Partagez|

On se calme et on suture... [P.V Ira]

Kei
Messages : 37
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 19
Entrave: peur de l'échec et de ne pas être a la hauteur
Métier: médecin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: On se calme et on suture... [P.V Ira] Mer 14 Aoû - 6:50

Ce matin, comme à peu près tous les matins, Kei s'était levé tôt, était allé chercher quelque chose à grignoter pour son petit-déjeuner chez Rei avant d'aller chercher quelques livres de biologie et de médecine à potasser pendant sa journée, il avait ensuite rejoint l'infirmerie, salué Catherina qui partait en consultation à domicile sur demande d'un gamin blond (un nommé Valentin, si sa mémoire ne le trompait pas) et s'était installé au bureau de garde où comme tous les jours il avait continué a essayer de compléter sa formation médicale entre deux patients venus le consulter pour des migraines ou des maux de ventres. Comme tous les jours il finit par fermer les livres et passa à la pratique en s'exerçant aux sutures sur des fruits tout en pestant intérieurement sur le fait qu'ils ne fasse qu'un très mauvais simulacre de tissus vivants.
S'il avait su sur qui il aurait à travailler ses sutures aujourd'hui, il est en tout cas certain qu'il ne se serait pas permis de se plaindre des grains de raisin.
En effet, alors qu'il venait pour une fois de coudre la peau fine et fragile du fruit sans la déchirer il entendit la porte de l'infirmerie s'ouvrir d'une façon brutale et en relevant les yeux tomba sur le regard renfrogné et les cheveux de feu de Ira, la Nahash aux célèbres accès de violence, qui lui ramenait un superbe exemplaire de main en compote à soigner.
Il leva les yeux au ciel et pensa très fort "message au Boudha Shakyamuni et à tous les innombrables bosatsus du ciel... je sais que je demandais à m'exercer sur du tissu vivant, mais j'en demandais pas tant!" puis se tourna finalement vers la nouvelle venue avec un sourire crispé.
-Bonjour Ira-san. Il semblerait que vous ayez besoin que je m'occupe de votre main.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: On se calme et on suture... [P.V Ira] Mar 20 Aoû - 3:10

Devant la porte de l’infirmerie, elle ne frappa pas. Elle l’ouvrit à volée plutôt. Comme ça, d’un grand coup de main qui cherchait à se débarrasser de la poignée le plus vite possible, le regard sombre. Pourquoi frapper, de toute manière, c’est pas plutôt ce que l’on attends d’un endroit comme celui-ci, être ouvert pour toute éventualité? Et bien en voilà une, éventualité, et celle-ci est très urgente. Le genre d’urgence urgente à faire passer en priorité, merci bonsoir. Hors de question que la jeune Ira ait une main invalide, vous n’y pensez pas. C’était la gauche, ça réduisait la gravité de la chose, mais les mains d’Ira, c’était un peu comme sa vie. Comment boxer sans mains dites-moi? C'est pourquoi elle était ici en ce moment précis, à rentrer un peu contre son gré dans l'infirmerie.

Que c’était-il passé?

Les yeux de la rouge ne quittaient plus le sang qui ruisselait d’un peu partout, les gouttes écarlates allant s’écraser mollement au sol. La main était désormais tremblante, alignée vers le sol, et en charpie surtout. Bien sûr qu’elle n’aurait plus la force d’asséner un autre coup. Elle avait dû laisser une trainée sur son chemin, et cette idée la calma une fraction de seconde, s’imaginant de simple passant s’essayer à suivre la trace de sang. Mais la frustration finit par revenir, devant la douleur qui la reprenait aussitôt. D'ailleurs c'était une idée stupide. Qui, hormis quelques fous du ménage et de la propreté, s'intéresserait à du sang laisser négligemment se poser au sol?

Le monsieur qui l’accueillit, a la bouille renfrognée, la tigrasse claire et aux airs d’asiatique, ou un truc du genre. Rien d’étonnant par ici, en fait, mais c’est son air qui l’énerva davantage. Pour quelqu’un qui se dit infirmier, ça ne lui apportait pas confiance. Oh, peut-être tirait-il cette tête du aux rumeurs qui circulaient sur elles, la plupart fondés d'ailleurs. Mais cet air ne lui allait pas. Et puis ces fruits, valait mieux que ce ne soit pas ses seuls expériences en matière de médecine, eh.

- Bonjour Ira-san. Il semblerait que vous ayez besoin que je m'occupe de votre main.

Elle se retint de lui crier un non. De l’envoyer promener si loin qu’il se serait perdu dans Espérance et qu’on ne l’aurait plus jamais retrouvé. De lui balancer ses bouquins si fort dans la tronche que l’écriture serait tombé d’un coup sous le choc. Et de la main en charpie s’il le fallait.  Mais elle ne devait pas. Car oui, malheureusement, elle avait besoin d’aide, elle et ses piteuses connaissance en blessures. Que cet homme n'avait pas demander sa violence gratuite. Qu'il ne faisait rien de mal, qu'aider des gens dans le besoin. Que son mal aise d'en ce moment n'avait rien avoir avec lui.

Oh, elle avait bien essayer de ne pas venir. De passer le tout sous l’eau, de ne pas paniquer, de se dire que les morceaux de peau qui étaient décollés allaient bien finir par guérir et même d’essayer de s’auto-appliquer du désinfectant.

Mais à ce stade, elle devait consulter.

Tant qu’il ne posait pas trop de questions, eh. D'ailleurs il connaissait son nom. Voilà, c'était tout une histoire de réputation...

- Il semblerait... Qu'elle finit par articuler, le regard presque sombre. Ce qu'elle n'avait pas envie d'être ici! C'était comme montrer au monde entier ses faiblesse. Vous avez déjà eu à faire cela auparavant... Pas vrai?

Elle ne savait pas si elle demandait pour se rassurer elle même. Après tout, elle ne pouvait pas directement demander 'ma main va survivre?'. Ah, mais en fait, il ne pouvait pas savoir, aussi elle s'avança, sans plus de façon, tout près du bureau. D'ailleurs, avec toute la saleté que sa main produisait, une petite voix lui cria de lui proposer à tout nettoyer plus tard. C'est ce qu'elle ferait d'ailleurs. C'est triste que tous pensent Ira une froide jeune fille violente et horrible. Alors que même fâchée, elle arrive à se dire qu'elle le lui devrait bien, même s'il n'avait encore rien fait.

Ira lui tendis finalement mollement la main, regardant ailleurs. Ailleurs, sur les livres peut-être. Des livres comme on s’attend a en trouver dans cet endroit. Inintéressant.
Kei
Messages : 37
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 19
Entrave: peur de l'échec et de ne pas être a la hauteur
Métier: médecin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On se calme et on suture... [P.V Ira] Mar 3 Sep - 15:30

Après qu'il eut posé sa question il sentit sur lui un regard lourd de rage, lui faisant songer qu'essayer de faire de l'humour n'était pas conseillé vu la cliente, avant que la demoiselle aux longs cheveux rouges ne lui réponde sombrement.

-Il semblerait... Vous avez déjà eu à faire cela auparavant... Pas vrai ?

L'instinct de survie de Kei brida de justesse son honnêteté naturelle qui s'apprêtait à répondre « sur des humains ? Une fois et c'était une blessure moins compliqué mais ma mère m'a fait refermer quelques lapins lorsqu'elle avait besoin de mains pour ses recherches ! » ce qui, à n'en pas douter, n'aurait pas amélioré la confiance toute relative que semblait lui accorder sa patiente.

Mais de toute façon elle ne semblait pas se soucier outre mesure de la réponse et s'avança pour lui permettre d'ausculter la main abîmée de plus près. De toute évidence, à voir les blessures et les quelques éclats de verre, la jeune femme avait dû éclater une vitre à poings nu sans imaginer les dégats que ça ferait.

-OK ! Kansatsu, Kuriningu, Shodoku, Hogo. Prononça-t-il en analysant les blessures : Ira-san avait visiblement retiré le plus gros des éclats (réflexe stupide, elle avait peut être aggravé ses blessures et quoiqu'il en soit elle avait augmenté les saignements) laissant la main striée de coupures plus ou moins profondes laissant par endroit la peau en gros lambeaux.

Première chose, il versa de l'alcool à 90° dans un récipient et y mit plusieurs aiguilles ainsi que des pinces à tremper afin de les désinfecter. Il mit aussi de côté un ou deux scalpels et un petit brûleur à alcool (que voulez vous, sans pinces bipolaires et bistouris électriques on fait avec ce qu'on a pour les cautérisations de précision) et sortit de sous la pile de livres une vieille édition du « Henry Gray's anatomy of the human body » dont il corna les pages correspondant aux systèmes circulatoires, musculaires et articulaires de la main. Il compara ensuite rapidement les gravures soignées au véritable carnage sous ses yeux.

-J'ai pas l'impression qu'il y ait de dégâts irréversibles mais c'est difficile de se prononcer avec autant de sang. Le mieux c'est de commencer par essayer de suturer la coupure au niveau de la veine dorso-métacarpienne radiale. C'est la blessure qui saigne le plus et si on la referme on aura une meilleure visibilité.

Maintenant que le plan de départ était donné il fallait le mettre en oeuvre et c'est là que le bât blessait.

« Je peux pas cautériser un vaisseau aussi important... faut clamper... mais j'ai pas de micro-clamps... comment je fais ? » s'angoissa-t-il avant de prendre soudainement une décision en donnant une petite pince à Ira.

-Pourriez vous pincer cette veine pendant que je suture Ira-san ? Ça me faciliterait la vie.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: On se calme et on suture... [P.V Ira] Jeu 12 Sep - 22:03

- OK ! Kansatsu, Kuriningu, Shodoku, Hogo

L'examen de l'état de sa main ne fut pas trop lente et c'est tout ce qui sortit de la bouche du prétendu médecin, ce qui n'est pas très rassurant comme première phrase. Des termes de médecine? Sans doute pas...

Bon, la jeune fille à la chevelure rouge ne retint que Sudoku, qui lui rappelait vaguement un petit jeu de chiffre avec des cases, un jeu asiatique d’ailleurs, mais la langue ne lui disait rien. Une autre langue, il ne devait pas être ici depuis très longtemps, ou simplement il ne s’était pas débarrasser de quelques expressions. Bah de toute manière le temps ne veut pas dire grand-chose par ici, pas vrai? C’est quoi le temps. On calculerait comment le temps depuis qu’elle a mis les pieds dans cette pièce? Oh, en fait, on pourrait le calculer en goutte de sang un peu partout.

Peut-être que si elle l’insultait fortement en anglais il comprendrait à quel point c’est insultant, de ne rien comprendre de ce qu’il radote dans son dialecte incompréhensible, devant elle, peut-être même à son sujet… Quelle nationalité? Certainement pas américain. Et comme le Sudoku est asiatique et qu’il en as l’air… Bah qu’importe, de la médecine c’est de la médecine, et une main c’est une main, peu importe d’où l’on vient. Ne dit-on pas que les asiatiques sont surdoués, d’ailleurs?

Puis, la jeune fille vit qu’il se mettait à l’œuvre, ce qui ne la rassuras pas du tout. Il y avait quelque chose d’inquiétant dans sa préparation, qu’elle observait en silence, renfrognée, très peu heureuse d’être ici à cet endroit précis. Des aiguilles, des produits, des scalpels, ça a quelque chose d’inquiétant pour tout le monde, mais surtout ce livre. Un médecin qui as besoin d’un livre! Non mais donne le lui tout de suite qu’elle le fasse elle-même! Et puis, il suivait clairement un dessin de main! Une main, vous vous rendez compte? Ça a quelques centimètres de profondeur tout au plus, on peu pas suivre un schémas, si on se trompe y’a plus de main! Bon pas à ce point-là, mais imaginez un chirurgien suivre un modèle à côté d’un ventre ouvert, tentant de retrouver les organes. Ouais. On lui fait tout de suite plus confiance, avouez! Et même s’il vous assure qu’il est asiatique!

Pourtant, même si son corps lui criait de repartir, essayer de trouver quelqu’un de plus compétent, elle se répétait qu’elle n’avait pas le choix, qu’elle n’avait qu’a rester là à être forte et ne pas avoir l’air terroriser. Non mais oh, Ira, avoir peur de petit couteaux, aiguilles et scalpels. Vous imaginez un peu? …

- J'ai pas l'impression qu'il y ait de dégâts irréversibles mais c'est difficile de se prononcer avec autant de sang. Le mieux c'est de commencer par essayer de suturer la coupure au niveau de la veine dorso-métacarpienne radiale. C'est la blessure qui saigne le plus et si on la referme on aura une meilleure visibilité.

Suture, ah ouais, rien que ça. Suture comme dans aiguille, main, fil. Rien d’inquiétant en somme. Bon, faudra expliquer aux jambes que quand y’a rien d’inquiétant on ne tremble pas, mais en ce moment, elle n’y pensait pas trop notre Nahash, regardant avec grande colère les aiguilles stérilisées. Mourez, mourez sous mon regard, petites choses! Comme ça, il devras trouver une autre alternative.

Bon, entre un bandage qui aurait l’air de la handicaper et des fils qui lui donnerait l’impression d’avoir des blessures de guerre, lequel sera le plus pratique par la suite. Bien sur qu’un bandage c’est vraiiiment pas style et que les sutures c’est…. Aiguille, fil, heurk. La clef, c’est de ne pas regarder, non? Si on voit pas l’aiguille qui transperce la peau, tout devrait bien aller. Se faire mutiler plus encore, si c’est pas joli la médecine de nos jours. Et puis, peut-être que Midas lui demanderas comment elle s’est fait ça. Peut-être qu’il le remarquera. Après tout, ça l’empêcheras de frapper de la main gauche. Peut-être que ça l’embêteras…

- Pourriez vous pincer cette veine pendant que je suture Ira-san ? Ça me faciliterait la vie.
- Ah, heu... Bon, elle n'avait pas réellement prévue qu'on lui demande son aide, s'attendant à attendre sagement qu'on en ait fini avec sa main. Oui, sans problèmes.

Ah mais oui, sans problème, je te fais ça tout de suite en même temps de te faire un sandwich de l’autre main. C'est la façon qu'il l'a demander, c'est qu'elle n'avait pas trop réfléchit, c'est qu'elle avait la tête ailleurs. Et zut!

De sa main valide, elle pris la pince d’un regard méprisant. Pauvre garçon, lui qui se voulait si gentil en plus. Et d’une moue résignée, alla pincer la veine désignée en fermant bien les dents. Au moins elle ne laisseras à personne la satisfaction de penser qu’elle as mal, ça non! Elle aura qu’a regarder ailleurs. Sur cette foule de papier, tiens. Et serrer les dents. Franchement dans quelle situation elle s'était fichue.

- Je devrais pouvoir réutiliser ma main bientôt? Et vous allez pas geler la partie a suturer, ou jesaispastropquoi?

Non mais si elle est pu valide coupez-la, hein, au lieu de jouer dedans. D'ailleurs, elle espérait bien qu'il y avait une crème ou quelque chose pour pas sentir la vilaine aiguille...
Kei
Messages : 37
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 19
Entrave: peur de l'échec et de ne pas être a la hauteur
Métier: médecin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On se calme et on suture... [P.V Ira] Sam 14 Sep - 11:07

La jeune femme ayant pris la pince pour clamper la veine, Kei se pencha vers son matériel et commença à prendre son matériel de suture.
Je devrais pouvoir réutiliser ma main bientôt? Et vous allez pas geler la partie a suturer, ou jesaispastropquoi?
Il suspendit son mouvement un court instant et bénit le ciel que sa patiente ne voit pas l'expression de son visage a cet instant.
« L'anesthésie locale ! Quel con ! À force de bosser sur des fruits et des animaux drogués j'ai failli oublier l'anesthésie... » se réprimanda-t-il tout en imprégnant un coton d'alcool et en ramenant la bouteille de solution cocaïnée vers lui.
-Ne vous inquiétez pas, vous ne devriez pas avoir trop de soucis à utiliser votre main dans les jours à venir tant que vous ne forcez pas trop. La rassura-t-elle tout en nettoyant et désinfectant la plaie. Pour ce qui est de geler la blessure j'ai, grâce à Amanite, quelque chose de plus efficace que la glace.
« De fait c'est bien la première fois que je suis content d'avoir un junkie comme pharmacien...
 »
à l'aide d'un nouveau coton enduit de la solution il anesthésia la zone à traiter avant de prendre les pinces et aiguilles de suture.
-Quatre points à vue de nez. Ça ne va pas être long. Commenta Kei avant de commencer a percer la peau de son aiguille. Il sentit la jeune fille frémir mais ne se laissa pas distraire et plaça les sutures en une poignée de secondes tout en se retenant de faire la moindre remarque sur la sensibilité de sa patiente (ce serait malvenu et de plus il avait beau pratiquer le karaté et le ju-jitsu, à cette distance si la jeune fille essayait de lui mettre une droite il n'avait que peu de chance de la voir venir).
Après avoir placé les points de suture il épongea un peu le sang du dos de la main d'Ira et eut une meilleure vision d'ensemble.
-Bon, globalement il n'y a pas trop de dégâts, je termine la détersion des plaies, je désinfecte et je panse. Il va juste falloir que je fasse attention à cet éclat au niveau du premier métacarpe médian histoire d'éviter un quelconque risque d'endommager le tendon fléchisseur commun. Expliqua doctement Kei en jetant un rapide coup d'oeil au Gray's anatomy pour être sur de son diagnostic.
En reprenant son matériel de détersion il intercepta le regard que la tempétueuse Nahash portait sur le vieux livre.
-Oui, je sais que ça ne met pas en confiance de me voir consulter un livre mais il se trouve que je suis généraliste et pas chirurgien orthopédiste. Fit-il remarquer avec une pointe de colère comme à chaque fois qu'il trouvait des reproches contre lui injustifiés. Une main ça représente pas loin d'une trentaine d'os et plus du double de petits muscles sans compter le réseau veineux et les nerfs. C'est une mécanique de précision et je préfère avoir un modèle anatomique sous les yeux plutôt que de vous paralyser des doigts en faisant le malin.
Il souffla un grand coup pour se calmer et se reconcentrer avant de reprendre ses pinces et son coton de désinfectant.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On se calme et on suture... [P.V Ira] Aujourd'hui à 5:40


On se calme et on suture... [P.V Ira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête (1)
» Ah ouais... ça calme
» Je vais rester calme
» Le calme avant la tempête (suite)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je de l'âme :: Administration :: Archives :: RPs Terminés-