Partagez|

[Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps.

Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps. Ven 1 Fév - 8:48




    Cela devait arriver un jour....C'était ainsi... écrit dans le grand livre de l'adversité....
    Dans l'ordre logique des choses, les mentalités devaient un jour s'éveiller et contester les incohérences si chères à Espérance. La vérité devait éclater et jouer en sa défaveur, entrainant une guerre intestine, une Révolution Française réduite de taille à la retranscription espérantoise.
    Le « Roi l'Oiseau » s'y était préparé depuis longtemps et au plus profond de lui s'attendait d'un moment à l'autre à ce que la guillotine chute sur sa nuque, coupant net la réalisation de ses projets. La fin de son règne n'était qu'une question de temps... et d'arguments.

    Attentif à faire bonne figure auprès de tous, Bird était assis sur le rebord de la fontaine, au cœur de l'agitation où il écoutait les dires de chacun, niant la tête haute son implication dans l'affaire. Il ne savait rien, ne voulait rien dire et s'il était là aujourd'hui, ce n'était que pour répondre courtoisement à l'invitation des Nahash.
    Et pour le coup, le groupe de Serpents avait orchestré avec brio leur affaire, leur petit débat en bonne et due forme. Ils avaient répandu la nouvelle, ameutant toutes les petites âmes de la communauté, puis avait convié le parti adverse à leur faire face, pour finalement laisser la parole au « peuple » amassé sur les dalles claires de la place centrale.
    Elle là, ça jacassait fort, chacun y allant à sa petite théorie, contredisant son voisin ou appuyant son avis à coups de raison, d'impressions mais surtout de cris. Douce anarchie et timide chaos d'où ne naissait aucune vraie réponse pour le salut de l'Oiseau.
    Le « Monarque » ne craignait rien tant que le Danton à la langue fourchue n'asseyait pas plus que cela son autorité.

    Il soupira, las et jeta un regard à l'hydre à sept tête, impatient que cela prenne fin.
    Le monstre le regarda, sourit à son tour et fit taire l'agora, l'obligeant à l'écoute.
    Le véritable débat allait commencer, le problème allait être posé : « Pourquoi des objets disparaissaient, remplacés par les équivalents antérieurs » Tel était la grande question, simple outil de propagande dans les mains du Serpent d'Eden.
    Qui serait l'innocent, qui croyant à sa sincérité de la vipère albinos, mordrait en premier le fruit ? Et combien de ses enfants dans sa chute jusqu'à la Terre, le suivraient ?
    Les paris étaient lancés.


Eheh, j'ai vaillamment attendu pour le poster et le voici donc, le nouvel Event. Comme dit, il se passe avant l'event de la condamnation ( 2/3 mois avant même si osef, il y a pas de temps dans Espérance).
Cet event est là pour que vous débattiez un peu sur le chapitre des objets et pour avoir une belle propagande des nahah et que, finalement votre personnage se crée un peu une opinion sur bird et Espérance.


_________________
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps. Sam 2 Fév - 11:55

Espérance changeait imperceptiblement ces derniers temps. Du moins était-ce la pensée de Peter en observant le Serpent se glisser tout autour de la pomme rouge et juteuse. L’animal coulait sa peau froide le long de l’aspect ferme et tentant du fruit le transformant en tentation. Malheureusement, comme elle avait perdu Adam et Eve, elle risquait d’également d’entrainer Bird dans sa chute. Peter, ne pouvait pas s’y résoudre aussi facilement. Pourtant pour l’instant, le grand blond n’avait pas dit mot, plongé dans ses songes mélancoliques. Cependant, comme toujours, dès qu’il le pouvait, le garçon se trouvait là fidèle au poste. Non loin de Bird, prêt à réagir pour sauver son ami d’une manière ou d’une autre en cas de débordement. La Blanche semblable à Médusa en ce jour avait hissé farouchement sur sa tête ses viles petits animaux de compagnie décidés à changer en pierre les malheureux qui s’y trouvaient. Peter détestait cette ambiance qui se tissait lentement, son esprit torturé ne pouvait s’empêcher d’imaginer la vipère venir enserrer le cou de son ami pour le faire disparaitre. Il répugnait à la violence ou à toutes ses formes mais si quelqu’un pouvait gifler cet élément perturbateur pour la calmer, sans doute qu’il arriverait à ne pas s’en offusquer trop ostensiblement. Secouant la tête avec véhémence, il chasse cette pensée avec un léger frémissement, qu’allait-il imaginer, la violence ne résolvait jamais rien. Lui qui en avait fait les frais plus que de raisons, du moins c’était ce que ses rêves, sa terreur des armes à feu ou encore sa difficulté à supporter la violence ou le sang.

Son opinion sur Bird et sur Espérance était insusceptible de changement tant pour l’homme qu’il aimait comme un frère que pour l’endroit qui présentait pour lui une paix jamais encore atteinte. Le lieu possédait à son avis du charme et de la douceur, bien que ce fut imperceptiblement plus agité. Le chaos n’avait pas été provoqué par l’Oiseau en tous les cas. Cet Oiseau qui faisait tout pour lui redonner sa liberté à lui soldat sali par tant de honte et de morts que l’homme se faisait parfois l’effet de n’être bon qu’à être jeté. Malgré ses défauts, malgré sa douleur d’avoir gâché l’existence de nombreux inconnus par sa présence dans une guerre qui n’était celle de personne, jamais, au grand jamais, il ne laisserait son ami perdu dans les méandres des doutes des habitants pour un événement certes étranges mais pas pour autant nécessairement de sa faute à lui. Certes, les objets faisaient à leur guise, se transformaient dans des versions antérieures à leur forme. En quoi est-ce que cela pouvait être la faute du directeur ? Les gens ne pouvaient tout de même pas supposer pareilles fadaises ! Cela le dépassait un peu. Alors qu’il avait l’impression d’assister à un procès sur la valeur de son ami le plus cher, le garçon s’approcha de Bird assis sur la fontaine dans un état relativement contemplatif. Sa main ferme et légèrement rugueuse se posa sur l’être dont l’épaule parut étrangement gracile. Les doigts se serrèrent doucement alors que son regard bleu se penchait vers lui pour lui communiquer sa confiance et sa loyauté. Les mots n’avaient pas besoin d’être proférés et c’était une chance car les années n’a pas changé la nature peu bavarde par moments du forgeron. Lentement, il prit place aux côtés du volatile.

Finalement, il se plaça dans le même état d’attente n’ayant pas envie d’envenimer la scène en donnant l’impression que le directeur ne pouvait pas répondre seul aux accusations dont on risquait de l’affubler. Le jeune homme de vingt ans ne comptait pas rester placide mais il n’interviendrait que lorsqu’il aurait l’impression que la scène commençait à devenir hors de contrôle.


Alexandre
Messages : 70
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps. Dim 10 Fév - 16:23

Rien n'était plus intéressant à mes yeux, que ces âmes perdues qui pensaient pouvoir changer les choses en agressant un homme perdu lui aussi, désespéré et dont la chute inexorable serait tout ce qu'il y a de plus délectable. Il tomberait, j'en étais presque certain ou alors il devrait radicalement changer d'attitude car les villageois voulaient des réponses et les sept Serpents ne se feraient pas prier pour dire tout au ce que tous pensaient tout bas : ces questions qui remettaient en cause la place du directeur, les doutes naissants en chacun face aux récents évènements étranges. Pourtant, des incidents de ce genre me paraissaient bien assortis avec Espérance. Après tout, cet endroit n'était-il pas étrange ? Personne ne savait où le placer sur une carte et lorsqu'on arrivait ici on ignorait presque tout de nous-même, de notre vie, de notre quotidien, de notre bonheur. Enfin, personne à part peut être le plus vieux des habitants, Bird lui-même.

Je n'ai aucun problème d'objet vieillissant sans raison apparente mais le reste de la foule, ou sa majorité si. Et, ne comprenant pas ce qu'il leur arrive, ils s'étaient logiquement tournés vers le plus savant d'entre nous : le même Bird. Ils réclamaient des réponses à grands renforts de cris de colère, camouflant leur angoisse sous la haine de l’ignorance. Je me fiche éperdument de ce qu'il peut leur arriver mais je pense aussi qu'ils méritent ces réponses. Ils ont suivi l'Oiseau aussi loin qu'ils le pouvaient, jamais ils n'auraient demandé pourquoi ils étaient ici, pourquoi ils étaient coupés du monde sans un grand bouleversement. Sans les Nanash. Sans le suicide de la gamine en noir et rouge. Même pour Miséricorde, peu se sont levés face à son exécution.

Si ce n'est pas pour la détérioration du matériel, certains disent être venus pour changer les choses mais ils ont tort de se prétendre révolutionnaires. Ils ne sont que des pions sur le grand échiquier du Destin. Ils ne se révoltent pas, ils suivent les changements de leur environnement. Sans déclencheur, jamais le feu ne se serait allumer et pour cette fois, il a fallu plusieurs tentatives dont une plus intelligente que les autres, se servant des restes des précédentes étincelles. Les Nanash ont eu la bonne idée d'entasser la bois prêt à s'enflammer devant la dernière barrière qu'ils s’apprêtaient à abattre, réduisant la paix d'Espérance en cendres.

Un blond se tenait à côté de l'Oiseau. Oui, j'avais oublié une autre partie amusante de ce procès qui se préparait : les amis et alliés de Bird. L'homme ne tomberait pas seul, il entraînerait une partie du village sous ses ailes. Un léger rire m'échappa. Ce procès déciderais de la vie qu'on mènerait ici mais entre le débat et une nouvelle situation stable, Espérance se déchirerait toute seule, écartelée entre deux parties aussi déterminés l'un que l'autre et quelque personnes resteraient là, spectateurs attentifs de la déchéance dans laquelle ils jetaient leur propre village, pensant bien faire.

Je m'avançais dans la foule, un sourire étirant mes lèvres. Je voulais à tout prix être aux premières loges de ce désastre sans nom.
Taima
Messages : 69
Date d'inscription : 10/03/2012

Feuille de personnage
Âge: 15 automnes
Entrave: Négation des vérités
Métier: Cocotte polissonne
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps. Lun 25 Fév - 20:40

On parlait de serpents, de pomme et de temps et, pour tout le monde à Espérance, cela sonnait de toute évidence avec la Chute originelle, Adam et Eve chassé de l'Eden pour avoir écouté les persiflages d'un reptile. Le fruit de la connaissance, dans lequel les deux premiers hommes avaient finalement croqué, les avait alors précipité à terre, et ils virent qu'ils étaient nus, et la Femme enfanta dans la douleur depuis, et tout un tas de souffrances leur tomba dessus par la suite. Sauf qu'à y réfléchir, sans le Serpent, sans ce cher Nahash à la langue suave, aucun fils de Dieu n'aurait connu autre chose que ce jardin de Paradis, cette dimension amorphe et engourdie dans son bonheur, figée pour l'éternité dans sa chaleur et son soleil. Vrai, si l'animal n'avait pas rampé au secours des hommes, ceux-ci auraient vécu, immortels et stupides, dans cet espace enchanteur et sans saveur. Le Serpent leur avait ouvert les yeux ; sans lui, le monde tel que nous le connaissons n'aurait pas existé. Pas de guerres, pas de souffrance, pas de désir. Eden fade et englué dans ses propres plantations à perte de vue. Pas d'effort, de récompense, de soulagement. Rien qu'un vague sentiment, à peine une émotion, de sérénité. Qui aurait voulu vivre une existence semblable ? C'était une existence de cadavres, des morts qui se déplacent, un Walking Dead biblique version Genèse et feuille de vigne.

Mais, de toute manière, Taima ne s'impliquait pas dans cette métaphore filée. Parce que tout Amérindien qu'il était, ses connaissances en matière de christianisme se bornaient à la façade de l'église, blanche et proprette, que les Américains avaient érigé à l'intérieur de sa réserve, comme pour lui rappeler que les voies de Dieu, bien qu'impénétrables, pénètrent en revanche les Sauvages du Nouveau Monde. Oui, ils s'étaient fait bien enculer, sur ce coup-là. Dénués d'une religion monothéiste, l'imposition de cette minuscule chapelle, sertie d'un curé qui voyait son nombre de fidèles fluctuer selon les époques, était comme un pied de plus qui venait s'écraser sur le visage des Mohawks. Jamais l'adolescent n'avait voulu se plier à ces coutumes imposées par les colons. Ç'aurait été, pour le coup, blasphématoire. Leur Dieu unique réduisait les leurs à des pratiques barbares, à des superstitions, du chamanisme. Les esprits des eaux ? La Terre-mère ? Wakan Tanka ? Sornettes, seul Dieu est créateur de toute chose, et il est venu à nous en la personne de Jésus Christ. Et Taima de rejeter en bloc ce que lui, à son tour, nommait « superstitions ». De surcroît, la spirale nostalgique dans laquelle il s'était enterré lui interdisait l'accès à cet endoctrinement ; les Iroquois ayant battu les Amerlocks, toute trace de culture étrangère était rayée des souvenirs. Le Grand Esprit avait vaincu le Saint Esprit. C'était tout, et c'était bien mieux comme ça.

Regroupés au centre de la place centrale, proches de l'Oiseau assis sur le bord de la fontaine, les Nahash formaient une fleur vénéneuse au coeur du bourg. Les six péchés, entourant leur Reine la Luxure, gravitaient autour d'elle comme des lunes autour d'une planète, soumis à son rayonnement. Et tout autour d'eux, rassemblés en une masse bruyante, surprise et mal à l'aise, les enfants d'Espérance attendaient d'entendre ce que Blanche avait à leur dire. En effet, que ce soit au sein du groupuscule ou au sein de la communauté entière, Blanche irradiait. C'était la référence, en matière de beauté, de corruption, d'élégance et de cruauté. Partout, elle était cette danaïde empoisonnée, cette sirène des temps modernes, qu'il convenait d'adorer ou de craindre, ou bien les deux en même temps. Elle n'avait pas besoin de porte-parole pour faire retentir partout sa voix claire et puissante, pour haranguer la foule et la rallier à sa cause. Aujourd'hui encore, Taima ne craignait pas que la catin réussisse à faire adhérer quelques âmes fragiles ; le sujet actuel se prêtait bien à un nouveau dénigrement de Bird. Les questions devaient harceler chaque personne un tant soit peu intelligente ou curieuse. Pourquoi ces anachronismes ? Pourquoi les objets régressaient-ils ? Tout le monde était au courant de ces anomalies, et le silence de l'Oiseau jouait en sa défaveur. À trop vouloir préserver les enfants, à trop les maintenir dans l'ignorance et la crainte, il ne faisait que perdre du terrain sur l'échiquier espérancien au profit du Serpent.

Taima lança un oeil aux personnes qui les entouraient. Ils étaient si nombreux. Était-ce vraiment une bonne idée que de se jeter ainsi dans la gueule du loup ?

_________________


Merci Moineau ♥
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps. Mar 7 Mai - 19:00

« Mater nostra, quae es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua
sicut in caelo et in terra. » *




Il était temps d’agir.
Elle ferma les yeux dans son lit aux voiles colorés et se leva en faisant danser les effluves de vanille dans les airs. C’était le matin de cette grande réunion et de la consécration de Blanche. Elle avait prit soin de se préparer, demandant à ses ferventes disciple de l’aide. C’est ainsi qu’elle fut vêtue d’une lourde robe pourpre, recouvrant ses pieds et découvrant sa gorge ; que ses cheveux noirs furent laissés détachés pour longer la courbe de ses reins et pour sublimer la blancheur de sa peau et de son visage ; que quelques boucles encerclèrent son visage fin. Une fois enfin parée de ses habits divins, elle s’appliqua à se dessiner un regard de chat, de son coup de crayon habituel et propre à elle. Ses lèvres se teintèrent de rouge sang, ses ongles de noir. Et pour finaliser le tout, son corps entier prit les odeurs d’ambre et de vanille. Comme un astre, elle dégageait des faisceaux via les parfums qu’elle dégageait. Fin prête. C’était la fin de la matinée, le débat commencerait début après-midi. Alors pendant ce temps, elle chaussa de jolies sandales noires. Ainsi, elle s’exerça à parler dans le vide de la chambre puisqu’elle avait demandé à ce que ses deux disciples sortent pour la laisser seule. Parfois elle se penchait à la fenêtre pour regarder Espérance, d’autre fois, elle s’allongeait gracieusement dans des tas de coussins aux couleurs d’Orient, d’autre encore, elle se regardait dans le miroir.

Ce fut Midas qui vint la chercher, comme à son habitude. C’était toujours lui qui venait la chercher. Ils se glissèrent dans l’escalier de bois qui ne craqua pas sous son poids. Le bas de sa robe sifflait silencieusement sur le sol, en se glissant contre les planches, épousant leur forme comme un serpent. En tenant son bras, elle lui lança un dernier regard avant de sortir. Il la rassurait. C’était quelque chose d’indescriptible, mais Midas était celui qui pouvait être bien le plus proche d’elle parce qu’elle avait plus de confiance en lui qu’en les autres. Tout aussi vil qu’elle sans doute. Alors elle esquissa un sourire. Il lui fit un compliment. Elle sortit.

Elle avait donné rendez-vous aux siens à la place centrale. Ils attendaient tous déjà alors que la foule commençait doucement à peupler les pavés. Alors elle sourit une deuxième fois, laissant apparaître ses dents blanches. « Tout est prêt, Blanche. » Tout était prêt. Un autre sourire passa sur ses lèvres et elle serra doucement le bras de Midas avant de le lâcher pour tourner la tête vers l’Oiseau accablé. Qu’il tombe, qu’il tombe ! Sa tête était déjà penchée, il ne suffisait plus que le coup de hache ! En le voyant aussi dépité, un léger rire sortit de sa gorge. S’il était dans cet état, c’était bien à cause de lui-même, à ne pas gérer sa communauté. Faible, ce n’était qu’un faible.

Doucement, elle fit quelques mouvements de bras pour les éloigner d’elle et pour se tourner une nouvelle fois vers l’Oiseau qui lui arracha un sourire en coin. Son regard noir se posa dans le sien et l’assistance fut tue en quelques secondes. Le monde était réuni autour de la ronde centrale des Nahashs et de Blanche, dirigée vers Bird. Plus loin, elle avait fait disposer un étalage d’objets suspects, et d’autres normaux. Preuves à l’appui.

« Allons, approchez et voyez » dit-elle en montrant le pauvre animal. « Qu’il est beau le maître des cieux et d’Espérance avec son air malade et dégarni ! avec toutes les catastrophes qui nous arrivent, croyez vous vraiment qu’il soit encore capable de maintenir la pseudo paix que nous avions alors ? » demanda-t-elle à l’assemblée. « Ne le prenez pas en pitié. Il ne nous a pas épargné, oh ça non ! souvenez vous de Miséricorde ! A qui la faute ? Je ne cesserai de le répéter, c’est à cause de son égoïsme et de ses mensonges que Miséricorde, boule de haine, s’est crée ! C’est à cause de sa faiblesse qu’il nous a plongé en Enfers ! Il était heureux dans son monde d’enfants, pleins de joues roses et d’airs innocents, mais maintenant que l’utopie est tombée et que Bird se révèle être un directeur incapable de ses fonctions, tous les malheurs nous tombent dessus ! » sa voix devint un peu plus faible, feintant la tristesse et la peine. « Maintenant voyez comme il ne tient même plus sur ses jambes pour faire valoir son droit ! Lui-même a abandonné depuis longtemps son rôle de chef et que nous arrive-t-il encore ? Ces objets se transforment. Quelle sorcellerie veut encore jouer des siennes ? Pourquoi devrions-nous subir les méfaits de ses choix faits par la faiblesse de son âme ? Je vous le demande à vous, peuple d’Espérance, parce qu’il n’y a que vous qui pouvez conjurer le sort d’Espérance ! Voulez vous subir indéfiniment les aléas de Bird, ou bien voulez vous construire un nouvel avenir plus prospère loin de toute cette mascarade qu’il a engagé ? Il a joué tout seul en notre nom. Il a perdu » dit-elle en le pointant de l’index. « Aujourd’hui les objets se transforment » Et elle demanda à un des Nahashs de bien vouloir apporter une des preuves. « Demain, ce sera peut-être nous ! »

_____________
*
    Notre Mère qui es aux cieux
    que ton nom soit sanctifié
    que ton règne vienne,
    que ta volonté soit faite
    sur la terre comme au ciel.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps. Mer 15 Mai - 17:24

Il n’y en avait que pour elle, que pour lui, que pour eux. La belle au bas de sa tourelle, n’attendant que le dernier jugement pour enfin tirer le roi de son trône. Lui, qu’attendait-il ainsi haut perché, l’attente de son verdict? Ne t’en fait pas, Dieu sera conciliant, tu finiras au paradis, comme tous les enfants de ton espèce. Et notre petit mouton noir, qu’est-ce qu’elle faisait là? Elle regardait, et jugeait, de son regard auquel rien ne pouvait échapper, de sa colère montante, les bras bien refermé sur une batte de baseball, au cas ou, qu’elle se gardait bien de cacher derrière elle pour ne pas effrayer. Lorsque la reine ordonna de s'éloignés, c’était déjà fait depuis un moment. Pour quelle sotte raison irait-elle se mettre autour de cette immonde odeur qui vous colle le nez jusqu’au fin fond de vos jour? Il n’y en avait que pour elle, les filles et les garçons. Et bien pas elle. Ce n’était pas son charisme qui l’avait emmener vers les Nahash, oh ça non.

La belle s’était avancée tout à l’heure, au bras de son prince Midas, qui la suivait comme le plus fidèle des serviteurs. Irritation palpable. C’est peut-être elle qui aurait aimé un bras, là, pour serrer bien fort, ou prendre un de ces objets là-bas pour tout casser. On lui demandait de se faire aimable, mais de son rôle principal, elle était celle qui intimide, qui frappe, qui casse. Pas celle qui se fait belle et charmante dans une longue robe et dans des parfums de vanille et de machin chouette qui sentent trop fort. Oh, mais elle c’était bien forcée, on lui avait dénichée une robe dans les tons de rouge qui lui arrivait par-dessus les genoux, qu’elle essayait de descendre de temps en temps. Maquillage, on n’avait pas trop insisté, mais les cheveux par contre on le lui avait détaché et bien peigné. Jamais Ira n’avait eu l’impression d’avoir les cheveux si longs. Si Blanche n’attirait pas autant les regards et les désirs sur son corps d’une pâleur inquiétante, on ne verrait sans doute plus qu’elle, le petit mouton rouge flamboyant des Nahash, qu’on a peine à se dire exactement ce qu’elle fait là. Elle est là car on lui a demandé, car leur projet va dans le sens de la justice, car Midas le lui avait demandé plus précisément. Mais ne trouvez-vous pas que Midas fait pitié, ainsi en laisse? Il y gagne et elle y gagne, mais comment la jeune fille pourrait-elle voir cela de cette manière? Comme si c’était le moment de s’indigner, de se fâcher. Il n’était pas le seul. Les deux autres filles faisaient tout aussi pitié à voir, à accourir aux moindres caprices de la Blanche. Elle se sentait drôlement lourde, la petite Ira, devant se combattre elle-même pour ne pas s’offusquer, pour ne pas criser et vouloir frapper. De toute façon sur qui retourner cette colère? Contre Blanche qui contrôlait tout le monde à sa manière d’égoïste enfantine? Non, elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas ici, pas maintenant. Sourire. Se cacher n’était pas sa manière d’être, mais on le lui avait bien demander. Souris, sois jolie, aimable, douce. Elle savait faire.

Puis vint le discours. Elle jouait bien, elle jouait juste, allant de l’émotion jusqu’à susciter le public et à faire des démonstrations visuelle avec les objets. Ne demandez pas à Ira de faire de tels discours, le résultat ne serait jamais à cette hauteur. Pour ceci, elle l’admira l’espace d’un instant avant de redescendre sur terre, là où elle restait toujours, à scruter l’assemblée. Elle n’avait que faire des réactions de l’oiseau là-haut perché. Elle restait immobile, à l’affut. Rien ne devait se passer, rien ne se passerait non plus, mais sait-on jamais, on avait bien vu auparavant que les débordements arrivent facilement. Mais non, tous écoutaient, le discours atteignant lentement leurs cerveau. Et aux demandes de Blanche d’aller lui chercher un objet, alors qu’un de ses serviteurs à tout faire accourait –non mais franchement vas-y toi-même!- Ira resserra sa poigne d’une main, rabaissant sa robe de nouveau de l’autre. Qu’on en finisse une bonne fois pour toute avec ce monde faux, empli de mensonge. Qu’il disparaisse en vitesse. Ce monde là, Ira n’en voulait pas.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps. Aujourd'hui à 9:46


[Event chapitre 3] Le Serpent, la Pomme, et le Temps.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [EVENT] Le patch Freljord
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» Composition du Chapitre
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs importants-