Partagez|

Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud }

Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud } Mer 21 Nov - 17:53



- Hey. Hey !

Allongé contre la table, les bras croisés sous son menton, le blondinet regardait son camarade de classe, tentant tant bien que mal d'attirer son attention. Face à l'échec de ses appels désespérés il soupira agacé. Quoi ? Il ne pouvait quand même pas perdre la face en publique ! Certes il aurait pu abandonner aisément, ficher la paix à ce garçon étrange, faire, en bref, ce que lui dictait depuis 10 bonnes minutes son je-m'en-foutisme carabiné, Alors pourquoi s’acharnait il ainsi, et comment en était il arrivé à devoir causer avec ce jeune homme particulier, qui pareil au fantôme de l'opéra apparaissait, disparaissait et se cachait derrière un loup ? Souffrait il d'ailleurs du même mal que ce malade physique et mental qui arpentait dans la légende les couloirs du prestigieux Opéra Garnier, hantant les nuits de la belle Christine ? C'était une question qu'Elmeraud s'était posé au début. Un fanatique peut être ? Ou se cachait il réellement quelque chose de passionnant, une douleur, un mal abominable, un passé troublant, derrière ce masque blanc ? Mais lui n'arpentait pas les couloirs de l'internat comme une âme en peine. Or là régnait tout le mythe. Pas de faits étranges depuis son arrivée, il ne dormait pas avec les autres étudiants. Rien que quelques rumeurs minables dont les sondages quand à son véritable sexe. Le petit garçon blond s'en était vite détaché. Lui qui pensait que les originaux avaient toujours des secrets, celui ci n'avait que son look tape à l’oeil pour rappeler sa présence. Poli, il ne se mêlait véritablement à personne, de ce qu'il avait pu juger en l'observant. C'était sans doute pour ça, d'ailleurs qu'Elmeraud se retrouvait maintenant dans cette situation. Un prof agaçant, des faux potes un peu trop encombrants, un pari débile. Un projet à deux.
Poussé par des mains avides de moqueries, il s'était retrouvé face au jeune homme aux cheveux longs - car oui jusqu'à preuve du contraire et au vu des cours de sport il s'agissait bien d'un mec- assis au fond de la classe comme... à chaque fois non ? Ça faisait un moment qu'Elmeraud l'avait oublié alors il ne savait pas. Ne pas savoir, ça c'était un problème ! Et finalement il lui avait adressé la parole. Nom de Dieu, pourquoi devait il toujours se forcer ? Ok, s'il se laissait aller il serait actuellement au bord d'une route, mort écrasé par une bagnole ou entouré du sang d'inconnus... Allons qu'est ce que tu imagines mon garçon ? Ne te perds pas encore, ces souvenirs là sont erronés. Il se frappa le front puis s'assit à côté de lui. Et voilà où il en était maintenant.
Enfin, mimant l'excès, il tapa fort contre le bureau de ses deux petits poings blancs. Il semblait si fragile, le bruit qui en ressortit fut si fort que certains crurent qu'il allait se briser. Là au moins, résidait un point commun entre les deux garçons. Pouvant être qualifié de gringalet, blonds et maigres comme des poupées de chiffons, l'un était encore un gamin tandis que l'autre se tenait haut perché sur ses deux pieds. L'enfant hésita un instant. Leur différences d'âge n'était pas si grande mais ce n'était pas le problème, Elmeraud ne lui avait jamais parlé avant, il ne l'avait jamais vu prononcer plus que des phrases de politesse à l'encontre des gens et ne savait vraiment pas sur quel pied danser pour le moment. Il devait le faire réagir, qu'il accepte sa présence était secondaire dans l'immédiat. Les paumes contre le bois, il réfléchissait, certains crurent d'ailleurs voir de la fumée sortirent par ses oreilles tandis que les rouages de son cerveau ne cessaient de fonctionner à plein régime. Devait il feinter la colère ? Son coup avait été si violent que cela aurait été la suite logique. Mais son but était atteint. Il avait réagis, sursautant à l'attaque. Ils l'avaient tous fait d'ailleurs. Alors il se concentra, essayant de savoir ce qui pouvait passer par la tête de son interlocuteur à cet instant. Lorsque l'homme est surpris, il peine bien plus à cacher ses pensées. Tous attendaient une suite. Mais de la colère ? L'idée même paraissait stupide, gamine, il ne l'aimait pas, aussi sourit il. Depuis son arrivée il avait emmagasiné bien des sourires, copiant ceux de ses voisins avec une fidélité presque affolante, et avait appris en bon élève chacune de leurs nuances. Aussi étira t il ses lèvres, insérant comme une excuse et une légère honte. Puis il se redressa et tripota ses cheveux, embarrassé. Il avait vu bien des filles faire ça, plus que des mecs mais tant pis. L'expression du sentiment était là. Déjà les autres personnes présentes revenaient à leurs conversations, désintéressé. Maintenant il lui fallait une phrase, un truc pour accrocher la conversation. Quelque chose dont la réponse serait facile et permettrait une autre question. L'intro à toute conversation basique. Il sourit, il savait quoi dire. Arquant légèrement vers le haut ses sourcils, en signe de gène, il se pencha vers son interlocuteur pour parler doucement, imitant ainsi la timidité et pour que ce dernier puisse l'entendre malgré tout.

- Heu... désolé. Hum, il se racla légèrement la gorge, c'est quoi déjà ton prénom ?

Oui, il aurait pu arracher son masque et mettre fin à plusieurs de ses interrogations, cela aurait à coup sûr attiré son attention. Mais allons bon, ne crois tu pas avoir déjà fait assez de dégâts comme ça ces derniers jours Elmeraud ?







Dernière édition par Elmeraud le Mer 21 Nov - 20:32, édité 4 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud } Mer 21 Nov - 18:45






Singing singing sinking dying diving loving leaving pulling pushing
falling feeling swimming swinging singing sinking dying diving fal
ling feeling swimming swinging loving leaving pulling pushing sing
ing sinking dying diving in the cold heat of the pool Falling Sing


Les doigts de Céleste courraient sur la surface lisse de sa table en bois. Il était plongé dans ses pensées. Quelque chose remontait en lui, mais rien de concret. C'était une histoire d'odeurs qui devaient appartenir à une autre époques. Conneries. Ses ongles crissèrent un peu et il rejeta la tête en arrière avant de fermer les yeux. La fatigue glissait dans ses membres et les alourdissait, il avait trop dansé la veille. Il s'était épuisé seul, comme d'habitude. Chaque muscle semblait prêt à sortir de son corps pour lui hurler dessus en posant sa démission sur la table. Il avait passé le cours entier à essayer de trouver la position la moins désagréable pour son tas d'os douloureux, en vain. Une insulte glissa de sa bouche et s'envola dans l'indifférence générale. Il fronça le nez et se cambra de plus belle, de moins en moins attentif au monde qui tournait autour de lui. Sa joue le chauffait, il n'avait qu'une envie, se tirer au plus vite et retourner chez lui. Retrouver les draps en soie qui sauraient à coup sûr attendrir sa chair en colère. Seulement sa conscience l'empêchait catégoriquement de filer entre deux cours pour se reposer. Il apprenait avec un sérieux proche de l'ennui, toujours régulier dans son travail et surtout assidu même aux cours qui ne l'intéressaient pas plus que ça.

Puis il sursauta. Pas vraiment conscient du pourquoi du comment, il avait simplement enregistré que quelqu'un venait de faire du bruit, et vraiment pas loin de lui. Il baissa les yeux, mais ne tourna pas la tête. C'était blond et petit, et il avait oublié le nom de cette personne, tout comme il ne connaissait pas ceux des autres. Pas qu'il ne les aimait pas, ils ne faisaient simplement pas partie de sa vie. Il pouvait réciter plus d'une centaine de poèmes de littératures différents mais était encore incapable de nommer la fille aux cheveux longs et roux qui était devant lui à chaque jour de Biologie. C'était un peu triste selon certains, de la sélection logique selon lui. Il rejeta une mèche de cheveux dorée, se sentant soudainement très envahi. Il plaça sa trousse entre son espace et celui de son nouveau voisin avec une gestuelle presque pincée. Il fallait vite délimiter le territoire. Il se rappelait du jour où quelqu'un lui avait demandé un stylo en lui parlait trop près du visage. Comme par réflexe, il avait posé sa main à plat sur le visage de la personne et l'avait repoussé comment on repousserait un animal, ce qui ne lui avait pas plu. Du tout. Ne souhaitant pas créer de nouvelle situation de quiproquo, il se décala même un peu sur sa chaise avant de retourner son attention vers l'avant de la classe.

Il lui fallait quelques minutes pour enregistrer qu'on lui parlait. Il haussa les sourcils sous son masque et tressaillit un peu. Il ne manquait plus que ça. Un idiot d'élève un peu trop téméraire ou qui voulait gagner un peu d'argent en se moquant de lui. Céleste commença à retenir un rictus agacé. Il y avait de la place partout ailleurs dans la classe, le blond ne s'était définitivement pas mis a côté de lui par pur hasard. Et ne lui demandait pas son prénom non plus selon une drôle de coïncidence. Et Dieu ce que ses jambes lui faisaient mal. Il les croisa, puis les décroisa. Puis les recroisa. Il était gêné, aussi pataud qu'un animal sauvage placé en réserve. Il bougea un peu les mains, replaça sa trousse devant lui et releva le visage vers le tableau, gardant une certaine distance en ne tournant pas vers son encombrant voisin. Voisin qui avait d'ailleurs pensé que, comme un animal, on ne pouvait attirer son attention que de façon primaire.

" Je m'appelle Céleste. Je peux t'aider ? " Demanda t il en prenant son sourire de circonstances. Sa voix douce ne trahissait ni sa masculinité ni sa féminité. Il parlait bas et lentement, articulant les mots pour parler une langue parfaite, une langue qui ne trahirait pas ses origines.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud } Mer 21 Nov - 20:23



Elmeraud voyait bien le jeu étrange auquel son interlocuteur se livrait avec sa trousse. Tout comme ses jambes qui ne cessaient de se croiser et se décroiser ou encore ses boucles blondes qui suivaient le moindre de ses mouvements par petits soubresauts. C'était assez simple, autre que la distance qu'il semblait mettre automatiquement entre eux, il ne cessait de s'agiter. Le garçon n'allait pourtant pas le manger. Ou peut être le dérangeait il ? C'était un peu le but après tout mais ça ne l'amusait pas plus que ça pour une fois d'emmerder son monde. Il n'y apprenait rien et il avait franchement la tête ailleurs en ce moment qu'à participer à ces farces de gamins. Il se devait pourtant de maintenir sa vie sociale envers et contre tous. Le soucis quand on se fout de tout c'est que le temps parait figé lorsqu'on ne nous donne pas un but. Un but, il en avait un: vivre. Un fardeau, une plaie qui s'avère vite pesante, fade et morne, lorsque rien ne vous émeu. Cela semblait si simple, et ça l'était, trop. Cela perdait tellement d'intérêt que la mort elle possédait bien plus d'attraits. Mais incapable de le satisfaire complètement, elle l'avait à son tour lassé. La seule qui le faisait se sentir vivant, il l'avait perdue. Brûlé par les flammes de l'injustice, tué par "ses camarades". Il était seul, démuni, vide et chaotique, perdu dans un monde qu'il rejetait aujourd'hui encore bien que son passé. Alors oui, parler à ce mec pour faire plaisir à ses "potes" ou s'occuper de ce projet c'était le cadet de ses soucis. Sans doute que les ados ont eux aussi leurs petits problèmes mais les gosses d'Espérance .. ah! La plupart de leurs problèmes étaient bien pire que tout ceux qu'un homme pouvait avoir en une vie. Un véritable hôpital psychiatrique, un asile pour fous et c'est ce qui maintenait encore le garçon en ces lieux. Peut être.
Céleste.
L'espace de trente secondes, trente petites secondes, le gosse avait oublié le jeune homme qu'il avait abordé. Comment c'était possible ? ... En fait ça n'avait rien d'étrange, il ne faisait attention aux chose matérielles que lorsqu'il tenait une piste, une proie. Car oui, l'homme quel qu'il soit, n'était rien de plus qu'un tas d'os et de chair. Un "truc", un "bidule" qui ne pouvait s'extirper d'un monde de matière. Et ce machin en face de lui là, avait répondu à sa question par un prénom et une autre interrogation. Polie, lente et articulée, mais quelque chose dans son attitude traduisait la défiance. Sans doute la trousse de délimitation brandi un peu plus tôt. Sa façon de parler sonnait comme une dissimulation. On a tous des trucs à cacher, et certains préfèrent qu'on ne fouille pas trop dans leurs affaires. C'était compréhensible mais s'afficher ainsi comme l'archétype du solitaire était le meilleur moyen pour qu'on nous colle aux basques. Il suffisait de tomber sur un gars un peu trop curieux. Le blondinet soupira. Non il ne jouerait pas à ça pour le moment. Perdant toutes mimiques de gènes ou autres jeux théâtraux simplets, il déposa un ensemble de feuilles blanches agrafées entre elles. Elles étaient noircies de lettres imprimées en plusieurs exemplaires, expliquant sans doutes quelques règles passionnantes mais qui désintéressait totalement le garçon. Enfin il s'assit à côté de Céleste, gardant malgré tout une distance respectable. Au delà du fait que son opposant lui faisait curieusement penser à un chat de salon, usant de ses charmes autant que de ses griffes, jeté pour une raison inconnue à la rue, Elmeraud préféré rester dans son petit espace territorial. Aujourd'hui il jouerait le mec blasé. Ce qu'il était à moitié.
Il posa son menton dans le creux de sa main droite, appuyé sur son propre bureau et regarda par la fenêtre tout en parlant à son voisin. Il semblait avoir son attention pour la minute à suivre, sinon tant pis.

- Tu n'as pas écouté ? Pas moi, la prof.

Il savait déjà de source sûre que le jeune homme ne l'avait pas écouté lui avant qu'il ne lui demande son prénom en attirant son attention à grands coups nerveux. Il échappa un filet d'air s'échappa de ses lèvres puis il entreprit de plus ou moins lui expliquer.

- Ecoute je peux tout à fait comprendre que ça te gaves. Crois moi, j'ai aussi d'autres chats à fouetter en ce moment( A commencer par chercher des vêtements de deuil ) mais un exo reste un exo et je voudrais éviter de me faire tirer les oreilles par Bird en ce moment. Plus il restera loin de moi celui la mieux ce sera.. On doit s'occuper d'un projet à deux. Un exposé ou autre. Tu n'as personne n'est ce pas ? Il me faut juste un thème, après on peut parfaitement bosser chacun de son côté.

Il refixa alors le garçon. Deux têtes blondes face à face, des yeux océans contre un regard cristallin, attendant sa réponse.




InvitéInvité
MessageSujet: Re: Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud } Sam 24 Nov - 12:37






Je me demande pourquoi ils disent que les enfants sont innocents.

Céleste posa sa main sur son bras et regarda devant lui. Oui le cours se déroulait comme d'habitude, les autres ne bronchaient pas alors que son monde était perturbé par ce blond. Merde. Il baissa un peu le nez. Dans quel monde avait-il bien pu vivre pour devenir ainsi ? Il voyait les autres, les autres et leurs histoires comme à travers un écran qui le tenait à distance de l'énergie ambiante. Il ne participait jamais à rien, préférant le calme qu'offrait un livre, aussi ennuyeux soit il. Bien sûr il ne s'agissait pas là d'être gentil ou méchant mais au fond c'était un peu la même chose. Merde. Il aurait préféré rester derrière son écran et contempler silencieusement la fin de l'espèce, appuyant son masque blanc sur ses traits déformés. Il finit cependant par se tourner vers le petit à côté de lui. De sa hauteur, on toisait tout le monde, comme un vieux chêne aux branches atrophiée. Sa main glissa finalement pour attraper son stylo et il l'écouta en gardant cet air impassible qui ne traduisait rien d'autre que cette tension proche du zéro qui rythmait une vie plate et sans relief. Merde, était il mort pour être perdu lorsqu'une seule personne osait l'approcher ?

" Ca ne me dérange pas " Il prit une pause pour y réfléchir, au fond il n'arrivait pas à savoir si la perspective de travailler en équipe était un moyen pour lui de connaître une personne ou simplement de s'énerver contre la race humaine avant de fuir plus profondément dans la grotte qu'il appelait "moi".
" Un exposé. Il faudrait encore que nous ayons un regard sur le monde pour l'exposer, ici nous sommes enfermés" Souffla t il en grinçant des dents une petite seconde. Il était frustré, il savait au fond de lui que par le passé, aussi étrange eut-il été, il avait aimé suivre le rythme du monde, le regarder se prendre les pieds et se casser la gueule dans le bordel qu'on appelait XXIème siècle. Le bordel qu'on appelait présent. " Tu as une idée toi ?" Renchérit Céleste en se détendant enfin un peu. Il recroisa encore une fois ses jambes trop à l'étroit sous cette table qui lui semblait taillée pour les nains et s'étira un peu le dos qui criait toujours au secours.

Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud } Dim 25 Nov - 17:27



- Ça ne me dérange pas.

Aux yeux du garçon, son interlocuteur lui paraissait bien indécis. C'était un peu comme s'il était perdu, n'arrivant pas à se décider entre tel ou tel chose, et surtout il restait constamment sur la défensive, créant un indéfectible mur entre lui et les autres. C'était sans conteste ce qui rendait l'idée d'un projet avec lui assez ardu. Au moins arrivaient ils à communiquer pour l'instant. C'était un petit pas pour l'homme mais un grand pas pour l'humanité, disait on. Quand bien même le ton que Céleste employait n'était pas des plus encourageant, Elmeraud ne se faisait pas forcément plus jovial ou amical. Il comprenait plus ou moins cette mise à l'écart et s'en fichait comme d'une guigne. Cela faisait un temps, maintenant, que plus rien ne le touchait. La durée est une notion vaste à Espérance, mais on se rend compte des longueurs lorsqu'elles n'ont de cesse de s’enchaîner, rythmées par des heures de cours interminables.

- Un exposé. Il faudrait encore que nous ayons un regard sur le monde pour l'exposer, ici nous sommes enfermés. Tu as une idée toi ?

Pas vraiment. Sinon pourquoi serais je venu te voir ?
Se calant contre sa chaise, laissant tomber sa tête dans le vide, il réfléchit à la question. Un regard sur le monde ... Il se leva alors et se tourna vers le jeune homme.

- C'est sûr qu'on ne risque pas de voir grand chose coincé entre 4 murs. Et si on sortait ?

Il en avait marre de rester assis à ressasser ses pensées. Son emploie du temps lassant était entrain d'être chamboulé. A rester trop longtemps à la même place, il commençait à broyer du noir, fatigué de porter divers visages. L'air lui ferait du bien. Il changeait et cela était étrange, bien plus encore que sa condition de nature malsaine et tordue. Puis il s'arrêta se rappelant un détail. Coincés entre 4 murs, ils l'étaient, pour toujours. Une muraille infinie entourait le village et il ne valait mieux pas passer de l'autre côté. Car de l'autre côté .... Peu importe ! Ce n'était pas la réalité ! Rien à voir avec le monde mais .. aussi une idée vint alors au garçon, aussi inconsciente soit elle.

- Pourquoi... pourquoi ne pas faire un exposé sur le Reflet ?

Il se tourna vers l'homme masqué pour y voir un semblant de réaction. C'était un sujet personnel, extrêmement personnel. Trop sans doute, mais ils le connaissaient déjà par coeur et personne ne le prendrait.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud } Aujourd'hui à 14:11


Deux têtes blondes dans un cocon de verre { Céleste & Elmeraud }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Boeing envoie deux 777F tout neuf dans le désert
» Mes mathématiques sur une étagère
» Le topic des répliques cultes
» Le "poste de travail"
» Réflexions mathématiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-