Partagez|

Blanche, une princesse à la vanille

InvitéInvité
MessageSujet: Blanche, une princesse à la vanille Mar 11 Sep - 20:19

▬ Blanche
▬ Sexe : ♀
▬ Nationalité : Blanche...pourtant, métisse, elle vient du Moyen-Orient et ses voiles de parfums qui flottent dans l'air clair du matin levant.
▬ Âge : 16 ans
▬ Lieu d'habitation : Internat
▬ Poste : Élève
▬ Religion :
▬ Qualités : On la considère comme une sorcière au cœur noir. Pourtant elle a la main dessus. Toujours souriante, elle véhicule l'image d'une jeune femme douce. Sa beauté n'est plus à défier. Envers ceux qu'elle apprécie et estime, elle se montre plutôt attentive et toujours de bon conseil.
▬ Défauts : Cœur ambitieux, elle égale sa beauté avec ses défauts. Elle n'est pas parfaite, Blanche, non. Elle est autoritaire et ambitieuse. Elle est orgueilleuse. Elle est gourmande. Elle est un peu ses Nahashs à petite dose. Elle est pécheresse et ne se repent pas. Elle est rancunière la Blanche. Et beaucoup trop têtue.
▬ Activités/Hobbies : Souvent on la voit coiffer ses longs cheveux noirs, se mettre du khôl pour ressembler aux félins qui se glissent discrètement et silencieusement dans la nuit, pour chasser leurs proies. Autour d'elle dansent les parfums sucrés d'autrefois. Elle est caresse. Parce qu'elle aime se dérober. Elle aime être touchée sans l'être. Elle aime être là, sans l'être. Elle aime le désir.
▬ Particularités : ♦ Elle voue une haine incommensurable envers Bird
♦ Elle mange les hommes
♦ Elle prend soin d'eux
♦ Elle est le caméléon de l'amour, le double de Cupidon, la mère Amour sur son nuage de fleur d'oranger.
♦ Elle apporte le soleil, elle est chaleureuse, elle donne envie, mais on ne l'attrape pas encore.
Il était une fois...

Je me souviens d'une odeur de jasmin...Mêlée à la fleur d'oranger. Le soleil réchauffait mon corps...C'était paisible, je crois. Je me sentais bien, je crois encore.
Parmi les voiles colorés peut-être, j'étais allongée dans quelque chose de soyeux..de doux, de...beau. Oui de beau et de précieux..Enfin, je pense. Quand je touche mes bras, je me souviens d'un agréable tissus qui m’effleurait la peau, peut-être de la soie, je ne sais plus très bien. Les douces odeurs emplissaient mes poumons de gourmandise..Gourmandise qui se traduisait par quelque chose de brillant. Un instant, je ferme les yeux...Je sens quelque chose sur mon cou, je crois que j'étais fière de l'avoir, et puis il y avait ces belles choses autour de mes poignets, qui scintillaient aussi... Est-ce que j'étais une princesse ? On me dit souvent ici que j'y ressemble, alors peut-être que... Je referme les yeux. Je ne sens plus l'objet autour de mon cou, ni même les bracelets... Je sens...je sens quelque chose remonter le long de ma jambe, c'est chaud mais ça remonte un peu trop..un peu trop haut entre mes cuisses et …

Parfois je repense à ses parfums...Et j'essaie de les retrouver parmi les arbres d'ici bas. Mais...Rien n'est bien, rien ne vaut ses senteurs, parce qu'ici...Rien n'est. Tout est faux, tout est mascarade. Mais moi je sais que dans ce monde de mensonge, moi, je pourrai faire éclater la vérité au grand jour. Et faire en sorte que ces parfums redeviennent réalité, que le soleil percera mes fenêtres et baisera ma peau, lentement, doucement.


Ils vécurent heureux et...

Lune première.

La boule de satin blanche dans le ciel étoilé était entière et pleine. L'air avait une odeur de sel assez désagréable pour les narines délicatement blanches et douces d'une demoiselle fraîchement arrivée. Ses yeux encore clos se mouvaient doucement au rythme de ses pupilles qui valsaient sous ses paupières et un léger souffle s'éleva dans l'air frais, créant une micro masse vaporeuse. Du bout de ses doigts fins et blancs, la demoiselle creusait légèrement le sable, à la recherche d'une matière connue. Mais tout ce qu'elle ressentit n'était qu'un désagréable picotement sur ses membres qui se gelaient peu à peu. Alors, après avoir inspiré profondément, la belle ouvrit les yeux sur la pleine Lune dont les rayons se jetaient dans le mer... à quelques mètres de son corps encore allongé. Doucement elle se redressa, laissant les quelques grains de sables rouler sur sa peau pour rejoindre le reste du sol. Ainsi assise, elle regardait l'horizon, encore sous l'interrogation du début.

Un « Que fais-je ici ? » sortit de ses lèvres rosées, virant presque au violet sous le froid. Mais où étaient donc passé l'air chaud, doux et sucré qu'elle pensait retrouver encore ce jour ? Où étaient les tissus agréables qu'elle se plaisait à caresser ? Elle lança un rapide coup d’œil aux alentours avant de baisser ses pupilles noires sur son propre corps aussi blanc que la Lune, remettant déjà en place les affaires qu'elle portait pour se couvrir un peu plus. Cet environnement inconnu commençait déjà...Mal. Mais visiblement, elle était bien loin de son pays d'origine, si bien qu'il lui fallait découvrir cette nouvelle terre, peut-être promise au fond. Une nouvelle terre à conquérir, une nouvelle terre à adopter, apprivoiser...

La Belle se releva doucement, se mettant debout sur ses jambes nues. Elle jeta un dernier coup d’œil sur la mer et ses reflets nacrés, puis se détourna pour aller de l'autre côté, là où la terre se faisait plus dure. Petits pas par petits pas -pour ne pas abîmer ses pieds- elle avançait à travers les rues, les sentiers, les chemins pavés, découvrant une ville endormie et calme. Elle passa en revue les bâtisses et les endroits repérables, comme l'espèce de grande place etc. Elle n'eut cependant pas le temps de voir tout l'espace de sa nouvelle vie car ses jambes se fatiguaient bien trop pour continuer à avancer. Alors elle s'arrêta justement près de la fontaine, et s'allongea sur le rebord de cette dernière, se laissant bercer par le bruit de l'eau qui s'écoule. Elle ramena ses bras contre elle, ainsi que ses jambes pour se mettre un peu en boule, son dos formant une jolie courbe. Un, deux, trois, et ses paupières se fermèrent à nouveau.

Premier lever du soleil.


L'air semblait plus chaud que la veille au soir. Et une douce main vint se poser sur son épaule, la réveillant alors. La Belle ouvra les yeux, et posa son regard de jais sur l'inconnu qui lui sourit doucement. Elle ne le repoussa pas, au contraire, elle sourit un peu elle aussi, et prit automatiquement en de ses regards de biche. Il lui souhaita la bienvenue à « Espérance »...
Elle avait donc atterrit à Espérance... Quel nom ambitieux, ville de l'Espoir. Fallait-il espérer quelque chose ici bas ? Fallait-il espérer...en sortir ? Pour l'instant, la Belle se laissait guider à travers les rues, comme la veille, mais cette fois, elle avait un guide. Un beau guide qui ne cessait de la complimenter comme d'autres passants. Des inconnus qui reconnaissent déjà en elle une somptueuse beauté. Elle gagnait en confiance, elle gagnait en assurance, et cela se ressentait. Elle détendit ses muscles, ses épaules s'affaissèrent légèrement pour laisser apparaître de jolies clavicules, ni trop fines, ni trop épaisses laissant place à sa poitrine retomber délicatement sur son corset. Les yeux des passants étaient forcément attirés par sa belle gorge déployée et cela ravissait la Belle qui jouait de ses charmes pour peu à peu ensorceler les hommes qui croisaient son chemin. La journée se finit dans la maison du guide, où elle su le récompenser comme il se devait. Première nuit dans des draps chauds. Premier homme sous le charme. Le suivant aurait peut-être un peu plus d'intérêt.

Lune vingt-deuxième.

Peu à peu la Belle se faisait connaître pour sa superbe plastique qui en laissait plus d'un agréablement étonné. Quitte à se laisser dévorer par ses bras finalement si accueillants... Les bras de la jeune fille avaient la réputation d'être doux et chaud, et que poser sa tête contre elle était comme trouver le réconfort qu'un enfant avait besoin quand il était triste. Seulement ces bras là, n'étaient pas ceux d'une mère, mais d'une jolie jeune fille qui réconfortait les hommes comme elle l'a toujours su...Tout du moins, elle le croyait, et cela passait par des draps, et des senteurs. Des senteurs, peu importe sous quelles forment elles étaient, bougies, encens, infusions...Tant que l'atmosphère avait des notes sucrées, et tant que l'homme à réconforter avait un quelconque intérêt. Plus les lunes passaient, plus son envie d'hommes grandissait et en cette nuit, après avoir donné du plaisir à l'un deux, elle se posta à une fenêtre, contemplant la lune plénière dans le ciel scintillant, rose dans la main qu'elle effeuillait doucement. La maison laissait voir une grande partie d'Espérance... jusqu'alors elle s'était montré douce et gentille, mais elle savait qu'elle ne passerait pas sa vie à jouer les bonnes filles bien éduquées, elle n'en avait guère envie, tout du moins, elle voulait retrouver le luxe dont elle en avait un vague souvenir et ce n'était certainement pas à passer dans les couches de ces hommes aussi petits qu'elle y arriverait. Il lui fallait miser haut. Et seul Bird était l'espoir de Blanche de parvenir à ses fins ambitieuses. Elle jeta sa rose par dessus la fenêtre et s'éclipsa dans la nuit noire pour entamer son élévation au sein d'Espérance.

Soixante-sixième lever du soleil.

« Dis Blanche pourquoi ce nom ?
-Car j'ai oublié celui qui m'a été donné à la naissance et que certains me disent belle princesse d'un conte de fée »

Blanche...La Belle se donna le nom de Blanche, comme la neige ou comme la glace. Ce qui pouvait être paradoxal avec ce qu'elle aimait à faire passer : la chaleur. Elle voulait être une de ses filles pleines de vie et d'amour. Mais en vérité, quel amour donne-t-elle si ce n'est un amour faux et emplit d'ambition ? Peu importait. Le plus important était de plaire, coûte que coûte. Plaire pour être aimée, être aimée pour se sentir importante, se sentir importante pour vivre et exister aux yeux de tous. Blanche avait trouvé son chemin, son nom, et son but. Mais pour son but ultime, être importante pour tous, il lui fallait être connue de tous. Et plus les jours passaient, plus son besoin d'être là, d'être populaire prenait le dessus sur la nature du regard qu'on lui portait. Qu'on la voit comme une catin, comme une créature enchanteresse, comme une belle brune pulpeuse, ne l'importait pas, du simple fait qu'on la reconnaissait comme quelque chose.

Mais pour être vue de tous, il lui fallait bien viser haut, et le haut d'Espérance était son chef. Alors, comme pour une mission d'infiltration, elle avait tout préparé, tout minuté, tout calculé pour que tout se déroule comme elle l'avait prévu. Juste avoir Bird sous la main, juste l'avoir pour accroître son besoin d'être vue, et son besoin de contrôler un homme, donc Espérance elle-même.
La Belle Blanche lui avait envoyé une jolie lettre, parfumée, écrite avec une écriture bien douce, lui disant de la retrouver près du bord de mer, le soir car elle avait quelque chose d'important à lui dire.
Le soir venant, le sable était encore chaud, reste de la belle journée ensoleillée qui allait s'achever dans quelques instants. Pas comme à son arrivée où il faisait froid, et où elle était seule... Non cette fois c'était un nouveau départ. Une course à l'Espérance, et tout ce qu'elle voulait, c'était avoir Bird pour avoir le village, et la reconnaissance de tous.
Il arriva alors qu'elle était assise sur ce sol granuleux, et d'emblée, son but se brisa. « Je ne suis pas intéressé... » avait-il dit. Il avait qu'il ne s'intéressait pas à elle. Pas à elle...
La Belle secoua la tête et vint vers lui, doucement, les mains sur ses épaules et l'air douce, affectueuse. Elle lui avait dit qu'elle serait toujours là pour lui, qu'elle pouvait lui faire plaisir, qu'elle serait sa pause, son moment de paix et de joie. Qu'elle l'aiderait sans doute à aller mieux. Peut-être par le désespoir, il finit par accepter. Ils se virent plusieurs fois ensuite. Elle prenait son mal en patience en attendant le jour où il serait complètement à elle mais il n'arriva pas. Cet Oiseau de malheur l'avait fait espérer. Espérer pour rien. La Belle pensait sincèrement que le jour où il lui dirait : « Je t'aime, je t'appartiens » arriverait rapidement, au vu de leurs ébats.

Lune cent dix-septième.

C'était le soir qu'elle retrouvait le plus souvent l'Oiseau. Parce qu'il avait plus de temps, parce qu'ils étaient seuls, et que le noir était sensé rapprocher les hommes. Ils étaient dans son bureau, lui sur la chaise et elle entre ses jambes, lui donnant de tendres baisers dans le cou, tandis qu'il lui ôtait son chemiser. La Belle avait prit soin de se parfumer à l'abricot, parce que c'était une senteur douce et fruitée qu'elle aimait beaucoup... elle aimait la bonne chaire après tout. Leurs gestes se faisaient plus doux, plus bas. Les caresses devenaient plus longues, plus sensuelles, son souffle s’accélérait un peu plus, à chaque main qui touchait son corps blanc et le désir montait peu à peu en eux, en tout cas en elle. Il lui avait enlevé son chemiser ainsi que la jupe qu'elle avait mise pour l'occasion. Elle était à moitié nue devant lui. Leur regard se croisèrent et l'Oiseau descendit ses mains qui étaient posés sur les épaules de la Belle, vers ses bras, doucement. Son regard paraissait sévère, même dans le noir. Il lui saisit les poignets, la collant contre le bureau, sans doute pour éviter qu'elle ne se rebelle, ou qu'elle ne s'échappe.
Il avait commencé un long discours sur la morale. Un trop long discours qui ne parvenait plus aux oreilles de la Belle encore sur son refus. Elle avait été si proche de son « espoir » et lui, en une soirée qui pourtant avait bien commencée, avait tout réduit à néant. Elle ferma simplement les yeux. Lui revint en tête un désert. Au final, c'était ce qu'il laissait derrière lui, une énorme dune de sable, les espoirs de Blanche n'étant plus que les grains roux, soumis à la brise désertique soufflée par un Oiseau de malheur.
La Lune filtrait à travers les fenêtres, et Blanche ne voyait que sa silhouette noire, se détachant du ciel tacheté d'étincelles. Il avait l'air mauvais. Peut-être était-ce sa vraie nature ? Elle commençait à en être doucement persuadée.
La Belle reprit ses affaires sèchement, se rhabillant avant de se frotter les bras, lui promettant qu'il allait regretter. Il allait regretter de l'avoir utilisée, de l'avoir si bonnement refusée.

Cent vingt-cinquième lever du soleil.

Quelques jours étaient passés depuis cette fameuse nuit où le si gentil Oiseau s'était révélé comme un pervers qui voulait passer un sage. Un sage de la perversité.
Et plus les jours se succédaient, plus la Belle voyait en elle naître la haine, voire du mépris pour lui. Elle le voyait marcher dans la Cité Utopique, lui et ses petites manières, lui et ses faux sourires aux enfants d'Espérance...Si pathétique. Elle avait voulu le pouvoir pour se faire aimer, maintenant, elle le voulait pour se venger de cet homme qui n'avait su que l'utiliser. Elle ne se laisserait pas faire. Elle ne voulait pas simplement passer pour une fille-poubelle.

Alors elle s'attela à chercher parmi ce faux Idéal des gens qui penseraient plus ou moins comme elle, en tout cas, qui ne voulait pas de l'autorité d'un homme tel que Bird. Elle rallia à sa cause bon nombre de personne, formant un petit groupe. Oui elle lui en voulait, et oui, cette soudaine micro-autorité lui montait à la tête si bien qu'elle devenait de plus en plus sérieuse à l'idée de le déplumer, ou en tout cas de le détrôner.
Elle ne laissait pas les gens approcher de son groupe, elle venait les chercher, redoublant d'arguments pour les convaincre, voire les persuader.
Ses premiers choix avaient été vite fait, et les retours avaient été positif. Tout allait bien. Au début.

« Pourquoi avoir choisi Nahash, Blanche ?
- Parce qu'il a été le seul à faire tomber le monde oniriquement faux »

Nahash...Vice être à qui l'on donne volontiers l'apparence d'un serpent. Nahash, le groupe allait détrôner l'espèce de Dieu absurde pour montrer aux hommes ce qu'est la vie, la vie selon la Belle, selon ses principes qui se disaient « rétablisseurs de la vérité »
Pour l'instant, le groupe n'avait rien fait, il ne manquait qu'un pion pour que la machine de rétablissement de la vérité se mette en route. Et c'était Napoléon.

Homme viril, homme attirant, distant, beau. C'était le défi de Blanche après l'Oiseau. Il était un des rares à ne pas flancher. Il avait tous les traits du bel homme oui. Et ce n'était pas seulement pour cet effet de distance que la Belle avait jeté aussi son dévolu sur lui. Peut-être y avait-il en semblant de sentiment, un petit quelque chose qui réchauffait son cœur dès lors qu'elle le voyait. Quelque chose de chaud sur ses joues quand elle lui parlait, quelque chose de doux dans ses yeux quand elle le regardait. Mais Blanche mettait toujours ces effets trop chaleureux sur le compte du désir de posséder un homme comme lui. Napoléon dans les Nahash...Elle était sûre de renverser le régime totalitaire de l'Infâme.

Cent trentième lever du soleil.

Le dernier jour qu'elle s'était fixé pour terminer son petit groupe. Le dernier, Napoléon était dehors, sur un toit, probablement à regarder encore une fois l'étendue de son futur empire hum...
La Belle monta doucement les étages pour finalement arriver derrière lui, laissant soin au vent de porter son si doux parfum à Napoléon.
Elle lui expliqua alors en quoi consistait les Nahash, qu'il aurait un rôle important, qu'il serait à ses côtés et.... qu'ils régneraient sur Espérance, ensemble. Apparemment cela n'avait pas suffit à le convaincre. Un « non » catégorique avait jaillit d'entre ses lèvres et s'en était fini. Fini...
La Belle dû faire face à ce deuxième refus. Son regard qui avait été si doux avec lui sévit et elle se détourna.

« Tu finiras par te rallier au côté vainqueur Napoléon, et là, nous verrons bien qui de nous deux commande l'autre »

Aujourd’hui.

La Belle cherche simplement quelle sera la pomme qui fera tout basculer à son avantage, peut-être...


La princesse eut par ce moyen toutes les perfections inimaginables...

La Belle au cœur si noir. Caméléon si vide.

Blanche, cet idéal féminin revêt deux facettes. La Belle possède toutes les qualités inimaginables qui font d'elle une personne agréable et douce. Elle est souvent aux petits soins des hommes. Souvent le matin, ses dents blanches se montrent timidement entre ses lèvres roses, ses yeux pétillent comme les étoiles vues la veille, généralement au sortir de la couche d'un de membres de la communauté. Tout se passe bien, la petite cité d'Espérance semble faire du bien, puisqu'elle respire la joie et l'Amour.
Amour... Elle aime, et est aimée. Elle aime être au cœur des attentions, dans le creux des bras, contre un torse chaud, contre un cœur qui bat. Souvent, elle se demande si le sien sera capable de vraiment battre au même rythme qu'un autre. Si l'union est possible. Si elle existe tout simplement. Cependant, elle cherche plus à trouver une « union collective » avec la communauté, parce qu'ainsi, elle sera dans les pensées de tout le monde.
Son petit rêve, c'est que le prénom « Blanche » soit toujours présent dans la tête des personnes. La Belle a besoin de se savoir aimée, de se savoir vue, d'occuper les esprits d'Espérance. C'est un besoin vital qui la construit jour après jour et qui l'incite à se faire belle, à plaire aux hommes pour qu'ils ne manquent jamais de la prendre contre eux, ou avec eux. C'est comme ça. Elle ne sait pas l'expliquer, elle en a besoin, et c'est tout ce qu'il y a à comprendre, si tant est qu'on le veuille.
C'est peut-être pour cela que derrière ses manières gracieuses, belles voire sensuelles et charmante, son cœur n'en ai que plus dur. Ces deux refus lui ont forgé cette trop grande fierté, cette trop grande ambition que de rétablir la vérité, ou tout du moins, de renverser le pouvoir en place, ce pouvoir illégitime qu'il est juste de détruire, et de le voir s'envoler au loin. Elle croit en ce nouvel avenir dont elle sera maîtresse, et peu importe qu'il faut des pions, elle sait qu'avec ses charmes elle y arrivera. Elle l'Espère si bien. Car être au sommet, signifie bien, être là pour tous...Ou tous pour elle.
Blanche, reine.

On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie.

Un besoin intarissable d'attention.

Blanche est belle, Blanche plaît, Blanche est l'idéal du type masculin normal. Mais à quel prix ? Au prix d'en devenir le serpent lâché dans le Jardin d'Eden, Espérance.
Dans le Reflet, elle prend l'apparence d'une femme mi serpent. Une de ses sirènes enchanteresses qui hypnotisent de ses belles paroles pour dévorer ses proies par la suite. Une croqueuse d'homme, une mente religieuse. Le loup des couches.
Dans le rêve, elle ressemble à une prédatrice, prête à tout détruire, à tout dévorer. Elle rode tel un crocodile...
Les écailles de sa robe de serpent ont des reflets dorés, des couleurs bleu roi, et quelques touches de rouge rappelées par ses lèvres encore plus rouge que le sang. Ses yeux sont d'un noir aussi profond que son cœur que l'on voit sous sa peau blanche transparente. On le voit dans cette espèce de cage thoracique, cœur qui ne bat pas. Seul ses réflexes montrent qu'elle vit. Sa peau glaciale n'a plus rien à voir avec celle qui réchauffait les hommes et les quelques rares enfants qu'elle prenait en sympathie, pour les endoctriner ensuite surtout.
La Belle a un corps d'hybride et de monstre des mers, mais elle souffre comme tout le monde. Elle est disgracieuse, elle fait peur, elle est...Repoussante. Le Reflet est un cauchemar parce qu'à force de toujours vouloir plus, on devient horrible.
Elle souffre parce qu'elle a besoin de toujours être vue, toujours être là. Être omniprésente, être adulée, être idolâtrée. Elle aurait dû être ce Dieu en qui les gens ont la foi. Mais elle le devient petit à petit, ce Dieu, elle est bien celle qui dirige les Nahash après tout... Celle qui mènera Espérance à son déclin.
Besoin d'attention. Un besoin vital. Le regard des autres est le plus important. Si on ne voit pas quelque chose, cette chose n'existe pas, vrai ? Elle n'est pas présente, elle n'est pas. Alors, quand on y pense, quand on la voit, elle existe, elle est réelle. C'est pareil pour la Belle, être vue pour exister.


Miroir, miroir dis-moi qui est la plus belle ?

« Belle princesse des contes de fées »

Si on devait comparer la Belle, elle serait le mixe parfait entre Blanche Neige et la méchante Reine. Mais nous sommes ici pour vanter les beautés de Blanche.
Une beauté douce et fraîche. La peau blanche et les cheveux noirs. Elle les tient longs, mais s'amuse le matin, devant le regard flegmatique d'Acédia, et le regard envieux d'Invidia, à les coiffer, à les façonner d'une nouvelle manière chaque jour, inventant, revisitant des coiffures au gré de son humeur et de ses envies. Cheveux relevés pour montrer sa nuque, et ses charmes sensuels ; cheveux détachés pour montrer sa féminité et sa fragilité. Tout n'est que question d'apparence.

Ses traits sont par ailleurs, fins et délicats. De beaux yeux en amandes, souvent mis en valeur par un trait noir, net, et de longs cils naturels, de quoi lui faire un regard de biche....Son nez et fin et petit, un mignon petit qu'on aime toucher du bout du sien avant de dériver sur ses lèvres pulpeuses et rouges. Ce qui frappe le plus, c'est la douceur de ses lèvres avant même sa couleur quasi naturelle. Toujours devant son miroir, elle prend le temps, matin et soir de les hydrater, de prendre soin de sa peau pour qu'elle soit en permanence douce, et agréable au toucher. Tout n'est question que de sensualité.

Ses formes sont généreuses. Elle a une belle gorge qu'elle ne se prive pas de dévoiler un temps soit peu avec des décolletés, des robes au col plongeant, elle sait qu'elle à une « taille de guêpe » voire un « corps de rêve » et elle n'hésite pas à le montrer. Ses habits sont généralement colorés et aériens. Les robes sont ses bases, les sandales ses principes. Si elle doit mettre un « pantalon » ce sera un short. Ses jambes sont belles, fines et grandes, alors elle les montre. Ses cuisses sont fermes et les hommes aiment les regarder, la Belle leur donne ce qu'il veulent, autant qu'ils veulent, du moment qu'ils la voient... Tout n'est que question de regards.

Blanche se façonne selon l'idéal de chacun, en réalité. Elle n'est que la Belle Blanche, belle princesse d'Espérance.

Il/Elle était entouré(e) d'innombrables amis.

TEXTE
TEXTE
TEXTE

De l'autre côté du miroir...

▬ Prénom/Pseudo : Elloy
▬ Âge : 18 ans
▬ Où as-tu connu Je de l'âme ? DC
▬ Comment le trouves-tu ? Right
▬ Expérience en RP : je l'ai construite ici
▬ Présence : 7/7


Dernière édition par Blanche le Lun 27 Mai - 15:44, édité 12 fois
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mar 11 Sep - 20:44

heyheyhey j'en étais sûre au vue de la lecture x'3

tu t'es donc enfin décidé ? ='D c'est chouette qu'on est notre Blanchounette mais tu vas faire une fausse joie à plus d'un membre XD
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mer 12 Sep - 4:06

Eeeeh oui, je me suis enfin lancé parce que bon... C'est Blanche quouah :3
Ah ouais ? Mon style est autant reconnaissable ? XD
Et puis... Comme disait Dum, j'aurais l'occasion de jouer une vraie PDGette xD
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mer 12 Sep - 15:24

Haha moi aussi j'en étais sure dès les premières lignes =D
C'est cool ça, une nouvelle Nahash, surtout si moi je joue bientôt Invidia o/
Résine
Messages : 188
Date d'inscription : 21/02/2012
Localisation : Dans un pot d'encre.

Feuille de personnage
Âge: 17 années
Entrave: Se sentir sale
Métier: Fermière ♣
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mer 12 Sep - 15:57

Oh oui Blanche, accepte-moi dans ton harem où je serai ta servante ! °^°

L'ava est troooop classe, mais n'y aurait-il pas un "L" oublié ? X)

_________________
« Supportez courageusement ; c'est par là que vous surpassez Dieu.
Dieu est placé hors de l'atteinte des maux ; vous, au-dessus d'eux. »
Sénèque.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mer 12 Sep - 17:54

Oh oui Invidia ! o/
Résine, servante hein...B3 Je ne suis as contre, si tu restes à ta place hhaahaah ! *pan*
Et c'est bien ce que je me disais U.U Ya pas de "L" XD
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mer 12 Sep - 19:33

XD boulet Cool
Oh j'imagine PDG et PDGette enfin réunit u_u" le monde (surtout sur la CB) a du soucis à se faire XD

Oh oui prenez des Nahash ♥ je comptais peut être prendre midas Cool ( ça serait drôle x'3 )
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Ven 14 Sep - 16:27

Oui oui, prend Midas mon petit Elmy ♥ /pan/
Tweedle Dum
Messages : 938
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge:
Entrave:
Métier:
Voir le profil de l'utilisateur http://je-de-l-ame.rpg-board.net
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Sam 15 Sep - 9:37

    Blanchouuuuuuueeette =) Lachlan t'attends dans les buissons du parc
    Bon, euh là tout de suite, j'ai la flemme de lire, et puis Blanche, c'est du ressort de Bird, mais je trouverai quand même le temps pour toi ^^ Donc ben bienvenue sur ce compte, et Bird est un boulet \o/

    Yurf, j'aime bien que l'idée que les Nahash soient enfin pris, surtout par vous quia vez un bon niveau de RP, mais ce serai domage qu'ils soient tous des DC Sad

    Edit : eh ben j'ai lu, est c'est very well ! Quelques petites fautes, mais sinon, classieux ! Hate de lire la suite ^^
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mer 26 Sep - 18:03

Up de fiche ♥
Tweedle Dum
Messages : 938
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge:
Entrave:
Métier:
Voir le profil de l'utilisateur http://je-de-l-ame.rpg-board.net
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Mer 26 Sep - 18:29

    Je lis ça dès que je peux ma PDGette ^^

    Edit : Quelques fautes, une description du caractère un peu courte et je trouves que tu as un peu évité la question du besoin d'attention dans l'entrave, a part ça c'est bon pour moi ! Birdo, je te laisse trancher^^
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Jeu 27 Sep - 12:17

Voilà, normalement j'ai modifié ♥
Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Jeu 27 Sep - 12:55

Je te valide petite catin <3 et oui en effet, il manque un L dans le prénom de l'ava... je devais être fatiguée x)

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Blanche, une princesse à la vanille Aujourd'hui à 19:41


Blanche, une princesse à la vanille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La chasse de la Vanille Bourbon
» [ETau] liste Tau VS SM vanille 1500 pts
» Vanille
» Char Predator SM
» Final Fantasy XIII, ou le RPG polémique de 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-