Partagez|

Ce que cache la fumée [Pv : Elloy]

InvitéInvité
MessageSujet: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Lun 31 Déc - 16:17

En Espérance, Vishva avait vraiment tout fait. Il avait commencé par intégrer l'école, pour étudier quelques livres... Enfin, officiellement. Officieusement, on lui glissa au creux de l'oreille, qu'il valait mieux convertir dès le plus jeune âge ! Latika & Lucy furent de bonne aloi. Il n'en retint que ça.
Après coup, il avait été entrainé par une tornade d'angoisse aux cheveux roses : Cali. Logeant chez elle, il s'était laissé aller à un petit mode de vie serein, avant que sa "concubine" comme il s'amusait à la taquiner, s'entiche d'un gamin nommé Georges. Ni une, ni deux, ils se retrouvaient avec un espèce de fils... Alors qu'ils avaient tous pratiquement le même âge...

Mais les disparitions étant de mises dans ce drôle d'endroit, du jour au lendemain, Cali & Georges ne furent plus. Vishva se retrouva seul dans cette grande maison, où la veille, ils riaient encore d'une stupidité. Les murs prirent soudainement une teinte sombre au regard du Gourou, qui décréta que rester ici, n'était pas une bonne idée.

La fermette de Bird avait son charme si on aimait les animaux, le foin et... Bird. Autrement, elle dégageait une odeur d'insalubrité, un genre de familiarité dont on se passerait bien.
Vishva n'aimait ni le foin, ni Bird. Pourtant, il s'était décidé à demander à ce dernier de quoi loger à la fermette, promettant de prendre en compte l'idée de "communautarisme" là-dedans. Il avait à la fois besoin d'un lieu où résider, mais aussi le Divin chantonnait parfois dans sa tête, que se tenir près de ses - probables - ennemis, était la meilleur chose à faire.

Il avait grimpé un étage aux marches grinçantes pour se retrouver dans un couloir où s'alignaient des portes plus ou moins décorées. Il s'arrêta face à celle où s'inscrivait "Elloy" et pénétra dans ce qui serait désormais sa chambre.
Son pied rencontra aussitôt un bibelot trainant sur le sol. Il haussa un sourcil, puis lança un regard circulaire. Première constatation : c'était bordélique. Un lit disparaissait sous les vêtements sortis à la hâte des tiroirs encore ouverts d'une commode. Mais tout ça, n'était réservé qu'à la moitié de la chambre. De l'autre côté, il y avait encore un lit, propre, rangé et qui semblait avoir été fait selon ses goûts, puisque les draps avaient une nuance sablonneuse et qu'une grosse couette brune, gonflait de propreté. Vishva en sourit. Espérance se conformait aux souhaits de ses habitants. Ca le fascinait.

Après quelques secondes de réflexion là-dessus, il se dirigea vers son devenu lit et s'y assit, avant de s'y affaler dans un soupir d'aise. Il se redressa cependant et remarqua, près de sa commode, qu'un houka (narguilé) rouge & or crépitait déjà.

... Il fallut dès lors moins d'une heure pour s'apercevoir que dans la chambre planait une odeur d'orange, concrétisée sous des voluptes de fumées, tardant à s'échapper de la fenêtre ouverte.
Vishva pendant ce temps, avait délaissé son Houka, pour reprendre distraitement les dessins aux hennés sur sa main, tout en conversant mentalement avec le Divin.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Mar 1 Jan - 15:11

    « Un nouveau camarade de chambre », c’était pas franchement ce qu’il me fallait. Bien au contraire, la solitude me plaisait un peu mieux ces derniers temps, disons depuis cet incident. Et pour dire vrai, ça me faisait un peu chier de savoir que quelqu’un allait venir le lendemain matin ici. Mais comme l’ordonna Bird, je rangeai son côté, et fis le lit. Depuis quand j’étais aussi obéissant ? …Disons que je n’ai jamais été le type rebelle et bad boy de la mort qui tue, encore moins depuis le toit. Alors je fis un truc bien, dans le style good boy. Et c’était aussi sans doute pour alléger la peine, la faute, le truc enfin. Je laissai le soin aux autres de prendre la relève pendant que j’allais faire mon boulot dans la fermette, avec les animaux. C’était, en fait, dans le but de pas attendre comme un con, avec la chambre nickelle, rangée à la poussière près, et avec un sourire à la limite de l’hypocrisie. Il avait le temps de rentrer, et de se faire à l’idée que OUI, j’aimais pas ranger, et que oui, fallait vivre avec. Et aussi parce que je voulais pas attendre tout court. Ça mettait mal à l’aise en plus.

    Je travaillais jusqu’à midi, et après je pris le repas à la cantine, une journée banale somme toute, juste un nouveau. Je savais pas qui c’était et même si je pensais que ça ne serait qu’un évènement parmi d’autre, je devais avouer que sa venue m’intriguait. Quel genre de personne était-ce ? Est-ce que je le connaissais ? Des questions bateaux, des questions que tout le monde se poserait, surtout à la vue des quelques babioles qui avaient été amenées dans la chambre. Alors, après le repas, je montai les marches. Si au début j’allais vite, je ralentis, en m’imaginant toute sorte de gars. Un frisé aux allures de gueux des bois, un BCBG à la face de castor, un gamin dont j’aurais la charge ? c’était trop con. Bref, j’arrivai devant la porte et…toqua ? s’il était déjà là, on savait jamais hein. J’entrai finalement et là, des bouffées de vapeurs ou qu’en savais-je m’attaqua les narines. Ça avait des odeurs de..d’agrumes. Truc que je ne pouvais pas vraiment aimer, les agrumes, ça passait pas. Pourquoi ? Je sais pas, peut-être parce que c’était amer et…c’était pas bon tout court.

    Une fois la porte refermée, je posai les mains sur mes hanches, me balançant d’avant en arrière. C’est vrai qu’avec le soleil qui rentrait dans la chambre, on voyait mieux le bordel et même plus mon lit maaaaaais ! mais le pire était le contraste avec l’autre lit. Où il était là, tout paisible, tout calme, tout…apaisant. La fumée était percée par les rayons du soleil, je m’habituais doucement à l’odeur d’agrume et au silence régnant, je le regardais longuement faire, sans bouger, juste je l’observais, j’observai son calme et…je souris doucement. Alors c’était lui. Je l’avais déjà vu, on avait dû se parler avant, avant le toit, avant qu’il ne vienne, avant peut-être quelques fois. Sans que je retienne vraiment son nom, sans que je me surprenne à me souvenir de lui par un tel ou tel exploit. Une connaissance d’Espérance.
    Alors je m’avançai doucement vers la frontière du bordélisme et du calme ambiant, m’arrêtant un peu avant de la franchir et de me poster en face de lui. En plus, il se dessinait des trucs sur la main, trucs que je ne connaissais pas. Je connaissais les tatouages, mais ça n’y ressemblait pas.

    « C’est..pas des tatouages, ça, c’est quoi ? » demandai-je un peu comme un enfant, d’ailleurs je m’en voulus de poser une question stupide mais eh..je devais reconnaître qu’il avait plus de prestance que Peter, ou Bird. Il avait un truc en plus. Et ça, c’était carrément classe ouais.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Mar 1 Jan - 18:44

L'odeur d'orange s'accrochait aux murs, aux draps, promettant déjà de laisser à la chambre la marque du Gourou, de sa présence. Il avait très vite prit place et on aurait su dire s'il venait d'arriver ou bien s'il appartenait à la décoration. Très à l'aise dans l'ambiance qu'il venait de créer, la conversation qu'il entretenait avec son Divin, lui donnait des airs de sage. Il faut dire qu'il n'y avait rien de plus reposant que de discuter avec un être au delà du réel, de tous, bref un dieu.
De quoi parlaient-ils ? De beaucoup de choses en relation avec des forces inconnues, mais sans doute supérieures. Enfin, c'est ce que Vishva pensait tout du moins.

Alors, aussi sûr que les arabesques prenaient vie du bout d'une petite seringue, pour atterrir avec grâce sur ses doigts, Vishva laissait son esprit s'élever dans des dimensions impossibles. Si bien que lorsqu'on toqua à la porte, il ne silla pas, allant jusqu'à ignorer le nouveau venu.
Non pas qu'il se veuille méprisant, mais il ne l'avait pas remarqué, si bien absorbé par une voix lui soufflant que Bird n'était décidément pas digne du rôle qu'on lui offrait. Même un sourire avait finit par passer sur ses lèvres à la mention d'une petite insulte à nom d'oiseau.

C'est la voix de son inconnu qui le tira de ses pensées. Il prit le temps de finir le dessin d'une fleur au bout d'un de ses doigts, avant de lever un regard aux nuances brunes sur lui. C'était donc lui Elloy. Son allure lui rappelait quelque chose, mais il n'avait pas du s'y attarder longtemps.... Pas d'inquiétude, il allait vite remédier à ça. Cependant l'odeur animale qu'il dégageait, sans doute à cause de son travail à la ferme, lui arracha une grimace. Par le divin, il ne ferait pas ce genre de choses. !

« Menhdi de henné » dit-il enfin, en prenant le temps de détacher les syllabes. Il se redressa un peu dans son lit et détourna lentement la tête vers la fenêtre, lui montrant sa main, pour qu'il observe les dessins s'il le voulait, tandis... qu'il se mit presque à raconter une histoire. En tout cas, le ton y était. « Loin d'Espérance... Dans des strates faisant à présent parties d'un songe pour nous, il y avait des traditions, consistants à dessiner des motifs délicats sur les mains des jeunes femmes... Cela offrait beauté, apportait la chance... » Il ramena sa main à lui et observa la pâte de henné couvrant sa main. « Avant les batailles, certains hommes se paraient de ces dessins, pour avoir l'air moins misérables devant les anges, s'ils venaient à mourir. »

Le silence revint dans la pièce. Il ne manquait plus que le crépitement d'un feu de cheminée pour donner le ton. Mais les vapeurs encore présentes faisaient l'affaire.
« Tu sens le fauve Elloy » éluda-t-il en reprenant comme si de rien était le tracé de ses dessins sur sa main. « Les fauves sont un danger pour la réflexion. Ils brisent bien des choses par leur mouvements brusques... » Vishva lui lança un regard en coin tandis qu'il parlait. « Est-ce que tu en es un ? »

Et voilà, il commençait déjà à chercher à le cerner. Et s'il était un fauve, il se ferait un plaisir de l'apprivoiser pour en faire un amateur du Divin.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Mar 1 Jan - 22:45

    Il continuait ses dessins, devant moi. Sans me regarder ni rien. Et j’aurais pu m’énerver mais au contraire, l’ambiance si paisible faisait que je n’avais pas vraiment envie de parler. Juste de regarder les courbes qu’il dessinait en silence à travers la légère fumée qui venait nous recouvrir doucement. Et puis la main se leva, et mes yeux la suivirent tout au long de ses mouvements, lentement. Tout se faisait dans le calme, c’est ça. Tout était différent. Pas un bruit, pas un mouvement brusque, rien de…dangereux. Il était différent, pas comme moi, pas comme les autres, il était cet être unique là devant moi à faire sa vie sans le soucis de l’autre. Et c’était un peu ce qui me fascinait, cette attitude détachée. Et, je m’assis au sol, un bras sur son lit, les yeux toujours rivés sur lui. Son histoire commença et toute mes capacités auditives furent appelées. Là, j’écoutais, docilement. Ouais…docilement aux pieds du conteur. J’imaginais ces jeunes femmes portant le style de dessins qu’il avait sur la main. Je les imaginais avec de long voiles blancs couvrant leur corps, avec de longs cheveux et pour seuls bijoux ces sortes de tatouages un peu partout sur le bras et les pieds. J’en voyais même sur le front et le ventre pour certaines. Et je voyais aussi des petits courir autour d’eux. Ça semblait stupide dit comme ça, enfantin, naïf, stéréotypé, mais dans ma tête ça prenait la forme d’un Eldorado. Alors j’écoutais encore ce qu’il me disait avec les batailles. Je voyais ces hommes avec des armures bancales, faites à la main, avec des peaux de bêtes bien dures, se couvrant de ces courbes brunes sur les bras et la figure. Devant moi dansait un nouveau monde, un monde inconnu, un monde plus beau que l’espoir. Le monde de l’imagination par les contes. Les livres, j’en lisais, plus maintenant, par flemme, ou juste parce que je n’en ai pas envie, et puis vu la bibliothèque…enfin, je n’ai jamais été amateur de livres .

    Quand il se tut, je ne bougeai même pas, pendu à ses lèvres j’attendais ses prochaines paroles. « Tu sens le fauve Elloy ». Ehhh. Sympa, dis que je pue aussi. Je fronçai simplement les sourcils, prêt à partir avant qu’il ne parle. Est-ce que j’étais un fauve ? On ne pouvait pas clairement dire que j’étais quelqu’un de dangereux…enfin…pas vraiment mais après ce qui était arrivé à Taima, le démentir serait mauvais. Sauf que j’avais tout, sauf envie d’aller contre lui là.

    « Sûrement…j’ai fait de mauvaises choses récemment, par…par un geste trop brusque, et même si je veux pas recommencer, je suis bon qu’à ça, c’est pour ça que je suis aussi à la fermette, pour bouger » dis-je lentement, comme un gamin qui tentait d’attraper les faveurs….du Divin.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Mer 2 Jan - 0:04

Tandis qu'il avait fixé la fenêtre, Vishva s'était demandé quelle heure il pouvait bien être. Question stupide, le temps dans Espérance était une notion bien trop large pour qu'il puisse se référer à des cadrans. C'était une chose que son Divin lui avait assuré, par un chuchotement moqueur.

Puis, revenant à la chambre, il vit Elloy assit au sol. Il eut tout de suite confirmation de son ascendance sur lui. Il y a des signes qui ne trompent pas et le regard brun de Vishva descendant sur le visage du petit fauve, donnait un air solennel à une scène où la fumée grouillait, comme venant de la gorge d'un monstre sans nom, d'une déflagration se préparant... Cette déflagration viendrait aussi sûr qu'il le convertirait.

Après quoi, il haussa vaguement un sourcil. Ses paroles avaient fait plus mouche qu'il ne l'eut cru et l'animal lui faisant face parlait comme un petit être sans défense. Mais aussi comme le genre de brute, sans cervelle, sûre de recommencer ses bêtises. Enfin, il aurait pu s'attarder là-dessus, le mépriser ou se moquer de lui, mais eh, l'occasion était trop belle et Elloy sans doute trop inconscient... Et le fait de s'imaginer détourner une brebis du troupeau de Bird faisait monter en lui une sorte d'excitation, qu'il masqua derrière un flegme apparent.
« Le fauve ne se poserait pas la question du bien et du mal... » contra-t-il en secouant lentement la tête. « Le fauve ne serait pas en mesure de fournir les remords, que ta voix exprime » Il se tut pour nettoyer sa seringue de henné et la rangea précautionneusement dans un coffret en bois aux détails orientaux, prévu à cet effet.

« Il y a de ces personnages, se sentant obligés de faire croire à tous qu'ils ont les pires défauts de l'humanité » reprit-il de son ton de conteur. « Les êtres de chairs et de sangs ne peuvent posséder toutes les horreurs du monde. Et même Pandore qui libéra les maux sur la terre, chercha à refermer la boite avant que tous ne s'échappent... Alors comprend Elloy, qu'on ne peut être bon qu'à faire de mauvaises choses... A moins d'être un fauve n'ayant pas connaissance de ce genres de valeurs. »

Vishva leva une main devant lui, observant les courbes de henné, puis la posa sur le lit, près du bras d'Elloy et se pencha sur lui. « Mais pour palier au mal que tu ressens, je peux te donner un remède... » proposa-t-il d'un ton doux... Non, du ton du Gourou.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Mer 2 Jan - 22:37

    Toujours là à écouter, à le regarder inlassablement, assit par terre que j’étais. A croire que les vapeurs d’orange étaient des fumées hypnotiques qui dansaient devant mes yeux et enveloppaient mon corps pour empêcher sens et raison de me parvenir. C’était sans doute ça, ces courbes dans la chambre, s’envolant un peu partout pour aller convertir d’autre gens ailleurs, cependant dans la pièce il n’y avait que moi et lui. Lui aussi confiant et calme. Je me surpris même à penser qu’il…était le plus heureux de tous, à ne montrer aucun signe d’affolement, de crainte, de doute, et au contraire, le plus fascinant c’est qu’au point où il en était dans son être il rassurait les gens. Je n’étais peut-être pas ce fauve, sans doute. J’en souris, je lui souris. Je n’étais pas si mauvais, j’étais un gars lambda. Je souriais encore. Comme un gamin. Ça m’énerva d’ailleurs un peu, ce comportement niais que j’avais là, alors je secouai la tête et reposa le regard sur lui, et là je l’écoutais à nouveau. Sa voix c’était comme une petite caresse qui hypnotisait mon ouïe toute heureuse de trouver quelque chose de doux à entendre et de calme. Et sa vue n’était pas franchement désagréable. Pas commune, pas trop originale, juste ce qu’il fallait de sa dose de beauté. Et puis y’avait sa tresse qui pendait, qui…enfin sur laquelle je restai un peu de temps à observer. Il était là, droit, lent, calme…posé, posé comme sa tresse sur lui, posé comme sa main devant le soleil à travers laquelle, par ses doigts, filtrait encore le soleil qui persistait à rester. Lui, je le voyais lumineux et illuminé. Illuminant la chambre, et mes yeux pas habitué à ça. Non, c’était plutôt la boue, la bouse, le foin et les soins animaliers. Le galop des chevaux qu’on lâchait de temps à autre pour qu’ils se dégourdissent un peu les muscles, le piaillement des cocottes mêlées à ceux des enfants, le meuglement des vaches pour qu’on vienne assécher leurs mamelles. On venait vraiment pas du même monde. Le gueux contre… le lumineux.

    J’écoutais, je comprenais que j’étais pas une bête putride pour lui. C’est ce qu’il semblait dire, et même si ce n’était pas vrai, le simple fait que je l’eusse cru était suffisant. Et puis il se pencha, je baissai un peu les yeux parce qu’il quitta son si haut piédestal pour se baisser vers moi. Je l’écoutai encore et toujours et sa proposition n’en fut que plus intéressante, plus prometteuse, plus….lumineuse.

    « Un remède ? Quel genre ? Si tu me promets que je ne..enfin que je penserai plus à ça…et que c’est toi qui m’y aidera…je veux bien t’écouter encore parler. Parler de ce remède »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Ven 4 Jan - 19:53

Heureux ? Non Vishva ne l'était pas. Ou peut-être qu'il se baladait hors de ce genre même d'idée. Il ne pensait que rarement à ça. Il y avait d'autres questions, mille fois plus importantes, comme le devenir du Divin... et son devenir à lui.
Mais oui, il planait au-dessus des autres. Son calme était la façade de ce qui le hantait : Le passé. Il préférait fermer les yeux dessus et ne fixer que l'Utopie de ce monde ci. Il était sûr de pouvoir rallier Elloy à sa cause.

Plus il le regardait, plus il se disait que le gamin était la proie la plus facile qu'il avait vu, de son existence en Espérance. Il semblait avoir vécu un événement récent, concordant avec l'arrivée de Vishva. Ah, que le Divin fait bien les choses, pensa-t-il.

Dans un sourire, il mena sa main à sa tresse, la touchant. En même temps, il le lâcha du regard, histoire de ménager son intérêt pour lui. Sans compter qu'il devait à présent bien réfléchir à quoi lui dire...

Ah, qu'être Gourou pouvait être compliqué. Peser les mots et se montrer assez charismatique pour rallier les gens à sa cause. Mais bon, ça plaisait à Vishva de se dire qu'il était le prophète d'un esprit supérieur.
« Quels genres de remèdes peut-il exister selon toi ? » lui glissa-t-il, en quittant sa flegme pour mieux s'asseoir au bord du lit. « Je ne te promet pas de lampes magiques... Je ne suis pas un Aladin, ni même une bonne fée. »
Un rire passa dans la chambre : celui de Vishva, aux raisonnables d'orient. D'étranges phrases sortaient parfois de sa bouche. « Mais ici, en Espérance, je pourrai au moins te préserver de la pomme empoissonnée de Blanche-Neige. »

Les contes de fées, il en avait lu des tas durant son séjour dans l'école et s'en inspirait parfois. Le Divin lui disait souvent de se référer à ce que d'autres connaissaient pour mieux les charmer. L'inconnu fait peur et lui, devait se faire figure rassurante.

« Mais... » et là il lui fit signe d'approcher. « Puis-je te faire confiance ? Car si tu veux de l'aide, moi je ne veux pas de trahison... Es-tu prêt à abandonner ta sauvagerie pour moi... ? »

Sa voix s'éteignit doucement. Il le regarda dans les yeux, imposant ses nuances brunes et pleines d'assurance dans les siennes. « Ou préfères-tu recommencer les erreurs ? »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Sam 5 Jan - 21:26

    « Si je savais qu’un remède existait, je ne te demanderais pas, en fait »

    Ça faisait un peu égoïste, pas très aimable non plus, mais au final c’était vrai. Certes, il me fascinait par sa personne, et dire qu’il n’en imposait serait mentir mais…il posait des questions pas très utiles dans mon cas. Je voulais bien boire ses paroles pas les deviner.
    Et plus il parlait, plus les contes des enfants me revenaient à l’esprit. Ah, je comprenais qui il était, le conteur. Je l’avais autrefois entendu dire ses histoires aux plus jeunes après la ferme. J’avoue m’y être arrêté pour l’écouter un peu, comme là. Parce que sa voix était reposante, parce qu’il avait ce pouvoir d’invoquer l’imagination, parce qu’il était le conteur de l’Espoir, ou en tout cas, d’un renouveau et que la crédulité manquait pas en Espérance. Même si elle finissait par atteindre certaines limites. Pourtant, on avait le choix de choisir son « camps ». Je veux dire, d’un côté y’avait Bird et ses principes moraux un peu vieux jeux, Blanche et ses plans radicaux, et puis le calme Conteur. Alors peut-être qu’il ne fallait pas le suivre, à l’image du Joueur de flûte de Hamelin et qu’il nous conduirait à notre perte, mais, c’était bien le seul à qui je voulais me rallier, parce que lui me proposait un remède. Qui ne semblait pas vraiment arriver dans l’état présent des choses.

    Et puis ses yeux se posèrent sur moi, en pleine face, en plein lien avec les miens. Je détournai alors les miens, peur qu’il ne regarde à travers mes iris ce que je renfermais, ce que moi-même n’était pas capable de comprendre, ou tout simplement, trop peur qu’il voit la connerie que j’avais faite et qu’il me refuse toute illusions d’avenir heureux et paisible. Mais je les relevai quelques minutes plus tard, le regardant encore un peu plus, m'approchant enfin de cet être à l'image d'une entité.

    « Le choix est vite fait…Et pour ce qui se passe ici, je n’ai rien à perdre, n’est-ce pas ? c’est pas comme si Bird était un exemple, ni même que le groupe de sept. Je perdrai ma sauvagerie non pour tes beaux yeux, Conteur, mais parce que tu m’inspires confiance et calme. Je sais pas pourquoi hein, mais je suis déjà content d’être tombé sur toi dans cette chambre. Après, personne ne veut recommencer ses erreurs, moi d’abord. Alors je t’écoute, c’est quoi ce remède ? Et…pourquoi c’est toi qui peut le proposer ? »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Ven 11 Jan - 1:10

Ah la précipitation, se dit Vishva en l'entendant répliquer. Elle en avait menait beaucoup à leur perte, aussi, c'est sans doute pour ça que lui prenait le temps de dire les choses, quitte à passer par des chemins incompréhensibles... Les voies les plus courtes ne sont pas toujours les meilleurs non ? Et puis mieux vaut en dire trop que pas assez.

Il inspira profondément et croisa les jambes, regardant l'un des murs de la chambre. Tout ici faisait rustique... Tout faisait Bird. Trop Bird. Ca l'accablait, son Divin allait finir par bouillonner d'ennuie ici. Hum, demain matin, il irait faire un tour dans le bourg, pour évacuer cette odeur insupportable de paysan travailleur.

... Dans son utopie, personne ne travaillerait. Ou tout du moins, pas lui.

Ecoutant à demi Elloy, Vishva contempla avec une lassitude nouvelle, une tâche dans le mur. Cet endroit se gangrenait petit à petit. Un mur sale était le prémisse d'une destruction à venir... Et il n'était pas forcément contre. rien de mieux que de bâtir une nouvelle idéologie ! Et celle-ci commençait via Elloy tient.
« Je ne peux pas répondre à ta place concernant ce qu'il y a à perdre... A mon sens, si tu m'écoutes, tu as tout à y gagner... »

Il se garda de sourire, même si au fond de lui, il jubilait de ses compliments.

"Les mettre en confiance, est le premier pas vers notre domination", chantonna la voix Divine au creux de son oreille. Il ferma les yeux, toujours heureux d'accueillir les paroles de l'être vénéré.

« Seul moi peut le proposer... Parce qu'il n'est pas vraiment un remède » déclara-t-il en rouvrant les yeux. « C'est... un tout. Mais si tu l'adoptes, je ne te laisserai pas revenir en arrière » il alla lui toucher le front du bout des doigts, le fixant, comme s'il s'apprêtait à l'initier. Une sorte d'Abdul Alhazred, le côté démoniaque et nécromancien en moins...
« Ecoute bien à présent... Je vais te mettre aux secrets des grands d'Espérance »

Vishva prit le parti de lui en parler comme s'il s'agissait là d'un conte, d'un mythe, bref de quelque chose de puissant.
« Ne t'es-tu jamais demandé qui d'Espérance ou des souvenirs était vrai... ? Certains voient la réalité dans leur passé... Mais nous sommes des privilégiés dans ce monde... Une force supérieur en a appelé à nous, à notre présence ici... Pour créer une vraie Utopie... Cependant... - il lâcha un soupir - celui qui se dit à la tête d'Espérance, Bird... ne fait que pourrir un peu plus les fondations que le Divin nous a offert. Il crée quelque chose de faux ici... Un mensonge à peine voilé » Il décroisa les jambes, pour mieux venir s'accroupir près d'Elloy et reprit d'un ton bas et de confidence : « Ne la sens-tu pas ? L'odeur de la destruction ? Celle qui te fait devenir un fauve, alors que je suis sûr que tu es tout le contraire... »

Il posa une main ferme sur son épaule, pour lui donner confiance. Bah, il fallait savoir apprivoiser son monde. « J'aide les miens, je les protège et les guide... Loue la force supérieur de ce monde et je ferai en sorte que le tissu qui fait suffoquer ton coeur et te rend bestial, disparaisse à jamais... Je te façonnerai en un être heureux... Qui ne sera plus jamais seul... »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Dim 13 Jan - 0:56

    Un remède qui n’est pas un remède. Voilà un drôle de remède. Cependant, s’il suffisait de l’écouter pour trouver les voies de la tranquillité, ce n’était pas une chose bien difficile et laborieuse, bien au contraire, c’était easy. Et c’est ce que je fis, comme depuis le début, mes oreilles étaient aussi écartées que celle de Dumbo à l’affut de paroles à boire encore et encore comme si j’allais m’y noyer pour y perdre tout sens, et tout souvenir polluant mon esprit, enraillant les chaînes de mon petit bonheur quotidien, déroutant le train de mes pensées. Alors j’écoutais toujours et encore, ne détournant pas les yeux de l’incarnation de la délivrance qu’il semblait symboliser en cette petite chambre fadasse, comme si regarder ailleurs m’empêcherait d’atteindre les Hauts Secrets de l’Humanité, alors qu’il me semblait que j’étais une sorte d’élu parmi la populace, touché par la Grâce céleste de ce garçon pas plus âgé que moi, pas plus grand, moins fort, plus bizarre. Alors je l’écoutais, et me noyais réellement dans ses paroles, alors que lui, penché sur moi, je me penchai vers lui pour garder cette idée de confession. C’était jouissif de croire qu’on était important, les confidences ça avait quelque chose de grand, de mystérieux de…d’intéressant. Puis il disait des trucs vrais par rapport à Bird, la communauté se divisait, je ne savais quel côté prendre, le sien était tentant. Plus seul, hein…. Heureux…Avec le Divin…et comme j’écoutais, et comme je le croyais, dans sa mise en confiance, dans sa confidence, je hochai plusieurs fois la tête avec cet air d’initié sérieux, impliqué, avec cette jeune croyance qui naissait en moi, parce qu’après tout, pourquoi pas se laisser tenter par un gars qui avait l’air d’être ni tourmenté, ni troublé par les souvenirs du passé. Et puis, il voyait la destruction, ce nouveau genre d’Apocalypse, la fin de l’Espoir…je voulais pas ne plus espérer, parce que je me rattacherais à quoi ? Et puis la Destruction, la croyance, les secrets, les révélations….son air sérieux, mon air de nouveau saint prieur de sa religion…ça en devenait hilarant.

    En pensant à ça, je me trouvai totalement ridicule. Cette peur du passé, et les évènements du toit me rendaient totalement paranoïaque et naïf…si bien qu’un rire, couvé dans ma gorge, sortit brusquement. Pas un grand rire, pas un fou rire, mais un petit rire dissimulé par ma main que je finis par secouer une fois calmé. « Scuse, c’est rien, je suis désolé » dis-je simplement, tout bas. Mais tout prenait une dimension si sérieuse que…je sais pas, c’était sans doute aussi un rire nerveux. Et si ça marchait pas ? Et si au final je faisais confiance à un charlatan ? toujours et partout il y en a, Bird en est en quelque sorte la preuve vivante.

    « Je suis pas contre…Mais j’aimerais comprendre…Ton Divin, il vient d’où ? Et si je dois le louer, je fais comment ? J’ai rien à donner ? Parce que c'est un peu louche dans ce cas...Ca a toujours marché en donnant-donnant la vie » demandai-je alors, après m’être passé une main dans les cheveux pour m’appuyer contre le lit avec le coude, toujours en le regardant, malgré tout, j’arrivais pas à aller voir ailleurs. Mais j'étais pas fou non plus.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Dim 21 Avr - 16:24

Un instant de silence.
Un bref instant pour se remettre en tête tout ce qui s'était passé.
Vishva venait tout juste d'arriver au foyer, après avoir délaissé la maison du bourg qu'il partageait avec Caly, maintenant disparue. Il avait été assigné à une chambre où se trouvait déjà un autre résident : Elloy, un garçon bordélique s'il en est.
Et, vapeur de vanille oblige, Vishva avait rebaptisé la chambre par des effluves orientales. Cela avait prit à peine quelques heures. Il connaissait Elloy depuis quelques minutes seulement.

Elloy, Elloy, Elloy, étrange personage. Ou adolescent banal. Le gourou n'en savait pas assez sur lui pour le dire. Juste, prenait-il conscience du trouble qui le bousculait et de son regard surmené. Une proie facile, pensait-il sans doute à juste titre. En tout cas, il sourit de le voir hocher la tête à ses dires. Qu'on aille dans son sens, lui faisait trop plaisir à lui... et au Divn évidemment.

Mais le Divin est un être capricieux et qui se vexe facilement. Aussi, le léger rire qu'il émit, même s'il n'était pas contre lui, fit résonner la voix dans la tête de Vishva.

"Il ne faut pas lui laisser prendre ses aises ! S'il rit, c'est qu'il ne saisit pas encore Mon importance"

Alors Vishva se redressa, pour mieux se rasseoir sur le lit et le dominer. « Toutes les situations ne sont pas bonnes à rire » lui glissa-t-il en se penchant sur lui, l'air d'insinuer qu'il avait pas intérêt à recommencer !

Il laissa ensuite planer un silence de 'méditation' et inspira profondément, tout pensif. « C'est plus subtile... Mon... Divin, vient de nul part, puisqu'il est partout... Il nous voit, nous surveille, nous écoute... Parfois, il nous parle même. » Enfin, en tout cas, il lui parlait à lui. Mais tout le monde n'a pas l'honneur d'être Vishva. « Mais... La plus belle des offrandes que tu puisses lui faire, sera de calmer ta colère... D'oublier le passé, de ne pas le rechercher même »

Doucement, il vint poser une main sur sa tête. Un peu comme s'il apprivoisait un animal dangereux, un fauve. « Regarde moi Elloy... Je joui du présent... Et je suis parfaitement heureux. Si tu m'écoute et me suis, je pourrai te rendre heureux et te faire perdre cette attitude négative. Maintenant, il ne tient qu'à toi de... m'écouter. » sa phrase s'acheva à voix basse, alors que des bruits de pas, faisant grincer le sol, retentirent.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ce que cache la fumée [Pv : Elloy] Aujourd'hui à 14:13


Ce que cache la fumée [Pv : Elloy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'homme arbre qui cache la forêt (ou l'inverse)
» [RESOLUE] Faire une fusée sans fumée
» Qui se cache derrière les pseudos des bateaux ?
» [RESOLUE] Faire de la fumée
» Des capsules a fumée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-