Partagez|

Nathan

InvitéInvité
MessageSujet: Nathan Dim 1 Juil - 22:58

Présentation de
Et courir, afin de fuir mon ombre, que jamais elle ne me rattrape.


Personnage original.
~~
» Prénom : Nathan.
» Sexe : Masculin.
» Nationalité Anglaise.
» Âge : 17 ans.
» Lieu d'habitation : Maison.
» Poste : Bibliothécaire.
» Religion : Aucune.
» Qualités : Franc/Loyal/Intelligent/Cultivé/Charismatique/A l'écoute.
» Défauts : Peut être taciturne/ Solitaire/ Perfectionniste/ Parfois trop direct/ Accorde très difficilement sa confiance/Peu expansif sur lui-même.
» Activités/Hobbies : Nathan est musicien, compose et chante, s'accompagnant de sa guitare. Il joue d'ailleurs dans les rues, cela lui permet de gagner un peu plus d'argent quand les temps sont difficiles. Il aime beaucoup parler littérature, musique, philosophie ou bien art.
» Particularités : Rechigne à parler de son passé, a annoncé n'en avoir aucun souvenir.


Il était une fois...

C'est peut être parce que nous étions tellement semblables que nous avions ce sentiment d'être différents.
Il y avait Nous et les Autres.
Parler nous semblait inutile, un simple regard suffisait pour nous comprendre.
Plus rien ne semblait compter excepté le monde auquel nous appartenions.
Nous, et seulement nous.
Ensemble nous n'avions rien à craindre après tout, enfin, presque rien …


- Dis, t'es sûr que tu dois partir?

Ma voix avait déchiré le silence réconfortant qui s'était instauré depuis quelques minutes, entrecoupé de son souffle régulier. Il s'endormait et je n'espérais aucune réponse à vrai dire. Je l'entendis soupirer, puis attendre quelques secondes avant de finalement répondre:

- On en a déjà parlé Nat'.

Je l'écoutais se tourner vers moi. Il avait répondu d'une voix fatiguée. Je me sentais rougir dans la pénombre. J'avais honte qu'il m'ait entendu , je roulais sur le côté du matelas de manière à ne pas croiser son regard.

-Non mais je veux dire... Pourquoi maintenant?
-Je ne serai jamais libre ici. Toi non plus, et tu le sais. Et puis ça va plus loin que ça. Mais avec toi c'est différent, t'as pas de soucis à te faire de ce côté là.
-Mais comment tu comptes te débrouiller tout seul?
-Je me débrouillerai, c'est tout, je trouverai des solutions.
-T'avais promis, t'avais promis que quoi qu'il arrive on resterait ensemble, tous les deux.

Il éclatait d'un rire nerveux, lâchait sur un ton amusé:

- Tu n'peux à ce point te passer de moi?
- Rah, tu m'soules!

Et pour prouver mon exaspération, je lui envoyais mon oreiller en pleine poire. Il me regardait d'un air à la fois amusé et exaspéré, mais après avoir hésité quelques secondes entre me renvoyer l'ascenseur et dormir, préféra utiliser son propre oreiller pour y enfoncer mollement son crâne. Frustré de n'avoir reçu aucune réponse à ma déclaration de guerre je remontais la couverture et me tournais, la mine boudeuse. Il laissait échapper un petit rire moqueur:

- Pauvre chérie!
- Roh ça va hein!

C'était toujours comme ça. Il avait le don de me pousser à bout, et il fallait dire que c'était chose aisée. Mais malgré les apparences, nous nous entendions plutôt bien. A vrai dire, nous comptions énormément l'un sur l'autre. Mais malgré notre complicité, il y avait toujours eu cette... chose, entre nous, cette ombre qui planait au dessus de notre relation, cette tension palpable parfois.

- Viens avec moi.
- Qu..quoi?

Je me tournais vers lui, avec surprise.

- Mais …
- Nat', viens avec moi. Tu préfères rester ici? Viens avec moi, s'il te plait.
- Je .. Mais.. je peux pas.. J'peux pas partir, comme ça, c'est..
- Laisse tomber. C'était stupide.
- Arrête !
- Non toi, arrête. Nat', j'suis fatigué.

Il semblait en colère. Je fermais les yeux, attristé de la tournure de la conversation. La dernière chose que je voulais, c'était qu'elle tourne à la dispute. Ma gorge se serra et je ravalais à grand peine les larmes qui commençaient à perler au coin de mes yeux.

- Dis?

J'étais indécis. Il grogna, semblant peu amène:

- Quoi encore?
- Qu'est ce que tu entendais par.. « avec toi c'est différent »? P..pourquoi moi je ne devrais pas me faire de soucis?

Un long silence tendu suivit ma question. Mon coeur battait la chamade. Je sentais bien que je touchais du doigt le sujet épineux, que je demandais enfin à entrevoir le visage de l'ombre.

- Je... Nat', j'ai pas envie de parler de ça. Fiche moi la paix, dors.

Il était parti le matin même, alors que j'étais encore endormi, sans laisser de mot ni même d'adresse.

Et puis...



Et puis la douleur, la souffrance, l'incompréhension, la rage, la haine, la violence, le besoin de destruction …
Tout ça était leur faute. Comment avaient ils pu m'arracher mon seul souffle de vie? De quel droit, pourquoi?

- Calme toi!!
- Fermez la, FERMEZ LA!
- JE T'INTERDIS DE ME PARLER COMME CA, EXCUSE TOI TOUT DE SUITE!

La respiration se fait saccadée, l'air vient à manquer. Toute la tête tourne, le corps devient lourd, des fourmis parcourent mes doigts. Je tente un pas, puis un autre, mes jambes tremblent, je m'effondre finalement.
Je repousse brutalement la main qui se tend. L'impression de flotter, d'être déconnectée, et puis cette douleur dans ma poitrine.

Trou noir.


Malgré le temps qui passe, malgré les apparentes fluctuations de votre mémoire, les souvenirs restent intacts. Il se glissent, fourbes, dans vos rêves, pendant votre sommeil. Mais la douleur est la même. Elle est juste teintée de nostalgie et d'amers regrets.


Ils vécurent heureux et...

Douleur. Gêne. Froid. Une étrange sensation ; mélange de trouble, d'angoisse et de gêne physique. Et puis la fatigue, la fatigue qui m'empêche d'ouvrir les yeux.
Bouche sèche, rappeuse. Un corps étranger et désagréable à l'intérieur, qui m'empêche de respirer à ma guise. Et puis une quinte de toux, subite, incontrôlée, violente. Du sable. Le goût, la sensation du sable qui crisse sous mes dents. Un haut-le-cœur qui me secoue.

Réveil.

Mes paupières s'agitent, avec difficulté. Petit à petit, ma vue s'habitue à la lumière. Mes poumons tentent à nouveau d'expédier la silice qui s'y est insidieusement infiltrée. Je tente de me redresser mais mes mouvements sont trop brusques et mon estomac se soulève à nouveau. Nouvelle tentative. En me redressant, mes doigts s'engouffre dans le sol. La plage. L'air marin soulève quelques frissons sur mes bras nus. Les vagues qui dévorent peu à peu le sable sec viennent lécher le bout de mes pieds.

Angoisse.

Et tout à coup, tout s'accélère. Le cadre idyllique fait naitre une angoisse ténue, avant que je ne réalise que ma présence ici est totalement injustifiée. Je. Mais qui, je ? Un nouveau frisson me parcourt. Malgré mes efforts, je n'arrive pas à mobiliser ma mémoire. Quelques souvenirs, diffus, semblent me regagner, avant de finalement filer entre mes doigts, sournois. La peur monte en grande.

Courir.

Une course effrénée, dans le sable. Courir, après quoi ? Après une réponse peut être. Mes membres engourdis me font mal. J'ai du mal à tenir la cadence que je m'impose. Ma gorge est en feu. Chaque nouveau pas m'arrache un sursaut, mais je n'y prends pas gare. Ma gorge se noue alors que mes chaussures claquent pour la première fois sur les rues pavées. Je ralentis l'allure et m'immobilise tout d'un coup.

Choc.

- Говнодавы !
- Excusez-moi, je …

Le choc a été rude, je m'empresse de faire volte-face, sous le regard courroucé de l'inconnu, et j'en oublie de lui demander où je me trouve.

Et soudain.

- Nat ?

Il m'empoigne le bras, d'un poing ferme, et plonge l'azur de ses yeux sur mon visage, me détaillant d'un air inquisiteur. Flash. Sensation de déjà-vu, gêne. Je me dérobe promptement à son emprise, un frisson parcourt mon échine. Ce surnom m'est familier, il est mien, j'en suis désormais persuadé. Pourtant, la crainte s'empare aussitôt de moi. Une étrange impression me saisit, je tourne les talons sans ajouter un mot. Méfiance.

C'était il y a une semaine. En une semaine, peu de souvenirs me sont revenus. Cette rencontre m'a laissé un goût amer. L'étrange sentiment de reconnaître ce jeune homme qui était pourtant mon premier contact humain dans Espérance. Les autres habitants ? Pour l'instant, je me montre méfiant, sur la défensive. Je les observe, réponds volontiers à quelques sourires, entame des discussions concernant les nouvelles acquisitions de la bibliothèque dans laquelle je me suis terré. Je n'ai pas encore rencontré le directeur et fuis le Reflet. Si je n'en donne pas l'impression, je suis malgré tout constamment sur mes gardes, drapé de silence.


La princesse eût par ce moyen toutes les perfections inimaginables...

Nathan, au premier contact, c'est un visage chaleureux, invitant à la confidence, mais qui laisse vite place à une moue impassible, stoïque. Il pourrait presque en paraître hautain, mais au lieu de lui donner un air condescendant cette mine détachée lui confère un quelque chose de mystérieux, de charismatique. Il y a ce côté presque sauvage qui en attire plus d'un, plus d'une. Un peu comme une vague, dont la force et la couleur nous séduirait, qu'on tenterait vainement d'emprisonner entre nos doigts, mais qui resterait inaccessible.
Mais cette apparence froide cache une nature torturée, où colère, haine et regrets s'entrechoquent avec violence. Il est secret, très secret, mystérieux, entouré de brume. Et derrière ses yeux parfois absents, perdus dans le vide, on discerne sans mal quelques tourments. Quelque chose qui bouillonne, intérieurement. Il les déteste, eux qui lui ont arraché ce à quoi il tenait le plus au monde, même si désormais ce sentiment semble injustifié, diffus, irréel. Cette peine qui le pourchasse depuis quelques années déjà l'a suivi jusque ici et le détruit à petit feu, transforme l'enfant téméraire et chaleureux en un jeune homme renfermé et solitaire. Pourtant, Nathan a déclaré n'avoir aucun souvenir de sa vie antérieure. Mais un homme sans passé n'est pas à ce point marqué par les regrets, les remords, la duperie ne sera pas longue.

Quant-aux relations qu'il entretient avec les autres villageois, elles sont assez artificielles. Aller vers les autres ne lui est pas vraiment difficile, c'est la suite qui l'est. Bien sûr, charmer les jeunes demoiselles ou récolter les regards de quelques jeunes hommes à la brasserie est plutôt distrayant. Et puis après tout, même si l'on est peu expansif sur soi, l'important et de laisser l'autre s'adonner aux confessions, ainsi la complicité naît rapidement, même si on ne se livre pas vraiment en réalité. C'est le genre de personne qui affronte sans ciller les pires épreuves mais qui, à la manière d'un petit animal craintif, n'osera jamais se mettre en danger sur le plan humain. Après tout, pourquoi se reposer sur les autres? Il sera là, sans doute, si vous avez un pépin et que vous ne lui êtes pas trop désagréable, mais partager ses humeurs, que nenni! Il prétexte être indépendant et ne se mêle donc généralement pas plus que ça à ses camarades. En réalité, les rapprochements dégoûtent Nathan, pire, ils l'effraient. Mais pourtant, il est pour lui de première nécessité de camoufler cette crainte, afin de ne pas éveiller les soupçons.

Étrangement, Il n'est pourtant pas détesté. Sans pour autant être apprécié, les gens ne le haïssent pas et certains vont même jusqu'à éprouver une quelconque admiration teintée de curiosité. Les plus modérés lui reconnaitront simplement sa loyauté, ses valeurs, sa dévotion parfois, et son perfectionnisme.
Après tout, il a juste du mal à se montrer conciliant parfois, a la réplique facile et sait comment être blessant quand on le titille un peu trop. Mais si on ne l'attaque pas il pourra même se montrer abordable qui sait?

Le moment où il semble le plus abordable, d'ailleurs, c'est sûrement quand il joue. Comme il est jouissif de se sentir envolé, le temps d'un morceau, et de partager cette sensation avec d'autres!
C'est dans ces moments-là où il se divulgue, toute autre: lumineux et léger. Et là, seulement, quand il arrive qu'un léger sourire se dessine sur ses lèvres et qu'il s'autorise un petit rire franc, il retrouve un peu de cette candeur perdue un peu trop soudainement..


On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie.

ἄπτω. φόβος. Hapto et phobos. Haptophobie. La crainte des rapprochements corporels, des plaisirs charnels. Qu'on se rapproche, et se rapprocher en retour. Nathan les redoute, les crains. Et pourtant, pour une raison qui vous échappe, il lui est indispensable d'aller se confronter aux gens. D'aller titiller le désir de ces demoiselles. D'aviver la flamme, en quelques belles paroles, avant de s'évaporer, en un sourire contrit. Vous n'arriverez sûrement jamais à vous saisir totalement du jeune homme, puisque avec une certaine adresse, il vous filera entre les doigts en toute volupté. Comment comprendre cette entrave? Sûrement vous faudra t-il aller fouiller dans le passé de cet étrange énergumène. Son passé, seulement..?

Pour le moment, Nathan n'a aucune idée de son apparence dans le Reflet. Celui-ci l'inquiète, il a peur de l'apparence qui pourrait s'offrir à lui et il repousse l'instant où il devra s'y engouffrer.


Miroir, miroir dis-moi qui est la plus belle ?

De petite taille, un corps fin et sans réelles formes, un visage androgyne, des traits un peu féminins.
Plusieurs coups de ciseaux plus qu'approximatifs pour donner forme à une chevelure d'un brun de jais.
Son teint pâle contraste avec ses yeux gris comme la pluie aux longs cils noirs, et sa bouche rosée ainsi que son petit nez lui donnent un air mutin. Nathan sourit rarement franchement, se contentant la plupart du temps d'esquisser un petit rictus amusé, mais quand cela lui arrive, il a un sourire presque carnassier.
Il est souvent vêtu de façon simple, avec des vêtements larges qui ne collent pas au corps, blancs ou noirs, répugne à mettre de la couleur.
Il aime beaucoup changer d'apparence, teindre ses cheveux par exemple.
Une voix de ténor plutôt cassé, Trois piercing à l'oreille droite, quatre à la gauche. Il a souvent l'habitude de mimer les gestes qu'il effectue à la guitare, sans s'en rendre vraiment compte, ou d'afficher une mine ennuyée quand on l'interrompt dans sa lecture.


De l'autre côté du miroir...

» Prénom/Pseudo : No'
» Âge : 18 ans le 23.
» Où as-tu connu Je de l'âme ? En furetant çà et là avec Luka, en quête d'aventure!
» Comment le trouves-tu ? Le design est sympa, l'histoire laisse place à une bonne dose d'imagination, et en plus de ça les membres ont l'air actifs et agréables.
» Expérience en RP : Oh plusieurs années, avec de l'administration, un peu de graphisme aussi ... Mais j'ai laissé tomber ces dernières années, faute de trouver un forum accueillant et chaleureux, où on pouvait former une réelle communauté.
» Présence : Pendant les vacances elle sera active, à la rentrée cela risque d'être plus compliqué... ( faute à la prépa! )
» Code réglement :
» Code contexte :


Dernière édition par Nathan le Lun 2 Juil - 21:06, édité 1 fois
Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nathan Lun 2 Juil - 8:38

Pour ce que 'jai lu c'est très sympa, agréable à lire et fluide. Interessant aussi! à suivre donc Wink
même si moi je connais déjà la vérité tralalalalalére ♥

_________________
Tweedle Dum
Messages : 938
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge:
Entrave:
Métier:
Voir le profil de l'utilisateur http://je-de-l-ame.rpg-board.net
MessageSujet: Re: Nathan Lun 2 Juil - 21:24

    Huhuhu, fiche bien sympathoche, entrave originale, et plume intéressante (bien que quelques petites fautes), bref, j'adhère =) J'ai hate de voir comment ça va évoluer cette relation avec Luka ! Et puis un guitariste quoi =D

    Donc voila, tu es validé !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nathan Aujourd'hui à 9:47


Nathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Costume Nathan Drake
» [Blog] Coup de coeur : Nathan Sawaya
» BON ANNIVERSAIRE NATHAN/JOY-STICK
» fan club kazemaru(nathan)[recrutement ouvert] de mark89076
» Kevin, Nathan et Tymmy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-