Partagez|

[abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric]

Acedia
Messages : 36
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 21
Localisation : Dans mon lit.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Mer 18 Juil - 20:01

Il devait être 8heures. Oui… 8heures. Trop tôt. Beaucoup trop tôt. Mais aujourd’hui,
on l’avait jeté de la chambre avec entrain. Pourquoi ? Elle n’avait pas bien entendu,
les oreilles pleines de sommeils et de ces doux murmures que Morphée continuait de
lui susurrer, empêchant le vacarme extérieur de pénétrer son esprit embrumé.
Blanche lui avait dit d’aller en cours. Pourquoi ? Ne pas l’avoir dans les pattes pendant
qu’elle réfléchissait à une nouvelle manigance où elle ne serait qu’un pion. Mais elle aimait
être un pion. Non. Elle aimait être son pion. Elle n’avait pas même pris le temps de
vraiment s’habiller, une jupe rose délavée et un t-shirt beige au col rose, trop grand,
cachant cette jupe de moitié. Pour seule chaussures, des claquettes rouges… Il était
8 heures oui, la grande horloge lui hurlait aux oreilles. Résonnant dans son esprit comme
une plainte de démon venu du fond des enfers… Oui… Belzebuth avait décidé que la douce
Acedia ne dormirait pas ce matin. Il viendrait pourfendre les bras de Morphée qui
l’encerclait encore, lui tranchant la tête. Soupir. Et elle, elle était là, à trainer dans les
rues. Trainant les pieds lourdement sur les pavés. Soupir. Sommeil. Tellement sommeil…
Et les gens s’activaient dans la rue : les élèves qui allaient en cours, d’autres ouvraient les
boutiques… Et tout cela dans un vacarme épouvantable. Le monde était accéléré comparé
à la lente Acedia. Elle marchait. Les yeux presque clos. Se perdant entre rêve et réalité,
personne ne la remarquait, trop lente pour vivre vraiment, apparaitre aux yeux des gens.
Elle trainait des pieds, ne prêtant pas attention au monde autours d’elle qui se pressait,
qui la bousculait, elle trébuchait. Soupir. Elle rouvrit ses yeux presque clos, éblouie par la
lumière de cette immense et belle boule de lumière qui s’élevait doucement dans le ciel.
Soupir. Elle reconnut l’endroit. La cour de l’école. Ses pas l’avait porté là. Ici comme
ailleurs. Elle s’en fichait. Mais… Soupir. La jeune fille se remis à marcher, lourde, lente,
blasée. Déception. La bibliothèque était encore fermée. Soupir. Où aller ? Une idée vint
alors traverser son esprit vide et froid. Aller en classe. Elle était invisible. Trop lente
pour attirer l’attention des professeurs. Une place… Près de la fenêtre… Chauffant au
soleil… Mais cette action nécessitait réflexion. Après tout, elle n’allait plus pouvoir sortir
profiter de la nature après avoir franchit la porte de la classe… Soupir. Pas envie de
réfléchir. Pas envie de changer d’endroit. La jeune fille se remit à marcher, pris une salle
de classe au hasard… Et s’installa à une place dans le fond de la classe, abandonnée, près
de la fenêtre. Elle s’effondra de suite, allant soigner cette douce Morphée qui l’accueillait
avec douceur et ce sourire magique… Elle dormait. Profondément… Le soleil chauffant sa
peau, le rythme de sa respiration, de son cœur, lent et régulier… Elle entendit la sonnerie,
le vacarme du début de cours… puis plus rien. Ni son, ni images. Acedia ne rêvait pas.
Ou alors, elle ne se souvenait pas. Si ce n’est quelques cauchemars de l’autre monde qui
venait lui transpercer l’esprit de doutes et de craintes… La chaleur enveloppait
tendrement son corps dans une douce étreinte… Le sommeil. Sa meilleure occupation.
Mais toutes choses, aussi agréables soient-elles, ont une fin. Soupir. Elle ouvrit les yeux.
Le soleil se couchait. 17 heures, hurlait la pendule. La jeune fille ne se releva pas tout de
suite, gardant sa tête au creux de ses bras, examinant la pièce, vide de toute vie des yeux.
Personne ne l’avait vu. Personne ne l’avait réveillé. Elle n’existait pas. Mais le plus
surprenant dans l’histoire, c’est que la jeune fille réalisait qu’elle avait en sa possession,
un étrange pouvoir. Celui de voyager dans le temps. Elle n’avait pas vu la journée passer.
Une journée de plus. La douce Acedia parvenait à faire des bons dans le temps, et cela
ne lui déplaisait pas. Elle fermait les yeux, et plusieurs heures s’écoulaient. Encore une
fois preuve de sa lenteur… Soupir. Mais, pas le sien cette fois. Celui d’un jeune homme,
assis là-bas, au bureau, au milieu des bouquins et des papiers. Acedia ne faisait que des
mouvements de têtes, son corps encore engourdit par le sommeil et la tentation d’y
replonger. Mais trop tard. Leurs regard s’était croisés. Elle plongea alors ses yeux d’azurs
dans ceux du jeune homme qui l’observait, immobile et silencieux, comme examinant une
charogne du regard. Elle n’était pas morte. Enfin, pas complètement, même si ses
battements pouvaient le faire croire aux autres… Soupir.

Elle ne parvenait pas à bouger d’un pouce, victime de sa flemme…

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Mer 18 Juil - 21:55

La journée avait défilé à une vitesse affolante : Travailler avec toute ces classes sur le thème du rêve et de la liberté avait porté ses fruits. Tous ou presque savaient plus ou moins que les rêves prenaient une tournure déroutante, dans ce village. Certains en parlaient ouvertement, fier d'avoir découvert des bribes de leur passé; d'autres étaient apeurés à l'idée d'évoquer ne serais-ce qu'un simple petit détail de leurs rêves, car ils en étaient traumatisés.
Tel est l'emprise des rêves sur la liberté : les uns se libérant peu à peu de leurs entraves pour replonger dans des entraves plus difficiles encore, d'autres essayant d'avancer sans jamais se libérer, préférant demeurer enchaînés à leurs peurs...
Les avoir amenés à parler de ce sujet en classe avait pour but de les faire débattre entre eux, et de s'aider mutuellement afin d'ajouter de la cohésion dans ce groupe. "L'expérience" débutait plutôt bien et des groupes commençaient naturellement à se former, seulement mon projet était l'unanimité et pas des dissociations. Alors je devais trouver un terrain d'entente où tous avait les mêmes idées... autrement dit j'en avais encore pour longtemps.
Je ne voulais pas rentrer tout de suite, car se retrouver seul chez soi, après tout, ce n'est guère réjouissant. Je décidais donc de travailler encore un peu à l'école et je me mis en quête d'un lieu pour travailler.
Et là par le plus grand des hasards, une salle où dormait une jeune fille, plutôt jolie, et qui ne m'avait pas entendu.
Aussi je décidai de m'installer au bureau où je déposai tous les livres que j'avais emprunté et je commençai à travailler durement pour le cours de demain.
Il est vrai que lorsque l'on travaille on ne voit pas le temps passer, et lorsque je relevai la tête de mes cahiers, le soleil amorçait sa descente et l'heure avait diaboliquement tourné... Mais ce n'est pas ce qui attira mon regard, non. La fille qui dormait, qui m'apportait un peu de réconfort à sentir une présence autre que la mienne venait de se réveiller et nos regards se croisèrent. Autant vous dire qu'elle allait trouvée ça méchant de ne pas l'avoir réveillé pour qu'elle parte chez elle, mais que voulez vous ? Je n'avais pas envie de rester seul voila tout ...
Gêné par ce regard, il ne l'interrompit pas car une pointe d'orgueil vint faire apparition dans son esprit : il était le professeur, elle était l'élève, ce n'était donc pas à lui de s'excuser ou quoique ce soit d'autre !

" Je vois que vous venez de vous réveiller, bien, Pouvez vous me dire ce que vous faisiez ici dans cet salle, sans votre classe ?"

L'attaque imparable du professeur : j'avais honte mais il fallait agir ainsi. Au moins cela permettait d'ouvrir le dialogue.
Beaucoup de professeurs n'aimaient pas ma façon de procéder avec les élèves, tout simplement parce qu'ils sont moins ouverts que moi aux dialogues et aux débats. Cela doit être mon côté philosophique, je crois... Je me demande si j'étais comme ça avant ...

Elle était là à me regarder, cette expression vide de sens sur le visage et pourtant elle paraissait capable d'être tellement vivante mais malheureusement elle demeurait éteinte...
Acedia
Messages : 36
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 21
Localisation : Dans mon lit.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Mer 18 Juil - 22:45


Il la fixait droit dans les yeux, pingouin perdu au milieu de nombreux ilots de copies.
Il la fixait comme ça, pendant quelques minutes, sans rien dire pourtant… Puis le silence
imposé se brisa. Sa voix résonna comme une réprimande, le regard d’un coup,
un peu plus sévère.
« Je vois que vous venez de vous réveiller, bien, Pouvez vous me dire ce que vous faisiez ici
dans cet salle, sans votre classe ?
» Silence. Aucuns sursauts ne vinrent trahir la jeune
femme. Aucuns étonnements. Aucunes émotions. Poupée aux sentiments délavés. Son regard
blasé restant dans celui du jeune homme qui ne paraissait pourtant pas bien plus vieux qu’elle.
Son esprit était vide. Son corps ne bougeait pas d’un poil. Juste son cou parvenait à bouger sa
tête. Alors, elle inclinât légèrement la tête sur le côté. Soupir. Aucune envie de bouger.
Flemme. Mais aussi un certain désespoir commençait doucement à étreindre son âme… Soupir.
Elle écoutait les bruits dehors, se lassant déjà de la présence du jeune homme qui ne la lâchait
pas du regard. Un regard qui devenait à la fois agréable et pesant. Elle détourna le sien, venant
abriter ses azurs dans le couché de soleil qui s’offrait à elle. Une farandole de couleurs et
d’émotions se dégageait de la belle boulle de lumière qui s’apprêtait à aller se coucher. Se
coucher. Elle avait toujours envie de dormir. Un nouveau saut dans le temps. Elle écoutait le
monde qui s’activait, elle qui semblait pouvoir échapper au temps. Elle écoutait aussi les bruits
de pas qui se rapprochaient d’elle. Elle ne détourna pas son regard de la magnifique peinture
offerte par le Seigneur. Du bleu. Du violet. De l’orange. Du jaune. Du rose. Toutes les couleurs
du monde se dégageaient des cieux, se rependant doucement sur cette étendue d’azur,
étendant lentement le rideau de la nuit, toutes ces couleurs se reflétant dans son regard,
ces billes bleues azurs... Vides et calmes. Puis elle se souvint de la question de
cet homme qui à présent, ne la regardait plus. Il s’était approché, mais, stoppé
devant la beauté du spectacle que contemplais la jeune fille, il regardait maintenant
par les fenêtres de la salle de classe. La jeune fille releva lentement sa tête, la pression
de son cou prenant un temps surnaturel pour tenter de relever cette tête qui s’était
placée sur ses bras, il y a de cela 9heures… Puis elle essaya d’articuler.
« Je dormais. » Et elle articula. Les mots se formaient sur ses lèvres
Silence. Aucuns sont ne sortaient de sa bouche. Toujours aucune expression
sur son visage n’exprimait sa surprise et sa désolation. Le jeune homme avait reporté
son regard sur elle, la regardant en coin. Peut être vexé qu’aucune réponse ne fût
donnée pour satisfaire sa curiosité vorace de professeur… Elle ne l’avait jamais vu.
En même temps, elle ne venait pratiquement jamais en cours. Et elle y dormait la plupart
du temps. Comment reconnaitre quelqu’un qu’on a rencontré que lorsque nos yeux étaient
fermés et que Morphée nous susurrait son amour et sa douceur à l’oreille ? Impossible,
tout simplement. Elle l’examina, son cou reposant doucement sa tête sur ses bras qui
attendaient patiemment le retour de la vaillante. Son regard appelait doucement à l’aide
en silence, une petite crainte de ne plus jamais pouvoir bouger, rentrer à l’internat, revoir
le visage de sa tendre Blanche commençais à germer dans son esprit vide et plat. Sa gorge
avait la sécheresse d’un désert, ne pouvant laisser s’échapper qu’une plainte, sa langue
pâteuse et engourdie par le sommeil ne lui permettant de convenablement respirer même,
ou avaler sa salive… Sa y est c’est la fin. Elle ne pourrait même pas dire à cet homme
qu’elle était prisonnière de son propre corps. Elle ne pourrait pas même pleurer pour
attirer son attention. Il penserait qu’elle se serait rendormie peut être… Crainte.
Doute. Son cœur commençait à battre à un rythme normal, pour ne pas dire qu’il battait plus
vite que d’habitude… Elle lança un petit regard à l’enseignant qui la regardait du coin de l’œil
sans rien dire, pensif, un regard qui disait :

« A-aidez moi… »,
ces lèvres, articulant ces mots sans bruits.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Jeu 19 Juil - 0:33

Elle venait de me parler, ou plutôt elle avait essayé de me parler mais rien n'était sorti de sa bouche pourtant quelque chose clochait : Ses yeux. Emplis de tristesse, Comme un appel au secours, elle semblait contrainte à ce silence, mais impossible à dire , à savoir. je reportais mon regard vers le ciel, tentant de ne pas la regarder directement pour qu'elle sache que je n'étais pas obnubilé par elle mais que je me préoccupais suffisamment d'elle pour rester à proximité.
Cependant elle semblait éteinte, presque vide de vie et cela m'inquiétait :
Souffrait-elle d'une quelconque maladie ? était-elle maltraitée au sein de l'école à telle point qu'elle s'en affaiblissait ?
Je ne pouvais la laisser comme ça, elle me faisait de la peine. Malgré le fait que je sois professeur, j'étais d'abord un être humain et mon devoir était avant tout de l'aider.
Aussi je pris une chaise puis vint m'asseoir à côté d'elle. Ne sachant pas comment lui parler et si elle allait me répondre je me mis à regarder le ciel... Toutes ces couleurs, magnifiques synergie entre le rouge et le bleu, c'est ce qui rend le crépuscule si beau...
" Tu savais que la couleur Rouge du ciel n'est pas dû au Soleil ? On raconte que c'est dû aux violentes tempête qui sévit sur Mars et qui projette de la poussière, nous l'envoyant ici ... Il paraît que c'est signe que demain il fera beau..."

Elle semblait perdu, les yeux dans le vague mais ne semblait ni transpirante dû à une fièvre, ni grelottante donc elle semblait à première vue en bonne santé. Alors pourquoi était-elle ainsi ?
Je ne savais pas, je ne pouvais pas comprendre à l'heure actuelle des choses mais ce n'est pas ça qui me fera abandonner. Je me dois d'être là pour mes élèves et pour tout être humain. De plus on est dans une école et un professeur abandonnant quelqu'un serait criminel.
" Ecoute je vais te ramener au Dortoir, et de là je pense que tu trouveras la force de parler"
Je la pris dans mes bras, et je sentis à quel point elle était légère. Cependant elle n'en demeurait pas moins jolie.
Je la déposais à terre le temps de ranger mes affaires et je fermai la porte a clé avant de la reprendre. Mon travail se devait d'être protégé. Je marchai tranquillement avec elle dans mes bras et je lui parlais de choses et d'autres pour voir si elle allait réagir. J'employais un ton calme et convivial bien différent de celui que j'emploie face aux élèves turbulents croyez moi !
" Tu sais, j'espère que tu n'as pas peur de moi, je ne te veux aucun mal. En tant que professeur, je serais toujours là pour t'écouter si tu veux me parler."
Le malaise ne devait pas s'installer mais il est vrai que là, cette situation avait tout pour qu'il s'installe.
une jolie fille muette, un professeur se sentant seul : un cocktail explosif en matière de problèmes ? je ne savais pas ce qui allait advenir mais je n'avais qu'une envie : l'entendre parler ...
Acedia
Messages : 36
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 21
Localisation : Dans mon lit.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Jeu 19 Juil - 18:03


Des bruits de pas, une chaise qui dérape sur le sol, le jeune homme s’assied à côté d’elle.
Silence. Il admirait les cieux lui aussi. Sa voix résonna dans la pièce vide comme une mélodie,
voletant jusqu’à l’oreille d’Acedia qui avait elle aussi tourné son regard vers le ciel.
« Tu savais que la couleur Rouge du ciel n'est pas dû au Soleil ? On raconte que c'est dû aux
violentes tempête qui sévit sur Mars et qui projette de la poussière, nous l'envoyant ici ...
Il paraît que c'est signe que demain il fera beau...
» La jeune fille écoutait sans un mot.
Elle ne pouvait pas lui dire. Lui dire qu’elle savait. Qu’elle l’avait lu dans un livre à la
bibliothèque. Elle articula sans un bruit toujours un « Je sais. » toujours inaudible,
sa bouche laissant une plainte aigüe s’échapper du fin fond de sa gorge. Elle dessinait
les mots qui s’élevaient doucement dans les airs, laissant un silence profond entre les deux
personnes. Elle ne bougeait pas, fixant l’infini de ses yeux clairs et glacé, perdu dans ce
formidable assaut de couleurs venues de mars. Elle se demandait quelles autres couleurs
venaient des étoiles, venaient de ces boules suspendues comme par magie dans l’obscurité,
comme cette planète, cette beauté bleue luisant dans le noir, se prélassant gracieusement
dans la lumière de la magnifique boule de lumière qui berçait ces jours. Elle fixa alors le ciel
avec un regard profondément vide, qui pourtant claquait les couleurs de ce monde. Aucunes
expressions. Un manque flagrant de sentiments était triste pour les gens de l’extérieur,
surtout face à une beauté pareille. Surtout sur un visage si fin, un visage statiquement doux,
mais reflétant une froideur, un vide qui faisait fuir les regards. Pourtant, ce jeune homme,
ce professeur restait près d’elle, à parler. Comme s’il ne voulait pas que cette conversation a
sens unique s’achève, puisque, même si la jeune fille avait voulu répondre, elle n’aurait pas pu.
Elle sentait pourtant le regard du jeune homme glisser sur elle, essayant de comprendre son
état qui était pourtant simple : Elle était endormie. Mais éveillée. Elle avait fait un trop grand
saut dans le temps. Voilà ce qui arrive quand on succombe à la paresse. On dort tellement qu’on
se transforme en statue de pierre, condamné à ne plus bouger, à voir le monde s’activer. Voilà
les séquelles des voyages temporels. Elle songeait, fixant le ciel sans vraiment le voir. Puis, on
la tira de ses songes. La voix retint à nouveaux, des accents de tendresse, un air bienveillant
de professeur aillant trouvé un élève s’étant blessé en tombant dans la cour, le genou écorché.
« Écoute je vais te ramener au Dortoir, et de là je pense que tu trouveras la force de parler »
Elle le regardait. Ces gestes lents, ce regard rassurant. Et elle le regardait. Sans un mot.
Il glissa un bras dans son dos, la couchant doucement sur ce bras, se rendant compte alors de
son corps mou et endormi, froid et malléable. Il glissa son autre bras au creux de ses genoux.
Silence. Elle se sentait bien plus que légère. Ses jambes pendaient dans le vide, rythmant les
pas du jeune homme qui l’observait du coin de l’œil. Elle tremblait, essayant de bouger le bout
de ses doigts. Tremblements. Elle y parvenait à peine. Puis, ce professeur la déposa
doucement près du bureau. Ses jambes, comme un réflexe, la soutenait presque sans logique,
sans explication, douloureuses et tremblantes de ne pas avoir été détendues, une nuit et une
journée. Elles non plus ne supportaient pas les voyages dans le temps. Elle soupira, étendant
douloureusement les bras, son visage dessiné de traits fins ne trahissant pas cette douleur qui
parcourait alors tout son corps. Elle tendait les bras, entrelaçant ses doigts, commençant de
s’étirer, dégelant ses membres congelés. Puis elle s’arrêta. Pourquoi s’étirer alors qu’elle allait
se recoucher..? Encore une fois, victime de sa flemme. Soupir. Elle s’arrêta. Attendant sans
bouger. Droite. Les bras ballants. Elle était grande pour ses 16 ans. Élancée. Jolie.
Mais négligée. Ces cheveux trop courts, une certaine violence dans les coups de ciseaux qui
les avaient coupés. Mais un visage fin, démuni d’expression, un regard magnifique, sans aucunes
flammes qui brillait, aucuns rêves qui l’enflammait, aucune joie non plus. Elle était juste là pour
être là. Elle vivait ces voyages dans le temps, et restait en dehors des histoires du monde.
A finir par être en dehors du court du temps, à force de le laisser courir sans elle, trop lente
pour le rattraper. Les bras du jeune homme virent retrouver les places qu’ils avaient occupées
quelques instants plus tôt, et la même force la soulevait à présent. Une impression d’être une
plume. De ne rien peser. Il marchait doucement, sans la secouer, le silence s’installant de
nouveaux entre eux. Et cela, le jeune professeur aux cheveux noir l’avait remarqué. Il brisa
alors cette gêne qu’il apportait de lui-même, Acedia ne se préoccupant pas tant que ça de la
situation. « Tu sais, j'espère que tu n'as pas peur de moi, je ne te veux aucun mal. En tant que
professeur, je serais toujours là pour t'écouter si tu veux me parler.
» Elle articula, sa voix ne
revenant toujours pas « Je n’ai pas peur de vous. » Mais la phrase résonnait sans bruits,
comme toujours. Alors elle fixa son regard, essayant de lui faire comprendre du meilleur
moyen qu’elle connaissait, les mots de l’âme, les mots dits avec les yeux. Les minutes passaient,
peut être même qu’une demi-heure s’était passé, le jeune homme portant Acedia a quelques
endroits où il devait se rendre, ne quittant pas de suite l’établissement, quelques papiers
important à récupérer sans doute… Elle se laissait porter, gardant toujours un œil sur le ciel,
comme prise d’une fascination secrète, illisible sur son visage. Puis elle chuchotât, sa voix
résonnant dans le vide, cette voix aux tendres accents soviétique qu’elle pensait ne plus jamais
entendre. « Une étoile… » Le jeune homme s’arrêta, la regarda.

Il avait entendu sa voix.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Sam 21 Juil - 23:20

Une étoile


Je venais de l'entendre... Quel voix ! à l'accent prononcé mais tellement mignon, cela venait des pays de l'Est de l'Europe. Un accent sublime agréable à entendre, prononcé comme il le faut. J'ai toujours pensé que le monde était fait de chants et de sons différents que tout ces sons me paraîtraient grossiers car différents mais pourtant je suis là, à porter une fille terriblement jolie mais malheureusement si lasse, qui parvient avec énormément de mal à parler ... . Le fait qu'elle parle, me fit sursauter le coeur : je le sentis faire un bond dans ma poitrine. Mais je ne devais pas ... Alors je fis face et cela fut pénible mais bon, un professeur sait montrer l'exemple n'est ce pas ?

" Ainsi donc vous pouvez parler ? Excellent, Cependant je dois savoir si vous êtes réellement en bonne santé ou pas ..."

Je continuais à marcher, à errer serait plus exact, à la recherche de quelqu'un pouvant m'ouvrir l'accès au dortoir car je n'y avais pas accès. Avec de la chance, il serait ouvert et je trouverais quelqu'un. Sinon on avisera. Restons concentré sur un seul objectif car la divagation de l'esprit finit souvent par avoir raison de nos débats spirituels constructifs.
La nuit tombait peu à peu mais la lune était éclatante .... tellement belle . Comme elle, Surtout que cette lumière rendait ses traits plus étincelants. Certes elle ne possédait pas de formes généreuses et elle ne mettait pas sa beauté en valeur mais elle était magnifique malgré toute cette "flemme" qui émanait d'elle. Je ne savais pas comment elle se nommait, je ne savais pas comment lui demander car après tout, comment parler à quelqu'un de presque muet ? Cela me faisait penser à un sujet que j'avais donné à mes élèves : Comment communiquer, lorsque notre esprit s'enferme... ?
La réponse était évidente et pourtant personne ne l'avait trouvé. Leur esprit n'est pas assez affûté pour le moment mais je comptais remédier à cela. Bref je divague encore et je ne connais toujours pas son prénom.

" Si tu es capable de parler, peux tu me dire ton prénom je te prie ?"

On aurait dit un enfant qui demandait à une nouvelle amie qu'il ne connaissait pas, il y a à peine 30 secondes, son prénom. Je peux vous assurer que je n'étais pas très à l'aise : après tout, cela faisait peu de temps que j'étais "arrivé" ici et je n'avais pas eu de très bonnes expériences auprès des filles ... Toutes étaient jeunes et certaines paraissaient vraiment sublimes ... Du haut de leur 16 ans . Seulement j'étais plus âgé et je ne savais pas quels polémiques pourraient surgir de tout ça.
Alors je cherchais sans volonté à trouver une compagne qui me trouverait digne d'elle mais cela était une tâche plutôt ardue... en réalité autant qu'en apparence...
j'avançais encore et encore, divaguant une fois de plus, perturbé par cette fille, que j'essayais de raviver sans réel grand succès... Est ce qu'il y a de l'espoir ? Je ne sais pas mais j'essaierais jusqu'au bout... Je te le promets...
Acedia
Messages : 36
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 21
Localisation : Dans mon lit.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Mar 24 Juil - 17:12


Elle admirait alors la première étoile naissant de la mort de la bille de feu, et de
l’apparition de l’astre de nuit… Cette petite lueur qui naissait dans le noir, si petite,
si fragile… Faible et pourtant si belle. Son regard se perdait alors dans les profondeurs
de cette nuit qui s’étendait doucement, le ciel se tachant d’encre noire, se rependant
silencieusement, brisant le rouge, l’orange et l’azur qui teintait le ciel… « Ainsi donc vous
pouvez parler ? Excellent, Cependant je dois savoir si vous êtes réellement en bonne santé
ou pas ...
» Le jeune homme observait Acedia, une petite lueur au fond de ces grands yeux
fins. Elle y plongea, silencieuse, observant les longs cils de ce professeur inconnu. De longs
cils noirs…
Qui lui rappelaient ceux de Blanche, interminables, d’un noir profond lorsqu’ils
étaient enveloppé dans ce maquillage qui lui donnait un charme fou… Mais lui n’en avait pas
besoin. Il avait ces cils de poupée au naturel… Étonnant de trouver un brin de féminité
chez un jeune homme. Il déambulait, la portant sans aucun mal… Elle n’avait pas à marcher,
puisqu’elle n’en avait pas le pouvoir, mais cette situation l’arrangeait quelque peu. Admirer
le paysage, portée par un professeur serviable était plutôt agréable… Mais c’était la
crainte au fond du cœur qu’elle voyageait dans les bras du jeune homme. Personne dans
les couloirs, aucuns bruits à pars celui des pas du serviteur qui errait toujours, l’air
inquiet, dans les couloirs… Jetant de furtifs regard à la jeune fille démembrée qui ne le
quittait pas des yeux, observant cette part de féminité qui l’attirait, la fascinait. En plus
d’avoir de longs cils, ces lèvres étaient fines et semblaient douces, une pureté troublante
habitant son visage… Une trouvaille qui la ravissait sous ses airs statiques et doux… Ces
lèvres s’entrouvrirent, dessinant des courbes, dansant sur ces dents blanches… Des mots.
Des sons. La douceur dans sa voix, une certaine bienveillance ponctuée d’une curiosité se
voulant discrète, une certaine impatience dans la voix, ces lèvres se pinçant pour
empêcher un sourire gêné d’accompagner cette demande… « Si tu es capable de parler,
peux tu me dire ton prénom je te prie ?
» Elle clignait doucement des paupières, ces
petits pétales qui recouvraient de moitié ces yeux fatigués et vides de toutes motivations…
Elle ne répondit pas de suite. Un doute s’empara de son esprit. Acedia.
Ce nom était synonyme d’ennuis. Elle était Nahash. Elle n’était jamais en cours… Peut être
était-il son professeur ? Peut être la réprimanderait-il..? Elle vint doucement se pincer les
lèvres, ce doute lui serrant le cœur. Elle s’était faite prendre. Blanche la sanctionnerait.
Que faire ? Mentir ? Le mensonge était un vice. Autant que le démon qui lui dévorait le
corps, cette maladie qui lui endormait l’esprit. Sa flemme. Prendrait-il en pitié une Nahash?
Ces petits démons qui sèment le trouble sans se soucier des autres ? Acedia ne faisait
qu’obéir… Un sourire de la part de Blanche pour la meilleure des récompenses… Elle
s’envolerait au paradis en une caresse. Donnerait son corps en pâture au diable pour un
baiser… Mais là, elle était prisonnière des bras d’un professeur. Elle chuchotât
doucement, fuyant le regard du professeur qui attendait toujours patiemment le nom de
la belle au bois dormant. « Acedia. » Elle sentait son regard glisser sur elle, mais n’oser
détourner ces yeux que, quelques secondes avant, elle avait plantés, captivée, dans ses
yeux… Les derniers rayons de lumières chauffaient ses jambes, le garçon s’étant arrêté
sans bruits… Connaissait-il ce nom ? Mais Acedia repris de sa voix douce et ponctué de
ces tendres accents soviétique, une petite question pour détourner celle de son identité,
une question qui restait pour elle sans réponse, une envie secrète, elle à qui on arrêtait le
temps, la montre de son cœur transformait les secondes en heures et les heures, en
éternité… « Dites moi… » Reprit-elle, la voix fatiguée, ces lèvres dessinant avec extrême
lenteur qui se mêlait au battements de sa propre horloge...

« Sauriez vous remonter le temps.. ? »
Sa voix, toujours tellement lente, une lente douceur... Mais son regard, toujours vide...

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Mer 25 Juil - 12:06

Spoiler:
 

Acedia ce nom résonna en moi : elle était l'élève que je n'avais jamais vu, l'élève dont on m'avait dit de se méfier, elle et 6 autres de ses camarades. Je n'avais pas compris pourquoi mais maintenant je réalisais que cette mise en garde était justifiée.

"Alors c'est toi, toi l'éternelle absente de mon cours hein ? Je ne te ferais pas de rattrapages sache le ! Mais je ne te réprimanderais pas... De ce que j'ai vu ce soir, je comprends un peu mieux pourquoi"

J'étais trop doux avec mes élèves, trop "cool" même. je n'aimais pas ce côté autoritaire que certains professeurs aimaient avoir et il était hors de question de punir un élève. Surtout en philosophie, ce qui reviendrait à l'enchaîner définitivement le privant de toute réflexion propre à sa personne. Alors que je me tournais vers elle, je vis une porte accédant au dortoir. Par chance, elle était restée entrouverte et le veilleur n'était pas encore passé la verrouiller. Je grimpai donc les escaliers y conduisant tout en écoutant ce qu'Acedia venait de dire. Remonter le temps ? Drôle d'idée que voila. Toutefois qu'entendait-elle par remonter le temps ? Est-ce au sens premier ? au sens figuré ? Est ce qu'elle parle de quelque chose d'autres ? Aucune idée, tout cela était trop soudain, je n'étais pas préparé et il me fallait y réfléchir...

" Non je ne sais pas remonter le temps, Au sens premier du terme. Et si j'en avais le pouvoir, croyez moi, je ne serais pas ici à vous porter. Je n'aurais pas oublié mon passé, ni le pourquoi de mon arrivée ici. Bref, je ne vous aurais pas rencontrer. Et vous ? souhaiteriez vous remonter le temps ? possédez vous ce don ?"

Un ton neutre, Simple, un ton de professeur... voila ce que j'avais employé face à cette fille au regard de glace, et je savais que toutes mes envies s'envolaient... Je resterais professeur et elle, l'élève absente de mon cours. Ainsi va la vie, et quand j'y repense : je ne souhaiterais pour rien au monde remonter le temps, car le passé nous définit, le futur nous dirige vers la ligne à suivre et le présent agit en fonction des deux.

Le dortoir n'était plus qu'à quelques mètres, le temps d'un dernier échange et j'aurais accompli mon travail...
Acedia
Messages : 36
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 21
Localisation : Dans mon lit.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Jeu 2 Aoû - 11:29


Aucunes réprimandes. Une petite moquerie seulement, lancée dans les airs avec un petit
sourire enjoué. Ces lèvres fines de tordant en un arc sublime et doux. Mais son prénom
l’avait gêné. Ou du moins quelque chose dans sa voix, quelque chose tout court. Elle le
savait. Elle observait cette petite flamme d’espoir, de courage, cette promesse dans son
regard s’étouffer et mourir sous ses yeux, et une tristesse lui attrapa la gorge,
la serrant de toutes ses forces pour laisser une marque bleuté. Ses pas résonnaient en
silence, les deux êtres se rapprochant lentement de la porte entrouverte de l’internat
dans la lumière mourante de l’astre du jour. « Non je ne sais pas remonter le temps,
Au sens premier du terme. Et si j'en avais le pouvoir, croyez moi, je ne serais pas ici à
vous porter. Je n'aurais pas oublié mon passé, ni le pourquoi de mon arrivée ici. Bref,
je ne vous aurais pas rencontrer. Et vous ? souhaiteriez vous remonter le temps ?
Possédez vous ce don ?
» Un ton neutre. Plus comme avant. Acedia perdit de nouveau
quelque chose dans son regard. Un voile tomba sur ces yeux. Elle qui ne croyait plus en
rien avait de nouveau perdu quelque chose. Elle se trouvait tout a coup stupide, comme de
croire à une relation amicale, ponctuée de politesse. Elle sentait son envie de découvrir le
sens de cette question qui était pourtant simple. Acedia cherchait à remonter le temps.
Non pas pour découvrir son passé, elle n’en voulait pas. Une flemme de savoir. Une
flemme de changer aussi.
Ou alors un peur peut être ? C’était une raison toute simple. Et
pourtant si compliquée. Et les deux personnes se retrouvaient alors devant la porte
vitrée, cette issue qui promettait une petite chose à la jeune fille démembrée : Revoir sa
Blanche.
Un petit espoir qui germait en cette coquille vide qu’elle était. Son rayon de
lumière. Blanche. La main du jeune professeur glissa sous ses cuisses, l’autre redressant
doucement son dos, ses pieds se posaient par terre. Elle resta immobile devant la porte,
fixant son reflet sur la surface glacée. Silence.
Son pied décolla lourdement du sol, accompagnant ces mots :
« Non… Je ne peux pas retourner dans le passé… » Puis la chute. Acedia tomba.
Aucunes résistances. Son corps heurtant lourdement le sol, sa tête de fracassant contre
la vitre en un bruit sourd, refermant violemment la porte, sa jupe virevoltant, elle s’écrasa
contre le sol. La scène se passa avec une telle lenteur, un mauvais montage de cinéma.
Pourtant elle était bien là, écrasée sur le sol, sur le flanc droit, la jupe remontée contre
sa cuisse, elle fixait sa main, lourde et glacée. Sa voix ponctuée de ses forts accents
soviétiques résonna alors dans le couloirs, faible et fatiguée, trahissant un corps sur le
point de s’éveiller. « Je ne peux pas remonter le temps, non… » Son regard de cristal se
releva jusqu’au professeur, visiblement paniqué d’une telle chute. « Non. Mais je voyage
dans le temps.
» La jeune fille soupira longuement, son corps ne bougeait pas, une
véritable coquille vide de vie, d’espoirs, de motivations. Elle continua : « Le voyage ne se
fait que dans un sens. Il est irréversible.
» Ses yeux se reposèrent alors, une pointe de
douleur naissant dans son regard, sur sa main immobile. « Ils laissent le corps lourd et
sans vie. Se transformant en pierre, s’effritant peut à peut au fil du temps.
» Elle parlait
bien entendu de cette capacité à dormir n’importe où et aussi longtemps, de cette fatigue
extrême qui la prenait la plupart du temps, de cette flemme de bouger, de regarder le
temps défiler sans interférer dans sa course. Spectatrice du temps. Trop lente pour
vivre. Mais trop rapide pour mourir.
Ironie. Elle chuchotât doucement, comme pour
conclure son monologue : « Je n’ai jamais trouvé le moyen de récupérer ce temps perdu. »
Dans sa tête résonnait les mots qu’elle avait prononcés. Elle avait cherché, cela est vrai.
Sans jamais trop de conviction pourtant. Voulait-elle vraiment retrouver ces moments
perdus ?
Peut être les partagerait-elle avec sa Blanche ? Qui sait ? Cela était son seul
souhait. Cette danse sublime la charmait, son chant divin l’avait conquis, cette fleur au
parfum si enivrant, si délicat et pourtant si fougueux et passionné... Mais jamais elle
n’avait trouvé la force d’accomplir ces taches, assez pour avoir une récompense, plus qu’un
sourire. C’était là des caresses et des baisers de ces lèvres rouges et tellement belles que
son corps tout entiers réclamait. Mais la porte était désormais fermé, impossible de la
rouvrir. Châtiment Divin.

Prisonnière du monde de lumière, Acedia ne reverrais plus sa blanche rose.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Mar 7 Aoû - 21:56

la Chute... voila ce qu'elle avait fait. Pas le petite chute sans importance qui n'aurait strictement aucun impact sur l'avenir, non, la chute qui nous met dans un pétrin pas possible. Porte fermée, Dortoir inaccessible, il ne me restait plus grandes options : la laisser là, à son sort, après tout elle n'était pas une bonne élève personne du corps enseignant ne m'en voudrait... Demain on la trouverait là, allongée, lasse comme à son accoutumée, et rien ni personne n'aurait à redire la dessus. Si je le souhaitais, je pouvais faire cela. J'étais majeur, et célibataire de surcroît, que penserait les gens en me voyant transporter une fille mineure dans mes bras. Malgré l'esprit le plus noble et le plus gentleman qui soit, on ne verrait que les mots "viols" et "pervers" voir même "pédophile" sortirent des bouches... Je pourrais alors dire adieu à ma carrière de professeur, dire adieu tout court d'ailleurs. Sombre injustice et cruel dilemne... Voilà le problème de mon raisonnement.
Elle était là, j'étais là et je n'avais pas envie de faire le moindre pas. La Flemme s'emparait de moi. J'étais fatigué, épuisé à l'idée de venir en aide à quelqu'un qui ne faisait rien pour m'aider et qui ne faisait que sortir des phrases sans queues ni têtes ... Allons bon, voyager dans le temps ? et puis quoi ? Mon esprit laissait libre cours à ma négativité, aucune envie de débattre, de polémiquer. Je n'étais plus un professeur, j'étais un simple homme râleur, bref tout ça pour souffrir d'un choix qui aurait pu ne pas s'imposer à moi. Elle était là, belle au bois dormant, j'étais la bête, au visage grognant,
Impossible à trouver, la solution qui aurait dû s'imposer.
Merde mais dans quoi je me suis fourré, c'est quoi ce traquenard au premier degré : la honte d'être considéré comme un violeur, le déshonneur en tant que professeur ?
Mais bon sang, que devais-je faire ? Mon dieu je désespère...
Mais oui elle est là l'idée ? pourquoi n'y ai je pas songé ? Il suffit pour résoudre ce conflit, de lui confectionner un lit... Idiot que je suis, aucun matelas ici. Non il ne me restait plus que ce choix, celui de la ramener chez moi. Au moins je demeurerais humain même si je risque de perdre la tête demain.

"Acedia, souhaites tu rester ici ou venir avec moi ? Je te logerais jusque demain, je ne te ferais rien...Promis"

il fallait désormais attendre la réponse de la demoiselle, je me sentais bête à la trouver belle...
Acedia
Messages : 36
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 21
Localisation : Dans mon lit.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Mer 8 Aoû - 14:52



Elle sentait toutes motivations s’envoler de son âme, sa maladie se répandant sur sa peau,
tachant cette beauté qui émanait de lui. Il la regardait, avec un air étrange. Presque du
dédain empli d’un sentiment étrange d’attirance. Elle sentait son regard plein de doute
sur elle. Et elle, soupira, étouffant un sanglot, laissant le professeur réfléchir sur la
façon dont le jeune homme allait se débarrasser d’elle… Il n’avait même pas prêté
attention à ses dires… elle était seule face à sa malédiction. Soupir. Elle voyait se
dessiner sur son visage pourtant fin, des traits d’impatience, de doute, d’ennuis. Sa
présence lui était indésirable. Elle devenait un fardeau. Comme à Blanche… Elle la
sanctionnerait de ne pas être revenu ce soir… Elle en était sure… Elle ne verrait pas ce
merveilleux sourire, ces lèvres rouges, pulpeuses… Ces pétales de bonheur… La jeune fille
étouffa un sanglot au creux de sa gorge. Il fallait qu’elle bouge. Il le fallait…
BOUGE BON SANG ! Elle tremblait, se relevant, la douleur de la chute se fit alors
ressentir. Résonnant dans son crâne en une violente mélodie qui la poussa a se
recroqueviller, attraper sa tête… Elle étouffa une nouvelle larme. Mais son corps avait
réagit à la douleur. La poupée flaque se tenait la tête, tremblant de douleur. Elle n’avait
pas perdu connaissance, c’était déjà ça… La lune montrait doucement son visage, le ciel
devenu pratiquement vide de toutes lumières, hormis de ces lucioles qui illuminait toujours
le ciel et fascinaient Acedia. Elle se relevait difficilement, se tenant au mur, observant
alors le jeune homme en pleine réflexions. Puis, la voix du jeune professeur résonnât, une
pointe d’agacement au creux de la gorge : « Acedia, souhaites tu rester ici ou venir avec
moi ? Je te logerais jusque demain, je ne te ferais rien...Promis
» Lui faire du mal ?
Elle avait étrangement confiance en ce professeur. Il semblait jeune et honnête, pas le
genre à s’attirer des ennuis. Puis ici, il n’y avait qu’elle et les Nahash qui troublaient
l’ordre… Elle n’avait pas cette impression, celle d’être tombé sur quelqu’un de mal. Mais
elle savait que lui, n’était pas tombé sur la bonne personne, et son expression montrait
qu’il s’en doutait. Il avait du être mis en garde, ou même avoir pris connaissance des
embuches que son groupe semaient un peu partout dans le village, dans l’école, perturbant
ce faux bonheur, ce faux Eden… Blanche lui avait expliqué, et c’était logique. Un endroit si
parfait ne peut être réel. Le paradis est l’œuvre de Dieu, et il n’accepte que ses enfants
en son sein lors de son trépas. Cet endroit cachait une terrible vérité qui devait être
dévoilé. C’était là les ordres de Blanche. Mais… Acedia observait le jeune homme et son
opinion changeait quelque peu… Sans savoir pourquoi. Elle se releva complètement,
marchant vers ce professeur mi bienveillant- mi obligé. Ses bras se tendaient, douloureux
et lourds, la décollant doucement du mur pour la rapprocher du jeune homme qui
l’observait d’un œil froid. Elle laissa alors ces yeux de cristal se plonger dans ceux de cet
homme, ces lèvres s’entrouvrir, sa voix s’envoler dans les airs en une mélodie charmante,
soviétique : « Comme j’ai voulu vous le dire lorsque j’étais dans vos bras, je n’ai pas peur
de vous. Je vous fais même… confiance… Après tout, vous ne semblez pas… agressif, ni
méchant… vous semblez loyal et honnête... J'ai confiance en vous...
»
Elle se rapprocha encore un peu, trébuchant, titubant, tremblante.
« Je… j’accepte volontiers votre offre. P-pour vous remercier, j’irais à l’un de vos cours…
Je trouverais le courage.
» Ces joues se coloraient un peu. L’idée de faire un effort pour
quelqu’un d’autre que Blanche ne le lui avait jamais traversé l’esprit… Elle reprit, toujours
de sa voix si doux et statique : « Jamais je n’irais raconter quelque chose qui pourrait
vous nuire… Vous souhaitez m’aider, je vous en suis reconnaissante… N’ayez pas peur de
moi. Seule, je suis loin d’être une menace. Et votre aide sera pour vous, une immunité. Je
ferais de mon mieux pour vous remerciez… M-monsieur.. ?
» Elle bafouilla, ne sachant
comment appeler cette homme de qui elle se rapprochait encore un peu plus. Une fois
debout, elle remarquait sa grandeur, il devait faire bien faire une tête de plus que la
jeune fille, voir plus encore. Mais elle continua, sa voix un peu plus douce encore : « Merci
de m’inviter… J’ai conscience des risques que vous prenez… Je… Merci beaucoup.
»
La jeune fille ne savait que faire. Elle ne pouvait pas refuser, même si dormir dehors
était une habitude, elle ne trainait jamais dehors la nuit, et n’avait pris aucuns argents
pour se nourrir… A cet instant, quelque chose brillait fortement en son regard, plongé
dans celui du jeune homme :

Une immense reconnaissance, et une once de joie qui explosait, irradiant ses iris d’une
lumière exquise.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Dim 12 Aoû - 19:02

Les Paroles sont les armes de l'Homme, il s'en sert de quelconque manière qui soit, que ce soit de manière franche et directe, ou insidieuse et indirecte. Là où réside les mots se trouve le courage, la force, la peur, la crainte, la confiance et tous les sentiments humains que l'on peut ressentir. Ce qu'elle avait dit là, paraissait anodin mais pour moi, c'était une révélation, une libération. J'étais son professeur et son éducation changeait... Pourquoi ? Car j'interférais pour l'aiguiller, la guider et la convaincre de changer. Petit à petit, mon travail faisait son effet, avec un certain délai mais cela fonctionnait quand même. Bref j'étais heureux qu'elle accepte mon invitation. Je la pris alors dans mes bras, calmement, délicatement, puis entreprit de faire demi-tour. Le trajet semblait plus rapide lorsque l'on était certain du but ou de la démarche à suivre. Je récupérais mes affaires de travail et sortit de l'école avec Acedia dans mes bras. Peu m'importait son comportement, peu m'importait ce qu'elle avait fait pour moi, c'était un être en position de faiblesse et je ne pouvais pas me permettre de l'abandonner.
Elle était ce que les autres détestaient mais sa nature n'était pas mauvaise : elle était incapable de faire quelque chose de mauvais nécessitant efforts et intensité. Acedia était lasse de vivre mais lasse de la mort et pour moi, éprouver pareil flemme ne signifiait qu'une chose : qu'elle n'était pas fait pour ce monde, cet endroit... . Elle avait besoin de quelque chose de plus vivant, de plus conflictuel et pas d'un semi paradis terrestre. Bref, je la ramenais à la maison ne parlant pas, réfléchissant intensément. Je me rendis compte que je lui avais pas dit comment me nommer et furieux contre moi même je pris le temps de lui répondre :

" Appelle moi Odric, ici ou nulle part ailleurs, cela sera Odric. Seulement à l'école c'est M.Tiriel d'accord ? Ne laissons pas transparaître ce soir, dans notre comportement de profs à élèves"

On arrivait bientôt chez moi, première fois que je recevais quelqu'un chez moi, une fille de surcroît alors je vous laisse imaginer le malêtre. Une maison de garçon, organisé de manière masculine, propre mais sans touche de féminité, qu'allait-elle donc penser ?
le stress, l'adrénaline, progressaient tous les deux de manière lente mais inexorable.
Mes pas se faisaient lourds et pourtant l'idée que j'étais tout de même le professeur, celui qui devait montrer l'exemple, me narguait en me voyant avancer tel un escargot. Je regardais Acedia, me demandant si elle pensait qu'elle était trop lourde pour moi, ce qui risquait de la vexer. Aussi, remotivé, je pris sur moi et repris un peu de cadence pour éviter qu'elle ne doute de quoique ce soit.
Une fois chez moi, je la déposais au pas de la porte et entreprit d'ouvrir la porte.

"Je t'en prie entre, le salon est directement sur ta gauche. As-tu faim ? je suppose que oui. Je vais préparer des pâtes carbonara. Si tu veux prendre une douche, Va au premier, première porte à gauche, pour ce qui est d'un pyjama... Je te prêterais un de mes t-shirt, il devrait être bien assez grand."

Puis je partis en cuisine, la laissant tout bonnement s'installer à son aise sans la presser de quoique ce soit. Ne pas la froisser serait le meilleur moyen de faciliter le contact avec elle. Espérons que cela fonctionne ....
Acedia
Messages : 36
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 21
Localisation : Dans mon lit.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Sam 25 Aoû - 15:11



La suite ICI !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric] Aujourd'hui à 19:38


[abandonné]Инструкция: Шаг назад во времени. (Notice : Remonter le temps.) [PV - Odric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le vieux village et son temple abandonné
» Le petit chat abandonné
» Ah ! C'est pas abandonné par Blizzard !
» Mine abandonnée
» le navire abandonné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-