Partagez|

Unie à l'océan, la goutte d'eau demeure. [Juliette]

InvitéInvité
MessageSujet: Unie à l'océan, la goutte d'eau demeure. [Juliette] Lun 25 Juin - 21:27


L'été est arrivé depuis quelques jours déjà. Hope n'aime pas cette période de l'année, le soleil qui lui brûle la peau, la lumière qui l'éblouit, l'odeur de transpiration insupportable...
La jeune fille est là, assise sur le rebord de sa fenêtre, la tête posée sur le carreau bouillant. Elle tient dans ses mains le chapeau de plage qu'elle vient de tisser. C'est la première fois qu'elle en fait un et elle n'est pas vraiment satisfaite du résultat. Poussant un soupir, elle se tourne et pose les pieds à terre. Aujourd’hui, elle a décidé qu'elle irait faire un tour au bord de mer, l'air doit y être plus frais. Le seul soucis, c'est le sable qui rentre dans les chaussures, elle déteste cette sensation. Et puis, il va sûrement y avoir des enfants, ces petits être bruyants et gênants qui ne peuvent s'empêcher de courir en hurlant et en se lançant de l'eau.

Peu importe, si elle reste chez elle, elle va mourir d'ennui. Enfilant ses sandales, elle met son chapeau et sort. C'est le matin, le soleil n'a pas encore atteint son zénith, elle arrive donc à ouvrir les yeux. Hope emprunte le sentier qui traverse le village pour descendre vers le plan d'eau. Elle passe devant l'école où elle n'aperçoit qu'une poignée de gamins plus concentrés sur les oiseaux qui sautillent dans la cour que sur ce que dit le professeur. Il faudrait qu'elle y aille plus souvent, ça lui permettrait d'être plus rapidement au courant des derniers ragots. Continuant son chemin, elle traverse les ruelles commerçantes ou discutent joyeusement quelques enfants. Il faut reconnaître une qualité à cette saison, les gens sont plus souriants. Elle a l'impression que la chaleur les anesthésie, leur fait oublier leur misérable existence. Peut être que la sueur n'est rien d'autre que le mal en nous que l'on évacue une fois par an ? Elle secoue la tête en souriant; elle pense vraiment n'importe quoi parfois.
La jeune fille continue sa route, la chaleur se faisant plus pesante, elle accélère le pas. Une fois sortie du village il suffit de suivre les sentiers ou elle devrait croiser quelques cyclistes. D'ailleurs elle aperçoit un visage familier, c'est l'un des petits qui l'avait accueillie lors de son arrivée à Espérance ; elle le trouvait gentil bien qu'un peu niais.

« Hola Hope ! » Dit le petit garçon en passant à côté d'elle.

« Hola. » Se contenta-t-elle de répondre.

Elle n'avait pas envie d'entamer une conversation alors elle n'ajouta rien. Pourtant, bien qu'elle n'ose pas se l'avouer, parler dans sa langue maternelle lui faisait un bien fou. C'était la preuve qu'elle venait d'ailleurs, qu'elle avait un passé, un passé qui finirait par émerger des profondeurs de son cerveau. Le gamin l'avait remise de bonne humeur, comme quoi il en fallait peu.

Au bout du sentier, elle bifurqua sur la droite et descendit la pente en courant avant d’atterrir les deux pieds dans le sable. Elle s'empressa de retirer ses sandales et les secoua vivement pour en expulser le dernier grain de sable. Hope se retrouva alors pieds nu mais le sable ne brûlait pas, c'était une bonne chose. Gardant ses sandales à la main, elle avança vers l'étendue d'eau en s'attendant à prendre une bouffée d'iode dans les narines. Mais rien. Alors c'était donc vrai cette histoire que la mer n'était pas salée ? Dans ce cas ce n'était pas vraiment la mer mais plutôt un lac.
Et puis tant pis, ça lui évitera d'avoir des grains de sables coincés entre les fesses si elle décide de s'y baigner.

L'air frais caressant son visage, Hope s'approcha de l'eau et trempa le bout de ses pieds. L'eau glacée vint au contact de ses dix petits orteils et elle ne pu retenir un frisson. Ce n'était sûrement pas maintenant qu'elle irait se baigner. Pourtant elle n'avait pas envie de bouger, elle se sentait bien. La jeune fille ferma les yeux et ouvrit les bras comme pour accueillir la fraîcheur, ses cheveux fouettaient doucement ses joues, sa robe bleue s'envolait légèrement.

Elle aurait pu rester dans cette position des heures durant si le vent n'en avait pas décidé autrement. Une seule bouffé d'air et son chapeau s'envola ramenant la jeune fille à la réalité. Lançant ses sandales sur le sable sec, elle se mit à courir les bras en l'air tentant de rattraper le fuyard si possible avant qu'il ne tombe dans l'eau.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Unie à l'océan, la goutte d'eau demeure. [Juliette] Mar 26 Juin - 9:34



Ce jour-ci, je travaillais plus tard. Aussi pouvais-je profiter de ma matinée pour me détendre et profiter du soleil de ce début d'été. J'aimais le soleil, cette sensation de chaleur caressant ta peau, cette brise fine secouant tes cheveux et faisant voler autour de toi l'odeur de la mer. Chaque année, les gens avaient l'air heureux. En me promenant parmi les rues, je constatai que cette année ci ne faisait pas abstraction. Les habitants d'Espérance souriaient, se donnaient la main, rigolaient joyeusement. Je sautillai avec tout autant de gaieté, saluai ceux qui m'abordaient. Je savais où j'avais envie d'aller : à la plage. Je proposai à une amie de m'accompagner mais elle travaillait et n'avait pas le temps. Je ravalai cet échec cuisant et retournai chez moi pour chercher mes affaires. J'enfilai une petite robe blanche, mon maillot de bain orange à froufrous et des chaussures dont les lanières noires remontaient le long de la jambe. Jetant ma serviette sur mon épaule, je gambadai jusqu'à l'étendue bleutée que je chérissais tant.

Il était encore tôt et il n'y avait que très peu de monde. J'installai ma serviette au soleil et ôtai ma robe dans un élan passionné. Je passai une main dans mes cheveux blond et marchai d'un pas déterminé vers l'eau. Je mis le pieds dedans et frissonnai : elle était plutôt fraîche. Mais j'étais courageuse et j'avançai dedans fièrement, poings serrés. Quand une vague toucha mon ventre, je poussai un petit cri de surprise et éclatai de rire. J'avais conscience d'avoir l'air bizarre à rire et crier toute seule. On m'avait parfois dit que j'étais immature et que je ne faisais pas mes 17 ans. Mais qu'y avait-il de mal à s'amuser ? Je conciliai parfaitement les responsabilités et mes temps de détente. Or là, même seule, j'avais envie de me détendre, de profiter de chaque instant de bonheur que la vie m'offrait. Peu de gens aimaient autant la vie que moi. Il fallait dire qu'à part cette histoire de Roméo, je n'avais rien qui pouvait me rendre malheureuse : j'avais une maison, un travail, des amis … Mais oui, j'avais besoin d'amour. Et à cause de mon entrave, c'était impossible.

C'est alors qu'un chapeau fit son apparition dans le tableau. Je sautai pour le rattraper avant qu'il ne tombe dans l'eau et le regardai quelques instants, avant de tourner la tête vers la plage. Une jeune fille courrait vers moi, sans aucun doute la propriétaire. Je sortis de l'eau avec un sourire et le lui tendis. Je lançai d'une voix chaleureuse :

« T'as eu de la chance. Une seconde de plus et il finissait dans l'eau. »

Je l'observai un peu, de façon respectueuse. Elle était jolie, avec ses cheveux blancs et ses yeux rouges. Je regardai aux alentours pour voir si elle était accompagnée mais il y avait si peu de personnes près de nous que cela m'étonnait. Me grattant la nuque, embarrassée de ma question, je demandai :

« Tu es venue seule ? »

De nouveau je m'enfonçai dans l'eau, marchant à reculons pour ne pas tourner le dos à la fille. Une vague éclaboussa mon dos et je poussai un autre petit cri avant d'éclater de rire. C'était vraiment froid, jamais je n'arriverais à rentrer complètement. Soudain je cessai de rire et écarquillai les yeux. Quelque chose avait frôlé mon pieds. Je pâlis. Et avant que je n'aie le temps de faire quoi que ce soit, la chose se referma sur mon orteil. Je poussai un autre cri mais de douleur et de peur cette fois, me démenant contre les vagues pour atteindre la rive. Je ne faisais que de demander ce que c'était, comme si la demoiselle pouvait savoir de quoi je parlais. Une fois sortie de l'eau je secouai le pieds. Un crabe pinçait mon orteil sans aucune gêne, fier de ne pas lâcher prise. Je le secouai de toutes mes forces avant de tomber sur le dos. Son travail ici était terminé. Il lâcha prise et retourna dans l'onde. Je regardai le ciel en me massant le pied, l'air contrarié.

« Tu finiras dans mon estomac, je te le jure ! »

Les joues légèrement rosies, je passai une main dans mes cheveux, embarrassée.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Unie à l'océan, la goutte d'eau demeure. [Juliette] Mar 26 Juin - 14:48


Hope courait aussi vite qu'elle le pouvait tendant les bras vers le ciel tout en sachant que c'était inutile, le chapeau ne ferait pas demi-tour pour atterrir dans ses mains. Mais il fallait qu'elle rattrape ce maudit fuyard car elle ressentait déjà la morsure du soleil sur sa peau fragile. La jeune fille savait que sa condition d'albinos ne lui permettait pas de bronzer, la seule chose qui pouvait lui arriver, c'était de brûler. Elle en avait déjà fait l'expérience et ne voulait surtout pas recommencer.
Malheureusement, ce fichu vent continuait d'emporter son chapeau et Hope commençait à s’essouffler. Ses cheveux, emportés par la brise, lui entraient dans la bouche et lui foutaient les yeux ; sur le bas de ses jambes, le sable humide s'y était collé et la piquait ; et puis ses pieds s'enfonçaient dans le sable ce qui la ralentissait considérablement. A bout de souffle, elle pensait laisser tomber quand elle aperçut une silhouette dans l'eau. Elle aurait aimé lui crier de rattraper son chapeau mais aucun son ne sortait de sa gorge sèche, elle se contenta d'espérer que cette personne le ferait.

A son grand soulagement, la silhouette attrapa au vol son œuvre du matin. Hope n'était plus très loin et pu distinguer une jeune fille blonde, plutôt jolie, qui devait avoir à peu près son âge. Lorsqu'elle arriva enfin, l'inconnue était sortie de l'eau et lui tendait le fuyard. Elle le saisit alors et le posa rapidement sur son crâne avant de se pencher en avant, mains sur les cuisses, pour reprendre son souffle. Une fois sa gorge réhydratée, elle arriva enfin à articuler avec un sourire :

« Je te remercie, j'ai vraiment cru que je ne le rattraperai jamais... »

Maintenant, elle avait vraiment chaud, son visage était devenu rouge feu et sa bonne humeur l'avait partiellement quittée. Alors qu'elle se demandait comment faire pour partir discrètement, la blonde lui posa une question :

« Tu es venue seule ? »

Hope avait déjà entamé un léger mouvement giratoire pour aller récupérer ce qu'elle avait abandonné de l'autre côté de la plage quand elle s'interrompit. C'était le genre de question qu'elle redoutait. Qu'insinuait-elle donc par là ? Était-ce une façon de lui demander de rester pour ne pas être seules chacune dans son coin ? Le seul moyen de le découvrir était de toute façon de répondre à la question :

« Euh...Oui...Pourquoi cette quest... »

Avant qu'elle ait eu le temps de finir de poser sa question la jeune fille était déjà retournée dans l'eau. Hope se demandait comment pouvait-elle supporter une température pareille ? En tout cas, ça ne semblait pas la déranger vu qu'elle riait.

« Tu es bien courageuse de te baigner, moi je n'y mettrai pas plus que le bout de mes pieds »

Hope souriait tenant le large bord de son chapeau. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle restait plantée là alors elle en profitait pour enlever le sable collé sur ses mollets. Relevant enfin la tête, elle vit la jeune fille faire une grimace, se mettre à crier comme quoi quelque chose lui pinçait le pied, revenir vers la rive terrifiée. La jeune albinos, à contre cœur, remonta sa robe pour entrer dans l'eau et aller aider la demoiselle paniquée mais une vague vient la déséquilibrer et elle du sautiller pour ne pas s'étaler lamentablement. Pendant de temps la, la blondinette avait réussi à sortir et agitait énergétiquement son pied au bout du quel un crabe avait décidé de s'accrocher.

Hope ne pu se retenir d'éclater de rire, ce genre de chose n'arrivait que dans les contes ! Reprenant son sérieux et essuyant une larme dans le coin de son œil, elle s'approcha de la jeune fille qui proférait des menaces de mort à l’encontre du crustacé.

« Je ne pense pas que tes menaces l'impressionnent beaucoup mais je dois reconnaître qu'un bon crabe avec de la mayonnaise, c'est délicieux ! » Dit-elle en tentant de redonner son sourire à la jeune fille bléssée.

La jeune fille regarda alors le pied endolori de l'inconnue.

« Tu es sûre que ça va ? Ou tu veux que je t'aide à aller à l'infirmerie ? »

Hope se pencha vers la jeune fille pour voir si la blessure était grave. Elle n'y connaissait pas grand chose, certes, mais si jamais elle avait du mal à marcher, elle pourrait lui servir d'appui jusqu'au village.

« Au fait, moi c'est Hope, enchantée de te rencontrer ! » dit-elle avec un sourire apaisant.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Unie à l'océan, la goutte d'eau demeure. [Juliette] Aujourd'hui à 7:40


Unie à l'océan, la goutte d'eau demeure. [Juliette]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Raquettage:une goutte de pleure pour...tant de haine !!!
» “Une famille qui crie est une famille unie.” ft. Rosa.
» Le travail...
» [Didacticiel] L'eau
» [URGENT] Besoin d'aide montage photo SVP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-