure. Oh, certainement, ça ne brillera pas autant mais les nuances seront là. Lorsque le ciel sera bleu, on y verra des reflets d'or et, quand la pluie tombera dessus, tes cheveux deviendront d'un ocre terne, pas très beau mais furieusement profond. On aura alors le sentiment que, si l'on passe les doigts dedans, ils s'enfonceront à l'infini. Ils ne seront jamais attachés. Mais libres, ça oui. Comme les oiseaux.
Tu auras des yeux étranges. Une couleur indéfinissable, entre le gris et le vert, quelque chose d'indistinct. Tes iris seront deux pierres opalescentes sous ton petit front blanc. Ils ne scintilleront pas tels des étoiles, pas plus qu'ils ne donneront l'impression de lire à travers les âmes. Ce seront juste deux yeux, plutôt jolis selon moi, et ce sera tout. Tu n'auras pas besoin de beaucoup plus.
Tu auras un nez, une bouche, des oreilles et des sourcils. Tout le monde possède ces choses-là, tu ne feras pas exception à la règle. Elles ne seront d'ailleurs pas particulièrement charmantes, car je ne maîtrise pas bien l'art des organes sensoriels. Cependant, tes lèvres seront pâles et jamais tu ne te les maquillera, sinon tu ressembleras à une poupée vulgaire. Tu seras plus belle au naturel. Et cette fine lippe surmontera un menton pointu et pourtant doux ; le point de rencontre de deux joues lisses. Si tu les trouves trop blafardes, tu n'auras qu'à rougir de honte.
Tu ne seras ni grosse, ni maigre. Il faudra faire attention à ta santé. Cependant, même si ta taille ne sera pas celle d'une guêpe, tes clavicules et tes omoplates seront saillantes ; ces os sont si superbes qu'il serait dommage de ne pas les mettre en valeur. Ils se dessineront dans ton dos et sous ton cou ainsi que le font les branches sur le point de sortir de l'écorce.

Sans que tu ne saches vraiment pourquoi, tes pieds, tes mains et tes genoux seront lardés de minuscules coupures cicatrisées. Comme si tu avais passé ton temps à ramper à quatre pattes sur un chemin de graviers. Pour les orteils, tu pourras comprendre ; tu ne porteras quasiment jamais de chaussures. C'est pourquoi il seront aussi bruns, gris ou même noirs, suivant les chemins que tu auras empruntés. Les autres endroits meurtris te paraîtront bizarres sans que tu n'y accordes de l'importance. Tes doigts seront le plus souvent barbouillés de fusain ou d'encre, alors les marques ne se remarqueront pas tant. Tu cacheras tes rotules sous des jupes droites mais légères car tu auras horreur de te sentir à l'étroit dans tes vêtements. Il te faudra de la souplesse, des tissus confortables et peu voyants. Souvent tu les coudras toi-même, tu rapièceras les trous et tu les dissimuleras avec des morceaux d'étoffe trouvés là où tu pourras. Mais pas de nuances vives. Quelque chose de passe-partout, toujours. Il ne faudrait pas que l'on t'aperçoive.

C'est bon, tu es prête ? Va, maintenant. Va, vis et deviens.


De l'autre côté du miroir...

» Prénom/Pseudo : Chry'
» Âge : 18 ans
» Où as-tu connu Je de l'âme ? En sautant de partenaires en partenaires, à la recherche d'un forum au concept intéressant et au joli graphisme [C'est révélateur de la qualité =)].
» Comment le trouves-tu ? Ma foi, parfait ~
» Expérience en RP : 5 ans, avec un gros trou de 4 ans jusqu'à aujourd'hui X) Je suis rouillée...
» Présence : Semi-active, en moyenne. Des moments avec et des moments sans.
» Code réglement :
» Code contexte :


Dernière édition par Résine le Mar 28 Aoû - 16:05, édité 7 fois
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Mer 22 Fév - 12:45

YOTAH YOTOH! Bougaaa BIENVENUUUUUUUUUU! Bougaaa

Mouhahaha Ambre, Émeraude... Résine. On va pouvoir ouvrir un musée des pierres à Espérance /PAN/

Bref bienvenu à toi jeune demoiselle. J'aime beaucoup ta fiche pour le moment (et il t'en reste si peu, FIGHTO! ).

C'est moi où il y a de plus en plus d’asociales à Espérance? /PAN/
(ou alors de faux sociables aussi U_U hein Wiwi? Hein moi? 8D )

Très jolie fichette, personnage intéressant, hâte de lire la fin et surtout... de voir ton vava! 8D

N'hésite pas à venir sur la Chatbox (petite serrure sur la page d'accueil) si tu ne tien spas trop à ta santé mentale U_U

Sur ce, Tschüuuuuuuuuuss! Time se promène
InvitéInvité
MessageSujet: Re: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Mer 22 Fév - 13:00

    (j'avais oublié qu'on pouvait souhaiter la bienvenue)
    (je perds l'habitude)

    Welcome! Résine, j'aime bien ce pseudo. ♥
    - excuse-moi d'avoir cru, au tout début, que ce Gustave était un pédo. ;;
    Je recommencerai pluus. D8


    En tout cas tu as une jolie fiche, courage pour la terminer et te trouver un bel avatar. ♥
Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Mer 22 Fév - 14:46

Alors pour ce que j'en ai lu: Une fiche bien menée, un personnage crédible et une histoire attendrissante. C'est du tout bon cela! J'attends juste ta description physique et je te valide Smile


Ton personnage ressemble un peu à Alice =) C'est assez amusant.
Enfin bref! j'aime vraiment beaucoup surtout que le style d'écriture est vraiment agréable sans avoir trois tartines de textes avec des phrases dignes de celle de philo qui te filent mal au crâne.

Bonne continuation

_________________
Résine
Messages : 188
Date d'inscription : 21/02/2012
Localisation : Dans un pot d'encre.

Feuille de personnage
Âge: 17 années
Entrave: Se sentir sale
Métier: Fermière ♣
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Mer 22 Fév - 20:45

Fini, avec un joli vava et tout et tout ~
Merci pour cet accueil et vos compliments, à tous les trois <3

.Elmeraud - Ou former un gang des [ra]cailloux \o/
Je passe sur la boîte à parlotte dès que je peux... [tiens, je peux !]

.Frederick - J'aurais jamais cru que Gustave puisse passer pour un pédo', même en repassant dans tous les sens possibles ! Mais il ne t'en veux pas, c'est pas grave X)

.Bird - Validez-moi grand Manitou !
Contente que mon style te plaise =)
Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Mer 22 Fév - 21:43

M'accordant un pause détresse parmi mes longues heures de boulot, désespérant et angoissant devant mes deux dossier (j'en ai jusqu'à 4 heures du mat - après je me couche tant pis) je viens donc valider tout cela!!
Un nouveau violet! chouette =)
j'espére que la boite à parlotte de plaira!

_________________
Tweedle Dum
Messages : 938
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge:
Entrave:
Métier:
Voir le profil de l'utilisateur http://je-de-l-ame.rpg-board.net
MessageSujet: Re: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Ven 24 Fév - 23:21

    Hellow Hellow !
    Je viens faire mon admin sérieuse, et lire les fiches que je n'avais pas lues, et après avoir fini les dernières lignes que je n'avais pas eu le temps de voir avant, je te le redis, J'AIME ! Le perso, la manière d'écrire, la mignonne petite histoire de l'avant, ... Agnaaah !
    Hâte de voir comment va évoluer ton perso !
    Voila voila, bon jeu parmi nous !
    Tweedle Dum
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: .Résine ou l'éclat d'Ambre. Aujourd'hui à 11:32


.Résine ou l'éclat d'Ambre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Help]Projet résine
» Une petite question sur la résine verte...
» ma première résine
» (conversion) Vêtements en résine verte
» Le résine c'est bon c'est chaud, la résine colle à la peau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Création de personnage :: Présentations Acceptées-