Partagez|

On ferait mieux d'aller dormir...

InvitéInvité
MessageSujet: On ferait mieux d'aller dormir... Dim 8 Juil - 12:25


La soirée est bien avancée maintenant. La chaleur qui a accablé l'ensemble de la colonie durant la journée semble s'être retirée pour laisser place à une agréable fraîcheur. Les enfants ont tous rejoint leur Domaine ; après les événements éreintants de la journée, rares sont ceux qui s'aventurent au-dehors au-delà de 22h.

Cléopâtre fait néanmoins partie de ceux-là. Elle marche légèrement, les mains dans le dos, sautillant presque d'un air guilleret, silhouette solitaire dans la Ville. Elle fredonne l'air d'une chanson d'Irlande, mais ce monde lui paraît bien loin. Puis elle s'arrête et elle ferme les yeux, renverse la tête en arrière et écarte grand les bras. Dans cette position, elle sent mieux la caresse de la brise sur son visage et ses épaules nues. Elle écoute le bruit du vent dans sa courte robe blanche. Elle se détend, soupire d'aise. Ses paupières s'entrouvrent, elle regarde le soleil qui décline et son esprit s'évade. Elle ne l'a pas vu aujourd'hui. Pas même entraperçu. Cette pensée l'attriste. Pourtant, tout se porte pour le mieux dans son équipe et la journée a été bonne ; mais rien n'y fait, son corps frêle porte le poids de la déception.

« C'est nul. »

Oui, c'est nul. Elle a été portée toute la journée par l'espoir de le voir, et maintenant il n'y a plus qu'à attendre le lendemain. Cléopâtre se remet à marcher, se dirige vers la pelouse. Elle enlève ses sandales, et ses orteils se glissent agréablement dans les brins d'herbe. Un pas, deux pas.

« C'est vraiment nul. »

La fillette se laisse tomber en arrière et s'allonge dans l'herbe avec un soupir. Elle fait la moue. Elle voudrait aller voir César chez les Romains, mais elle ne peut pas. Débarquer à l'improviste... Elle ne sait même pas où est la chambre du chef d'équipe. Non, elle devrait retourner chez les Égyptiens. Elle n'a plus rien à faire là. Mais elle n'a pas envie de rentrer. Autant rester là.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: On ferait mieux d'aller dormir... Dim 8 Juil - 12:53

    Il était d'humeur morose. Comme souvent, il avait l'impression qu'un étau lui oppressait la poitrine sans bien savoir d'où venait l'origine de son mal. Pourtant, la journée s'était bien passée. Dans l'équipe tout allait bien, les enfants s'entendaient à merveilles, quelques disputes mineurs mais rien de très grave. Alors qu'y-avait-t-il ? Pourquoi n'arrivait-t-il pas à se réjouir parmi ses camarades ? Pourquoi s'était-il sentit obligé de s'esquiver alors que la Louve, Sidka et les autres lui avaient proposés d'aller s'offrir un goûter tardif, festif et improvisé dans le réfectoire ? Pâris, son lieutenant l'avait regardé d'un oeil suspicieux alors qu'il s'était attardé dans sa chambre en prétextant être fatigué et n'avoir pas faim mais il avait eut la bonne idée de le laisser tranquille, face à cet accès de déprime qui devenait de plus en plus récurent.

    Allongé sur son lit, le romain réfléchit. Il rêve. Il pense à la colonie, à ses nouveaux amis, à elle. Il pense souvent à elle. En se souvenant qu'il ne l'a pas vu de la journée, un élan de tristesse l'envahit. La rouquine lui manque. Il n'arrive pas à la chasser de sa tête. Son rire, ses babillages incessants, leurs délires. Cléopâtre... Arrête. Arrête de déprimer en pensant à elle. D'accord ? Vous n'êtes pas dans la même équipe. Alors tu vas arrêter de te morfondre, te lever, et aller rejoindre les autres. Pâris doit t'attendre en plus.

    Il se lève précipitamment, sort de sa torpeur et empoigne sa cape et sa couronne de laurier avant de quitter le Palais Romain d'un pas décidé. Aller au réfectoire. Rejoindre l'équipe. Passer une bonne soirée. Bon programme, en somme. Il court dans la ville. Ses pieds martèlent le sol à un rythme régulier alors qu'il inspire de grandes goulées d'air. Il court sans s'attarder sur le décor, ni sur le vent qui souffle tout bas sur son visage, ni sur cette silhouette informe qui est tapie dans l'herbe. Il s'y prend même les pieds.

    Chute. La silhouette piaille alors qu'ils roulent tous les deux dans l'herbe. Il essaye péniblement de se relever en se demandant quel est l'imbécile qui s'est allongé dans l'herbe. " Tu pourrais pas..." mais il laisse sa phrase en suspens en voyant un éclair de longs cheveux roux. Cléopâtre. Une chaleur nouvelle irradie son coeur alors qu'il s'écrit, soudain ravie. " Cléo ! " Une envie brutale de la serrer dans ses bras le prend mais il se retient et se contente de lui tendre une main pour la relever. " Je suis désolé. Je t'ai fais mal ? Ca va ? Qu'est-ce que tu fais là ? Cléo ! Si je m'attendais à te voir ici ! " Il rigole. Il se sent bien tout à coup. Mais un doute passe dans son regard et il tourne la tête avant de révéler ses craintes à voix hautes. " Horus et Bird sont pas là ? "
InvitéInvité
MessageSujet: Re: On ferait mieux d'aller dormir... Dim 8 Juil - 13:21


« AÏE ! »

Et Cléopâtre crie. Elle veut se redresser mais son agresseur l'entraîne dans son élan ; elle roule, une mèche de sa chevelure rousse se coince sous un corps avant d'être subitement relâchée. Elle agite les bras, cherche à échapper à l'étreinte de l'inconnu, secoue les jambes. Enfin leur chute s'interrompt, et elle lâche un juron entre ses dents en se massant la tête. Qui ose ébouriffer ses magnifiques cheveux dont elle prend soin au quotidien ? En plus, l'herbe a taché sa robe, désormais parcourue de longues traînées vertes. Furibonde, la fillette se redresse péniblement sur un coude, serre les poings, ouvre la bouche...

« Tu pourrais pas... »

Et son expression s'adoucit en un instant. Fureur devient étonnement ravi, et un sourire radieux illumine son visage. Cette voix, elle ne la connaît que trop bien.

« Cléo !
– César !
»

Elle éclate de rire sans savoir pourquoi. Elle a envie de lui sauter au cou mais elle se contente d'attraper fermement la main qu'il lui tend, avant de lisser les plis de sa robe. C'est bien inutile ; le vêtement est fichu, avec toutes ces taches... Elle s'empresse de passer maladroitement la main dans ses cheveux pour les aplatir, les joues un peu rosies.

« Je suis désolé. Je t'ai fait mal ? Ça va ? Qu'est-ce que tu fais là ? Cléo ! Si je m'attendais à te voir ici !
Non, non, ça va, t'inquiète pas, j'ai juste eu p... enfin, j'ai été surprise. Je... euh... Je me promenais. J'avais pas très envie de rester... Enfin, je voulais prendre l'air. Et toi ? T'es pas avec les autres Romains ? »

Passée cet échange de banalités, il tourne la tête, comme à la recherche de quelque chose.

« Horus et Bird sont pas là ? »

Cléo s'accorde un instant pour calmer son rythme cardiaque et savourer cette rencontre. Aussi loin qu'elle se souvienne, ils n'ont jamais été seuls tous les deux, aussi isolés. Il y avait toujours un Romain à rappliquer pour poser une question à César, ou alors Horus dont le regard accusateur lui brûlait la nuque. Il est gentil Horus, mais des fois il est énervant, à toujours être dans son dos. Ces circonstances ne font qu'accroître sa nervosité, mais elle prend la parole le plus naturellement possible :

« Non. Ils... En fait, je suis partie toute seule, je les ai pas prévenus... Et puis, ils sont gentils mais j'ai bien le droit de faire ce que je veux, hein... »

Ils devaient sûrement être en train de la chercher. Ce n'était pas très gentil pour eux, mais bon. Après tout, elle vivait pour elle, pas pour eux. Ses responsabilités n'allaient pas la poursuivre toute la journée, elle pouvait bien s'accorder des instants de répit !

« Bref ! Je suis contente de te voir. » C'est une affirmation d'une banalité navrante, mais dans sa bouche souriante de petite fille sincère, ils sonnent avec une intensité non-négligeable. « Qu'est-ce que tu allais faire ? Pourquoi tu courais ? T'es tout seul ? »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: On ferait mieux d'aller dormir... Dim 8 Juil - 13:54

    Il ne fait pas attention à ses cheveux en désordre, encore moins à sa robe blanche désormais striée de tâches vertes. Non. Il regarde son visage, ses grands yeux verts pétillants de malice qui brillent actuellement d'une lueur de joie dont il espère être la cause. Elle rit, de sa belle voix claire et limpide et elle attrape la main qu'elle lui tend. Cette petite paume chaude dans la sienne lui arrache un nouveau sourire. Cléopâtre ! Il est heureux de l'avoir croisé.

    Elle lui réponds. Ses mots s'entrechoquent, désordonnés. Lui, il continue à sourire bêtement. Sa bouche n'arrive pas à garder un pli neutre. A sa question quant à la présence d'autres romains ils secouent la tête et réponds. " Euh non. Du moins si.Mais non. En fait, je devais aller les rejoindre. Pâris organise un goûter nocturne au réfectoire. Mais je...euh, c'est pas grave si j'arrive pas tout de suite. Même que tu pourrais venir avec nous, si tu veux ! " s'exclame-t-il, confus. Il ne sait pas comment exprimer à voix haute qu'il veut rester avec elle.

    Elle lui affirme que Bird et Horus ne sont pas avec elle et il ne sait pas pourquoi, mais cette information le fait sourire davantage. César n'aime pas Horus. Il est toujours en train de l'observer d'un oeil fourbe et suspicieux. Et puis, il a l'impression que le garçonnet cherche à l'éloigner de Cléopâtre, à marquer la distance entre leurs deux équipes. Quant à Bird, le grand gamin de douze ans a l'air trop sage pour qu'il lui fasse entièrement confiance. Avec ses airs de pédagogue en retrait, le romain ne sait pas bien comment le cerner. Et puis, c'est agréable, de rester seul avec Cléopâtre.

    Elle luit dit qu'elle est heureuse de le voir et le compliment lui va droit au coeur. " Moi aussi Cléo, j'suis content d'être avec toi. " qu'il répond, spontanément, sans réfléchir. Il hausse les épaules et marmonne que les romains n'ont pas absolument besoin de sa présence. Un petit silence s'installe durant lequel il ne sait pas quoi dire. Parler avec Cléo' quand il y a du monde, ça va, surtout qu'habituellement, la rouquine a assez de conversation pour deux.

    " C'est chouette, la colo', hein ? " C'est une banalité. Mais le silence commence à lui devenir insupportable. " J'aurais bien aimé qu'on soit dans la même équipe. " renchérit-il en s'asseyant sur le sol, la tête posée sur les genoux. Sa couronne de laurier glisse sur le sol mais il pense à peine à la ramasser. Il regarde Cléopâtre. Ses cheveux roux brillent sous l'éclat de la lune.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: On ferait mieux d'aller dormir... Dim 8 Juil - 15:12


« Euh non. Du moins si. Mais non. En fait, je devais aller les rejoindre. Pâris organise un goûter nocturne au réfectoire. »

Cléo se rembrunit. Pourtant, une heure plus tôt, elle aurait donné n'importe quoi pour échanger ne serait-ce qu'un salut avec César ; à présent qu'il lui est donné de rester plus longtemps en sa compagnie, elle ne peut plus se satisfaire d'une amorce de conversation. Elle se gratte la tête, se force à sourire, se prépare mentalement à accepter ce départ inopiné.

« Mais je... euh, c'est pas grave si j'arrive pas tout de suite. Même que tu pourrais venir avec nous, si tu veux ! »

La fillette écarquille exagérément les yeux. Inviter un adversaire à une fête au sein même de l'équipe ! C'est du jamais vu. Entre chefs d'équipe, en plus ! Ce serait officiellement marquer l'amitié des Égyptiens et des Romains. Une alliance. Quoique, du point de vue stratégique, c'est pas inacceptable. S'unir pour être plus forts. Depuis le commencement du Jeu, toutes les équipes plongent têtes baissées dans la rivalité – ou la neutralité pour les Perses, mais ça c'est autre chose. L'innovation, ça ne peut que faire du bien ! La tête d'Horus quand elle lui parlerait de ses projets, lui qui ne supporte pas César et son équipe en général... Bird est beaucoup plus ouvert d'esprit et raisonnable, il serait prêt à en discuter. Non, elle ne peut pas attendre, elle doit demander à César maintenant, droit dans les yeux. Mais s'il refuse ?

N'empêche que du point de vue strictement personnel, César vient de l'inviter dans son Domaine à lui, et à faire plus ample connaissance avec ses amis les plus proches. Cléopâtre rit bêtement, ravie de cette proximité.

« Oh bah tu sais, moi ça me gênerait pas hein, mais bon, je sais pas, Pâris serait pas vraiment content et les autres non plus, faut voir que je suis pas une Romaine donc je risquerais de gêner, j'ai pas envie de t'attirer des ennuis et j'ai peur de t'embêter donc c'est peut-être pas super, et puis au pire je t'accompagne jusqu'à là-bas comme ça on peut discuter plus longtemps. »

Elle reprend enfin son souffle avec une grande inspiration. En Irlande, les instituteurs l'appelaient ironiquement le « moulin à parole », mais ils n'avaient jamais rien pu faire pour l'empêcher de bavasser à longueur de temps.

« Parle-lui de l'alliance. Allez Cléo, motive-toi ! »

Mais la conversation continue, et tous les deux ils se disent qu'ils sont contents d'être ensemble, ça les emplit d'un engouement commun et ils se sourient d'un air benêt. Le silence s'installe et pour une fois, la rouquine ne sait pas quoi dire. Ou du moins, elle n'ose pas parler de ce qui lui tient à cœur et elle cherche désespérément un banal sujet de discussion. Aucun éclat de voix, pas de bruit de pas, rien pour les arracher l'un à l'autre et pourtant ils restent là, les bras ballants, incapables de s'échanger une parole. Désespérant.

« C'est chouette, la colo', hein ? »

Elle sent le malaise de César. Elle ne peut qu'acquiescer vivement – « Ah oui hein c'est super » –, alors qu'il renchérit en affirmant qu'il aurait aimé être dans la même équipe qu'elle. Elle réfléchit, elle imagine. Ils se seraient parlés tous les jours, auraient pu se rapprocher sans subir les sourcils froncés des uns et les murmures des autres.

« Oui, mais l'un de nous deux n'aurait pas été chef d'équipe. Et puis, je ne m'imagine pas plus dans l'équipe des Romains que toi avec les Égyptiens, à mon avis. »

Simple constat. Ils sont faits différemment. Elle s'assied à côté de lui, attrape délicatement la couronne de laurier et joue avec.

« Ça rajoute du piquant, comme dans un roman. »

Elle n'ose pas rajouter que c'est digne d'une histoire d'amour impossible, et cette seule idée lui fait monter le rouge aux joues. Le silence s'éternise. Son cœur bat de plus en plus fort, mais elle doit parler, elle ne peut pas garder son idée sous silence. Elle arrache difficilement son regard à la contemplation de la couronne de laurier entre ses doigts fins et pose ses yeux verts sur César. Il est splendide, avec ses traits fins, son regard sombre.

« César, je... Je réfléchissais à ce que tu me disais tout à l'heure, et... » Elle qui parle toujours directement, la voilà qui s'empêtre dans ses mots et qui bafouille. Elle respire, ferme les yeux, plonge son regard déterminé dans le sien. « Et si on liait une alliance entre nos deux équipes ? Enfin, on s'entraiderait, on s'unirait pour devenir plus forts que les Vikings et les Perses. Après, bien sûr, il y aura toujours une rivalité entre nous, mais ça nous permettra de les surprendre et de reprendre le dessus. Qu'est-ce que tu en penses ? »

Et Cléo parle, parle, elle ne voit rien d'autre que César, son Romain à elle, son César, et elle ne se rend pas compte qu'un nouvel individu a fait irruption...

InvitéInvité
MessageSujet: Re: On ferait mieux d'aller dormir... Dim 8 Juil - 19:24

Vingt-deux heures passées, tout le monde ou presque était rentré dans la Pyramide des Égyptiens. Tout le monde ou presque était là où il devait être. Tout le monde ou presque respectait le couvre-feu avec une assiduité déconcertante. "Ou presque". Et c'était ce "presque" qui le gênait, justement. Parce que la personne manquante était aussi la fillette la plus importante de l'équipe. Il l'avait cherché dans les nombreuses salles du palais à la forme étonnante, en commençant par sa chambre, avait déambulé dans les couloirs entremêlés, et en était finalement arrivé à cette conclusion alarmante : la Reine des Égyptiens s'était éclipsée discrètement. Et sans le prévenir. Ben tiens, ça l'aurait étonné, aussi ! Il voulait bien lui accorder toutes les libertés du mondes, mais il aurait aimé être prévenu de sa sortie. Si elle l'avait fait, son escapade n'aurait certainement pas paru aussi louche.

Lui, il était Pharaon, et même si Cléopâtre partageait son statut de chef d'équipe, il n'aimait pas être le dernier au courant. En fait, il n'aimait pas s'inquiéter. Pourtant, en quittant la Pyramide à l'improviste, la Reine l'obligeait à s'inquiéter. A tous les coups, elle fonçait droit dans un piège. Elle avait peut-être été capturée par un ennemi - tout de suite, l'image de cet effronté de romain lui vint à l'esprit - et faite prisonnière ! Et s'ils voulaient des Clés, en échange ? Il balaya ces idées d'un mouvement rageur de la tête. Non. Elle était trop maligne pour se laisser piéger par ces fourbes de romains ! Quoi que... Ces derniers temps, Cléo montrait de moins en moins d'hostilité à leur égard. De nouveau, il hocha négativement la tête. Peut-être s'inquiétait-il pour rien. Elle avait sans doute besoin de souffler un peu, après les défis auxquels l'équipe avait été conviée, récemment. Mais vérifier en valait tout de même la peine, non ?

Horus quitta lui aussi l'impressionnant bâtiment de pierres jaunes après avoir prévenu Bird de son absence, se demandant où la rouquine avait bien pu passer. Reléguer le commandement de l'Équipe ne lui plaisait pas tellement, mais il avait pleinement confiance en l'autre enfant. Il était assez mature pour gérer une situation de crise, même s'il doutait de la nécessité de telles mesures. Bien, il pouvait dès à présent se concentrer sur la recherche de Cléopâtre. Il se dirigea un peu au hasard dans la Colonie, ne sachant trop par où commencer, la Reine n'étant pas présente autour de la Pyramide. Il espérait vraiment qu'il ne lui soit rien arrivé de grave. En arrivant près de la Ville, il capta du mouvement. Quelqu'un approchait. Il se faufila derrière les premiers arbres de la forêt qui bordait le sentier avant de laisser place à une vaste étendue verdoyante et attendit patiemment, tapis dans les ombres. Le mouvement se transforma bientôt en silhouette. Une silhouette terriblement familière, une silhouette détestable. César ! Le général Romain. Une silhouette qui s'étala lamentablement sur le sol herbeux, aussi. Bien fait pour lui, songea l'Égyptien avec délice.

Mais son sourire satisfait s'effaça bien vite lorsqu'il se rendit compte que son rival avait trébuché sur... Cléopâtre ?! Ils échangèrent quelques mots, le garçon aida la Reine à se relever, ils parlèrent encore. Trop bas pour qu'Horus puisse saisir le sens de toutes leurs paroles. De quoi discutaient-ils ? Cette rencontre improbable était-elle préméditée ? Ses craintes étaient donc justifiées. Les Romains avaient bel et bien tendu un piège à la rouquine ! Ce César ne reculait décidément devant rien. Furieux contre le général adverse, il quitta discrètement son abri forestier pour se planter juste derrière les deux autres meneurs.

« Et si on liait une alliance entre nos deux équipes ? Enfin, on s'entraiderait, on s'unirait pour devenir plus forts que les Vikings et les Perses. Après, bien sûr, il y aura toujours une rivalité entre nous, mais ça nous permettra de les surprendre et de reprendre le dessus. Qu'est-ce que tu en penses ? »

Son coeur manqua un battement. Pardon ?! Elle pouvait répéter, là ?!

« Oh, vraiment ? Sans me demander mon avis ? »

Son ton cassant ne s'accordait vraiment pas avec l'ambiance romantique de la scène. Il n'aimait pas qu'on ne le consulte pas avant de prendre une décision importante. Surtout que celle-ci engageait toute l'équipe. Même Bird ne pourrait pas accepter une telle folie. Cléo faisait ce choix toute seule, parce qu'elle admirait César. Mais lui, il savait ce qu'il était réellement. Un imposteur, prêt à tout pour gagner. Pas quelqu'un d'honnête et respectable. Pas quelqu'un à qui on pouvait faire confiance. Pas un allié, mais un ennemi des Égyptiens.

« César est un tricheur, un menteur et un traître, fit-il à l'intention de l'Égyptienne, sans un seul regard au général Romain. On ne peut pas lui faire confiance ! »

Puis il se tourna vers "l'autre".

« Retourne vers ton équipe, toi, laisse Cléo tranquille. - Puis, de nouveau à la rouquine - Viens Cléopâtre, on s'en va. Bird va s'inquiéter si on ne rentre pas bientôt. »


HJ:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On ferait mieux d'aller dormir... Aujourd'hui à 5:39


On ferait mieux d'aller dormir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sujet inutile,, ne servant a rien, qui ferait mieux de ne pas exister
» Graham - A l'école ils nous ont appris le passé simple mais il ferait mieux de nous apprendre le futur compliqué.
» Petits conseils pour avoir une équipe de la mort qui tue (ou presque)!
» Quelle est le panda le mieux approprié avec un feca?
» [Guilde Horde] Le Cercle Élémentaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: Cross-Forum :: Infans-