Partagez|

On s'envole [Icare & Eagon]

Icare
Messages : 34
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 17
Localisation : Lune

Feuille de personnage
Âge: 10 ans
Entrave: phobie des rires
Métier: élève et livreur
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
MessageSujet: On s'envole [Icare & Eagon] Mar 28 Mai - 18:30


- Hé, Icare, tu veux pas venir regarder le film avec nous ?
- Désolé, mes braves, je n’ai pas le temps.

Icare décline ainsi l’invitation de son camarade. D’ordinaire, il aime bien passer du temps dans la salle commune après le diner, mais l’heure n’est pas à la détente. Il a un lourd programme devant lui. L’air solennel, il prend congé de ses amis comme s’il eut été un pilote de chasse s’apprêtant à partir en mission périlleuse. Pourtant, la plupart d’entre eux le dépassent d’une tête. Ce genre de détail, Icare ne le remarque pas.

Le voilà donc qui file dans sa chambre, ôte son short et sa chemise, et s’assoit sur son lit en respirant profondément. La nuit est déjà tombée, seul le pâle éclat de la Lune – qu’elle est belle ! – filtre par la fenêtre, teintant les rideaux minces d’un éclat bleuté. Eagon n’est pas encore là, peut-être qu’il traine sur le toit ou dans la cour. Icare espère qu’il n’a pas oublié leur rendez-vous. Ce soir, ils ont prévu de voler ensemble. Pas en vrai bien sûr ! Non. Dans le Reflet. Ces temps-ci, Icare évite les miroirs, qu’il prend soin de garder recouverts. Sa dernière tentative a été un échec. Même si les blessures infligées dans le Reflet n’ont pas d’effet dans la réalité, il est convaincu qu’à son dernier réveil, il avait mal. Physiquement mal. C’est sûrement dans sa tête, oui, mais quand même.

Avant de se coucher, il s’adonne aux préparatifs essentiels. Il retire le drap qui couvre le miroir en face de son lit, puis va fouiller sous son oreiller. Il y sort ses grosses lunettes d’aviateur, qu’il place sur ses yeux avant de se glisser dans ses draps. C’est une précaution inutile bien sûr, puisque l’aspect dans le Réel n’a rien à voir avec celui dans le Reflet, mais que voulez-vous, cela le rassure.

Après avoir respiré lentement plusieurs fois, tâchant de ralentir son pouls trop vif, Icare finit par sombrer dans le sommeil. Un sommeil qui n’a rien de très reposant.


* * *


- Par ma barbe, mais où suis-je ?

Icare se relève. Il vient d’atterrir sur une vaste pelouse, il fait nuit et frais. Le vent souffle fort autour de lui, mais il n’a pas peur, car le vent est comme un ami. Il l’écoute et le connait. En se relevant, le petit garçon sent un poids dans son dos. Il jette un coup d’œil derrière son épaule. Des ailes ! Ses ailes. C’est bien là l’unique raison, la plus efficace en tous cas, qui pourrait l’encourager à traverser le miroir encore et encore. Elles sont si belles, si solides par rapport à celles qu’il avait su fabriquer lui-même… Et puis, elles fonctionnent. Il a déjà essayé, sur des courtes distances, pas trop loin du sol. Bien sûr, cela s’est mal terminé à chaque fois. Parce qu’à chaque fois, les mêmes démons refont surface.

Le vent se charge de murmures ricanants, comme des voix étouffées, qui ne font qu’ébranler son équilibre. Ses pieds ne touchent déjà plus le sol, mais il ne risque pas encore une chute fatale. Pourtant, le vent est de plus en plus fort, il n’a plus rien d’un ami, il n’est plus son allié. Le vent ne le porte plus, il veut l’abattre. Corrompu par les rires qui se sont accrochés à lui comme des parasites, le vent fait trembler ses ailes, et tout son corps chancelle, cahote, parfois il est retourné dans tous les sens comme un avion qui perd le nord. Et comme un avion, il risque le crash. Jamais encore Icare n’est parvenu à atteindre son but. Toucher du bout des doigts l’être qu’il adore – car c’est bien un être en plus d’être un astre pour lui –, la Lune. Luna.

Mais ce soir, tout sera différent. Eagon sera là. Lui qui connait mieux le ciel que la terre, lui qui sait parler aux étoiles, il l’aidera à maitriser ce vent de rires qui ne cherche qu’à le clouer par terre. Ce soir, le petit Icare est déterminé. Il ne va pas se laisser faire.

Il avance de quelques pas, trimbalant dans son dos le mécanisme sophistiqué qui l’enverra dans les airs. Jamais il n’a aussi bien porté son nom, bien que l’astre solaire ne soit pas celui qu’il convoite. Ses pas le mènent jusqu’à l’extrémité de l’étendue d’herbe, qui s’achève par… du vide. Il se trouve au sommet d’une falaise. En bas, il y a des mètres, mais non des kilomètres de vide ! C’est un véritable gouffre, et Icare est persuadé qu’en chutant, on tomberait pendant un an, au moins. Il déglutit difficilement en éloignant ses pieds du bord. Tiens, ils sont nus.

Le Reflet est peut-être un peu trop ambitieux pour lui ! Mais Icare ne se laissera pas démonter. Il n’est pas comme ça. Si c’est un test, il tentera le coup. Quitte à tomber pendant un an. Il ne manque plus que son ami céleste. Il s’accroupit par terre, au bout de la falaise qui ressemble à la mâchoire d’un monstre géant. L’herbe lui chatouille les orteils et les genoux. C’est dur de rester debout longtemps avec l’attirail qu’il porte sur les épaules, même avec ce harnais bien ficelé. Il se demande à quoi ressemble Eagon dans le Rêve. Une comète peut-être ?


InvitéInvité
MessageSujet: Re: On s'envole [Icare & Eagon] Mer 29 Mai - 16:21

Jamais une fenêtre n'a été aussi embrassée que celle de ma chambre.
Quand le Ciel tarde à revêtir son habit noir et que l'éclat des Flambeaux Célestes se fait désirer, je reste parfois derrière cette plaque de verre qui partage mon émoi à l'apparition de Lune. Je pourrais rester là pendant toute la nuit, ne pas dormir comme à mon habitude, mais un autre Ciel m'attend ce soir : celui du Reflet.

Je me détourne de la clarté de Lune et file ôter la couverture posée sur le seul miroir de la pièce, l'unique porte que je connaisse pour accéder à un semblant de Ciel, à un semblant de paradis. Me glissant en hâte sous ma couette bleue, je me demande comment vais-je bien pouvoir m'endormir tant je suis excité ! Mais en m'enfonçant un peu plus dans mes draps, j'arrive à me blottir dans les bras de Morphée.

Ѡ.Ѡ.Ѡ
Quand je rouvre les yeux, une immense plaine gelée s'offre à moi. Mais la splendeur de cette sorte de taïga n'est pas la première chose qui me fait sourire ; je récupère ma véritable apparence en entrant dans le Reflet !
Pour fêter ces retrouvailles, je m'élève de quelques mètres avant de basculer en arrière et faire une boucle sur moi-même, comme pour vérifier que mon corps de nouveau éthéré puisse encore décoller du sol. Mais cette nuit, je vais avoir un compagnon de vol : Icare !

« Par où est-il ? », murmuré-je.

Vent souffle alors un peu fort dans mon dos et me fait avancer de plusieurs mètres.

« Hey ! Doucement ! »

Je peste mais lui suis reconnaissant à lal fois : Vent vient de m'indiquer le chemin.
Chemin que je m'empresse d'emprunter, flottant au-dessus de la neige tout aussi blanche que le Ciel est noir. Je salue respectueusement Lune mais ne vois pas un Prophète à l'horizon ! Ils doivent surement débattre de l'attitude effrontée que peut parfois adopter Vent... Un véritable galapiat !

J'aperçois au loin une sorte d'immense mur. Icare est-il derrière ? Impatient, je me dépêche pour atteindre ce mur le plus rapidement possible et avance, le corps parallèle au sol.
Corps qui est bizarrement le même que l'enveloppe humaine que je possède sur Terre. Seulement des coudes aux mains, et des genoux aux pieds, ma peau subit un dégradé, comme une perte d'opacité, pour finalement être totalement transparente sur mes mains et pieds. Cela ne me gêne pas plus que ça si ce n'est qu'une nuit, en voulant aider une fille à grimper à un arbre, j'avais beau lui tendre la main...elle était incapable de la voir, et donc de la saisir !
Mais je suis un disciple du Ciel, et je suis fait comme ça !

Le mur approchant, je peux en distinguer la couleur et la matière, avant de réaliser que je me trouve au pied d'une falaise. Sourire aux lèvres, je m'élance dans une remontée vertigineuse qui plaque mes cheveux blancs en arrière.
J'arrive en peu de temps au sommet et suis surpris de découvrir Icare au bord de la falaise ! Dans mon élan je continue ma montée, et effectue une boucle arrière pour aller ensuite me poster aux côtés de mon ami.

« C'est l'endroit rêver pour décoller ! », dis-je, un sourire éclairant mon visage.


Dernière édition par Eagon le Mer 29 Mai - 21:03, édité 1 fois
Icare
Messages : 34
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 17
Localisation : Lune

Feuille de personnage
Âge: 10 ans
Entrave: phobie des rires
Métier: élève et livreur
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
MessageSujet: Re: On s'envole [Icare & Eagon] Mer 29 Mai - 19:34


Eagon est en retard. Forcément, on ne peut pas attendre d’un être du ciel d’être très terre-à-terre. Malgré cela, il sait qu’Eagon est digne de confiance. Il le connait. Il va venir. Le vent souffle plus fort d’un seul coup, une bourrasque lui jette les cheveux en arrière. Ah ? Quelque chose !

L’apparition d’Eagon est à son image, imprévisible et grandiose ! Il arrive à côté d’Icare sans un bruit, sans brusquerie, comme une brise. Icare tourne la tête vers lui – car il sait que c’est lui, qui d’autre ? – et bondit sur ses pieds en poussant un grand « ah ! ». Eagon est… mais qu’est-ce qu’il est au juste ? Un nuage, un souffle de fumée, un fantôme ? Une silhouette vaporeuse et grisâtre, dénuée de mains et de pieds, comme un esprit. Entièrement translucide. Icare pourrait passer sa main à travers. Il décortique son ami de la tête aux pieds – enfin, aux genoux.

- Ça alors ! Tu as un drôle d’aspect !

Eagon est tout souriant. Le vol pour lui, c’est facile, naturel, aérien, justement. Pour Icare, c’est encore artificiel, et l’angoisse germe déjà dans son ventre à l’idée de quitter le sol. Il vérifie l’attirail qu’il porte sur lui. Le harnais est assez serré, enlaçant sa poitrine et son abdomen, les ailes sont correctement fixés à son dos, Icare n’aura qu’à étreindre les bracelets qui se trouvent sur leur squelette et tendre les bras en les battant de temps en temps. Le reste, le vent s’en chargera.

Tout est prêt. Icare souffle en secouant ses épaules et ses bras. Il sautille un petit peu sur l’herbe qui caresse ses doigts de pied. Il n’a pas le droit à l’erreur. Eagon, lui, n’a besoin d’aucun préparatif pour s’élever dans les airs. Icare n’ose pas trop se l’avouer, mais il l’envie un peu. Après cela, il se dirige prudemment vers le bord de la falaise. Ses pas se font de plus en plus hésitants à mesure qu’il s’approche du vide. En jetant un œil plus bas, le gouffre vertigineux lui rappelle son dernier souvenir de l’Avant, celui qui l’a fait passer de l’autre côté. Il se souvient de son envole, du vent qui lui fouette le visage, de la rivière qui se rapproche dangereusement. Puis le noir.

Il sait qu’il se réveillera s’il chute. Il ne sentira presque rien. Mais l’idée de chuter le pétrifie. il s’éloigne du bord, juste un peu. Le temps de se ragaillardir, car il devine qu’il a pâli. Il a peur.

- Tu… Tu as vu, Eagon, c’est haut.

Et soudain, il devine. Il regarde à nouveau en bas et poursuit son regard jusqu’à le poser sur la silhouette spectrale de son compagnon.

- Eagon ! Tu viens d’en bas ?? Tu as volé jusqu’ici ?

Il fixe son ami avec stupéfaction. Là où lui ne peut compter que sur le vent, Eagon est capable et libre de tout mouvement, plus léger que l’air lui-même. C’est époustouflant ! Mais Icare se reprend. Il faut rester froid, une chose qu’il n’a pas l’habitude de faire et qui lui demande de grands efforts. Il faut rester froid et concentré. Ne pas se distraire.

- Tu es prêt ? dit-il, les lèvres serrées.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On s'envole [Icare & Eagon] Aujourd'hui à 19:41


On s'envole [Icare & Eagon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Icare-mag, l'envol de la presse vidéoludique
» Icare mag numéro 2 est là, achetez et soutenez ce magazine!
» Icare Mag, évitons-lui le Game Over !
» ICARE
» COUPE ICARE 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives-