Partagez|

Konstantin, Sweet Russia

InvitéInvité
MessageSujet: Konstantin, Sweet Russia Jeu 5 Juil - 21:56

Présentation de
„Dans la vie, Rien n'est plus intolérable, ni de fait moins toléré, que l'intolérance ?“


Norvège feat Axis Power Hetalia
~~
» Prénom : Konstantin/Kostia
» Sexe : Homme
» Nationalité Russe
» Âge : 17
» Lieu d'habitation : Maison
» Poste : Professeur d’espéranto/littérature
» Religion : Aucune connue
» Qualités : Passionné, doux, se remet facilement en question, diplomate.
» Défauts : Lunatique, Perfectionniste, exigeant, obstiné, trop sûr de lui dans le cadre de son travail, maniaque, bellâtre et de fait, charmeur se croyant irrésistible.
» Activités/Hobbies : Lecture, piano, natation, gym.
» Particularités : Kostia ne supporte pas qu'on le conteste dans le cadre de son travail et se lave très (trop) souvent les mains.


Il était une fois...

« L’historien est un prophète qui regarde en arrière » Heinrich Heine

Konstantin, se rappelle d’un bruit sourd qui se rapproche au fur et à mesure que le temps passe. De l’angoisse qui monte. De l’inquiétude qui grandit face à un danger dont, enfant, il ne mesure pas l’étendue.

« Maman, est-ce qu’on va mourir ?
-Non mon Kostia. Je ne laisserai pas ces ублюдки te faire du mal. Si les товариш fuient encore, il nous faudra nous retirer vers Moscou. Puisse acier nous protéger. »

« Acier » ? Qu’est-ce que cela pouvait signifier, surtout au nominatif dans sa langue maternelle ? Pourquoi acier ? Comment l’acier pourrait-il les protéger, alors que partout ailleurs, on disait qu’il volait en éclat ?
Puis, c’est le feu. Il se voit, avec un sentiment de désespoir, mettre le feu à leur récolte et à leur étable. Il se souvient, se tourner vers l’horizon, en feu lui aussi, alors que le bruit se fait de plus en plus clair, de plus en plus fort, de plus en plus rapproché.
Konstantin se rappelle de Moscou, « La Mère ». De son faste. De ses clochers d’or massif. De ses tours de marbre blanc. De ses palais.
De sa misère. De la maladie et des vices, des crimes courant les rues.
Enfin, Kostia se rappelle d’un mal le rongeant, le détruisant de l’intérieur. Il se rappelle de son sang en feu, d’une lumière blanche, éclatante, des cris, des pleurs. Il se revoit vomissant tout ce qu’il avale. Il se souvient de sa tête, lourde et endolorie par une fièvre qui ne voulait pas baisser, de son corps courbaturé. Enfin il est hanté par une parole qui, déjà enfant, lui faisait peur :

« Il est en vie. C’est un miracle que nous ayons réussis à le réanimer. La maladie aurait pu le tuer. »


Ils vécurent heureux et...

« Celui qui suis son cœur en aidant le monde et ses gens gagnera la dévotion des hommes qui le suivent et l’écoutent » Hojo Shigetoki.

Kostia ne se souvient plus de quand il est arrivé à Espérance. Le temps n’a pas beaucoup d’importance pour lui, il s’en préoccupe juste pour le travail. Kostia s’est retrouvé allongé, un matin, sur quelque chose qu’il ne connaissait pas, avec un bruit calme et reposant qu’il ne se souvenait pas avoir déjà entendu. En se levant, il vit le sable et la mer… Aussi étrange que cela puisse paraître, il n’avait jamais vu une telle étendue d’eau, et la mer l’attira assez rapidement. Il se sent au meilleur de sa forme avec les pieds dans l’eau.
Il s’intégra assez rapidement à la communauté d’Espérance. Bien que son côté bellâtre lui créée quelques ennuis, tout comme ses numéros de charme, il s’entend parfaitement bien avec la plupart des habitants. Il entretient de bonnes relations avec le directeur d’Espérance, des relations « normales », et Bird lui a paru quelqu’un de gentil, dans les rares occasions où ils se sont rencontrés.
Bizarrement, cette vie en communauté est loin d’avoir dépaysée Konstantin. S’il n’a le souvenir que du visage de sa mère, il a l’impression d’avoir toujours vécu en communauté. D’avoir toujours vécu en obéissant aux ordres d’un grand et bon chef. Il apprécie donc énormément Espérance, où il goûte à la liberté, où il se sent utile, en instruisant les autres. Il considère Bird comme un bon chef, et les habitants comme ses égaux. Konstantin a tout juste entendu parler du reflet, et ne le craint pas, sans qu’il l’attire particulièrement.


La princesse eût par ce moyen toutes les perfections inimaginables...

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir ensemble comme des idiots. » Martin Luther King.

Konstantin adore la littérature, et, ayant rapidement appris l’esperanto, est très vite devenu professeur espéranto et de littérature dans l’école de Bird. Il est quelqu’un de très sinon trop sûr de lui, ce qui le fait paraître arrogant, voire vicieux dans certaines situations. Ne ressentant jamais ni la honte, ni la gêne, il est très orgueilleux et obstiné. S’il est philosophe et fait preuve de dialectique dans la vie courante, il n’en va pas de même dans le cadre de son travail, où il ne supporte pas qu’on le contredise. Il est quelqu’un de différent dans la vie courante et au travail, à tout point de vue. Assiduité, fermeté, et égalité sont des notions qui diffèrent avec lui suivant où il se trouve.
Kostia préfère la parole à l’action, mais sais néanmoins réagir en agissant quand il le faut. Le sang russe qui coule dans ses veines, sans doute. Quoi qu’il en soit, il est très, sinon trop exigeant avec les autres, dont il veut le meilleur « pour le bien de la communauté », et est un maniaque complet, qu’il s’agisse du rangement, du ménage, ou de tout autre domaine ou cela peut s’exercer.
Enfin, Kostia est un charmeur, ou plus exactement, un dragueur et un maître chanteur, ce qui lui attire les foudres de certaines personnes, et il se sert de cela pour parvenir à ses fins. Il est, dans ses périodes de chantage, aussi insolent qu’arrogant, fier et de mauvaise foi.


On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie.

« L’ignorance préserve de la peur » Jean-Yves Soucy.

C’est vrai. L’ignorance préserve de la peur. Si Konstantin avait été ignorant, s’il n’avait pas été malade, s’il n’avait jamais entendu cette phrase lui annonçant que la maladie avait failli le tue, sans doute n’aurait-il jamais atterri à Espérance, avec une entrave telle que la sienne, des années plus tard. Il avait grandi depuis qu’il était tombé malade, mais son hypocondrie avait grandie avec lui. Dans son esprit, la mort et l’agonie sont associées à la maladie, la rendant intolérable. Au moindre rhume, Kostia prend peur, et s’il le pouvait, achèterait un hôpital pour y être soigné. Cela se traduit le plus dans sa vie de tous les jours par le fait qu’il se lave une vingtaine de fois les mains par jour, cinq fois les dents, et deux fois le corps. L’hypocondrie étant ce qu’elle est, elle a rendu Kostia maniaque, et d’une exigence rare quant à la propreté, exigence qui s’est ensuite généralisée.
Dans le Reflet, Kostia est un grand squelette armé d’une lance en forme de caducée. Cette apparence reflète sa peur de la mort et de la maladie.


Miroir, miroir dis-moi qui est la plus belle ?

« Les gens pardonnent tout, sauf la beauté et le talent. » James Mac Niel Whistler.

Kostia est un garçon normal. Blond avec deux grands yeux bleus tirant sur le mauve, il a souvent dans les cheveux une barrette en forme de croix. La peau pâle, il aime les teintes sombres ou bleutées qui contrastent avec sa peau. Mesurant aux alentours d’un mètre soixante-dix-huit, il est relativement musclé. Kostia est loin d’être le plus grand sportif d’Espérance. Il coure et nage beaucoup, aime à faire de la gym, mais considère le sport uniquement comme un moyen de rester en bonne santé, d’éviter la maladie. Il préfère d’ailleurs lire ou jouer du piano dans la salle de musique. Konstantin reste fin, des cheveux aux pieds, en passant par la tête et le reste du corps, sa musculature étant peu imposante, et supporte mal la chaleur, se réfugiant dans la mer dès que la chaleur dépasse les 25° C. Ses cheveux lisses ont des reflets châtains clairs par endroits. Droit et fier en toute situation, il marche d'un pas vif et porte bien souvent des gants.
.


De l'autre côté du miroir...

» Prénom/Pseudo : Le Grand Manitou des Toupoutous /PAN/
» Âge : "L'âme appartient au temps de toujours" Platon je crois.
» Où as-tu connu Je de l'âme ? DC et ami de Birdynounet chéri et de Dum.
» Comment le trouves-tu ? Super
» Expérience en RP : ...
» Présence : Le plus souvent possible, avec la prépa.
» Code réglement :
» Code contexte :
Tweedle Dum
Messages : 938
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge:
Entrave:
Métier:
Voir le profil de l'utilisateur http://je-de-l-ame.rpg-board.net
MessageSujet: Re: Konstantin, Sweet Russia Sam 7 Juil - 17:02

    Vaaaalidé ! Tu pourrai avoir un lien avec Gretchen, cette demoiselle qui déteste tant les cours d'Espéranto !

Konstantin, Sweet Russia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Horde sweet horde
» Sweet little baby - [Dehl' & Léa] - [ENG]
» Meanwhile, in Soviet Russia
» JMK ♣ Sweet Jenna, sweet teacher... à votre service.
» Présentation de SwEet-LovE.x

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-