Partagez|

[Libre] Tentative [/!\ violence]

InvitéInvité
MessageSujet: [Libre] Tentative [/! violence] Ven 21 Déc - 12:10

Quelques heures durant elle avait fouillé sa tête pour écrire sur son journal. Oui, pendant plusieurs heures car elle souhaitait commettre la chose la plus horrible qu’elle soit. Elle était décidée et avait tout préparé, que ce soit pour ses faits et gestes ou pour ses paroles. Le lieu était aussi désigné du doigt : la place centrale. Mais pourquoi voulait-elle donc mettre les pieds sur l’édifice où le sang de Miséricorde avait coulé ? Lisez. Et attendez la suite.

Elle était en train faire les derniers préparatifs. Quelques rangements dans la chambre étant donné que ses colocataires n’étaient pas là, un peu de pliage de draps et de vêtements pour faire bonne allusion, et le pire, le préparatif d’elle-même. Oui, Rhine avait choisi c’était trop tard, elle était en train de se vêtir de noir. Une robe d’été pour un jour d’hiver, avec des fins collants transparents, une écharpe rouge, un bonnet rouge et des chaussures rouges. Sans oublier autour de son cou la chaîne de son meilleur, l’objet qui selon elle lui a redonné des souvenirs tantôt bons, tantôt menaçants.

La petite jeta un coup d’œil dans la pièce et balança son journal intime sur le lit. Celui-ci se retrouva ouvert mais elle s’en moquait. C’était justement le but de ne pas le clore, pour que quelqu’un se sente obligé et attiré pour le lire. Elle ne voulait plus rester là. Sa colère montait de minute en minute et l’angoisse aussi. Elle se demandait comment les gens allaient réagir suite à ça. De toute manière c’était sûrement trop tard pour l’arrêter puisqu’elle était déjà sortie de la chambre en laissant la porte grande ouverte. Ses pas claquaient sur le sol et elle avait pris un air ténébreux histoire de faire fuir ceux qui peut-être s’inquiétaient pour elle.

Elle avait sa main dans sa poche, tentant de cacher une précieuse chose qu’elle ne dévoilerait pas avant d’être arrivée à l’endroit prévu. Les yeux rivés sur le sol elle respirait doucement pour se calmer. Rhine espérait que d’un coup, sorti de nulle part Valentin saute pour l’empêcher de faire ce qu’elle voulait faire. Or elle n’ignorait pas que jamais il n’aurait pu mettre un pied ici, pas même pour la retrouver. C’est vrai, il aurait très bien pu monter un coup foireux pour l’envoyer se « balancer en l’air » dans un pensionnat pire qu’étrange. Et elle se disait de toute manière qu’il l’avait peut-être oubliée.

Son rythme cardiaque était de plus en plus saccadé. Ses pas de plus en plus rapides et les souvenirs… De plus en plus nombreux.

Oui, des souvenirs venaient encore de faire surface… et cette fois-ci ils étaient différents. Elle se sentit même en train de toucher le mur ainsi que le sol. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle remarqua que quelques élèves s’étaient regroupés autour d’elle, tandis qu’elle ne sortait pas la main de sa poche. Un jeune garçon à peine plus âgé qu’elle l’aida à se relever, mais elle sortit son arme de la poche pour l’assommer et s’enfuir en courant, le revolver à la main. C’était clair, elle ne voulait pas apporter l’intention sur elle pour le moment alors elle avait voulu l’attirer sur le jeune. Sauf que son plan ne marcha pas plus que ça. C’est vrai, elle dévalait les escaliers en pleurant et traversa la rue de la même manière avant de tenter de retenir ses pleurs.

Elle arrivait enfin, quelques minutes plus tard, au milieu de la place centrale. Elle se précipita sur l’échafaud où Miséricorde avait été achevée. Il était haut mais ça ne lui faisait pas peur, une fois en haut, elle brandit le pistolet vers le ciel pour tirer un coup, dans le vide. C’était maintenant ou jamais elle voulait que les regards se posent sur elle, que les gens la regardent d’un œil neuf, qu’ils regardent le sang gicler au moment où la balle atteindra son cerveau. Rhine voulait aussi parler. Alors, tapotant nerveusement le pied sur le sang séché et non nettoyé elle entama phrase après phrase…

-Ecoutez ! Regardez ! Vous me voyez hein ? Bande de fous, d’incultes ! Vous ne savez pas non, vous ne savez rien ! Tout le monde est piégé ici. Mais pas moi. Non, plus jamais je ne reviendrais entre les murs d’Espérance. Moi qui pensais que ces souvenirs n’étaient là que pour me faire sourire, c’était faux. Ils m’ont plutôt fait souffrir, comme peut-être certains d’entre vous.

Elle criait de plus en plus fort, la voix éraillée, les joues trempées, les genoux tremblants. Elle respire un bon coup avant de poursuivre, sans faire trop attention aux spectateurs.

-Vous savez, je ne me suis pas placé n’importe où. Non, je me suis placée où vous avez tué une petite innocente ! Ça ne me fait pas peur de marcher là où elle a respiré pour la dernière fois. Je finirais comme elle de toute manière ! Je vous demande juste… Juste de… (Un soupir s’échappa de sa bouche et elle se laissa tomber sur les genoux, toujours sans lâcher l’arme ne serait-ce qu’une seconde) Ne pas vous souvenir, ne pas avoir peur. Je n’en peux plus moi d’être là. Quand la sorcière a été anéantie, avez-vous imaginé une seconde sa souffrance ?! Oui, aucun rapport n’a cette fille avec moi. Mais je m’en fiche. Tremblez s’il le faut. Mais vous faites une grossière erreur en restant ici. Fuyez, quittez Espérance avant d’en avoir eu l’idée.

Ses iris remplis d’eau fixait le sang séché sous ses mains et sous ses pieds. Elle posa le flingue à ses côtés et porta une main à la chaîne autour de son cou. Elle était vraiment désolée de partir à son si jeune âge mais elle en avait besoin. Elle ne supportait plus être seule. Au moins, elle se souviendrait dans son autre vie, qu’il ne faut pas se ranger du côté du mal si on ne veut pas subir de conséquences.

Sa main se porta cette fois-ci à l’arme et elle se releva doucement, regardant le ciel et pointant sa tempe avec le pistolet. Or, elle ne tira pas, elle n’en eut pas tout de suite la force. Elle resta assez longtemps dans le silence sans faire un geste, écoutant seulement le vent qui passait autour d’elle.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Dim 23 Déc - 15:20

○ Soupir. Souffle, souffle le vent d'hiver. Danse au grès des chants de Noël.

"Je ne sais plus quoi penser. Espérance, petit village utopique coincé entre 4 murs. Il y a longtemps, je me fichais bien de connaitre ses secrets. Aujourd'hui j'en sais trop et je préfère oublier. La vérité me terrifie autant que la perte de mon amie. Suis je assez humain à présent ? Une question qui ne cesse de me turlupiner tandis que la réponse se fait de plus en plus blessante : non. Le serais je un jour, j'en doute. La solution semble se trouver dans ces souvenirs que je réfute, au fond ce n'est qu'un autre échappatoire. J'ai le dégoût. Le dégoût de moi même certes, mais le dégoût des autres avant tout. Trop de ces moutons sont perdus, et Bird ne semble plus assez fort pour être leur berger. Mais l'ignorance est loin d'être une protection et je ne crois pas aux bienfaits des Nahash. Haine. Une guerre se prépare, loin des grands coups d'éclats historiques il y aurait pourtant de quoi en redouter les conséquences. Espérance se meurt, elle s'écroule et sa fin n'annoncera rien de bon pour aucun d'entre nous. Si je n'éprouve rien d'assez fort pour décider de ma place, j'en ai conscience. Finalement j'ai rendu les armes en observateur muet. Je me ris de ce monde autant que je me ris de ma propre faiblesse. "
extrait des fragments sous la pluie.

Tu marchais. C'est une chose que tu savais parfaitement faire: errer. Perdu dans tes sombres remontrances tu laissais à nouveau tes jambes te guider. Quand apprendrais tu à penser par toi même? C'est une faculté que tu perdais de plus en plus souvent, de plus en plus aisément. Plutôt qu'un pas en avant, tu semblais régresser. Le cas Elmeraud retournerait bientôt à l'état de foetus. Affaire classée.
Mais une voix déchirée te ramena à la surface. Une voix inconnue mais dont les élans désespérés t'étaient familiers. Ce déchirement tu l'avais déjà entendu auparavant, était ce le reflet de ton propre désarrois refoulé ou la peine d'une personne autrefois aimée ? Droite, vêtue telle un endeuillée, une jeune fille se tenait là, sur l’échafaud de la Sorcière. Quelques taches rubis venaient de ci de là égailler sa tenue, ramenant étrangement à l'esprit de Noël.

-Ecoutez ! Regardez ! Vous me voyez hein ? Bande de fous, d’incultes ! Vous ne savez pas non, vous ne savez rien ! Tout le monde est piégé ici. Mais pas moi. Non, plus jamais je ne reviendrais entre les murs d’Espérance. Moi qui pensais que ces souvenirs n’étaient là que pour me faire sourire, c’était faux. Ils m’ont plutôt fait souffrir, comme peut-être certains d’entre vous.

Beaucoup ont souffert de leurs souvenirs, c'est bien la raison pour laquelle Espérance offrait un havre d'amnésie. Les gens ne s’arrêtaient pas, se contentant d'un rapide coup d'oeil à la fillette en pleur. Son visage ne lui était pas inconnu, sans doute l'avait il croisé au détour d'un couloir. Certes, beaucoup avaient été surpris et c'était stoppé lors du coup de feu. Une gamine hystérique armé d'un flingue faisait toujours forte impression. Mais la voyant ici si pitoyable beaucoup s'étaient rassérénés ou fuyaient face à la menace.

- Vous savez, je ne me suis pas placé n’importe où. Non, je me suis placée où vous avez tué une petite innocente ! Ça ne me fait pas peur de marcher là où elle a respiré pour la dernière fois. Je finirais comme elle de toute manière ! Je vous demande juste… Juste de… ne pas vous souvenir, ne pas avoir peur. Je n’en peux plus moi d’être là. Quand la sorcière a été anéantie, avez-vous imaginé une seconde sa souffrance ?! Oui, aucun rapport n’a cette fille avec moi. Mais je m’en fiche. Tremblez s’il le faut. Mais vous faites une grossière erreur en restant ici. Fuyez, quittez Espérance avant d’en avoir eu l’idée.

A la mention de Miséricorde, le coeur d'émeraude se durcit un peu plus, loupant un battement affolé. Il agissait toujours ainsi, inconsciemment, lorsque l'on faisait mention de son amie. Les regards avaient changés à son encontre depuis lors, mais si le blondinet ne pouvait qu'acquiescer à certaines de ces paroles - il avait était atterré en se rendant compte du peu de force de l'opinion publique pour sauver Sujin - néanmoins il ne pouvait passer à côté de certaines notions erronées. La Reine du Rêve avait disparue, mais son amie elle vivait encore, dans un lieu interdit au publique. Si sa disparition était là le seul argument de la fille pour qu'elle se donna la mort, le jeune homme ne pouvait tout simplement pas permettre cela. De plus, là ne s’arrêtait pas ses divagations. La vérité c'est qu'il n'y avait nul endroit où fuir en dehors d'Espérance. Pour sortir de ce lieu, il fallait passer les murs. Avait elle seulement déjà essayé, pour se rendre compte à quel point il était impossible de partir. Aucune fuite n'est autorisée ici bas, pas même celle de la mort. Car quand bien même ses paroles suintaient de détermination elle n'en restait pas moins trop jeune. Le pistolet contre la tempe, elle ferma les yeux mais ne tira pas. Cela n'étonna pas le garçon qui calmement monta sur scène et se positionna derrière la fille.
Alors lentement, il saisit cette main inconnue qu'il détacha de son arme et entoura cette étrangère de ses bras. Non décidément il n'aimait guerre cette estrade. Pourquoi devait il toujours s'y trouver pour sauver une fille sur le point de mourir ? Quel Dieu égoïste l'avait confondu avec un chevalier servant ? D'un léger coup de pied il envoya valdinguer le flingue, on était jamais trop prudent, puis murmura à la fille.

- Ne fais pas ça, tu vaux mieux que d'agir aussi lâchement. Tu es jeune, et si tu pouvais te voir quelques années plus tard, tu le regretterais amèrement.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Ven 28 Déc - 11:13

Soudain, sentant quelqu’un l’encercler et le pistolet s’enfuir de ses mains elle ouvrit les yeux. Elle voulait savoir qui l’empêchait ainsi de partir de ce Monde qu’elle détestait par-dessus tout. Elle se releva et se tourna vers le garçon, un parfait inconnu.

- Ne fais pas ça, tu vaux mieux que d'agir aussi lâchement. Tu es jeune, et si tu pouvais te voir quelques années plus tard, tu le regretterais amèrement.

Ces paroles ne firent que remuer le couteau dans la plaie de Rhine. Elle ne voulait pas qu‘on l’empêche de faire ce qu’elle voulait. Elle essaya même de se débattre mais en vain. Elle voulait hurler mais elle se laissa pleurer, poussant le jeune homme en face d’elle. Pourquoi il faisait ça ? Pourquoi s’embêtait-il à l’arrêter dans ses gestes les plus cruels ? Elle ne savait pas. Elle tremblait, et puis c’est tout. Elle essayait même de se calmer, mais c’était dur. Elle avec des cicatrices au cœur, plus profondes les unes que les autres. Yeux dans les yeux ils se regardaient. En vérité elle ne faisait qu’observer ses yeux pour essayer de « voir son âme ». Et pour avoir ce qu’il ferait si elle sautait. Alors elle recula d’un pas et s’arrêta. Personne ne les regardait et pourtant elle avait l’impression d’être la cible du diable. Que ferait-il si elle récupérait le revolver qu’elle n’avait en fait pas acheté mais volé un beau jour. Elle ne savait plus où elle l’avait trouvé. La raison de ses pertes de mémoire ? Les souvenirs. Oui, à cause des fragments de mémoire qui lui revenait et elle n’en pouvait rien, à son grand malheur.

-Non. Je ne vaux pas tant que ça. Pas aux yeux de ce Monde ! Je veux revoir quelqu’un que je ne pourrais sûrement jamais revoir parce que je suis bloquée ici, et lui de l’autre côté ! Sommes-nous morts à Espérance, sommes-nous réincarnés seulement pour souffrir ?

Toutes ces questions restaient en suspension. Rhine regardait le blond et le força à lâcher son bras. Elle fit un salto en arrière et se mit à courir pour récupérer l’arme au sol. Alors qu’elle voulait tirer pour mettre fin à ses souffrances, aucun bruit n’en sortit. L’arme n’était donc pas chargée. Elle se mit à hurler en tapant le sol. Un seul prénom résonnait dans sa tête. Valentin. Avoir pensé à lui dans un moment aussi précoce était une grosse erreur. Elle pleurait et tournait la tête vers le blond là-bas. Elle ne savait pas quoi faire. Retourner vers lui en abandonnant, ou se battre pour sortir d’ici ? Elle chuchota tout en le regardant, bien qu’il ne l’entende pas :

-Je réussirais de toute manière.

Elle se remit rapidement sur ses pieds, laissant le pistolet au sol. Quelqu’un la bouscula et elle le poussa, le faisant tomber sur d’autres personnes. Elle l’observa se relever et vouloir se jeter sur ekke, or, telle une louve elle s’était enfuie pour rejoindre le garçon qui l’avait sauvée et lui agrippa le bras, fixant l’homme de trois têtes de plus qu’elle, qu’elle avait poussé. Elle lança un regard au beau blond, tremblant à moitié. Elle refusait de l’impliquer dans l’histoire. Elle eut une idée. Et si elle se laissait battre par ce monsieur jusqu’à mourir ou disparaître ? Non. Hors de question. Parce que sinon le gars se jetterait dans la foule pour l’en empêcher, sûrement.

Ses yeux bleus pâles fixaient ceux noirs de l’homme musclé. Elle comprit. Elle était démasquée. Cet homme elle lui avait volé des pépites d’or mais il l’avait vue. Elle retint son souffle et serra de plus en plus le bras d’Elmeraud, dont elle ne connaissait pas le nom. L’homme hurla un « Voleuse ! ». Elle coupa sa respiration. Certes, elle était remarquée là mais il ne fallait pas qu’elle se dégonfle. Il approchait en plus. Elle serra les dents et lui adressa donc la parole :

-Désolée ! Je vous jure de ne pas recommencer !

-Je ne crois pas les pies. Tu vas me rendre mon or que j’ai mis du temps à trouver. Ils n’étaient pas même pour moi ! Tu veux savoir ce qu’ils m’ont fait quand ils ont su qu’il manquait de l’argent ?

Elle se taisait. Elle lança un regard au blond et décida de le lâcher. Elle ne pourrait plus être la voleuse secrète maintenant. Les gens allaient certainement se méfier. Après le vol de l’argent puis de confiture ainsi que de l’arme… Pourtant ce n’était pas une criminelle ! Elle ne voulait pas y penser. Elle ferma les yeux et fit comme si de rien était et lorsqu’elle les ouvrit de nouveau elle remarqua que l’homme n’était plus là. Avait-elle rêvé ? Ou est-ce que tout ça c’était réellement passé ? En tout cas le garçon était encore à côté.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Dim 6 Jan - 13:45

Elle se débattait entre ses bras, mêlant fougue et larmes, puis le repoussa, lentement, l'écartant le plus possible du bout de ses doigts tremblants. Elle souffrait, mais qui n'avait jamais souffert un jour ? Penser qu'on était le seul était là la première erreur, s’apitoyer sur son sort était la seconde. Mais il le faisait aussi, tous le faisait, et elle aussi, par conséquent. Yeux dans les yeux ils se regardaient. S'il ignorait ce que la jeune fille arriverait à lire dans ses iris émeraudes, il ne pouvait que se contenter de fixer ce visage mouillé de larmes qu'elle arborait. Une impression de déjà vu, sans aucun doute, pourquoi diable toutes les filles qu'il croisait ces derniers temps se devaient de pleurer devant lui ?

-Non. Je ne vaux pas tant que ça. Pas aux yeux de ce Monde ! Je veux revoir quelqu’un que je ne pourrais sûrement jamais revoir parce que je suis bloquée ici, et lui de l’autre côté ! Sommes-nous morts à Espérance, sommes-nous réincarnés seulement pour souffrir ?

La réflexion fit sourire le garçon tant elle était stupide. N'avait elle pas conscience qu'en se tuant elle perdait toute chance de revoir la personne aimée ? Elle se leva et reprit possession de l'arme salvatrice, lui ne bougea pas. Elle tira, il la regarda: rien ne se passa. Seul importait pour lui de vérifier de ses propres yeux si cette femme perdue avait le courage de lier l'acte aux paroles. Elle l'avait, et l'impossibilité d'exaucer son désir la tua aussi sûrement que n'importe quel coup de feu. Elle s'écroula au sol hurlant son désespoir, elle pleurait son impuissance. Une réaction qui trouva résonance dans le frêle corps du garçon, lui aussi connaissait ces émois. Il en avait goûté l'amertume et aujourd'hui payait le prix fort pour en réparer ses dégâts. Il se leva, lentement. Il ne se souciait pas du sort de l'inconnue, celui ci était déjà déterminée et seule restait les certitudes, malgré tout il n'était pas une machine.
Il s'arrêta à quelques mètres d'elle et d'une voix neutre exposa ses pensées.

- Quelque soit la personne que tu désires voir, tu perdras toute tes chances en mourant maintenant. Tu as raison je ne te connais pas, mais si tu as assez de force pour appuyer sur la détente tu as assez de force pour vivre longtemps et attendre de la retrouver.

Au moins, cette personne qui t'étais chère devait elle encore être en vie, rien que pour cela tu ignores ta chance. " J'ai fais ça pour te protéger, ne m'en veux pas. " Encore un souvenir. Cela faisait déjà bien longtemps qu'Elmeraud n'arrivait plus à les oublier. Encore une voix, une autre pourtant proche et familière, semblable à ces hurlements d'un soir. Tais toi. Qui me protège maintenant ? Il semblait que tout ce qu'il touchait une jour se transformait en cendre.
Perdu dans ses pensées il ne vit pas tout de suite la gamine chercher abris derrière lui. De quoi avait elle donc peur ? Elle fixait la foule agitée, s'accrochant à son bras comme à un ancrage. Les yeux fous, elle s'excusait et promettait de ne plus recommencer. Recommencer quoi ?Personne ne l'accusait de quoi que ce soit. Alors tandis qu'elle fermait les yeux pour se calmer, il la vit bouger ses lèvres en quelques phrases muettes et il comprit. Un songe, une illusion du passé. C'était comme dormir éveillé, dans le Rêve tout est possible et les craintes prennent vie, mais si notre Avant était trop fort ne pouvait il pas nous rattraper dans notre réalité ? Elle rouvrit les yeux et fixa le blondinet sans comprendre. Soupirant, il posa une main froide sur le front de la jeune fille.

- Calme toi, ce n'est pas réel.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Lun 7 Jan - 18:12

Elle n’avait pas vraiment écouté le garçon parler, trop perdue dans son illusion horrible. Des vols, elle en avait fait tant, elle savait que son âme était perdue, elle savait que les enfers lui avaient déjà préparé le pire. Ses yeux ne cessaient de couler, elle pensait trop, et n’allait plus tarder à trouver un moyen de mettre fin à sa vie. Après tout, il y avait autant de monde que de possibilités de mourir dans le coin.

Le garçon la sortit rapidement de ses pensées, en posant sa main froide sur le front brûlant de la jeune fille. Et il parlait, en soupirant, comme si on lisait dans ses yeux de la pitié et de la colère, deux éléments que chez lui personnes ne pouvaient remarquer.

- Calme-toi, ce n'est pas réel.

Elle secoua vivement la tête, posant sa main tremblante sur celle du blond. Elle le regardait, carrément tétanisée. Non, ce n’était peut-être pas réel, mais il ne la connaissait pas plus que ça. Elle souffrait, agonisait en silence depuis bien trop longtemps. Les souvenirs de son meilleur ami qu’elle aime et sa paranoïa la rende incontrôlable.
-Tu… Ne pourras pas changer mon destin !

Lança-t-elle sans aucun remords, d’une voix éraillée et souffrante. Trop tard. Le blond ne pouvait plus l’aider, il n’aurait plus jamais à subir la petite fille qu’elle est. Rhine était sûre qu’ils auraient pu s’entendre par la suite, si ça n’avait pas commencé comme ça, si elle était quelqu’un d’autre que ce qu’elle était. Elle croyait depuis toujours à la réincarnation, aux êtres boueux et étranges, aux êtres poilus et froids de la forêt, oui elle croyait à tous les monstres inexistants des livres, et elle ne pouvait plus lutter contre ça, elle ne pouvait plus lutter contre elle-même.

D’un geste vif elle arracha la chaîne d’argent de son cou pour la fourrer dans la main du garçon. Elle se mordait la lèvre. Elle se demandait comment elle allait faire. Déciderait-elle de s’entailler de toute part avec des pierres ? Choisirait-elle de se jeter du haut du clocher ou bien demanderait-elle de l’aide pour qu’on la tue, comme si c’était un assassinat ? Toutes ces questions resteraient désormais dans son corps, dans son âme profonde, mais plus jamais elles n’atteindront le monde humain, le monde d’Espérance. Elle savait que même si on lui disait qu’il était impossible de mourir ici, qu’elle serait la première à le faire.

Elle referma le poing du jeune homme sur son collier et ferma les yeux avant de reculer d’un pas et de lui lancer :

-Je te laisse ça, fais-en ce que tu veux, je préfère que ce soit un inconnu comme toi qui le prenne plutôt qu’un autre. Son sort ne dépendra que de toi désormais. Nous aurions pu tellement bien nous entendre... Je suis désolée.

Et elle recula d’un autre pas, tombant au sol en grimaçant. Elle gardait les yeux clos et se tortillait. Elle s’était fait mal au dos, et elle se recroquevilla sur elle-même. Son sort était fait d’avance, à quoi ça servirait d’insister ? Elle avait décidé d’attendre là sans respirer que le couloir blanc l’emmène, ou plutôt le couloir rouge, aussi rouge que les flammes, aussi rouge que le sang.

Rhine, la petite fille de quinze ans, très courageuse pour faire ce geste commença à manquer d’air. Ses yeux s’ouvrir et se plantèrent dans ceux de l’inconnu qui avait voulu l’empêcher de faire ça. Ils se fixaient, et avait envie de crier de ne pas s’approcher, de la laisser dépérir comme ceci. Mais, alors qu’elle ne s’en était pas rendu compte elle avait ouvert la bouche et respiré. Sa tentative numéro deux avait échoué. Or, elle n’allait pas s’arrêter. Cette petite est du genre à avoir un truc quand elle le veut, au point de voler. Des actes inconscients qui résonnent comme des lames de couteaux dans sa tête.

-Un couteau ! s’écria-t-elle.

Cela lui avait donné une idée. Un couteau. Il suffisait d’une lame assez longue et tranchante. Ou du moins un objet assez pointu pour s’enfoncer juste au-dessous de sa poitrine. Là, elle tomberait au sol, voyant un peu toutes les couleurs et cèderait la vie dans une flaque de sang. Et ne dit-on pas « Jamais deux sans trois, la troisième est la bonne » ? Si. Alors cet espoir si infime pourtant lui redonna le sourire et le courage de bousculer la foule pour trouver ce qu’elle cherchait. Lorsqu’elle trouva ce qu’elle voulait, elle se tourna vers le garçon qui voulait tant la sauver. Elle lui adressa un léger sourire puis baissa les yeux, désolée. La lame s’enfonça brusquement dans son corps. Ses yeux virent flous, puis rouge, puis jaune, blanc ainsi que noir, et son corps transpercé tomba au sol comme une poupée de porcelaine cassée. Juste avant de lâcher son dernier souffle elle avait chuchoté « Valentin », à l’intention de cet amour perdu, désormais à jamais.

Une tâche macula sa robe, puis s’agrandissait au rythme des secondes. Il n’y avait plus rien à faire, c’était trop tard. En tout cas l’homme ou la femme à qui appartenait la lame la regardait d’un air terrifié avant de s’enfuir en courant, en pleurant.

Une âme de perdue, dix de retrouvées.
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Mer 9 Jan - 16:52

Echo du passé ◘

- Tu ne pourras pas changer mon destin !

Et disant ces mots elle y mettait tant de conviction que cela le fit sourire. Non, cette fois elle ne se trompait pas, peu importait ce qu'elle pensait au final son destin n'était pas ce qu'elle désirait et cette certitude plus encore que la nature passive du garçon lui assurait un sang froid à toute épreuve. Alors il la regardait, calmement, il la voyait désespérée tenter de se tuer et ne bougeait pas le moindre petit doigt pour la sauver. Certains le traiterait d'insensible, mais et oui après tout il était ainsi! Qu'il soit déjà venu vers cette fille et tenté d'aider des gens ces derniers temps relevait déjà du miracle ! Il fallait qu'il cesse, sa nature n'était pas ainsi, si les gens commençaient à douter grand bien leur fasse mais il ne pouvait pas se permettre d'être blessé. Si son bouclier de je m'en foutisme commençait à se fissurer, il finirait sans doute comme cette gamine. C'était une chose qu'il avait fini par comprendre, tout comme elle, dans la douleur des larmes et les blessures du corps et de l'âme. L'aider à mourir lui avait traversé l'esprit, elle verrait ainsi ce que lui recherchait sans le désirer vraiment. Puis il était arrivé à la seule conclusion possible: ça ne le regardait pas. Les grandes choses se doivent d'être accomplit par soi même. Rien à Espérance ne peut marquer longtemps les esprits, quelque fut l'horreur de la situation, il l'avait vu, mais lui se souviendrait de cette jeune étudiante qui aujourd'hui avait désiré plus que n'importe qui quitter ce havre de paix par la mort.
Lorsqu'elle avait tiré ? Il était là et la regardait.
Lorsqu'elle tentait de s'étouffer ? Il était encore là et la voyait échouer.
Sans arrêt elle regardait le garçon entre deux élans désespérés. Quand bien même il s'efforçait de lui rendre son regard il ignorait ce qu'elle pouvait bien lire dans ses yeux verts.
Il serra le point un peu plus fort tandis que le métal précieux lui compressait la chair dans un tintement léger. Une chaîne argentée. Pour lui ce que l'étrange inconnue avait fait était incompréhensible. Qu'elle souhaite léguer ce qu'elle portait montrait au contraire qu'elle y tenait, pourquoi donc le donner à un étranger ? Mais il l'avait laisser refermer ses doigts sur les fins maillons d'argent tandis qu'elle s'adressait à lui d'une voix claire.

-Je te laisse ça, fais-en ce que tu veux, je préfère que ce soit un inconnu comme toi qui le prenne plutôt qu’un autre. Son sort ne dépendra que de toi désormais. Nous aurions pu tellement bien nous entendre... Je suis désolée.

Il avait sourit et enlacé la main qui tendait la chaîne tandis qu'il embrassait les deux.

- Ne t'excuses pas, il aurait été dur de nous entendre. Et malicieux il ajouta, on se reverra peut être un de ces quatre.

D'un coup, elle s'était alors jetée à terre mais avait respiré trop tôt pour pouvoir mourir. Bien sûr, maintenant que la machine était lancée elle ne s'arrêterait pas là. Un couteau. Idée intéressante. Elmeraud avait déjà testé la noyade qui s'était révélée plutôt efficace, mais une arme bien ajustée marchait aussi. La silhouette empressée de la jeune fille disparue dans la foule tandis que le jeune homme suivait sa trace d'un pas lascif. Étrangement, il n'eut pas à la chercher. Tel un point d'ancrage, elle revenait inlassablement vers lui, il n'avait pourtant échangé que quelques phrases dénué de sentiments. Alors il le vit enfin, sur son visage, ce sourire d'adieu. Le même sourire triomphant et triste qui annonçait un au revoir sans retour. Pourquoi bougea t il à ce moment ? Il l'ignorait encore jusqu'à il y a peu. Tant qu'Elmeraud ignorait cette voix qui hurlait dans sa tête, ou la raison des larmes qui mouillaient ses joues, jamais il ne saurait être invincible face à la mort. Cette fois là il avait pensé que c'était les souvenirs de la perte de Sujin qui l'avait poussé en avant, ignorant des racines d'un mal encore plus profond. Tandis que dans un dernier souffle la jeune fille avait murmuré le prénom d'un homme, Elmeraud lui se retrouvait là, penchait au dessus d'un corps recouvert d'un rouge rubis qu'il connaissait bien. En état de choc, il fixa longtemps le sang s'écouler. Comme s'écoulait le temps de la studieuse, sa voix se fit gémissante, plus aiguë, presque en transe il suppliait qu'on ne l'abandonne pas.

- S'il te plait, s'il te plait, ne meurs pas. Tu m'as promis !



Il pleurait sans vouloir s'arrêter de ces larmes de petits garçons. Ses joues étaient déjà bien rouges tandis qu'il reniflait bruyamment lorsqu'il se ressaisit. Interloqué, il regarda de droite à gauche, reprenant lentement ses esprits. Il senti à peine les traits humides sécher sur sa peau tandis qu'il semblait muter en une autre personne. D'un sourire doux, il dégagea une mèche de cheveux du visage inconscient. De nouveau il était Elmeraud, simple spectateur d'un théâtre dont il ne voulait pas faire parti. Seul.
Calmement il souleva la tête de la fille puis regarda autour de lui tandis que d'une voix neutre il demanda à la foulée.

- Il faut l'emmener à l'infirmerie et appeler Bird. Quelqu'un pour m'aider ?
Alexandre
Messages : 70
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Dim 13 Jan - 18:02

Pourquoi est-ce que j'étais resté ? Pour regarde cette pauvre marionnette se débattre contre la vie, contre toute sa souffrance et tenter de marquer les esprits alors que le monde n'est qu'un piège rempli de rats insensibles je suppose. Il faut avouer que ses tentatives désespérées, sa frustration face à l'échec étaient tout ce qu'il y a de plus ridicule. Finalement, je passais un bon moment grâce à la présence de quelqu'un d'autre, moi qui pensait que c'était impossible. Un grand sourire étirait finalement mes lèvres à l'apparition de ce garçon qui tentait de l'arrêter sans grande conviction, comme si c'était une obligation. Il me faisait un peu penser à moi : insensible à ce que faisait cette fille désespérée mais qui la gardait en vie par éthique ou simplement pour ne pas avoir sa mort sur la conscience.

Je ne m'inquiétais pas plus que ça. Si elle avait déjà raté sa tentative de faire sauter sa cervelle, c'est que son heure n'était pas encore venue, qu'Il la garderait encore ici quelque temps, jouant avec les quelques miettes restantes de sa raison et de son âme jusqu'à la réduire en poussière. Quand elle a commencer à se débattre dans le vide, j'ai eu un peu pitié d'elle. Je finirais peut être comme elle, à me débattre contre mes monstres invisibles, harcelé sans répit par un monde perverti, par des visions d'horreurs sans nom.
"Tu as des idées inintéressantes. Vas-y, raconte moi tes peurs, que je puisse m'amuser un peu"

Et alors qu'elle se relève pour une nouvelle tentative après celle de l’asphyxie, je me retourne d'un geste vif. Je l'ai senti, j'en suis sur. Quelqu'un me fixait, un regard pesait dans mon dos. Je scrute la foule alors que ma respiration s'accélère. La peur prend le dessus, pas la peur de l’inconnu ni celle qui nous vient de l'instinct de survie. Non, cette peur n'a rien de normale, elle a été cultivée durant des années, une peur artificielle bien plus dangereuse qu'elle n'y parait. Tout ça pour une simple impression ? Oui, pour certain, c'est une réaction exagérée mais imaginez un regard fixé sur vous, vous transpercer le dos, un regard plein d'animosité et d'amusement. Un mélange de sentiments bien familier parce qu'il appartient à la pire de vos peurs. Alors, si vous aussi, la seule chose qui vous permet de vivre presque tranquillement était l'unique fait que votre plus grande peur et son regard ne soit pas "réel", n'auriez vous pas eu la même réaction ?

Je me rassure alors que je ne vois aucune trace de Sa présence mais autre chose attire mon attention. Quelqu'un cri et la foule commence à courir. Je ne comprend pas ou plutôt si mais je n'y crois pas vraiment, j'aurais mal interprété la situation et... Je m'assure de la direction dans laquelle les gens vont et me dirige vers la source de l'agitation. Quelques personne se tiennent là, immobiles, fixant quelque chose à leurs pieds. Je me fraye un chemin à coups d'épaule et baisse les yeux. Le blond de tout à l'heure est là, à genoux et tient dans ses bras la fille suicidaire mais quelque chose cloche... Mon regard tombe sur la poignée du couteau. Merde. Malgré la robe sombre, l'auréole rouge de son propre sang est bien visible. Je détourne le regard et le fixe sur le blond qui demande de l'aide.
"Ne fais pas semblant. Je sais que tu l'as vu."

Son ricanement macabre finit de me décider. C'est la pire journée de ma vie. Le fil a fait un nœud sur la couteau. Je n'ai pas le choix mais je ne sais pas quoi faire. Je prends le corps de la jeune fille dans mes bras, comme une princesse sans jamais baisser les yeux sur la tache de sa robe. Une seconde de trop et je risque de retomber alors je m'adresse au blond d'une voix neutre.
"Où est l'infirmerie ? On pourra toujours appeler Bird quand elle sera sortie d'affaire."
Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Ven 1 Fév - 10:00

[FIN DU RP, MORT DE RHINE]

Ils avaient tenté le diable pour la sauver, Litanie se contenant au possible face à son attrait du sang, se concentrant sur l'hémorragie pendant que Bird et que chacun ici priaient un dieu en qui ils ne croyaient plus.

Ils avaient tout tenté mais n'avaient pas réussi: Rhine était morte, mettant fin à cette vie dont elle ne voulait plus car l'Oiseau était arrivé un instant trop tard, car, perdu dans ses champs, il était trop loin des problèmes de cette enfante.
Accident. Macabre erreur qui ne tarderait pas à trouver écho dans Espérance.
Une larme coula sur le visage fermé du Directeur. Avec cette première mort, quelque chose dans son utopie venait de s'effriter et de disparaitre. La réalité venait doucement de refaire surface: La mort existait aussi à Espérance et plus que jamais il allait devoir affronter sa communauté, et devant les yeux de tous, inhumer ce corps inerte.
Choc.
Demain serait l'heure de l'enterrement. On célébrerait une messe sous le nom du dieu unique, celui d'Espérance et de Vishva et sur un radeau, la Belle à jamais endormie disparaitrait sur les eaux au loin, connaissant enfin les limites de cette univers, de l'eau et du vent qui porterait ses cendres encore tiédes.

Bird recouvrit le cadavre d'un tissu blanc. Il n'y avait plus rien à faire aujourd'hui.

Memento Mori, souviens-toi que tu mourras.

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Libre] Tentative [/!\ violence] Aujourd'hui à 9:47


[Libre] Tentative [/!\ violence]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ville Libre de Mévry
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?
» Houston ? Nous avons un problème (pv libre)
» le québec libre!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs importants-