Partagez|

[Event]Absolem

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Cheshire
Messages : 36
Date d'inscription : 09/10/2012
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Event]Absolem Dim 8 Sep - 12:46






    "Un côté te fera grandir, l'autre côté de fera rapetisser"
    Voici ce qu'avait prononcé la Chenille dans ton rêve avant ton réveil dans une réalité irréelle.
    Une réalité où, si rien n'avait changé, ton point de vue, lui, s'était vue bousculé. Sans que tu ne comprennes pourquoi les premiers instants, ton environnement te semblait différent, vu de bien plus bas ou de bien plus haut.  
    Perplexe, tu t’étais gratté le menton ou alors peut-être, étais-tu passé devant un miroir, étouffant un cri de surprise devant la découverte de ton propre corps : Tu avais changé, gagné et perdu de nombreuses années.
    Cette vérité prit quelques secondes à s’imposer. Tu réfléchis : A aucun moment il ne te semblait t’être endormi pour le Reflet. Tout semblait réalité et pourtant, étrangement, tu revoyais cette grosse chenille et le champignon sur laquelle elle se tenait.  Lascive et philosophe, elle fumait un narguilé.  
    Sur le coup cela ne t’avait pas choqué, certain de l’avoir déjà rencontré dans un souvenir d’enfance.

    Tes souvenirs devinrent flous, tu oublias ton monde alors que l’image absurde de la Chenille s’imposait.
    Tu t’évanouis une seconde fois pour te réveiller bien longtemps après, encore trop jeune et trop vieux : Hors de ta réalité.  
    Dernière pensée avant de sombrer : Absolem. Elle s’appelait Absolem, et tu étais ici une Alice au pays des Merveilles.


En clair :
Spoiler:
 
Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Dim 8 Sep - 14:15





    Acte 1 : le Réveil.

    Avec l’habituel chant du coq, Bird s’était éveillé en premier, déjà bougon sans rien avoir fait. Il avait mal dormir car sans trop savoir pourquoi la chenille d’Alice au pays des merveilles était venue peupler ses songes. Cette vision inhabituelle l’avait angoissé.
    L’Oiseau s’extirpa du lit, se glissa dans sa paire de charentaises et jura en réalisant leur taille démesurée.
    Il y avait un problème qui, il devait se l’avouer après une rapide inspection, n’était rien de moins que lui-même. Il avait rajeuni, retrouvé son visage de gosse de dix ans.
    Mais… N’avait-il pas toujours été un enfant de dix ans en réalité, Espérance n’étant au final qu’un long et étrange rêve ?? Mais que faisait-il ici alors ? N’était-il pas au foyer ?
    Ses idées devinrent floues. Il ne savait plus, essayant de démêler le rêve de la réalité.
    Il s’appelait… Lé… Non. Cela était son nom dans l’Avant. Il s’appelait… B… Bertrand ? B…. Benedict ? B…ruce ? Non. Surement pas. Ce n’était pas un nom commun… plus un concept, une idée…Une idée qui lui échappait, jouant des claquettes sur le bout de sa langue pour, léger papillon de mot, finalement s’envoler.
    Il capitula et se concentra sur ses restes de souvenirs. Il avait 20 ans, il était Directeur d’une espèce de village remplis de gosses, où un truc appelé le Reflet permettait de faire des rêves bizarres. Un groupe nommé Nahash ne l’aimait pas pour des raisons vaporeuses. (Jalousie surement). Récemment il avait eu l’impression qu’on l’observait car il connaissait une vérité qui aujourd’hui, lui échappait totalement.
    Maintenant, fumerolles d’un temps oublié, il ne lui restait qu’un désagréable pressentiment sur son passé et la certitude que son état n’était dû qu’a à un seul nom : Miséricorde.
    Il se rendit au village, comprenant qu’il n’était pas le seul touché par le mal à la vue des « enfants » (dont certains dépassaient à présent la soixantaine) regroupés sur la place, interloqués.
    L’Oiseau monta sur la fontaine et, avec le naturel que la mémoire du corps avait consigné, tapa des mains, parlant de sa petite voix de garçon n’ayant pas mué.

    « Bonjour… Excusez-moi… *»

    Sa gorge se noua. Personne ne l'écoutait. Personne ne le comprenait. Il avait oublié ce détail. La langue qu'il parlait spontanément depuis toujours, peu  la comprenait. Il repris, en espéranto cette fois :

    « Malgré les apparences, je suis Lé… euh… le Directeur de cette endroit.. Je ne me souviens plus de grand-chose et cela parait étrange mais je crois que nous sommes tous en train de rêver à cause de Miséricorde. Nous sommes enfermés dans le Reflet et ne pouvons sortir sans son accord…Est-ce que tout le monde est touché par le mal ? Certains se souviennent-ils de rien ? D’autres de tout ? "

    Devant cette foule d’âmes perdues, Bird n’avait qu’une envie : celle d’un petit garçon de fuir ce monde pour aller faire virevolter son avion.
     


*En français dans le texte

_________________
Résine
Messages : 188
Date d'inscription : 21/02/2012
Localisation : Dans un pot d'encre.

Feuille de personnage
Âge: 17 années
Entrave: Se sentir sale
Métier: Fermière ♣
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Dim 8 Sep - 20:19

Elle bâille à la façon d'un chaton, naguère assoupie dans les replis de ses draps. La masse blanche lui semble plus lourde que d'ordinaire, plus vaste. Se perdre dans son lit serait une première pour celle qui se lève d'un bond et manque de tomber tête la première. En plus d'entraîner avec elle sa couverture qui lui emprisonne les pieds, le sol lui est apparu plus lointain, trop pour qu'elle le rejoigne sans trébucher dans le vide. Étrange. Les fois précédentes, elle touchait les lattes de bois sans avoir à glisser sur le bord du matelas.
Ah oui, c'est vrai. Son rêve était tellement réaliste que pendant tout son sommeil, elle a cru avoir dix-sept ans. Quelle bêtise... Quoique. L'histoire du papillon de Lao-Tseu lui revient en mémoire, sans qu'elle ne sache pourquoi. Cette grande elle ne portait même pas son prénom, comment auraient-elles pu se connaître ? D'ailleurs, elle a oublié comment elle s'appelait. Ce n'était même pas un véritable nom.

Puisqu'elle est levée, ses parents doivent l'attendre dans la salle à manger. Il faut qu'elle s'habille d'abord. Et faire sa toilette. Ce sont les règles de la maison ; si elle y déroge, sa mère s'en rendra compte à la seconde même où elle descendra les escaliers. Pourtant, une fois vêtue de ses jupons verts, une fois ses cheveux peignés et ceints d'un ruban assorti, une fois sa frimousse nettoyée au gant en éponge, il n'y a toujours aucun bruit dans la bâtisse. Ses parents seraient-ils sortis sans l'avertir ? Encore plus étrange.
Ce n'est pas son foyer. Il n'y a pas ces cadres austères le long de la rambarde. Il n'y a pas cette tapisserie à rayures pâles qu'affectionne son père. Néanmoins, ces murs de bois et de briques lui paraissent familiers ; elle les a vus à maintes reprises par le passé, si bien qu'elle sait par où sortir. Au village, elle trouvera sans doute quelqu'un pour la renseigner. On lui expliquera ce qui lui arrive, cette impression d'inconnu et cependant de déjà-vu qui l'envahit devant ce paysage de champs et de forêt. Avant de courir vers la place centrale, elle jette un coup d'oeil à la lisière des bois et se surprend à y chercher un petit garçon blond qu'elle n'aperçoit pas. Cela fait quelques temps qu'ils se voient tous les deux. Il a le même âge qu'elle, douze ans, mais semble connaître tellement plus de choses sur la vie sous les arbres ! Quand il parle, il est fier comme Artaban, c'est amusant.

La foule qui se presse autour de la fontaine n'est pas aussi étrangère qu'elle l'envisageait. Elle a beau ne pas savoir où est-ce qu'elle a connu ces cheveux rouges ou bien ce regard bleu, elle ne panique pas. D'ailleurs, il y a un enfant qui essaie de se faire entendre, avec beaucoup de peine, en montant sur la fontaine. Une chance qu'il parle français... ou pas. Alors que la gamine espérait comprendre quelque chose à son futur discours, son esprit fait des bigoudis dans son crâne dès lors que le petit brun continue. Ça ne ressemble à rien qu'elle ait entendu par le passé. Sa gorge forme un noeud coulant alors qu'elle prend conscience qu'elle ne pourra pas communiquer, puisqu'elle ne sait pas parler ce langage-ci. Son seul espoir, c'est ce Directeur en culottes courtes ; les quelques mots échappés en français l'ont trahi.
« Hé, hé, toi... » commence-t-elle en s'approchant du mioche. Mais alors qu'elle tend la main pour l'attraper, la foule se déplace et, du coin de l'oeil, elle aperçoit une tignasse blonde. Aussitôt elle se retourne ; vu de dos, c'est lui. Vite, le rejoindre. Lui demander pourquoi il est ici, lui aussi. Rester avec. Elle se sent en sécurité quand il est là. Elle bouscule quelques personnes au passage, et crie « Gustave !! » à cette silhouette un peu vague qui déambule dans cette masse. Sauf qu'au moment de l'atteindre, tout devient confus.
Ce n'est pas Gustave.

_________________
« Supportez courageusement ; c'est par là que vous surpassez Dieu.
Dieu est placé hors de l'atteinte des maux ; vous, au-dessus d'eux. »
Sénèque.
Kei
Messages : 37
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 19
Entrave: peur de l'échec et de ne pas être a la hauteur
Métier: médecin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Lun 9 Sep - 14:29

Kei ouvrit ses yeux...ou plutôt essaya avant de les refermer sous le coup d'un mal de tête abominable et d'une impression d'avoir eu les yeux carbonisés par la lumière.
« Du calme ! Se dit-il tandis que les élancements dans son crâne se calmaient un peu. Récapitulons : céphalées, photosensibilité et désorientation... Au premier abord ça pourrait ressembler à une gueule de bois avec black-out sauf que vu que je ne suis pas déshydraté on peut éluder ce diagnostic... »
Il tenta timidement de rouvrir les yeux et la lumière blanche lui oblitéra la tête une nouvelle fois, sauf que cette fois les migraines s'accompagnèrent de visions fugitives.
Un plafond blanc... du tissu blanc... des éclat argenté triangulaires... une odeur de désinfectant... du sang... des cheveux rouges sang... une peau cuivrée... une douce chaleur près de lui...
Il avait l'impression qu'on essayait de lui faire rentrer de force des souvenirs dans la tête. Lorsque le bal des images se calma il rouvrit une nouvelle fois les yeux et, cette fois ci, il put se lever sans être trop ébloui. Il reconnut instinctivement sa chambre et chercha un instant du regard une forme à côté de lui... Rien. Il aurait pourtant juré qu'une personne aurait dû se trouver à côté de lui.
« K'so! j'ai fait quoi hier soir pour être déboussolé comme ça ? » se demanda-t-il avant de remarquer une autre anomalie qui le fit se précipiter dans la salle de bain pour se regarder dans le miroir.
En voyant son reflet il marqua quelques instants de surprise avant d'éclater de rire.
-OK, être rajeuni en changeant de monde je connaissais mais celle là le Reflet me l'avait jamais faite ! S’esclaffa-t-il en voyant une version trentenaire de lui même. Une version qui lui plaisait bien d'ailleurs.
Puis un doute le traversa : cet endroit ressemblait beaucoup à Espérance, il ne portait pas de miroir... peut être n'était-il pas dans le Reflet mais souffrait « juste » d'amnésie antérograde concernant les années écoulées (après tout ce ne serait pas la première fois).
« Il faut que j'en ai le coeur net ! » se dit-il en repensant au réminiscences d'une femme aux cheveux rouges qui le hantaient depuis tout à l'heure.
En sortant il remarqua quelque chose de curieux : jamais il n'avait remarqué une telle variété d'âges au sein d'Espérance, il voyait autour de lui des petits enfants mais aussi des personnes agées se dirigeant toutes dans la même direction. Intrigué, il suivit le mouvement et arriva sur la place du village où un petit garçon à l'air familier juché sur la fontaine tentait d'amener un peu de calme en parlant d'un plan de Miséricorde.
« C'est Bird-sama ce gamin ? Visiblement je suis pas le seul pour lequel quelque chose cloche ! »
Observant la foule anxieuse autour de lui il ne put s’empêcher de prier le Boudha Shakyamuni pour qu'il vienne en aide a chacun d'entre eux car ils allaient en avoir besoin.
Noah
Messages : 46
Date d'inscription : 08/05/2013
Age : 21
Localisation : Jamais au même endroit.

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Entrave: Obsession de la mobilité
Métier: Gérant du café
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Mar 10 Sep - 22:27

Je m'enroule délicieusement dans ma couette comme un gamin. On est bien au lit, mais y passer toute la journée, ça, jamais ! Espérance offre trop de choses pour que je puisse rester coincé au pieux toute la journée ! Ni une ni deux, je saute du lit, je saute de haut d'ailleurs, c'est bizarre. Comme chaque garçon qui se respecte, je me gratte en haut et en bas avant de remarquer qu'il en manque un peu... J'ouvre mon caleçon pour constater à moitié endormi que ma troisième jambe n'est plus qu'un petit doigt et... les poils, ça tombe pendant la nuit ? C'est sûr, il y a un souci, je descends en trombe l'escalier, je sens une odeur de crêpes, ce goût sucré me donne envie de vomir, je me précipite à la cuisine pour constater, soulagé, avoir rêvé. Mais qu'est-ce que je croyais ?
Peu importe, je tourne sur moi-même, le décor me paraît... si grand par rapport à mon corps minuscule. Je commence à réaliser, j'accours à la salle de bain et me regarde dans le miroir. Impossible. Je me lance de l'eau au visage comme pour effacer cette image, une fois, deux fois, cinq fois. Mais lorsque je lève la tête, c'est toujours la même face de gamin. Je grince des dents, les larmes me montent aux yeux. Merde. "Merde !" Je sors. Non je rentre. Mes idées sont confuses, mes sentiments entremêlés avec ceux de l'enfant et de l'adulte. Des fringues, c'est ça. Il me faut des fringues.
Je monte trouver quelque chose, un T-shirt trop petit et un short feront l'affaire, bien qu'un peu larges sur mon corps actuel. Je n'ai pas de temps à perdre, je vais sortir voir ce qu'il se passe dehors. Trouver quelqu'un qui pourra m'aider...
Je sors en trombe, oubliant de refermer la porte derrière moi. Au bout de quelques mètres, ma hâte s'atténue. Mon corps tremble et mes pieds refusent d'avancer. Le constat de ma situation me terrifie, me paralyse. Pire que de stagner, j'ai régressé ! Je serre les poings et hurle à qui veut bien l'entendre d'une voix dont j'ai terriblement honte : "MEEEEEEEEEEEEEERDE !!"

Reprendre le contrôle, je dois prendre sur moi et avancer droit devant, j'ai un corps de môme, mais je suis toujours Noah, sympa et dynamique, à votre service ! J'essuie les larmes qui avaient encore coulé malgré moi et respire fort pour tenter de calmer ce coeur qui bat si vite. Trop vite.
Mes pieds décollent, je cours pour trouver des gens au plus vite, vite, vite... J'arrive sur la place et la voit comme je ne l'avais encore jamais vue avant. Les gens sont si... différents... La masse n'est pas la même dont j'ai l'habitude. Il y a des gosses, comme moi, et... des vieux ? J'en ris presque de soulagement, je souris devant ce spectacle qui s'offre à moi, aussi imprévisible que fascinant. Mais... Je ne sais plus vers qui aller. Qui est qui ?
Je perce à travers la foule agitée par les événements. J'ai l'impression d'avoir oublié comment parler à ces gens qui me paraissent si... inconnus. Je remarque alors le garçon sur la fontaine avec sa bouille sympathique. J'hésite à lui parler... C'est dingue, l'hésitation est un sentiment dont j'avais perdu l'habitude. Je me tiens à quelques mètres seulement, mais je me contente de le regarder sans vraiment savoir quoi lui dire... Que dit-il ? Le... le directeur ? Quoi ? Ce bout de machin est Bird ? Ah oui, à bien y regarder, c'est fort possible. À défaut de ne savoir parler, je me mets à rire.
- Ha... Ha ha ha ha ha ha ha ! Bird ! T'es trop petit c'est tordant ! Ha ha ha ha ha ha ha !

Je m'interromps et me racle la gorge, cette voix est réellement surprenante et... incommodante. Je réalise alors en rougissant que je ne suis pas vraiment en mesure de me moquer de Bird.
Victor
Messages : 121
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 24
Localisation : Au creux de l'oreille

Feuille de personnage
Âge: 20
Entrave: Depressif chronique
Métier: Violoniste/Compositeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Mer 11 Sep - 1:29

Chenille vagabonde et nuée de fumée, une paupière s’ouvre, puis l’autre.

Les yeux encore embrumés par Morphée, Victor tâta du bout de ses doigts la place voisine du lit. Vide. Geste automate qui le laissa un brève instant perplexe. Il haussa les épaules ne cherchant pas de raison à cette étrangeté matinale et se hissa hors des draps. Son corps lui parut légèrement plus fort et esquinté, il jeta un bref regard sur ses mains, elles étaient intactes bien que parsemés de quelques ridules nouvelles.

« Mais qu’est-ce que… ! »

Soudain, une violente migraine s’insinua dans son esprit. Une effervescence d’images et de sensations l’envahirent en une poignée de secondes.  Des évènements marquants, sélectionnés au cours de son histoire s’implantèrent dans sa mémoire. Ils lui semblèrent totalement nouveaux et la seconde d’après terriblement familiers. La douleur s’infiltrait dans son cœur, sa tête, et ses tripes si bien que lorsqu’il reprit conscience, ses yeux se rouvrirent sur la faïence de son lavabo sur lequel il s’adossait, la respiration haletante. Aussitôt, le jeune homme tourna le robinet d’eau froide et fit jaillir le liquide à son visage. Les battements de son cœur décélérèrent peu à peu, puis il releva la tête vers la glace. Son portrait lui parut vieillit, et légèrement modifié. Surtout sa pilosité: il distingua sur le bout de son menton quelques poils blonds fraichement naquit de la nuit. Ça alors ! Lui qui se pensait imberbe… ! Il lâcha un rire teinté de surprise, et son cerveau se déconnecta complètement du Victor de ses vingt ans pour n’être plus que le Victor adulte.

Il chercha en vain dans ses tiroirs la mousse à raser et son rasoir, jurant et bougonnant dans son… début de barbe. Lasse, il finit par laisser tomber et une fois débarbouillé, parti s’habiller. C’est en enfilant une chemise qu’il se souvenait avoir déchiré quelques années plus tôt, qu’il comprit que quelque chose ne tournait pas tout à fait rond. Quant au mobilier… Il se souvenait avoir eu le même lorsqu’il était arrivé ici. Damned ! Il y avait bien dix ans de cela ! Victor se rua vers l’étui de son instrument, et redécouvrit son violon d’autrefois. Une vague de mélancolie l’envahit, il esquissa un sourire triste et aimant, puis s’en saisit avec son archet, et passa la porte de sa chaumière.

Bientôt, le musicien se retrouva sur la place centrale du village. Beaucoup de petits détails dans ce décor pourtant si coutumier, manquaient. A commencer par ces visages, souvent trop familier mais dont l’identité lui échappait malgré tout. Il se mêla à la foule qui se réunissait tous en un point : la fontaine. Victor tenta d’analyser ce que certaines personnes semblaient écouter, et d’autres n’avaient, semblait-il, pas remarqué. Il chercha d’abord un adulte, soit, naturellement, Bird, mais ne vit personne.

Une enfant aux cheveux rouges le bouscula alors, à la recherche d’un certain Gustave, Victor réalisa à cet instant qu’autour de lui se trouvait beaucoup d’enfants, et d’adultes. Les écarts d’âges étaient énormes dans la communauté ce qui n’était pas normal. Le violoniste ramena donc son regard vers la fontaine, cherchant cette fois-ci adultes et enfants.

Quelle ne fut pas sa surprise quand il découvrit l’homme qui fut autrefois son ami, confident et mentor dans le corps d’un petit garçon…

Obnubilé par cette vision, il resta un moment cloué sur place à le fixer. Puis les jambes du violoniste s’actionnèrent, et ses pas l’amenèrent au pied du tout jeune Bird. Sans un mot, Victor déposa son violon dans les petites mains de l’enfant, puis, il le prit par la taille et déposa l’oisillon à califourchon sur ses épaules. D’un geste délicat, il ouvrit sa main vers Bird lui demandant en indiquant son violon :

- Puis-je le récupérer mon jeune ami ?

L’enfant y concéda, et remit au musicien son instrument. Victor fit quelques accords, puis entama une mélodie de sa composition espérant ainsi que sa musique apporterait le silence et l'attention nécessaire auprès des villageois.
Alexandre
Messages : 70
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Mer 11 Sep - 14:08

Je me retourne dans mes draps alors que le sommeil me quitte doucement. Je n'ouvre pas les eux, attendant un quelconque signal qui me dirait de me lever, certain qu'il est encore trop tôt. Une quinzaine de minutes plus tard, totalement réveillé, je me rends compte qu'il aurait déjà dû être là. Ou plutôt qu'Elle devrait déjà être là. J'ouvre de grands yeux en sortant du lit et fouille vivement la pièce du regard. Mon cœur se serre alors que je me rends finalement compte que je n'aperçois aucun file rouge trainer dans la chambre.

Je laisse enfin un sourire étirer mes lèvres alors qu'un sentiment nouveau de liberté m'envahit et part d'une humeur joyeuse vers la salle d'eau. Sur le chemin, plus long que d'habitude, je réfléchis à ce que je vais pouvoir faire sans personne pour m'en empêcher quand je vois avec surprise que je ne m'en souviens plus. Et plus je cherche plus les souvenirs sont flous. Il ne me reste que quelques détails : La voix dans ma tête et ce fil rouge, le sentiment de connaitre cet endroit mais vu d'un peu plus haut et celui d'une chenille fumant le narguilé.

Ce n'est que lorsque je croise le miroir de la salle de bains que mes pensées se rangent d'elles-même tandis que les paroles du Bombyx me reviennent en mémoire. J'ai rajeuni au point de retourner à une époque que j'ai oublié. Tout ce qu'il me reste c'est de vagues souvenirs d'Espérance et ceux, bien plus précis du Destin. Je suppose que je me retrouve dans une réplique d'Espérance créée par le Reflet, quel autres moyens existe-t-il pour changer d'apparences ? Pourtant, je préfère me méfier, on ne sait jamais ce qui nous attend ici.

Il est encore tôt quand je sors enfin de l'internat, un sourire plus petit mais toujours plaqué sur mon visage. Je me laisse guider vers la place centrale, presque vide avant de m'asseoir par terre, dos à la fontaine. C'est à peine si on me voit, assis là du haut de mes six petites années.
Je regarde les enfants, adultes ou personnes du troisième âge, pour rester poli, affluer au file du temps pendant que mes pensées vagabondent au calme. Ce doit être la meilleure matinée que j'ai passée depuis des lustres !

Je le suppose du moins. Mon regard se pose sur un habitant plus vieux et je me demande si eux, les autres habitants, aussi ont perdu la mémoire. C'est déstabilisant et je ne suis même pas sûr de pouvoir communiquer avec quelqu'un. C'est à ce moment là qu'une petite voix s'élève. C'est du français mais seulement au début. Je ne comprends pas un mot de la suite.

Je me relève et fixe le garçon debout de l'autre côté de la fontaine. Le gens commence à s'attrouper autour de lui comme s'il était une figure importante ici. Difficile de rallier un visage enfantin avec celui d'un adulte lorsque les deux sont inconnu mais il n'y avait qu'une figure d'autorité ici, ça facilite grandement la tâche.
Je ne m'approche pas du petit Bird, préférant observer de loin. Cette foule d'enfant me hérisse le poil et je n'ai pas plus confiance dans les plus âgés. Je laisse donc un regard froid traîner sur le groupe hétéroclite alors qu'une expression dure se plaque sur mon visage enfantin, première barrière contre le reste du monde.
Nonna
Messages : 54
Date d'inscription : 23/03/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16 ans
Entrave: Craint le contact avec les autres
Métier:
Voir le profil de l'utilisateur http://noiv.jimdo.com
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Mer 11 Sep - 16:54

Je baille et cligne des yeux. Quel décor étrange et inconnu mais plutôt mignon également ! Je me lève pour en faire le tour. Ce doit être la chambre d'une grande fille à en constater par les livres sur ses étagères. Et quelles jolies poupées ! Je me précipite à genoux devant ces peluches, je n'en ai jamais vu autant au même endroit, à part dans les vitrines de magasins de jouets. Je prends possession du chat roux aux yeux verts. La grande fille ne devrait pas m'en vouloir, moi j'ai le droit de jouer encore, mais les grands devraient vraiment laisser leurs jouets aux petits. Quand je serai grande, je n'aurai plus de poupées moi. J'ai déjà commencé à donner quelques-uns de mes jouets à Lyov. Tiens ? Mais où est-il d'ailleurs ? Et papa ? Bon, je dois partir d'ici et les retrouver, ils doivent me chercher.
Je sors de la chambrette et commence à descendre un escalier quand je remarque que je n'ai pas de chaussures. Je ne peux pas sortir pieds nus ! Papa me gronderait et me dirait encore « Si tout le monde faisait comme toi, je n'aurais plus de chaussures à vendre ! ». Je retourne en arrière et fouille dans les placards, sans succès, je ne trouverai pas de chaussures à ma taille ici. Mais j'ai vu d'autres chambres il me semble, peut-être devrais-je aller y faire un tour ? Si je pouvais trouver une robe un peu plus courte aussi, celle-ci me tombe sur les pieds, c'est gênant.
Je sors une nouvelle fois et entend un peu de bruit en bas, ce qui attire mon attention. Je penche la passe ma tête difficile au-dessus de la rambarde de l'escalier pour voir une tignasse rousse partir. Il y a une petite fille ! J'oublie de trouver des chaussures et me lance à sa poursuite. Elle se dirige vers un village, une place très peuplée. Je trouverai peut-être Papa et Lyov dans tout ce monde. Je m'en approche et perds très vite de vue la petite rouquine. Je me glisse parmi les gens, ma petitesse me permets de me faufiler aisément. Mais en me baissant je marche malencontreusement sur ma robe et manque de tomber. Par chance je me rattrape de justesse à un monsieur blond qui se trouvait là. Tout en me relevant je balbutie.
- Извините !

Je relève la tête vers cet homme qui me regarde avec étonnement. Il a une drôle de tête je trouve, et des tout petits yeux. Du coin de l'oeil je crois apercevoir à nouveau la petite rousse, mais le temps que je ne tourne la tête elle avait disparu. Je décide de continuer mon chemin sans vraiment savoir où aller, je chercher papa et Lyov du regard mais ne les trouve pas... Soudain j'entends un son, une mélodie. C'est joli, j'ai déjà entendu ça quelque part. Au théâtre, un garçon jouait de cet instrument qu'il portait à son épaule et les comédiens dansaient sur scène, tournaient tous ensemble pour jouer un bal. C'était si beau et coloré ! Quelqu'un va-t-il danser aujourd'hui aussi ? Ou est-ce dans une pièce de théâtre ? Je me dirige vers l'origine de ce son pour y découvrir une longue silhouette portant en son sommet un corps plus petit. C'est cette étrangeté de la nature, du moins vue d'en bas, qui joue cette mélodie. J'écoute longuement, en fixant la masse au-dessus de moi. Je veux savoir où est papa, où est Lyov. J'aimerais interroger quelqu'un en face de moi mais je ne veux pas interrompre un artiste en train d'exercer son art, comme on ne parle pas au théâtre, ce sont des règles de vie simples basé sur le respect de l'autre. C'est ce que dit papa souvent... Je murmure à moi-même : "Папа, Лиoв..."
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Jeu 12 Sep - 21:37


Comme tous les autres villageois, Catherina avait été perturbée en remarquant sa nouvelle apparence. Après tout elle aurait dû s'en douter, elle se sentait curieusement légère en se levant. Son premier réflexe avait été de porter ses mains à sa poitrine, tâtant pour être certaine que, oui, elle avait perdu son fier bonnet C. De même que ses cheveux habituellement assez longs pour lui chatouiller les reins arrivaient avec peine jusqu'à ses épaules.

Dehors la foule se faisait entendre. Des villageois sortaient de leurs maisons en poussant des cris de surprise, tous se massaient en direction de la place centrale. Poussée par la curiosité, Catherina les suivit. Elle pu ainsi voir ce petit garçon prendre la parole et éclairer la situation. Catherine avait du mal à se dire que cet enfant était Bird. Il semblait plus fragile.

— Moi en tout cas je me souviens de rien, déclara-t-elle en levant la main, comme une enfant bien élevée. Pas même de ce que je faisais avant... avant mon réveil.

Sa réponse n'allait pas aider à expliquer la situation, mais elle allait peut-être pousser d'autres à parler. Baissant la main, Catherina chercha un visage connu. Un visage ami. Dépassant de plusieurs têtes les villageois qui avaient régressé en âge, Kei ne pouvait pas être ignoré. Catherina eu dut mal à le reconnaitre mais quelque chose dans les traits de cet homme lui assura que c'était un ami. Sans savoir vraiment pourquoi.

— Hey, m'sieur ! Kei, c'est ça ? C'est Catherina !

Jouant des coudes, la gamine tâcha d'avancer vers le docteur, tendant les bras vers lui pour qu'il daigne se baisser à son niveau.

— Me souviens pas que t'étais aussi grand. Dis, tu me portes ? Je me tords le cou en essayant de te parler.
Camelia
Messages : 54
Date d'inscription : 10/06/2013
Age : 25
Localisation : Internat
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Ven 13 Sep - 18:06

Et le bourgeon devint fleur

Un doux rayon de soleil filtra à travers les volets, effleurant sa joue jusqu'à atteindre l'oeil. La soudaine lueur qui se fraya un chemin jusqu'à l'iris fit grogner Camelia qui remonta le drap au dessus de sa tête, tentant de capturer le sommeil qui fuyait... trop tard...

« Putain... »

Un soupire et la belle jeune femme jeta la couette par terre. Ses longs cheveux d'ébène partaient dans tous les sens, glissant sur ses épaules, son dos et devant. Dans un élan d'une grace digne d'un pachyderme sous l'effet de boissons alcoolisée, elle se tira du lit et glissa ses pieds dans des chaussons un poil trop petit pour elle. Elle observa bêtement ses pieds un moment, un « beuh ? » d'incompréhension filtrant ses lèvres, puis elle observa sa chambre.

« Qu'est-ce que je fous à l'internat ? Où est ma chambre ? »

Définitivement perdue, elle prit le temps d'attendre que le brouillard se dissipe, chassant la possibilité de quérir l'assistance d'un café bien serré. Par contre, elle se dirigea vers les sanitaires se passer un coup sur le visage et observa ainsi sa tête de jeune femme de 26 ans... putain, bientôt la trentaine... Détail choquant, qu'est-ce qu'elle foutait à oualpé ? Où étaient son soutif et sa culotte ? Et sa robe de chambre ? Bon en même temps, elle se réveillait à l'internat et elle avait même pas picolé la veille... de toute façon ya ni clope ni bibine à Espérance.

D'ailleurs, depuis quand elle était si... vieille ? C'était quoi ces seins ? On vieillissait pas à Epérance ! Tachant de faire fonctionner sa mémoire, elle appela à elle le souvenir le plus récent d'avant son réveil... la chenille... une chenille qui fumait du narguilé... ouais, la chenille d'Alice au pays des merveilles... oui on voyait des trucs trop zarb dans le reflet...


« Ya définitivement un truc qui cloche... j'ferais mieux d'aller voir Birdy... »

Avant ça, Camelia s'infiltra dans le dortoir des profs pour s'emparrer d'habits à sa taille, soit un jean et un t-shirt, tant pis si elle se pavane pieds nus et, comble du luxe, elle trouva même des lunettes de soleil. Elle pourra toujours rendre ça à son propriétaire une fois le problème réglé.

Camelia emprunta alors la sortie et suivit les bruits. Apparemment, elle était pas le seul à avoir une soudaine poussée de croissance, mais certains étaient carrément devenu des pépés et mémés... par contre ,d'autres avaient rajeunis au point de devenir des minipouces de 5 ans.


« Bah putain... je suis vraiment à Espérance ou bien... merde quoi... »

Vu la situation, elle osait pas imaginer l'état dans lequel devaient être Acedia et Louve... mémé ou bien bout d'chou ? Bref, vu le bordel environnant,Camelia attrapa par l'épaule la première personne qui passait, sans faire attention à sa taille, son âge son sexe, etc., et l'aborda.

« Hé ! Tu sais pas où il est Bird ? J'aimerais lui causer de... tout ça. »
Julien
Messages : 42
Date d'inscription : 07/09/2013
Age : 18
Localisation : Loin de toi

Feuille de personnage
Âge: 13 ans
Entrave: Je-m'en-foutiste
Métier: Fermier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Sam 14 Sep - 10:38

Ecroulé.
Je suis écroulé devant le miroir de la salle de bain, mes larmes abreuvent ma barbe de père noël. La vision d’horreur que j’ai eue en regardant le miroir du lavabo m’a ramené un souvenir à vitesse grand V, une sorte d’illusion auditive que j’ai écouté en tremblant comme une feuille :

-On ne va pas attendre mes 70 ans avant d’aller les voir, hein ?

C’est une voix d’enfant, brisée par les larmes.

-Je... Je serais mort bien avant.

La suite, je ne m’en souviens pas. Je ne sais pas qui a prononcé ces phrases, j’en ignore même le contexte mais ce que je sais, c’est que ça a un rapport évident avec ce qui m’arrive. Je me lève, j’ai l’impression que mes jambes sont sur le point de lâcher, mais ce n’est pas à cause de mon grand âge.

Je m’arme de courage et regarde une nouvelle fois le miroir. Je suis devenu un vieillard, probablement de 70 ans, avec une silhouette de bucheron canadien. J’ai un air dur, même s’il est actuellement mouillé de larmes. Je n’ai pas vraiment l’air d’un gentil papy, j’ai plutôt l’air d’un vieux soldat.

Cet âge, cette apparence, sonne comme une défaite. J’ai la sensation que cet âge signifie que j’ai échoué, que c’est trop tard, que les 2 choses que je cherchais à Esperance n’existent probablement plus. Cette sensation m’inflige une infinie tristesse, une tristesse dont je ne comprend pas le sens, ce qui me plonge dans une détresse encore plus forte.

Bird, il faut que j’aille le voir, lui seul comprendra ce qui m’arrive.
Je ne fais pas attention si mon voisin de chambrée est présent et je me précipite vers la sortie, en claquant la porte, en faisant des pas de géant. J’ai l’impression d’être sur des échasses.

Une fois dehors, j’ouvre de grands yeux. Il y a des vieux et des moins vieux partout, je ne reconnais personne. J’en déduis que tout le monde a le même problème que moi… Ce qui me fait paniquer encore plus. Je traverse la foule avec de grandes enjambées et essaye de trouver Bird, en me déplaçant presque au hasard.
Ma nervosité est à son maximum lorsqu’une jeune femme m’attrape l’épaule :

-Hé ! Tu sais pas où il est Bird ? J'aimerais lui causer de... tout ça.

Je n’ai même pas compris la question, je suis beaucoup trop stressé pour cela. J’allais l’envoyer balader avec une remarque cinglante lorsqu’un bruit de violon parvint à mes oreilles. Sachant que personne ne jouerait un morceau dans un moment pareil pour une autre raison que celle d’attirer l’attention, je me précipite vers la source du bruit, ignorant celle qui venait de m’interpeller.
Un grand blond est en train de jouer du violon avec un enfant sur ses épaules. Tout le monde est en train de se rassembler autour d’eux.
Je me place aux premières loges, juste devant eux. Ma nervosité est prête à exploser n’importe quand.

Le père fouettard est dans la place.
Ruby
Messages : 50
Date d'inscription : 25/07/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Entrave: Haine des personnes plus âgées qu'elle
Métier: Fabricante de Jouets
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Sam 14 Sep - 12:42

La demoiselle remua sous ses couettes à la fois douce et chaudes, à la recherche d’une présence rassurante : Le corps imposant de son grand frère. Néanmoins, Ruby avait beau chercher cette présence contre laquelle elle se calait régulièrement, elle ne la trouva pas. C’est ainsi qu’elle ouvrit les yeux sur une chambre qui lui était inconnue, bien plus sobre celle de ses souvenirs. Où était-elle ? Et son grand frère ? Perdue, Ruby fut toutefois rassurée car cette pièce ne lui était pas inconnue. Légèrement embrumée, elle descendit de ce lit trop grand pour elle et trébucha après avoir fait quelques pas. Les larmes aux yeux, elle nota qu’elle n’avait pas glissé sur un drap mais sur sa propre robe. Depuis quand dormait-elle avec une robe de nuit aussi neutre et aussi… large ?!

Sortant de sa tunique devenue bien trop grande, Ruby surprit son reflet dans son miroir mural en tenue d’Eve. Le résultat fut sans appel : la voilà retournée à l’âge qu’elle souhaitait oublier de tout son être. La jeune fille avait tout perdu… Tout était flou dans sa tête, mêlant les souvenirs de l’Avant à ceux d’Espérance. Horrifiée, l’enfant qu’elle était redevenue poussa un long et profond cri strident, signe de son désespoir intérieur.

Elle se leva après s’être calmée, voulant ouvrir son armoire pour y trouver des vêtements à sa taille. C’était indécent de rester ainsi: père ne lui aurait jamais permis ! Père ?... Secouant vivement sa tête, Ruby nota que l’armoire était ornée de papillons qu’elle se souvenait avoir elle-même gravé dans le bois quand elle était… Plus grande disons… La chenille. Cette grosse chenille bleue qui fumait… Rah tout était flou ! Néanmoins, elle pensait être dans le Reflet: ses cheveux étaient restés rouges alors qu’ils étaient noirs en son souvenir d’enfance. Or pour rentrer, il lui suffirait de briser son morceau de miroir ! Fouillant sa tunique, elle ne trouva pas de miroir… Elle n’avait aucune échappatoire. Pas le temps de réfléchir : s’habiller et trouver quelqu’un. Ruby prit sa tunique et fit des nœuds au niveau de ses épaules pour qu’elle puisse tenir dedans avant de la couper au niveau de ses genoux. Toujours trop large, Ruby se servit d’un ruban pour attacher sa robe improvisée. La voilà à courir dans les rues d’Espérance, s’essoufflant bien vite malheureusement. L’enfant nota que les gens autour d’elle étaient soit très vieux, soit trop jeunes alors que certains d’entre eux lui disaient quelque chose…

Arrivée sur la place Centrale, elle se sentait effrayée avec autant de gens et bouscula un grand monsieur blond aux tatouages rouges sur les mains, près d’une fille rousse. S’excusant dans sa langue natale, elle crut voir son frère. Elle se jeta alors au cou du garçon assis contre la fontaine.

« Grand-frère ! J’ai eu tellement peur ! » S’exclama Ruby en Egyptien, les larmes aux yeux.

Toutefois, elle remarqua que ce n’était pas lui en voyant son visage. Ce garçon était plus jeune et plus frêle que lui, il devait avoir le même âge que Ruby maintenant. De plus, il a les yeux vairons, alors que ceux de son frère son ambrés. S’apprêtant à pousser un nouveau cri de désespoir, elle entendit le son d’un violon. Son regard trempé de larmes se porta alors vers le violoniste qui portait un petit garçon sur ses épaules. Elle n’avait pas suivi ce qu’il s’était passé, mais ce son l’avait rassurée. Du moins, tant qu’il en jouait, elle était apaisée.

Néanmoins méfiez-vous de la colère montante d’une enfant qui se sent trahie…

Kei
Messages : 37
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 19
Entrave: peur de l'échec et de ne pas être a la hauteur
Métier: médecin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Sam 14 Sep - 13:27

Kei fut tiré de ses prières en sentant le poids d'un enfant lui tomber dessus comme s'il avait trébuché.
-Извините ! s'excusa une petite fille blonde flottant dans une robe beaucoup trop grande pour elle avant de repartir au pas de charge.
Le jeune apprenti médecin ouvrit des yeux ronds de surprise avant de reporter son attention sur Bird qui se trouvait à présent juché sur les épaules d'un violoniste. C'est alors qu'une petite voix l'interpella. Il baissa les yeux et tomba sur une ravissante petite fille rousse qui lui disait s'appeler Catherina. Il mit une paire de secondes à faire le rapprochement...
Kei était Japonais, issu d'une nation accordant une grande part à l'honneur et à l'image publique, où l'on ne se moquait pas à la légère des gens... mais là il ne put retenir un sourire en voyant sa séduisante (objectivement, hein, il ne craquait pas sur elle ou en tout cas pas plus qu'une grosse partie des mâles hétérosexuels d'Espérance) amie et collègue métamorphosée en une adorable gamine.
-Bonjour Catherina-chan (suffixe plus adapté que le « san » pour l'heure). Dit-il en se baissant à sa hauteur. Ça me fait plaisir de voir une amie ici, même quarante centimètres plus petite. Bouges pas je vais t'aider à voir mieux.
Il souleva la petite fille et l'installa sur ses épaules tout en remarquant le caractère surréaliste de porter quelqu'un qui était, la veille encore, plus grand que lui.
-ça te fait quel effet d'avoir pris un coup de jeune comme ça ? Pas trop dépaysée d'être redevenue une mignonne petite fille ? Demanda-t-il, curieux, pour une fois que ce n'était pas lui qui se retrouvait dans la peau d'un gamin dans le Reflet, de recueillir un autre point de vue.
Il n'eut toutefois pas réellement l'occasion d'entendre la réponse car il fût bousculé successivement par un vieillard à l'air revêche et par une petite fille qui s'excusa dans une langue à la consonance inconnue... une petite fille dont il n'aperçut les cheveux rouges qu'au moment où elle redisparut dans la foule...
-K'so... Catherina-chan, est ce que tu vois une petite fille aux cheveux rouges ? Une petite fille qui ressemblerait à Ruby ?


Dernière édition par Kei le Lun 16 Sep - 14:02, édité 1 fois
Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Sam 14 Sep - 14:24

Elmeraud avait froid.
Bien sûr avoir froid le matin au levé, à peine sorti de sa couette, cela n'avait rien d'étrange... pour la plupart des gens. Mais Elmeraud n'avait jamais froid, ni chaud d'ailleurs, il n'avait jamais mal non plus, et pourtant, là, il avait froid.

Il ressentait bien cette caresse mal aimé se rependant sur sa peau blanche, presque aussi nettement que l'étau douloureux qui lui saisissait les tempes. Il avait l'impression d'avoir la gueule de bois, pourtant il n'en était rien. Son corps, son esprit, tout deux semblaient changer et se battre contre un ennemi invisible. Il n'arrivait pas à faire disparaître cette sensation étrange, l'impression vivace qu'une souris lui grignotait le cerveau, sans anesthésie bien sûr.
Affolé, il se précipita hors du lit et fonça devant le miroir. Depuis son réveil, il se sentait à l'étroit dans ses vêtements, quoi de plus normal lorsque ces derniers étaient devenus trois fois trop petit pour lui ? Mais n'était-ce pas plutôt lui, qui était devenu trois fois trop grand ?
Le garçon n'avait jamais été gros, mais il n'avait jamais été grand non plus. Pourtant, en se voyant ainsi reflété, il avait peine à croire qu'il était toujours la même personne qu'hier. Le miroir ne pouvait pas mentir, n'est ce pas ? Alors comment se faisait-il maintenant qu'il frôlait le mètre quatre-vingts cinq ?

Il se tâta, et sans un seul oublie, son image fit de même. Il était indubitablement lui. Et cela l'affolait, oui, Elmeraud s'affolait, effrayé par son propre visage qu'il tenta de cacher à son regard azuré. Il lui ressemblait, ce visage. Le maintien digne, les traits creusés, sa peau laiteuse et ses cheveux pâles lui donnait l'allure maladive. Pourtant il avait encore les joues bien roses, signe de bonne santé, et qu'importe le temps ou les saisons, ses yeux turquoises restaient intact, perçants et sublimes, jetant un regard unique sur un monde altéré. Il ressemblait à sa mère à la fin de sa vie.

Cette pensé lui fit échapper un petit cri de surprise. Comment la savait-il, que sa mère était morte ? Non...attend, elle était morte ? D'un coup son mal de tête s'intensifia. Le jeune homme se retrouvait ainsi piégé entre deux enclumes. D'un côté, les souvenirs récupérés par le passé qu'il n'avait pas encore vécu tentaient de reprendre leurs droits,tandis que de l'autre, le présent amnésique qui était valable hier encore, luttait toujours pour protéger la santé mentale du garçon. Certains passaient néanmoins la barrière, et l'homme-autrefois-enfant s'étonnait de souvenirs qu'il n'avait pas vécu.

Elmeraud ne comprenait pas, et cela ne lui était pas arrivé depuis bien longtemps. Pourtant cette fois ci, il n'en retirait aucun plaisir. Tout ce surplus d'émotions lui paraissait un fardeau bien trop lourd. Il lui fallait des explications. Il lui fallait trouver Bird.

Saisissant les vêtements les plus larges qu'il possédait; il se dirigea dehors à la recherche de quelqu'un qui pourrait le comprendre. Il avait l'air ridicule - et un peu pervers- ainsi vêtu d'une simple chemise blanche ouverte et d'un jean qui faisait pantacourt. Ses mouvements se trouvaient entravés par le tissus resserré et la morsure des cailloux sous ses pieds le heurtait. Mais il mit de côté sa gène et sa douleur et continua d'avancer. Elmeraud avait le sens des priorités et il compris bien vite, en arrivant à la fontaine, que personne ou presque ne ferait gaffe à un trentenaire à moitié nu. C'était un vrai bazard, un infernal bal agité où se mêlait une trop grande variété d'âge pour être vraiment Espérance. Où était il ? Pourtant les lieux étaient les mêmes... mais les personnes...

Il passa une main stressé dans sa crinière blonde et soupira. Ses cheveux avaient bien poussé, en désordre et pleins de nœuds, ils restaient magnifiques. Mais si ses cheveux avaient poussé, ce n'était pas le cas du reste de sa pilosité. Il n'avait pas de barbe, ni de moustache, il n'était pas mal rasé, rien. Pourquoi ?

Alors il aperçut un gamin perché sur les épaules d'un homme. Le jeune blond était arrivé sur le tard, mais il était persuadé que ce gosse avait affirmé être le directeur... et aussi que cette situation était une farce de Sujin. A cette pensée son coeur battit plus fort dans sa poitrine, son amie n'était elle pas derrière le Mur ? Pourquoi aurait elle fait quelque chose comme ça ? ça n'avait pas de sens ! Elle lui en aurait parlé...
Il se précipita vers Bird et lui saisit fortement le bras, oubliant le violoniste qui le soutenait.

- Bird ! Qu'est ce qui se passe ?! Qu'est ce que Su vient faire la dedans ?

Un réelle inquiétude se lisait dans ses yeux, et se sentant ainsi bouleversé, Elmeraud comprit qu'il n'avait vraiment plus rien du jeune garçon insensible qu'il était encore hier.
Julien
Messages : 42
Date d'inscription : 07/09/2013
Age : 18
Localisation : Loin de toi

Feuille de personnage
Âge: 13 ans
Entrave: Je-m'en-foutiste
Métier: Fermier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Sam 14 Sep - 18:07

Je regarde l’enfant sur ces épaules avec un air dur. Son air me dit franchement quelque chose, et je suis sur le point de deviner de qui il s’agit lorsqu’un homme se précipite sur lui et lui saisit le bras.

- Bird ! Qu'est ce qui se passe ?! Qu'est ce que Su vient faire la dedans ?

Bird ? Ce gamin est Bird ? J’aurais dû m’en douter, c’est vrai, mais je ne m’étais pas encore remis du choc de mon changement brutal d’apparence.
En voyant la mine apeurée de Bird, je devine qu’il a du mal à comprendre ce qu’il se passe. Si ça se trouve, il a tout oublié. Les enfants qui m’entourent, qui sont pourtant d’anciens adultes, ont un comportement très enfantin, ce qui confirme cette hypothèse.
Il faut se rendre à l’évidence.
Bird n’est plus apte à remplir ses fonctions.
J’essuie une dernière larme tenace et m’avance vers le blond qui a saisit le bras de Bird. Je lui touche l’épaule et lui dit, avec une voix grave qui manque de me faire bredouiller :

-Laisse tomber, ça sert à rien. Il ne sait sans doute même plus qui tu es.

Je le contourne et grimpe sur la fontaine. Je dois frôler les 2 mètres, alors je n’en ait pas réellement besoin, mais je veux que tout le monde sache que je suis sur le point de faire une déclaration.
Je me retourne, fixe la foule qui commence à se regrouper autour de moi, étonnée de voir un homme aussi vieux prendre la parole et commence à parler avec ma voix rauque :

-Bon, je pense que…

Ma voix grave continue de m’étonner, j’étouffe un sanglot et reprend :

-Je pense qu’il est nécessaire de désigner quelqu’un d’autre en tant que Directeur.

Quelques protestations fusent, certaines personnes ne sont sans doute pas prêtes à faire confiance à quelqu'un d'autre, je continue en augmentant un peu le ton :

-Bird n’est plus capable d’assurer cette fonction, il a subi le même sort que nous tous, c’est pourquoi il nous faut un adulte mûr et responsable afin de prendre la tête du groupe.

Des dizaines de chuchotements parviennent à mes oreilles, je commence à transpirer à cause du stress :

-Personne ne se propose ? Personne n’a d’idées sur la conduite à avoir ?

J’espère franchement qu’une main va se lever, je n’ai aucune envie de remplir cette fonction, et j’espère que personne ne va me demander de le faire.
Ce n’est pas parce que j’ai une barbe que je suis la sagesse incarnée.
Noah
Messages : 46
Date d'inscription : 08/05/2013
Age : 21
Localisation : Jamais au même endroit.

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Entrave: Obsession de la mobilité
Métier: Gérant du café
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Sam 14 Sep - 18:40

Tout prenait une tournure si... insoupçonnée. D'abord ce grand type qui se met à jouer du violon en montant Bird sur ses épaules, ensuite une gamine qui se présente. Catherina ? Je vois qui c'est mais jamais je ne l'aurais reconnue. Alors que j'hésitais à me présenter, un homme d'âge mûr, que dis-je, d'âge avancé prit la parole. Quelqu'un qui servirait de dirlo à la place de Bird ? C'est quelque chose que je n'avais même pas imaginé. Je regardais le vieil homme étaler sa vision des choses en me convainquant de ne pas me fier à son apparence. Ce type pourrait peut-être être mon grand-père voire mon arrière grand-père en apparence, mais il avait certainement dû vieillir comme j'avais rajeuni. Autrement dit, le considérer comme mon égal ne présentait pas une forme d'irrespect.

- Eh papy ! lui lançai-je pour attirer son attention. Qu'est-ce que tu entends par "désigner quelqu’un d’autre en tant que Directeur" ? Bird reste Bird, il parle même encore l'espéranto ! on peut pas accorder notre confiance à quelqu'un d'autre sous prétexte qu'il est devenu un enfant !

Ces mots dans ma bouche sonnaient faux. Sous cette apparence j'étais tout sauf crédible, je lançai un regard à Bird me demandant s'il pourrait faire mieux dans son état actuel. Les poings serrés, je regardai à nouveau Papy.

- Qui t'es d'abord ?

La réponse me surprit au plus haut point. Je réalisai, stupéfait, que le sexagénaire était le petit Julien. Habituellement je pouvais poser ma main sur sa tête voire m'en servir de pose-coude... Mes yeux grands ouverts se baissèrent pour regarder un point par terre et ma bouche ne se refermait pas. Cette situation était tellement étrange, elle me rendait même mal-à-l'aise. J'aurais voulu disparaître dans un coin et réapparaître avec mes 18 ans habituels et ma voix mature.
Ruby
Messages : 50
Date d'inscription : 25/07/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Entrave: Haine des personnes plus âgées qu'elle
Métier: Fabricante de Jouets
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Sam 14 Sep - 22:45

Le flux de musique fut stoppé par l’intervention d’un blond aux allures de surfeur. Il attrapa le bras du garçonnet sur les épaules du violoniste et l’appela Bird. A cet instant, l’enfant reprit conscience qu’elle avait en réalité 17 ans. Bien des choses lui revinrent à l’esprit : qui elle était, ce qu’elle voulait faire, ce qu’elle souhaitait… Et cela, elle était bien décidée à les protéger, même dans le corps d’une enfant de 7 années. C’est alors qu’un vieil homme imposant intervint auprès du surfeur et monta à son tour sur la fontaine, amenant ses idées réactionnelles sur le tapis. Déchoir Bird en tant que Directeur alors qu’il est en position de faiblesse ? Ce n’était pas une mauvaise idée, comme Ruby n’avait jamais eu confiance en lui. Toutefois, l’idée de changer de Directeur ne l’enchantait pas plus : le physique n’étant qu’une farce ici. Non, ce qui l’intriguait était tout autre chose.

Toutefois, un autre blond – de son âge physique cette fois – réagit vivement à la demande du papy. Il n’avait pas tort, le fait d’avoir changeait d’âge ne changeait rien à la personne qu’ils étaient intérieurement. Cette idée avantageait Ruby : elle, effrayée par les personnes plus âgées, ne le serait plus en sachant qu’il était possible qu’elles soient plus jeunes qu’elle à l’intérieur. Cela donnait un brin d’assurance insoupçonné à l’enfant aux cheveux rouges. Elle s’approcha du vieil homme et leva la main devant son nez, attirant l’attention de ceux qui se trouvaient aux alentours. Réfléchissant un instant pour bien parler en Espéranto et non en Egyptien, elle grimpa sur la fontaine, bien qu’elle était moitié moins imposante ainsi que le papy à ses côtés.

« Si je puis me permettre, messieurs… » Commença-t-elle encore déboussolée par sa voix fluette. « Personnellement, je propose simplement de ne pas enterrer Bird avant de l’avoir tué. Malgré son apparence, il reste toujours notre fondateur et semble avoir gardé ses capacités. Je serais plutôt d’avis qu’on se sépare en petits groupes pour partir à la recherche de Miséricorde en ces lieux. Après tout, ce serait elle l’instigatrice de tout cela n’est-ce pas ? »

L’enfant avait parlé avec aisance et voix plus forte qu’à l’origine, pour attirer l’attention du plus de villageois possible malgré son apparence minime. Le plus gros de sa tirade ayant été dite, Ruby porta un regard accusateur vers Bird. Elle n’avait pas confiance en lui, et ça se voyait. Tout ce qu’elle voulait maintenant, c’était des réponses.

« Enfin, selon certains. Il reste quand même bizarre que Bird soit le seul à accuser Miséricorde alors qu’elle est absente et qu’elle n’aurait aucun intérêt à tout ça. Les absents ont toujours tord après tout, non ? » Commença-t-elle d’un ton sec et lourd de reproches. Comme si l’oiseau était en réalité le vrai instigateur des faits. Resserrant les poings et une montée de sanglots venant dans sa voix, l’enfant dit à haute voix. « Peu importe qui est le responsable. J’sais pas pour vous mais moi je… Moi je… Je veux que tout redevienne comme avant ! » Laissa-t-elle échapper en un cri avant de sentir rouler de lourdes larmes sur ses joues.

Diable.
Elle ne se souvenait pas avoir été aussi émotive en son enfance…
Fioccolino
Messages : 80
Date d'inscription : 28/04/2013
Age : 17
Localisation : Autre planète

Feuille de personnage
Âge: 11 ans
Entrave: peur du noir, des monstres, des adultes, des contacts / voit un fantôme d'enfant / caractère sauvage et associable..
Métier: élève
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Dim 15 Sep - 15:53

Spoiler:
 



En ouvrant les yeux, Fioccolino fut assailli d’une sensation qui n’avait pas de nom, et qui se situait entre la confusion et l’inconscience. Il sentait son esprit embrumé, cotonneux, mais son corps était étrangement libre. Il avait presque l’air inconsistant, déchargé d’un poids que Fioccolino ignorait pourtant.
Le garçon resta un moment étendu au creux des draps, fixant sans le voir le plafond qui, en fait, lui était inconnu. Il chercha des yeux sa peluche molle et filiforme en forme d’Arlequin. Mais elle n’était pas dans le lit. Mais d’ailleurs… Ce n’était pas son lit. Ce n’était pas vraiment son lit.

De plus en plus embrouillé, Flocon se leva avec un froncement de sourcil. Son corps lui paraissait anormalement faible et chétif. Peut-être était-il malade. Cela expliquerait l’engourdissement de ses membres et le brouillard de son esprit – certainement la fièvre. Une brusque angoisse le saisit au cœur et, sans trop savoir pourquoi, il se mit à inspecter ses draps avec hâte. Constatant qu’ils étaient vierges et propres, il fut curieusement fort soulagé. Voilà qui était bien bizarre !
Toujours embrumé et un peu raplapla, Fioccolino se dirigea vers… Tiens, la porte était là ? Son rêve étrange – celui avec une chenille qui fume – devait l’avoir imprégné plus que de raison, car il se trouvait complètement déboussolé.  Ce fut tel un zombie qu’il gagna la salle de bain.
Aujourd’hui était un jour important. Cela, il en était sûr. Il fallait qu’il rassemble ses idées. Tout était bien trop confus, bien trop flou. Une voiture. Oui, Papa l’emmenait en voiture. C’était aujourd’hui. Une fébrilité empressée, teintée de crainte, arriva comme une vague dans ses entrailles. Voilà que son père daignait lui accorder quelque considération ! Il l’emmènerait en ballade, juste lui, juste eux. L’estime que Fiocco portait à son père était aussi grande que la peur que ce dernier lui inspirait. Considérable, donc. Fioccolino était de ce fait un peu nerveux, mais l’honneur l’emportait sur l’inquiétude. Pour la première fois, son papa l’emmenait faire une ballade en voiture. Il ne fallait pas laisser la peur l’emporter.
Pourtant, elle était tenace, la peur. Qu’avait-elle à s’élever ainsi en lui, s’insurgeant contre la pointe d’orgueil qui avait germée dans son intérieur juste auparavant ? Fiocco la chassait avec hargne, tâchant de ne pas être trop ébranlé par ce sentiment qui sonnait comme une mise en garde. Mais de quoi ? …

Inutile de s’attarder sur la question. D’autres interrogations suivaient. Pourquoi son reflet était-il si… rétréci ? Il avait les cheveux plus courts, le visage plus rempli, et ce corps, ce corps était réellement riquiqui ! Il sentit ses mains trembler malgré lui. Pourtant, il savait qu’il avait sept ans. Il était certes petit et menu pour son âge, mais après tout il l’avait toujours été. Pourquoi cela le surprenait avec tant de force ? Oh, décidément cette journée était trop bizarre ! Sans parler d’Arlequin qui ne réapparaissait pas.
Dans la maison, tout le monde avait l’air perdu. Tout le monde ? Oui, il n’y avait nulle trace de mère ou de père. Mais ça grouillait de gens à l’expression hagarde, frustrée ou perplexe. Fioccolino suivit une petite fille rousse qu’il ne connaissait pas mais dont le visage rappelait à lui un sentiment de chaleur et de sécurité. Qu’il n’expliquait pas, bien sûr, comme tout le reste. Peut-être… Peut-être était-il toujours en train de rêver.

L’espèce de village était encore plus bouillonnant que la maison. La petite fille rousse s’était évaporée dans la foule de gens bizarres. Fioccolino avait envie de faire pipi et il avait du mal à se retenir. Pour se rassurer, il se mit à sucer son pouce en cherchant parmi les passants un visage familier. Il en cherchait un en particulier, une femme, mais il était incapable de se représenter son visage dans son esprit. Il savait juste qu’en le voyant, il le reconnaitrait forcément.
Un petit garçon au visage bizarrement familier s’adressait à la foule. Fioccolino ne l’écoutait guère. La panique commençait à s’insinuer en lui. Le visage de certains individus était anormal, étrange. Trop marqué, comme si des entailles tracées à l’encre de chine barraient leur visage. Flocon n’arrivait pas à expliquer cette impression. Il avait la sensation de devenir fou.
Tout le monde parlait, criait, s’agitait. L’enfant s’appelait Bird et le nom frappa le cœur de Fiocco sans qu’il pût en comprendre la raison. Encore. Il était directeur. Directeur de quoi ? Fioccolino était-il à l’école ? Il lui semblait bien que le directeur de son école avait demandé à ses parents de le mettre dans un établissement spécialisé, parce qu’il était trop différent, trop dissipé. Et le directeur avait une barbe. Celui-ci faisait la taille d’un grand chien.

Malgré lui, Flocon se mit à pleurer, sans cesser de chercher des yeux le visage rassurant. Lui aussi voulait que tout redevienne comme avant. Le problème, c’est qu’il ne se souvenait pas, de cet Avant.
Se recroquevillant par terre, il enfouit son visage dans ses genoux et implora quelqu’un, quelque chose, de l’extirper de ce cauchemar.


Elmeraud
Messages : 558
Date d'inscription : 11/12/2011

Feuille de personnage
Âge: entre 13 et 15
Entrave: sans coeur.
Métier: écolier O/
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Dim 15 Sep - 17:10

Elmeraud soupira. Il soupirait d'ennui. La situation l'énervait, au delà du possible.
A peine avait il attrapé Bird qu'un vieil homme intervient. "Laisse tomber, ça sert à rien. Il ne sait sans doute même plus qui tu es. " Comment pouvait il en être aussi sûr ? Bird avait peut être oublié qui il était et certaines choses relatives à Espérance mais ne se souvenait il pas en être le Directeur ? N'avait il pas prononcé le nom de Miséricorde ? On ne prononçait pas ce nom n'importe comment ici, si Bird l'avait fait, Elmeraud voulait croire qu'il y avait une raison à cela. Et le jeune homme voulait croire qu'il était parmi toutes ses âmes perdues le plus à même de la comprendre. Son corps et son esprit avait beau avoir fait un bond d'au moins vingt ans dans le temps, il se sentait toujours aussi lié à Sujin et ses émotions retrouvées, son besoin de la protéger elle et son petit monde ne s'en faisait que plus ardent. Hors en ce monde, lorsqu'il s'agissait de Miséricorde il ne faisait confiance à personne, hormis à Bird peut être, selon les circonstances, et certainement pas à ce faux vieillard qui se faisait entendre au dessus d'une foule déjà grandement perturbée.
Un enfant réagit, lui demandant son nom et prenant la défense de Bird, Elm apprécia son intervention. Son visage ne disait rien au jeune homme, mais bon, aucun visage ne lui disait quoi que ce soit désormais. Il aurait eut ses deux coloc' sous le nez qu'il ne les aurait pas reconnu. Aussi lorsque que le grand-père déclina son identité, Elmeraud n'y prêta pas attention. Julien, un prénom qui ne lui disait rien, mais les probabilités qu'il soit en réalité un gamin comme les autres étaient assez grandes.
Et puis une autre gamine intervint et ses paroles lui firent grincer les dents. Elle parlait bien, aussi bien qu'Elmeraud lorsqu'il avait l'habitude d'être un adulte coincé dans un corps d'enfant. Mais malgré sa défense de Bird, qui était très intelligente, elle proposait à nouveau une chasse à la Miséricorde. Le garçon avait gardé un assez mauvais souvenir de la première chasse à la Miséricorde qui l'avait littéralement détruit pour lancer sans s'en rendre compte un regard des plus noir à l'enfant. Mais toujours il gardait le silence, sentant peu à peu une flamme ardente brûler sa langue qui mourait d'envie d'intervenir. Le petit vieux se taisait aussi, pour le moment, et la rouquine fit lentement glisser l'accusation vers Bird avant d'exploser en sanglot tandis que d'autres enfants suivit.
Cela termina de briser la retenue du jeune homme. Soupirant fortement de lassitude, il passa une main dans ses cheveux et s'adressa au papy. Pourquoi Diable tout le monde voulait il tout le temps renverser Bird alors qu'ils ignoraient tout d'Espérance ? Bon gré mal gré, Elmeraud devenait l'allié de Bird tant que celui ci ne lui aurait pas filé ses réponses.

- Hey Papy ! Je te trouve bien sûr de toi en affirmant que Bird n'est plus capable d'assumer ses fonctions. Il a certes perdu de sa voix, mais il ne m'a pas donné l'impression d'avoir perdu de ses connaissances, auquel cas il ne se serait pas présenté en tant que Directeur. Ou alors quoi ? Tu te proposes en tant que nouveau Directeur ? Et tu crois pouvoir faire quoi de plus pour régler cette situation alors que tu ne sais rien sur Espérance ?

Alors il monta à son tour sur la fontaine et s'adressa à la foule terrifiée.

- Calmez vous, ce qui nous arrive ne peut être qu'une illusion et je suis persuadé qu'elle va prendre fin à un moment ou à un autre. Je propose que nous écoutions tous Bird, et qu'ensemble nous cherchions une solution. Il n'y a vraiment rien de mieux à faire.

Puis il redescendit, la parole n'était plus à lui. Il se dirigea ensuite vers la petite fille qui avait parlé, toujours en pleure. Il n'était plus fâché, il avait dit ce qu'il avait à dire. Il ne faisait pas plus confiance à la foule qu'au vieillard, la dernière fois qu'il avait tenté de convaincre une foule, son amie avait faillit mourir, mais malgré tout, seul il ne pouvait rien faire de plus. Avec 14 ans ou 30 ans, il restait très impuissant.
La voyant ainsi désespérée, il passa une main douce dans ses cheveux pour la réconforter.

- Ne t'inquiètes pas, tout rentrera dans l'ordre. Ta méfiance envers Bird n'est pas anormal, mais il est dans le même pétrin que nous, aussi je ne pense pas qu'il soit à l'origine de tout ça. Il fait vraiment attention aux enfants d'Espérance tu sais.

Même si parfois il s'y prend très mal.
Nonna
Messages : 54
Date d'inscription : 23/03/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16 ans
Entrave: Craint le contact avec les autres
Métier:
Voir le profil de l'utilisateur http://noiv.jimdo.com
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Dim 15 Sep - 18:44

Tant de choses se sont passées. L'air de violon m'avait apaisée et réconfortée. Mais voilà que les gens se mettaient à parler, tous, sans que je ne puisse comprendre un seul de leurs mots ! L'agitation avait l'air à son comble, et je n'arrivais pas à comprendre ce qu'il se passait, pourquoi tout le monde paraissait si... énervé. Un homme et un grand-père se faisaient face, parlant vite et de manière agacée, comme lorsque l'épicier du village s'énerve sur son fils qui fait mal son travail. C'est exactement pareil, je ne comprends rien à leurs paroles. Pourquoi ? Papa m'a dit que c'était parce que l'épicier de parlait pas le russe, mais une autre langue. Est-ce que ces gens parlent aussi la langue de l'épicier ? Mais dans ce cas, si tout le monde ici parle comme l'épicier, où puis-je trouver quelqu'un qui parle comme moi ?

Les gens s'ameutaient, je réussissais malgré tout à rester aux premières loges puisque ma petite taille ne gênait pas la vision de qui que ce soit. Mais je ne voyait toujours personne qui ressemblait à papa ou à Lyov. je les trouvais injustes tous les deux, de m'avoir laissée là, au milieu de plein d'épiciers. Des enfants se sont mis à parler également, et une petite fille près de moi a pleuré, sans que je comprenne pourquoi, mais un grand monsieur blond est venu lui parler. J'aimerais bien que quelqu'un vienne m'expliquer ce qu'il se passe moi aussi... Mais qui donc ? Y avait-il quelqu'un qui ne parlait pas l'épicier ? Je regardais la fontaine face à moi, les gens qui souhaitaient parler y allaient pour que tout le monde les voit. Mais oui, c'était comme une scène ! Je me précipitai sur celle-ci et faisais de grands signes vers la foule. Même comme ça, je n'avais pas l'impression qu'on puisse me voir. Comme il était l'heure de ma représentation, je me raclai la gorge avant de m'adresser à mon public tant qu'il m'était attentif.

- Привет всем. Я Нонна и У меня шесть лет. Есть ли кто-то Не бакалейщика ? *

J'avais parlé assez fort et distinctement pour que l'on m'entende et cherchais sur la pointe de mes pieds nus une réaction quelconque, arborant une moue déçue tant par ma vision réduite que du manque de réponses positives.

* traduction : Bonjour à tous. Je m'appelle Nonna et j'ai six ans. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui n'est pas épicier ?
Camelia
Messages : 54
Date d'inscription : 10/06/2013
Age : 25
Localisation : Internat
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Dim 15 Sep - 20:21

Nan mais il se prenait pour qui le vioque, la ? Comment-osait-il ignorer Camelia ? Elle lui a posé une question, merde, la moindre des choses c'est de répondre, même par un simple « je sais pas »... mais non, papy devait être sourd à son âge et a donc juste snobé la pauvre Came! … p'tet' pas si sourd que ça peut-être car il se dirige vers un violoniste accompagné un mioche qui rappelle vaguement quelqu'un à la jeune femme. Puis vint un homme qui s'approcha du gamin.

« Bird ! Qu'est ce qui se passe ?! Qu'est ce que Su vient faire la dedans ? »

Quoi ? Ce mioche, c'était donc Bird ?

« Laisse tomber, ça sert à rien. Il ne sait sans doute même plus qui tu es. »

V'la que le pépé se mettait à parler. Il était donc pas muet... ça devait donc pas être Rei.

« Je pense qu’il est nécessaire de désigner quelqu’un d’autre en tant que Directeur. »

de quoi ? Bon ok, c'était censé de désigner un nouveau Directeur si vraiment Bird a totalement perdu la mémoire mais quand même...

« Bird n’est plus capable d’assurer cette fonction, il a subi le même sort que nous tous, c’est pourquoi il nous faut un adulte mûr et responsable afin de prendre la tête du groupe. Personne ne se propose ? Personne n’a d’idées sur la conduite à avoir ? »

Ah, ok, il voulait devenir dirlo à la place du dirlo !

« Eh papy ! Qu'est-ce que tu entends par "désigner quelqu’un d’autre en tant que Directeur" ? Bird reste Bird, il parle même encore l'espéranto ! on peut pas accorder notre confiance à quelqu'un d'autre sous prétexte qu'il est devenu un enfant ! »

Le mioche qui venait d'intervenir avait parfaitement raison. Puis ce fut une rouquine qui intervint.

« Si je puis me permettre, messieurs… Personnellement, je propose simplement de ne pas enterrer Bird avant de l’avoir tué. Malgré son apparence, il reste toujours notre fondateur et semble avoir gardé ses capacités. Je serais plutôt d’avis qu’on se sépare en petits groupes pour partir à la recherche de Miséricorde en ces lieux. Après tout, ce serait elle l’instigatrice de tout cela n’est-ce pas ? Enfin, selon certains. Il reste quand même bizarre que Bird soit le seul à accuser Miséricorde alors qu’elle est absente et qu’elle n’aurait aucun intérêt à tout ça. Les absents ont toujours tord après tout, non ? Peu importe qui est le responsable. J’sais pas pour vous mais moi je… Moi je… Je veux que tout redevienne comme avant ! »

Misericorde ? Camelia avait déjà entendu ce nom... apparemment c'était une femme qui aurait causé pas mal de problèmes aux villageois. Est-ce qu'elle pouvait vraiment déformer les lois de cet univers au point de rajeunir ou vieillir les occupants ?

« Calmez vous, ce qui nous arrive ne peut être qu'une illusion et je suis persuadé qu'elle va prendre fin à un moment ou à un autre. Je propose que nous écoutions tous Bird, et qu'ensemble nous cherchions une solution. Il n'y a vraiment rien de mieux à faire. Ne t'inquiètes pas, tout rentrera dans l'ordre. Ta méfiance envers Bird n'est pas anormal, mais il est dans le même pétrin que nous, aussi je ne pense pas qu'il soit à l'origine de tout ça. Il fait vraiment attention aux enfants d'Espérance tu sais. »

Bon, elle avait assez observée, il était temps pour Camelia de s'introduire dans la conversation.

« Le problème étant qu'aucun d'entre nous ne sait vraiment ce qu'est Espérance ni comment changer cette situation. Ce genre de chose n'a jamais existé que dans le reflet mais il semblerait qu'on n'y soit pas à moins qu'on se soit tous soudainement endormi près d'un miroir ou autre. »

Ce qui signifiait donc que quelqu'un a chamboulé les lois de l'univers d'Espérance, d'une manière ou d'une autre.

« Et malheureusement, personne ne connaissais bien Espérance que Bird. Elire un chef ne changera rien à notre condition car nous sommes tous démuni ! »
Julien
Messages : 42
Date d'inscription : 07/09/2013
Age : 18
Localisation : Loin de toi

Feuille de personnage
Âge: 13 ans
Entrave: Je-m'en-foutiste
Métier: Fermier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Lun 16 Sep - 14:20

Alors que je viens de terminer, un gamin m’interpelle avec un surnom qui, je pense, va me coller un petit bout de temps :

- Eh papy ! Qu'est-ce que tu entends par "désigner quelqu’un d’autre en tant que Directeur" ? Bird reste Bird, il parle même encore l'espéranto ! on peut pas accorder notre confiance à quelqu'un d'autre sous prétexte qu'il est devenu un enfant !

Il n’a pas franchement tort, mais la mine niaise de Bird ne me rassure pas, comme si elle m’envoyait une estime différente, comme une sorte de pitié… Ca doit être à cause de son jeune âge.

- Qui t'es d'abord ?

Qu’est-ce que ça peut bien faire ? La majorité des habitants d’Esperance ignorent mon nom, de toutes façons. Mais ma réponse a l’air de le troubler, ce petit garçon est donc quelqu’un qui me connait ? C’est vrai que sa bouille me dit quelqu’un… Noah, peut-être ?

-Si je puis me permettre, messieurs…

Une petite fille aux cheveux rouges se place à mes côtés et prend la parole, vu sa politesse, ce doit être une adulte dans un corps d’enfant.  

-Personnellement, je propose simplement de ne pas enterrer Bird avant de l’avoir tué. Malgré son apparence, il reste toujours notre fondateur et semble avoir gardé ses capacités. Je serais plutôt d’avis qu’on se sépare en petits groupes pour partir à la recherche de Miséricorde en ces lieux. Après tout, ce serait elle l’instigatrice de tout cela n’est-ce pas ?

Miséricorde ? J’avais entendu parler d’elle, mais je n’ai pas cherché à avoir plus d’informations que ça, j’avais autre chose à faire.
Je hoche la tête d’un air approbateur, mon idée n’était qu’une proposition, mais si celle-là convient mieux à tout le monde, alors ça me va.

-Enfin, selon certains. Il reste quand même bizarre que Bird soit le seul à accuser Miséricorde alors qu’elle est absente et qu’elle n’aurait aucun intérêt à tout ça. Les absents ont toujours tord après tout, non ?

Je ne comprend pas ce qu’elle insinue, accuse-t-elle Bird ou Miséricorde ?

-Peu importe qui est le responsable. J’sais pas pour vous mais moi je… Moi je… Je veux que tout redevienne comme avant !

De grosses larmes perlent sur ses joues, ce qui me gêne pas mal. Je reste là, sans réaction, comme un grand-père irresponsable qui laisse pleurer sa petite fille.

- Hey Papy ! Je te trouve bien sûr de toi en affirmant que Bird n'est plus capable d'assumer ses fonctions. Il a certes perdu de sa voix, mais il ne m'a pas donné l'impression d'avoir perdu de ses connaissances, auquel cas il ne se serait pas présenté en tant que Directeur.

Ce n’est pas le fait qu’il ait perdu de l’âge, le problème, le vrai problème, c’est qu’il n’a pas l’air d’avoir le même caractère qu’avant, preuve que sa mentalité a changée.

-Ou alors quoi ? Tu te proposes en tant que nouveau Directeur ? Et tu crois pouvoir faire quoi de plus pour régler cette situation alors que tu ne sais rien sur Espérance ?

Cet homme se trompe sur mes intentions.
Ce que je veux, c’est retrouver ma vraie apparence, et je voudrais confier cette mission a un adulte digne de confiance, pas à un bambin qui a sans doute perdu les trois quarts de sa mémoire.
Le blond monte sur la fontaine à mes côtés, avant de dire :


- Calmez vous, ce qui nous arrive ne peut être qu'une illusion et je suis persuadé qu'elle va prendre fin à un moment ou à un autre. Je propose que nous écoutions tous Bird, et qu'ensemble nous cherchions une solution. Il n'y a vraiment rien de mieux à faire.

Insinue-t-il que nous sommes dans le Reflet ? Impossible, je vérifie ma chambre chaque soir et aucun miroir n’était découvert.
La femme qui m’avait bousculée prend la parole, je ne l’écoute même pas, trop énervé et stressé pour traiter ses paroles.
Alors que j’allais dire au blond ma façon de penser, une deuxième petite fille s’élance sur la fontaine à son tour, fait de grands gestes à la foule et dit :

- Привет всем. Я Нонна и У меня шесть лет. Есть ли кто-то Не бакалейщика ?

Mes sourcils se froncent, plus la peine de se voiler la face, je crache au blond :

-Et elle ? Elle n’a pas perdu des connaissances, elle ?

J’avais envie de lui balancer mon poing dans la face. Cet homme insinuait devant tout le monde que je voulais prendre la place de Bird, me faisant passer pour le méchant de l’histoire et nie la vérité : Ceux qui ont rajeuni ont perdu la mémoire, la majorité, en tout cas.
Je descend de la fontaine en grognant :

-Faites ce que vous voulez, moi, je vais regrouper les enfants, ils sont sûrement morts de peur.

Je m’approche de la petite fille qui parlait russe il y a un instant. Ne parlant pas sa langue, je lui fais mon plus beau sourire et l’invite à me tenir la main. Elle hésite quelques instants, puis finit par poser sa petite main sur mon énorme paume.
Je me dirige doucement vers un petit garçon en larmes, recroquevillé sur le sol. Je m’accroupis devant lui, suivi de la petite fille russe, avant d‘attirer son attention, avec mon air le plus « père-noëlesque » possible :

-Hey, petit homme !

Il lève la tête, ma grosse voix l’a sans doute surpris.
Je lui fais un grand sourire, avant de lui dire lentement :

-Est-ce que tu comprend ce que je dis ?

J’espère que tous les enfants ne souffrent pas de la barrière de la langue, parce que sinon, on est pas rendus.
Fioccolino
Messages : 80
Date d'inscription : 28/04/2013
Age : 17
Localisation : Autre planète

Feuille de personnage
Âge: 11 ans
Entrave: peur du noir, des monstres, des adultes, des contacts / voit un fantôme d'enfant / caractère sauvage et associable..
Métier: élève
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Lun 16 Sep - 16:47



Spoiler:
 


Fioccolino tourna son petit visage hirsute en direction de l’homme qui venait de l’interpeler. Il était si vieux qu’il en paraissait irréel, comme un tableau décrépi. Pourtant, Fiocco avait déjà vu des gens vieux. Il y en avait pleins où il vivait. Alors pourquoi la barbe blanche et les joues ridés de ce vieillard lui apparaissaient si… si anormales ? Il avait presque envie de le toucher afin de vérifier que les crevasses striant sa peau étaient aussi profondes qu’elles y paraissaient…
Un flot intarissable s’évadait de ses yeux. Il était trop petit, trop diminué pour supporter le poids de cette explosion qui éclatait dans sa tête. Il se rendait bien compte que tout le monde éprouvait la même confusion que lui, chacun cherchait une explication, une solution, un sauveur même. Les esprits s’échauffaient, les déclarations fusaient, une tension grouillante suintait dans l’air. Fioccolino ne comprenait pas tout, il y avait du français, du russe, et ce nom, Bird, qui cognait son crâne comme un boomerang acharné. Bird, Bird, Bird, il connait ce mot, il connait Bird, mais qui est Bird ??

Excédé, il agrippa ses cheveux en tirant dessus. La douleur l’apaisait parfois. C’était une des choses qui faisaient qu’on le disait bizarre. Mais le vieil homme restait auprès de lui, peu rebuté par son comportement de petit animal sauvage. Il lui parlait. Flocon comprenait, les paroles accédaient à sa conscience. Elles avaient du sens. Pourtant, le charabia du vieux barbu lui était inconnu. Un nouveau mystère, une nouvelle loufoquerie qui contribuait à embrouiller l’esprit bancal du petit garçon.
Fioccolino finit par se relever, très doucement, comme une fleur déployant sa tige. Ses vêtements étaient trop grands, il perdait son pantalon et son le col de son tee-shirt pendait à son cou. Il s’avança vers le vieux monsieur et dit :

– Je crois que je me suis perdu. Sa voix était anormalement fluette et cela le saisit brusquement. En revanche, il se rendait à peine compte qu’instinctivement, il parlait une langue qu’il n’avait jamais apprise. Je reconnais ici mais… c’est comme dans un rêve. Je crois que c’est un rêve. Et ces gens, je les ai vus en rêve. Ils étaient différents, dans les rêves c’est toujours différent. S’il te plait, arrête de t’énerver. Il faut… Il faut que tout le monde arrête de s’énerver. ARRETEZ !

Il tapa du pied, frappant le sol pavé de sa minuscule jambe trop maigre. Il était vraiment microscopique parmi cette foule, même s’il y avait beaucoup d’enfants. Il était un peu comme une puce au milieu d’une fourmilière. Distinguant sa silhouette à quelques mètres, Flocon scruta le garçon qui s’appelait Bird et qu’il devait avoir connu dans une vie antérieure tant son être évoquait en lui une foule d’impressions vagues et puissantes.

– On ne fait de mal à personne. Si c’est un rêve, on va se réveiller. Sinon… On va peut-être trouver des parents ou quelque chose comme ça pour nous aider. Petite fille, il ne faut pas pleurer. Personne ne doit faire pleurer.

Il ne reconnaissait pas bien sa voix, elle était déformée, essoufflée, mais il parvint à parler jusqu’au bout. Cependant, il doutait qu'on l'entendît. Il était pour ainsi dire insignifiant.

– On ne fait pas de mal aux enfants. répéta-t-il dans un souffle.

Ce principe inébranlable saurait, assurément, trouver écho parmi l’assemblée. Mais quelque chose, tout au fond, lui disait que ces personnes, aussi déconcertées fussent-elles, pouvaient être capables du pire lorsque leur cœur s’enflammait. Comme un mauvais présage.




Dernière édition par Fioccolino le Mar 17 Sep - 14:26, édité 2 fois
Victor
Messages : 121
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 24
Localisation : Au creux de l'oreille

Feuille de personnage
Âge: 20
Entrave: Depressif chronique
Métier: Violoniste/Compositeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Lun 16 Sep - 17:17

Spoiler:
 

Petit à petit, le silence fit place et la musique sillonna l’espace. Quel bonheur pour Victor qui alors, ne faisait qu’un avec son instrument. Mais soudainement, un individu le bouscula, en plaquant sa main sur l’épaule de Bird. L’archet glissa sur une fausse note, et faussa la partition du musicien. Victor manqua de peu de faire renverser le jeune Directeur, puis, reprenant équilibre, fusilla le blondinet du regard. L’inquiétude se dessinait sur le visage du perturbateur, « mais pourquoi s’en prendre à Bird et de ce geste, faire paniquer l’assemblée ? » pensa alors Victor vexé au plus haut point.

Puis les interventions s’enchainèrent, un vieil homme inconnu de tous, se proposa pour devenir chef, abasourdi par une telle proposition, Victor crut qu’il s’agissait là d’une boutade, mais au vue des réactions, la proposition semblait des plus sérieuse. Un enfant eu la bonne initiative de demander l’identité de l’ancien, puis une petite fille parla d’une certaine « Miséricorde ». Elle proposa une sorte de… « chasse à la sorcière »… ? Puis il y eut des pleurs d’enfants, et des dialectes étrangers. Le même garçon qui l’avait interrompit lors de son morceau reprit alors la parole, cette fois ci sa peur semblait s’être évanoui, il clamait tel un jeune coq se pavanant dans sa cour, que tout irait bien, comme si, à lui seul, il pouvait contrôler la situation. Victor le trouva légèrement culotté. Décidément, il ne l’aimait pas celui-là.
L’instant d’après, le violoniste fut estomaqué en reconnaissant une vieille connaissance, Camélia. Il se souvenait l’avoir croisé moins d’une semaine avant dans « leur présent à eux », et voilà qu’ils se recroisaient dans une dimension qui n’était pas la leur. Puis le vieil homme, ayant compris que sa proposition avait été rejetée, alla à la rencontre de la petite égyptienne qui semblait éprouvait une joie sereine dans un monde de fou dont elle ne comprenait rien.


Victor fulminait en silence depuis un moment déjà. A croire que la poussée de croissance avait rendu idiot les adultes et sage les enfants. Cette situation était grotesque, mais quelle idée aussi d’interrompre un musicien lors de sa prestation? Il n’y avait rien de pire comme marque d’irrespect. Ajouter à cela l’indifférence des « adultes » devant les pleurs des enfants, et le manque de confiance à l’adresse de Bird, que l’on jugeait en adulte alors qu’il n’était qu’un petit garçon… tout cela était beaucoup trop scandaleux pour que Victor reste là sans rien faire.

- Assez !


Sa voix avait porté plus qu’il ne s’en savait capable, et les bavardages intempestifs devinrent murmures dans l’assemblée.

« … Vous n’avez pas honte? »

Un silence interrogatif s’éleva dans l’air. Il reprit alors :

« … Vous cherchez des coupables alors que la préoccupation première de chaque habitant d’Esperance devrait être de se soucier du bien-être de ses occupants...?! Regardez autour de vous… »

Il tint fermement la petite main frêle du Directeur pour le garder en équilibre, et de l’autre, indiqua la foule brassant entre ses doigts l’air d’un geste lent.

« La moitié des habitants sont des enfants, qui ont besoin d’une présence, d’être rassuré, et écouté. Ils ne comprennent pas l’esperanto, et vous vous battez pour un titre et… et… »


Il se sentit perdre son assurance réalisant alors ce qu’il était en train de faire, Victor était un piètre orateur, se cacher derrière un instrument lui convenait très bien. Il sentit la petite main de Bird se serrer dans sa paume, comme pour lui redonner un peu de son courage. Victor se ressaisit et poursuivit:

« Nous ne mettrons personne au bucher. Tout du moins pas maintenant. Ce n’est pas la priorité. »


Il remit son violon dans les mains du Directeur puis le redéposa au sol.

« A présent, je pense qu’il est grand temps d’écouter la seule personne qui pourrait nous éclairer sur ce qui nous arrive… »

Victor s’accroupit à hauteur de Bird et lui chuchota à l’oreille :

« Tu penses en être capable? Si la charge te semble trop lourde à assumer, n’en ai pas honte et préviens nous… D’accord ? »


Il lui offrit un sourire rassurant et protecteur attendant sa réponse avant de se relever.
Bird
Messages : 1372
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Entrave: Inconnue
Métier: Directeur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Lun 16 Sep - 17:32

    Petit enfant qui voit de haut, de trop haut son monde foisonnant et coloré.
    Petit Oiseau, qui coincé dans son nid vertigineux, finit par chuter
    .

    L'Oisillon n'avait été dans la grande altercation, qu'une marionnette de papier. La mémoire incomplète, et sans qu'il n'y comprenne goutte, on l'avait pris, hissé, secoué, tiré, fait tombé de son piédestal.  On avait contesté puis assis son pouvoir sans jamais lui demander son avis, réduit à l'état un  vulgaire jouet entre mains d'hommes perdus.

    Pendant toute la parade, déboussolé , il était resté coi, les yeux légèrement humides, car si le petit garçon restait fort à l'extérieur, dans son petit coeur affolé, les pleurs retentissaient.
    Il n'aimait pas tous cette masse grouillante de mots, ces contestations dans de multiples langues dont il semblait être le coeur de discussion.

    Le garçon blond qui l'avait porté jusqu'alors le reposa au sol, et dans un geste amical mais inutilement infantilisant, chuchota à son oreille pour le calmer.

    « Tu penses en être capable? Si la charge te semble trop lourde à assumer, n’en ai pas honte et préviens nous… D’accord ? »

    Non.
    Non, il ne pensait pas être capable, la charge à assumer l'écrasant à peu plus à chaque phrase prononcée. Non, il ne voulait pas parler mais à son plus grand malheur, devant ces regards insistants, il n'en avait pas le choix car, si lui l'avait oublié, pour eux, il était le Directeur, le Phrase.

    "Je... Je suis désolé mais personne n'a tord, ni n'a raison... Je... ne me souviens plus de grand chose... et je pourrais pas vous guider. Quelqu'un devrait peut-être prendre ma place... mais... je ne suis pas sur que cela soit une bonne idée... comme le fait de chasser Miséricorde... Je ne saurais dire pourquoi... mais je le ressens ainsi. Nous devons être solidaires, ceux qui me comprennent doivent traduire aux autres, nous devons nous organiser pour que tous ensemble nous soyons un seul et unique chef. "

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Event]Absolem Aujourd'hui à 9:52


[Event]Absolem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Sententia Somni-