Partagez|

Le Monde ne suffit pas. [Feat Blanche]

InvitéInvité
MessageSujet: Le Monde ne suffit pas. [Feat Blanche] Lun 19 Nov - 18:55

Miséricorde était morte.

La simplicité de la phrase n'indiquait pas dans quel état ces simples mots avaient plongés Espérance. Miséricorde était morte. Un fait plus qu'un sentiment. Sombre, douteux et chaotique mais juste un fait néanmoins.

L’exécution avait été réussi, tout du moins du point de vue des Nahash. Une bataille de gagné mais pas forcément la guerre.

Mais après un combat, venait les récompenses et c'était pour cette raison que Midas se tenait accoudé au balcon de la chambre de Blanche dont il n'avait pas nécessairement la clef, mais en gardait tout du moins l'accès.

Certains voulaient des titres et des terres. Une femme. De l'or.

Midas voulait tout.

Le titre il l'avait déjà et c'était ce qui lui importait le moins. Faire peur ou se faire admirer, cela revenait du pareil au même. Il avait rarement envie de ce genre de chose. Blanche était peut-être une exception en ce domaine. Il aimait l'épater, tout du moins, il aimait ce que cela provoquait chez elle. Cette petite lueur dans le regard qui allumait si facilement ses sens. Rien que de penser à son jolie visage lorsqu'il lui offrirait Bird sur un plateau était suffisant pour le faire sourire.

Les terres étaient une autre histoire. Une fois Bird remis aux douces mains de sa reine, Espérance pourrait alors devenir complétement sien. Ou pas. Il n'avait pas encore décidé s'il en avait réellement envie. Avoir était important dans tout les cas de figure mais le jeune homme blond avait d'autre vues, sur d'autre territoires. Plus compliqués. Dont il fallait d'abord qu'il perce les secrets.

La patience n'était pas spécialement sa première vertu, mais il savait l'utiliser quand nécessaire. On ne parvenait pas à son rang en n'utilisant que la violence ou la peur (même si cela restait les armes premières).

Blanche en serait la clé. Il en avait autant besoin qu'il en avait envie.

Midas ouvrit son paquet de cigarettes où plus qu'une d'entre elle résidait. Il la fit bouger, tenté de la fumer maintenant. Sauf qu'il en aurait tellement plus besoin ensuite. Dans un ricanement peu distingué, Midas referma son paquet et le re-glissa dans sa poche avant de regarder l'heure sur sa nouvelle montre d'or. Des pas légers résonnèrent enfin et son regard cobalt se reporta automatiquement sur la porte.

« Surprise.» fit-il d'un ton amusé quand il entraperçut sa silhouette.

Avec un peu de chances, elle ne serait pas en compagnie de ses deux autres chiens de faïence.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Monde ne suffit pas. [Feat Blanche] Lun 19 Nov - 20:17

    Après cette tuerie flamboyante, Blanche ne cessait d'aller à droite ou à gauche, sentant plus ou moins le regard réprobateur de l'Oiseau constamment sur son dos. De quoi agacer la Belle qui se sentait traquée, prise au piège dans son propre feu ardant, sa propre flamme dévorante. Et malheureusement, sentir ce regard pervers, la jugeant au moindre pas, au moindre battement de cil, au moindre battement de cœur faisait d'elle ce qu'elle n'aimait pas être : une bête de foire. Mais la Belle positivait, se disant que c'était sans doute le moyen qu'elle avait d'attirer l'attention sur elle, et de ce point de vue là, tout était relativement bon, s'il la regardait, s'il faisait attention à elle, c'est que tout n'était pas perdu...Non ?

    En ce nouveau jour, elle était partie dehors prendre l'air et se montrer, sans doute. Dans une robe tout à fait charmante, couleur carmin, allant de paire avec ses jolies lèvres peintes et ses yeux fardés de noir, dont les cils semblaient vouloir toucher le ciel. Elle s'éclipsa du temps trop ennuyeux de l'Espoir qu'elle espérait un jour rendre vivant et réel, et rentra à l'internat retrouver sa chambre et ses soutiens de produits de beauté improvisés mais travaillés dans cette communauté utopique. La Belle monta lentement les escaliers qui séparaient sa chambre, petite prison dorée, du sol crasseux des enfants. Elle passa quelques doigts sur la rampe en bois, lustrée il y avait peu puis tourna à gauche, s'enfonçant dans le couloir ténébreux jusqu'à son entre du vice, ouvrant la porte.

    « Surprise »

    Elle fronça ses sourcils trop bien arqués et jeta un œil à l'intérieur de la pièce pleine de babioles inutiles mais si féminins. Dans cette pièce inondée sous les draps fins, les coussins colorés et le parfum de vanille se trouvait le blond à l'auréole d'or. Sur ses lèvres de sang, un sourire se profila, laissant apparaître à chaque pas vers lui, des dents blanches. D'un geste de la main elle ferma la porte et puis s'avança jusqu'à lui, passant ses bras autour de son cou dans une étreinte serrée.

    « Et quelle bonne surprise, Midas ! »

    La Belle le serra un bon moment, le temps de s’imprégner de son corps et de sa chaleur avant de le relâcher et se passer délicatement une main dans la nuque, défaisant quelques boucles du bout de ses doigts fins et blancs, le regardant avec plein de malice. Elle se recula d'ailleurs un peu, ne cessant de le chercher avec ce malin plaisir dans les yeux.

    « Tu voulais quelque chose ? » demanda-t-elle de cette voix douce bien qu'un tantinet sensuelle qu'elle prenait quand elle était en sa présence, un petit jeu de séduction gagné d'avance mais qu'elle se plaisait à faire durer un peu, se complaisant dans son irrésistible beauté.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Monde ne suffit pas. [Feat Blanche] Mer 21 Nov - 17:13

Un des tout premiers types avec qui il avait bossé lui avait enseigné une rêgle basique, une loi si simple que seul un vieux de loup de mer avait pu le lui asséner sans qu'il se mettre à en rire ouvertement: dans l'ocean, on rencontrait trois types de poissons - l'innocent, le désirable et celui que l'on craignait. Chacun d'entre eux apportaient des avantages certains mais présenté pauvrement, ils n'avaient plus aucun intêret. Les plus puissants, lui avait-il dit ensuite, sont ceux qui combinent deux de ces aspects. Jamais les trois, mais deux seuls. Choisis bien lui avait-il assené ensuite. Choisis bien et tires en partie.

Midas laissa les bras frais de Blanche glisser sur lui comme autant de tentations secrètes et en profita pour l'éffleurer à la taille de ses mains, qui n'avaient pourtant rien de légères, puis humer le parfum délicieux qui s'évaporait tout autour de sa présence diaphane.

Lui, il le savait, aliait la crainte au désirable. De l'innocence, il n'en faisait que gouter les prémices chez autrui mais son contact finissait toujours par pourrir et pervertir.

Sauf Blanche.

Elle, elle combinait l'innocence et le désir de manière parfaite. Il n'y avait qu'à la regarder maintenant se détacher de lui dans un battements de cils adéquats. Il y avait toujours cette seconde, pleine et interminable où Midas résistait à l'envie délirante de la gifler, de lui faire mal, parce que cette façon dont elle le séduisait perpétuellement restait une ouverture de pouvoir sur sa personne. Mais cela passait toujours quand il laissait tomber son regard glacé sur la poitrine de la jeune femme puis sur ses hanches rondes.
Il y avait encore en lui des résidus du jour de l'éxecution de Sujin. Quand les flammes avaient montés du coeur de la tribune et que l'odeur et les cris de la foule s'étaient mélés, ce n'était pas Miséricorde qu'il avait fixé. Ni même Bird, ou le reste des jeunes gens présents.

Mais Blanche.

Une soif de sang et d'autre chose, plus viscéral. Le corps encore confus, réagissant de manière instinctive à la mort s'étalant devant ses yeux, incertain quand à savoir s'il en voulait plus justement ou s'il voulait juste baiser pour se sentir en vie, encore.

« Tu voulais quelque chose ? »

Il eut un sourire ténébreux. Il voulait toujours quelque chose. Et quand il ne voulait pas quelque chose pour lui-même, il voulait que les autres veulent à leur tour. Jusqu'à en crever s'il le fallait.

Cela n'avait jamais vraiment de fin.

« Miséricorde est morte. » fit-il simplement.

Ramener un fait au centre. Rappeler que ce qu'elle avait voulu était, au jour d'aujourd'hui, et ce même s'il n'en était pas directement l'instigateur.

Midas s'avança avec la lenteur de ceux qui n'ont pas à s'inquièter vers la reine des Nahash, le regard rivé sur les gestes sensuelles de la belle.

« Joli feu d'ailleurs. »

Il était presque étonné de voir qu'Acédia en était à l'origine. Etonné voir incrédule.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Monde ne suffit pas. [Feat Blanche] Aujourd'hui à 4:21


Le Monde ne suffit pas. [Feat Blanche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Test] Le Monde ne suffit pas N64
» [Vds] jeux SNES N64 NES GB GBC GBA WII GC
» L'animal le plus dangereux au monde...
» Riesling du monde!
» LBP2 retardé car tout le monde ne peut pas connecter sa PS3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-