Partagez|

Nuit Blanche [PV Clover]

Miséricorde
Messages : 20
Date d'inscription : 17/12/2011
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Nuit Blanche [PV Clover] Mar 4 Mar - 12:22

Tout est blanc. Blanc d'une propreté stérile.
Dans la petite chambre remplit de tuyaux translucides, ça sent l'antiseptique et ça hurle le silence. Seul un léger son de respiration à ta gauche vient percer ce climat pesant.
Tu soupires, soulagée : Tu n'es pas seule dans ce cauchemar au parfum de solution hydroalcoolique.
Tu te retournes entravée dans des draps trop serrés et découvres ton compagnon d'infortune. Un enfant blond, un du foyer, masque respiratoire au visage . Il semble calme, dort paisiblement la lourde couverture qui te révèle son secret : passé son buste, plus de reliefs, plus de jambes. L'amputation. L'handicapée physique, l'incomplet, l'hôte par excellence de là où tu te trouves.
Tu l'apostrophes, tentes de te relever et après un court effort pour te libérer et passer au delà de ses barrières trop hautes, ta tête retombe sur l'oreiller trop gonflé. Tu es essoufflée, et le moindre effort te fatigue plus que de raison.
Soupir.
Tes yeux se posent sur le mur d'en face où, immaculé blancheur sur immaculé blancheur, trône une horloge arrêtée.

Arrêtée... En marche. L'aiguille des secondes se déplace en un Tic sonore.
Les yeux clos de l'enfants s'écarquillent, son dos se relève et sa bouche s'ouvre sous un cri d'effroi. Le miroir sur le bord du lit se brise et l'enfant disparaît de ce côté du miroir.
Tu étais accompagnée, tu es seule à présent avec tes angoisses.
Dans ta tête se love une présence inconnue, une petite voix de conscience, insecte piquant et titillant.

"tic tac Tic tac... Ton problème, à toi il est de l'intérieur hein... et bien trop vite, il te fera passer de l'autre côté..."
Clover
Messages : 10
Date d'inscription : 24/02/2014
Localisation : Près de la cafetière

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Entrave: Quête obsessionnelle de la Vérité - Névrosée du temps (Course contre la montre)
Métier: Psychanalyste - Conteuse d'histoire (Professeure)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Vide et plein parallélépipédique Jeu 6 Mar - 23:27

« Adieu »

Le rêveur est parti. Je crois que j’ai pris l’ascension sur son rêve. C’est le mien. La chambre blanche est transcendée par la pâleur de ses néons. Le milieu est une nouvelle fois totalement clos, avec son horloge placardée, fière de me narguer.  
Je suis seule. Je recouvre de son drap blanc le corps mort. Il reste là. Il valait peut être mieux que tu ne vois pas ça… J’ai la douce impression de connaître cet endroit. Je sais que mon rêve prime sur celui des autres, je crois que ce soir j’en saurais plus.

J’explore la pièce. La propreté anesthésique de celle-ci n’est là que pour cacher les pires immondices qui s’y préparent. Un doux parfum de chloroforme vient se greffer à l’atmosphère antalgique. Un peu comme si on essayait d’anesthésier aussi les souvenirs de ces lieux. Il est vide. Rien ne vit ici. Rien ne peut vivre dans une atmosphère aussi stérile. C’est un peu comme si on avait décapé les odeurs, les sensations, les souvenirs. Tout est d’un même blanc unichrome et sans aspérité. Ca en devient stressant. Pas de porte, juste un brancard, le corps mort relié à des centaines de tiges métalliques. Au milieu du décor, l’horloge, le tic-tac, le manitou…

L’exploration a été rapide. Comment affirmer que j’ai vécu ici ? Pourtant j’en ai presque l’impression…  Mais rien ne peut témoigner de cela. Tout a été nettoyé.

L’insecte cérébral me parle : L’intérieur… l’autre côté… un problème ? Je veux juste Voir… Voir pour savoir. Le parasite se loge dans mon âme. Il me libère de ma sensation d’étouffement, laissant s’évader les nuages de mes yeux. Je perds la rationalité mais je ressens. Je me sens vivre.

Start. Le rêve a commencé. Je suis là, debout, statique. Le monde défile autour de moi, s’agençant dans l’espace parallélépipédique que la chambre blanche occupait. Le monde se propulse à moi, mes cheveux s’engouffrent dans le vent de la vitesse. Une quantité infinie d’images, de couleurs, de formes, de matières, de lumières, de sons, de goûts, d’effluves, d’idées me percutent. Il y a trop… trop d’informations… Je ne comprends rien.

Je suis assommée. Je hurle mais mon cri ne résonne pas, absorbé par le déferlement d’images. Leur succession intempestive va provoquer ma mort cérébrale. Tout s’arrête brusquement et j’entends ma voix résonner, couvrant les « OUH-OUH » du Coucou, je suis éjectée par la force magnétique à terre. Embrassant les dalles blanches de la salle anesthésiée.

Le passage du trop-plein au vide sidéral.  Venais-je de voir l’autre côté ?

Je me relève. Quelques pas au milieu du vide parallélépipédique. Un espace infini comme ses lettres l’indiquent, et pourtant cloîtrée dans son ossature de parallélogramme. Un vide qui avait prit la forme d’une chambre d’hôpital. Je marche, le brancard a disparu cette fois-ci. Au milieu du néant blanc, une seringue en or avec un écriteau : ne pas toucher. Je m’injecte le sérum. Pas le temps de réfléchir.
Miséricorde
Messages : 20
Date d'inscription : 17/12/2011
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [PV Clover] Dim 16 Mar - 9:04

Il n'y a rien de plus absurde, de plus surréalisme qu'un rêve. Un rêve rêvé, un rêve reflet, un rêve où aucune Miséricorde n'est accordé.

Tu as plongé dans l'intériorité de ta petite cervelle et pour une fois le grand maître du rêve n'y est pour rien. Ce cauchemar opalescent s'est toi qui te l'a créé comme Alice avait créé son Wonderland décalé.
De loin, Miséricorde observe, attend de pouvoir reprendre la main sur cette vie fictive. Elle se projette en une seringue au serum létal et toi, bête créature à la recherche de l'inconnu, tu saisis cette chance de pleine conscience.

Le produit se libère dans tes veines, enserres ton coeur qui arréte de battre en une douleur aiguë de crise cardiaque.  

Tu meurs.
Sans que tu ne puisses rien y faire, un drap blanc recouvre ton visage et dans ce clair-obscur où tes yeux sont encore grand ouverts, tu entends le bip bip saccadé puis éternel d'une machine. l'infirmière prononce ces derniers mots/

" Trop tard. Nous l'avons perdue"

Puis le lit-chariot redémarre vers la  morgue finale. Toi la morte-vivante,  on t'enferme dans une casier-cercueil et Miséricorde reprend sa triste litanie.

"Tu as toujours rêvé de cela n'est ce pas... Rappelle toi, ne fuis pas..."
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [PV Clover] Aujourd'hui à 14:12


Nuit Blanche [PV Clover]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Refusé] Postulation Simag rogue elfe de la nuit
» Une nuit magique. Ou pas. [PV: Roy & Aï]
» Un Parenter Elfe de la Nuit et Troll?
» [Acceptée][Nami] [Voleur] [Niveau 35] [Nefle de la nuit]
» nuit sanglante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Sabbat-