Partagez|

"Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby]

InvitéInvité
MessageSujet: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Mer 31 Juil - 16:05

Spoiler:
 

— Catherina, Catheriiiinaaaaaa.

Toute autre personne que l'infirmière en entendant cette voix aurait paniqué. Mais Catherina était habituée à entendre ce genre d'appels. Quand on est l'infirmière de tout un village on doit s'attendre à recevoir des urgences et ce, même en pleine nuit. Heureusement pour elle cette fois-ci c'était en plein jour alors qu'elle prenait sa pause. L'enfant avait déboulé dans l'infirmerie en criant son nom, se jetant sur elle pour tirer sur sa robe.

Catherina reposa sa tasse sur la table pour tapoter le crâne de l'enfant. Celui-ci avait les larmes aux yeux.

— Ru-Ruby, elle... elle est malaaaade.
— Ruby, la fabricante de jouets ? (L'enfant hocha la tête) Je vais dire au docteur d'aller la consulter.
— Non, elle veut que toi ! Je crois qu'elle a peur du docteur...

La jeune femme retint son rire. Elle voyait mal Ruby terrifiée par le médecin. Elle devait plutôt se méfier parce qu'elle ne le connaissait pas. L'infirmière rassura l'enfant, lui donna même une des friandises qu'elle conservait pour les enfants venant se faire soigner. Le chagrin disparut bien vite, aussi vite que l'enfant qui repartit en assurant qu'il allait prévenir Ruby. Catherina soupira en voyant sa tasse tiédir, mais elle n'avait pas le choix. Le travail avant tout.

C'est ainsi que l'infirmière alla toquer à la porte de Ruby. L'enfant de tout à l'heure vint lui ouvrir et lui indiqua où se rendre pour rejoindre l’étage. Il faut dire qu'il était difficile de se bouger au sein de la pièce servant de boutique entre les étals plein de jouets. Catherina réussit tout de même l'exploit gravissant l'escalier. Frappant à la porte, elle attendit de recevoir une réponse avant d'ouvrir la porte. Comme elle s'y attendait elle trouva Ruby dans son lit. Et voir cela n'était pas une bonne nouvelle. Ruby passait son temps dans sa boutique ou son atelier, la voir alitée relevait de l'exploit.

— Et bien, que t'est-il arrivée pour que tu sois dans cet état ?

Catherina posa sa main sur le front de Ruby. La chaleur qui s'en dégageait lui arracha une grimace.

— Tu me fais une belle poussée de fièvre. Serais-tu sortie tard dans la nuit, mal séchée après un bain ? (Catherina inspecta le visage de la malade, vit d'énormes cernes) Ou tu nous aurais pas fait un peu de surmenage ?

La voix de Catherina prenait les accents d'une adulte grondant son enfant qui s'était mal conduit. Ce genre d'attitudes n'était jamais bien méchant et ne durait pas; après l'infirmière reprendrait son sourire.
Ruby
Messages : 50
Date d'inscription : 25/07/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Entrave: Haine des personnes plus âgées qu'elle
Métier: Fabricante de Jouets
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Dim 4 Aoû - 6:34

En ouvrant son magasin ce matin, la demoiselle aux cheveux de sang eu un drôle de pressentiment. Peut-être même mauvais dirons-nous. D’ailleurs, pourquoi ne pas commencé par le moment où elle s’était réveillée ce matin ? Sans doute simplement parce qu’elle ne se souvenait plus de la dernière fois où elle s’était endormie. Elle avait passé plusieurs nuits à travailler sur ses nouvelles œuvres : de magnifiques petits chevaux à bascule en bois, polis et sculptés à la main s’il vous plait ! Elle avait réussi à en faire trois en tout et pour tout, donnant à chacun un aspect différent histoire de le personnaliser. La journée ? Elle tenait son magasin, passant le chiffon par-ci, le balai par-là, accueillant les visiteurs et sculptant des petites figurines en bois derrière le comptoir lorsque la boutique était vide. Evidemment il lui était arrivé de fermer ses yeux durant quelques secondes afin de les reposer, voire quelques minutes dans le meilleur des cas, jusqu’à cet instant fatidique où sa tête penchait tellement en avant que l’inconscient de Ruby la réveillait en sursaut, de peur qu’elle ne tombe en s’assoupissant.

Une heure n’eut pas passé avant que son premier petit client et habitué arriva. Se parant d’un sourire tendre et rassurant, Ruby accueilli avec joie son petit Valentin. Une petite bouille blonde que la demoiselle aimait beaucoup. Dans un soubresaut de trop grande honnêteté, le petit garçon fit remarquer à Ruby qu’elle avait la peau « aussi blanche qu’un cadavre » pour reprendre ses termes. Voulant le rassurer, la jeune fille ébouriffa tendrement sa chevelure, chose que le garçon détestait. Dans l’espoir d’effacer l’air bougon qu’avait prit le visage de son petit protégé, Ruby se leva de son tabouret, se dirigeant vers son atelier pour aller chercher une « surprise » qu’elle avait faite pour l’enfant.

Toutefois, elle comprit bien vite que c’était la chose à ne pas faire.
Un voile noir s’empara du champ de vision de la demoiselle, son esprit embrumé sentit toute la pièce autour d’elle tourner. Titubant quelques instants, elle vacilla, s’écrasant violemment sur le parquet devant sa petite tête blonde apeurée. Elle entendait tout autour d’elle, les appels désespérés de Val’ liés aux grosses larmes qui devaient s’échapper de ses yeux, mais ne voyait rien.

Reprenant un peu ses esprits au bout d’une ou deux minutes, la jeune fille finit par sourire au petit garçon, lui demandant de l’aider à monter dans son lit. Oui, Ruby venait de comprendre qu’elle en avait sans doute trop fait. Son corps tirait violemment le signal d’alarme. Se relevant avec quelques difficultés malgré l’aide de son protégé, la demoiselle avançait à tâtons, le petit suivant avec attention le rythme de la marche de son aînée. Marche assez ralentie par la douleur lancinante qui s’échappait de la jambe de Ruby, bien qu’elle tentait de cacher cette douleur sur son visage en se pinçant fortement la lèvre. Eh oui, mauvaise idée de se réceptionner sur sa jambe gauche. Enfin, le bon côté des choses restait que, comme elle pouvait marcher, il y avait de grandes chances qu’elle ait eu plus de peur que de mal au niveau de sa jambe. Cette dernière ne devait pas être cassée.

Après quelques déboires dans l’escalier, Valen’ conduisit sa presque maman jusqu’à sa chambre, lui mettant la couette au-dessus d’elle pour qu’elle n’attrappe pas froid. Il était mignon ce petit quand il voulait l’air de rien. Il lui intima alors qu’il allait chercher le docteur, reniflant fortement. Toutefois Ruby le retint en lui prenant la main. Non, elle ne voulait pas voir le docteur. Elle l’avait entrevu à plusieurs reprises, et physiquement il semblait plus âgé qu’elle, en conséquence de quoi elle ne lui faisait pas confiance. La demoiselle dont la fatigue débordait de chaque parcelle de son corps eut la force de murmurer quelques paroles avant de tourner à nouveau de l’œil dans son lit.

« Non… Pas le docteur… Catherina, juste Catherina… S’il te plait, Val… »

Un bruit de pas affolé, dévalant l’escalier…
Puis le néant.


♦♦♦

Lorsqu’elle reprit ses esprits, Ruby aperçut de nouveau le visage de Valentin près du sien. Il lui murmura d’un air désolé qu’il avait prévenu Catherina, et qu’elle serait là d’une minute à l’autre. La demoiselle hocha la tête en guise de remerciement, souriant à demi alors que le sommeil semblait à nouveau l’attirer dans ses irrésistibles bras. A peine quelques minutes plus tard, la jeune fille entendit toquer à sa porte. Depuis quand Valen’ frappait aux portes ? Ce gamin était du genre à s’incruster sans bruit et se faufiler sous ses couettes sans demander son reste, alors c’était assez étonnant. Elle comprit alors que l’infirmière devait être arrivée.

« Entrez. » Appela Ruby de sa petite voix cotonneuse.

Ses yeux se rouvrirent alors sur la silhouette gracieuse de la belle rousse, suivie de près par Valen’.  C’était mignon de voir ce petit bout d’homme si têtu d’ordinaire, devenir tout mielleux, inquiet et cajolant devant une telle situation. Aussi le garçon s’assit-il de l’autre côté du lit, posant sa main sur la jambe droite de Ruby comme dans une volonté de la soutenir. Ma foi, une telle sagesse venant de cet enfant turbulent relevait de l’exploit. Ruby lui était toutefois reconnaissante de s’être calmé. Elle finit par reporter son attention et son regard sur Catherina qui avait tout de même fait le voyage exprès pour elle. Ce qu’il lui arrive ? Rien, elle avait juste surestimé son endurance.

« Rien de spécial. Je me suis levée de mon tabouret tout à l’heure et je crois que j’ai fait un malaise. J’ai vu tout noir, senti la pièce tourner autour de moi et je me suis effondrée… Sur ma jambe gauche d’ailleurs. » Soupira la demoiselle en sentant la douleur revenir en même temps que le sommeil lui laissait quelques instants de répit.

La charmante infirmière d’Espérance posa sa main sur le front de Ruby. Cette dernière tiqua un instant, soubresaut de son visage sentant que la main de Catherina était plus froide que son front apparemment.  Le diagnostic de l’infirmière fut de ce fait sans appel : de la fièvre. Ah, peut-être que la fièvre associée à la fatigue lui avait fait avoir ce malaise, et peut-être aussi le fait qu’elle n’avait pas mangé grand-chose ce matin. Eh oui, quand on est trop fatiguée on a la tête ailleurs, on oublie de manger… La maman d’Espérance marqua d’ailleurs en plein dans le mille en supposant une trop grande fatigue. Décidemment cette femme savait lire en elle comme dans un livre ouvert. A moins que son visage soit si pâle et fatigué qu’il avait tout murmuré à la rouquine ? C’était tout à fait possible vu que même Valen’ l’avait remarqué. Prenant un air peiné devant les reproches de l’infirmière, la fabricante de jouets ne put répondre qu’une seule chose :

« Je plaide coupable Catherina… Désolée, j’étais pourtant sûre de ne pas en avoir trop fait… » Soupira-t-elle à nouveau doucement, car effectivement, elle ne se rendait pas compte qu’elle avait vraiment poussé le bouchon trop loin. « Est-ce qu’il y a quelque chose que tu puisses faire pour me remettre sur pieds, s’il te plait ? » Finit-elle par implorer, comme si le fait de rester dans son lit était une torture pour elle.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Mer 7 Aoû - 19:38

Catherina avait écouté les confessions de Ruby sans mot dire, mais avec la nette envie de lui pincer le nez en guise de punition. Un jour elle attacherait la demoiselle pour l'obliger à se ménager. Au moins elle avait conscience de sa faute, mais pas sûr que cela la calmerait et l'empêcherait de recommencer.

— Il n'y a rien que je ne puisse pas soigner. Mais tu devras te reposer pendant un moment, sinon tout sera à recommencer !

L'infirmière se leva pour contourner le lit et se trouver de l'autre côté, à la gauche de Ruby. Demandant à Valen' d'ôter un bout de drap, Catherina se pencha sur la jambe. La massant doucement, la jeune femme tâcha de dénouer les muscles, de sentir ce qui n'allait pas. Le constat n'avait rien de très alarmant, Ruby aurait pu connaitre bien pire. Catherina continua son inspection en prenant le pouls de la demoiselle, observant la pigmentation de sa langue et de ses yeux. L'infirmière finit par un hochement de tête, et sortit un carnet de sa sacoche sur lequel elle griffonna.

— Pour ta jambe, tu t'es juste pris un mauvais coup. Tu auras un bel hématome pendant quelques jours, mais rien de plus. Pour ton surmenage déjà, du repos. Tu dois rattraper tout ton sommeil perdu, te détendre. Je sais que tu ne vas pas apprécier mais trois jours au lit te seront bénéfiques. Avec de bons repas pour bien te remettre d'aplomb.

Catherina déchira la page du carnet et la coinça sous la lampe posée sur la table de chevet. Fouillant dans sa sacoche, elle en sortit plusieurs flacons qu'elle disposa sur la table.

— Je t'ai tout noté sur la page. Ce sont des compléments qui t'aideront à gagner en tonus. Des plantes à infuser, des fruits secs à croquer. Ces derniers sont bourrés de sucre, tu devras continuer à en prendre après ta convalescence. Valen' je compte sur toi pour que Ruby suive son traitement !

Le garçon hocha fièrement la tête, le regard concentré. Il prenait son rôle de garde-malade à coeur. Catherina referma sa sacoche, mais ne semblait pas prête à partir. Elle se doutait que Ruby allait rétorquer quelque chose, refuser ce long alitement. L'infirmière ne l'avait jamais vu chômé, se demandant même si elle travaillait la nuit. Alors trois jours sans bouger...
Ruby
Messages : 50
Date d'inscription : 25/07/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Entrave: Haine des personnes plus âgées qu'elle
Métier: Fabricante de Jouets
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Jeu 22 Aoû - 6:05

L’idée que rien n’était impossible pour l’Infirmière rassura grandement Ruby quant à sa guérison future. Toutefois, une petite voix ne pouvait s’empêcher de murmurer à son esprit cotonneux « Comment ça se reposer un moment ? », comme si cette idée était le pire supplice qu’une personne pouvait vouloir infliger à la fabricante de jouets. Enfin, elle y penserait plus tard. Pour l’instant, son cerveau ne semblait pas très coopératif, comme buggué en mode nébuleux, refusant la moindre réflexion. La demoiselle hocha donc positivement la tête devant l’affirmation de la rousse, un petit sourire aux lèvres, néanmoins plus par réflexe que par réelle acceptation de sa proposition.

La malade aux cheveux de sang laissa Catherina se rendre de l’autre côté du lit afin d’observer le coup qu’elle s’était fait à la jambe, observant la scène d’un air absent durant les premières secondes. Elle trouva Valen’ adorable en aide-soignant, un parfait petit assistant. Décidemment, cette tête blonde lui révélait bien des surprises selon la situation. Cependant l’attendrissement ne fut que de courte durée lorsque Ruby sentit que la rouquine trifouillait sa jambe, la douleur reprenant momentanément ses droits sur le membre endolori. Le résultat de cette observation pour Ruby ? Une grimace de douleur, laissant bien montrer ses dents et sifflant légèrement lorsque cette dernière était trop forte. Elle fut soulagée lorsque son aînée laissa sa pauvre jambe tranquille pour prendre son pouls, observer son fond de gorge et finir par planter son regard dans le sien avec insistance. Il n’y a pas à dire, Ruby sentait le professionnalisme émaner de la jeune femme, une once d’admiration crépitant au fond des yeux d’ambre de la jeune fille alitée. Un jour, elle aimerait bien lui ressembler. Cette confiance qu’elle ressentait venant de la rouquine, c’était une qualité qu’elle rêverait seulement d’avoir, mais elle se remettait bien trop souvent en question pour ça. Quoiqu’il en soit, les conclusions de son homologue concernant sa jambe étaient on ne peut plus rassurant. Si elle ne s’était fait qu’un simple bleu, elle serait bien vite sur pieds, et c’était l’essentiel.

Quoique. Elle avait peut-être pensé trop vite pour le coup.
Trois jours ? Entiers ?! Non, impossible, l’infirmière avait dû faire une erreur dans ses pronostics. Elle n’en était pas arrivée à ce point quand même !

L’incompréhension et la surprise se mêlaient sur le visage de Ruby un peu comme si la belle femme qui se tenait face à elle lui parlait Chinois. D’ailleurs, après qu’elle eut prononcé à les mots interdits, Ruby ne comprit plus que des bribes de ce que la demoiselle pouvait lui dire, voyant ses lèvres bouger sans pour autant comprendre la totalité de ce qu’il en sortait. Un peu comme une conversation téléphonique entrecoupée. Certes elle crut comprendre qu’elle lui expliquait son traitement au vu des bocaux qu’elle disposa sur la table de chevet à sa gauche, mais c’était bien loin d’être le plus important à ses yeux. Sans parler du fait que son petit protéger semblait agréer au diagnostic de la rousse. L’espace d’une seconde, Ruby se sentit trahie, avant de commencer à riposter, refusant la décision finale de sa bienfaitrice.

« Trois jours ?! Comment ça, trois jours ?! » Commença Ruby sur un ton presque offensé devant l’option qu’on lui proposait, son regard se faisant ferme et inflexible. « Tu n’y penses quand même pas ! Trois jours c’est bien trop long : je vais mourir d’ennui ! Enfin, Cath’, tu sais bien que ma boutique c’est ma raison de vivre ! Si je ne peux pas fabriquer des jouets et observer les autres s’y intéresser qu’est-ce que je vais devenir ?! »

Mon dieu, c’est fou comme ça sonnait mieux dans sa tête que de façon orale. A l’heure qu’il était, ses déblatérations semblaient tout à fait irraisonnées et surtout absurdes. Elle s’en rendait bien compte, c’était peut-être même la raison pour laquelle elle se sentit rougir devant les regards insistants que lui portaient les deux personnes à son chevet. A moins qu’elle n’avait tout simplement qu’une nouvelle poussée de fièvre, lui donnant cette affreuse impression de chaleur émanant particulièrement de ses joues. Plus sérieusement, Ruby était quelqu’un qui avait besoin de se sentir entourée, mais surtout de pouvoir s’occuper et se sentir utile. C’était une sorte de phobie, peut-être liée d’une façon où d’une autre à ce passé qu’elle espérait à tout prix effacer. Elle avait peur de ce qu’elle allait devenir si elle restait seule dans cette pièce, prisonnière de son lit et sous l’emprise des autres. Complètement à leur merci. Hors de question d’accepter une pareille solution. De toute façon, elle allait déjà mieux. Pour prouver qu’elle n’était pas encore impotente et qu’elle avait juste eu un moment de fatigue, la jeune fille aux cheveux de sang envoya sa couette au bout de son lit, s’extirpant de cette dernière pour mettre le pied au sol. La voilà se tenant sur ses deux petons, le regard franc et décidé, comme si rien ne s’était passé. Cet air de défi s’adressait à Catherina, comme pour lui montrer qu’elle s’était trompée de diagnostic.

« Tu vois ? Quand je te dis que je vais mieux ! Non, une simple sieste devrait me suffire et je serais de nouveau d’attaque ! » Lança la demoiselle, triomphante avant de sentir à nouveau le sol se dérober sous ses pieds.

Ses jambes étaient aussi solides que du coton, ce qui fit que la demoiselle perdit l’équilibre et tomba à nouveau. Sauf que cette fois au moins, elle put se rattraper à son cher et tendre lit. Déboussolée et prise d’une forte pointe de migraine la demoiselle ne put s’empêcher de s’en vouloir d’être aussi faible. Il fallait bien qu’elle l’accepte : cette fois, elle avait poussé le bouchon trop loin, et elle ne pouvait rien y faire. Réalisant ce fait avec difficulté, la jeune femme plongea sa tête dans ses draps pour crier un grand coup, son poing s’abatant sur le matelas rageusement.

Voilà ce qui arrive à force de jouer avec sa santé, Ruby.
Echec et Mat.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Sam 24 Aoû - 19:56

Comme prévu, Ruby n'apprécia pas le diagnostic. Par contre Catharina ne s'était pas attendue à une telle scène. On se serait cru dans une pièce tragi-comique, alternant entre grands tirades de diva et chutes censées être drôles. Catharina s'était levée d'un bond pour rattraper Ruby mais la jeune fille s'était rapidement remise dans son lit pour enfouir son visage et hurler sa frustration. L'infirmière attendit qu'elle se calme un peu pour se rapprocher et lui caresser le dos. Le geste avait pour but de rassurer la jeune fille, l'aider à se détendre.

— Allons, allons, si je te dis de te reposer c'est pour ton bien. Puis tu pourras toujours profiter de ta convalescence pour créer de nouveaux jouets. Tu n'auras qu'à faire des plans et croquis sur un carnet !

Catharina tâchait d'être conciliante, de trouver un moyen de pousser Ruby à mieux supporter sa situation. La jeune femme ouvrit un des bocaux; une odeur sucrée se répandit dans la chambre. Plongeant deux doigts dans le bocal, l'infirmière en retira ce qui ressemblait à un disque fripé, de couleur orange.

— C'est un abricot sec, tu devrais goûter. (Elle tendit le bocal au garçon) Prends en un aussi, Valen !

La jeune femme voulait prouver qu'on pouvait se soigner autrement que via des médicaments dont le goût était bien souvent écœurant. Surtout certaines herbes bien amères, mais efficaces.
Ruby
Messages : 50
Date d'inscription : 25/07/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Entrave: Haine des personnes plus âgées qu'elle
Métier: Fabricante de Jouets
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Dim 1 Sep - 19:47

La tête enfouie dans la couette, Ruby n’avait aucune idée de la réaction des personnes qui étaient actuellement à son chevet. S’inquiétaient-ils ? Se moquaient-ils ? Etaient-ils désappointés ? Elle n’en avait aucune idée. De toute façon, son esprit était trop embrumé pour réfléchir aussi loin. Elle se sentait comme prisonnière d’une piscine à vagues, cette sensation de langoureuses montées et descentes de son esprit rendant bien difficile la moindre réflexion de la part de la demoiselle. Elle avait un peu le tournis en somme, et c’était franchement agaçant. Lorsqu’une main vint à se poser sur son dos tendu, Ruby esquissa un petit soubresaut de surprise, avant de sentir les larmes lui monter aux yeux. La main douce et caressante qu’elle supposait venir de l’infirmière força un peu la jeune fille à reprendre ses esprits, prenant de profondes inspirations ponctuées de quelques larmes qui s’échappaient de ses yeux. Bien sûr, elle savait que Catherina disait ça pour son bien, ce n’était pas son ennemie, loin de là. Elle ne lui voulait pas de mal, elle voulait juste qu’elle se ménage. C’était gentil de sa part d’ailleurs. Juste que Ruby n’était pas très habituée à prendre du temps pour elle. Elle aimait ce qu’elle faisait, alors en être privé – même pour quelques jours – lui semblait être un réel supplice.

Toutefois, l’idée qu’avait soulevée l’infirmière n’était pas dénuée de sens. C’était d’ailleurs ce qui réussi à tirer Ruby des méandres de ses draps, s’essuyant les quelques résidus de larmes qui perlaient à ses yeux du dos de sa main. Oui, peut-être que le repos pouvait être le jardinier qui ferait fructifier son imagination. Ce n’était pas tout à fait dénué de sens même si, au fond, Ruby avait quand même du mal à y croire. Elle n’aimait pas trop qu’on perturbe ses petites habitudes la jeune fille. Enfin, cette fois, elle était bien obligée de rendre les armes, alors autant se résigner à accepter en partie cette situation.

Alors qu’elle était plongée dans ses réflexions minimes, Ruby remarqua sa petite tête blonde en train de se servir d’un des bocaux que Catherina avait ramené tout à l’heure. Intriguée, elle haussa un sourcil en regardant tour à tour le fruit plus foncé et ratatiné qu’en son souvenir puis Valen qui semblait plutôt satisfait devant le goût qu’avait le dit fruit. Voir que son petit protégé, qui était plutôt difficile au fond, il faut bien l’avouer, conquis par le goût de la chose qu’il venait de manger, Ruby commença à s’intéresser au bocal que tenait encore l’infirmière entre ses mains. Elle se souvenait encore de la moue dégoûtée qu’avait esquissé le blondinet avant d’avaler le fruit et de changer radicalement de point de vue sur la question, ce qui lui donnait envie de tester au final. Elle prit donc le fruit du bout des doigts, l’observant quelques instants sous toutes ses fripures et sentant l’odeur sucrée qui en émanait avant de le mettre dans sa bouche, le laissant fondre quelques instants sur sa langue. La surprise dût se voir sur le visage de l’Egyptienne de façon aussi claire que sur le visage de son homologue blondin. C’était fou comme le fruit pouvait lui paraitre bien plus sucré et apetissant sous cette forme que sous celle d’origine.

« Hm, c’est vrai que c’est pas mal. » Concéda la demoiselle en mâchant un peu le fruit pour en extraire tous les arômes avec volupté. « Comment tu fais pour que ce soit aussi sucré ? Tu les fais mariner dans quelque chose ? Parce que c’est beaucoup plus doux au naturel de ce que je me souviens. »

Ruby avait un peu délaissé ses préoccupations pour le moment, s’intriguant de comment un fruit aussi rond et doux pouvait être rendu aussi fin et sucré. Elle avait un peu reprit contenance, il faut bien l’avouer, Valentin en profitant pour s’installer à son tour sur le lit à ses côtés. Tous deux regardaient Catherina et le bocal qu’elle tenait entre ses mains avec intérêt, un peu comme deux élèves attentifs aux dires de leur professeur. Même si au fond, la rouquine devait plus s’apparenter à une sœur qu’à une enseignante pour eux. La demoiselle aux cheveux de sang finit par se saisir du bocal de fruits secs, l’observant sous toutes ses coutures pendant quelques secondes avant de pousser un petit soupire déçu et de reporter son regard d’ambre dans les mireilles de sa grande sœur.

« Enfin quoi qu’il en soit, ce n’est pas avec ça que je vais être remise sur pieds. Je dis pas, c’est super bon. Mais y’a pas de médicament dedans alors je pense qu’il y a peu de chances que ça me redonne la pêche… » Avoua-t-elle, un peu déçue.

Oui, ces petites douceurs avaient bon goût, mais Ruby s’attendait plus à ce que la belle infirmière lui apporte quelques herbes amères à couper en morceaux pour mélanger à une purée ou une quelconque poudre infâme à faire dissoudre dans un bon bol de soupe pour cacher le goût. Elle avait du mal à imaginer en quoi ces petits fruits secs allaient la remettre d’équerre. Surtout que le fruit que Ruby venait de manger semblait avoir réveillé l’appétit de son estomac, de toute évidence trop peu alimenté depuis ces dernières heures. A moins que le fait de penser aux soupes et aux purées ne l’ait mis en haleine ? Quoi qu’il en soit, la jeune fille espérait qu’il ne gronderait pas assez fort pour que les personnes à son chevet ne le remarquent…
InvitéInvité
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Dim 8 Sep - 13:27

C'était amusant ce regard curieux de petite fille que posait Ruby sur elle. Un regard qui demandait à connaitre les secrets d'une grande magie. Catherina ne pouvait que répondre à la question, heureuse de partager son savoir. Elle était ainsi l'infirmière, aimant faire profiter de ses connaissances trouvant absurde ceux qui les conservaient sous clé et préféraient briller en société en ralliant ceux qu'ils considéraient comme des imbéciles.

— En fait il suffit de retirer toute l'eau, par exemple en faisant sécher les fruits dehors. Du coup tout le sucre et les arômes sont concentrés, ce qui rend le fruit aussi bon.

Si Catherina n'était pas infirmière, elle aurait pu se lancer dans la gastronomie et devenir la meilleure cuisinière de toute Espérance. La jeune femme tenta de s'imaginer dans ce rôle, avec un tablier noué à la taille, les mains enduites de farine. C'est que ça pourrait presque lui plaire de faire ça ! Elle devrait peut-être demander à Rei de l'aider dans sa boulangerie, ce serait une expérience enrichissante.

« Enfin quoi qu’il en soit, ce n’est pas avec ça que je vais être remise sur pieds. Je dis pas, c’est super bon. Mais y’a pas de médicament dedans alors je pense qu’il y a peu de chances que ça me redonne la pêche… »
— Faux ! (Catherina avait clamé le mot en levant l'index, comme une écolière ravie de donner la bonne réponse) On peut se soigner avec des produits qui n'ont pas mauvais goût. Dans mon...

Elle allait dire "dans mon monde" pour mentionner l'univers qu'elle avait connu avant Espérance mais s'abstint. Certaines personnes n'appréciaient pas qu'on mentionne cet hypothétique passé que de rares personnes se souvenaient. Catherina préférait ne pas blesser Ruby, lui rappeler que contrairement à elle la petite fille ne se souvenait de rien.

— Enfin j'ai connu des médicaments efficaces mais qui avaient bon goût. Aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Et puis vu ton cas tu as surtout besoin de sommeil et de nourriture, alors autant te faire plaisir.

Catherina conclu sa phrase avec un sourire bienveillant, voulant rassurer sa patiente. Le grognement qui provint de l'estomac de Ruby la surprit; il lui fallut quelques secondes pour comprendre l'origine du bruit. Quand ce fut fait, elle pointa du doigt Ruby.

— Qu'est-ce que je disais ! Même lui se plaint que tu le traites mal ! Valen, que dirais-tu de rapporter quelque chose à Ruby. A moins que tu préfères que je te cuisine quelque chose ?

L'image de Catherina en tablier allait peut-être se réaliser.
Ruby
Messages : 50
Date d'inscription : 25/07/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Entrave: Haine des personnes plus âgées qu'elle
Métier: Fabricante de Jouets
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Sam 14 Sep - 9:39

La fabricante de jouets alitée écouta avec attention des explications de Catherina qui pourrait sans doute s’improviser cuisinière à ses heures perdues si elle le souhaitait vu tout ce qu’elle semblait savoir sur les aliments qu’elle confiait à ses patients. Ruby se demandait toutefois comme elle faisait pour que les fruits qu’elle faisait sécher au soleil ne se fassent pas prendre par des oiseaux ou autres rapaces voleurs de nourriture. Parce que ce système devait prendre du temps à se faire, non ? Et puis seigneur soleil devait être coopératif pour qu’il puisse transformer un tel fruit en cette chose sucrée et fripée aussi ! Bah, peut-être qu’elle les mettait simplement en cage, qu’en savait-elle Ruby ? Tout ce qu’elle savait, c’était qu’à force de contraindre son cerveau endolori à réfléchir, elle commençait à avoir une bonne migraine. Aussi la demoiselle à la chevelure de sang gardait ses paupières en partie closes pour cette raison, juste histoire d’atténuer la douleur que son crâne lui vrillait sans ménagement.

Aussi Ruby fut assez surprise quand la grande rouquine lui apprit de façon triomphante que contrairement à ce qu’elle pensait certaines choses pouvaient guérir sans avoir pour autant un goût affreux. Toutefois, la demoiselle comprit rapidement la référence à l’Avant que Catherina avait maladroitement ramené sur le devant de la scène. Le regard de la demoiselle malade se posa froidement sur l’infirmière, bien concentrée sur ce qu’elle allait pouvoir annoncer. Pas qu’elle lui reprochait vraiment d’avoir fait le parallèle, mais elle espérait intérieurement que ce qu’elle allait lui annoncer ne lui rappellerait pas – Encore – de mauvais souvenirs qu’elle s’efforcerait d’oublier. Bon apparemment elle n’avait pas de souvenirs relatifs aux médicaments, enfin, pas pour le moment… On verra bien quand elle s’endormira.

« Sans doute… Mais certaines choses ne devraient pas avoir la mention de 'souvenirs' selon moi… » Murmura faiblement Ruby plus pour elle que pour les autres.

La jeune fille ne put retenir les grondements affamés de son vilain estomac qu’elle tenta vainement de faire taire en entourant ses bras autour du bas de sa cage thoracique. Trop tard. Tss, pourquoi diable cette infirmière avait les oreilles aussi affutées ?! La demoiselle nauséeuse maudit intérieurement son ventre, le rouge lui montant aux joues plus de gêne que d’autre chose alors que derrière elle, Valen riait aux éclats de la voir gênée parce qu’elle avait faim. Hm, vu l’état d’esprit rieur de l’enfant, la jeune fille avait un peu peur qu’il ne tente de lui faire avaler une mixture immangeable. Aussi, fuyant le regard attendri de son aînée, elle lui demanda timidement :

« Tu pourrais t’en charger s’il te plait ? Je n’ai pas confiance en lui quand il rit comme ça… » Dit-elle d’un ton à la fois gêné et accusateur avant de se radoucir un peu et de faire signe à Catherina de se rapprocher d’elle pour qu’elle puisse lui murmurer à l’oreille « Et franchement le connaissant j’aurais peur qu’il se brûle en utilisant les brûleurs des plaques de gaz… Il aura peut-être envie de me faire plaisir, mais j’ai peur qu’il se blesse, tu comprends ?... »

Oui, Ruby agissait vraiment comme une petite maman à l’égard de son petit protégé, lui jetant un petit regard en coin alors que le garçon boudait que sa maman de substitution ne lui fasse pas confiance concernant la cuisine. Un petit sourire s’étirant sur les lèvres de Ruby, elle posa sa main sur l’épaule du petit homme et se pencha vers lui pour lui faire un doux baiser sur la joue. Le garçonnet changea de couleur, ses joues se tintant de rouge tandis que la demoiselle malade lui demanda d’une voix douce :

« Dis-moi Val’, tu veux bien aider Catherina dans la cuisine ? Toi tu sais où se trouvent les aliments, et qui sait ? Elle pourra peut-être te donner deux ou trois trucs pour que tu sois plus doué en cuisine plus tard. »
« D-D’accord. Bon, on y va. » Appela le garçon en se précipitant à l’extérieur de la chambre pour cacher sa gêne aux yeux des deux jeunes femmes de la pièce.

Toutefois, Ruby ne laissa pas l’infirmière partir de suite, lui attrapant le haut du bout des doigts comme pour l’inciter à rester un peu plus. Sa migraine la reprenait plus encore, aussi la demoiselle se glissa à nouveau sous les couettes, à l’abri de l’air frais qui embaumait sa chambre. Jetant un regard supplicier à la grande Catherina, elle lui demanda à demi voix :

« Dis… Tu n’aurais pas quelque chose pour calmer mon mal de tête aussi ?... S’il te plait. »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Mer 18 Sep - 20:02

D'infirmière, voilà qu'elle allait devoir jouer les cuisinières. Mais le changement ne gênait pas Catherina; elle qui était avide de nouvelles expériences et découvertes se voyait servie. La réaction du jeune garçon l'amusa : comment ne pas être touchée par cette timidité d'enfant ? La pression de Ruby sur ses doigts l'obligea à stopper et à se pencher vers la demoiselle pour entendre sa requête.

— Bien entendu, attends laisse-moi fouiller dans mon sac...


Catherina reprit son sac laissé près du lit et fouilla dedans, cherchant le produit qu'elle conservait toujours sur elle pour toute consultation. Après quelques secondes de recherche, la jeune femme finit par extirper un tube. Un tube de médicament comme on pouvait en trouver dans l'Avant.

— C'est de l'aspirine. On en a quelques tubes à la pharmacie, c'est un des rares médicaments qu'on a pas à produire nous-même. Il me faut juste de l'eau... Ah je vois que Val' t'avait amené de quoi boire !

En effet sur la table de chevet Catherina pouvait voir un verre accompagnant une carafe pleine d'eau. Déposant le cachet d'aspirine dans le verre, Catherina ajouta l'eau. Le médicament entra en effervescence, formant des bulles à la surface.

— Je te conseille de te pincer le nez quand tu devras le boire. Ce médicament n'est malheureusement pas très bon.

L'infirmière afficha une mine contrite, s'excusant auprès de la jeune fille de cette légère torture qu'elle allait devoir subir. Mais veillant à ce qu'elle prenne bien son traitement, Catherina demeure jusqu'à ce que le médicament soit bien dilué et poussa Ruby à boire son verre. C'est seulement après cela que l'infirmière quitta la pièce en refermant la porte derrière elle.

Descendant l'escalier, elle se rendit dans la cuisine où le garçon devait déjà avoir commencé à sortir tous les aliments confinés dans les placards. L'infirmière prit un tablier pendu près de la porte et en noua les pans dans son dos.

— Bien Val' qu'avons-nous là ? Des légumes, des fruits ? Dis-moi voir ce que Ruby aime. Autant lui faire plaisir pour qu'elle puisse bien manger !

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby] Aujourd'hui à 19:38


"Mange ta soupe, et va au lit" [PV Ruby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Comment c'est ti que ca se mange une noix de Coco ???
» Soupe populaire...
» Char à soupe halfling
» Soupe Populaire du mardi 4 Novembre au soir.
» Une bonne soupe chaude. [recrutée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-